Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La « Suite Vulgate », « Suite historique » du Merlin ? Entre histoire et roman, le statut ambigu d’un récit arthurien en prose

Irène Fabry
p. 75-94

Résumé

L’ensemble formé par le Merlin et sa Suite Vulgate, écrit dans la première moitié du xiiie siècle, est le plus souvent appelé « Estoire de Merlin », mais le domaine d’application de cette catégorie est particulièrement large et sa définition reste problématique. La question du caractère historique de la matière arthurienne se pose déjà dans la littérature en vernaculaire avec le Brut de Wace dont s’inspire en partie le Merlin. Le récit construit un univers qui répond à des critères de cohérence narrative mais pose aussi des jalons qui peuvent entrer dans le cadre d’une lecture de type historique. De plus l’étude stylistique de certains passages montre qu’un roman en prose comme le Merlin et des récits historiques comme la Conquête de Constantinople recourent aux mêmes techniques d’écriture. Cela souligne la perméabilité des formes littéraires dans un univers où les distinctions génériques et la définition de ce que l’on catégorisera plus tard comme relevant de l’histoire et du roman ne sont pas encore théorisées.

Haut de page

Texte intégral

  • 1   Estoire de Merlin, The Vulgate version of the Arthurian romances, t. 2, éd. H. Oskar Sommer, Wash (...)
  • 2 La Suite du Roman de Merlin, Genève, Droz, éd. Gilles Roussineau, 1996, 2 vol.
  • 3 Le roman de Merlin offre, après une présentation des origines du personnage, l’histoire de ses rela (...)
  • 4 Le texte donne à voir l’ascension d’Arthur, ses guerres contre les barons rebelles, les Saxons, le (...)

1La Suite Vulgate1, a parfois été appelée Suite historique du Merlin, par opposition avec la Suite Post Vulgate2 qualifiée, avec des connotations sans doute plus élogieuses, de Suite romanesque. Ces dénominations a posteriori manifestent le flottement à l’œuvre dans une littérature vernaculaire qui n’a que progressivement élaboré les catégories génériques que le lecteur moderne a l’habitude d’utiliser. Plus historiographique que le Joseph, ou l’Estoire del Saint Graal mais plus proche du Brut de Wace que de l’Historia regum britaniae de Geoffrey de Monmouth, ce texte utilise le vecteur temporel de l’histoire arthurienne, une diégèse homogène et cohérente commune à ces récits, pour dérouler ses propres événements. La Suite Vulgate intègre le Merlin3 en prose au cycle romanesque du Lancelot Graal visant à raconter l’histoire complète du règne du roi Arthur et les aventures du Saint Graal4.

  • 5 Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècles, recherches et documents sur la techni (...)

2Les incertitudes concernant le statut de la continuation du Merlin en prose de Robert de Boron tiennent non seulement au caractère inédit d’une forme encore jeune, mais aussi au contexte littéraire médiéval de théorisation des pratiques et des formes. Le texte travaille, à l’image des sources dont il s’inspire, une matière ambiguë, du fait de la dimension supposée historique du royaume arthurien, déjà présent dans les chroniques. La Suite Vulgate, plus encore que la Suite Post Vulgate, montre l’attraction du roman pour l’histoire, dans un contexte d’incertitude générique renforcé par l’absence de théorisation de ce type au Moyen âge. Les Arts poétiques5 se développent surtout à partir du xiiie siècle et ils sont si influencés par les théories antiques qu’ils délaissent la partie la plus innovante de la production littéraire que constituent les œuvres en langue vernaculaire. Il ne faut donc pas s’en tenir uniquement à la perspective des rhétoriciens et poéticiens médiévaux et latins dans ce domaine, mais s’interroger sur l’existence et la portée des catégories utilisées pour penser et nommer les créations littéraires contemporaines. On peut aussi questionner la validité d’une approche générique des textes malgré les obstacles que constituent l’absence de construction théorique systématique de la part des écrivains concernés et par-delà le recours à des critères de définition hétérogènes et dispersés dans les indices conservés.

Le statut du « livre » : « conte », « roman », ou « histoire » ?

3Les écrivains en langue vernaculaire participent à leur manière à cette réflexion au sein même de leurs textes, et c’est ce que souligne Jauss :

« étant donné que les genres populaires et la littérature médiévale ne sont pas [...] développés à partir d’un canon préexistant et en s’opposant à lui, on ne peut vérifier le système qu’ils constituent qu’à partir de leur poétique immanente et dans la constance ou la variabilité de différents éléments structurels qui font ressortir la continuité d’un genre. »

  • 6 « La littérature médiévale romane n’est pas simplement une somme arbitraire, mais un ordre latent o (...)
  • 7 « N’en sont que trois materes a nul home vivant :De France et de Bretaigne et de Ronme la grant ;Ne (...)
  • 8 Ce n’est que dans la terminologie contemporaine que le terme « roman » peut se spécialiser pour dés (...)
  • 9 En ce qui concerne les titres donnés aux manuscrits en début ou en fin de texte, on note cependant (...)
  • 10 Dans le manuscrit de Bonn 526, l’Estoire se termine sur « Si retourne a parler d’une istoire de Mer (...)

4L’absence de théorisation systématique ne doit pas prévenir toute tentative d’approche générique et de classification rationnelle6. Les prologues et épilogues de certains romans, qui mentionnent parfois leur titre et leur commanditaire, peuvent ainsi donner des informations essentielles sur l’écrivain présumé d’un texte, son « projet d’écriture », son rapport à la langue et éventuellement à d’autres œuvres littéraires, ou encore sur l’ambition didactique que l’ouvrage est censé nourrir. Mais si la distinction des matières effectuée par Jean Bodel peut participer de la définition d’ensembles à caractère générique elle met en parallèle les romans antiques et bretons et les chansons de geste liées à la matière de France7. Il est intéressant de se pencher sur la façon dont le narrateur présente et caractérise son propre texte dans la Suite Vulgate. « Conte » est de loin le terme le plus employé alors que « roman », qui renvoie à l’origine à la pratique de la translation, et à la création d’une langue littéraire vernaculaire8, est quasiment absent9, mais « estoire » joue également un rôle important, en particulier dans la présentation du texte du Merlin aux moments charnières de la narration10.

  • 11 Marquant souvent les subdivisions du récit, on les retrouve en particulier aux moments où le récit (...)
  • 12 Le narrateur, lorsqu’il s’agit de Villehardouin, constitue une figure prestigieuse et livre ses mém (...)
  • 13 « Or conte li livres une grant mervoille », p. 167. Au sein du récit historique, dans l’expression (...)
  • 14 « Or est Commanie une terre qui marchist a Blakie; si vous dirai quel gent cil Commain sont », p. 6 (...)
  • 15 « Or vous avons conté le mesfait dont il marquis de Montferrat haioit l’empereeur de Constantinople (...)

5Si « conte » est issu du latin « computare », qui renvoie au calcul et implique à l’origine une mise par écrit d’ordre quasi scientifique, la dimension potentiellement extrapolée ou fictive du récit concerné est un problème qui se pose rapidement. La référence à l’acte ou à l’activité de récitation ou de mise par écrit se révèle ainsi à double tranchant du point de vue de l’accréditation et de la fiabilité de ce témoignage. Le conte peut aussi bien désigner la source de la narration, lui donnant ainsi une autorité et une garantie externe, que le récit en train de s’écrire. Les formules incluant le « conte » sont très nombreuses en début de paragraphe et dans le contexte de l’entrelacement, elles prennent un caractère véritablement formulaire11. Face à la démultiplication des personnages, des lieux, des actions, et à leur chevauchement dans le temps, il est en effet nécessaire d’affirmer l’unité spatiale et temporelle de l’activité d’énonciation. La référence au conte est souvent liée dans le roman à l’apparition de la première personne, alors que l’on pourrait penser que c’est justement l’effort pour effacer la voix narrative qui mène à mentionner le « conte ». à l’inverse, dans le récit historique, le recours au témoignage direct peut accroître la crédibilité de l’événement narré12. Pourtant, cela n’empêche pas Villehardouin de recourir à l’autorité du « livre » lors du passage d’un moment à un autre de la narration, en association avec le verbe « conter » 13. Dans La Conquête de Constantinople de Robert de Clari, qui écrit aussi dans la première décennie du xiiie siècle, « livre » ou « histoire » sont également préférés à « conte », qui désigne sans doute davantage les récits à caractère fictionnel. Pourtant, si la forme verbale dominante est le verbe plus neutre « dire »14, « conter » est régulièrement employé dans la mesure où il désigne l’activité de narration15.

