Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Vacances au bled et appartenances diasporiques des descendants d’immigrés algériens et marocains en France

Jennifer Bidet et Lauren Wagner
p. 113-130

Résumés

Plutôt que d’interroger la diaspora comme entité collective répondant à un ensemble strict de critères stables dans le temps, nous proposons d’étudier des pratiques et des sentiments diasporiques, par lesquels les individus créent et maintiennent des connexions avec un espace lointain construit comme « terre des ancêtres » ou « terre d’origine ». En confrontant deux recherches qualitatives portant sur les pratiques de vacances de descendants d’immigrés marocains et algériens venus travailler en Europe à l’époque des Trente Glorieuses, nous analysons comment les séjours de vacances peuvent être vécus ou se révéler fonctionner comme des catalyseurs d’appartenance diasporique. Érigé comme critère de choix de destinations de vacances ou présenté comme le résultat d’interactions sur les lieux de vacances, le sentiment d’appartenance diasporique se révèle sous un jour plus complexe dépassant les frontières du seul pays d’origine et éloigné d’une approche figée et essentialiste de l’objet « diaspora ».

Haut de page

Texte intégral

Taza, Marrakech, Tanger, Ketama, Alger, Oran, Bejaia, Annaba, Mosta, Tizi, Tunis, Hammamet, Djerba, Zarzis : chez toi c’est chez moi
Rim’K & Nessbeal, « Chez toi c’est chez moi », Maghreb United

  • 1 Rim’K, Maghreb United, FRENESIK, 2009.
  • 2 Gildas Simon, spécialiste de l’immigration tunisienne et des champs migratoires, constate l (...)

1Dans l’album Maghreb United sorti en 2009, plusieurs rappeurs français d’origines diverses se réunissent pour en appeler à la constitution d’un Maghreb uni1. Les paroles citées ci-dessus sont prononcées par un rappeur d’origine algérienne et un rappeur d’origine marocaine et réunissent les noms de grandes villes des trois pays du Maghreb pour affirmer cette unité à un triple niveau. Il s’agit, tout d’abord, de l’unité géographique de ces pays voisins situés au nord du continent africain. Cela renvoie aussi à l’unité historique de ces anciennes colonies françaises – mais surtout d’une immigration vue comme homogène, comme le résultat de l’immigration de travail des Trente Glorieuses, devenue immigration de peuplement avec l’arrivée des femmes et des enfants. Enfin, il est question de l’unité sociologique du devenir des enfants de cette immigration, touchés par l’exclusion urbaine (dans les cités des grands ensembles) et sociale (échec scolaire, chômage). Ce portrait – brossé très rapidement à travers des paroles de chanson qui n’ont pas pour but de faire œuvre de sociologie ou d’histoire – élude les différences historiques existant entre ces migrations. L’immigration algérienne est beaucoup plus ancienne que l’immigration marocaine, s’étalant sur tout le xxe siècle ; elle s’est alimentée, bien plus que l’immigration marocaine, de mouvements spontanés entre l’Algérie et la France (facilités par le statut de départements français jusqu’en 1962), quand une partie importante des travailleurs marocains a fait l’objet de recrutements organisés par des entreprises directement au pays (Sayad, 1977 ; Ageron, 1985 ; Chattou, 1998). Si les Algériens se sont massivement installés en France, les Marocains ont alimenté le marché du travail (notamment dans les mines) de plusieurs pays européens en plus de la France, tels la Belgique ou les Pays-Bas. L’approche critérielle stricte de la diaspora, selon la taxinomie de Cohen (1997) ou de Safran (1991), a pu écarter ces groupes nationaux émigrés de l’analyse, en particulier le groupe algérien qui ne répond que très imparfaitement au critère de dispersion. Pour autant, des travaux ont reconnu leur statut de diaspora, en se fondant notamment sur le constat du maintien de relations étroites avec le pays d’origine, concrétisées par des retours fréquents au pays et par l’ampleur des transferts financiers (Simon, 1990), mais aussi sur le fait que ces relations étroites semblent se maintenir d’une génération à l’autre (Simon, 2006)2, remplissant alors le critère de perpétuation du groupe à travers les générations :

  • 3 « That migrants themselves maintain boundaries is only to be expected; the interesting ques (...)

Le fait que les migrants eux-mêmes entretiennent les frontières du groupe semble prévisible. La question intéressante et pertinente, pour évaluer l’existence d’une diaspora, est de se demander dans quelle mesure et sous quelles formes ces frontières sont entretenues par les générations suivantes, la deuxième, la troisième et au-delà3. (Brubaker, 2005, p. 7)

2Pourtant, en comparant ici les séjours de vacances dans le pays d’origine des descendants d’immigrés marocains et algériens, il ne s’agit pas de s’inscrire dans la continuité de ce genre d’analyse, attentive aux critères extérieurs de définition du groupe plutôt qu’aux sentiments d’appartenance, et tendant à les envisager en termes d’entités. L’ambition est de se concentrer davantage sur les processus que sur les dénominations (Dufoix, 1999), sur les modes de constitution des groupes plutôt que sur les groupes eux-mêmes, sur la variabilité et la relativité de leur frontière plutôt que sur leur stabilité :

  • 4 « In sum, rather than speak of “a diaspora” or “the diaspora” as an entity, a bounded (...)

Finalement, plutôt que de parler d’une « diaspora » ou de la « diaspora » comme d’une entité, comme d’un groupe délimité, une réalité ethno-démographique ou ethno-culturelle, il serait plus fécond et certainement plus exact de parler de positions, de projets, de revendications, d’idiomes, de pratiques diasporiques et ainsi de suite4. (Brubaker, 2005, p. 13)

  • 5 La traduction des termes home et homeland en français pose encore des difficultés : (...)

3Plutôt que d’interroger la diaspora comme entité collective répondant à un ensemble strict de critères stables dans le temps, nous nous intéresserons davantage aux pratiques et aux sentiments diasporiques (Wagner, 2012) par lesquels les individus reconnaissent, promeuvent, maintiennent et reproduisent leur connexion avec un espace lointain construit comme « terre des ancêtres » ou « terre d’origine »5 à partir d’un contexte de résidence particulier. En confrontant deux recherches qualitatives s’intéressant au même objet sur des populations proches (descendants d’immigrés algériens et marocains venus pour travailler en Europe à l’époque des Trente Glorieuses), mais avec des optiques méthodologiques légèrement différentes, nous analyserons comment les séjours de vacances peuvent être vécus ou se révéler fonctionner comme des catalyseurs d’appartenance diasporique. Érigé comme critère de choix de destinations de vacances ou présenté comme le résultat d’interactions sur les lieux de vacances, le sentiment d’appartenance diasporique se révèle sous un jour plus complexe dépassant les frontières du seul pays d’origine et éloigné d’une approche figée et essentialiste de l’objet « diaspora ».

