Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier traduction

Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales

Gender, academic publishing, and editorial work: the case of the journal Annales. Histoire, Sciences Sociales
Étienne Anheim
p. 193-212

Résumés

Cet article propose une réflexion historiographique et sociologique sur la place des femmes dans la revue Annales, des années 1930 à nos jours. Il développe son analyse dans trois directions : la publication de travaux écrits par des femmes dans la revue ; le rapport entre hommes et femmes au sein du travail éditorial au sein même de la revue ; la place donnée par les Annales aux thématiques liées à l’histoire des femmes et du genre. Il cherche finalement à montrer l’intérêt de la notion de genre pour écrire une histoire intellectuelle et sociale de la production historique, et à s’interroger de manière réflexive sur les enjeux scientifiques et politiques sous-jacents à cette démarche pour le travail de la revue aujourd’hui.

Haut de page

Texte intégral

Je remercie beaucoup l’équipe de Tracés, en particulier Anaïs Albert et Christelle Rabier, de sa sollicitation amicale et de ses observations très utiles, Bénédicte Girault, Didier Lett, Mélanie Traversier, Silvia Sebastiani et Valérie Theis de leurs conseils, ainsi que toute la rédaction des Annales, avec qui ce texte a été longuement discuté, même si j’en porte l’entière responsabilité. Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004).

  • 1 Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004)
  • 2 Voir par exemple Lambert et Schofield (éd., 2004, chap. 2 et 3).
  • 3 Voir Rogers et Molinier (éd., 2016) qui évoque l’essor des recherches à ce sujet depuis dix ans et (...)

1En 1992, dans le prolongement du succès de l’entreprise éditoriale d’Histoire des femmes dont elle avait codirigé l’année précédente le troisième volume avec Arlette Farge, Natalie Zemon Davis publiait dans History Workshop un article intitulé « Women and the world of the Annales » (Davis et Farge éd., 1991 ; Davis, 1992). Elle s’interrogeait sur la place des femmes au sein des Annales durant la première décennie de leur existence et sur leur participation au travail intellectuel au sein de la revue. Son point de départ était le destin de Lucie Varga, qui venait d’être mis en lumière par un ouvrage de Peter Schöttler (1991). Cette historienne autrichienne avait publié trois articles dans les Annales d’histoire économique et sociale en 1936-1937. Elle avait eu une liaison avec Lucien Febvre, avant de s’éloigner de la revue à la suite de leur rupture. Elle dut se cacher pendant la Seconde Guerre mondiale du fait de ses origines juives et mourut de maladie à trente-six ans à Toulouse, en 1941. La reconstitution des principales trajectoires féminines évoluant autour de la revue conduisait l’historienne américaine à un portrait collectif en creux, celui d’une fraternité masculine (« a sodality of French brothers ») qui ne laissait guère d’autre place aux femmes que celles d’épouse et d’assistante scientifique de l’ombre. On ne compte que trois femmes auteures dans la revue entre 1929 et 1947, une rareté qui s’observe également dans les autres revues d’histoire française à la même époque et qui correspond au quasi-monopole masculin dans le monde de la recherche et de l’enseignement supérieur dans la France de l’entre-deux-guerres, même si la France avait participé dès les années 1860 au mouvement en faveur de la mixité dans l’enseignement supérieur. Cette situation française contraste à la même époque avec la situation universitaire d’autres pays comme les États scandinaves, les plus engagés dans ce domaine (en Norvège, Kristine Bonnevie est la première femme professeure d’université en 1912, un an avant l’obtention du droit de vote féminin, en 1913), mais aussi le Royaume-Uni ou les États-Unis, dans un contexte général où les droits civiques des femmes étaient dans l’ensemble mieux assurés, même si la place croissante des femmes à l’université et le développement de leurs droits ne sont pas toujours synchrones1. L’expérience américaine joue sans doute un rôle dans l’attention portée par Natalie Zemon Davis à cette question, de même que la féminisation plus précoce du champ de l’histoire française aux États-Unis2. L’historienne appartient à une génération de chercheuses qui ont pu se sentir en porte-à-faux vis-à-vis de pratiques françaises dont elles ont également pu observer la progressive transformation au cours de leur propre carrière. Mais si l’on perçoit bien cette lente tendance générale qui a contribué à la féminisation de l’université française entre la période étudiée par l’article de History Workshop et le début du xxie siècle, cette évolution n’avait guère donné lieu à des études spécifiques, qu’il s’agisse de recherches portant sur des institutions, des disciplines ou des revues, jusqu’à ces dix dernières années, qui ont vu le développement de nouveaux travaux dans cette direction3. C’est dans cette perspective qu’il faut situer le propos de cet article. Il cherche à montrer dans quelle mesure la question du genre éclaire le travail intellectuel et éditorial d’une revue comme les Annales durant les dernières décennies, à partir d’une approche réflexive qui tentera, dans la mesure du possible, d’objectiver le fait qu’il représente un point de vue intérieur aux Annales, puisque j’en suis actuellement le responsable et que les analyses présentées proviennent des données internes de la revue. En s’interrogeant à l’aide des outils des sciences sociales sur l’évolution du rapport de genre chez les signataires des articles publiés, puis sur la place relative des hommes et des femmes dans le fonctionnement interne de la revue et, enfin, sur l’évolution historiographique de l’étude des femmes et du genre (ce qui inclut la prise en compte, ou non, par la revue des recherches qui concernent aussi les masculinités ou les homosexualités) dans les Annales, on cherchera à montrer l’intérêt d’une histoire sociale et intellectuelle du travail scientifique nourrie de la notion de genre (entendue comme l’étude des différences et des différenciations socioculturelles entre sexes), témoignant de l’articulation complexe de différents registres dont l’évolution générale n’est pas univoque.

La publication scientifique

2Un premier observatoire permet de saisir, à travers l’exemple des Annales, le rapport de genre dans le travail de recherche en sciences sociales, celui de la publication des travaux scientifiques. Un sondage, portant sur trois années successives au début de chaque décennie, donne une première indication quantitative sur ce rapport au sein des textes parus dans la revue, à l’exclusion des comptes rendus. Ces mesures sont bien sûr partielles et nécessiteraient d’être précisées ; elles sont, par ailleurs, affectées par d’autres évolutions qui peuvent introduire des biais, comme les transformations des formats éditoriaux, qui se caractérisent principalement par la disparition au cours du temps d’une grande variété des rubriques et de formats pour arriver à une relative standardisation des publications autour de longs articles de recherche, ce qui n’était pas le cas dans les années 1930 à 1960.

  • 4 Antoine Lilti prend la direction de la rédaction à la fin de l’année 2006. Il me propose d’entrer (...)

