Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Notes aux auteurs

1. Politique de publication

Chaque numéro de la revue Tracés propose un dossier thématique et toutes les contributions doivent se référer explicitement au thème du numéro. L’appel à contribution a valeur de cadrage et permet la sélection des contributions en fonction de leur pertinence par rapport au thème et aux enjeux du numéro. Il a en outre vocation à suggérer aux rédacteurs potentiels quelques pistes générales de réflexion, et à leur rappeler que la revue Tracés attend un propos analytique et argumenté.

Articles

Les articles représentent des contributions originales à la recherche, qui suivent les normes habituelles de la production scientifique. Ils doivent tous se positionner par rapport à l’appel à contributions.

Différents types d’approches sont possibles, permettant de diversifier la manière d’aborder la thématique : nous accueillons tant des articles à vocation essentiellement théorique, que des contributions fondées sur des recherches empiriques, où les enjeux méthodologiques seront précisés et discutés.

Tracés étant une revue interdisciplinaire, les articles doivent pouvoir être envisagés cette perspective : ils doivent être compréhensibles et pertinents pour des lecteurs non spécialistes ; ils peuvent également faire appel à des méthodes et des références de plusieurs disciplines, ou interroger les présupposés ou les outils empiriques et théoriques d’une discipline à partir du point de vue d’une autre discipline.

Les articles soumis ne peuvent excéder 45 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Notes

Nous publions des notes critiques qui présentent un ensemble de travaux (éventuellement un ouvrage en particulier), une controverse scientifique, ou l’état d’une question actuelle. Elles doivent dans tous les cas se rattacher explicitement à la thématique du numéro et permettre d’éclairer des orientations de recherche ou des débats inhérents à cette dernière, notamment pour des lecteurs non spécialistes des disciplines concernées.

Les notes soumises ne peuvent excéder 30 000 signes (espaces, notes, et bibliographie incluses).

Entretiens

Des entretiens avec des chercheurs ou d’autres experts des questions étudiées sont également publiés dans chaque numéro. Les contributeurs qui souhaiteraient en réaliser sont invités à prendre contact directement avec le comité de rédaction (redactraces (a) groupes.renater.fr).

Traductions

Les traductions sont l’occasion de mettre à la disposition du public des textes peu ou pas connus en France et qui constituent un apport capital à la question traitée. Il doit s’agir d’une traduction originale. Le choix du texte devra se faire en accord avec le comité de rédaction et les questions de droits devront être réglées en amont de la publication.

Il est donc demandé aux contributeurs de bien préciser pour quelle rubrique l’article est proposé.

2. Modalités de soumission et procédure de sélection

Les rédacteurs doivent informer préalablement le comité de rédaction de Tracés (redactraces (a) groupes.renater.fr) de leur projet par courrier électronique en indiquant le titre de leur contribution, la rubrique dans laquelle ils la proposent, ainsi qu'un bref résumé du propos. Ils devront ensuite envoyer leur contribution finale au comité de rédaction.

Chaque article est lu est par un membre du comité de rédaction et par deux évaluateurs extérieurs, suivant une grille d’évaluation. Nous maintenons l’anonymat des lecteurs et des auteurs. À l’aide de ces rapports de lecture, les coordinateurs du numéro rendent un avis sur la publication et décident des modifications à demander aux auteurs afin de pouvoir publier l'article.

Dans le cas de propositions trop éloignées de l’appel à contribution ou des exigences scientifiques de la revue, les coordinateurs se réservent le droit, en accord avec le comité de rédaction, de rendre un avis négatif sur la publication sans faire appel à une évaluation extérieure. Hormis ces exceptions, une réponse motivée et argumentée est transmise aux auteurs suite à la délibération du comité de lecture.

Les articles envoyés à la revue Tracés doivent être des articles originaux. L’auteur s'engage à réserver l'exclusivité de sa proposition à Tracés jusqu'à ce que l'avis du comité de lecture soit rendu. Il s'engage également à ne pas retirer son article une fois que la publication a été acceptée et que l'article a été retravaillé en fonction des commentaires des lecteurs.

Après acceptation de la version finale du texte soumis, les auteurs doivent signer et envoyer l’autorisation de diffusion, sans quoi l’article ne peut être ni imprimé ni publié en ligne. Les articles seront accompagnés d’un résumé de 1 000 signes (espaces compris) maximum et de 5 mots clés (pas de résumé pour les notes), en français et en anglais.