Les vacances au « bled » de descendants d’immigrés maghrébins comme mode d’approche des appartenances diasporiques

Un cas particulier des relations entre tourisme et diaspora ?

  • 6 C’est le cas dans des travaux d’historiens portant sur des groupes nationaux immigrés t (...)

4Symbole du maintien de relations concrètes avec le pays d’origine au même titre que l’envoi d’argent, les retours temporaires au pays de groupes immigrés apparaissent régulièrement dans les travaux d’historiens ou de sociologues, davantage comme indicateur que comme objet central de recherche6. Charbit, Hily et Poinard innovent dans ce domaine en plaçant les retours de vacances des immigrés portugais au centre de leur recherche dans leur ouvrage Le va-et-vient identitaire (1997). Dans ce travail, les retours vacanciers – au même titre que les retours définitifs – des émigrés et les modalités d’insertion de ces vacanciers particuliers dans la société locale ont vocation à déconstruire la vision linéaire du processus d’émigration comme déracinement, établissement définitif dans un autre pays et coupure avec la société d’origine. Au contraire, les auteurs montrent que malgré leur départ, les émigrés gardent des relations intenses avec leur village d’origine. Les auteurs n’abordent que rapidement le cas de la génération suivante, née à l’étranger, dont les pratiques de « retour au pays » contrastent avec celles des parents.

5À l’autre bout du spectre des phénomènes migratoires, des travaux se sont intéressés à des pratiques touristiques motivées par des sentiments d’appartenance liés à des migrations bien plus anciennes : le tourisme au Ghana d’Africains-Américains à la recherche des traces de leurs aïeux esclaves en est devenu un cas exemplaire (Bruner, 1996 ; Holsey, 2010). L’éloignement temporel de l’acte d’émigration autorise plus facilement ces chercheurs à parler de tourisme : contrairement aux primo-migrants susceptibles d’être rattrapés – sur leurs lieux de vacances, dans le village d’origine – par des contraintes sociales et par une quotidienneté familière, les lointains descendants d’esclaves ou d’émigrés irlandais (Legrand, 2002 ; Nash, 2008) sont, lors de telles visites, nécessairement dans un déplacement hors du quotidien. De plus, en l’absence de liens personnels de ces visiteurs dans les pays visités, ces séjours sont plus favorables à l’émergence d’un secteur marchand, encouragé par des politiques publiques actives (Legrand, 2002 ; Holsey, 2010).

6Pour autant, Charbit et al. (1997) pointaient déjà l’évolution des pratiques de « retour » temporaire des émigrés portugais à l’occasion des congés, ceux-ci partageant de plus en plus leur temps de congé entre le village d’origine, les visites culturelles dans d’autres parties du pays et la fréquentation des villes balnéaires. Depuis, d’autres travaux ont souligné l’évolution des pratiques de retour de groupes primo-migrants, mêlant les visites familiales à des activités dites déroutinisantes (Sirna, 2009, pour les émigrés italiens ; Goreau-Ponceaud, 2010, pour la diaspora indienne), telles les visites de monuments ou la fréquentation de plages. Pour les descendants de ces émigrés, ces séjours prennent un sens nécessairement différent de celui qu’ils avaient pour leurs parents : alors que pour ces derniers les séjours de vacances pouvaient constituer un préalable à un retour définitif – même illusoire –, cette perspective de retour est devenue très minoritaire pour leurs enfants. Pour ces derniers, les lieux ainsi visités sont effectivement des lieux de vacances, hors de leur quotidien habituel.

  • 7 Résultats tirés d’un retraitement de l’enquête INED/INSEE : Trajectoires et Origines (T (...)

7Cependant, il reste que ces vacances dans le pays d’origine des parents prennent un sens et des formes différentes suivant leur fréquence. À propos des émigrés cambodgiens de retour dans leur pays natal après plusieurs années d’exil, Ponrouch (2009) précise que les activités ne sont pas les mêmes entre le premier retour et les retours suivants : le premier séjour est consacré aux retrouvailles familiales, alors que les suivants occasionnent davantage de visites touristiques. Ce constat se transpose facilement à la génération suivante : ainsi, l’expérience analysée par Goreau-Ponceaud (2010) à propos des enfants d’émigrés indiens à l’occasion de leur première visite dans leur famille en Inde est bien différente de celle de descendants d’immigrés maghrébins habitués depuis l’enfance à passer tous les ans, ou très régulièrement, leur été dans leur famille algérienne ou marocaine. Ainsi, d’après l’enquête TeO, 82,6 % des descendants d’Algériens interrogés sont partis dans leur enfance en Algérie (dont 34 % tous les ans) ; c’est le cas de 95,1 % des descendants de Marocains (65 % précisent y être allés chaque année)7. Cette fréquence importante s’explique bien sûr par la proximité géographique des pays du Maghreb avec les zones d’immigration en France, ou en Europe, qui facilite ces retours réguliers à l’occasion des vacances. Elle se comprend également du fait des caractéristiques de cette émigration : émigration essentiellement de travail (du moins pour celle qui nous intéresse dans nos recherches), elle n’a pas eu à couper avec le pays d’origine – contrairement aux exilés politiques. Par ailleurs, si on prend plus spécifiquement le cas algérien, cette émigration coloniale et postcoloniale a été longtemps animée par l’« illusion du provisoire » (Sayad, 2006) ou le mythe du retour – peut-être plus encore qu’une autre émigration de travail. L’installation sur le territoire de l’ancien colonisateur a été longtemps perçue comme nécessairement provisoire, la naturalisation ayant été par exemple longtemps refusée par les émigrés algériens et vue comme un « impossible reniement » pour une population s’étant battue contre le colonisateur français (Sayad, 1993).

  • 8 Les deux terrains ici analysés ont été conduits dans le cadre de recherches doctorales (...)
  • 9 Source : administration du Tourisme marocain, tourisme.ma.gov, consulté le 6 juin (...)
  • 10 Source : ministère du Tourisme et de l’artisanat algérien, mta.gov.dz, consulté le 6 ju (...)

