Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier traduction

Les femmes et le monde des Annales

Women and the world of the Annales
Natalie Zemon Davis
Traduction de Christelle Rabier
p. 173-192

Résumés

Cet essai analyse le rôle marginalisé des femmes dans les études historiennes des Annales de la première génération, en commençant par le travail de l’ethnographe et historienne juive autrichienne Lucie Varga et l’aide non rémunérée de Suzanne Dognon-Febvre et de Simone Vidal-Bloch. Il explore ensuite la formation supérieure et les carrières des femmes qui avaient un lien avec les Annales depuis leur fondation en 1929 jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale : les deux autrices qui y ont publié des articles – Varga et Thérèse Sclafert, historienne économique –, les autrices des ouvrages recensés ou des recensions – Yvonne Bézard, historienne économique, Marie-Louise Sjœstedt, linguiste, Germaine Rouillard, égyptologue – sans oublier Eugénie Droz, spécialiste de la Renaissance, éditrice d’un livre de Febvre. L’École pratique des hautes études se révèle pour ces femmes un cadre accueillant pour l’acquisition de formation supérieure, sans conduire à un poste universitaire. Elles suivent des trajectoires professionnelles de bibliothécaire, d’archiviste, d’éditrice ou d’enseignante pour les élèves de Sèvres. Le texte se conclut sur une réflexion sur le tribut intellectuel payé dans leur travail respectivement par Lucien Febvre et Franck Borkenau à leurs épouses, Varga et Dognon.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 NDT : le texte traduit a fait l’objet de quelques coupes et de corrections bibliographiques mineur (...)
  • 2 Peter Schöttler est également l’auteur d’un essai plus long sur Varga en introduction de ses éditi (...)

1Tout historien-ne1 doit savoir gré à Peter Schöttler (1992) d’avoir redonné vie à Lucie Varga et à ses travaux2. Non seulement il a contribué à mieux nous faire comprendre comment se sont façonnées les Annales au milieu des années 1930 ; non seulement il a éclairé les années de maturité de Lucien Febvre ; mais il a aussi et surtout mis au jour la créativité de Lucie Varga historienne et ethnographe, frayant sa propre voie entre l’historicisme viennois, le marxisme de l’école de Francfort et l’histoire des mentalités française.

2Juive réfugiée, Lucie Varga, trop tôt disparue, se trouve rappelée à notre mémoire par Peter Schöttler à rebours de son oblitération par l’antisémitisme et le fascisme. Une femme intellectuelle, luttant pour subsister en tant que telle, réhabilitée contre les silences patriarcaux du passé. C’est précisément sur cet aspect des rapports sociaux de sexe, qui jouent dans la vie de Lucie Varga en France, qu’on peut apporter une contribution à l’étude remarquable de Peter Schöttler. Ce dernier décrit avec richesse et subtilité les échanges entre les Annales et la pensée historique allemande et autrichienne dans le travail de Varga – ce qui avait initialement attiré son attention sur l’œuvre de cette dernière. La trame qu’il dessine de la relation intime Febvre-Varga, même s’il la raconte avec un tact certain, est plus crue : collaboration enseignant-étudiante, amour adultérin, épouse jalouse, mari obéissant, femme abandonnée.

  • 3 Ce portrait de Suzanne Dognon Febvre a été rassemblé à partir des sources suivantes : entretiens a (...)
  • 4 Dognon (1895). Professeur à l’université de Toulouse, Dognon était issu d’un milieu protestant, en (...)
  • 5 Sur l’éducation des femmes en France sous la Troisième République, voir Mayeur (1977) et pour Sèvr (...)
  • 6 À Sèvres, Dognon étudie la géographie avec Albert Demangeon, une des grandes figures de la géograp (...)

3Mais d’autres intrigues se condensent dans cette séquence. Pour commencer, Suzanne Febvre, l’épouse de Lucien, est elle-même professeure agrégée d’histoire et de géographie3. Fille d’un spécialiste de l’histoire politique et de l’administration du Languedoc médiéval4, celle qui se nomme alors Suzanne Dognon ignore le conseil prodigué par son père : se contenter comme ses sœurs d’une simple licence universitaire, bien suffisante pour la vie de femme mariée à laquelle elle se destine. Elle décide plutôt de se préparer au concours d’entrée de l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, l’établissement le plus élitiste que la France ouvre à ses femmes talentueuses dans les premières décennies du xxe siècle5. À l’issue de ses études à Sèvres, en 1919, Dognon enseigne un an dans un lycée de jeunes filles à Agen, non loin de sa Toulouse natale, avant de décider de s’engager dans un doctorat d’histoire et de géographie. Dognon devient assistante de géographie à l’université de Strasbourg l’année qui suit le recrutement de Febvre comme enseignant. Selon la légende familiale, Dognon se serait rendue dans le bureau de Febvre pour lui demander conseil au sujet de sa thèse : une heure après leur rencontre, ils étaient fiancés6.

  • 7 Citation de Lucile Febvre Richard (entretien du 21 octobre 1989, confirmé le 15 mars 1992).
  • 8 Les treize autres femmes de la promotion de Dognon, en lettres ou en sciences, enseignent toutes d (...)

4Dognon se marie avec Febvre, de dix-neuf ans son aîné, à la fin de l’été 1921. Elle suspend alors sa propre recherche pour se consacrer à sa vie de famille : ses trois enfants et Febvre, « qui accaparaient beaucoup d’attention7 ». Selon toutes les sources disponibles, il s’agissait d’un choix délibéré et on doit ajouter que, si la plupart de ses compagnes de promotion à Sèvres deviennent professeures de l’enseignement secondaire après leur mariage, elles ne poursuivent pas en doctorat8. Dans les années qui suivent, Suzanne Febvre relit et commente les manuscrits de Lucien ; elle l’assiste dans la consultation des sources allemandes qui documentent son Luther (Febvre, 1928) ; chaque semaine, à l’occasion des « Jeudis de l’Encyclopédie », elle accueille avec lui une brillante compagnie d’intellectuels et d’universitaires parisiens ; elle édite une partie des textes de l’Encyclopédie française. Pour autant, elle se refuse précisément à devenir l’assistante de recherche de son mari.

  • 9 Lucile Febvre Richard et Henri Febvre jugent possible que Lucien Febvre soit à l’origine du contac (...)

5Quelques mois après que Lucie Varga a quitté le service de Lucien Febvre, Suzanne Febvre change de vie : elle devient la première bibliothécaire en poste à l’École normale supérieure de Sèvres. Quand Febvre revient de son voyage en Amérique du Sud en novembre 1937, sa femme s’est mise à constituer un catalogue sur fiches, ajustant ses heures à Sèvres aux besoins de sa famille. Elle reste en poste jusqu’à sa retraite vingt-cinq ans plus tard ; les élèves de Sèvres ont conservé d’elle le souvenir de l’intérêt chaleureux qu’elle portait à leur vie personnelle et à leur réussite universitaire, ainsi que des conseils qu’elle leur prodiguait au sujet de leurs projets de recherche – conseils nourris par sa vaste culture et par celle de Lucien Febvre9.

6Aussi Lucie Varga et Suzanne Febvre ne représentent-elles pas seulement des rivales aux yeux d’un homme. L’une comme l’autre, que seules sept années séparent, suivent des trajectoires professionnelles bien différentes en tant que femmes européennes des années 1920 et 1930.

*

7Le nom de Lucie Varga a attiré mon attention pour la première fois en 1987, alors que j’écrivais un article sur les préoccupations des historiennes et des historiens concernant leur éthique professionnelle et l’économie morale de leur métier (Davis, 1988). Je m’interrogeais tout spécialement sur l’attitude des historiens d’avant-garde : qui identifiaient-ils comme des figures créatrices de la discipline historique et quelle autonomie accordaient-ils à leurs propres successeurs ? Eileen Power et Marc Bloch formaient un couple parfait à étudier : ils œuvraient ensemble, de part et d’autre de la Manche, à transformer l’histoire économique et sociale du Moyen Âge et se vouaient une admiration réciproque. Quelle différence notoire dans leur rapport à l’autre sexe et dans la composition de leur pépinière respective ! Après ses débuts au Girton College, à Cambridge, envers lequel elle fait preuve d’un dévouement sans faille jusqu’à sa mort, Eileen Power gagne le monde mixte de la London School of Economics et y devient une personnalité publique et centrale au côté de R. H. Tawney, plus âgé qu’elle, de Michael Postan, plus jeune – son assistant de recherche avec lequel elle finit par se marier – et de Mary Gwladys Jones, au sein de la Economic History Society et de la Economic History Review. Ses nombreux étudiants étaient tout autant des hommes que des femmes.

  • 10 NDT : l’autrice réfère ici à Fink (1985) qui, sans donner d’éléments sur la formation universitair (...)