3Une tendance générale se dessine néanmoins. Entre 1930 et 1932, il n’y a pas d’article signé par une femme dans les Annales, de même entre 1940 et 1942, quand la revue paraît sous le titre d’Annales d’histoire sociale. Entre 1950 et 1952, on relève un peu moins de 3 % d’auteures des différents textes publiés, soit quatre en trois ans (sur cent trente-huit), à une époque où la revue publiait quatre numéros par an. Entre 1960 et 1962, alors que le rythme passe à six fascicules par an, le nombre d’auteures est de vingt-quatre sur deux cent trente-cinq textes, soit un peu plus de 10 %. On enregistre ensuite une légère progression : entre 1970 et 1972, on trouve 15 % de femmes (trente-quatre femmes sur un total de deux cent vingt-quatre signatures) puis, entre 1980 et 1982, on se situe à 19 % (trente-quatre sur cent soixante-dix-neuf). C’est alors que s’observe un phénomène de plateau. En effet, ce pourcentage reste à peu près stable dans les vingt années qui suivent. Entre 1990 et 1992, on trouve ainsi un peu moins de 20 % de signatures féminines (trente sur cent cinquante-trois), tandis qu’entre 2000 et 2002, on est à 18,5 % (vingt-neuf sur cent cinquante-six). Une nouvelle étape se déroule après le milieu des années 2000, ce qui correspond à l’arrivée d’un nouveau directeur de la rédaction et au début d’un changement de génération au sein du comité de rédaction4. Entre 2007 et 2011, le rapport est d’un tiers de femmes pour deux tiers d’hommes (cent vingt-sept auteurs pour soixante-deux auteures), et, de 2012 à 2015, on trouve 60 % d’hommes pour 40 % de femmes (quatre-vingts hommes pour cinquante-deux femmes). Au-delà du constat d’une tendance au rééquilibrage, il convient de rester prudent sur ce dernier état du rapport de genre, étant donné le faible recul dont on dispose sur les données récentes, qui ne permettent pas de se prononcer sur la linéarité de l’évolution, sur son irréversibilité, ni même sur une éventuelle stabilisation. Une distinction entre articles et notes critiques soulignerait une différence supplémentaire, les notes critiques étant, aujourd’hui encore, plus souvent écrites par des hommes (qu’elles soient commandées ou soumises spontanément à la rédaction), comme si ces derniers étaient considérés comme plus légitimes pour produire un discours de second degré sur la production historiographique et scientifique. Inversement, les comptes rendus, sans doute du fait de leur caractère ponctuel et de leur moindre prestige symbolique, sont plus rapidement féminisés, comme le rappelle Natalie Zemon Davis qui évoque la part prise par Lucie Varga ou Simone Bloch dès les années 1930.

4Ces données doivent aussi être confrontées à celles concernant les articles examinés par le comité de lecture, disponibles pour la période récente. Une telle analyse permet de mettre en évidence une dissymétrie : la disproportion entre hommes et femmes est plus forte au niveau des articles soumis qu’à celui des articles acceptés. Si l’on reprend les années 2012 à 2015, alors que les hommes représentent 60 % des articles publiés, ils constituent 73 % des articles discutés par le comité de rédaction. Cette disproportion s’accroît encore si on considère uniquement les soumissions spontanées sans contact préalable d’aucune sorte avec le comité de rédaction (interconnaissance, textes commandés en vue de dossiers, intermédiaires pour faire parvenir le texte à la rédaction, etc.), où les hommes représentent plus de 80 % des propositions d’articles. Tout se passe donc comme si la soumission d’un article aux Annales était plus évidente pour les hommes que pour les femmes, ces dernières compensant relativement le nombre moins grand de soumissions par une acceptation plus forte en moyenne.

5Le résultat final dans la publication est donc moins déséquilibré du point de vue du genre, même s’il reste inégal et qu’il se cumule avec d’autres biais touchant les trajectoires féminines déjà identifiés par les sociologues dans le monde universitaire, comme l’impact des grossesses ou le partage inégal des tâches domestiques. Ce rééquilibrage ne correspond pas à une action positive (affirmative action) de la part du comité de rédaction, qui favoriserait les textes féminins durant ses délibérations : l’étude des rapports extérieurs au comité sur les articles avant discussion dans le cadre du comité (peer-reviewing), rapports qui ignorent le genre de l’auteur ou de l’auteure, témoigne d’une même tendance à une évaluation plus favorable, toutes choses égales par ailleurs, des textes écrits par des femmes. On peut noter que ce résultat significatif est convergent avec les observations liées au rôle de l’anonymisation dans la lutte contre les discriminations, même inconscientes, produites par les institutions (par exemple, le CV anonyme pour l’accès aux entretiens d’embauche, les copies dans un certain nombre de concours). Il faut également souligner le fait, grâce à la récente mise en ligne de données comparables pour la période 2004-2016 par la revue anglaise Past and Present dans le cadre d’une réflexion sur le biais de genre, que ce phénomène ne semble pas limité aux Annales : on retrouve de même une soumission moindre des femmes et un taux d’acceptation plus élevé5.

6Dans le cas de la production scientifique telle que les Annales permettent de l’envisager, cette situation de rééquilibrage pourrait être le résultat de deux phénomènes combinés. D’une part, le fait que les articles commandés ou sollicités d’une manière ou d’une autre par la revue, qui sont en moyenne mieux évalués par les rapporteurs anonymes extérieurs que les soumissions spontanées, attestent un rapport de genre moins déséquilibré que ces dernières. Par ces sollicitations et ces commandes, la rédaction aurait ainsi intégré le souci de publier davantage de femmes tout en respectant les procédures et les exigences intellectuelles de la revue. D’autre part, cette situation traduit également sans doute un degré d’exigence, conscient ou inconscient, supérieur des femmes vis-à-vis de leur production : à valeur scientifique égale, les femmes semblent proposer moins spontanément un article à la revue, se considérant peut-être comme moins autorisées à le faire – inversement, les hommes sont ultra-majoritaires dans les articles écartés en première intention (desk rejection, selon le vocabulaire en usage chez les sociologues des publications scientifiques). Ce fait notable semble du même ordre que la situation décrite par Isabelle Backouche, Olivier Godechot et Delphine Naudier (2009) à propos des candidatures féminines à l’École des hautes études en sciences sociales, dont la rareté relative s’expliquerait entre autres par un degré d’autocensure relativement élevé chez les femmes, amplifié par des règles de candidature faisant la part belle au capital social des candidats, qui avantagent les hommes, a fortiori dans une institution dans laquelle les hommes sont très largement majoritaires. En revanche, on notera que la corrélation entre genre et âge montre que ces dernières années, les chercheurs et chercheuses les plus jeunes publiés dans la revue sont davantage des femmes que des hommes. Ainsi, entre 2012 et 2015, parmi les auteurs de moins de quarante ans au moment de la publication, vingt-trois sont des femmes, dix-sept des hommes. Si on considère ceux de moins de trente-cinq ans durant les quatre mêmes années, on trouve huit femmes pour trois hommes. Cette tendance pourrait être liée à la combinaison entre la commande volontariste d’articles à de jeunes docteures par la revue, l’évolution des pratiques scientifiques féminines rendant les chercheuses plus disposées à soumettre des contributions, et, enfin, la féminisation croissante de la population étudiante en histoire et, plus largement, du travail intellectuel en sciences humaines.