3. Illustrations

La revue peut publier des articles accompagnés d’illustrations (iconographie, photos, etc.), en noir et blanc ou en couleurs ; toutefois, sur la revue papier, seul le noir et blanc apparaîtra.

Les illustrations originales seront envoyées en fichier séparé en même temps que le manuscrit, accompagnées de légendes. Les tableaux et graphiques seront envoyés dans des formats facilement exploitables ; les images devront être de la meilleure qualité possible.

L’auteur de l’article doit demander à l’auteur de la photo ou de l’illustration l’autorisation écrite et signée de la publier sur le papier et en ligne. Cette autorisation devra être envoyée en même temps que l’illustration.

4. Conventions de féminisation des textes

La revue Tracés est ouverte à la publication de textes qui adoptent une écriture féminisée (ou « non sexiste »), en laissant ce choix à l’appréciation des auteurs. Nous les invitons à se reporter aux conventions de féminisation des textes que nous avons établies.

5. Présentation du manuscrit

Le texte sera présenté de la façon la plus simple possible, de préférence en utilisant notre feuille de style, qui est mise à votre disposition en téléchargement.

Nous recommandons aux auteurs de télécharger la feuille de style, de l’ouvrir sous Word, puis d’y copier le texte qu’ils souhaitent soumettre : il sera alors possible d’appliquer directement les différents niveaux de titre, et les styles propres aux paragraphes courants, aux citations, aux épigraphes, aux résumés, etc.

Composition de l’article

– Utiliser une police Unicode (Times New Roman sur PC, Times sur Macintosh) et uniquement l’alphabet latin ; utiliser une translittération simplifiée pour les alphabets cyrillique, arabe, chinois, etc. ;
– se limiter aux niveaux suivants, clairement indiqués dans le texte :

Titre de l’article (Titre 1)

Times 18 centré gras

Titre de niveau 2 (Titre 2)

Times 16 gras

Titre de niveau 3 (Titre 3)

Times 11 gras

NB : pas de points après les titres.

Texte (PE Paragraphe alinea ou PE Paragraphe sans alinea)

Times 11

Citation (PE Citation ou PE Citation etrangere)

Times 10, retrait à gauche 2 cm

Notes (PE Note de bas de page)

Times 10

Bibliographie (PE Bibliographie [utilisé pour styler les références bibliographiques])

Times 10

Épigraphe (PE Epigraphe)

Times 10 retrait à gauche 7 cm

Résumé (PE Resume)

Times 11

Résumé étranger (PE Resume etranger)

Times 11

Les auteurs proposeront un titre court de leur article (6 mots maximum) pour le titre courant.

Épigraphe (texte mis en exergue)

L’auteur de la citation est en bas de casse et en romain + virgule + titre en italique. Pas de guillemets ; la source de l’ouvrage est précisée dans les références bibliographiques de l’article. Exemple :

Einstein accomplit les rêves les plus contradictoires, réconcilie mythiquement la puissance infinie de l’homme sur la nature, et la « fatalité » d’un sacré qu’il ne peut encore rejeter.
Roland Barthes, Mythologies

Italiques

Ils seront utilisés :
– pour faire ressortir des mots ou groupes de mots dans le corps du texte, notamment ceux qui font l’objet d’une analyse dans l’article (ne jamais utiliser le gras ou le soulignement) ; exemple :

C’est, je suppose, ce qui constitue l’implication la plus accablante d’une telle thèse d’un point de vue éthique et politique. La voix de la discorde et de la contestation est rarement, sinon jamais, prise en considération.

– pour les titres d’ouvrages, journaux, magazines, films, tableaux… (selon les normes typographiques en usage) ; exemple :

Mon angle d’attaque ici est celui que recommande Bernard Williams dans Ethics and the Limits of Philosophy.

– les titres d’articles ou de chapitres de tout texte tiré d’un volume sont en romain et entre guillemets :

Dans un article récent intitulé « A secret history », paru dans le New York Times du 25 février 2007, Carla Power rend compte…

– pour les abréviations et expressions latines : sic, sq., in, id., ibid., et al., i. e. Toutefois, laisser en romain : cf., a priori, a posteriori, a fortiori, a contrario ; préférer « voir » à « cf. » (qui signifie « comparer ») ;
– pour tout terme ou locution d’origine étrangère non lexicalisé.