8Le monde des Annales laissait beaucoup moins de place aux femmes. Du moins, c’est ce que je pensais en 1987 : « À bien des égards, l’équipe interdisciplinaire des Annales apparaît comme une fraternité masculine française » (Davis, 1988, p. 23). Le comité éditorial est entièrement masculin et seules deux femmes publient des articles de la création de la revue en 1929 à la mort de Marc Bloch en 1944. J’avais pensé par erreur que Thérèse Sclafert, qui fait paraître un article sur les routes commerciales au Moyen Âge dans le premier numéro de la revue, était la seule historienne. Les trois essais fascinants de Lucie Varga, publiés entre 1936 et 1937, m’avaient semblé être le fait d’une ethnographe, parce qu’ils portaient sur le xxe siècle, et parce qu’elle y exprimait sa gratitude envers Bronislaw Malinowski, confrère d’Eileen Power à la LSE, pour l’aide qu’il lui avait apportée dans la conception de sa recherche sur la culture populaire du Voralberg. Il m’avait alors semblé important – et encore aujourd’hui – que Lucie Varga soit étrangère, fraîchement débarquée, plus facilement acceptée par Febvre parce qu’elle ne provenait pas du milieu universitaire et chartiste dont les productions étaient si souvent éreintées dans les pages des Annales. De fait, par la suite, la première autrice à faire paraître un article, dix ans plus tard, se trouve être Renée Dœhaerd, historienne économique belge qui enseignait à Bruxelles (Dœhaerd, 1947). Pendant ce temps, la femme de Marc Bloch, Suzanne Vidal Bloch, lui sert sa vie durant de secrétaire, d’assistante et de relectrice de tous ses manuscrits, rôles que Bloch n’a jamais reconnus de son vivant mais que, jugeait Lucien Febvre, il aurait salué d’une dédicace s’il avait survécu10.

  • 11 J’examine plus en détail le sujet de la recherche française pendant l’Occupation allemande dans Da (...)
  • 12 Entretien avec Henri Febvre, 17 mars 1992, et avec Lucile Febvre Richard, 17 mars 1992 et École no (...)
  • 13 Ces publications commencent avec Renan d’après lui-même (Psichari, 1937). L’édition des Œuvres com (...)

9À la suite des découvertes de Schöttler, de la biographie importante de Bloch par Carole Fink, ainsi que de mes propres recherches sur Febvre, je suis désormais prête à corriger ma description de 1987 (Fink, 1989 ; Davis, 1990 ; Davis, 1991)11. À bien des égards, le groupe interdisciplinaire des Annales reste une « fraternité masculine », mais cette dernière repose singulièrement sur le travail bénévole ou rémunéré de femmes bien éduquées. Concernant Bloch, Carole Fink a ainsi découvert qu’on trouvait « de très nombreuses notes de recherche de la main de Suzanne Bloch » (Fink, 1989, p. 85 et p. 85, note 18). Quant à Febvre, le travail éditorial de l’Encyclopédie française est assuré bénévolement par son épouse Suzanne à l’occasion ou, moyennant rétribution, par Rose Brua Celli, compagne de promotion de Suzanne à Sèvres, romancière et essayiste de talent12. Henriette Psichari, dont Febvre sollicite l’aide pour l’indexation et la bibliographie, assure le travail administratif de l’Encyclopédie. À partir de 1939, elle s’occupe également des Annales : la revue n’est plus publiée par Armand Colin mais « appartient » désormais à Febvre et à Bloch, et son siège social a déménagé à la même adresse, rue du Four. Psichari a besoin de ces revenus pour sa subsistance et celle de ses enfants, mais elle poursuit ses propres projets, à savoir l’édition des œuvres complètes de son grand-père, Ernest Renan (Psichari, 1962, notamment chap. 10)13.

10Lucie Varga, comme l’a établi Schöttler, a commencé comme assistante de Febvre, et a continué par la suite d’occuper cette fonction occasionnellement – traduisant de l’allemand pour Febvre, rédigeant des notes bibliographiques qu’il utilisera plus tard pour ses cours au Collège de France ou qu’il transforme en comptes rendus autographes. Mais, pendant deux ou trois ans, la fraternité masculine s’était néanmoins ouverte à une petite sœur : Varga publie ses propres articles et comptes rendus, participe au projet éditorial du « numéro allemand » des Annales de 1937, tandis que Febvre et Bloch tentent d’obtenir pour elle une bourse Rockefeller, afin de financer sa recherche sur les cathares, et qu’est en préparation un ouvrage sur l’histoire des religions signé des deux noms de Febvre et de Varga.

  • 14 Dopsch (1930, préface) remercie Privatdozent Dr Erna Patzelt. En 1925, Patzelt est la première fem (...)
  • 15 Les femmes qui signent des articles et des comptes rendus dans Archiv für Sozialwissenschaft und S (...)
  • 16 NDT : italiques de l’autrice.

11De fait, on peut se demander si ce n’est pas Frau Dr Varga qui est à l’origine des propositions de travail plus égalitaire avec Febvre. Elle vient, en effet, d’un milieu où des femmes participent à certains cercles de création intellectuelle. Dr Erna Patzelt, Privatdozent à l’université de Vienne, se trouve associée à Alfons Dopsch, quand Varga étudie sous sa direction. Varga les remercie tous les deux dans la préface de sa thèse14. La revue Archiv für Sozialwissenschaft und Sozialpolitik, à laquelle son mari Franz Borkenau envoie son dernier article et sa dernière recension d’ouvrage avant qu’ils ne quittent l’Autriche, comporte des contributions signées de sept femmes universitaires pour la seule période d’octobre 1932 à septembre 1933, dont l’économiste Martha Stephanie Braun de Vienne15. Par ailleurs, on ne saurait oublier la relation intellectuelle qu’elle entretenait avec Borkenau. Bien qu’ils n’aient pas publié ensemble pendant leurs années de mariage, on peut imaginer que l’intérêt qu’ils partageaient pour l’historiographie, l’histoire culturelle moderne, les mouvements de jeunesse et pour le fascisme du xxe siècle a suscité leurs discussions. Ils se sont tournés tous les deux vers Febvre pour obtenir un soutien, comme ils se sont tournés tous les deux vers Malinowski (Russo, 1981)16.

  • 17 L’épisode est d’abord relaté en termes très généraux dans Curie (1938, p. 224-226), avant un trait (...)

12La poursuite de la collaboration intellectuelle entre Febvre et Varga s’est avérée incompatible avec leur histoire d’amour (Febvre avait-il jamais appris à Varga le sort fait à la veuve Marie Curie en 1911, juste après avoir reçu son second prix Nobel, en raison de son histoire d’amour avec le physicien Paul Langevin, collègue de Febvre au Collège de France et à peine plus âgé que lui17 ?) Il est vraisemblable que, même sans les complications causées par l’adultère, il aurait été difficile pour Varga de parvenir à une indépendance véritable tant qu’elle n’avait pas d’autre rémunération que celle que lui procurait Febvre et que ses perspectives de recherche ne s’écartaient pas des centres d’intérêt de ce dernier.

  • 18 Sur les tentatives de donner à l’enseignement secondaire et à l’agrégation des filles le même cont (...)
  • 19 Le Livret de l’étudiant de l’université de Paris pour les années 1929-1930, 1934-1935 et 1936-1937 (...)

13Mais comment une réfugiée aurait-elle pu accéder à ce type de position ? Même pour les femmes de la génération de Varga nées en France, aussi talentueuses et bien formées qu’elles fussent, obtenir un poste permettant de mener des recherches créatives n’était pas une mince affaire. Dès leurs années d’études à l’École normale supérieure de Sèvres, formées par des hommes enseignant à la Sorbonne ou au Collège de France, elles se rendaient compte qu’on n’avait pas pour elles la même considération que pour leurs homologues masculins de l’École normale supérieure de la rue d’Ulm. Si elles poursuivaient leur cursus jusqu’à l’agrégation dans les années 1920, elles découvraient que leur examen était distinct de celui des hommes : les questions d’histoire qui leur étaient soumises étaient plus générales, adaptées, aux yeux des jurys de concours, à des personnes qui s’apprêtaient à passer toute leur carrière dans des établissements d’enseignement secondaire pour jeunes filles, collèges ou lycées18. Les femmes qui se lançaient dans une recherche doctorale n’avaient qu’une très faible chance d’accéder au professorat dans une université de province, perspective qui s’avérait inexistante à l’université de Paris ou au Collège de France19. Elles ne peuvent prétendre qu’à un nombre très limité de postes, même avec le soutien des mandarins les plus puissants.

  • 20 Sclafert (1929) signé « Thérèse Sclafert (Fontenay-aux-Roses) ». Le portrait biographique de Thérè (...)
  • 21 Sur la page de titre (Sclafert, 1926a), on lit « Th. Sclafert Docteur ès Lettres ». Elle le dédie (...)
  • 22 Recensé par Duby (1961).

14Prenons le cas de Thérèse Sclafert, dont le travail sur les routes commerciales dans le Dauphiné et en Provence au bas Moyen Âge paraît dans le premier volume des Annales, en 192920. Née en 1876, soit deux ans avant Lucien Febvre, elle est professeure dans l’enseignement secondaire en Gironde quand elle noue l’amitié d’une vie avec Anne-Marie Grauvogel, directrice de l’école primaire supérieure de Bordeaux. Avant la Première Guerre mondiale, Grauvogel est mutée à Grenoble à la direction de l’école normale départementale ; Sclafert la rejoint comme directrice de l’école d’application qui y est associée, mais elle suit également l’enseignement du grand géographe Raoul Blanchard à l’université et débute ses recherches dans les archives locales. En 1919, quand Grauvogel est nommée directrice de l’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses, Sclafert la suit de nouveau. Alors qu’elle donne des cours de latin et de grammaire à Fontenay, elle s’inscrit en doctorat à l’université de Paris, en 1926, et publie sa thèse, une étude originale sur l’agriculture, l’élevage et l’industrie dans le climat rude des montagnes du Haut-Dauphiné médiéval (Sclafert, 1926a)21. Si elle fait l’objet d’un compte rendu favorable par Marc Bloch dans les Annales (1930, p. 98-99), la thèse ne constitue pas, pour Sclafert, le marchepied vers une promotion, comme cela aurait été ordinairement le cas pour un homme. Sclafert reste à Fontenay, donnant des cours et publiant des articles à l’occasion jusqu’en 1935, quand Melle Grauvogel est licenciée à la suite du décès d’une élève. Pendant les dernières années de sa vie, Sclafert continue de travailler de façon indépendante. Elle est en train de relire les épreuves de son second grand livre lorsque la mort la surprend, à quatre-vingt-deux ans. Ce livre, publié en 1959 par le Centre d’histoire de la sixième section de l’École pratique – une émanation des Annales – sous le titre Cultures en Haute-Provence, constitue un travail pionnier par son approche écologique de l’économie et de l’érosion sur plusieurs siècles22.