L’organisation du travail éditorial

7La part prise par les femmes dans le travail intellectuel accompli au sein des Annales constitue un deuxième angle intéressant pour réfléchir aux rapports de genre dans le cadre d’une revue d’histoire et de sciences sociales. Le comité de rédaction n’a longtemps compté que des hommes. C’est en 1980 que, succédant à Jacques Revel, la première femme, Lucette Valensi, est devenue, selon le titre en vigueur à l’époque, « secrétaire du comité des Annales » (c’est-à-dire en charge de la coordination éditoriale de la revue, fonction devenue « directeur de la rédaction » dans les années 1990). En 1986, lorsqu’elle fut remplacée par Bernard Lepetit, elle intégra la direction collégiale de la revue. Elle y fut rejointe en 1994 par Jocelyne Dakhlia. Une évolution de l’organisation éditoriale eut ensuite lieu, à partir de la deuxième moitié des années 2000. En 2011, Lucette Valensi rejoignait, avec d’autres anciens codirecteurs et des correspondants internationaux, le comité scientifique nouvellement créé, dans lequel figuraient également trois autres historiennes, et qui comptait donc alors quatre femmes pour dix hommes (aujourd’hui, cinq pour dix). Entre-temps, en 2008, une autre historienne fit son entrée au comité de rédaction, où elle siégea jusqu’en 2012. Entre 2011 et 2015, quatre chercheuses ont ensuite rejoint le comité, dans un contexte où l’ensemble de l’équipe s’est beaucoup renouvelé, avec également l’arrivée de quatre hommes. Trois moments paraissent ainsi se succéder : une première époque, jusqu’en 1980, où la non-présence des femmes dans le comité ne faisait pas question ; un deuxième temps, entre 1980 et la fin des années 2000, où les premières femmes ont fait leur apparition au sein de la revue ; enfin un troisième moment, depuis la fin des années 2000, où la féminisation du comité s’est accrue sur la base d’une politique délibérée de renouvellement paritaire (le genre étant devenu dans le processus de cooptation du comité un critère pertinent, parmi d’autres, comme la qualité des productions scientifiques individuelles, le domaine de spécialité en termes d’aire géographique, chronologique ou de discipline, l’expérience éditoriale, l’âge ou encore la trajectoire socio-institutionnelle), même s’il reste encore une dissymétrie de genre, avec, actuellement, quatre femmes pour dix hommes.

8De ce point de vue, les Annales ressemblent aux autres revues d’histoire fondées entre la fin du xixe siècle et la Seconde Guerre mondiale, qui sont restées longtemps des revues d’hommes publiant des hommes, écrivant sur des sujets de recherche où la question même des hommes ne se posait pas et sous-entendant donc un masculin « neutre » qui avait vocation à couvrir l’ensemble du corps social, dans une université très majoritairement masculine jusqu’aux années 1980 – même s’il serait intéressant de se livrer dans le détail à une étude comparative. Il est parfois difficile de retracer cette histoire, faute de sources internes aux revues, et on s’aperçoit en particulier que la présentation des organigrammes dans les revues est elle-même longtemps très fluctuante, de même que le vocabulaire désignant les tâches éditoriales. Si l’on considère par exemple la Revue historique, on constate qu’elle ne mentionne pendant longtemps que les directeurs, qui sont des hommes jusqu’en 1997. Lorsque les deux directeurs sont remplacés en 1998 par un homme et une femme, la situation change. Un comité éditorial apparaît pour la première fois, formé d’abord de trois hommes. En 2000, deux historiennes rejoignent ce comité, donnant lieu à un relatif équilibre. Dans le cas de la Revue d’histoire moderne et contemporaine, seuls des hommes figurent dans la direction éditoriale jusqu’en 1991. En 1992 apparaît pour la première fois un secrétariat de rédaction composé de trois hommes et d’une femme. En 2001, la rédaction compte dix membres, dont deux femmes. Alors que l’une d’elles devient rédactrice en chef, la rédaction passe en 2007 à treize membres, dont quatre femmes (aujourd’hui, quinze membres, dont quatre femmes). Dans le cas de ces revues anciennes comparables aux Annales, il subsiste donc une dissymétrie de genre qui montre une grande différence avec les revues créées dans les années 1980-1990, comme Médiévales (1982), Vingtième siècle. Revue d’histoire (1984) ou Genèses (1990), fondées dès l’origine sur un rapport de genre plus équilibré et sur l’héritage des combats féministes des années 1970, et qui ont même souvent donné une place plus importante aux femmes, proportionnellement, que celle qu’elles occupaient alors à l’université.