8L’objet commun de nos recherches réside donc dans l’étude des séjours de descendants d’immigrés marocains ou algériens aujourd’hui adultes, passés dans le pays natal de leurs parents8 : si leurs séjours d’enfance peuvent être analysés comme la prolongation de l’obligation parentale à l’égard de la famille restée dans le pays d’origine, les séjours effectués à l’âge adulte prennent un nouveau sens, ces individus décidant seuls d’y revenir pour leurs vacances. L’intensité de cette pratique est difficile à identifier précisément dans les chiffres des entrées aux frontières qui mêlent primo-migrants et descendants d’émigrés voyageant avec leurs papiers marocains ou algériens. Mais ces chiffres nous donnent une idée de l’importance toujours actuelle de ce phénomène : au Maroc, on a compté, en 2009, plus de 4 millions d’entrées de Marocains résidant à l’étranger (MRE), soit 47 % du total des entrées touristiques9 ; quant au ministère du Tourisme algérien, il comptabilise 1,25 millions d’entrées d’Algériens résidant à l’étranger en 2009, soit 65 % du total des entrées aux frontières du pays10. Si pour le Maroc, où le secteur du tourisme est fortement développé, la dimension diasporique n’est pas immédiatement décelable dans l’importance quantitative du phénomène (les descendants d’immigrés peuvent partir au Maroc au même titre que n’importe quel touriste français, uniquement pour le loisir), pour l’Algérie – où le tourisme est très peu développé – le maintien de séjours réguliers par des descendants d’immigrés algériens apparaît plus facilement comme le signe d’un attachement particulier à la terre de leurs ancêtres. Mais une approche comptable ne saurait suffire à rendre compte des enjeux de tels séjours. Il faut s’interroger plus en profondeur sur les pratiques effectives de vacances, sur les motivations mises en avant par les individus, et sur les potentiels effets produits en termes de sentiment d’appartenance.

Deux approches : le recueil des motifs et l’observation des interactions

9Dès lors que le phénomène diasporique n’est pas étudié comme forme sociale et spatiale répondant à des critères externes objectifs, ou comme catégorie de discours mobilisée dans le champ scientifique, étatique, médiatique ou associatif (Dufoix, 2011), mais que l’on cherche à saisir comment des individus censés faire partie d’un groupe diasporique s’identifient à celui-ci et lui donnent sens, il est nécessaire de réfléchir aux options méthodologiques à même de saisir la construction et la mobilisation d’un sentiment d’appartenance à une terre lointaine pensée comme terre d’origine. Nous avons appréhendé notre objet commun – les vacances dans le pays d’origine de descendants d’immigrés – à travers des partis pris méthodologiques différents (sans être radicalement opposés).

10Une première recherche a favorisé l’entretien biographique, le discours sur les pratiques et sur le sens de ces pratiques, dans la perspective d’inscrire les pratiques de vacances présentes dans l’ensemble de la trajectoire de l’individu (trajectoire scolaire, professionnelle, familiale, résidentielle). Parce que l’entretien biographique comporte le risque de la reconstruction a posteriori et d’une influence de la relation entre enquêteur et enquêté sur le discours produit (Bourdieu, 1986), cette approche par entretien s’est inscrite dans un dispositif plus large laissant la place à des moments longs d’observation et d’entrevues répétées avec les membres d’une même famille, se rapprochant de la méthode de l’entretien ethnographique (Beaud, 1996).

11La deuxième recherche, davantage inspirée de l’ethnométhodologie, s’est concentrée sur une analyse fine des interactions linguistiques (Hester et Eglin éd., 1997) combinée avec une observation des techniques du corps (Mauss, 1950) et de l’hexis corporelle en action (Bourdieu, 1980) de ces vacanciers particuliers. L’investigation s’est davantage concentrée sur l’observation et l’analyse des interactions en face à face lors des séjours de vacances et plus particulièrement dans les espaces publics, tels que les marchés et les lieux de consommation et de loisir (cafés, boîtes de nuit, plages…). Mettant à distance les discours que peuvent fournir les individus sur leurs comportements et leurs motivations, cette approche ne cède pas pour autant à l’illusion de l’individu décontextualisé, interagissant sans aucune pesanteur sociale : des entretiens ont également été conduits avec une partie des personnes observées afin de situer les activités examinées dans l’ensemble des pratiques de vacances et des trajectoires sociales.

12Ce qui nous intéresse ici n’est pas de revenir sur un débat classique de l’épistémologie de la sociologie entre les différentes acceptions de l’approche compréhensive, mais de voir comment ces deux approches produisent des résultats différents et complémentaires sur la question de l’appartenance diasporique. Tout d’abord, nous verrons comment l’appartenance diasporique peut apparaître comme un moteur, un motif du déplacement touristique, dans le pays d’origine des parents mais également dans d’autres pays. Ensuite, nous verrons comment cette appartenance diasporique émerge concrètement des interactions particulières suscitées à l’occasion de séjours de vacances, cette fois encore tant dans le pays d’origine que dans d’autres lieux.

L’appartenance diasporique comme revendication : des motifs diasporiques aux déplacements touristiques ?

13Brubaker (2005) invite à étudier les projets, revendications ou pratiques diasporiques plutôt que des groupes qui seraient appelés diaspora. L’approche par entretien permet de cerner des revendications ou des projets soutenus par une dimension diasporique : on va analyser ici dans quelle mesure un sentiment diasporique peut être mobilisé comme un des motifs possibles du déplacement touristique. Il faut préciser qu’on ne s’intéressera qu’aux séjours pour lesquels les individus évoquent explicitement un sentiment d’appartenance comme une des raisons du séjour, que celui-ci se déroule dans le pays d’origine de leurs parents ou dans tout autre pays. Ces mêmes individus sont bien sûr également susceptibles d’avoir des pratiques touristiques plus « banales » (une location à la Grande Motte ou un circuit en backpacking en Écosse), dépendant davantage de leur trajectoire sociale globale (effet de l’âge, du sexe, du niveau de diplôme) que d’une origine étrangère.

