Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Les pragmatiques à l’épreuve du pragmatisme. Esquisse d’un « air de famille »

Yaël Kreplak et Cécile Lavergne
p. 127-145

Résumés

Partant du constat d’une relative confusion entre les usages du pragmatisme et de la pragmatique dans le vocabulaire des sciences sociales, cet article se propose comme une clarification, dont l’objectif sera autant de discriminer (au sens positif) que de tisser des liens entre les deux paradigmes, philosophique et linguistique. D’après un état des lieux des principaux débats épistémologiques en cours en pragmatique, on tâchera de faire émerger des parentés conceptuelles et méthodologiques. Sans prétendre à l’exhaustivité, on se focalisera sur quelques aspects déterminants pour expérimenter une possible « zone de congruence » entre les pragmatismes et les pragmatiques.

Haut de page

Texte intégral

1Depuis une dizaine d’années, on constate une entrée en force de la terminologie pragmatique dans les sciences humaines et sociales. C’est ce dont témoigne un courant de la sociologie française, la sociologie dite « pragmatique », dont le positionnement épistémologique tout autant que méthodologique n’est pas toujours explicite. Ces propos de Nathalie Heinich en sont un parfait exemple :

Ni une critique, ni une herméneutique : notre sociologie se veut une pragmatiquede l’art contemporain – une description de ce qu’il fait, de la façon dont il agit – et rien que cela. (Heinich, 1998, p. 71)

2Faire une sociologie pragmatique consisterait donc à prendre les choses de manière concrète, à se placer du côté des effets pratiques, « et rien que cela » : on sent bien que l’on reste ici à un certain niveau de généralité qui n’explicite pas immédiatement les implications épistémologiques ou méthodologiques d’un tel parti pris. Ce que manifeste cet usage du terme pragmatique, c’est donc trop souvent une profonde indétermination. Or, sans rentrer dans des débats lexicologiques, on est en droit de se demander à quoi renvoie l’adjectif pragmatique : à la discipline du même nom ou bien au « pragmatisme » ? Luc Boltanski propose une définition qui rend compte de cette difficulté, puisque son objet est de spécifier la référence de l’adjectif « pragmatique » :

Il faudrait pourtant se garder […] de voir dans le courant étudié ici une émanation ou une importation du pragmatisme américain […]. Pour certains, dont je suis, le terme pragmatique fait plutôt référence à la pragmatique linguistique en tant qu’elle met l’accent sur les usages que les acteurs font des ressources grammaticales à l’épreuve de situations concrètes dans lesquelles ils se trouvent plongés. (Boltanski, 2006, p. 10)

  • 1  Notons que l’ampleur et la richesse des travaux en philosophie pragmatiste en rendaient l’étude ex (...)

3Il faut effectivement rappeler qu’hormis leur racine identique (pragma en grec, « action »), la pragmatique et le pragmatisme n’ont a priori pas grand-chose en commun : la ressemblance terminologique ne préjuge pas d’une ressemblance théorique ou méthodologique. Si la pragmatique désigne au départ une branche de la linguistique initiée par des philosophes tels qu’Austin, Searle et Grice (dans la perspective de la théorie des actes de langage), le pragmatisme quant à lui est un courant philosophique qui, loin de se définir à ses débuts comme une philosophie du langage, a pour fondateurs Peirce, Dewey et James. En apparence tout au moins, rien ne permet à première vue de confondre d’un côté une philosophie radicalement centrée sur l’expérience, qui se revendique comme une « attitude » pour éliminer les « faux problèmes » de la métaphysique (James, 2006, p. 120), et de l’autre une discipline linguistique dont l’objet est d’étudier le langage en contexte. Pourtant, la présence manifeste – visiblement loin de se dissiper – d’une confusion dans les usages du terme « pragmatique » pourrait être un indice de leur possible congruence, et c’est cette intuition qui a présidé à l’écriture de cet article. Car si les liens sont historiquement ténus entre pragmatique et pragmatisme, ils existent néanmoins : la figure paradigmatique en est Charles Morris qui fut l’élève de Mead à Chicago et dont le projet intellectuel fut de chercher à réaliser une synthèse entre la philosophie du cercle de Vienne et le pragmatisme de Peirce. Mais loin de vouloir réaliser, dans la perspective d’une histoire des idées, une cartographie complète des zones de recoupement et d’incommensurabilité entre pragmatique et pragmatisme, nous avons souhaité plus modestement identifier un espace épistémologique où cette congruence serait effective. Pour ce faire, nous avons tenté d’explorer quelques-uns des réquisits d’une « pragmatique proprement pragmatiste », c’est-à-dire d’une pratique de recherche qui entrerait, dans la construction de ses objets, dans l’élaboration de ses méthodes, en résonance avec des concepts inspirés du pragmatisme1.

Les pragmatiques : un positionnement complexe

  • 2  Morris, cité par Levinson (1983, p. 1). Une tripartition qu’on pourrait d’ailleurs compléter par l (...)
  • 3  D’ailleurs, Morris travaille dans une perspective sémiotique et cherche à esquisser une théorie gé (...)