  • 16 Pierre Gallais, « Recherches sur la mentalité des romanciers français du moyen âge », Cahiers de ci (...)

6Quant au terme « estoire », il peut aussi bien désigner un récit de fiction, une fable, qu’un récit à prétention historique, chanson de geste ou chronique. Ce terme désigne parfois le sujet ou la source d’un roman (gage de véracité de l’auteur), voire toute la geste ou le cycle dont l’œuvre n’est qu’une branche. Dans le contexte de la Suite Vulgate, « estoire » renvoie peut-être davantage à la représentation d’événements du passé de la Grande Bretagne. L’auteur, participant à la construction romanesque de « l’histoire fictive d’un royaume imaginaire », exploite en fait une matière composite inspirée à la fois des chroniques et des chansons de geste. Selon Pierre Gallais16, « estoire » renvoie à « quelque chose d’important et de long » tandis que le « roman », qui peut être plus bref, porte une connotation de frivolité. Pour distinguer ces types de récit, on peut prendre en compte l’utilisation de la forme linguistique mais également le type de composition de ces textes. Par exemple, chez Thomas, la « matière » se prêterait à tous les démembrements alors que « l’estoire », plus noble, possèderait unité et cohérence. Dans la Suite Vulgate, au cours de la bataille contre le roi Rion, la linéarité textuelle et chronologique est interrompue par une focalisation sur le personnage de Nascien et sur sa généalogie : « Icil Nasciens ot puis Lancelot du Lac, le fil au roi ban de Benuyc, en sa baillie, dont li contes vous devisera toutes les estoires les unes après les autre si com eles avenront de jour en jour. » Le lecteur apprend ses connexions avec l’histoire du Graal et sur la rédaction du livre qui en rend compte.

« Et celui Nasciens ravi puis li Saints Esperis et l’enporta le tiers ciel ou il vit apertement le Pere et le Fil et le Saint Esperis. Icil ot puis la Sainte Estoire en sa baillie et escrist de sa main propre par le conmandement del Saint Maistre, et tant en escrit qu’il ajousta au livre Blayse qui par Merlin en fist ce qu’il en fist [...]. Mais atant se taist ore li contes de ce. Et retourne a parler tout mot a mot conment il lor avint en la bataille des Saisne. » (Walter, p. 1086)

  • 17 Quand Robert de Clari introduit son récit par « Ci commence l’istoire de ceus qui conquisent Consta (...)

7L’effet de digression et d’analepse permet de lier les « estoires » des personnages arthuriens à la « Sainte Estoire », et de les inscrire dans la perspective d’une histoire générale de l’humanité. L’Estoire du Saint Graal qui narre la translation du Graal d’Orient en Occident et écrit l’histoire profane à la suite de l’histoire sainte, détermine ainsi la christianisation de la matière arthurienne tout en lui donnant un ancrage historique. Mais l’histoire de Merlin, plus terrestre, et qui ne rappelle qu’avec un certain décalage la vie du Christ, ne peut rivaliser avec l’histoire du Saint Graal, et semble moins directement rattachée à l’histoire sainte. Il y a néanmoins une continuité historique et chronologique dans le cycle du Lancelot-Graal, malgré des effets ponctuels de prolepses et d’analepses qui tout en interrompant la narration renforcent le lien entre les différents textes. « L’estoire de Merlin » désigne donc principalement la constitution d’un tout narratif qui cherche sa cohérence autour du personnage de Merlin, même si cette histoire est intrinsèquement liée à celle des débuts du règne du roi Arthur et se rattache par là à une historiographie profane qui s’éloigne de plus en plus de l’histoire sainte en laquelle elle s’origine17.

8L’utilisation de termes comme « conte » ou « estoire » met donc en évidence différents aspects du processus de l’écriture et permet de mieux saisir comment l’objet produit est considéré, mais elle souligne aussi l’absence de système générique, car les catégories invoquées se chevauchent et convoquent des critères de définition différents. Toutes ces appellations de la Suite Vulgate sont intéressantes en ce qu’elles déclinent ses caractères et la façon dont elle est perçue, mais c’est aussi l’évolution diachronique des termes utilisés qui donne son sens à un questionnement générique.

Aux origines du roman arthurien

  • 18 Les plus anciens récits romanesques se sont constitués à partir de longues versifications française (...)
  • 19 Il apparaît dès le viie siècle dans des textes gallois puis latins comme l’Historia Brittonum de Ne (...)

9Ces difficultés sont à mettre en relation avec les origines et les conditions d’émergence du « roman ». Le roman médiéval se caractérise par sa dimension stéréotypée, tant au niveau formel que thématique. S’il se situe au croisement de diverses influences, à l’origine, il procède d’une translation de la matière antique épique18 elle-même dotée d’une valeur historique. Le roi Arthur est considéré comme un personnage à caractère historique quoiqu’il apparaisse aussi dans des contes celtiques, des chroniques (latines ou en vernaculaire), des récits « historiques » sur les premiers rois d’Angleterre et des récits d’aventures en latin, que dans des textes en langue vernaculaire à caractère plus ou moins fictif19. Il faut dire que les critères d’historicité et les attentes du public médiéval dans ce domaine diffèrent sensiblement des nôtres.

10Au xiiie siècle, le roman a déjà une histoire et une tradition, mais son évolution correspond à l’adoption d’un nouveau matériau, la prose, qui va progressivement s’affirmer comme une langue non seulement historique mais littéraire, et digne de crédibilité.

  • 20 La tradition historiographique, après la rédaction des grands cycles romanesques en prose au xiiie  (...)

11Si la Suite Vulgate est fortement déterminée par le modèle historiographique, le roman influence l’écriture de l’histoire. Le modèle que procure l’Historia de Geoffrey de Monmouth est celui d’une histoire romanesque, et Wace et Layamon vont développer les éléments chevaleresques de la légende20. Inversement, la structure narrative de la littérature historique au Moyen âge est façonnée par les conventions du récit de fiction. L’écriture historique apparaît comme un produit littéraire et recourt en langue vernaculaire aux même procédés stylistiques et rhétoriques que les textes à caractère romanesque. Enfin le roman utilise les mêmes procédés que l’historiographie dans l’identification de ses sources, le rassemblement de sa matière, son amalgame, son amplification et son appropriation.

  • 21 Wace’s Roman de Brut: a History of the British, éd. et trad. (anglais) par Judith Weiss, Exeter, Un (...)

12La Suite Vulgate a une position charnière par la représentation qu’elle donne de l’histoire de la Grande Bretagne. Dans la trame des événements militaires et guerriers empruntés à Wace, il faut ainsi noter la guerre contre l’empereur Lucius (v. 10621-13009) et le combat contre le géant du mont St-Michel (v. 11279-11608). Or si l’on se penche sur la réécriture du Brut, on constate combien celui-ci est à l’origine imprégné par le style épique21 :

« Dunc oïssiez grant corneïz
Et de greilles grant Suneïz ;
Serreement, süef passant,
S’entrevindrent entr’aprismant ;
Mult veïssiez, a l’asprimier,
Saetes traire e darz lancier ;
N’i poeit hum sun oil ovrir
Ne sun viaire descuvrir. »
(Brut, v. 12539-46)

« [...] oïssieés grant sonneïs de cors et de buisines et de grailles et d’olifans. Et chevauchierent sereement tant qu’il s’enbatirent sor les gens le roi Artu. Et or veïssieés saietes et quarriaus voler si que nus n’i osoit son oel descouvrir. » (Walter, p. 1601)

  • 22 Dans la « Conquête de Constantinople » certaines formules témoignent d’un travail rhétorique et poé (...)