Les vacances au bled : une recherche des origines par filiation familiale et territoriale

14Pour une grande partie des personnes rencontrées, le séjour en Algérie ou au Maroc s’inscrit dans la continuité de la pratique des parents orientée vers le maintien de relations familiales à distance : si la forme des séjours change, si davantage de temps est accordé aux loisirs, les relations familiales conservent une place centrale dans les motifs avancés, déclarations confirmées par l’observation des pratiques lors des vacances. Certes, les liens noués dans l’enfance avec la famille sur place peuvent être amenés à perdre en intensité, quand les cousins deviennent adultes, fondent leur famille et se replient sur leur noyau familial ; ou quand une grand-mère ou une grand-tante vient à disparaître. Mais d’autres liens familiaux peuvent prendre le relais : une belle-famille résidant en Algérie ; des parents réinstallés ou résidant presque la moitié de l’année dans leur pays natal.

15Au-delà de la volonté d’entretenir ces relations familiales, ces séjours peuvent aussi être l’occasion d’une interrogation plus explicite sur les origines. Pour certains descendants d’immigrés, ils prennent une dimension plus réflexive où se joue explicitement la question de la mémoire familiale et plus seulement le maintien de relations concrètes ; où l’échelle d’identification dépasse la seule région ou le seul village d’origine pour concerner le pays dans son ensemble. Ainsi, devenus adultes, les descendants d’immigrés investissent parfois autrement leurs séjours. Pour Wahiba (28 ans), les séjours en famille effectués plutôt hors saison et seule (sans ses parents ou ses sœurs) sont l’occasion d’avoir accès à ce qu’elle considère comme étant une autre vision de l’histoire (elle est étudiante en histoire) à travers le partage de la mémoire familiale de certains événements : elle dit accéder ainsi, par l’échange avec ses oncles et tantes, à « l’histoire du point de vue des acteurs […] sur un grand événement qui appartient à l’histoire avec un grand H ». Pour d’autres, l’enjeu des voyages est davantage de découvrir le reste du pays, son patrimoine, comme un touriste mais en vivant ce périple comme un rite de passage. Plusieurs vacanciers d’origine marocaine ont témoigné le désir de « connaître leur propre pays » autrement que dans le cadre familial. Ainsi, des étudiants néerlando-marocains – majoritairement originaires du Nord du Maroc – ont-ils participé à un voyage organisé pendant une semaine à Marrakech.

16Dans ces différents cas de figure, on constate que l’appartenance est tantôt pensée en termes de filiation par le lignage familial, tantôt considérée en termes territoriaux, voire plus largement culturels, tantôt comme une combinaison de ces deux conceptions.

Aller ailleurs, à la recherche d’une familiarité culturelle

17Par extension du principe selon lequel des descendants d’immigrés algériens ou marocains souhaitent découvrir l’ensemble du pays natal de leurs parents afin d’éprouver leurs origines et ce qu’ils présentent comme une part de leur identité, certains expliquent une partie de leurs choix d’autres destinations touristiques que le pays d’origine par la recherche d’une familiarité culturelle.

18Cette familiarité « culturelle » peut être pensée selon les catégories de la culture savante : il s’agit alors de visiter les traces de la civilisation arabe, musulmane, ou « orientale », dirait Jamel (42 ans). Ce dernier, lui-même guide touristique, a pu investir – étant plus jeune – ses voyages personnels comme une manière de « compléter un héritage culturel » :

Jusqu’en 2000, je suis parti dans les pays du Moyen-Orient, pour compléter l’héritage culturel. C’est-à-dire : l’Algérie d’accord, l’Algérie c’est la France et c’est l’Orient, c’est deux mondes, l’Algérie. Le côté France, franco-algérien d’accord, c’est en moi-même, mais le côté oriental, qu’est-ce que c’est ? J’essaie d’aller aux sources de tout ça, je suis allé jusqu’en Iran découvrir tout ça.

19Pour d’autres, la familiarité se niche dans des compartiments moins savants de la culture et est recherchée dans les modes de vie, dans un vaste ensemble mal défini souvent désigné par le terme « traditions ». Pour Nouria (38 ans), le critère de choix des destinations touristiques se base sur des contraintes très prosaïques : elle voyage essentiellement dans des pays musulmans (Malaisie, Maroc, Algérie, Turquie) en raison des interdits alimentaires qu’elle associe à ses croyances religieuses :

C’est par rapport à la nourriture ! Si c’est pour partir dans un bled et je mange que du poisson non, il faut que je mange hallal. C’est uniquement pour ça !

20La familiarité recherchée peut être exprimée de façon plus large et en même temps plus floue, comme quand Djamila (40 ans) avance l’aspiration à se sentir « chez soi » ou « chez nous » pour justifier ses choix de vacances :

C’est vrai que la Turquie c’est pas arabe, mais ça reste un peu musulman, on se ressemble un petit peu. L’Europe, moi ça me dit pas ! L’Europe, pour moi, ils se ressemblent tous ! Donc moi j’aime bien quand il y a un peu de culture, qu’il y a un peu des choses de chez nous quoi ! C’est là qu’on se sent bien ! […] On est allés en Espagne, en Italie, bof : on est bien chez nous !

21Le critère d’appartenance est ici assez grossier et extensif : Djamila se réfère au caractère musulman mais elle n’en fait pas un critère exclusif. Elle justifie par ailleurs son projet de faire un voyage en Inde par son goût pour les films de Bollywood et par l’existence d’une certaine proximité culturelle entre l’Inde et le Maghreb.

22Ce sentiment de proximité culturelle a pu être construit dans les sociabilités quotidiennes nouées en France : résidant dans un quartier d’habitat social, Djamila fréquente beaucoup de femmes turques et partage leurs discussions sur la cuisine, le mariage, les séjours dans le pays d’origine. De son côté, Inès (20 ans) construit un prochain projet de vacances sur la volonté de comparer la « campagne » de sa meilleure amie d’origine turque avec son bled en Algérie :

Il y a d’autres endroits où tu aimerais aller ?
Inès : cet été peut-être la Turquie, parce que ma meilleure amie c’est une Turque et vu qu’il y a sa sœur qui se marie. La Turquie aussi c’est spécial, il y a un peu les campagnes…
C’est quoi qui t’attire ?
Inès : un peu comme nous en fait, parce qu’en fait eux c’est pas forcément la ville en fait, c’est des campagnes et je vais pas dire arriérées mais c’est vrai que c’est spécial.

23Le rôle des sociabilités dans le pays de résidence rappelle à quel point la compréhension du phénomène diasporique doit prendre en compte les conditions de vie du groupe pensé comme diaspora : contre une vision essentialiste de l’appartenance diasporique, ce dernier exemple vient nous montrer comment se construisent des appartenances complexes qui ne sont pas nécessairement superposables avec les frontières entre États ou entre groupes définis par leurs caractéristiques dites ethniques ou nationales.