  • 23 Née en 1893, Bézard (1929) est décrite sur la page de titre comme « archiviste aux Archives nation (...)

15Yvonne Bézard, formée à l’École des chartes et autrice d’une thèse importante intitulée La vie rurale dans le sud de la région parisienne de 1450 à 1560 (1929) a quant à elle trouvé une niche comme conservatrice aux Archives nationales. Marc Bloch fait un compte rendu de son livre dans les Annales en 1930, et bien qu’il fasse l’éloge de son travail de documentation approfondi et de sa capacité à donner vie au passé, il lui reproche de ne pas faire la différence entre des « inventions parfois farfelues » et des éléments qui permettraient de clarifier véritablement l’évolution des techniques agricoles. C’est ce qui arrive, écrivait Bloch, à qui se limite aux sciences auxiliaires de l’histoire – c’est-à-dire : qui n’est qu’une simple archiviste – au lieu d’envisager les sources comme le ferait un historien économique23.

  • 24 Nous savons qu’Eugénie Droz, née en Suisse en 1893, étudie à l’École pratique des hautes études en (...)
  • 25 « À nos lecteurs », Humanisme et Renaissance, vol. 1 (1934). À côté des contributions d’Eugénie Dr (...)
  • 26 Febvre fait pour la première fois le compte rendu d’un livre d’Eugénie Droz dans les Annales (Febv (...)

16Eugénie Droz, quant à elle, installe ses quartiers à l’écart du monde universitaire. Grande connaisseuse des manuscrits du Moyen Âge tardif et d’anciennes éditions imprimées, elle gagne sa vie en collectionnant et en vendant avec perspicacité des livres anciens, rue de Tournon à Paris24. En 1934, elle participe à la fondation de la revue Humanisme et Renaissance et en devient l’éditrice. Cette revue, bien que différente des Annales en termes de projet scientifique, promeut une approche interdisciplinaire de la civilisation de la Renaissance française, à l’instar de ce que préconisaient les Annales pour l’histoire économique et sociale. Droz, qui plus est, a accueilli des femmes parmi les auteurs de la revue25. C’est vers elle que Lucien Febvre se tourne pendant l’occupation allemande pour publier son étude majeure d’un libre-penseur du xvie siècle, Bonaventure des Périers (Febvre, 1942)26.

  • 27 Selon Mazon (1988, p. 20), dans les premières années de l’École pratique des hautes études, ses pr (...)
  • 28 Labrousse (EPHE, Annuaire, 1936-1937, p. 41-42) est chargé de conférences à l’École pour l’enseign (...)

17Née en Suisse, Eugénie Droz est diplômée d’une institution parisienne qui compte de nombreuses femmes et de nombreux étrangers parmi ses étudiants et ses auditeurs : l’École pratique des hautes études. L’École a été fondée en 1868 en tant qu’institution d’enseignement supérieur devant fournir une formation plus « pratique » et expérimentale – laboratoires, formation à la recherche – à un public estudiantin varié, à côté de l’enseignement « théorique » des universités plus strictement encadrées (Mazon, 1988, p. 17-21)27. Dans les années 1920 et 1930, la section des Sciences historiques et philologiques propose un mélange singulier d’enseignements de sanskrit, d’hébreu et d’autres langues et de littératures, aux côtés d’enseignements d’histoire urbaine, d’histoire économique ou encore d’histoire littéraire. François Simiand, par exemple, fait ses débuts en révolutionnant l’étude de l’histoire économique et des prix à l’École en 1910 ; il continue à y donner régulièrement des cours après sa nomination au Collège de France. Quand il meurt en 1935, son enseignement « Histoire et statistiques » est repris à l’École par son disciple Ernest Labrousse, qui a publié deux ans auparavant la première de ses études sur le mouvement des prix au xviiie siècle, et que Bloch et Febvre invitent à rejoindre le comité éditorial des Annales en 193928.

  • 29 Une autre manière d’accéder au monde de l’enseignement supérieur fut celle de Mme Hélène Metzger n (...)
  • 30 Les papyrus grecs de Vienne. Inventaire des documents publiés (Rouillard, 1923a) est la thèse compl (...)

18Dans l’atmosphère sociale et intellectuelle relativement ouverte et libre de la Section historique et philologique de l’École pratique, quelques femmes se sont trouvées en capacité de proposer un enseignement avancé et de conduire des projets de recherche stimulants29. Curieusement, toutes sont entrées par la porte de la Section philologique, même si leurs recherches intéressaient in fine tout autant la discipline historique. Germaine Rouillard est bibliothécaire à la bibliothèque de la Sorbonne quand, en 1923, paraît sa thèse de doctorat sur l’administration civile de l’Égypte byzantine. La même année, un membre de son jury de thèse lui offre un poste à l’École où il est aussi directeur d’études. Pendant les vingt-deux années qui suivent, Rouillard enseigne à ses étudiants et à ses étudiantes comment lire et interpréter les textes archivistiques byzantins – textes qu’elle ne peut étudier qu’en photographie, puisque les femmes ne sont pas autorisées à se rendre au mont Athos pour réellement consulter les papyrus – et comment appréhender les problèmes de l’histoire économique byzantine. Seule une de ses publications fit l’objet d’une recension dans les Annales dans les années 1930, mais Febvre se trouve au nombre des professeurs du Collège de France qui, en 1943, l’invitent à prononcer une conférence rémunérée. Celle-ci donne lieu à une œuvre que Marc Bloch aurait adoré lire et commenter : La vie rurale dans l’Empire byzantin (Rouillard, 1953)30.

  • 31 La vie de Marie-Louise Sjœstedt peut être retracée à travers plusieurs sources, et en priorité dan (...)

19En 1926, une jeune femme rejoint Rouillard à l’École pratique : Marie-Louise Sjœstedt, dont la famille est d’origine suédoise, y connaît une destinée similaire. Elle vient de publier sa thèse cette même année (Sjœstedt, 1926), une étude linguistique technique sous la direction du grand spécialiste de la langue celte, Joseph Vendryes. Ce dernier vient de prendre en charge le programme d’études celtiques à l’École pratique, et emmène avec lui Sjœstedt comme chargée de conférences pour enseigner le moyen irlandais ainsi que l’irlandais contemporain. Par la suite, elle continue à travailler comme son associée : en 1936, à la création d’Études celtiques – revue publiée par Eugénie Droz –, Vendryes est directeur et Sjœstedt secrétaire de rédaction. Celle-ci publie des comptes rendus et des articles pour la revue. Cependant, devenue directrice des études en 1930, elle poursuit sa propre voie, se marie avec un collègue spécialiste des langues baltiques et slaves et des mythes lettons et elle débat de problèmes linguistiques avec son collègue à l’École, Émile Benveniste ; elle se rend régulièrement en Irlande pour approfondir sa connaissance de la langue et du folklore. En 1938, elle recense pour les Annales une nouvelle Histoire de l’Irlande (Sjœstedt, 1938a). Son livre majeur sur les héros et les mythes celtiques est sous presse quand les Allemands envahissent la France (Sjœstedt, 1940). Elle se suicide début décembre 1940 à l’âge de quarante ans ; son Dieux et héros des Celtes paraît quelques semaines plus tard. Dans un compte rendu dans le premier numéro des Annales à paraître sous l’Occupation, Febvre salue en Sjœstedt « une remarquable connaisseuse des langues, des croyances, des mœurs du monde celtique », et regrette qu’elle fût disparue alors qu’on pouvait tant attendre de son travail à venir (Febvre, 1941b, p. 99 ; Guigue, 1935, p. 166, # 1455)31.

  • 32 « L. Varga se présente certes à la Notgemeinschaft comme assistante au Collège de France […] mais (...)

20Febvre fait, bien sûr, entendre des regrets plus attristés encore pour la disparition de Varga dans le numéro suivant. Si Sjœstedt et Varga, précoces victimes de l’occupation nazie, meurent tragiquement jeunes, leur vie professionnelle et leur relation à leur mentor s’avèrent assez différentes au cours des années 1930. Varga prend sans doute ses rêves pour la réalité quand elle se décrit comme « assistante au Collège de France » dans un questionnaire pour réfugiés en 1936 ; ses espaces de travail sont le cabinet de travail de Febvre, rue du Val-de-Grâce et les bureaux de son Encyclopédie, rue du Four (Schöttler, 1991)32. Aurait-elle envisagé de s’associer avec l’École pratique, ce que firent nombre de réfugiés allemands ou autrichiens – Febvre aurait pu l’en dissuader.

  • 33 Préface datée « Paris, 9 avril 1937 » (Borkenau, 1937). Peut-être la présence de Borkenau a quelqu (...)
  • 34 L’inscription de Varga à l’École pratique des hautes études pour travailler avec Benveniste : EPHE (...)