La revue n’utilise pas de gras ni d’italique modalisateurs (distanciation ou insistance).

Citations

Elles doivent correspondre exactement au texte original. L’auteur est responsable de leur exactitude. Si elles sont courtes (1 à 2 lignes), elles seront données dans le texte, en romain, entre guillemets. Si elles sont longues (plus de 2 ou 3 lignes), elles seront sorties du texte, indiquées par un retrait à gauche, un espace avant et un espace après, sans guillemets, références entre parenthèses. Le point final sera placé avant la parenthèse ouvrante, et non après. Dans tous les cas, elles ne peuvent excéder deux paragraphes. Exemple :

C’est une mise en accusation publique qui conduit sans coup férir au châtiment, unanimement reconnu comme légitime et souhaitable, de l’accusé. Ici, la communauté de jugement se montre, au moins publiquement, parfaitement unie dans l’accusation, et elle trouve une satisfaction collective dans le châtiment, tandis que l’accusé ne rencontre jamais personne qui prenne en public sa défense – lui-même ne s’y aventurant guère. (Boltanski et al., 2007, p. 367)

Lorsque l’auteur traduit lui-même certains passages d’une œuvre étrangère ou ancienne, il doit faire figurer en note le passage dans la langue d’origine. Les choix de traduction les plus importants et soumis à controverse doivent être justifiés.

NB : lorsqu’il s’agit de longs extraits d’entretiens réalisés par l’auteur, comme cela se pratique dans les sciences sociales, nous l’invitons à suivre la même règle, en indiquant entre parenthèses le nom de l’enquêté et quelques informations, s’il le juge utile.

Les interventions de l’auteur dans le texte d’une citation (suppressions, adjonctions ou remplacements de mots ou de lettres) seront indiquées entre crochets :
– coupures de texte : […] ;
– modifications : pren[aient] ;
– commentaires : [il est ici question du Monde] ou [nous soulignons].
Ne pas oublier la ponctuation, avant ou après la coupure.

Toutes les citations en langue étrangère seront traduites, l’original donné éventuellement en note.

Guillemets

– Les guillemets de premier niveau, à utiliser en priorité, sont les guillemets français (en chevrons) : « … », avec espace insécable après le guillemet ouvrant et avant le guillemet fermant ;
– ne jamais utiliser les quotes (¨ ¨) mais les guillemets anglais (“ ”) ;
–  les guillemets anglais ne seront utilisés qu’au second niveau, à l’intérieur des précédents : « Vous avez dit “bizarre” ? », et sans espaces insécables.
–  n’utiliser les guillemets que pour préciser le sens des mots mentionnés ; pas de guillemets d’atténuation ou de modalisation.

Majuscules

Le français fait un usage modéré des majuscules, contrairement à d’autres langues. Ne pas les utiliser dans les titres d’ouvrages français ni pour mettre un mot en valeur (préférer les italiques, ou en second choix les guillemets). Ne pas les utiliser non plus pour développer des sigles ; on développera ainsi : Centre national de la recherche scientifique ( et on écrira CNRS et non C.N.R.S.).

Ponctuation et citations

Quelques remarques sur la ponctuation, dont les règles sont assez compliquées en présence de guillemets :

– si la phrase citée est complète à l’intérieur des guillemets et n’est pas suivie d’autres propos, le point final est avant le guillemet fermant :

Il lui dit : « Donnez-moi cela. »

– si la phrase citée est incomplète, le point est après le guillemet fermant :

Il déclara que l’homme avait « perdu la tête et dit n’importe quoi ».

– si la phrase citée est complète mais suivie d’autres propos, le point est à la fin de la phrase qui inclut le passage cité :

Il lui dit : « Donnez-moi cela » et sortit aussitôt.

– on ne trouve jamais une succession de points avant et après le guillemet fermant, comme :

Il lui dit : « Donnez-moi cela. ».

Références bibliographiques dans le texte : on ne suit pas les recommandations du Lexique des règles typographiques en usage à l’imprimerie nationale, qui voudraient qu’on ponctue à l’intérieur de la parenthèse. Lorsque la citation est suivie de la référence entre parenthèses, on ponctue après la parenthèse fermante :

Il lui dit : « Donnez-moi cela » (Machin, 2000, p. 23).

Il déclara que l’homme avait « perdu la tête et dit n’importe quoi » (Machin, 2000, p. 23).