4On partira d’une rapide présentation de la pragmatique, principalement pour pointer son positionnement problématique dans le champ des études linguistiques. Si l’on se fonde sur la définition canonique de Charles Morris (1938), selon son organisation tripartite, la pragmatique apparaît comme un domaine très fortement circonscrit. En tant qu’« étude de la relation des signes avec leurs interprètes », elle intervient à un dernier niveau d’analyse, après la syntaxe (« l’étude des relations formelles des signes les uns avec les autres ») et la sémantique (« l’étude des relations des signes avec les objets auxquels ils font référence »2) et n’a pas d’autonomie vis-à-vis d’elles. Le présupposé est ici d’ordre saussurien : c’est l’idée qu’avant d’étudier les usages, le langage en contexte, « la parole » en somme, il faut d’abord décrire le système, « la langue » (Saussure, 1995)3. Le rejet de la parole hors du champ des études linguistiques classiques est donc adossé à une conception de la langue comme système, préexistant et déjà organisé indépendamment de ses usages.

  • 4  L’acte locutoire est celui produit par le simple fait de parler, l’acte illocutoire est l’acte pro (...)

5Ce n’est donc pas dans le domaine de la linguistique que la pragmatique va trouver ses fondements, mais davantage du côté de la philosophie du langage développée par Austin, Searle et Grice. Sans entrer dans les détails de leurs théories respectives, rappelons les conclusions de ces diverses approches. Les recherches d’Austin, tout d’abord, ont permis la mise en valeur de la dimension performative du langage, à savoir le fait que quand on parle, on accomplit quelque chose, on agit, selon différentes modalités (d’après la tripartition acte locutoire, illocutoire et perlocutoire4). Grice a travaillé à l’élaboration d’un appareil conceptuel pour décrire le fonctionnement de la conversation, autour du principe dit « de coopération », procédant par ce qu’il appelle les « inférences conversationnelles », soit le fait que lors d’un échange, on attribue à notre interlocuteur des intentions en fonction de règles précises qui gouvernent tout échange communicationnel et qui nous permettent d’en garantir le bon déroulement (Grice, 1989). Enfin, si Searle se présente comme le continuateur d’Austin, avec une refonte de la théorie des actes de langage, il s’inscrit également dans la filiation de Grice, à partir duquel il développe une théorie de l’intention (Searle, 1972). De ce rapide passage en revue, nécessairement réducteur et simplificateur, on retiendra deux points principaux : la revalorisation du langage ordinaire avec la mise au centre de la conversation comme objet d’étude à part entière ; la mise en évidence d’une « signification conversationnelle » (dans la terminologie gricéenne), qui, corrélée à une réflexion sur le sens contextuel des énoncés, tourne le dos aux théories sémantiques classiques focalisées sur la question de la vériconditionnalité. Ainsi « bornée », en quelque sorte, par une certaine conception de la sémantique, la pragmatique peut se définir comme l’étude du langage en contexte d’une manière pleinement légitimée.

  • 5  « There is only the slightest historical relation between pragmatics and the philosophical doctrin (...)

6C’est donc bien davantage du côté de la philosophie du langage ordinaire qu’il faut se tourner pour trouver les fondements théoriques de la pragmatique, et non du côté du pragmatisme, qui ne constitue pas une référence majeure, comme le rappelle Levinson : « Il n’y a, historiquement, qu’une relation très ténue entre la pragmatique et les doctrines philosophiques du pragmatisme. »5 L’impulsion de ces premiers travaux a favorisé l’ouverture d’un vaste champ de recherche et l’émergence de disciplines linguistiques se revendiquant de cette approche du langage. Si l’on consulte l’article « Pragmatique » du Dictionnaire d’analyse du discours, on mesure l’écart avec la restriction de la définition initiale proposée par Morris :

Dans son acception la moins spécifiée, la pragmatique apparaît moins comme une discipline que comme une manière de caractériser un ensemble très diversifié de travaux (sur les interjections, les connecteurs, la détermination nominale, les proverbes, les rites de politesse, les interactions conversationnelles, etc.) qui récusent une étude immanente du système linguistique. « Pragmatique » caractérise alors une certaine conception du langage, et plus généralement, de la communication. […] À ce titre, la pragmatique traverse l’ensemble des sciences humaines : elle désigne moins une théorie particulière que l’entrecroisement de divers courants qui partagent un certain nombre d’idées forces. (Charaudeau, Maingueneau, 2002, p. 456)

  • 6  On distingue ainsi deux grands types de pragmatique : la première, héritière de Morris, Carnap et (...)

7On se trouve en effet face à une multitude de disciplines, avec des méthodes et des objets qui leur sont propres et qui peuvent entretenir des rapports assez ténus. Il semble globalement assez difficile d’unifier un ensemble de plus en plus vaste de recherches6 dont les postulats sont parfois franchement divergents. On passerait ainsi d’une sous-discipline de la linguistique à un vaste domaine de recherche qui tendrait, finalement, à se constituer en paradigme dans les sciences du langage, ce qui ne va naturellement pas sans poser un certain nombre de problèmes.