21C’est pourtant vers l’École pratique qu’elle se tourne à l’automne 1937. Franz Borkenau est à Paris en avril 1937 et c’est sans doute la dernière fois que Varga et lui se voient ; sa rupture avec Febvre date de ce même printemps (Borkenau, 1937)33. Il semble plausible que la Section historique et philologique représente un lieu lui permettant de débuter une carrière indépendante et de trouver un espace intellectuel bien à elle. Varga s’inscrit au cours d’Émile Benveniste pour l’année 1937-1938 – il donnait alors des cours sur les pronoms personnels dans les langues indo-européennes et étendait singulièrement cette matière aux relations sociales conditionnant la limite du moi – mais elle devait aussi trouver en lui une ressource sur la religion perse, si importante à ses yeux, alors qu’elle s’efforçait de démêler ses cathares médiévaux des manichéens qu’il connaissait si bien. Combien de temps a-t-elle consacré à son cours et aux autres, nous ne le savons pas. L’année suivante, l’Anchluss et le changement d’atmosphère politique en France mettent un terme à ces projets34.

  • 35 En 1939, le comité éditorial des Annales d’histoire sociale, le nouveau format de la revue, s’élar (...)
  • 36 Ce portrait de Paule Pradel-Braudel provient des entretiens conduits les 29 octobre 1989 et 18 mar (...)
  • 37 Lucien Febvre à Paule Braudel, lettres de 1939 à 1942, collection Paule Braudel.

22Quant à Lucien Febvre, ses relations compliquées avec Lucie Varga et Suzanne Febvre dans les années 1930 ont eu des répercussions intellectuelles, renforçant l’intérêt qu’il portait aux femmes comme auditoire et aux femmes comme matière historique, sinon aux femmes comme membres du comité éditorial des Annales35. Peter Schöttler a noté l’empressement de Febvre à manifester son amitié envers Paule et Fernand Braudel à leur retour de voyage en Amérique du Sud en 1937 : « En Varga, il n’avait perdu qu’une étudiante et une amie ; en Braudel, il trouvait un fils et un héritier intellectuel » (Schöttler, 1992, p. 107). L’amitié de Febvre avec Paule Braudel avait également une composante intellectuelle. Élève de Braudel au lycée d’Alger, encouragée à passer le concours de Sèvres, Paule Pradel préfère suivre une licence de lettres à l’université d’Alger. À dix-neuf ans, elle épouse Braudel et devient son assistante de recherche à vie. Elle apprend par elle-même à lire l’écriture du xvie siècle et se concentre, pendant leurs recherches en archives dans les années 1930, sur les lettres méconnues des marchands italiens. « Je savais ce qu’il cherchait », écrit-elle, car Fernand Braudel dialoguait constamment avec elle de la perception qu’il avait du passé. De même, elle participe aux discussions avec Febvre à leur retour de voyage du Brésil : « Febvre savait que je comprenais ce dont il parlait », se rappelle Paule Braudel, « il m’a donné une grande confiance en moi »36. Les lettres de Febvre à Paule Braudel pendant le service militaire de son mari, et la captivité qui a suivi en Allemagne, sont à la fois affectueuses et formelles – il s’adresse à elle avec « Chère Madame amie » – et débordent de ses préoccupations intellectuelles et professionnelles, tout autant que de nouvelles familiales37.

23Dans une de ces lettres écrites en 1939-1940, Febvre parle à Paule Braudel d’un nouveau cours qu’il propose à l’École normale supérieure des jeunes filles à Sèvres :

  • 38 Lucien Febvre à Paule Braudel, non datée par Febvre, datée de la main de Paule Braudel 1939 ou 194 (...)

Le train-train continue. Je fabrique de mirifiques leçons pour les filles de Sèvres sur Marguerite de Navarre – pour qui, savez-vous, je me suis pris de passion. Les filles s’en sont aperçu : elles ont confié à ma femme que c’était fort bien, mais qu’on voyait que ce n’était pas tant pour elle[s] que pour mon plaisir à moi que je parlais de Marguerite. Peut-être ont-elles raison38.

24C’était la première fois que Febvre s’emparait du sujet de Marguerite de Navarre et il l’enseignait à des jeunes femmes au sein de l’institution où sa femme était bibliothécaire, avant d’en faire la matière de ses cours au Collège de France en 1940-1941 pendant la première année de l’Occupation. Avec Marguerite de Navarre, il trouve dans l’œuvre d’une femme ce qui l’avait tant intéressé chez Rabelais, non en lien avec le problème de l’anachronisme : la question de la duplicité. Parler d’amour de Dieu et raconter des histoires amusantes de séduction auraient pu sembler incohérent à qui aurait projeté sur le xvie siècle les modèles de conversation respectable du début du xxe siècle. La civilité de la conversation, l’amour, le mariage, l’adultère et la personnalité, le désir et le viol masculins – tout avait une histoire, et Febvre esquissait certains de leurs traits pour le xvie siècle. Apparier amour et mariage, soutenait Febvre, était une nouveauté au temps de Marguerite.

  • 39 Voir aussi le compte rendu de Febvre (1938) à propos de l’ouvrage d’André Tibal (1936) L’Autrichie (...)
  • 40 Entretiens avec Lucile Febvre-Richard, 21 octobre 1989 et 15 mars 1992.

25La « duplicité » était alors, entre le milieu et la fin des années 1930 et le début des années 1940, une question centrale dans la pensée de Febvre, qui a surgi à la fois dans sa vie personnelle et dans ses textes universitaires. Avec les Annales, lui et son collègue juif Bloch se définissent comme hérétiques, comme critiques culturels affûtés s’efforçant de modifier depuis les marges la façon dont on étudie, analyse et relate le passé par écrit. Devenu à la fois professeur au Collège de France et éditeur de l’Encyclopédie française – en 1932-1933, cette dernière mission le liant à Anatole de Monzie, ministre de l’Éducation – il s’efforce de structurer et d’intégrer une nouvelle vision de la culture depuis le centre. Lucie Varga représentait à ses yeux l’attrait de l’exotisme juif et autrichien, l’aventure politique, la culture viennoise, et (comme Peter Schöttler nous l’a montré à partir de la correspondance de Febvre avec Bloch) le désir de voyages vers des lieux inconnus avec une femme qui partage sa passion de l’enquête historique (Schöttler, 1991, p. 62)39. Suzanne Febvre représentait, quant à elle, le familier, une vie centrée sur ses nombreux projets et sur leurs enfants ; la maison de campagne, Le Souget, achetée – comme Schöttler l’a rappelé (ibid.) – à ce même moment charnière et située dans la Franche-Comté des ancêtres de Febvre ; une épouse, enfin, dont il recherchait maladivement l’approbation et qui pouvait susciter sa jalousie quand il jugeait qu’elle portait trop d’attention à son ami, le psychologue Henri Wallon, et réciproquement40.

  • 41 Pour des exemples sur le peu d’attention qu’il accorde aux discussions et aux désaccords entre les (...)

26Febvre a résolu la duplicité de Rabelais et de Marguerite dans ses écrits – bien que ce fût en passant sous silence les multiples niveaux de langue et de signification dans le conte des géants et les multiples perspectives introduites dans les Heptaméron par les discussions entre les narrateurs (Davis, 1990, p. 14-22)41. Pour lui-même, la tension a certainement persisté après la guerre, bien qu’il soit impossible de connaître ce que sont devenus ses sentiments pour Lucie Varga après la nécrologie brève et affectueuse qu’il fait paraître dans les Annales de 1942. Ce qui est sûr, c’est que le caractère entier de Marguerite a pris les atours d’un hommage public à sa femme, dans un livre dans lequel l’amour marital faisait l’objet d’une célébration supérieure aux amusements de l’adultère ; « Deux cueurs en ung » (Deux cœurs en un) dit-il en dédicaçant Autour de l’Heptaméron à Suzanne Febvre avec les propres mots de Marguerite « et chascun content ».

  • 42 « À ma femme » (Borkenau, 1942), « Für Hilde » (Borkenau, 1947). Lowenthal (1981, p. 6-7) précise (...)

27Le cœur de Franz Borkenau est lui aussi difficile à sonder. Il n’a jamais mentionné Lucie Varga dans les préfaces des livres qu’il a rédigés pendant leur mariage ou dans les années qui ont suivi leur séparation. Il n’a cessé de voyager par le monde ; il a écrit sur la guerre civile espagnole, la chute de l’Autriche, les dangers du nazisme, l’autoritarisme du communisme et davantage encore. Il s’est remarié à deux reprises, dédicaçant son Socialism National or International de 1942 à sa deuxième épouse et Drei Abhandlungen zur Deutschen Geschichte de 1947 à sa troisième femme, Hildegard Tellman, une étudiante qu’il rencontre à l’université de Marburg lorsqu’il y occupe brièvement un poste d’enseignant après la guerre. Finalement, c’est le tour de Lucie Varga. Quand son European Communism paraît en allemand à Munich en 1953 (Lowental, 1981), il le rattache à sa propre histoire à travers la dédicace : « Lucie Varga-Borkenau zum Gedenken »42.

Haut de page

Bibliographie

Annuaire du Collège de France, Paris, P. Leroux.

Berr Henri, 1945, « In memoriam », Revue de synthèse, no 19, p. 9.

Bézard Yvonne, 1929, La vie rurale dans le sud de la région parisienne de 1450 à 1560, Paris, Firmin Didot.

— 1932, Fonctionnaires maritimes et coloniaux sous Louis XIV : les Bégon, Paris, Albin Michel.

— 1939, Le Président de Brosses et ses amis de Genève, Paris, Boivin et Cie.

Bloch Marc, 1930, « La vie rurale : problèmes de jadis et de naguère », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 2, no 5, p. 96-120.