24Nous avons conservé ici les discours d’individus mettant en avant un sentiment d’appartenance et la recherche de familiarité comme moteur de déplacement touristique, pour mettre en lumière de quelle manière un sentiment d’appartenance diasporique pouvait être mobilisé par certains individus comme motif d’action. Ces déplacements touristiques apparaissent véritablement « identitaires » dans la mesure où c’est davantage l’identité au sens de mêmeté qui est recherchée, plutôt que l’altérité. Cependant, si ces voyages – et au premier rang les séjours dans les pays d’origine – peuvent être pensés comme motivés par la recherche du même, les récits portant sur ces séjours insistent souvent sur le sentiment de n’être pas vus comme identiques sur place mais bien plutôt comme différents. Ce constat amène presque invariablement l’ensemble des personnes rencontrées à dire qu’elles ne se sentent finalement ni pleinement d’ici ni pleinement de là-bas – le sens des deux référents spatiaux ne changeant qu’en fonction des lieux de rencontre des individus (en France ou en Algérie/au Maroc). Saisir comment les individus en arrivent à ce constat, comment ils finissent par ne pas se sentir totalement algérien ou marocain une fois sur place alors que cette appartenance motivait leur « retour », tel est l’enjeu d’une observation des pratiques concrètes et des interactions avec la population locale.

L’appartenance diasporique comme pratique : la redéfinition des appartenances dans les interactions touristiques

25Dans tout séjour touristique, les pratiques ne sont jamais univoques : on combine bien souvent plusieurs activités, mêlant les différentes composantes de l’activité touristique – le repos, la découverte et le jeu (MIT, 2002). Les personnes rencontrées en Algérie et au Maroc partagent souvent leur temps entre visites familiales et séjours à la plage, visites de sites archéologiques ou pratiques de consommation. L’examen des seuls motifs peut amener les individus à surévaluer l’importance des visites familiales ou la dimension identitaire dans leur séjour. Au-delà de la prise en compte de ces seuls motifs, il s’agit de voir comment concrètement se déroulent ces séjours, et dans quelle mesure les pratiques observées et les interactions qu’elles occasionnent peuvent être révélatrices d’appartenances diasporiques.

Les vacances au bled, l’expérience ambivalente de l’altérité

  • 11 Bien que n’ayant jamais ni émigré ni immigré, c’est ainsi que les descendants d’immigré (...)

26Au-delà des projets qui motivent les séjours dans le pays d’origine, ceux-ci sont aussi l’occasion de tester empiriquement l’appartenance à ce « chez soi » lointain à travers le regard des autres. Comme cela a pu être analysé dans d’autres travaux (voir Kibria, 2006, sur les Américains d’origine chinoise ou coréenne), les vacanciers sont alors pris dans une situation ambivalente. En partageant des caractères physiques, linguistiques, religieux et même des habitudes culinaires avec les habitants du pays visité, ils ressentent une certaine familiarité avec la société locale. Mais leur statut d’« immigré »11, les reproches qu’on peut leur adresser sur leur maîtrise imparfaite de la langue locale, sur leur tenue vestimentaire, sur leurs manières de se tenir et de parler, leur vécu des différences de modes de vie entre leur pays de résidence et le pays visité, tout cela les renvoie en même temps à une forme d’altérité. Cette confrontation à la différence peut amener à développer, sur place, une sociabilité plutôt centrée sur le groupe des « immigrés » : plus qu’il ne se sent appartenir au pays d’origine, l’individu diasporique se sent appartenir au groupe qui n’est ni d’ici ni de là-bas, ou des deux à la fois. L’observation des pratiques de vacances au Maroc ou en Algérie révèle, de la part des descendants d’immigrés, le même type d’ambivalence, et de négociation constante de leur place et de leur identité dans le pays d’origine de leurs parents.

27Les interactions commerciales sont à cet égard intéressantes, dans la mesure où elles révèlent les efforts consentis par les descendants de Marocains pour se faire accepter comme pleinement marocains et donc obtenir le « bon prix » : ils revendiquent leur marocanité, par exemple à travers l’usage du dialecte ou des catégories locales de subdivision monétaire, mais ont souvent le sentiment d’échouer dans cette entreprise. Ils regrettent d’être identifiés comme « immigrés » à travers leur manière de marcher et leur accent, alors même qu’ils pensent avoir tout fait pour passer inaperçus en adoptant une tenue vestimentaire adaptée et en parlant arabe. Mais c’est aussi à des petites nuances dans leur conduite des interactions marchandes qu’ils sont identifiés : l’observation des modes de négociation révèle que les descendants d’immigrés ne maîtrisent pas les codes locaux du marchandage incluant des termes d’adresse amicaux (« mon ami », « mon frère ») et surtout des formules religieuses (« Qu’Allah te vienne en aide » ou « Qu’Allah t’apporte la paix ») fréquemment utilisées dans le parler marocain, mobilisées dans le cas de la négociation marchande pour renforcer le souci de respect dans l’interaction (Wagner 2006, 2008, 2011).

28Leur identification est sans cesse en question : tantôt ils regrettent d’être vus comme des étrangers, de faux Marocains – ce qui les soumettrait à des prix plus élevés –, tantôt ils sont amenés à revendiquer leur appartenance européenne. En effet, à l’occasion de sorties nocturnes dans l’espace public, en groupe mixte (filles et garçons), ils peuvent se faire interpeller par des policiers leur rappelant l’interdiction de mixité pour les Marocains dans l’espace public. De même, des descendants d’Algériens racontent qu’il est compliqué pour eux de dormir dans les hôtels algériens avec leur compagnon sans être mariés, alors que ceci ne poserait pas de problème à un couple de « Français ».

29Le contexte familial, mêlant fréquemment locaux et « immigrés », est également propice à ces affirmations d’appartenance contradictoires. À l’occasion de la circoncision de ses fils organisée dans la maison de ses beaux-parents résidant en Algérie, Linda (37 ans) insiste pour passer une chanson de rappeurs français et appelle « tous les immigrés » présents à la fête à danser. Le jour suivant (toujours en Algérie), lors du mariage d’une voisine de son quartier lyonnais, la fille d’une autre voisine – qui ne connaît pas Linda et pensait qu’elle vivait en Algérie – lui dit s’étonner de l’entendre parler si bien français et lui demande si elle est « immigrée » ou si elle est « du bled » ; Linda entretient alors le doute en affirmant que les Algériens eux-mêmes parlent très bien français, même anglais, voire russe, comme son beau-frère algérien.