  • 7  La distinction entre « compétence » et « performance » est une manière de différencier notre conna (...)

8Mais ce qu’on voudrait souligner ici, c’est surtout que cette prise en compte de la dimension pragmatique nous semble essentielle, parce qu’à même de favoriser un renouvellement de la réflexion sur la nature des sciencesdu langage et sur leur inscription dans les sciences humaines et sociales. En effet, il semble nécessaire de développer une telle recherche pour avoir une alternative forte au paradigme dominant depuis maintenant plusieurs décennies, la linguistique chomskyenne. Le postulat principal de cette théorie, qui s’est notamment développée avec la grammaire générative, est celui de la faculté innée de langage de l’homme, autour de la distinction séminale entre « compétence » et « performance »7. Si l’on retrouve ici quelque chose de la démarche saussurienne (entre « langue » et « parole »), la perspective chomskyenne radicalise la focalisation sur la compétence en développant une linguistique cognitive, qui ne relèverait pas des sciences sociales mais de la biologie (Hauser, Chomsky et Fitch, 2002). La « performance » est ainsi totalement évacuée de la théorie du fait de sa faillibilité et de la dégénérescence qu’elle fait subir au langage. On mesure bien l’impact d’une telle conception : il s’agit donc de travailler à définir une linguistique qui remette, de manière radicale, l’homme et ses pratiques au cœur de la théorie.

  • 8  Un autre candidat intéressant pour penser un tel rapprochement aurait pu être la question des prat (...)

9Compte tenu de la complexité des enjeux et de la multiplicité des courants, on espère avoir mis en évidence la nécessité d’aborder la pragmatiquecomme un objet d’étude à part entière, à distinguer fondamentalement, dans un premier temps et pour des raisons méthodologiques, du pragmatisme. Or, précisément, la référence au pragmatisme nous a semblé permettre d’engager des réflexions intéressantes quant aux objectifs et aux méthodes que peut se fixer une certaine pragmatique dont on essaiera d’esquisser les contours, et de légitimer par là même son positionnement dans le champ des sciences sociales. On se focalisera sur quelques points qui nous ont semblé déterminants pour penser les rapports entre pragmatisme(s) et pragmatique(s) : la question de l’anti-formalisme et celle de la dimension contextuelle8.

Le refus du formalisme

  • 9  Le choix premier des démarches formalistes reste celui d’une langue artificielle, pourvue de symbo (...)
  • 10  Wittgenstein désigne par ce terme des ressemblances qu’on ne peut précisément pas identifier. Si l (...)
  • 11  On emploie ici l’idée de discrimination au sens étymologique et positif du terme, soit au sens de (...)

10Notre première hypothèse quant à la congruence entre philosophie pragmatiste et pragmatique concerne un commun refus du formalisme9. Peut-être serait-il plus prudent de commencer par désigner ce point de congruence comme un simple « air de famille10 » : en effet, les raisons qui motivent ce refus de même que ses modalités sont loin d’être identiques. Cet air de famille s’apparente d’abord à la volonté de ne pas considérer l’ordinaire, l’expérience commune, comme quelque chose de « dégradé » qu’il s’agirait de systématiser, voire de perfectionner, par des constructions formelles. On s’en tiendra à une présentation sélective de certains des arguments par lesquels les philosophes pragmatistes, notamment Dewey et Rorty, et certains pragmaticiens, ont justifié une mise à distance du formalisme. Si, pour les premiers, ce refus s’adosse à ce que nous définirons comme la « critique des dualismes traditionnels », pour les seconds, il réfère plus directement à la mise à distance des langages formels. Or, nous verrons que la pragmatique dans ses développements contemporains présente des lignes de recherche contradictoires, puisque certains champs se développent justement en direction d’un formalisme accru. Ainsi ce positionnement – dont nous verrons qu’il est tout autant d’ordre épistémologique que méthodologique – servira d’opérateur de discrimination11 au sein même des pragmatiques afin de carto-graphier précisément les lignes de commensurabilité entre pragmatiques et pragmatismes.