Bloch R. Howard, 1991, « “Mieux vaut jamais que tard” : Romance, philology and old french letters », Representations, no 36, p. 64-86.

Borkenau Franz, 1937, The Spanish Cockpit. An Eye-Witness Account of the Political and Social Conflicts of the Spanish Civil War, Londres, Faber and Faber.

— 1942, Socialism National or International, Londres, Routledge.

— 1947, Drei Abhandlungen zur deutschen Geschichte, Francfort, V. Klostermann.

— 1952, Der europäische Kommunismus. Seine Geschichte von 1917 bis zur Gegenwart, Munich, Leo Lehnen (European Communism, Londres, Faber and Faber, 1953).

Braudel Fernand, 1972, « Personal Testimony », Journal of Modern History, vol. 44, no 4, p. 448-467.

Brua Celli Rose, 1931, Le châle indien, Paris, Flammarion.

Bulletin de la Société d’études historiques, scientifiques, artistiques et littéraires des Hautes-Alpes, 1962, « Mademoiselle Sclafert (1876-1959) », no 54, p. 156-159.

Chaunu Huguette et Chaunu Pierre, 1954, « Autour de 1640 : politiques et économies atlantiques », Annales ESC, vol. 9, no 1, p. 44-5.

Collomp Paul et Rouillard Germaine éd., 1937, Actes de Lavra, t. 1 (897-1178), édition diplomatique et critique d'après les descriptions, photographies et copies de G. Millet et S. de Lavra (Archives de l'Athos, G. Millet éd.), Paris, P. Lethielleux.

Curie Ève, 1938, Madame Curie, Paris, Gallimard.

Dalbanne Claude et Droz Eugénie, 1930, L’imprimerie à Vienne en Dauphiné au xve siècle, Paris, E. Droz.

Davis Natalie Z., 1988, « History’s two bodies », American Historical Review, no 93, p. 1-30.

— 1990, « Rabelais among the censors (1940s, 1540s) », Representations, no 32, p. 1-32.

— 1991, « Censorship, silence and Resistance : The Annales during the German occupation of France », Litteraria Pragensia, no 1, p. 13-23 (réédité : 1998, Historical Reflections/Réflexions historiques, no 29, p. 351-374).

— 2014, « Histoire du livre, de Lyon à Fez : récit personnel », Nouveaux aspects de la culture de l’imprimé. Questions et perspectives (xve-xviiie siècles), G. Holtz éd., Genève, Librairie Droz, p. 381-401.

Dœhaerd Renée, 1947, « Ce qu’on vendait et comment on le vendait dans le Bassin parisien », Annales ESC, vol. 2, no 3, p. 266-280.

Dognon Paul, 1895, Les institutions politiques et administratives du Pays de Languedoc du xiiie siècle aux guerres de religion, Toulouse, Privat.

Dopsch Alfons, 1930, Die Altere Wirtschafts - und Sozialgeschichte der Bauern in den Alpenliindern Oesterreichs, Oslo, Instituttet for Sammenlignende Kulturfroskning.

Duby Georges, 1961, « T. Sclafert, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge », Annales ESC, vol. 16, no 5, p. 1026-1028.

École normale supérieure de jeunes filles, 1932, Le cinquantenaire de l’École de Sèvres 1881-1931, Paris, Printory.

École pratique des hautes études, section des Sciences historiques et philologiques, Annuaire, Melun, Imprimerie administrative.

Febvre Lucien, 1928, Martin Luther : un destin, Paris, Rieder.

— 1932, « Techniques de restitution : le livre et les premiers ateliers typographiques », Annales d’histoire économique et sociales, vol. 4, no 18, p. 594-595.

— 1938, « Titre et contenu : l’Autriche et l’Autrichien », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 10, no 49, p. 63-64.

— 1941a, « Deux amis des Annales : Jules Sion, Albert Demangeon », Annales d’histoire sociale, vol. 3, no 3-4, p. 81-89.

— 1941b, « Religions, littérature et vie sociale », Annales d’histoire sociale, vol. 3, no 1-2, p. 98-106.

— 1942, Origène et Des Périers ou l’Énigme du Cymbalum Mundi, Paris, E. Droz.

— 1944, Autour de l’Heptaméron. Amour sacré, amour profane, Paris, Gallimard.

Fink Carole, 1989, Marc Bloch. A Life in History, Cambridge, Cambridge University Press.

Giroud Françoise, 1981, Une femme honorable, Paris, Fayard.

Guigue Albert, 1935, La Faculté des Lettres de l’Université de Paris depuis sa fondation (17 mars 1808) jusqu’au 1er janvier 1935, Paris, F. Alcan.

Guilland R., 1932, « Byzance », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 4, no 16, p. 428-431.

Klebs Arnold et Droz Eugénie éd., 1925, Remèdes contre la peste. Fac-similés, notes et liste bibliographique des incunables sur la peste, Paris, E. Droz et E. Nourry.

Labrousse Camille-Ernest, 1933, Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au dix-huitième siècle, Paris, Dalloz.

— 1944, La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution, Paris, Presses universitaires de France.

Lefebvre Georges, 1937, « Le mouvement des prix et les origines de la Révolution française », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 9, p. 139-170.

Longon Jean, 1950, « Bibliographie de Germaine Rouillard (1888-1946) », Byzantion, no 20, p. 327-336.

Lowenthal Richard, 1981, « Introduction to Franz Borkenau », End and Beginning. On the Generations of Cultures and the Origins of the West, F. Borkenau, édition par R. Lowenthal, New York, Columbia University Press.

Löwy Ilana, 2006, L’Emprise du genre: masculinité, féminité, inégalité, Paris, La Dispute.

Margadant Jo Burr, 1990, Madame le Professeur : Women Educators in the Third Republic, Princeton, Princeton University Press.

Mayeur Françoise, 1977, L’enseignement secondaire des jeunes filles sous la Troisième République, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Mazohl-Wallnig Brigitte, 1990, « Un-Gleichheit hinter dem Katheder », L’Homme. Europaïsche Zeitschrift für Feministische Geschichtswissenschaft, no 1, p. 73-88.

Mazon Brigitte, 1988, Aux origines de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, Paris, Éditions du Cerf.

Metzger Hélène, 1918, La genèse de la science des cristaux, Paris, F. Alcan.

— 1923, Les doctrines chimiques en France du début du xviie à la fin du xviiie siècle, Paris, Presses universitaires de France.

— 1935, La philosophie de la matière chez Lavoisier, Paris, Hermann et Cie.

— 1938, Attraction universelle et religion naturelle chez quelques commentateurs anglais de Newton. Introduction philosophique, Paris, Hermann.

Oulhiou Yvonne, 1981, L’École normale supérieure de Fontenay-aux-Roses à travers le temps, 1880-1980, Fontenay, ENS Éditions.

Pflaum Rosalynd, 1989, Grand Obsession. Madame Curie and Her World, New York, Doubleday.

Psichari Henriette, 1937, Renan d’après lui-même, Paris, Plon.

— 1942, Devant Dieu mentir, Paris, Corrêa.

— 1962, Des jours et des hommes (1890-1961), Paris, Grasset.

Putois-Pinard Paulette, 1986, « Mme Lucien Febvre, née Suzanne Dognon, 1897-1985 », Sèvriennes d’hier et d’aujourd’hui, no 124, p. 19-25.

Rebérioux Madeleine et Vovelle Michel, 1988, « La mort de Camille-Ernest Labrousse, le père de l’histoire économique », Le Monde, 26 mai, p. 31.

Regnier Jean, 1923, Les Fortunes et adversitez, édité par E. Droz, Paris, É. Champion.

Renan Ernest, 1947-1953, Œuvres complètes, édité par H. Psichari, 6 volumes, Paris, Calmann-Lévy.

Rouillard Germaine, 1923a, Les papyrus grecs de Vienne. Inventaire des documents publiés, Paris, É. Champion.

— 1923b, L’administration civile de l’Égypte byzantine, Paris, Presses universitaires de France.

— 1953, La vie rurale dans l’Empire byzantin, Paris, Librairie d’Amérique et d’Orient Adrien-Maisonneuve.

Russo Valeria E., 1981, « Profilo di Franz Borkenau », Rivista di Filosofia, no 19, p. 299- 302.

Schöttler Peter, 1991, « Einleitung », Zeitenwende. Mentalitätshistorische Studien 1936-1939, L. Varga, édition par P. Schöttler, Francfort, Suhrkamp Verlag, p. 13-111 (« Introduction », Les autorités invisibles. Une historienne autrichienne aux « Annales » dans les années trente, L. Varga, trad. V. Séroussi, édition par P. Schöttler, Paris, Éditions du Cerf, p. 13-112).

— 1992, « Lucie Varga : A Central European refugee in the circle of the French “Annales”, 1934-1941 », History Workshop Journal, no 33, vol. 1, p. 100-120.

Sclafert Thérèse, 1926a, Le Haut-Dauphiné au Moyen Âge, Paris, Recueil Sirey.

— 1926b, L’industrie du fer dans la région d’Allevard, Grenoble, Allier père et fils.

— 1929, « Les routes du Dauphiné et de la Provence sous l’influence du séjour des papes à Avignon », Annales d’histoire économique et sociale, vol. 1, no 2, p. 183-192.

— 1959, Cultures en Haute-Provence. Déboisements et pâturages au Moyen Âge, Paris, École pratique des hautes études, vie section-Centre de recherches historiques.

Sjœstedt Marie-Louise, 1926, L’aspect verbal et les formations à affixe nasal en celtique, Paris, É. Champion.

— 1938a, « En Irlande : la lutte de deux types de structure sociale », Annales d’histoire économique et sociale, no 10, p. 330-332.