13Si la Suite Vulgate rompt l’ordonnancement métrique qui détermine le récit en vers, elle utilise toujours un style très formulaire, des effets rythmiques et des jeux d’énumération. Les répétitions, les interjections et les interventions du narrateur se retrouvent également dans les récits historiques en prose22.

  • 23 Ki vult oïr et vult savoir.De rei en rei e d’eir en eir,Ki cil furent et dunt il vindrentKi Englete (...)

14L’ambiguïté générique de la Suite Vulgate perpétue en fait celle de textes comme le Brut dont l’auteur prétend annoncer dès le prologue la « vérité » concernant l’histoire des rois de Bretagne23, et conclut par « Ci falt la geste des Bretuns [...] Fist mestre Wace cest romanz » (v. 14859-66). « Roman » est à comprendre ici dans la perspective de la translation à partir du latin, déjà évoquée dans le prologue, de la « mise en roman ». La « geste des Bretons » est dans ce passage à mettre en parallèle avec la « lignie des barons » qui sont arrivés de l’extérieur et ont dirigé le pays.

« Ci falt la geste des Bretuns
Et la lignee des baruns
Ki del lignage Bruti vindrent,
Et Engleterre lunges tindrent.
Puis que Deus incarnatiun
Prist pur nostre redemptiun,
Mil et cent cinquante cinq anz,
Fist maistre Wace cest romanz. » (Ibid., v. 14859-66)

  • 24 Wace dans le prologue du Roman de Rou emploie ainsi « geste » dans son sens de type littéraire :Pou (...)
  • 25 La Chanson de Roland, éd. Cesare Segre, Genève, Droz, 2003, v. 4002.

15C’est le sens généalogique de « geste » qui est ici actualisé, avec le constat de la disparition du lignage des rois de Bretagne après Arthur. On peut cependant aussi y voir une désignation « générique » du texte lui-même24 au moment de son achèvement avec l’emploi d’une formule qui ne peut manquer de rappeler la Chanson de Roland (« Ci falt la geste que Turoldus declinet »25). La geste prend ici la forme de suites d’octosyllabes à rimes plates qui vont être adoptés comme forme caractéristique des romans en vers. Dans le récit, le caractère historique de la matière de Bretagne est accentué, mais celle-ci constitue également une matière épique et peut être stylistiquement influencée par l’écriture de la chanson de geste à un moment où se met en place l’écriture en roman.

La représentation de l’histoire dans la Suite Vulgate

  • 26 L’apparition des histoires en vernaculaire dès 1140-50, était déjà contemporaine de celle des premi (...)

16La mise en prose des romans arthuriens dans le cycle de la Vulgate, contemporaine de la mise en prose des récits historiographiques26, est peut-être la manifestation d’une distanciation du monde expérimental et ouvertement fictionnel du xiie siècle en faveur d’une vision plus historicisée du monde chevaleresque et aristocratique :

  • 27 Paul Zumthor, op. cit., p. 122.

« La prose de langue vulgaire en effet, réservée jusqu’alors au droit et à la dévotion [...] s’étend simultanément à l’histoire et au roman. Celui-ci accroît par là son historicité, rompant définitivement avec les traditions poétiques plus anciennes. »27

  • 28 Dans la Chanson de Roland par exemple, si les épisodes de combat sont soigneusement développés, les (...)

17Dans la Suite Vulgate, les tableaux de guerre qui présentent autant de grandes mêlées, de coups de mains, pillages, et massacres à travers le pays, sont souvent plus singularisés et précis que ceux des chansons de geste28 :

« Et ensi comme il venoient, destruioient il toute la terre et brisoient bours et viles et chastiaux, et moetoient tot en fu et en flambe comme chil qui baoient tout le païs a metre a noient, et prendoient la proie et l’emmenerent tout en l’ost [...]. » (Sommer, p. 164)

18Mais la description « réaliste » est toujours étayée par des effets poétiques et rhétoriques : chiasmes, énumérations, amplifications et comparaisons soutiennent le rythme du récit. Le caractère répétitif des scènes de batailles et de l’agencement du combat est lié à l’utilisation de motifs et de procédés stéréotypés qui relèvent autant de l’écriture épique que d’événements circonstanciés et particularisés.

  • 29 « Ni les œuvres épiques, ni le Brut ne suffisent à expliquer les grandes lignes de l’affabulation d (...)

19La Suite Vulgate inclut ainsi ce qu’Alexandre Micha appelle des « sources de réalité », intégrant des références à des événements contemporains29. La situation narrative est certes différente dans la « Conquête de Constantinople » où Villehardouin fait le compte rendu d’événements tous récents auxquels il a lui-même participé, mais les actions guerrières se ressemblent et prouvent combien le récit historique est traversé par l’influence épique. La Suite Vulgate offre d’ailleurs des échos à la croisade entreprise par Philippe Auguste et l’étendard blanc à croix vermeille choisi par Merlin est aussi l’emblème des croisés. On peut ainsi souligner la proximité de la Suite Vulgate avec les chroniques qui se sont concentrées sur les batailles insulaires et victoires du jeune roi. Le compte-rendu des grandes batailles innove en outre par l’introduction des nouvelles tactiques militaires utilisées au xiiie siècle. La cavalerie est plus mobile et des détails marquants, comme le nuage de poussière relevé à Bouvines par Guillaume le Breton et d’autres chroniqueurs, sont peut-être repris dans la Suite Vulgate (Walter, p. 1435).

Gestion du temps

  • 30 « Or dist li contes que quant li rois Artus se fu partis del roi Ban de Benuyc et del roi Boort son (...)

20On peut s’interroger également sur le caractère historique ou romanesque du traitement de la temporalité. Le récit de la Suite Vulgate n’est pas structuré par l’enregistrement de dates précises mais par la relation de successivité temporelle et de contiguïté géographique établie entre les différents événements de l’intrigue30. La référence au passage du temps ne s’effectue dans la Suite Vulgate que de façon relative, ainsi la date de naissance d’un enfant compte moins que l’ordre de sa naissance par rapport à ses frères, avec toutes les implications sociales que cela peut avoir :

« Et la feme au roi Boort en i ot un [fils] c’on apeloit Lyonel qui molt fu biaus enfés de grant maniere et el dosisme mois après en i ot un que on apeloit Boort. Et furent puis cil .iii. enfant de molt grant renonmee el roiaume de Logres. […] Un poi de tans après ce que Boors fu nés, li plus jovenes des .ii. enfans au roi Boort, chaï li rois Boors en une grant maladie et jut longement en la cité de Gaunes. Si en fu li rois Bans ses freres molt dolans et molt coureciés. » (Walter, p. 1660-61)

21Il y a un effet de résumé très net dans le passage, bien que le narrateur prenne le temps de mentionner les sentiments des personnages en question à l’occasion des événements décrits, même s’il s’agit de sommaires réactions de joie ou de douleur.

22Le texte n’hésite pas à répéter les informations qui semblent capitales par le biais de propositions circonstancielles de temps qui unissent sémantiquement et syntaxiquement une phrase à une autre, avec en outre la présence de mots charnières comme « or », « si », ou « puis ». Ces outils linguistiques permettent d’insister sur la cohérence et l’enchaînement des événements dans le récit, un trait partagé à la fois par les textes romanesques et historiques qui ne se contentent pas toujours de respecter une pure successivité chronologique. En fait on constate que :

  • 31 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, p. 348.

« Les séquences ou séries de séquences “romanesques” ou “historiques” ont la même fonction textuelle, les mêmes règles d’enchaînement et emploient les mêmes moyens verbaux au moins jusqu’à la fin du xiiie siècle. »31

  • 32 Daniel Poirion, « Romans en vers et romans en prose », Grundriss der romanischen Literaturen des Mi (...)