11On parle de « formalisme » dans un sens large à l’égard de toute doctrine qui assume la prédominance de la forme sur le fond ou contenu. Plus précisément, cette catégorie au demeurant difficile à définir (White, 1963, p. 9) renvoie à tout système de signes résultant de la formalisation, c’est-à-dire à toute doctrine pour laquelle l’essence de la démarche scientifique serait à chercher dans l’élaboration de systèmes formels. De ce point de vue, le formalisme en philosophie de la connaissance, tel qu’on peut l’identifier chez les penseurs du cercle de Vienne, implique une série de dualismes classiques : entre sujet et objet de la connaissance, entre théorie et expérience, dualismes sans lesquels la construction d’une logique formelle ne peut pas garantir son caractère a priori. C’est la raison première qui explique que pour les fondateurs du pragmatisme, ce refus procède au départ d’une « révolte contre le formalisme », thèse défendue par Morton White (1963, p. 9) qui associe Dewey à Veblen et Holmes. Dewey a en effet violemment attaqué la logique formelle dès ses tout premiers écrits, en allant jusqu’à la qualifier de « fons et origo malorum en philosophie » (Dewey, 1891, p. 3). White explicite cette révolte comme suit : « Ses premières pensées ont été dominées par le néo-hégélianisme, qui condamne catégoriquement le formalisme et le mécanisme. Les conclusions de la biologie darwinienne le confirment dans ses opinions. » (White, 1963, p. 11) Hegel fournissait en effet à Dewey le concept d’une conscience universelle embrassant toutes choses et assurant le lien entre la conscience individuelle et les objets de la connaissance. Ce lien était censé faire apparaître entre eux une relation plus que formelle. C’était en tout cas un argument contre la séparation entre esprit et objet de la connaissance, dualisme qu’il reprocha dans ses premiers textes aux empiristes anglais.

12Or, c’est à la revalorisation à la fois de l’expérience et de la méthode expérimentale que l’on doit la justification d’un tel refus. Cette redéfinition est intimement corrélée chez Dewey à l’importance accordée au concept d’interaction. Sans l’interaction, on ne peut comprendre l’expérience dans sa dynamique et sa complétude : elle ne doit plus en effet se concevoir comme la perception passive par le sujet de la connaissance d’une réalité fixe et immuable. Elle est bien plutôt le point de rencontre autour duquel les caractères du milieu et les traits de l’être vivant peuvent être redistribués. De ce point de vue, la science est « un processus et non la prise de possession de l’immuable » (Dewey, 1993, p. 24). L’universalité des théories scientifiques n’est donc plus que relative et relationnelle. Il serait vain de vouloir commenter l’intégralité des implications révolutionnaires qui découlent de cette philosophie de l’expérience, mais dans la perspective qui est la nôtre, signalons qu’il existe selon Dewey une continuité entre les objets de l’expérience humaine la plus courante et ceux de l’expérience scientifique la plus savante. De ce fait, il faut réfuter toute autonomie du savoir scientifique, en particulier à l’égard de ses conditions sociales de production, ce qui redonne indéniablement une importance fondamentale à toutes les formes de pratiques, de la plus ordinaire à la plus heuristique, dans la mesure où toute pratique est considérée a priori comme une action potentiellement créative.

13C’est donc une « attitude d’esprit de laboratoire » (Deledalle, 1971, p. 50) qui permet de penser l’enquête sous toutes ses formes comme « expérimentation » : cette dernière n’est plus le cas approximatif d’une théorie par ailleurs parfaite, elle est la condition même de la théorie. Or, il ne faudrait pas amalgamer le refus d’une certaine forme de formalisme à un refus de la logique, comme en témoigne un des derniers ouvrages de Dewey (1993). Si ce dernier refuse d’interpréter les principes logiques comme la formulation d’invariants ontologiques, c’est pour en faire au contraire les règles établies en vue de la conduite de l’enquête :

Toutes les formes logiques (avec leurs propriétés caractéristiques) apparaissent au cours de l’enquête et se rapportent au contrôle de l’enquête, contrôle institué pour que l’enquête puisse aboutir à des assertions garanties. Cette conception n’implique pas seulement que nous découvrons ou mettons en lumière des formes logiques quand nous faisons porter notre réflexion sur les procédés habituels de l’enquête. C’est, bien entendu, sa signification première ; mais elle implique aussi que les formes ont leur origine dans les opérations de l’enquête ; ou, pour être plus précis, elle implique que, tandis que l’enquête sur l’enquête est la causa cognoscendi des formes logiques, l’enquête est elle-même la causa essendi des formes que l’enquête découvre. (Dewey, 1993, p. 3-4)

14De cette naturalisation de la logique qui procède elle-même d’une philosophie de l’expérimentation, il faut conclure à la suppression du dualisme entre théorie et pratique : plus qu’une simple vue théorique novatrice sur la connaissance humaine, le pragmatisme se présente bien comme encourageant de nouvelles méthodes de recherche. Au sens fort, il signifie qu’il y a configuration réciproque de l’objet et du sujet dans le procès de l’interaction qui préside à la connaissance.

  • 12  La manière dont Rorty réinterprète la philosophie pragmatiste et en particulier la pensée de Dewey (...)