— 1938b, Description d’un parler irlandais de Kerry, Paris, É. Champion.

— 1940, Dieux et héros des Celtes, Paris, Leroux-Presses universitaires de France.

Varga Lucie, 1978 [1932], Das Schlagwort vom “Finsteren Mittelalter”, Veröffentlichungen des Seminars für Wirtschafts - und Kulturgeschichte an der Universität Wien, no 8, Vienne.

Haut de page

Notes

1 NDT : le texte traduit a fait l’objet de quelques coupes et de corrections bibliographiques mineures, avec l’accord de l’autrice, qui l’a complété par une note. Pour faciliter la lecture du texte, la traductrice a choisi le présent historique pour les faits, et l’imparfait pour les conjectures de l’autrice. Elle remercie Tessa Chynoweth, coordinatrice éditoriale de History Workshop Journal, pour son aimable disponibilité, Anaïs Albert, Denise Bally, Anne de Reyniès et Marc Lenormand pour leurs heureuses suggestions, et Natalie Zemon Davis pour sa relecture attentive. L’usage de la première personne en note est le fait de Natalie Zemon Davis elle-même.

2 Peter Schöttler est également l’auteur d’un essai plus long sur Varga en introduction de ses éditions allemande et française d’œuvres choisies de Varga (Schöttler, 1991). Quand je réfère à une information sur Varga qui se trouve dans cette étude, je renvoie à la pagination de l’édition française.

3 Ce portrait de Suzanne Dognon Febvre a été rassemblé à partir des sources suivantes : entretiens avec Lucile Febvre Richard (21 et 23 octobre 1989 ; 15 et 17 mars 1992) et avec Henri Febvre (17 mars 1992) ; École normale supérieure de jeunes filles (1932), p. 25 (comportant une erreur typographique concernant le premier poste de Dognon à Angers, plutôt qu’Agen) ; Putois-Pinard (1986) ; archives du Collège de France, C-XII, Lucien Febvre, 49B, carnet du fonctionnaire ; archives de l’École normale supérieure de Sèvres, émoluments mensuels, Suzanne Febvre (je remercie Mme Serre, ancienne directrice de l’École normale supérieure de Sèvres et Mme Liliane Bellina, administratrice actuelle de la réunion des ENS Sèvres-Ulm pour leur assistance) ; Jeanne Rees-Pascal à Lucile Febvre Richard, 10 avril 1986 (collection Lucile Febvre Richard).

4 Dognon (1895). Professeur à l’université de Toulouse, Dognon était issu d’un milieu protestant, entré par le mariage dans une famille catholique.

5 Sur l’éducation des femmes en France sous la Troisième République, voir Mayeur (1977) et pour Sèvres en particulier, École normale supérieure de jeunes filles (1932). Pour une étude importante sur l’École normale supérieure de l’enseignement secondaire à Sèvres, voir Margadant (1990). Je suis reconnaissante à Jo Burr Margadant de m’avoir guidée dans ma recherche sur les anciennes élèves de Sèvres.

6 À Sèvres, Dognon étudie la géographie avec Albert Demangeon, une des grandes figures de la géographie française qu’admire beaucoup Lucien Febvre (1941a). À Strasbourg, elle est l’assistante d’Henri Bulig, qui occupe la chaire de géographie (Putois-Pinard, 1986, p. 20-21). Première rencontre décrite par Lucile Febvre Richard (entretiens des 21 octobre 1989 et 15 mars 1992).

7 Citation de Lucile Febvre Richard (entretien du 21 octobre 1989, confirmé le 15 mars 1992).

8 Les treize autres femmes de la promotion de Dognon, en lettres ou en sciences, enseignent toutes dans des lycées ou des collèges de jeunes filles en 1931 (École normale supérieure de jeunes filles, 1932, p. 25) ; neuf sur treize étaient mariées à cette date.

9 Lucile Febvre Richard et Henri Febvre jugent possible que Lucien Febvre soit à l’origine du contact entre Mme Eugénie Cotton, directrice de Sèvres, et Suzanne Febvre. Putois-Pinard, la bibliothécaire qui a succédé à Febvre et qui la connaissait bien, indique simplement que Suzanne Febvre avait été invitée à accepter le poste par Cotton (Putois-Pinard, 1986, p. 22). Quoi qu’il en soit, Suzanne Febvre commence à travailler le 1er novembre 1937, alors que son mari n’est pas encore revenu de son voyage de trois mois en Amérique du Sud (archives de l’École normale supérieure de Sèvres, émoluments mensuels). « Elle avait une vaste culture », dit une des étudiantes qui a reçu avec profit les conseils de Suzanne Febvre (Jeanne Rees-Pascal à Lucile Febvre Richard, 10 avril 1986, collection Lucile Febvre Richard).

10 NDT : l’autrice réfère ici à Fink (1985) qui, sans donner d’éléments sur la formation universitaire de Vidal, précise que, fille d’un polytechnicien, décorée pour son travail avec les prisonniers et les réfugiés entre 1914 et 1918, c’est une femme « reconnue pour son tact et son intelligence, pour son talent musical et ses compétences en langues étrangères. Pourvue d’une dot substantielle et d’un personnel domestique nombreux ». Vidal a six enfants avec Bloch entre 1920 et 1930 (Fink, 1985, p. 85-86).

11 J’examine plus en détail le sujet de la recherche française pendant l’Occupation allemande dans Davis (1990 ; 1991). Dans son étude récente, R. Howard Bloch (1991) aborde l’exclusion des femmes et les relations sentimentales en jeu dans le développement des études médiévales dans la France du début de la Troisième République.

12 Entretien avec Henri Febvre, 17 mars 1992, et avec Lucile Febvre Richard, 17 mars 1992 et École normale supérieure de jeunes filles (1932, p. 25). Rose Brua Celli n’a pas achevé ses études à Sèvres, à la suite d’une querelle avec l’administration : la jeune Corse talentueuse refuse de passer l’agrégation. On la trouve listée dans le livre du cinquantième anniversaire comme « démissionnaire ». Parmi ses livres, on trouve Le châle indien (1931) ; l’exemplaire de la Princeton University Rare Books Collection contient une dédicace manuscrite à Sylvia Beach, émigrée américaine en France et cofondatrice de la célèbre librairie Shakespeare and Company. Son travail rémunéré visait à compléter les revenus du couple qu’elle formait avec son mari musicien pour leur permettre de poursuivre leurs activités de création.

13 Ces publications commencent avec Renan d’après lui-même (Psichari, 1937). L’édition des Œuvres complètes de Renan, à laquelle elle travaille pendant ses années à l’Encyclopédie et aux Annales, paraît en six volumes à Paris entre 1947 et 1953 (Renan, 1947-1953). Son roman Devant Dieu mentir paraît en 1942.

14 Dopsch (1930, préface) remercie Privatdozent Dr Erna Patzelt. En 1925, Patzelt est la première femme à obtenir le droit d’enseigner dans une université autrichienne (Schöttler, 1991, p. 23, note 26). En 1927, alors que Varga commence ses études, Dopsch publie un essai célébrant le trentième anniversaire de l’accès des femmes étudiantes à l’université de Vienne : Dreissig Jahre Frauenstudium in Osterreich (Mazohl-Wallnig, 1990, p. 75, note 8) ; merci à Lyndal Roper de m’avoir indiqué cette référence. Remerciements dans la préface (Varga, 1978), datée de « Baden près de Vienne, octobre 1931 ». Varga dédie sa thèse à sa mère.

15 Les femmes qui signent des articles et des comptes rendus dans Archiv für Sozialwissenschaft und Socialpolitik, revue fondée par Werner Sombart et Max Weber, volume 68 (oct. 1932-jan. 1933) et volume 69 (avril-sept. 1933), sont Hedwig Hintze (Privatdozent, Berlin, qui écrit à propos du socialisme français), Dr Martha Stephanie Braun (Vienne), Maria Fuerth, Annemarie Niemeyer, Dr Marie Baum (Heidelberg), Dr Charlotte Lütkens (Galax, Roumanie) et Louise Sommer.

16 NDT : italiques de l’autrice.

17 L’épisode est d’abord relaté en termes très généraux dans Curie (1938, p. 224-226), avant un traitement plus complet dans Giroud (1981, chap. 16) et Pflaum (1989, chap. 10). Si je comprends l’usage que Schöttler fait du terme « amie intime » à propos de la relation d’Erna Patzelt avec Alfons Dopsch (1991, p. 23), eux aussi étaient amants et s’en tirent sans que cela n’affecte sérieusement la carrière de Patzelt. Mais Erna Patzelt dispose d’un poste indépendant à l’université de Vienne, où elle devient professeure ; elle ne travaille pas dans la maison de Dopsch, et n’émarge pas sur son salaire.

18 Sur les tentatives de donner à l’enseignement secondaire et à l’agrégation des filles le même contenu que celui des hommes, voir École normale supérieure de jeunes filles (1932, p. 196-202), Mayeur (1977) et Margadant, (1990, p. 260-273). En 1931, le projet de rapprochement des deux agrégations a progressé. En philosophie, en mathématiques et en grammaire, les femmes passent simplement l’examen des hommes ; en histoire, cependant, l’examen des femmes demeure différent de celui des hommes (École normale supérieure de jeunes filles, 1932, p. 202). NDT : sur la prise de conscience tardive de la condition marginalisée des intellectuelles, cf. Löwy, 2006, chap. 1, notamment p. 24-25.