Indications chiffrées

– Dates, pages : écrire 1995-1998 (et non 1995-98) et p. 141-149 (et non 141-9, ni pp. 141-149) ;
– pour les tomes, optez pour l’arabe : t. 1 ;
– pour les siècles : « xxe siècle ». Les chiffres romains sont en petites capitales et le « e » est en exposant. Il importe de vérifier également la bonne typographie des siècles : xixe siècle et non XIXe, 19ème, 19è ou XIXè.
– républiques en toutes lettres : Troisième République, Quatrième République ;
– numéros des universités en chiffres arabes : Montpellier 3, Paris 12.

Notes

– Appels de note : utiliser la numérotation automatique, qui surélève d’office l’appel ; ne pas utiliser la fonction « exposant » ;
– les notes figurent en bas de page sous forme de liste courante ;
– elles ne doivent pas, dans la mesure du possible, dépasser 5 lignes chacune.

Mention des noms propres dans le corps du texte

– en romain minuscule (sauf initiales) ;
– première occurrence : prénom et nom complets ;
– occurrences suivantes : le nom seul, on peut toutefois répéter le prénom si on le cite en compagnie d’un nouveau nom :

Les autres critiques que Sen adresse à l’utilitarisme dénoncent donc l’absence de prise en compte des dimensions de l’action et la faiblesse de la « base informationnelle ». Bernard Williams, auquel se réfère Amartya Sen, formule et analyse ainsi cette faille de l’utilitarisme :

– s’il s’agit de l’auteur d’un article ou d’un ouvrage, il sera suivi de la date de l’ouvrage cité et de la pagination entre parenthèses :

[…] mais cela ne remédiera pas à la pauvreté de la vision utilitariste de la personne (Sen, 2002, p. 55).

Abréviations

On les utilise dans les notes, ou dans les références entre parenthèses, jamais dans le texte :

page, pages

p. (ne jamais indiquer un numéro de page sans le faire précéder de p. ; ne jamais écrire pp.)

chapitre

chap.

tome

t.

manuscrit, manuscrits

ms. ; mss (sans point)

volume

vol.

feuillet

f.

livre

l.

paragraphe

§

vers

v.

éditeur (scientifique)

éd. (et non pas dir. ou coord. par). Ne pas écrire éds.

édition(s)

ne pas abréger

premier, première

1er ou 1er, 1re ou 1re

deuxième (ou autres)

2e, ou 2e. Nous mettrons les lettres en exposant automatiquement si vous ne pouvez le faire.

5. Bibliographie et références bibliographiques

Références bibliographiques

Dans le texte, les références qui sont développées dans la bibliographie sont signalées entre parenthèses par le patronyme seul, suivi de l’année de publication, suivie d’une lettre si la bibliographie contient plusieurs ouvrages de l’auteur pour une même année, suivie de la page : (Thébaud, 1998a, p. 190), (Thébaud, 1998a, 1998b), (Thébaud, 1998 ; Perrot, 2002), (Collins, 1999, p. 393 et suiv.), (Foucault, 2001, p. 1021 ; 2003, p. 133), (Bouveresse, 1989, p. 123, nous soulignons)

Quand la référence continue d’être la même, dans le texte, on recourt à ibid. : (ibid., p. 192). On emploie ibid. seul quand on fait référence à la même page que la précédente citation. Au sein d’un même paragraphe, il est même possible de se passer complètement de ibid. : (p. 123) ; (p. 124).

On ne met une capitale à Ibid. que lorsque celui-ci est placé après une marque de ponctuation forte.

NB : Même lorsque les auteurs indiquent entre crochets la date de la première édition en langue française ou de la première édition dans la langue originale dans la bibliographie, ils feront référence uniquement à l’édition à laquelle ils ont recours dans le corps du texte.

Les références bibliographiques ne sont pas développées dans les notes de bas de page, sauf pour des références utilisées une seule fois ou alors de manière plus superficielle (dans ces cas exceptionnels, on attend de l’auteur qu’il fasse apparaître le lieu d’édition, l’éditeur et la date de publication pour que le lecteur puisse se repérer).