9Cette évolution générale vers la féminisation des comités de rédaction des revues, également marquée par les relations que ces dernières entretiennent avec les organismes de financement de la recherche, dont certains comme le CNRS ont intégré la question du genre dans ses directives de politique générale, peut être mise en regard de l’évolution du secrétariat de rédaction, c’est-à-dire des personnes effectuant concrètement les tâches matérielles et éditoriales de fabrication de la revue. Il ne s’agit pas de mettre ces deux aspects sur le même plan, au contraire, car le comité, à la différence du secrétariat de rédaction, est un espace de pouvoir intellectuel et, parfois, de rapports de forces, dont la composition est un enjeu de divers points de vue, dont celui du genre. En revanche, cette dénivellation existant dans l’organisation du travail éditorial entre comité de rédaction et secrétariat de rédaction n’en est pas moins susceptible d’une analyse en termes de genre. Cette dimension est peu aisée à reconstituer en détail dans notre cas, faute d’un véritable fonds d’archives lié aux Annales. À l’origine, le travail de secrétariat de rédaction, au sens le plus concret, était principalement effectué par Paul Leuilliot, comme en témoigne largement la correspondance de Marc Bloch et de Lucien Febvre, tout d’abord en lien direct avec l’éditeur Armand Colin puis, lorsque la revue prend son indépendance, avec le soutien matériel d’Henriette Psichari (1884-1972), en charge d’un autre projet de Lucien Febvre, l’Encyclopédie. Dans l’après-guerre, la correction de copie est confiée à Marianne Mahn-Lot (1913-2005), chartiste, fille de l’historien Ferdinand Lot, veuve de Jean-Berthold Mahn et elle-même historienne spécialiste de Bartolomé de Las Casas et des Indiens d’Amérique au xvie siècle, avant qu’Yvette Trabut prenne en charge le secrétariat de la rédaction, ce qui correspond à un moment important dans l’histoire de la féminisation des métiers éditoriaux dans l’édition scientifique française et de la professionnalisation de ces derniers. Cette activité, à la différence du travail féminin généralement non rémunéré des années 1930 (ou parfois rémunéré indirectement, si on prend en compte le rôle d’Henriette Psichari qui travaille pour l’Encyclopédie), correspond bien à un travail salarié au sein de la rédaction, même s’il n’est pas mentionné dans l’ours (l’organigramme) figurant dans la revue avant les années 1970. En 1973, pour la première fois, Marianne Mahn-Lot figure aux côtés de Paul Leuilliot. En 1975, Yvette Trabut apparaît à son tour, rejointe ensuite par d’autres collaboratrices formant l’équipe rédactionnelle de la revue. Cette évolution de l’ours, rendant visible un travail éditorial et technique majoritairement féminin, reflète une transformation plus générale à l’œuvre dans le monde des revues savantes. L’équipe des Annales a ensuite continué de se transformer au fil du temps mais n’a compté, avant le début des années 2010, que deux hommes, des doctorants travaillant ponctuellement pour le secrétariat de rédaction. La féminisation est en effet devenue dominante dès lors que le travail de secrétariat de rédaction, après Paul Leuilliot, a connu une première étape de professionnalisation, correspondant à l’existence de postes spécifiques – une deuxième étape étant franchie, au début des années 2000, avec l’émergence de formations universitaires dédiées au secrétariat d’édition et de rédaction. La division sexuée du travail dans l’édition universitaire perdure aujourd’hui au niveau des secrétariats de rédaction : le décompte rapide des dizaines de candidatures reçues lors de vacances de postes à la rédaction des Annales montre que les hommes constituent moins de 10 % des postulants. Depuis 2012, deux hommes ont occupé successivement pendant un certain temps l’un des trois postes de secrétaire de rédaction (deux postes pour l’édition française, un pour l’édition anglaise), aux côtés de deux femmes. Dans le même temps, la fonction de secrétaire de rédaction s’est elle-même notablement transformée. La préparation de la copie, la correction des épreuves et la gestion des comptes rendus, qui représentaient quasiment la totalité du travail accompli jusqu’au début des années 2010, n’en constitue plus qu’une partie aujourd’hui. Le développement des responsabilités du secrétariat de rédaction dans les domaines de la gestion financière, de la coordination de l’édition bilingue français-anglais, de la formation et de l’encadrement de stagiaires, de la stratégie commerciale de diffusion de la revue ou de la politique de communication scientifique à travers le site Internet, les débats ou d’autres opérations organisées par les Annales, a profondément modifié l’organisation du travail dans le sens d’une intégration fonctionnelle plus grande entre direction, comité de rédaction et secrétariat de rédaction, ce qui traduit également le fait que, depuis quelques années, l’ensemble des secrétaires de rédaction participent aux réunions mensuelles du comité et sont consultés régulièrement sur les décisions affectant le travail éditorial.

10D’autres points pourraient encore être pris en considération en lien avec cette perspective éditoriale, par exemple celui des règles de féminisation de la langue française appliquées au sein de la revue. Il s’agit d’un sujet complexe, sur lequel les pratiques éditoriales du monde universitaire ne sont pas stabilisées. Il a fait son apparition dans la revue au début des années 2010, à la suite d’une nouvelle sensibilité du comité de rédaction, renouvelé d’un point de vue générationnel, et d’un certain nombre d’échanges entre la rédaction et des auteures à propos des usages typographiques de la revue. Le comité de rédaction des Annales n’a pas encore souhaité fixer de manière définitive une ligne dans ce domaine, même si les pratiques éditoriales ont évolué dans le sens d’une liberté plus grande donnée aux chercheurs et aux chercheuses qui publient dans la revue. Cela revient, en particulier, à utiliser les graphies « auteur » et « auteure » (ou « autrice », forme en réalité plus correcte) et, plus largement, à appliquer la féminisation des professions et de nombreux autres termes avec régularité, en particulier lorsqu’il s’agissait de refléter l’identité subjective des auteurs et des acteurs historiques. C’est sur la question du neutre en français ou des groupes comportant des hommes et des femmes que les difficultés sont souvent les plus grandes, ce qui est sans doute encore accentué par une culture politique française où l’universalité d’un masculin neutre tient une place centrale. La rédaction privilégie, là aussi dans la mesure du possible, l’emploi de termes épicènes qui permettent de neutraliser, dans tous les sens du terme, certaines difficultés, en substituant, par exemple, « personnalités politiques » à « hommes politiques », ou, parfois, en effectuant le dédoublement du substantif ou du pronom (« historiens et historiennes », « celles et ceux »…). D’autres points sont considérés avec attention et sont susceptibles d’évolution avec les règles de la grammaire, comme des accords de proximité ou de majorité avec le féminin. En revanche, la revue n’a pour le moment pas fait le choix des graphies épicènes, utilisant des points, des tirets ou des majuscules marquant le féminin. Dans beaucoup de textes scientifiques et parascientifiques où cette graphie a été introduite, son application n’est pas systématique, étant plus souvent employée pour désigner les contemporains (à commencer par la communauté à qui s’adresse le texte, « historien-ne-s » ou « historien.ne.s ») que pour qualifier les acteurs historiques, souvent reconduits aux normes classiques du neutre masculin. Cette distinction pose évidemment un problème de statut des individus au sein d’un même régime textuel, mais la résoudre par une application systématique, qui serait vraiment cohérente et légitime, créerait d’autres obstacles, en particulier celui de la lisibilité de textes au sein desquels les signes diacritiques se multiplieraient.

11La question du genre soulève une pluralité de problèmes complexes qu’il est impossible de considérer comme homogènes. Une revue est un lieu de diffusion du travail scientifique des chercheurs et des chercheuses, ce qui renvoie à une articulation globale du rapport de genre et des pratiques scientifiques qui y sont liées dans l’espace académique en même temps qu’à la position de la revue dans ce même espace. Mais elle est aussi un lieu de travail intellectuel et éditorial, ce qui refait jouer de manière différente la question du rapport de genre dans le monde universitaire, en l’actualisant en fonction d’un héritage historique propre à l’institution qu’est une revue et en l’incarnant dans une série de trajectoires individuelles qui, pour être genrées, n’en ont pas moins d’autres caractéristiques sociohistoriques déterminantes. Dès lors, il est normal que ces deux trames ne coïncident que partiellement. C’est même l’un des intérêts de la démarche, consistant à ne pas considérer le genre comme une seule et même question, mais comme un outil pour pratiquer de manière différenciée une histoire sociale et intellectuelle, en l’occurrence du travail scientifique. En ce sens, on pourrait dire que si la notion de genre permet d’affiner les approches des chercheurs en sciences sociales, ce n’est pas en créant un nouveau récit cohérent et linéaire, mais plutôt en contribuant à montrer, au contraire, la complexité et la diversité des mondes sociaux, comme le monde de la recherche, parcouru par des lignes de failles et des formes de tension ou de négociation dont le genre n’est qu’un aspect.