23Au niveau stylistique, la multiplication des coordinations et indications temporelles crée le sentiment d’un devenir inexorable et progressif car la prose « a horreur du vide et de l’inexpliqué »32, elle tend à l’élucidation et à l’exhaustivité. D’où la dilatation de certaines œuvres romanesques et la disproportion entre le Merlin propre et une Suite qui déploie les événements des débuts d’Arthur bien plus que le Merlin propre ne l’avait fait pour ses ancêtres. C’est la marque de l’amplification d’une matière qui sert à faire la transition avec le Lancelot et passe par des constructions syntaxiques stéréotypées.

24Le texte procède souvent à des sauts en avant par le biais de remarques insérées ponctuellement dans le cours de la narration :

« Le roi Bans ot un fil de sa feme qui ot non em baptesme Galaad et en sornom Lanselot. Icelui non Lancelot li dura toute sa vie. Si en ot li rois ban et la roïne sa feme molt grant joie. » (Walter, p. 1660)

25Le glissement du passé simple au futur permet d’appréhender en quelques mots toute l’étendue de la vie de Lancelot, avant le retour au temps de base du récit. Ce type de procédé est fréquent lors des passages de transition d’un paragraphe à un autre, et cela vaut en particulier pour ce passage qui clôt la Suite Vulgate et ouvre le récit sur les autres œuvres du cycle.

26La référence aux grands moments de l’année liturgique scande néanmoins la temporalité arthurienne. La capacité d’Arthur à rassembler sa cour et à faire venir ses barons à l’occasion des grandes fêtes est aussi significative de l’affermissement de son pouvoir tout en manifestant l’unité du royaume. De même, l’utilisation des heures canoniales et du calendrier liturgique, caractéristique du roman arthurien, donne un ancrage réaliste au récit. Pourtant l’unité interne au roman (liée à la succession de ces épisodes et à leur déroulement propre), semble plus importante et en tous cas plus prégnante que les repères calendaires plus généraux utilisés occasionnellement.

27Si les indices temporels qui parsèment le texte et assurent son unité narrative ont ainsi une dimension politique, une des spécificités de la Suite Vulgate est la mise en place de pratiques qui, fondées sur des valeurs communes, vont devenir caractéristiques du fonctionnement chevaleresque, politique et symbolique du royaume constitué autour de son nouveau chef. Ainsi sont établies dans ce texte les règles et coutumes qui vont par la suite déterminer la nature du règne arthurien. Après le tournoi de la Table Ronde, les différents serments passés par les chevaliers d’Arthur et les engagements réciproques de Gauvain et de ses compagnons ainsi que de la reine Guenièvre vont permettre de définir les règles de conduite chevaleresques et le déroulement rituel de l’aventure, et constituent le fondement romanesque de l’historique arthurienne. On peut citer comme exemple un des serments de Gauvain :

« Or vous faisons nous un veu entre nous que ja nus ne venra entre nous requerre en secours ne aïde encontre le cors d’un chevalier qu’il ne l’aït contre autre, cors a cors, si en menra lequel que li plaira ja si loing ne sera. Et s’il avenist chose qu’il ne venist dedens le mois, chascuns de nous l’iroit querre par soi et duerroit la queste un an et un jour sans repairier a court tant que vraies nouveles aporteroit de son compaingnon ou de sa vie ou de sa mort. » (Walter, p. 1319)

28Malgré le caractère fictionnel et idéalisé du royaume créé, on voit quel soin est porté à établir la genèse de l’histoire arthurienne conçue comme un tout dont la Suite Vulgate démontre a posteriori la cohérence et la logique par ce récit des origines passablement truqué.

Composition du récit

29Le schème arthurien, en même temps qu’il fonde l’historicité du récit, y crée une unité narrative et constitue un cadre.

  • 33 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 246.

« L’historiographie représente le réel fragment par fragment, épisode par épisode, chacune de ces unités, dans son unicité signifiante, en principe égale les autres en dignité. Le roman aspire à engendrer un sens global au moyen d’une syntaxe signifiante. »33

  • 34 Alexandre Micha, « La composition de la Vulgate du Merlin», Romania, 74, 1953, p. 201, et Richard T (...)

30Cela implique à la fois une interdépendance des événements et une structuration de la narration plus complexe que dans le texte historique, ce qui est accentué par la formation du cycle du Lancelot-Graal. L’organisation narrative de la Suite Vulgate qui donne à voir les « Premiers Faits » d’Arthur, et constitue un « Livre des enfances »34, est souvent foisonnante et parfois déroutante. Cependant, la structuration temporelle du récit, fondée sur le modèle de la chronique, garantit la cohérence des événements narrés. Ainsi, la Suite Vulgate comprend les éléments d’une chronique qui s’étendrait sur trois ans et demi, mais la technique de l’entrelacement permet d’articuler et de joindre plus étroitement les événements narrés. Or cette quête de sens et d’unité n’est pas absente des récits à caractère historique, ce que souligne aussi le traitement de la temporalité.

31Dans le récit de la deuxième partie de la première bataille contre le roi Rion, le narrateur n’hésite pas à fournir un récit extrêmement détaillé de ces manœuvres militaires, et on voit que dans ce contexte, les références temporelles servent à la fois à marquer les étapes d’un récit qui s’articule simultanément sur plusieurs plans, et à dramatiser les circonstances de ces affrontements. Ainsi l’unité jour/nuit, et en particulier les fins et débuts de journées sont beaucoup plus importantes que la référence à une date précise au cours de l’année liturgique. Le cadre nocturne qui délimite une période de lutte intense (« toute nuit les couvenra deduire em bataille ») permet de dramatiser le combat héroïque. Les notations temporelles participent aussi d’une mise en scène magistrale des préliminaires du combat qui se déroule dans un décor saisissant avec un effet de dévoilement progressif :

« Il forvoierent, car il tournerent assenestre d’une viés voie et herbue ou il faisoit molt oscurs por le bois qui grans et haus et foillus estoit. Et ce estoit el mois de mai et la lune n’estoit pas encore levee car plaine estoi des le tiers jour devant. […] Si se traient envers al vois qu’il oent et se hastent de chevauchier. Et la lune començoit a lever et, en ce qu’il vinrent prés, si voient une grant bataille. » (Walter, p. 1118)

  • 35 à la fuite de Rion, le texte évoque Ban et Arthur (1) puis se tourne vers les actions que mènent Lé (...)
  • 36 « Le samedi matin », on annonce à l’empereur Henry que les hommes du Chivetot sont assiégés en mer. (...)

32Le déploiement de la narration s’opère progressivement, car le récit distingue sept plans différents, avant de procéder à une résolution globale, sur un rythme qui peut être modulé pour rendre compte des péripéties de l’action35. L’attention scrupuleuse portée au déroulement de l’action et l’utilisation de l’entrelacement, certes portés à leur paroxysme dans ce passage, ne sont néanmoins pas absents du récit historique. Ainsi, on assiste au même type de récit dans la conquête de Constantinople, où le passage du jour et de la nuit, certes pourvu d’une valeur dramatique et poétique, détermine les conditions concrètes d’établissement de la bataille36. Le texte cultive ici le goût pour un compte rendu détaillé et précis d’événements entrelacés.

33Les digressions permettant de mieux éclairer le sens de son récit et d’assurer une bonne appréhension, de la part des lecteurs, des personnages évoqués, sont présentes dans le roman en prose comme dans les récits à caractère historique. Ainsi la référence aux enfants du roi Loth est l’occasion d’une allusion aux circonstances de la naissance de Mordret :

« Il fu voirs qu’il [Loth] avoit une des serours le roi Artu de par sa mere et de cele dame issi Gauvnes et Agravains et Guerrehés et Gaheriés. icil furent fil au roi Loth. Et d’autre part en issi Mordrés qui fus li mainsnés que li rois Artus engenra, si vous dirai conment, car aussi vaudra mix l’estoire se je vous fais entendant en quel maniere il fu engendrés de li, car maintes gens l’en priseroient mains que la vérité n’en sauroient. » (Walter, p. 868)

  • 37 Si l’auteur se fait plus subtil dans ses interventions, le contrôle du narrateur sur son texte semb (...)
  • 38 Ainsi, par exemple, dans la première rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César, qui date du pr (...)