30L’observation de ces interactions montre à quel point les sentiments et les revendications d’appartenance à l’occasion des séjours dans le pays d’origine prennent des formes variables suivant les situations et les interlocuteurs. Si le motif déclaré peut avoir trait à la recherche de la familiarité et de l’identité, la frontière entre le même et l’autre est en réalité constamment négociée, redéfinie au cours des séjours.

Aller ailleurs : la redéfinition des appartenances dans l’interaction touristique

31Dans nos recherches respectives, les séjours de vacances passés ailleurs que dans le pays d’origine des parents n’ont pas donné lieu à des séances d’observation. Nous n’avons donc pu accéder aux formes de négociation contextuelle des appartenances qu’à travers les récits des individus. Les extraits d’entretiens ne concernent pas ici les représentations des individus, les mobiles qu’ils mettent en avant pour justifier leurs pratiques comme dans la partie précédente, mais constituent des récits de pratiques, des anecdotes de voyage. Il est intéressant de constater que les voyages dans d’autres pays que le pays natal sont des occasions pour les individus de négocier leur appartenance, de l’expliciter ou de la redéfinir.

32Les caractéristiques physiques ou les noms de ces personnes peuvent être à l’origine d’interrogations explicites sur leur appartenance lors de leurs déplacements à l’étranger. Kader (43 ans) raconte comment, plus jeune, en vacances au Portugal avec d’autres amis franco-algériens, il a dû expliquer au personnel du camping pourquoi ils avaient une carte d’identité française et se disaient en même temps algériens :

Au Portugal, les gens se demandaient qui on était. Parce que quand tu arrives au camping, t’es obligé de laisser ta carte d’identité, montrer tes papiers. Ils comprenaient pas, ils nous voyaient, on leur disait « on est algériens » et en même temps on avait une carte d’identité française. À l’époque, il fallait leur dire « on est “d’origine” comme Madjer », c’était un joueur de foot qui jouait à Porto […] on leur disait, on est comme Madjer, algériens, et en même temps, on habite en France, on a la double !

33Dans d’autres cas, une identification erronée basée également sur des caractères phénotypiques peut être interprétée comme la preuve d’une ascendance plus large que seulement marocaine et algérienne, venant en quelque sorte valider le discours sur la « proximité culturelle » entre deux pays et deux histoires nationales et culturelles pourtant différentes. Samira (44 ans) raconte avec fierté qu’à l’occasion d’un de ses voyages en Turquie, son frère avait été sans cesse identifié comme turc. Ce genre d’anecdote est assez commun dans l’expérience touristique (on peut imaginer que la ressemblance ainsi affirmée par l’autochtone est une manière de manifester sa sympathie pour le touriste) mais ce qui est intéressant ici, c’est que Samira interprète cette anecdote comme une preuve des origines ottomanes de sa famille :

Cette année, mon frère était en Turquie avec ma belle-sœur, on est partis ensemble. Mon frère, on l’a pris pour un Turc, du début jusqu’au retour ! Déjà à l’aéroport, et au retour l’hôtesse de l’air […] partout où il allait, dans les magasins et tout, d’office on le prenait pour un Turc. Donc je pense que dans ma famille, avec les Ottomans, il y a un rapport, quoi.

34Les séjours à l’étranger peuvent aussi faire bouger les frontières dans un autre sens : plutôt que d’être identifiés par leur phénotype ou leur nom renvoyant à leurs origines maghrébines, les Franco-Algériens ou Franco-Marocains en vacances peuvent se voir renvoyer leur identité de Français, leurs origines françaises. Ainsi Oualid (31 ans) raconte avec ironie et un peu de colère son expérience lors de vacances en Espagne, quand des Français qu’il qualifie « de souche » se prennent à manifester leur solidarité avec lui contre le comportement jugé discriminant des Espagnols :

J’étais en Espagne avec des copains : un Chilien et un Franco-Algérien. Et on croise quatre Français, de souche ! Il y en a un qui me dit : « j’en ai marre, les Espagnols ils nous regardent NOUS les Français de manière bizarre ». « Nous les Français ! » : je me suis senti français pendant cinq minutes ! Et puis il insistait ! Ça m’a énervé, je lui ai dit : « tu sais ce que t’es en train de subir depuis le début de la semaine ? Nous ça fait vingt-huit ans qu’on le subit […] T’as vu comment ils te regardent, ils te vendent les trucs, comment ils te parlent ? Nous, les Français nous font exactement pareil ! Alors oui, je suis français, mais que quand TU veux, quand je suis en France je suis pas français ! » […] On a discuté, il a dit « t’as raison ». Du coup, on a passé deux, trois jours avec eux. J’espère qu’avec juste ce genre de petits trucs, les gars ils sont rentrés en France, ils devaient avoir une autre image.

35Que les interactions en vacances amènent à clarifier les frontières du groupe « franco-algérien », à s’inclure dans un groupe « ottoman » ou à être intégré au groupe des « Français », on voit qu’elles sont susceptibles de jouer sur la définition des appartenances individuelles mais plus largement des frontières entre les groupes. Ces interactions rappellent la définition que Fredrik Barth (éd., 1969) proposait des catégories ethniques, appréhendées par leurs frontières plutôt que par leur cœur, leur contenu culturel : on ne se définit pas comme marocain, français, franco-algérien ou musulman par des traits culturels propres et invariants, mais par la confrontation avec d’autres groupes. Cette définition de l’ethnicité rejoint celle qu’en propose Brubaker, quand il invite non pas à distinguer les approches en termes de race, d’ethnie et de nationalité – on ajoutera « de diaspora » –, mais à y voir un seul et même processus de classification et d’auto-identification par les individus :

  • 12 « By their very nature, classification, categorization, and identification (...)