Les orientations historiographiques

12On peut encore approfondir l’analyse par l’ajout d’une troisième trame narrative, en s’interrogeant cette fois sur les choix historiographiques de la revue par rapport aux recherches sur les femmes et sur le genre dans les sciences sociales, y compris en cherchant à les distinguer l’une de l’autre, dans la mesure où la superposition de l’histoire des femmes et de celle du genre est souvent un obstacle intellectuel à la saisie du problème historiographique posé. Ce nouvel angle d’approche introduit directement à une question restée jusqu’alors dans l’ombre, celle de l’espace international de la recherche dans lequel s’inscrit la question du genre, dominé par la construction à la fois politique et intellectuelle de la thématique aux États-Unis à partir des années 1960. Cet espace international joue un rôle dans la définition des politiques éditoriales des revues et des pratiques scientifiques collectives, et de ce point de vue, le modèle américain, plus sensible à la question posée par le genre et plus porté à des politiques d’action positive en faveur des femmes, a été un point de repère – à la fois modèle et repoussoir – dans la construction du rapport de genre dans le monde académique français. À ce titre, l’histoire d’une revue comme les Annales ne peut pas être isolée de cette structuration générale de l’espace académique international, en particulier étatsunien, et de ses standards.

13De la sorte, l’analyse de la publication de travaux de recherche consacrés à cette thématique dans la revue montre une histoire un peu différente de celle écrite à partir de la féminisation des personnes publiées ou de la présence de femmes au sein du comité de rédaction. La thématique, aujourd’hui souvent désignée sous l’étiquette ambiguë à certains égards d’« histoire des femmes et du genre », a commencé à être clairement identifiée en France dans le cours des années 1970, souvent en lien avec des engagements militants, avant de connaître dans les deux décennies suivantes une certaine reconnaissance à travers des entreprises éditoriales ou des revues comme la revue Clio, fondée en 1995, ou Genre et Histoire, revue en ligne liée à l’association Mnémosyne6, même si on peut considérer que, par rapport au monde nord-américain, les études de genre ne se sont pas encore complètement institutionnalisées dans le paysage universitaire français.

14L’étude des articles publiés dans les Annales semble correspondre à cette évolution générale et à ses limites. On relève ainsi en 1970 un premier article consacré au rapport entre masculin et féminin, « Espace masculin, espace féminin en communauté provençale », écrit par Lucienne A. Roubin (1970). La présence de la thématique, longtemps épisodique, est surtout manifestée par des réalisations éditoriales visibles sous la forme de dossiers spéciaux à partir des années 1980, après quelques textes isolés, comme la contribution de Jacques Léonard au numéro sur la médecine de 1977, intitulée « Femmes, religion et médecine » (Léonard, 1977), le compte rendu en 1982 du Bulletin de l’Institut d’histoire du temps présent « Histoire orale et histoire des femmes », par Anne-Marie Thiesse (1984) ou l’article de Jacques Dalarun sur « Robert d’Arbrissel et les femmes » en 1984 (Dalarun, 1984). Un premier petit dossier a été consacré au rapport entre masculin et féminin en 1982, avec des contributions de Luisa Accati Levi et Annette B. Weiner (Annales ESC, 1982). Un deuxième dossier a été consacré à l’histoire des femmes en 1986, accompagnant le mouvement historiographique à l’œuvre en France et proposant en particulier un long essai historiographique collectif, signé par Michelle Perrot, Arlette Farge, Cécile Dauphin, Christiane Klapisch-Zuber, Rose-Marie Lagrave, Geneviève Fraisse, Pauline Schmitt-Pantel, Yannick Ripa, Pierrette Pézerat et Danièle Voldman (Perrot et al., 1986), cette dernière donnant en 2015 dans Genre et Histoire un intéressant récit rétrospectif des conditions d’élaboration de ce texte, issu d’un groupe entièrement composé par des femmes et dédié de manière pionnière à la question de l’histoire des femmes (Voldman, 2014-2015). Il a été suivi, en 1993, d’un troisième dossier intitulé « Histoire des femmes, histoire sociale », où figurent cette fois des auteurs hommes et qui introduit en particulier la distinction entre histoire des femmes et histoire du genre, réunissant des textes de Claude Mossé, Roger Chartier, Jacques Rancière et Gianna Pomata, accompagné d’un important ensemble de recensions sur la thématique (Annales ESC, 1993). Un dernier dossier, consacré à l’histoire des femmes au Japon, est publié en 1999, avec des textes d’Haruko Wakita et d’Anne Walthall, et un nouvel ensemble de recensions (Annales HSS, 1999). Les Annales paraissent ainsi avoir été relativement attentives à l’actualité historiographique dans le domaine de l’histoire des femmes entre les années 1970 et les années 1990.

15En revanche, l’articulation avec la question générale du genre et ses différentes déclinaisons a été longue à se dessiner dans la revue et reste marginale aujourd’hui, ce qui se traduit par le petit nombre d’articles publiés posant explicitement des interrogations liées à ce concept durant les années 2000, même s’ils ne sont pas tout à fait absents, comme le montre le texte de Jocelyne Dakhlia « Homoérotismes et trames historiographiques du monde islamique », paru en 2007 (Dakhlia, 2007). La place occupée en France par l’histoire des femmes, bien intégrée à une histoire sociale de large rayon, a pu, à certains égards, être un obstacle à l’essor des études de genre. Mais surtout, ces dernières déplaçaient les problématiques sur des terrains moins familiers aux chercheurs français, alors qu’elles trouvaient aux États-Unis une réception bien plus favorable, tant du point de vue méthodologique – dans la lancée des travaux théoriques issus de Foucault, des subaltern studies et d’une proximité avec le linguistic turn – que du point de vue politique, dans l’héritage d’une tradition de luttes pour les droits civiques au sein de laquelle la question LGBT devenait centrale. De ce point de vue, il importe de souligner que les espaces académiques nationaux ne sont pas homologues : la question du genre dans sa thématisation nord-américaine, si elle a eu une influence décisive sur les pratiques professionnelles internationales comme sur l’écriture de l’histoire, ne peut pas faire l’objet d’une simple transposition française. C’est d’autant plus vrai qu’elle prend tout son sens dans un triptyque où elle figure aux côtés de la notion de classe et surtout de celle de race, un dispositif largement refusé par l’espace académique français, même si les Annales ont consacré par exemple un dossier aux rapports entre histoire sociale et identités raciales en 2009. Construire une interprétation historiographique reposant, comme on le fait parfois, sur l’idée d’« avancées » et de « retards » respectifs sur telle ou telle thématique ne reflète pas l’histoire sociale et intellectuelle complexe des pratiques historiographiques. Pour autant, il faut prendre acte du fait que les Annales montrent une distinction claire entre histoire des femmes et histoire du genre, et entre la conjoncture des années 1980-1990, assez ouverte à la première thématique, et celle des années 2000, où la seconde est plutôt absente, de même que ses prolongements dans le domaine de l’étude des homosexualités, de la masculinité ou des études queer.