15Une manière somme toute rapide de résumer la force corrosive de la philosophie deweyienne de l’expérimentation sur toute tentation formaliste – en particulier en philosophie de la connaissance – est de renvoyer à l’ensemble des dualismes qu’elle permet de mettre à mal. Cette interprétation du pragmatisme d’inspiration rortyenne12 a le mérite d’offrir une vue panoptique du refus du formalisme :

Dewey aurait peut-être éprouvé une vive sympathie pour les travaux du dernier Wittgenstein malgré leur manque de pertinence pour le politique. En effet, il serait tombé d’accord avec Wittgenstein pour dire que bien des problèmes discutés par Leibniz, Locke et Kant, comme bien des problèmes discutés par Russell, Carnap, Quine, Black et leurs disciples, reviennent, selon le mot de Berkeley, à soulever de la poussière pour mieux se plaindre de ne pas voir clair. Dewey aurait vu en Wittgenstein un auteur qui partage ses propres doutes quant à la « ribambelle de dualismes qui, dans l’ensemble, ont donné ses problèmes “modernes” à la philosophie »… (Rorty, 2003, p. 13)

16On résumera quant à nous cette « ribambelle de dualismes » aux trois suivants : esprit/corps, moi/monde, moi/autrui. Car la déconstruction de ces trois formes de dualisme repérées par Rorty comme conséquences du pragmatisme (Rorty, 1993a) est à l’origine d’une redéfinition des dispositifs qui guident l’action. En premier lieu, ils prennent leur source dans le corps et si l’intelligence intervient dans leur structuration, c’est seulement comme capacité réadaptative ; ensuite, ils ne sont pas produits par un savoir préalable à l’action, mais l’action elle-même comme processus est productrice de savoirs tacites au sujet des situations ; enfin, le sens de l’action prend en compte pleinement le comportement d’autrui et c’est ce qui confère à l’action sa dimension pleine d’interaction, c’est-à-dire sa dimension sociale. On verra par la suite combien cette nouvelle conceptualisation de l’action sera proche des enjeux de certains développements de la pragmatique.

17En pragmatique, comme on l’évoquait plus haut, le refus du formalisme est adossé à une critique des langages formels et de la sémantique formelle, qui se préoccupent principalement de la question de la vériconditionnalité. Or, rappelons-le, l’approche des fondateurs de la pragmatique récuse une analyse uniquement centrée sur l’évaluation de l’adéquation descriptive du langage à la réalité, et envisage la plasticité du langage non plus comme une imperfection mais comme une ressource exploitée par les locuteurs : on est proche ici de la position de Dewey lorsqu’il écrit :

Le langage se révèle infiniment limité lorsqu’il se tient à la surface bariolée de la nature. Pourtant les mots comme outils pratiques sont les agents grâce auxquels l’ineffable diversité de l’existence naturelle, telle qu’elle se donne dans l’expérience humaine, est réduite à des ordres, des rangs et des classes que l’on peut utiliser. Il est non seulement impossible que le langage reproduise la diversité infinie des qualités individuelles existantes, mais ce ne serait ni souhaitable ni même utile. (Dewey, 2005, p. 256-257)

18Pourtant, certaines pragmatiques ont développé une approche formelle du langage, ce qui semble entrer en contradiction avec les postulats initiaux et rendre caduque l’unité de ce que Dominique Maingueneau appelle « une certaine conception du langage » (voir supra) : ce sont ces problèmes qu’on aimerait pointer ici, pour discriminer différentes orientations de recherche.

19Comme on l’a rapidement rappelé, la linguistique chomskyenne postule l’existence d’une « faculté de langage », innée et partagée par tous, dont la caractéristique principale serait non pas de permettre la communication, mais de procéder de manière récursive. La propriété dite de « récursivité », soit la capacité de reproductibilité des structures, serait la réponse chomskyenne – et, à sa suite, générative – à la question : « Comment se fait-il qu’on puisse produire un nombre infini de phrases à partir d’un nombre limité de mots et de structures ? » De fait, la tâche de la grammaire générative, qui met donc la syntaxe au centre de la compétence langagière, est de représenter ce système et se propose comme une linguistique formelle, développant des modèles de représentation en constante évolution. Pourquoi ce détour par une théorie dont on a dit qu’elle rejetait la dimension pragmatique hors du champ de la théorie linguistique ? Parce que certaines pragmatiques s’inscrivent néanmoins à sa suite, ce qui ne va évidemment pas sans poser de nombreux problèmes quant à la définition du domaine de la pragmatique et de ses enjeux.

  • 13  Ou implicitations, dans le cadre d’une théorie globalement inférentielle.
  • 14  Pour une présentation plus complète, voir le chapitre 9, « Stratégie de l’interprète et théorie de (...)
  • 15  Austin dénonçait déjà cette tendance dans certaines philosophies du langage, d’après la lecture qu (...)