19 Le Livret de l’étudiant de l’université de Paris pour les années 1929-1930, 1934-1935 et 1936-1937 liste l’ensemble des enseignants pour toutes les facultés de l’université et les autres établissements d’enseignement supérieur avancé. En 1929-1930 (« Liste du personnel enseignant », p. 418-452), Marie Curie est, à la faculté des sciences, la seule femme de toute l’université disposant d’un statut équivalent à celui de professeur (sans le titre). À la faculté des sciences toujours, Mme Ramart enseigne la chimie comme maître [sic NDT] de conférences et une femme enseigne la zoologie comme chef ou cheffe de travaux. À la faculté des lettres, une enseignante assure des travaux dirigés en grec. En 1934-1935 (« Liste du personnel enseignant », p. 410-448), Marie Curie est décédée et Mme Ramart de la faculté des sciences est désormais la seule femme professeure de l’université. La fille de Marie Curie, Irène Joliot-Curie, est l’une des trois femmes cheffes de travaux dans la faculté des sciences, et six femmes y occupent le poste d’assistantes. La faculté des lettres a désormais deux femmes enseignantes, l’une assurant un enseignement pratique en russe, l’autre en grec. En 1936-1937 (« Liste du personnel enseignant », p. 411-450), Mme Ramart est toujours la seule femme professeure de l’université de Paris, et il y a trois femmes au poste de chef ou cheffe de travaux et quatre assistantes dans la faculté des sciences. La situation pour les femmes en lettres est la même qu’en 1934-1935. (Une des femmes exerçant comme assistante dans la faculté des sciences était aussi directeur [sic NDT] d’études à l’École pratique des hautes études, et nous verrons plus loin que c’est dans cette institution d’études avancées, indépendante de l’université, que quelques femmes ont la possibilité d’accéder à des postes d’enseignement supérieur et de recherche). Entre les années 1925 et 1934, deux cent quatre-vingt-huit personnes se voient décerner un doctorat ès lettres à l’université de Paris, parmi lesquelles trente (soit 10 %) sont des femmes (Guigue, 1935, p. 164-184).

20 Sclafert (1929) signé « Thérèse Sclafert (Fontenay-aux-Roses) ». Le portrait biographique de Thérèse Sclafert est tiré de ses publications et de Oulhiou (1981, notamment p. 189-194) et Bulletin de la Société d’études historiques, scientifiques, artistiques et littéraires des Hautes-Alpes (1962). Je remercie Michel Coquery, directeur de l’ENS de Fontenay-St-Cloud, et Daniel Lerault, de la Bibliothèque nationale de m’avoir aidée à trouver ces documents.

21 Sur la page de titre (Sclafert, 1926a), on lit « Th. Sclafert Docteur ès Lettres ». Elle le dédie « à ses parents », qui étaient paysans dans un village de Dordogne, et à « Mademoiselle A. M. Grauvogel ». Parmi les professeurs qu’elle remercie dans son introduction, on trouve deux hommes enseignant le droit, ainsi que Raoul Blanchard fondateur de la remarquable école de géographie de Grenoble, au centre d’un cercle de géographes des Alpes avec lequel elle est restée en contact avec les années. Elle manifeste également sa reconnaissance à Ferdinand Lot, professeur à la Sorbonne, qui l’a peut-être incitée à soumettre son article aux Annales. Sa thèse complémentaire paraît sous le titre L’industrie du fer dans la région d’Allevard (1926b).

22 Recensé par Duby (1961).

23 Née en 1893, Bézard (1929) est décrite sur la page de titre comme « archiviste aux Archives nationales, docteur ès lettres ». Elle remercie ses professeurs à l’École des chartes dans son introduction (p. 14). Il s’agit de sa thèse principale, soutenue à la faculté des lettres de Paris en 1929 (Guigue, 1935, p. 171). Ses publications postérieures (1932 et 1939) la qualifient toujours d’« archiviste aux Archives nationales » sur la page de titre. Ses sujets de recherche changent selon les sources archivistiques auxquelles elle a accès. Dans son compte rendu, Bloch (1930) s’attarde principalement sur le travail de Bézard.

24 Nous savons qu’Eugénie Droz, née en Suisse en 1893, étudie à l’École pratique des hautes études en 1921, où elle suit les cours d’histoire du bas Moyen Âge de Max Prinet et reçoit le soutien d’Alfred Jeanroy, directeur d’études, professeur à la faculté des lettres de Paris, figure importante de l’étude des textes médiévaux. En 1924, elle obtient un diplôme de l’École après la publication de sa première édition des Fortunes et adversitez de Jean Regnier (1923). Sa préface indique qu’elle travaillait déjà sur le projet Regnier en 1917, avec les encouragements de Jeanroy. Documentation : École pratique des hautes études, section des Sciences historiques et philologiques, Annuaire 1922-1923 (Melun, 1922, p. 74), 1924-1925 (Melun, 1924, p. 54, p. 100), 1925-1926 (Melun, 1925, p. 56-57, p. 117), 1926-1927 (Melun, 1926, p. 47, p. 100). Son entreprise éditoriale commence en 1925 quand elle publie et rédige une introduction critique de Remèdes contre la peste (Klebs et Droz éd., 1925). Parmi ses nombreuses éditions et travaux, notons aussi Dalbanne et Droz (1930).

25 « À nos lecteurs », Humanisme et Renaissance, vol. 1 (1934). À côté des contributions d’Eugénie Droz, les trois premiers volumes d’Humanisme et Renaissance incluent des essais d’Alice Hulubei, de Geneviève Bianquis, de Marie Delcourt, de Marie Holban et de Mireille Forget.

26 Febvre fait pour la première fois le compte rendu d’un livre d’Eugénie Droz dans les Annales (Febvre, 1932). Il donne un compte rendu favorable du livre, bien qu’il regrette que les aspects économiques de l’imprimerie et ses implications sociales n’aient pas été étudiés. Il semble penser qu’E. Droz était un homme, ce qui laisse présumer qu’il ne l’avait pas encore rencontrée. NDA (2016) : sur l’histoire compliquée des publications et des choix politiques d’Eugénie Droz pendant l’occupation allemande, voir Davis (2014, p. 385 et p. 385 note 5).

27 Selon Mazon (1988, p. 20), dans les premières années de l’École pratique des hautes études, ses professeurs étaient censés disposer déjà d’une chaire au Collège de France ou à la Sorbonne. Cependant, au moins dans les années 1920 et 1930, quelques hommes et toutes les femmes, à l’exception d’une d’entre elles, n’avaient aucun autre poste. On peut établir cela, entre autres sources, par le biais des titres du personnel enseignant donnés dans le Livret de l’étudiant. Mme Chauchard était l’exception, directeur [sic NDT] d’études dans la section des Sciences naturelles et aussi assistante à la faculté des sciences de Paris (EPHE, Livret de l’étudiant, 1936-1937, p. 230 et p. 419).

28 Labrousse (EPHE, Annuaire, 1936-1937, p. 41-42) est chargé de conférences à l’École pour l’enseignement de l’année 1935-1936 ; il devient directeur d’études en 1938 (ibid., 1938-1939, p. 17). C.-E. Labrousse, né en 1895, étudie à la Sorbonne, avant de choisir l’engagement militant communiste plutôt que de préparer l’agrégation. Après 1925, il revient à la recherche et publie son Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au xviiie siècle (Labrousse, 1933). En 1937, l’ouvrage de Labrousse fait l’objet d’un long compte rendu de lecture par Georges Lefebvre dans les Annales (Lefebvre, 1937). En 1939, le comité de rédaction de la revue (Annales d’histoire sociale, vol. 1, 1939) compte « C.-E. Labrousse, directeur à l’École pratique des hautes études ». Il ne devient enseignant à la faculté des lettres que plus tard. La grande thèse d’État de Labrousse ne paraît qu’en 1944, sous le titre La crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime et au début de la Révolution (Labrousse, 1944). Sur Labrousse, voir Rebérioux et Vovelle (1988).

29 Une autre manière d’accéder au monde de l’enseignement supérieur fut celle de Mme Hélène Metzger née Bruhl, historienne et philosophe de la science moderne, dont la thèse de doctorat de l’université de Paris, La genèse de la science des cristaux, paraît en 1918 (Metzger, 1918 ; Guigue, 1935, p. 216, # 170). Épouse d’un professeur de la faculté de médecine, elle publie plusieurs travaux importants dont Les doctrines chimiques en France du début du xviie à la fin du xviiie siècle (Metzger, 1923) qui comporte une dédicace à Lucien Lévy-Bruhl. En 1932 et par la suite, Abel Rey l’invite à prononcer des conférences à l’Institut d’histoire des sciences et des techniques à la Sorbonne, fraîchement créé, dont il est le directeur (Metzger, 1935, 1938) ; Metzger est identifiée sur la page de titre comme membre de l’Académie internationale d’histoire des sciences. Elle publie également trois articles courts ou notes dans la Revue de synthèse dans les années 1930 (1931, no 1 ; 1938, no 16, p. 43-53, no 18 ; 1939, p. 92-93), étant ainsi la seule femme, avec Lucie Varga, à publier dans la revue éditée par Henri Berr. Febvre était directeur associé avec Berr dans le Centre international de synthèse ; aucune femme n’est listée comme membre de la Section historique dans les années 1930, bien que Metzger vienne à ses réunions et, selon Berr, participe activement à ses discussions. Juive, elle est déportée pendant l’Occupation et ne survit pas à la guerre (Berr, 1945).