16Il faut noter également l’importance prise par les historiennes dans l’affirmation de ces thématiques. Il est certes difficile de corréler, dans la durée, le genre à des thématiques historiographiques données. Le dossier consacré par la revue à la discussion du livre de Thomas Piketty, Le Capital au xxie siècle, en 2015 est masculin à une exception près, tandis que le numéro spécial sur le quotidien du communisme en 2013 ne compte qu’un homme. Cela pourrait indiquer que l’histoire de la vie quotidienne serait un domaine d’étude plus féminisé, tandis que la macroéconomie serait plus masculine. Cela reflète sans doute une tendance profonde à une hiérarchisation genrée des sujets de recherche, mais il faudrait une étude beaucoup plus poussée pour en donner une véritable analyse. En effet, du point de vue éditorial, on pourra faire valoir que le numéro sur le communisme devait comporter plus d’hommes, dont les textes ne sont finalement pas parvenus ou n’ont pas été acceptés par le comité, tandis que la masculinité du dossier sur Piketty provient probablement davantage du phénomène évoqué plus haut à propos des notes critiques, d’une prise de parole métascientifique et d’une position de commentaire plus fréquemment masculines, que d’un effet thématique lié à l’économie. Cependant, les textes publiés sur l’histoire des femmes dans les années 1970-1990, puis touchant à l’histoire du genre, plus récemment, montrent une surreprésentation très nette des femmes, ce qui est significatif.

17C’est d’ailleurs ce dont témoigne encore, en 2012, le premier dossier consacré par la revue à la question spécifique du genre, intitulé « Les régimes de genre dans les sociétés occidentales de l’Antiquité au xviie siècle », avec la participation de Didier Lett, Violaine Sébillotte Cuchet, Elke Hartmann, Gabriela Signori et Sylvie Steinberg, accompagné d’un ensemble de comptes rendus « Genre » (Annales HSS, 2012). Lors du débat à la Bibliothèque nationale de France qui a suivi la publication du numéro, et qui a été le premier débat du cycle « Les Annales en débat », Sylvie Steinberg est également revenue avec un regard critique sur les choix historiographiques opérés par la revue concernant la question du genre, longtemps ignorée7. On peut se demander dans quelle mesure cette mise à l’écart n’a pas été en partie le résultat d’une perception de la notion de genre comme contradictoire avec l’histoire sociale renouvelée que la revue tentait de construire depuis le « tournant critique » de 1989. De ce point de vue, l’introduction du dossier de 2012 par Didier Lett (Annales HSS, 2012, p. 563-572) est particulièrement intéressante, dans la mesure où elle reprend l’histoire de la notion en cherchant à articuler l’histoire du genre aux interrogations redéfinissant les contours de l’histoire sociale dans le domaine de la construction des catégories, dans celui de la prise en compte des acteurs et de l’analyse de l’action, ou encore dans celui des régimes d’historicité. C’est sans doute ainsi que s’exprime de la manière la plus claire ce que peut être aujourd’hui la perspective d’une revue comme les Annales sur un objet comme le genre – ce qui nécessite au préalable de ne pas s’en détourner, mais de la réinvestir d’un projet historiographique spécifique. C’est aussi une manière de rappeler que l’histoire du genre n’est pas la seule manière de faire de l’histoire des femmes, et inversement. C’est enfin une façon de souligner que la diversité des approches en termes de genre est très grande, que c’est même l’un des intérêts de la notion, par rapport à l’histoire des femmes, et que la diversité de ceux et celles qui utilisent l’outil de genre n’est pas moins grande : non seulement il n’y a pas que des femmes qui travaillent sur les femmes, des hommes sur les hommes ou les gays, lesbiennes, bi- et trans- qui travaillent sur les LGBT, mais de plus les études de genre s’intègrent dans l’analyse d’objets historiographiques infiniment variés – comme une revue d’histoire.

 

  • 8 Voir le rapport de 2016 Enseignement supérieur et recherche. Vers l’égalité homme-femme ? Chiffres (...)

18Ainsi, on voit tout l’intérêt de la notion de genre pour étudier le travail intellectuel et éditorial accompli dans une revue comme les Annales et pour saisir ses mutations au cours de près d’un siècle d’histoire. Cependant, l’histoire qui s’esquisse n’est ni linéaire, ni univoque : elle montre, au contraire, la complexité des mécanismes à l’œuvre de manière différenciée selon qu’on considère la publication, l’édition ou l’historiographie, par exemple. Reste néanmoins un aspect majeur qui émerge de cette analyse, une prédominance masculine évoluant sous l’effet d’une féminisation progressive, somme toute récente, réelle mais incomplète, autant des auteurs d’articles que des membres du comité de rédaction. Un premier moment d’évolution du rapport de genre s’est déroulé dans les années 1970-1980, dans un contexte social et politique où la question des droits des femmes avait été centrale, lorsque la première femme entre au comité et que les premiers dossiers sur l’histoire des femmes sont publiés. L’évolution a été ensuite plus contrastée, puisqu’on observe un palier dans la féminisation des auteurs de la revue, autour de 20 % entre les années 1980 et les années 2000, à un moment où on constate aussi le recul de la place des femmes à l’EHESS (entre 1990 et 2000, de 23 % à 18 %), l’institution dont dépend la revue et qui abrite plus de la moitié des membres de son comité de rédaction. Puis les transformations survenues depuis une dizaine d’années semblent marquer un nouveau seuil du point de vue du rapport de genre, qu’il s’agisse du comité, des auteurs ou, plus généralement, du degré de conscience de la question – ce qui correspond assez largement aux rythmes ou aux « vagues » de l’histoire récente du mouvement féministe et à la politisation de la « cause des femmes » dans l’espace social et politique, ainsi qu’à l’émergence, au sein de la revue, d’une génération plus sensible à la question du genre. Depuis la fin des années 2000, la proportion d’auteures publiées dans les Annales se rapproche de la proportion nationale de femmes dans l’enseignement supérieur et la recherche en sciences sociales (43 % tous corps confondus, contre 36 % si l’on prend en compte l’ensemble des disciplines, mais avec une forte dissymétrie entre un rang A encore masculin pour les trois quarts et un rang B paritaire)8 – ce qui est en partie un effet d’optique, puisqu’évidemment, un nombre important de chercheuses et de chercheurs publiant dans les Annales est étranger. Mais si le décalage entre les hommes et les femmes dans les soumissions d’articles témoigne que l’ancienneté, la centralité et le capital symbolique des Annales dans le champ des revues en histoire et sciences sociales peuvent toujours avoir des effets genrés, le rééquilibrage partiel au niveau des articles sélectionnés montre que ces effets peuvent être contrebalancés dans une certaine mesure par les procédures scientifiques d’examen des textes.