Exemple :

Il serait trop long ici de faire une généalogie de cette approche aux conséquences méthodologiques et politiques importantes. Nous renvoyons dans un premier temps le lecteur intéressé aux œuvres de Schütz et à leurs commentaires (en particulier Alfred Schütz, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987, et Daniel Cefaï, Phénoménologie et sciences sociales. Alfred Schutz, naissance d’une anthropologie philosophique, Genève, Droz, 1998). Dans un second temps, la lecture des travaux de Harold Garfinkel, fondateur de l’ethnométhodologie, pourra être faite en tant que mise en oeuvre empirique de la pensée schützienne, à partir d’une critique des présupposés communs aux sociologues Émile Durkheim et Talcott Parsons (Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007). Enfin, pour un état des travaux et des débats posés par ce courant, on pourra consulter l’ouvrage collectif dirigé par Michel de Fornel, Albert Ogien et Louis Quéré, L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale (Paris, La Découverte, 2001).

Généralement, on indique donc la référence de la même manière que dans le corps du texte : (Gardella, 2007, p. 128) ou Linhart (1996).

Exemple :

Pour une analyse détaillée de l’expérience du Comité national d’évaluation de la politique de la ville, voir Linhart (1996).

Bibliographie

La plupart des références se trouvent en fin d’article, sous le titre « Bibliographie » ; l’ordre des éléments à mentionner obligatoirement, séparés par une virgule, est détaillé ci-dessous.

NB : Il est recommandé dans le cas d’une réédition ou d’une traduction d’un article, d’un ouvrage ou d’une contribution à un volume collectif de signaler la date de publication respectivement de la première édition, pour des ouvrages anciens, et de la première publication en langue étrangère, pour les traductions, en plaçant cette date entre crochets à côté de la date de publication de la référence que vous citez.

Becker Howard S., 1985 [1963], Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié.

ou Amselle Jean-Loup, 2005 [2001], Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Lorsque vous citez une référence dans une langue étrangère, mais qu’il existe une traduction française, il est recommandé de l’indiquer de la manière suivante :

Becker Howard S., 1963, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press (Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985).

Quand vous le jugez utile, il est aussi possible de préciser l’identité du traducteur qui vient se placer directement après le titre de cette référence :

Appadurai Arjun, 2001 [1996], Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, trad. F. Bouillot, Paris, Payot.

Pour les ouvrages publiés en coédition, les noms des deux éditeurs ou plus sont séparés par un « - » : EHESS - Gallimard - Le Seuil

Pour les éditeurs (souvent étrangers) implantés dans plusieurs villes, essayez dans la mesure du possible de citer la ville dans laquelle le livre a été réellement édité, sinon : New York - Oxford, Oxford University Press.

Dans le cas d’un collectif, comme dans le rapport ci-dessous, il est inutile d’utiliser les petites capitales :

Conseil scientifique de l’évaluation, 1996, Petit guide de l’évaluation des politiques publiques, Paris, La Documentation française.

– deux auteurs :

Assayag Jackie et Bénéï Véronique éd., 2000, « Intellectuels en diaspora et théories nomades », L’Homme, no 156. (Assayag, Bénéï éd., 2000) ou (Assayag et Bénéï éd., 2000)

– trois auteurs :

Conein Bernard, Dodier Nicolas, (ou “et”) Thévenot Laurent éd., 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, EHESS.

En revanche, à partir de trois auteurs, les références dans le texte se présentent de la manière suivante : (Conein et al. éd., 1993).

Ouvrage

Ferry Jean-Marc, 1987, Jürgen Habermas. L’éthique de la communication, Paris, PUF.

– Patronyme en petites capitales + prénom en bas de casse et en entier, date, titre en italique, lieu, éditeur ;
– séparer tous ces éléments par des virgules, et non par des points.
– ne pas mettre le prénom entre parenthèses ;
– ne pas mettre de capitales à chaque mot s’il s’agit d’un ouvrage en français. S’il s’agit d’un titre d’ouvrage en anglais, mettre des capitales aux mots principaux (substantifs, adjectifs, verbes…) ; mais pour un titre d’article en anglais, procéder comme en français :

Turiel Elliot, 1998, « The development of morality », Handbook of Child Psychology : Social, Emotional and Personality Development, vol. 3, W. Damon éd., New York, John Wiley & Sons.

NB : Dans les références à des ouvrages étrangers, les noms de villes sont donnés en français (Londres et non London). Dans les cas des ouvrages américains, il est inutile de mentionner l’État après la ville d’édition.

Si on cite plusieurs ouvrages d’un même auteur, on ne répète pas son nom mais on met un tiret à la place :

Ferry Jean-Marc, 1987,…
— 1990, …
— 1995, …

NB : Lorsque le livre est co-édité, il convient d’indiquer les différents éditeurs et, le cas échéant, les différents lieux d’édition.

Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, EHESS - Gallimard - Le Seuil.

Article revue

Bourgeois-Gironde Sacha, 2007, « Le paradoxe de la règle et les limites du relativisme », Tracés, no 12, p. 61-76.

– Patronyme en petites capitales + prénom en bas de casse et en entier, date, titre en romain entre guillemets, nom de la revue en italique + volume et/ou numéro, pages.
– Le titre de l’article ne comporte des majuscules que dans les cas habituels, donc pas de majuscules à tous les mots même dans le cas de titres en anglais.

Lorsqu’il s’agit de citer un dossier en entier, indiquer le ou les noms des éditeurs et le titre en romain, précédé de la mention « dossier ».

Cohen Yves, Pestre Dominique éd., 1998, dossier « Histoire des techniques », Annales HSS, no 4-5.

Lorsqu’il s’agit de citer un numéro thématique, indiquer le ou les noms des éditeurs et le titre thématique entre guillemets précédé de la mention « numéro thématique », suivi du titre de la revue, puis de son numéro.

Fossier Arnaud et Monnet Éric éd., 2009, numéro thématique « Que faire des institutions ?, Tracés, no 17.
(Fossier et Monnet éd., 2009)

NB : ne pas indiquer de nom de lieu ni d’éditeur pour les revues.

Pour n’importe quelle revue, on signalera son numéro par « no tant ».

Les sous-titres des revues ne sont pas indispensables. (Exemple : Vingtième siècle plutôt que Vingtième siècle. Revue d’histoire)

Article ouvrage collectif

Habermas Jürgen, 1997, « La réconciliation grâce à l’usage public de la raison. Remarques sur le libéralisme politique de John Rawls », Débat sur la justice politique, J. Habermas et J. Rawls éd., Paris, Le Cerf, p. 9-48.

Patronyme en petites capitales + prénom en bas de casse et en entier, date, titre en romain entre guillemets, nom de l’ouvrage collectif en italique, nom (initiale + patronyme en minuscules) des directeurs de l’ouvrage + éd., lieu, éditeur, pages.

Ne pas utiliser « dir. » ou « (éd.) » entre parenthèses.

Thèse

Le titre de la thèse doit être en italique. On essaye de préciser la discipline et le lieu de soutenance. Inutile d’indiquer le directeur de recherche.

Pour des universités étrangères, lorsque la ville n’apparaît pas explicitement dans leur nom, ajoutez la précision entre parenthèses. Voir infra.

Jarrige François, 2007, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machine et la genèse de la société industrielle (1780-1860), thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 1.

Clifford Helen, 1989, Parker and Wakelin. The Study of an Eighteenth-Century Goldsmithing Business with Particular Reference to Garrard Ledgers, 1770-1776, PhD, Royal College of Art (Londres).

Disques/Films

Pour les disques :

Cascone Kim, 1999, CathodeFlower, Francfort, Mille Plateaux - Ritornell, RIT06.

Chartier Richard et Sakata Nosei, 1999, *0/rc, Brooklyn, 12K, 12K 1006.

Farmers Manual, 1999, No Backup, Vienne, Mego, MEGO008.

Fennesz Christian, 1999, +475637-165108, Londres, Touch, TO:40.

Les films :

Truffaut François, 1968, Baisers volés.

Tsai Ming-Liang, 2007, I don’t Want to Sleep Alone.

Site internet

Lorsqu’il s’agit d’un article de revue électronique :

Bishop Norman, 2006, « La participation des personnes détenues à l’organisation de la vie en détention » [en ligne], Champ Pénal / Penal Field, vol. 3, [URL : http://champpenal.revues.org/document485.html], consulté le 11 mai 2009.

Dans le corps du texte ou en notes de bas de page, les références à des sites ou à des documents électroniques incluent la mention de l’URL et la date de consultation. Lorsque l’URL est très longue, ne donner que la racine pertinente du site.

Communication dans un colloque

Date de parution (si publication il y a, autrement date de l’intervention), « Titre de l’intervention », Intitulé du colloque (en italique si publié) / Intitulé du colloque (en romain si non publié), lieu, date (se contenter du jour et du mois, si le texte ne fait pas l’objet d’une publication, cf. supra).