20La pragmatique gricéenne, déjà, tend à un certain formalisme dans la description du mécanisme inférentiel, autour de la théorie dite des « implicatures »13. S’il ne s’agit là que d’une orientation de recherche qui ne débouchera pas sur un véritable système, la pragmatique de la pertinence de Dan Sperber et Deirdre Wilson (1989) radicalise ces hypothèses et se propose, à proprement parler, comme une pragmatique formelle. Leur théorie se place dans un triple héritage : celui de la pragmatique gricéenne teintée par la théorie de l’intentionnalité searlienne ; la psychologie cognitive fodorienne, soit un ancrage fort dans une théorie mentaliste et modulaire ; et plus globalement, le cadre chomskyen, qui justifie la recherche d’une approche « scientifique » du langage. Son objectif est de décrire les modalités de l’interprétation en contexte par le système des implicatures, et elle envisage la communication de manière finalisée vers l’accroissement des « environnements cognitifs » des locuteurs et caractérisée par la recherche du meilleur rendement cognitif. On voit aisément poindre le paradoxe de telles théories qui, en prétendant travailler sur le langage en contexte, reposent sur un dualisme fort entre monde mental et monde extérieur : en maintenant une conception du langage comme système existant indépendamment de son effectuation, elles déréalisent les usages en proposant une théorie de la communication finalement désolidarisée des pratiques et de leurs contextes d’actualisation. D’ailleurs, l’une des orientations principales de ce type de pragmatique serait, d’après Anne Reboul et Jacques Moeschler, qui s’inscrivent également dans ce courant, la « théorie de l’esprit »14 : c’est dire à quel point le concept de « pragmatique » est infléchi par rapport au sens austinien15, par exemple. La plasticité du langage et la variabilité des contextes ne semblent pas pouvoir être intégrés dans un système formel, sous peine de perdre ce qui fait le ferment des interactions humaines, soit leur émergence ponctuelle et localement adaptée aux situations.

21Ainsi, les théories qui nous semblent plus « pertinentes », parce que plus conformes à la conception « pragmatique » du langage qu’on a exposée plus haut, sont davantage celles qui renoncent à un formalisme décrivant a priori des situations construites pour les besoins de l’analyse et qui sont, de fait, plus proches des positions du pragmatisme sur la question. Dans cette veine, on mentionnera notamment les recherches en « grammaire-pour-l’interaction », selon lesquelles « la grammaire est le résultat d’une sédimentation d’usages répétés de formes dans un environnement séquentiel particulier » (Mondada, 2000b, p. 24). Le déplacement se mesure, entre autres, à l’usage qui est fait de la notion de « grammaire » : on est loin ici d’une conception de la grammaire comme système a priori et d’une linguistique visant à évaluer et à discriminer les pratiques sur le modèle du « bon usage ». Au contraire :

La « grammaire-pour-l’interaction » est ainsi conçue comme une description des ressources linguistiques qui intègre radicalement leur configuration par les procédés situés et pratiques des locuteurs organisant et coordonnant leurs contributions à l’interaction. (Mondada, 2000b, p. 25)

22La grammaire est ainsi appréhendée dans sa plasticité, et le langage, dès lors, n’est plus considéré « comme une faculté abstraite, mais comme un ensemble de pratiques socio-langagières incarnées et situées » (Mondada, 2003a, p. 70). Le linguiste n’adopte donc pas une démarche prescriptive ou normative, mais s’intéresse à l’émergence des structures et des ressources linguistiques, en tenant compte non seulement de ce qui est dit, mais aussi du contexte dans lequel intervient la prise de parole, ces deux aspects étant envisagés dans une relation de détermination réciproque : soit une conception infiniment plus « pragmatique » du langage que ce qui a pu être exposé plus haut, qui repose principalement sur la prise en compte du contexte.

23Notre hypothèse – selon laquelle un premier ensemble de traits saillants entre pragmatique et pragmatisme renverrait à un commun refus du formalisme – conduit donc à une double conséquence. En premier lieu, elle montre que les motifs de ce refus ne sont pas superposables. En second lieu, cette hypothèse permet de discriminer un premier ensemble de « branches » de la pragmatique qui, en assumant de manière radicale un parti pris formaliste, nous contraignent à statuer sur leur totale incommensurabilité, tant épistémologique que méthodologique, vis-à-vis de la philosophie pragmatiste. Pourtant, nous sommes encore loin d’avoir pu délimiter l’épistémè d’une « pragmatique proprement pragmatiste ». Pour ce faire, il nous semble que la question du « contexte » constitue le point de convergence à partir duquel un tel pari épistémologique peut être formulé.

Du contexte comme point focal

  • 16  C’est sans doute Richard Rorty qui a le plus fait les frais de l’accusation de relativisme en même (...)

24Le refus du formalisme, qui s’accompagne d’un ancrage fort de la théorie dans la pratique et de la conviction que cette dernière n’est ni stable, ni immuable, impose la fixation des coordonnées – à la fois conceptuelles et vériconditionnelles – dans le contexte. Indéniablement, cela implique que la vérité, la signification ou simplement l’objet d’analyse, seront fixées par et dans le contexte. Cette relativisation a pu exposer à la fois le pragmatisme, et certaines pragmatiques, à des accusations de relativisme16. Or, s’il ne relève pas de notre propos d’exhumer de telles critiques – qui, au demeurant, ont pu susciter des débats vifs et passionnants –, force est de constater que c’est la thématisation du contexte qui sert ici de catalyseur. L’enjeu sera dès lors de montrer en quoi les définitions qu’on en donne autorisent l’identification d’une zone de congruence réelle entre pragmatique et pragmatisme.