  • 9 Voir par exemple, Rogers et Molinier (éd., 2016) évoqué à la note 3 et les données mises en ligne (...)

19Un écart subsiste néanmoins, fruit tout à la fois de la sociologie du milieu de la recherche en sciences sociales et de biais hérités, qu’ils soient historiques, institutionnels ou symboliques. Ce constat rappelle que la transformation observée dans la période récente ne peut pas être considérée comme une évolution « naturelle » vers la féminisation des métiers de la recherche en sciences sociales – ce dont témoigne aussi, par exemple, la stagnation de la situation des femmes dans les universités américaines depuis les années 1980 du point de vue du rang et du salaire. Cette évolution, on l’a vu, n’est pas non plus linéaire. Il importe de distinguer non seulement des rythmes, mais des logiques sociales et intellectuelles diverses, à l’œuvre dans des moments distincts. Les années 1970-1980, qui marquent un premier temps fort de cette histoire, correspondent à un moment où se rencontrent une féminisation encore limitée des métiers intellectuels et un militantisme sociopolitique intense. Les années 2000-2010, autre temps fort, relèvent d’une logique qu’il faudrait explorer davantage, mais qui est sans doute différente. Le militantisme, entendu dans un sens général, semble y tenir moins de place que l’affirmation d’enjeux et de revendications professionnels spécifiques comme la parité, dans des métiers dont la féminisation s’est nettement accrue en un temps assez court, comme la politique ou la recherche. L’évolution récente, qu’il serait intéressant de comparer avec d’autres situations nationales9, est ainsi à la fois le résultat d’une transformation récente des rapports de genre à l’échelle de l’ensemble du métier, voire de la société, et celui d’une action délibérée, dès lors que la question du genre est considérée comme un enjeu légitime dans une politique éditoriale au sein d’une revue.

20Reste pour finir à éclairer les fondements de cette légitimité. En effet, ce n’est pas parce que l’importance accordée à la question du genre semble aujourd’hui faire relatif consensus dans le monde universitaire que sa justification théorique ne doit pas être l’objet d’une réflexion particulière dans le cadre des pratiques scientifiques. À cet égard, s’il est clair que cette question engage une politique de la recherche cohérente, il importe aussi de distinguer politique et recherche. Sur le plan politique, l’attention au genre relève d’un souci d’égalité entre les hommes et les femmes qui traverse l’ensemble de la société contemporaine, bien au-delà du monde universitaire. Même si certains la dénoncent parfois comme relevant du « politiquement correct », cette attention se justifie pour des raisons qui relèvent d’une conception de la vie en société selon laquelle, parmi les différentes formes d’inégalités, celles produites par la différence de genre sont plus importantes ou, comme on le dit parfois, plus « universelles » (ce qui renvoie au fait que les femmes ne sont pas une « minorité », même si on les inscrit souvent dans ce cadre d’analyse), plus inacceptables et aussi, peut-être, plus susceptibles de solution rapide par les institutions que d’autres formes d’inégalités. Cependant, comme le montrent les critiques théoriques adressées aux différentes formes de quotas, la mise en œuvre concrète d’une politique visant l’équité en termes de genre n’a rien d’évident – et ne tient pas forcément à l’application d’une formule unique dans tous les pays et dans tous les champs de la vie sociale. C’est encore plus vrai sur le plan scientifique, où le présupposé du jugement des travaux de recherche repose sur l’idée d’une forme de neutralité de la science à l’égard des caractéristiques individuelles des auteurs. Dès lors, la prise en compte de la question du genre pourrait sembler relever d’une bonne volonté politique parfois potentiellement contradictoire avec une évaluation de la qualité, qui pourrait se vouloir relativement indifférente au facteur de genre, au risque de produire des biais dans la représentation. En réalité, les observations faites à partir de l’exemple des Annales et synthétisées ici conduisent à une autre lecture du problème. Il n’y a pas forcément besoin d’introduire des quotas ou de soutenir prioritairement des articles écrits par des femmes pour parvenir à un rapport de genre plus équilibré. Ce que nous avons pu mettre en évidence dans la soumission, l’évaluation et la publication d’articles écrits par des femmes montre que le problème devient plutôt celui de savoir comment essayer de réduire en amont les effets de l’environnement institutionnel et de l’autocensure, de manière à ce que les chercheuses qui n’auraient peut-être pas proposé d’articles à la revue se sentent fondées à le faire, et en aient le temps et les moyens matériels. Cela dépasse évidemment le cadre de l’action d’une revue, comme celui de cet article : la capacité d’action des femmes et la représentation de leur place dans le monde de la recherche à leurs propres yeux sont aussi liées à l’ouverture de chantiers sur les conditions du travail intellectuel au féminin, qu’il s’agisse des procédures de recrutement, de la division sexuée du travail collectif, de l’existence de crèches ou de dispositifs de remplacement en cas de congé maternité. Plus largement encore, il faut rappeler que la féminisation, surtout envisagée sous son angle quantitatif, comme cela a été le cas pour l’essentiel dans cet article, n’est qu’un aspect de rapports de genre bien plus complexes, en particulier du point de vue de l’articulation entre expériences individuelles, histoire de la discipline et dispositifs de pouvoir.