Par leur nature même, les classifications, catégorisations, et identifications créent des « groupes » et leur assignent des membres ; mais les groupes ainsi créés n’existent pas indépendamment de cette myriade d’actes de classification, de catégorisation et d’identification, dans les sphères publiques ou privées, par lesquels ces groupes sont entretenus jour après jour. La race, l’ethnicité, et la nationalité n’existent que dans et à travers nos perceptions, nos interprétations, nos représentations, nos classifications, nos catégorisations et nos identifications. Elles ne sont pas des réalités du monde, mais des perspectives sur le monde12. (Brubaker et al., 2004, p. 45)

Analyser les pratiques touristiques-diasporiques

36Si le terme « race » ou le critère religieux est souvent utilisé dans les discours des personnes rencontrées pour justifier qu’ils ne se sentent pas pleinement français (ou plutôt qu’ils ne se sentent pas considérés comme tels), le terme « diaspora » n’est jamais réellement mobilisé dans les entretiens pour désigner un groupe de référence défini par son double ancrage entre le lieu de résidence et le lieu d’origine. On pourrait se demander alors dans quelle mesure notre approche s’inscrit bien dans l’appel de Brubaker à étudier la diaspora comme catégorie de la pratique des acteurs sociaux.

37Dans le cas de l’immigration algérienne, le terme « diaspora » est mobilisé depuis quelques années au sein d’associations d’entrepreneurs d’origine algérienne installés en France (Santelli, 1999). Les États d’origine que sont le Maroc ou l’Algérie utilisent eux aussi de plus en plus ce terme pour attirer les fonds et/ou les compétences de leurs membres expatriés les plus éminents – comme d’autres pays d’émigration aujourd’hui (Dufoix, 2011 ; Dufoix et al., 2010).

38En ce qui concerne les pratiques et les discours individuels, on propose d’utiliser l’adjectif « diasporique » pour affiner l’appréhension des phénomènes d’ethnicité vus comme catégorisations et non comme catégories, au sens de Brubaker. Si dans leurs discours, les descendants d’immigrés peuvent valoriser leur appartenance nationale (algérienne ou marocaine) ou mettre en avant leur arabité, ils soulignent aussi leur position d’entre-deux, entre ici et là-bas : ils ne se disent pas entièrement arabes, algériens, marocains ou français mais tout en même temps ou un peu de chaque suivant les contextes. L’observation de leurs interactions au Maroc ou en Algérie vient confirmer cette complexité des appartenances, entre leur identité (passeport marocain ou algérien) et leur corps (catégorie ethno-raciale) maghrébins et leur identité (nationalité) et leur hexis corporelle françaises. S’attacher à étudier la manière dont l’appartenance diasporique est formulée et expérimentée dans des situations précises amène à dépasser l’approche comptable consistant à inclure dans un groupe diasporique l’ensemble des personnes partageant simplement une même ascendance à différents degrés (par exemple, tous les individus « d’origine » maghrébine), que leurs pratiques quotidiennes et leurs discours les rattachent ou non à cette ascendance.

Haut de page

Bibliographie

Ageron Charles-Robert, 1985, « L’immigration maghrébine en France. Un survol historique », Vingtième Siècle. Revue d’histoire, no 7, p. 59-70.

Barth Fredrik éd., 1969, Ethnic Groups and Boundaries. The Social Organization of Culture Difference, Londres, Allen and Unwin.

Beaud Stéphane, 1996, « L’usage de l’entretien en sciences sociales : plaidoyer pour l’“entretien ethnographique” », Politix, vol. 9, no 35, p. 226-257.

Bidet Jennifer, (à paraître), « Vacances au “bled” et rapports aux origines : l’espace comme support concret des identités », Actualités de la sociologie urbaine, J.-Y. Authier, A. Bourdin et M.-P. Lefeuvre éd., Lyon, Presses universitaires de Lyon.

Blanc-Chaléard Marie-Claude, 2000, Les Italiens dans l’Est parisien. Une histoire d’intégration, 1880-1960, Rome, École française de Rome.

Bourdieu Pierre, 1980, Le sens pratique, Paris, Éditions de Minuit.

— 1986, « L’illusion biographique », Actes de la recherche en sciences sociales, no 62-63, p. 69-72.

Brubaker Rogers, 2005, « The “diaspora” diaspora », Ethnic and Racial Studies, no 28, p. 1-19.

Brubaker Rogers, Loveman Mara, Stamatov Peter, 2004, « Ethnicity as Cognition », Theory and Society, vol. 33, no 1, p. 31-64.

Bruner Edward M., 1996, « Tourism in Ghana », American Anthropologist, no 98, p. 290-304.

Charbit Yves, Hily Marie-Antoinette et Poinard Michel, 1997, Le va-et-vient identitaire. Migrants portugais et villages d’origine, Paris, PUF.

Chattou Zoubir, 1998, Migrations marocaines en Europe. Le paradoxe des itinéraires, Paris, L’Harmattan.

Cohen Robin, 1997, Global diasporas, Londres, University College London Press.

Dufoix Stéphane, 1999, « Chronique bibliographique : l’objet diaspora en questions », Cultures & Conflits, no 33-34, p. 147-163.

— 2011, La dispersion : une histoire des usages du motdiaspora, Paris, Amsterdam.

Dufoix Stéphane, Guerassimoff Carine, de Tinguy Anne, 2010, Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, Paris, Presses de Sciences Po.

Glick-Schiller Nina, Basch Linda et Szanton Blanc Cristina, 1994, Towards a Transnational Perspective on Migration. Race, Class, Ethnicity, and Nationalism Reconsidered, New York, New York Academy of Sciences.

Goreau-Ponceaud Antoine, 2010, « Pratiques touristiques de et en diaspora. Quand les Indiens prennent possession du monde », Mondes du tourisme, no 2, p. 70-86.

Hester Stephen et Eglin Peter éd., 1997, Culture in Action. Studies in Membership Categorization analysis, Lanham, International Institute for Ethnomethodology and Conversation Analysis - University Press of America.

Holsey Bayo, 2010, « Rituel et mémoire au Ghana : les usages politiques de la diaspora », Critique internationale, no 47, p. 19-36.

Kibria Nazli, 2006, « Of blood, belonging, and homeland trips : transnationalism and identity among second-generation Chinese and Korean Americans », The Changing Face of Home. The Transnational Lives of the Second Generation, P. Levitt et M. Waters éd., New York, Russell Sage Foundation.

Legrand Caroline, 2002, « Du tourisme généalogique dans l’Irlande contemporaine », Revue de Synthèse, no 123, p. 131-147.

Mauss Marcel, 1950, « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, PUF, p. 363-386.

Mobilités, itinéraires, territoires, 2002, Tourismes. 1. Lieux communs, Paris, Belin.