  • 17  Par « enquête longitudinale », on fait référence par exemple à l’enquête de Labov à Martha’s Viney (...)

25En linguistique, la prise en compte du contexte dans l’analyse n’est pas le domaine réservé de la pragmatique : c’est en effet l’un des postulats de la sociolinguistique, notamment, dès lors que la dimension sociale du langage recouvre effectivement le contexte. La sociolinguistique occupe une place importante dans le champ des études linguistiques et a pu être influencée par les mêmes sources que la pragmatique, notamment par l’interactionnisme de Goffman (1987), et certaines théories sociolinguistiques ont d’ailleurs largement contribué au développement d’une réflexion sur le contexte. Mais, à l’instar de la pragmatique, la sociolinguistique connaît différents courants, autour de la sociolinguistique variationniste de Labov, de l’ethnographie de la communication de Hymes ou de la sociolinguistique interactionnelle de Gumperz. On ne rentrera donc pas dans un débat sur la ligne de partage entre pragmatique et sociolinguistique, qui mériterait un examen plus approfondi que ne le permet le cadre de cet article : on présupposera « juste » que la sociolinguistique se distingue de l’approche pragmatique par ses méthodes (les enquêtes longitudinales du programme variationniste, par exemple17), et par ses objectifs (rendre compte du changement linguistique, des pratiques communautaires, etc.).

26Si la pragmatique se définit comme « l’étude du langage en contexte », comme on le lit souvent, et si, par conséquent, on peut admettre qu’une certaine définition du contexte est présupposée par les diverses pragmatiques, force est de constater que la détermination de cette « cheville ouvrière » (Reboul, Moeschler, 1998, p. 46) reste problématique. On peut opposer par exemple le flou de la formulation austinienne, qui parle des « circonstances de l’énonciation » (Austin, 1970, p. 96), à la surcharge conceptuelle et opérationnelle du contexte dans la théorie de la pertinence, où il équivaut à « l’ensemble des prémisses utilisées pour l’interprétation d’un énoncé » et constitue « une construction psychologique, un sous-ensemble des hypothèses de l’auditeur sur le monde » (Reboul et Moeschler, 1998, p. 31). C’est dire que les définitions du contexte en pragmatique sont plurielles et loin d’être unifiées. Elles se déploient sur un spectre qui va du minimalisme, pour lequel le contexte n’est qu’une dimension périphérique, au maximalisme, qui y voit un aspect éminemment constitutif. De cette alternative découlent deux grandes options quant à la définition du contexte, que l’on peut résumer comme suit : la première le voit comme un « ensemble prédéfini de paramètres qui influencerait unilatéralement les usages linguistiques », alors que pour la seconde, il est bien plutôt « un ensemble de dimensions émergeant au fil de l’activité linguistique, établi par les participants autant que structurant leur comportement » (Mondada, 2003b, p. 113). Si la première définition est statique, la deuxième se distingue par son caractère dynamique et rappelle étrangement la manière dont Dewey définissait l’expérience (voir supra) – le concept d’interaction y est d’ailleurs aussi central. Dans le premier cas, il s’agit indéniablement de savoir ce qui appartient ou n’appartient pas au contexte, alors même que dans le second, l’enjeu est de décrire comment les locuteurs configurent des aspects pertinents pour eux dudit contexte. Ces deux appréhensions quasi antithétiques sont corrélées à des méthodes de recherche qui sont tout autant divergentes :

Dans le premier cas, la visée est celle d’une description systématique, centrée sur un nombre fini de paramètres permettant d’isoler des variables comparatives (telles que le lieu, le temps, les catégories caractérisant les participants, le degré de formalité, le type d’événement) ; dans le second cas, il s’agit d’une description phénoménologique qui tient compte du point de vue des locuteurs, ainsi que de leurs stratégies interprétatives et énonciatives. (Mondada, 2003b, p. 113)

27Si, donc, la première approche traduit une volonté de formalisation tout autant qu’un dualisme fort entre contexte et objet contextualisé, la seconde met au centre de sa méthode les pratiques langagières des locuteurs et leur part de créativité. Il est certain que l’on retrouve une définition très proche du contexte dans la philosophie pragmatiste contemporaine.

28Richard Rorty accorde une place plus que centrale au contexte, allant jusqu’à écrire cette phrase quelque peu polémique : « […] aussi loin que l’on aille, il n’y a jamais que des contextes » (Rorty, 1994, p. 115). La radicalité de cette affirmation résume la position rortyenne à l’égard du contexte, qui devient une sorte de nouveau paradigme interprétatif, allant jusqu’à abolir le dualisme entre contexte et objet contextualisé :

Il suffit de renoncer à l’opposition traditionnelle du contexte et de la chose contextualisée pour perdre toute possibilité de distinction entre les choses qui sont ce qu’elles sont indépendamment de tout contexte et celles qui dépendent d’un contexte. (Rorty, 1994, p. 113)