Verna Catherine, à paraître-a, « The notary as witness. Techniques and the dissemination of tacit knowledge (xivth-xvth centuries) », Craft Treatises and Handbooks. The Dissemination of Technical Knowledge in the Middle Ages, Actes de la Conférence de Cordoue, 6-8 octobre 2005.

Cosandey Fanny, à paraître-a, « La mémoire du rang », Historiographie an europäischen Höfen im 17 und 18 Jarhundert, Actes du colloque international organisé par le Forschungszentrum Europäische Auflärung e.V., Potsdam.
— à paraître-b, « Ordonner à la cour, entre promotion du sang et célébration de lapersonne royale », Actes du colloque Réconciliation et reconstruction en France aux lendemains des conflits religieux, Université de Laval, Québec.

Rapports, documentation grise

Kirszbaum Thomas, Epstein Renaud, 2005, Synthèse nationale des évaluations à mi-parcours des contrats de ville 2000-2006, Paris, Rapport pour la DIV.

Exemple de bibliographie

Amselle Jean-Loup, 2005 [2001], Branchements. Anthropologie de l’universalité des cultures, Paris, Flammarion.

Appadurai Arjun, 2001 [1996], Après le colonialisme : les conséquences culturelles de la globalisation, trad. F. Bouillot, Paris, Payot.

Assayag Jackie et Bénéï Véronique éd., 2000, dossier « Intellectuels en diaspora et théories nomades », L’Homme, no 156.

Becker Howard S., 1963, Outsiders. Studies in the Sociology of Deviance, New York, Free Press (trad. Outsiders. Études de sociologie de la déviance, Paris, Métailié, 1985).

Certeau Michel (de), 1975, L’Écriture de l’histoire, Paris, Gallimard.

Chartier Roger, 2006, « Récit et histoires », Dictionnaire des sciences humaines, S. Mesure et P. Savidan éd., Paris, PUF, p. 969-972.

Clifford Helen, 1989, Parker and Wakelin. The Study of an Eighteenth-Century Goldsmithing Business with Particular Reference to Garrard Ledgers, 1770-1776, PhD, Royal College of Art (Londres).

Conein Bernard, Dodier Nicolas, Thévenot Laurent éd., 1993, Les objets dans l’action. De la maison au laboratoire, Paris, EHESS.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Foucault Michel, 1969, L’archéologie du savoir, Paris, Gallimard.
— 2001a [1972], « Les problèmes de la culture. Un débat Foucault-Preti », Dits et écrits, 1954-1988, t. 1, 1954-1975, Paris, Gallimard, p. 1237-1248.
— 2001b [1984], « Qu’est-ce que les Lumières ? », Dits et écrits, 1954-1988, t. 2, 1976-1988, Paris, Gallimard, p. 1381-1397.

Geertz Clifford, 1984, « Anti anti-relativism », American Anthropologist, vol. 86, no 2, juin, p. 263-278.

Grignon Claude, Passeron Jean-Claude, Le savant et le populaire. Misérabilisme et populisme en sociologie et en littérature, Paris, EHESS - Gallimard - Le Seuil.

Jarrige François, 2007, Au temps des « tueuses de bras ». Les bris de machine et la genèse de la société industrielle (1780-1860), thèse de doctorat d’histoire, Université Paris 1.
— 2009 (à paraître), Face au monstre mécanique. Une histoire des résistances à la technique, Paris, IMHO.

Latour Bruno, 1996, Petites leçons de sociologie des sciences, Paris, Le Seuil.

Lukes Steven et Hollis Martin éd., 1982, Rationality and Relativism, Cambridge, MIT Press.

Pestre Dominique, 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales HSS, vol. 50, no 3, p. 487-522.
— 1998, « Autour de “l’affaire Sokal” ou comment parler des sciences aujourd’hui », Revue M, no 93, janvier-février, p. 56-62.
— 2006, Introduction aux Science studies, Paris, La Découverte.

Verna Catherine, à paraître-a, « The notary as witness. Techniques and the dissemination of tacit knowledge (xivth-xvth centuries)  », Craft Treatises and Handbooks. The Dissemination of Technical Knowledge in the Middle Ages, Actes de la Conférence de Cordoue, 6-8 octobre 2005.
— à paraître-b, « Qualité des fers, prix des marchés, valeurs des hommes et des alliances (haut Vallespir, xve siècle) », Mélanges en l’honneur de Maurice Berthe, C. Denjean éd., Toulouse, Presses du Mirail.

Documents annexes

Haut de page