Nash Catherine, 2008, Of Irish Descent. Origin Stories, Genealogy & the Politics of Belonging, Syracuse, Syracuse University Press.

Ponrouch Julia, 2009, « Entre retour au pays et visite des lieux de mémoire : le tourisme des Cambodgiens de France », Diasporas. Histoire et sociétés, no 14, p. 63-77.

Ponty Janine, 1988, Polonais méconnus. Histoire des travailleurs immigrés en France dans l’entre-deux-guerres, Paris, Publications de la Sorbonne.

Portes Alejandro, 1999, « La mondialisation par le bas. L’émergence des communautés transnationales », Actes de la recherche en sciences sociales, no 129, p. 15-25.

Safran William, 1991, « Diasporas in modern societies : myths of homeland and return », Diaspora : A Journal of Transnational Studies, no 1, p. 83-99.

Santelli Emmanuelle, 1999, « Les enfants d’immigrés algériens et leur pays d’origine. Modes de relations économiques et professionnelles », Revue européenne des migrations internationales, no 15, p. 141-166.

Sayad Abdelmalek, 1977, « Les trois “âges” de l’émigration algérienne en France », Actes de la recherche en sciences sociales, no 15, p. 59-79.

— 1993, « Naturels et naturalisés », Actes de la recherche en sciences sociales, no 99, p. 26-35.

— 2006, L’immigration ou les paradoxes de l’altérité. 1. L’illusion du provisoire, Paris, Éditions Raisons d’agir.

Simon Gildas, 1990, « Les diasporas maghrébines et la construction européenne », Revue européenne des migrations internationales, vol. 6, no 2, p. 97-105.

— 2006, « Migrations, la spatialisation du regard », Revue européenne des migrations internationales, 2006, vol. 22, no 2, p. 9-21.

Sirna Francesca, 2009, « “Revenir au village”. L’expérience du retour chez les Piémontais et les Siciliens émigrés en France », Diasporas. Histoire et sociétés, no 14, p. 33-46.

Wagner Lauren, 2006, Les pratiques langagières des jeunes d’origine marocaine au Maroc. Enquête sur les compétences linguistiques aux marchés, mémoire de master 2 recherche, Université René Descartes - Paris 5, Paris.

— 2008, « Pratiquer la langue pendant les vacances : Les compétences communicatives et la catégorisation de Françaises d’origine parentale marocaine », Cahiers de l’Observatoire des pratiques linguistiques, vol. 2, Migrations et plurilinguisme en France, p. 80-86.

— 2011, Negotiating Diasporic Mobilities and Becomings. Interactions and Practices of Europeans of Moroccan Descent on Holiday in Morocco, thèse de doctorat de géographie, University College London.

— 2012, « Feeling diasporic » (working paper) [en ligne], Tilburg Papers in Cultural Studies, Tilburg, Babylon Center for Studies of the Multicultural Society, Tilburg University, [URL : http://www.tilburguniversity.edu/research/institutes-and-research-groups/babylon/tpcs/paper21.pdf.], consulté le 24 juin 2012.

Haut de page

Notes

1 Rim’K, Maghreb United, FRENESIK, 2009.

2 Gildas Simon, spécialiste de l’immigration tunisienne et des champs migratoires, constate le maintien du champ migratoire tunisien identifié en 1979 pour les émigrés tunisiens plus de vingt-cinq ans plus tard, grâce, en partie, aux circulations des descendants des émigrés des Trente Glorieuses.

3 « That migrants themselves maintain boundaries is only to be expected; the interesting question, and the question relevant to the existence of a diaspora, is to what extent and in what forms boundaries are maintained by second, third and subsequent generations. » [Toutes les traductions sont des auteures.]

4 « In sum, rather than speak of “a diaspora” or “the diaspora” as an entity, a bounded group, an ethnodemographic or ethnocultural fact, it may be more fruitful, and certainly more precise, to speak of diasporic stances, projects, claims, idioms, practices, and so on. »

5 La traduction des termes home et homeland en français pose encore des difficultés : les traduire par l’expression « pays d’origine » tend à entretenir l’idée que l’État-nation reste l’échelle pertinente de référence, alors que précisément les termes anglais évacuent cette dimension.

6 C’est le cas dans des travaux d’historiens portant sur des groupes nationaux immigrés tels les Polonais ou les Italiens (Ponty, 1988 ; Blanc-Chaléard, 2000) ou dans des travaux sociologiques ou anthropologiques s’intéressant aux pratiques transnationales des migrants (Glick-Schiller et al., 1994 ; Portes, 1999).

7 Résultats tirés d’un retraitement de l’enquête INED/INSEE : Trajectoires et Origines (TeO) - version réduite - 2008 [fichier électronique], INED et INSEE [producteur], Centre Maurice Halbwachs (CMH) [diffuseur]. Pour en savoir plus : http://teo.site.ined.fr/en/, consulté le 12 juin 2012.

8 Les deux terrains ici analysés ont été conduits dans le cadre de recherches doctorales sur les pratiques et les représentations associées aux vacances passées dans le pays d’origine des parents, pour les Français, Belges et Néerlandais d’origine marocaine (Wagner, 2011) et pour les Français d’origine algérienne (Bidet, à paraître).

9 Source : administration du Tourisme marocain, tourisme.ma.gov, consulté le 6 juin 2012.

10 Source : ministère du Tourisme et de l’artisanat algérien, mta.gov.dz, consulté le 6 juin 2012.

11 Bien que n’ayant jamais ni émigré ni immigré, c’est ainsi que les descendants d’immigrés en visite au pays sont fréquemment désignés.

12 « By their very nature, classification, categorization, and identification create “groups” and assign members to them; but the groups thus created do not exist independently of the myriad acts of classification, categorization, and identification, public and private, through which they are sustained from day to day. Race, ethnicity, and nationality exist only in and through our perceptions, interpretations, representations, classifications, categorizations, and identifications. They are not things in the world, but perspectives on the world. »

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Jennifer Bidet et Lauren Wagner, « Vacances au bled et appartenances diasporiques des descendants d’immigrés algériens et marocains en France », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 25 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5554 ; DOI : 10.4000/traces.5554

Haut de page

Auteurs

Jennifer Bidet

doctorante en sociologie, Centre Max Weber, Université Lyon 2

Lauren Wagner

enseignante-chercheure, Cultural Geography Group, Wageningen University (Pays-Bas)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page