34La réserve du narrateur dans l’évocation de cet épisode litigieux est la marque de l’attitude plutôt positive qu’il adopte par rapport au monde arthurien. La Suite Vulgate souligne en effet la méprise dont Ygerne est la victime dans cette aventure provoquée par « l’enjouement » d’Arthur, et l’ignorance du caractère incestueux de cette relation de la part des deux protagonistes. Néanmoins, les passages de dialogue direct avec le public sont relativement rares, même si certaines formules témoignent de l’influence que continue d’exercer la chanson de geste sur le roman et encore plus sur le récit historique37. L’attention portée à la transition progressive d’un type de discours à un autre distingue les romans en prose des chansons de geste où les interventions d’auteur sont très fréquentes et où l’on accentue justement (sans doute pour une question de clarté), ce qui relève de la parole du narrateur ou du personnage. Or au début du xiiie siècle, les récits historiques en prose restent très marqués par l’écriture épique, comme le montrent ceux de la conquête de Constantinople. En fait, c’est peut-être sous l’influence du roman en prose que dans les écrits historiques, les leçons morales tendent à s’estomper dans une narration plus « objective »38.

Style et traitement de la matière

  • 39 Le récit est ainsi rythmé par des formules du type « L’an de l’Incarnation du Seigneur 1182 », « La (...)
  • 40 John Capgrave, Chronicle of England, éd. F. C. Hingeston, London, Longman, Brown, Green, Longmans a (...)

35Les écrits historiographiques sont traversés au Moyen âge par deux tendances : la première, à l’origine associée à la rédaction des annales, consiste en un relevé succinct des événements marquants d’une année. Le texte est alors caractérisé par son caractère lapidaire et sa sécheresse rhétorique, en l’absence affichée de tout effort d’ornementation. Ce modèle laisse par exemple ses marques dans la présentation de la Vie de Philippe Auguste par Rigord puis Guillaume le Breton au début du xiiie siècle39. Un autre type de pratique au contraire met au premier plan la qualité stylistique du récit historique, le développement et l’amplification, dans des textes davantage littéraires, comme peut-être la Prise de Constantinople. Dès la fin du xiie siècle, dans ses Chroniques, Gervais de Canterbury différencie chronique et histoire par leur style : « Historicus diffuse et eleganter incedit, cronicus vero simpliciter et graditur et breviter. »40 Alors que l’historien doit charmer son auditoire, le chroniqueur doit narrer une suite précise d’événements. Mais Gervais lui-même reconnaît les mélanges dans la pratique : « Sunt autem plurimi qui, cronicas vel annales scribentes limites suos excedunt. » Si théoriquement, le récit historiographique, implique « une pure successivité non coordonnée », comme dans les textes de type annalistique, nombreux à haute époque, cela n’est pas toujours le cas, en particulier pour les récits ultérieurs, et en relation avec l’enjeu moral de l’écriture de l’histoire accentué dès l’antiquité. Si les « chroniques » proposent un récit d’événements présentés de façon chronologique, les « histoires » fournissent un rapport plus détaillé et traitent le sujet de façon plus fouillée, ou bien proposent un arrangement qui n’est pas seulement chronologique et elles prennent par là une dimension plus littéraire. L’historien se fait alors romancier voire poète, et la recherche stylistique montre à nouveau la porosité entre « roman » et « histoire » qui ne constituent pas en eux-mêmes des catégories génériques totalement distinctes, mais qui présentent deux types narratifs parfois très proches.

  • 41 Joannes de Garlandia, The « Parisiana poetria » of John of Garland, éd. et trad. Traugott Lawler, N (...)
  • 42 Cicero, De Ratione dicendi. Ed C. Herennium : rhetorica ad Herennium, éd. et trad. (anglais), Harry (...)
  • 43 Quintilien, Institution oratoire, éd. et trad. Henri Bornecque, Paris, Garnier, 1933, II 4, p. 180- (...)

36Dès l’origine, il semble donc difficile de distinguer la production historique et romanesque en langue vernaculaire. Si les romanciers revendiquent la vérité historique, les historiens traitent l’histoire comme une aventure romanesque. La Suite Vulgate recourt à des procédés narratifs partagés avec les textes historiographiques en prose dont l’écriture est elle-même fortement déterminée par la production romanesque au début du xiiie siècle. Pour Gabrielle Spiegel, l’évolution des histoires en langue vernaculaire, des traductions du pseudo-Turpin aux histoires anciennes, à la Croisade et aux chroniques contemporaines, récapitule l’évolution des textes en langue romane, de la chanson de geste aux romans antiques, et aux romans courtois remaniés en prose. Ce parallèle entre l’évolution générique de la littérature romanesque et de l’historiographie vernaculaire suggère que la culture vernaculaire elle-même génère des textes à caractère historique que l’on peut percevoir comme une variété des genres littéraires. Si l’on réfléchit au statut de la Suite Vulgate du Merlin, on voit que certains de ses passages ont trait au conte ou à la légende, et qu’elle est tendue entre la chanson de geste (dont l’écriture imprègne en particulier le récit des guerres arthuriennes, et avec laquelle elle partage des traits comme la célébration héroïque des valeurs collectives), le récit historique (dans la lignée de l’Histoire des rois de Bretagne de Monmouth et du Brut de Wace, et en relation avec les histoires en prose écrites de façon contemporaine), et le roman arthurien (auquel elle se rattache dans la perspective cyclique et par le bais de motifs thématiques et compositionnels propres). Ces catégories ne constituent pas pour autant des genres fixes ni des entités aisément définissables. Dans la première moitié du xiiie siècle, la Poetria Parisiana de Jean de Garlande41 distingue et classe les textes en prenant en compte :
– la forme verbale : prose ou mètre ;
– la forme de la représentation : critère quicumque loquitur ;
– le degré de réalité de la narration : res gesta (ou historia), res ficta (ou fabula), res ficta quae tamen fieri potuit (ou argumentum), selon une distinction déjà établie par Cicéron42 et par Quintilien43 ;
– les sentiments exprimés : tragica, comica, satirica, mimica.

37On peut y voir les fondations d’une réflexion sur les types de textes et les genres littéraires. Or le recours à ces différents critères et les distinctions qui en résultent ne permettent pas la mise en place d’un système générique cohérent mais soulignent la fluctuance des éléments de caractérisation et de discrimination des formes alors que les catégories génériques dont nous nous servons maintenant n’ont pas encore été élaborées. Les critères de définition d’un genre et l’héritage de l’histoire littéraire qui déterminent les conceptions actuelles ne doivent pas conduire à forcer une opposition entre roman et histoire qui n’avait pas autant de sens dans la littérature médiévale en langue vernaculaire.

38Pour Antoine Compagnon, « toute œuvre module un genre, est une variation sur lui »44, or comme le souligne Marielle Macé, « l’hybridation, l’hétérogénéité, le composite, apparaissent certes en aval d’une mise en question des genres, mais ce sont aussi des catégories qui ont pu exister dans des textes bien antérieurs »45, et qui sont peut-être même aux origines de la formation d’un genre. Mais si le texte historique se réfère à une réalité extérieure dont il donne un compte rendu le plus fidèle et convaincant possible, la Suite Vulgate se trouve prise dans un univers romanesque déjà formé dont elle va développer les possibilités en comblant certaines lacunes, de façon à former « l’Estoire de Merlin ». Les techniques narratives utilisées sont souvent semblables dans le roman et dans les récits historiographiques, pourtant le premier tend à la production d’une signification par la relation d’événements dont le caractère fictif reste en suspens mais qui forment un tout autonome et signifiant dans le cadre de l’univers crée par l’intertexte arthurien. Or selon Jauss :

  • 46 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, p. 246.