30 Les papyrus grecs de Vienne. Inventaire des documents publiés (Rouillard, 1923a) est la thèse complémentaire de « Germaine Rouillard, docteur ès lettres, bibliothécaire à la Bibliothèque de l’université de Paris ». Dans sa thèse (Rouillard, 1923b), Rouillard remercie, entre autres, Henri Sottas, directeur d’études à l’École pratique, et particulièrement Pierre Joguet, maître de conférences à la Sorbonne et directeur d’études à l’École. Une fois devenue chargée de conférences à l’École en 1923, elle enseigne dans la section « Philologie classique, Grec », où Joguet était directeur d’études (EPHE, Annuaire, 1924-1925, p. 39-42). Quand elle rejoint l’École en 1923, il y a déjà une autre femme chargée de conférences, Mme de Willman-Grabowska, qui enseigne le sanskrit au côté des directeurs Sylvain Lévi et Louis Finot (ibid., p. 70-71). Collomp et Rouillard (1937). Archives du Collège de France (GIV 111w, assemblée du 14 mars 1943) : Germaine Rouillard invitée à donner la conférence Schlumberger d’histoire byzantine pour l’année 1944. Elle fut réellement prononcée en 1945 et publiée à titre posthume (Rouillard, 1953). Sur Rouillard, voir la postface de Louis Robert (ibid., p. 203-205) et Longon (1950). Un de ses articles sur la fiscalité maritime et commerciale fait l’objet d’un compte rendu dans les Annales d’histoire économique et sociale (Guilland, 1932, p. 429-430).

31 La vie de Marie-Louise Sjœstedt peut être retracée à travers plusieurs sources, et en priorité dans ses livres (Sjœstedt, 1926, 1938b) : « À mon Maître Monsieur J. Vendryes en témoignage de reconnaissance » (Sjœstedt, 1926). Elle remercie Émile Benveniste pour avoir lu le manuscrit de Dieux et héros des Celtes (Sjœstedt, 1940). EPHE, Annuaires, 1925-1926 (où Mlle Marie-Louise Sjœstedt apparaît pour la première fois comme chargée de conférences pour 1926) jusqu’au double numéro de EPHE, Annuaire, 1940-1941 et 1941-1942, où Vendryes parle de son dernier cours à l’École et de sa mort. Les volumes des Études celtiques, du vol. 1 (1936) au vol. 4, no 1 (1941), où Vendryes annonce son décès, le vol. 4, no 2 (1948), p. 428-433, dans lequel Vendryes publie une nécrologie qui donne quelques détails sur sa vie : Vendryes la rencontre pour la première fois au printemps 1919 quand elle vient à la Sorbonne pour étudier avec lui en licence, avant de continuer en doctorat. Il relate la discussion qu’ils ont eue lorsqu’elle se demandait si elle devait préparer l’agrégation pendant ses recherches afin d’obtenir un « gagne-pain assuré en cas de revers de fortune » (en 1922, elle passe l’examen en grammaire, soit l’examen des hommes, et termine major). Un compte rendu de Dieux et héros des Celtes dans la Revue historique, no 67 (1942-1943) parle de la France comme du « pays d’adoption » de Sjœstedt, mais la nécrologie de Vendryes ne dit rien de son lieu de naissance et suggère, semble-t-il, qu’elle a eu au moins son bac en France. Elle épouse Michel Jonval en 1932, date à laquelle ils sont listés à la même adresse (EPHE, Annuaire, 1932-1933). Il est alors chargé de conférences à l’École, enseignant les langues baltiques. En 1934-1935, il enseigne à l’École des langues orientales (Livret de l’étudiant, 1934-1935, p. 430) et meurt en 1937, quand Vendryes rédige une nécrologie pour Antoine Meillet et compte parmi ses étudiants Michel Jonval « trop tôt ravi à la science » (EPHE, Annuaire, 1937-1938, p. 30). Sjœstedt prend souvent le nom de Sjœstedt-Jonval dans les années 1930. Voir enfin le bref compte rendu de Febvre (1941b, p. 99) des Dieux et des héros des Celtes.

32 « L. Varga se présente certes à la Notgemeinschaft comme assistante au Collège de France […] mais cette allégation n’a pu être confirmée par mes recherches. Elle a donc probablement été employée par Febvre à titre privé et rémunérée éventuellement sur le budget de l’Encylopédie française » (Schöttler, 1991, p. 46, note 100). Lucile Febvre Richard, qui avait entre dix et douze ans pendant les trois ans de l’association de Varga à Febvre, se souvient qu’elle venait souvent travailler à la maison (entretiens des 21 et 23 octobre 1989).

33 Préface datée « Paris, 9 avril 1937 » (Borkenau, 1937). Peut-être la présence de Borkenau a quelque chose à voir avec la crise qui mit fin à la relation Febvre-Varga.

34 L’inscription de Varga à l’École pratique des hautes études pour travailler avec Benveniste : EPHE, Annuaire, 1938-1939, « Liste des élèves et des auditeurs réguliers pendant l’année scolaire 1937-1938 », p. 116. (Une Elvira Vargha, « Hongroise », est inscrite au même moment. Une parente du premier mari de Lucie Varga ?) Pour les cours de Benveniste, ibid., p. 58-59 et p. 82 ; son nom n’est pas inclus dans la courte liste de celles et ceux qui suivent régulièrement ses cours.

35 En 1939, le comité éditorial des Annales d’histoire sociale, le nouveau format de la revue, s’élargit de onze à vingt membres. Si certains d’entre eux comme Georges Friedmann, Camille-Ernest Labrousse, Fernand Braudel et Jacques Soustelle sont plus jeunes, aucune femme n’y est admise. Aucune femme ne devient davantage membre de la fraternité de pères, fils et frères qui composent le comité éditorial des Annales. Économie, Sociétés, Civilisations d’après-guerre. Les articles écrits par des femmes commencent cependant à paraître à partir de celui de Renée Dœhaerd dans le volume 3 (1947), et cinq autres femmes publient des articles dans les années qui suivent la mort de Febvre : la Belge Suzanne Tassier, Micheline Fasciato de l’École française de Rome, Germaine Cherpin, qui a été la camarade de promotion de Suzanne Febvre à Sèvres (École normale supérieure de jeunes filles, 1932, p. 25), Françoise Lehoux et Huguette Chaunu. Il est particulièrement intéressant qu’Huguette et Pierre Chaunu publient ensemble (1954). Sur l’équipe enseignante entièrement masculine dans la sixième section nouvellement créée (Sciences économiques et sociales) de l’École pratique des hautes études en 1948-1951, voir Mazon (1988, p. 99-110).

36 Ce portrait de Paule Pradel-Braudel provient des entretiens conduits les 29 octobre 1989 et 18 mars 1992. Après avoir achevé son hypokhâgne – première année de préparation aux examens pour Sèvres – avec Fernand Braudel à Alger, Paule Pradel se rend à Paris au lycée Louis-le-Grand pour faire sa khâgne. Bien que ses notes soient bonnes, elle trouve l’enseignement de l’histoire moins intéressant que celui d’Alger, sans parler de son déplaisir quant à l’atmosphère de compétition qui y règne. Elle revient ainsi à Alger pour faire des études universitaires ; il ne lui manquait qu’un examen pour obtenir la licence lorsqu’elle épouse son ancien enseignant, Braudel. Bien que Fernand Braudel ne la remercie pas pour son assistance de recherche dans la préface de la Méditerranée ou dans le témoignage personnel qu’il livre dans le Journal of Modern History (Braudel, 1972, p. 451-453), il utilise souvent le pronom nous quand il parle de leurs recherches en archives. Pendant les séjours des Braudel aux États-Unis, j’ai souvent entendu dire du couple qu’ils « faisaient de la recherche en équipe ».

37 Lucien Febvre à Paule Braudel, lettres de 1939 à 1942, collection Paule Braudel.

38 Lucien Febvre à Paule Braudel, non datée par Febvre, datée de la main de Paule Braudel 1939 ou 1940 (collection Paule Braudel). Cela est confirmé par la référence, dans la lettre, à l’historien « Khot » – c’est-à-dire l’historien polonais Stanislaus Kot – auquel il est fait référence dans une autre lettre à Paule Braudel datée du 30 avril 1940. Ainsi on peut approximativement dater la première lettre de l’année universitaire 1939-1940, pendant la drôle de guerre, quand Braudel était au service militaire.

39 Voir aussi le compte rendu de Febvre (1938) à propos de l’ouvrage d’André Tibal (1936) L’Autrichien. Essais sur la formation d’une individualité nationale, du xvie au xviiie siècle où il décrit « l’Autriche d’aujourd’hui » et cite l’essai de Varga sur la littérature viennoise dont il avait passé commande pour l’Encyclopédie.

40 Entretiens avec Lucile Febvre-Richard, 21 octobre 1989 et 15 mars 1992.

41 Pour des exemples sur le peu d’attention qu’il accorde aux discussions et aux désaccords entre les dévisants à la fin de chaque conte, voir Febvre (1944, p. 246-251).

42 « À ma femme » (Borkenau, 1942), « Für Hilde » (Borkenau, 1947). Lowenthal (1981, p. 6-7) précise que Franz Borkenau a eu trois épouses. « En mémoire de Lucie Varga-Borkenau », avant-propos daté de « Washington, D.C., 1er décembre 1951 » (Borkenau, 1952). La traduction anglaise du livre (1953), dispose d’une préface signée : « Cambridge, Mass. 20 août 1951 » et était dédiée à la mémoire de George Orwell.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Natalie Zemon Davis, « Les femmes et le monde des Annales », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 20 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6902 ; DOI : 10.4000/traces.6902

Haut de page

Auteur

Natalie Zemon Davis

université de Princeton et université de Toronto

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page