21Dans le cas des Annales, la principale forme de contribution à la modification des équilibres de genre au sein du travail intellectuel est d’essayer de procéder par l’exemple : publier les meilleurs textes que nous recevons en y soulignant la part des chercheuses comme nous le faisons dans cet article et en sollicitant délibérément ces dernières ; travailler à donner aux femmes une place équivalente aux hommes dans le cadre du comité de rédaction ; réfléchir à l’importance théorique et pratique de la notion de genre dans l’outillage intellectuel des sciences sociales. Ces choix relèvent autant, voire plus, de la science que de la politique, car il s’agit d’abord d’encourager la production de sciences historiques et sociales pluralistes d’un point de vue sociologique. En effet, ce pluralisme est au fondement même de la qualité intellectuelle recherchée par la revue et repose sur la prise en compte explicite et réflexive d’un certain nombre de différences sociales, au sens de Didier Lett, existant chez les chercheurs et les chercheuses. Le genre y occupe, on l’a dit, une place particulière, mais il ne faut pas négliger l’origine sociale et géographique des personnes, leur âge, leur discipline, leur terrain de recherche, leur parcours professionnel depuis le début de leur carrière ou encore leur institution de rattachement et leurs conditions matérielles d’exercice. Ces différences constituent des éléments déterminants du travail scientifique. Leur maîtrise réflexive par une institution comme une revue scientifique est un enjeu essentiel pour l’épistémologie autant que pour la politique des sciences sociales : c’est d’abord à ce titre que les Annales tentent, dans leur pratique quotidienne, de s’y confronter de leur mieux.

Haut de page

Bibliographie

Annales ESC, 1982, dossier « Masculin/féminin », vol. 37, no 2, p. 222-245.

Annales ESC, 1993, dossier « Histoire des femmes, histoire sociale », vol. 48, no 4, p. 997-1051.

Annales HSS, 1999, dossier « La femme japonaise », suivi de « L’histoire des femmes : comptes rendus », vol. 46, no 1.

Annales HSS, 2012, dossier « Régimes de genre », suivi de « Comptes rendus. Genre », vol. 67, no 3.

Backouche Isabelle, Godechot Olivier et Naudier Delphine, 2009, « Un plafond à caissons : les femmes à l’EHESS », Sociologie du travail, no 51, p. 253-274.

Dakhlia Jocelyne, 2007, « Homoérotismes et trames historiographiques du monde islamique », Annales HSS, vol. 62, no 5, p. 1097-1120.

Dalarun Jacques, 1984, « Robert d’Arbrissel et les femmes », Annales ESC, vol. 39, no 6, p. 1140-1160.

Davis Natalie Z., 1992, « Women and the world of the Annales », History Workshop, no 33, p. 121-137 (« Les femmes et le monde des Annales », Tracés, no 32, 2017, trad. Christelle Rabier).

Davis Natalie Z. et Farge Arlette éd., 1991, Histoire des femmes en Occident, t. 3, xvie-xviiie siècles, Paris, Plon.

Lambert Peter et Schofield Phillipp éd., 2004, Making History : An Introduction to the History and Practices of a Discipline, Londres-New York, Routledge.

Léonard Jacques, 1977, « Femmes, religion et médecine », Annales ESC, vol. 32, no 5, p. 887-907.

Perrot Michelle, Farge Arlette, Dauphin Cécile, Klapisch-Zuber Christiane, Lagrave Rose-Marie, Fraisse Geneviève, Schmitt-Pantel Pauline, Ripa Yannick, Pézerat Pierrette et Voldman Danièle, 1986, « Culture et pouvoir des femmes : essai d’historiographie », Annales ESC, vol. 41, no 2, p. 271-293.

Rogers Rebecca éd., 2004, La mixité dans l’éducation : enjeux passés et présents, Lyon, ENS Éditions.

Rogers Rebecca et Molinier Pascale éd., 2016, Les femmes dans le monde académique. Perspectives comparatives, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Roubin Lucienne A., 1970, « Espace masculin, espace féminin en communauté provençale », Annales ESC, vol. 25, no 2, p. 537-560.

Schöttler Peter, 1991, Lucie Varga. Les autorités invisibles, Paris, Éditions du Cerf.

Thiesse Anne-Marie, 1984, « Histoire orale et histoire des femmes, Bulletin de l’Institut d’Histoire du Temps Présent », Annales ESC, vol. 39, no 1, p. 43-45.

Voldman Danièle, 2014-2015, « Le genre, à côté » [en ligne], Genre et histoire, no 15, [URL : https://genrehistoire.revues.org/2074], consulté le 7 janvier 2017.

Haut de page

Notes

1 Sur ces enjeux historiques, voir Rogers (éd., 2004)

2 Voir par exemple Lambert et Schofield (éd., 2004, chap. 2 et 3).

3 Voir Rogers et Molinier (éd., 2016) qui évoque l’essor des recherches à ce sujet depuis dix ans et la commande de rapports consacrés à la parité, comme celui du Sénat [en ligne], [URL : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-655-notice.html]. Voir le billet d’Academia qui présente ce rapport [en ligne], [URL : https://academia.hypotheses.org/1130] consulté le 07 janvier 2017.

4 Antoine Lilti prend la direction de la rédaction à la fin de l’année 2006. Il me propose d’entrer à la rédaction en 2007, puis de nouveaux membres participent au comité à partir de 2008. Je prends sa suite à la tête de la revue à la fin de l’année 2011, tandis que le renouvellement des membres du comité se poursuit, voir plus loin à ce sujet.

5 « Gender Bias Past and Present » [en ligne], [URL : http://pastandpresent.org.uk/gender-bias-past-present], consulté le 7 janvier 2017.

6 Revue [en ligne], [URL : https://genrehistoire.revues.org/], consulté le 7 janvier 2017.

7 Voir [en ligne], [URL : http://www.canal-u.tv/video/ehess/regime_de_genre_dans_les_societes_occidentales_de_l_antiquite_au_xviie_siecle.12917], consulté le 15 novembre 2016.

8 Voir le rapport de 2016 Enseignement supérieur et recherche. Vers l’égalité homme-femme ? Chiffres-clés [en ligne], [URL : http://www.enseignementsup-recherche.gouv.fr/cid106655/enseignement-superieur-et-recherche-vers-l-egalite-femmes-hommes-chiffres-cles-parution-2016.html], consulté le 15 novembre 2016. Voir aussi le rapport du Sénat À la recherche d'un nouvel équilibre hommes-femmes dans l'enseignement supérieur et la recherche [en ligne], [URL : http://www.senat.fr/notice-rapport/2012/r12-655-notice.html] et le billet d’Academia qui présente ce rapport [en ligne], [URL : https://academia.hypotheses.org/1130] consulté le 07 janvier 2017.

9 Voir par exemple, Rogers et Molinier (éd., 2016) évoqué à la note 3 et les données mises en ligne de la revue Past and Present citées plus haut, les très intéressantes données concernant la féminisation des publications et de l’histoire comme discipline dans ses divers aspects (postes, sociétés savantes, récompenses…) pour le cas de l’Australie, qui est marqué par une présence bien plus forte des femmes [en ligne], [URL : http://theconversation.com/how-women-historians-smashed-the-glass-ceiling-66778] consulté le 15 novembre 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Étienne Anheim, « Genre, publication scientifique et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/6914 ; DOI : 10.4000/traces.6914

Haut de page

Auteur

Étienne Anheim

Centre de recherches historiques, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page