« L’historiographie déclare au contraire l’existence d’une réalité extérieure. Elle se réfère à autre chose que le texte. Le roman n’a pas besoin de cette référence pour exister. Virtuellement, il se clôt sur lui-même. »46

39Or l’opposition moderne entre « fiction » et « réalité », clôture et ouverture sur le monde, ne suffit pas à les distinguer du point de vue de leur matière et de la relation qu’ils entretiennent avec la réalité et l’univers de croyance du public contemporain. « L’Estoire de Merlin » joue un rôle central dans la construction du monde arthurien comme tout narratif cohérent, en insistant sur le caractère historique de la matière traitée. Elle souligne l’évolution des concepts de réalité, de vérité et de crédibilité, l’ambiguïté du terme d’histoire, et la relativité des distinctions génériques dans le contexte de la littérature médiévale en langue vernaculaire.

Haut de page

Bibliographie

Textes médiévaux

Bodel Jehan, La chanson des Saisnes, éd. Annette Brasseur, Genêve, Droz, TLF, 369, 1989.

Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis la fondation de la monarchie française jusqu’au xiiie siècle, t. 11. Rigord, Vie de Philippe-Auguste. Guillaume le Breton, Vie de Philippe-Auguste. Vie de Louis VIII. Nicolas de Bray, Faits et gestes de Louis VIII. éd. M. Guizot, Paris, J. L. J. Brière, 1825.

De Boron Robert, Merlin : roman du xiiie siècle, éd. Alexandre Micha, Genève, Droz, 1979.

De Garlandia Joannes, The « Parisiana poetria » of John of Garland, éd. et trad. Traugott Lawler, New Haven, London, Yale University Press, 1974.

Estoire de Merlin, The Vulgate version of the Arthurian romances, t. 2, éd. H. Oskar Sommer, Washington D. C., Carnegie Institute, 1908.

Historiens et chroniqueurs du Moyen âge : Robert de Clari, Villehardouin, Joinville, Froissart, Commynes, éd. Albert Pauphilet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 48, 1952.

La Chanson de Roland, éd. Cesare Segre, Genève, Droz, 2003.

La Suite du Roman de Merlin, éd. Gilles Roussineau, Genève, Droz, 1996, 2 vol.

Le livre du Graal. I, Joseph d’Arimathie, Merlin, Les premiers faits du roi Arthur, éd. Daniel Poirion et Philippe Walter ; Anne Berthelot, Robert Deschaux, Irène Freire-Nunes et al., Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 476, 2001.

Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècles, recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen âge, éd. Edmond Faral, Paris, Champion, 1924.

Wace Robert, Le roman de Rou, éd. Anthony J. Holden, Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol.

Wace’s Roman de Brut: a History of the British, éd. et trad. (anglais) Judith Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999.

Critiques

Articles

Compagnon Antoine, « La notion de genre », ch. 5, Fabula, http://www.fabula.org/compagnon/genre.php (01/03/05).

Gallais Pierre, « Recherches sur la mentalité des romanciers français du Moyen âge », Cahiers de civilisation médiévale, 13, 1970, p. 333-347.

Macé Marielle, « La généricité restreinte », Fabula, http://www.fabula.org/revue/cr/111.php (01/03/05).

Micha Alexandre, « Les sources de la Vulgate du Merlin », Le Moyen âge, 58, 1952, p. 299-345.

Micha Alexandre, « La composition de la Vulgate du Merlin », Romania, 74, 1953, p. 200-220.

Trachsler Richard, « Quand Gauvainet rencontre Sagremoret ou le charme de la première fois dans la Suite-Vulgate du Merlin » [article à paraître].

Monographies

Marnette Sophie, Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale : une approche linguistique, Berne, Peter Lang, 1998.

Spiegel Gabrielle, The past as text: the theory and practice of medieval historiography, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997.

Taylor John, English historical literature in the fourteenth century, Oxford, Clarendon, 1987.

Zumthor Paul, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972.

Zumthor Paul, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975.

Haut de page

Notes

1   Estoire de Merlin, The Vulgate version of the Arthurian romances, t. 2, éd. H. Oskar Sommer, Washington D. C., Carnegie Institute, 1908 (réf. : Sommer) et Le livre du Graal. I, Joseph d’Arimathie, Merlin, Les premiers faits du roi Arthur, éd. Daniel Poirion et Philippe Walter. Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 476, 2001 (réf. : Walter).

2 La Suite du Roman de Merlin, Genève, Droz, éd. Gilles Roussineau, 1996, 2 vol.

3 Le roman de Merlin offre, après une présentation des origines du personnage, l’histoire de ses relations avec les rois de Bretagne auprès desquels il joue le rôle de conseiller fidèle et dévoué. Merlin rend possible la naissance illégitime d’Arthur, et le roman de Robert de Boron se clôt avec la reconnaissance d’Arthur comme roi de Bretagne, suite à la manifestation de son élection divine. (Robert de Boron, Merlin en prose, Genève, Droz, éd. Alexandre Micha, Textes Littéraires Français, 281, 1979).

4 Le texte donne à voir l’ascension d’Arthur, ses guerres contre les barons rebelles, les Saxons, le roi Rion, et les Romains, mais présente également le mariage d’Arthur et de Guenièvre (avec l’épisode de la fausse-Guenièvre), l’installation de la Table Ronde, et les amours de Merlin et Viviane, et il met en place la structure de l’aventure chevaleresque avec l’émergence progressive du personnage de Gauvain.

5 Edmond Faral, Les Arts poétiques du xiie et du xiiie siècles, recherches et documents sur la technique littéraire du Moyen âge, Paris, Champion, 1924.

6 « La littérature médiévale romane n’est pas simplement une somme arbitraire, mais un ordre latent ou une suite d’ordres de genres littéraires. Cet ordre nous est donné dans quelques témoignages d’auteurs médiévaux et par le choix et l’ordonnance des textes dans des collections de manuscrits. » Hans Robert Jauss, « Littérature médiévale et théorie des genres », Théorie des genres, Paris, Seuil, Points Littérature, 181, 1986, p. 57-59.

7 « N’en sont que trois materes a nul home vivant :De France et de Bretaigne et de Ronme la grant ;Ne de ces trois materes n’i a nule samblant.Li conte de Bretaigne si sont vain et plaisant,Et cil de Ronme sage et de sens aprendant,Cil de France sont voir chascun jour aparant.Et de ces trois materes tieng la plus voir disant. »Jehan Bodel, La chanson des Saisnes. Genêve, Droz, éd. Annette Brasseur, Textes Littéraires Français, 369, 1989, p. 2.

8 Ce n’est que dans la terminologie contemporaine que le terme « roman » peut se spécialiser pour désigner une forme de production narrative particulière, et qu’en fonction de la « matière » de ces textes ou de l’idéologie qui les sous-tend, on a parlé de roman breton, roman antique, roman courtois, roman arthurien, roman d’aventure etc., sans pour autant constituer de système générique tout à fait cohérent.

9 En ce qui concerne les titres donnés aux manuscrits en début ou en fin de texte, on note cependant des variations. L’écrasante majorité parle de « l’histoire de Merlin », mais l’explicit du manuscrit B. N. fr. 770, qui date du xiiie siècle et donne à lire le Merlin et sa Suite Vulgate, fait mention du « Romans de Merlin ». De même, le manuscrit B. N. fr. 9123 est introduit par la rubrique « Ci commence li rommans de Merlin [...] », même si le terme ne réapparaît pas au sein du texte.

10 Dans le manuscrit de Bonn 526, l’Estoire se termine sur « Si retourne a parler d’une istoire de Merlin qu’il couvient a fine force ajouster a l’Estoire del Saint Graal, et le Merlin commence, de façon singulière dans cette version manuscrite, par « Or dist li contes et la vraie estoire le temoigne que molt fu iriés li anemis... ». Les Premiers Faits sont introduits par « Or dist li contes que quant li messages... », ce qui est aussi propre à cette version du texte. La fin comporte également une mention du conte avec la référence au sénéchal qui trahit Ban « et par qui il perdi le chastel de Trebes, si come li contes le vous devisera cha avant » (Walter, respectivement p. 567, 569, 571, 1662).

11 Marquant souvent les subdivisions du récit, on les retrouve en particulier aux moments où le récit renoue avec un fil interrompu du récit et change de personnage (« Or dist li contes que quant li rois Brangoire s’en fu partis de Sorhaut que li rois Karados apraeilla son oirre et s’em parti de Sorhaut », Walter, p. 876-877), ou souligne le caractère extraordinaire des événements décrits (par l’emploi topique de termes hyperboliques, l’utilisation d’intensifs (« Or dist li contes que molt furent grevé la gent au roi Clarion [...] », Walter, p. 1004), ou de chiffres très importants dans le récit. La mention du « conte » intervient aussi lorsque le récit joue de prolepses ou d’analepses, notamment pour donner des précisions sur un personnage ou introduire des références à la suite du cycle, et en particulier à la Mort Artu.

12 Le narrateur, lorsqu’il s’agit de Villehardouin, constitue une figure prestigieuse et livre ses mémoires sur des actions dans lesquelles il joue un rôle de premier plan. Des formules comme « Or lairons ici de Henri le baile de l’empire, si dirons de Johannis le roi de Blaquie et de Bougrie », p. 179, où le narrateur s’affirme comme le seul arbitre du déroulement de son récit, contrastent avec « Et bien tesmoigne li livres que onques nus n’eschiva l’ost de Venise », pourtant directement suivi de « Or vos lairons de ceus, si parlerons de ceus qui sont devant Constantinople », p. 142. Villehardouin, « La conquête de Constantinople », Historiens et chroniqueurs du Moyen âge : Robert de Clari, Villehardouin, Joinville, Froissart, Commynes, éd. Albert Pauphilet, Paris, Gallimard, Bibliothèque de la Pléiade, 48, 1952.

13 « Or conte li livres une grant mervoille », p. 167. Au sein du récit historique, dans l’expression « Totes les paroles qui là furent dites ne vos contera mie li livres », p. 129, « livre » renvoie au récit en cours, avec un jeu sur le procédé romanesque d’ellipse dans la narration (ibid.). Avec le « livre », c’est de façon plus neutre la dimension matérielle de la reliure de plusieurs feuilles dans la constitution d’un ouvrage qui est évoquée, mais aussi l’autorité d’une source sur laquelle se fonde la narration. Dans la fiction établie par le Merlin, le livre renvoie autant au texte lui-même qu’au livre de Blaise, ce qui peut témoigner d’une volonté de confondre les deux avec la création d’un dispositif complexe qui fonde le texte sur le témoignage de Merlin.

14 « Or est Commanie une terre qui marchist a Blakie; si vous dirai quel gent cil Commain sont », p. 60 ; « Or vous dirons d’une autre aventure qui avint a monseigneur Henri, le frere le comte de Flandres », p. 61. Robert de Clari, « La conquête de Constantinople », Historiens et chroniqueurs du moyen âge, op. cit.

15 « Or vous avons conté le mesfait dont il marquis de Montferrat haioit l’empereeur de Constantinople… », p. 43. On remarque que lors de la description de la « Sainte chapelle » où sont trouvées les reliques de la passion du Christ, l’auteur, qui reprend le topos de l’inexprimable, révoque à la fois toute possibilité de raconter les événements auxquels il a assistés et d’en rendre compte fidèlement. Il semble ainsi mettre les deux expressions coordonnées sur le même plan, et les utilise avec un effet d’emphase rhétorique en clôture de paragraphe. « Et si y trouva on de la vesture Nostre Dame, et le chief monseigneur Saint Jehan Baptiste, et tant d’autres riches saintuaires ne le porroie mie aconter ne dire la verité », ibid., p. 73.

16 Pierre Gallais, « Recherches sur la mentalité des romanciers français du moyen âge », Cahiers de civilisation médiévale, 13, 1970, p. 338 ss.

17 Quand Robert de Clari introduit son récit par « Ci commence l’istoire de ceus qui conquisent Constantinople », op. cit., p. 17, on note la même hésitation entre l’histoire individuelle et l’histoire collective qui sont constamment articulées.

18 Les plus anciens récits romanesques se sont constitués à partir de longues versifications françaises de récits comme la Thébaïde de Stace ou l’Enéide même s’ils sont progressivement colorés par l’influence de la poésie lyrique courtoise. Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 241.

19 Il apparaît dès le viie siècle dans des textes gallois puis latins comme l’Historia Brittonum de Nennius et les Annales Cambriae, au xe siècle, qui le situent dans la 1re moitié du vie siècle. Geoffrey de Monmouth va lui donner une carrière prestigieuse et la stature d’un monarque historique qui ne sera plus guère contestée. Par la suite, les chroniques galloises du Brut et en Angleterre les travaux de Pierre de Langtoft, Robert Mannyng et John Harding notamment, continuent à s’en inspirer.

20 La tradition historiographique, après la rédaction des grands cycles romanesques en prose au xiiie siècle, semble prendre des orientations différentes en France et en Angleterre. Les chroniques françaises qui débutent avec la matière arthurienne sont prédisposées à un traitement chevaleresque des événements, mais ce type d’histoire chevaleresque n’est pas central dans la tradition anglaise, car mi-xive, la langue française décline en Angleterre, et les Chroniques de Froissart semblent avoir peu d’influence directe sur les chroniques du xve siècle en Angleterre. John Taylor, English historical literature in the fourteenth century, Oxford, Clarendon, 1987, p. 46 ss.

21 Wace’s Roman de Brut: a History of the British, éd. et trad. (anglais) par Judith Weiss, Exeter, University of Exeter Press, 1999.

22 Dans la « Conquête de Constantinople » certaines formules témoignent d’un travail rhétorique et poétique semblable à celui de l’épopée (« Granz fu la guerre entre les Frans et les Grecs »), avec en outre de nombreux passages de discours direct renvoyant à la fois aux prises de paroles des personnages et à l’intervention du narrateur (« Ha! com granz dommages fu », « Halas! com dolereuse perte fu là faite »). Le conteur prend à parti son auditoire : « Là veissiez mainte lerme plorer, et mainte paume battre de deuil et de pitié », Robert de Clari, op. cit., respectivement p. 141, 106, 170 et 173. Ce type d’écriture, hérité de la chanson de geste et perpétué dans le récit historique, accentue la participation affective du narrateur et son investissement dans le texte tout en promouvant les valeurs d’une communauté.

23 Ki vult oïr et vult savoir.De rei en rei e d’eir en eir,Ki cil furent et dunt il vindrentKi Engleterre primes tindrent, [...]Maistre Wace l’ad translatéQui en conte la vérité.Si cum li livres le devise [...]. (Op. cit., v. 1-9)

24 Wace dans le prologue du Roman de Rou emploie ainsi « geste » dans son sens de type littéraire :Pour remembrer des ancessoursLes faiz et les diz et les mours,Doit l’on les livres et les gestesEt les estoires lire as festes (v. 1-4).Robert Wace, Le roman de Rou, éd. Anthony J. Holden, Paris, Picard, 1970-1973, 3 vol.

25 La Chanson de Roland, éd. Cesare Segre, Genève, Droz, 2003, v. 4002.

26 L’apparition des histoires en vernaculaire dès 1140-50, était déjà contemporaine de celle des premiers romans, d’ailleurs écrits dans un mètre commun (la suite d’octosyllabes à rimes plates), et par les mêmes auteurs comme Wace ou Benoît de Sainte Maure.

27 Paul Zumthor, op. cit., p. 122.

28 Dans la Chanson de Roland par exemple, si les épisodes de combat sont soigneusement développés, les conquêtes de Charlemagne peuvent être l’objet de formules tout à fait lapidaires : « Carles li magnes ad Espaigne guastede, / Les castels pris, les citez violees » (op. cit., v. 703-704). Pour Micha, dans des textes comme Girard de Roussillon, la Mort Aymeri, ou Garin le Lorrain, si ces exactions sont mentionnées, « ce ne sont que des traits incolores, rapides, et épars ; jamais ces tableaux ne sont présentés avec une telle insistance, ni avec un tel luxe de détails » (Alexandre Micha, « Les sources de la Vulgate du Merlin », Le Moyen Âge, 58, 1952, p. 303).

29 « Ni les œuvres épiques, ni le Brut ne suffisent à expliquer les grandes lignes de l’affabulation de la Vulgate. Sans doute l’auteur doit beaucoup à l’épopée (l’anthroponymie à elle seule le prouverait), mais il a mis en œuvre des éléments nouveaux, qui ne sont ni livresques, ni traditionnels, et il est difficile de ne pas être frappé par une série de correspondances avec des faits relativement récents. » (Alexandre Micha, art. cit., p. 309-310)

30 « Or dist li contes que quant li rois Artus se fu partis del roi Ban de Benuyc et del roi Boort son frere demourerent a Benuyc [...]. » (Walter, p. 1660).

31 Paul Zumthor, Essai de poétique médiévale, Paris, Seuil, 1972, p. 348.

32 Daniel Poirion, « Romans en vers et romans en prose », Grundriss der romanischen Literaturen des Mittelalters, IV (1), éd. Jean Frappier et Reinhold Grimm, Heidelberg, Winter, 1978, p. 79.

33 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, Paris, Seuil, 1975, p. 246.

34 Alexandre Micha, « La composition de la Vulgate du Merlin», Romania, 74, 1953, p. 201, et Richard Trachsler, « Quand Gauvainet rencontre Sagremoret ou le charme de la première fois dans la Suite-Vulgate du Merlin», colloque de Rennes, octobre 2005, [article à paraître].

35 à la fuite de Rion, le texte évoque Ban et Arthur (1) puis se tourne vers les actions que mènent Léodegan et Cloedalis jusqu’à la « noire nuit serrée » (2), sur celles de Guimor et Sinados (3), et celles de douze autres compagnons d’Arthur au cours d’un combat qui « molt longement dura » (4), avant de ressaisir de façon globale ces trois actions dispersées qui durent « jusqu’a mienuit », l’absence de ces guerriers provoquant l’inquiétude du reste de l’armée rentrée à Daneblaise (5). Le conte passe alors à l’enchantement du torrent crée par Merlin (6) puis en se référant au roi Amant (7) revient sur l’histoire de ses démêlés avec Uterpandragon. Amant et son armée marchent contre Arthur « le venredi matin, aprés Pentecouste », et il affronte Galaad au cours d’une bataille qui « toute jor ajournee dure jusques au vespre ». Après avoir traité toutes ces composantes de la même action, le conteur rassemble progressivement ces fils narratifs, et la réunion des membres dispersés de l’armée arthurienne correspond avec l’avancée progressive vers la victoire. Les indications temporelles accompagnent et structurent le développement complexe du récit (Walter, p. 1118-39).

36 « Le samedi matin », on annonce à l’empereur Henry que les hommes du Chivetot sont assiégés en mer. On rassemble alors les troupes, et « Einsi alèrent à force de rames, tote la vesprée tant com jorz lor dura, et tote la nuit trosque a l’endemain au jor. Et quand vint à une pièce après le soleil levant, si ot tant esploitié l’empereres Henris que il vit le Chivetot, et l’ost qui ere entor et par mer et par terre. Et cil dedenz n’orent mie dormi la nuit ; ainz se furent tote nuit hordé [...]. Einsi les tint l’empereres assis à ses dix sept vaissiaus [...] et ançois que la nuiz venist, i en ot tant venuz que il orent la force en mer partot ; et jurent tot nuit armé, et aancrez lor vaissiaus. Et fu lor conseils tels que si tost com il verroient le jor, que il s’iroient combatre a eus el rivage por tollir lor vaissiaus », p. 195. « Au matin », l’empereur et ses alliés vont rapatrier les blessés du Chivetot, avant d’abandonner le château, trop affaibli, et de revenir à Constantinople. Ici encore, le passage du jour et de la nuit, qui permet de clore l’épisode tout en assurant sa progression narrative, va de pair avec la question de la visibilité des troupes et la tension du délai d’arrivée des renforts fournis.

37 Si l’auteur se fait plus subtil dans ses interventions, le contrôle du narrateur sur son texte semble caractéristique du roman en prose et se manifeste par exemple selon Sophie Marnette par la prééminence du récit et du discours indirect sur le discours direct, alors que celui-ci est fortement développé dans l’épopée, les chroniques, et les romans en vers. Sophie Marnette, Narrateur et points de vue dans la littérature française médiévale : une approche linguistique, Berne, Peter Lang, 1998, passim.

38 Ainsi, par exemple, dans la première rédaction de l’Histoire ancienne jusqu’à César, qui date du premier quart du xiiie siècle, deux manuscrits seulement, les plus anciens, conservent les moralisations en vers et les interpellations du public ; les rédactions ultérieures qui s’échelonnent du xive au xve siècle les suppriment, ou les transcrivent en prose, et certains manuscrits omettent même le prologue, de façon à créer un texte uniforme en prose où la présence de l’auteur est effacée. Si l’on compare les Chroniques des rois de France de l’Anonyme de Chantilly réalisées vers 1220, avec les Grandes chroniques de France écrites cinquante ans plus tard, mais qui se fondent sur le même corpus latin, elles illustrent un processus de dépersonnalisation, la disparition du narrateur manifestant le désir de créer une illusion d’objectivité. Cf. Gabrielle Spiegel, The past as text: the theory and practice of medieval historiography, Baltimore, Johns Hopkins University Press, 1997, p. 72 ss.

39 Le récit est ainsi rythmé par des formules du type « L’an de l’Incarnation du Seigneur 1182 », « La même année », Collection des mémoires relatifs à l’histoire de France, depuis la fondation de la monarchie française jusqu’au xiiie siècle, t. 11, Rigord, Vie de Philippe-Auguste. Guillaume le Breton, Vie de Philippe-Auguste. Vie de Louis VIII. Nicolas de Bray, Faits et gestes de Louis VIII. éd. M. Guizot, Paris, J. L. J. Brière, 1825.

40 John Capgrave, Chronicle of England, éd. F. C. Hingeston, London, Longman, Brown, Green, Longmans and Roberts, Rolls series, 1, 1858, p. 8 et 62.

41 Joannes de Garlandia, The « Parisiana poetria » of John of Garland, éd. et trad. Traugott Lawler, New Haven, London, Yale University Press, 1974.

42 Cicero, De Ratione dicendi. Ed C. Herennium : rhetorica ad Herennium, éd. et trad. (anglais), Harry Caplan, Cambridge, Mass, Harvard University Press ; London, W. Heinemann, 1981, I, 18.

43 Quintilien, Institution oratoire, éd. et trad. Henri Bornecque, Paris, Garnier, 1933, II 4, p. 180-181.

44 Antoine Compagnon, « La notion de genre », ch. 5, Fabula, http://www.fabula.org/compagnon/genre.php (01/03/05).

45 Marielle Macé, « La généricité restreinte », Fabula, http://www.fabula.org/revue/cr/111.php (01/03/05).

46 Paul Zumthor, Langue, texte, énigme, p. 246.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène Fabry, « La « Suite Vulgate », « Suite historique » du Merlin ? Entre histoire et roman, le statut ambigu d’un récit arthurien en prose », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 10 | 2006, mis en ligne le 11 février 2008, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/151 ; DOI : 10.4000/traces.151

Haut de page

Auteur

Irène Fabry

ifabry@ens-lsh.fr

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page