29Ce parti pris épistémologique résulte de l’abandon de la théorie de la vérité-correspondance et, corrélativement, de la tentation de penser notre rapport au réel sur le mode du reflet représentationnel. Sans rentrer dans le détail de la philosophie rortyenne, précisons ce qu’il définit comme « contextualisme », en particulier dans son article « La recherche comme recontextualisation, un modèle antidualiste de l’interprétation » (1994). Son point de départ est une conception de l’esprit comme réseau de croyances en recomposition constante. Or, ces recompositions sont en un sens infinies et c’est par l’intermédiaire de la notion de « nouveau contexte » qu’il les décrit :

Plus les transformations sont étendues, plus la notion d’un « nouveau contexte » devient nécessaire. Celui-ci peut consister en une nouvelle théorie explicative, une nouvelle classe de comparaison, un nouveau vocabulaire descriptif, de nouveaux desseins politiques ou privés, le dernier livre qu’on a lu, la dernière personne à qui on a parlé. Les possibilités sont infinies. (Rorty, 1994, p. 107)

30Si les déclinaisons possibles de ce « nouveau contexte » font l’objet d’une énumération non circonscrite, cela signifie que l’extension du concept n’est pas clairement assignée, d’où l’indétermination de ce dernier. Pourtant, Rorty distinguera deux grands types de « nouveaux contextes » : le premier renvoie à l’ensemble des contextes procédant d’un nouvel ensemble d’attitudes portant sur les énoncés qui faisaient préalablement partie de notre répertoire ; il fonctionne donc sur le mode de l’inférence ; le deuxième au contraire désigne ceux qui procèdent de l’acquisition d’attitudes portant sur de nouveaux énoncés qui prétendent à une valeur de vérité, et à l’égard desquelles aucune attitude ne s’était préalablement exprimée – c’est ici l’imagination qui est en jeu. Cette double spécification, loin de toute formalisation a priori, autorise une appréhension dynamique du contexte, qui, par l’indétermination qu’elle lui impose (puisqu’en terme d’extension, les candidats qui remplissent les conditions mentionnées sont infinis), peut être congruente avec l’approche que lui réserve une des pragmatiques possibles : l’analyse conversationnelle.

  • 18  Barthélémy et Quéré, « Introduction » (Garfinkel, 2007, p. 10).

31On a coutume de considérer l’indétermination conceptuelle comme un défaut théorique tout autant que comme un gage d’échec empirique. Or, l’originalité de la notion de contexte telle qu’elle est utilisée en analyse conversationnelle est de fonder son opérativité justement sur son indétermination. On touche précisément ici à l’un de ses principaux postulats, conformément à sa source « ethnométhodologique », dont les objectifs sont ainsi rappelés par Louis Quéré et Michel Barthélémy : mettre en évidence « in situ et in vivo, les traits ordonnés, rationnels, objectifs, reproductibles des objets [de l’enquête], en honorant les exigences d’une description rationnelle satisfaisante compte tenu des circonstances concrètes de son effectuation »18. Pour présenter les choses rapidement, disons que l’ethnométhodologie, courant sociologique dont est issue l’analyse conversationnelle, repose sur deux principes fondamentaux : d’une part, l’indexicalité, soit l’idée qu’une expression n’a de sens qu’en référence à son contexte d’énonciation, de manière non pas accidentelle et ponctuelle, mais de manière constitutive et nécessaire, et d’autre part, la réflexivité, liée à la précédente, soit la propriété de descriptibilité des actions pratiques par les agents. Pour en revenir aux préoccupations « pragmatiques » de la détermination contextuelle, on mesure bien ce qu’une telle approche implique comme perspective d’analyse : il s’agit de trouver les méthodes analytiques permettant de rendre compte du point de vue des agents, dans une perspective endogène. Le recours à l’enregistrement audio et/ou vidéo de données (dites « primaires » qui, une fois transcrites, deviennent des données dites « secondaires »), permet de constituer des corpus durables et, par là, réutilisables, remobilisables, afin de proposer des analyses aussi fines que possible, tenant toujours compte du contexte d’émergence des ressources linguistiques. C’est sur ce point d’ailleurs que l’analyse conversationnelle se montre la plus critique envers la pragmatique « traditionnelle » des actes de langage, critiquant le paradoxe de leur utilisation de données construites et décontextualisées. Mais c’est également avec un tel soubassement théorique qu’elle accentue un écart déjà largement creusé avec les pragmatiques « cognitives » et se propose, de notre point de vue, comme une réalisation opérationnelle d’une théorie pragmatique tenant compte, entre autres, des acquis du pragmatisme.

Problèmes et perspectives

  • 19  Notons l’explication que donne à ce propos Catherine Kerbrat-Orecchioni (2001, p. 53) : « Négligés (...)

32En guise de conclusion, deux points nous semblent devoir être précisés. Tout d’abord, pour nuancer ce qui peut sembler être une apologie de l’analyse conversationnelle comme seule pragmatique théoriquement et pratiquement adéquate, posons le problème de son positionnement dans le champ des sciences du langage et des sciences humaines. En effet, l’appartenance de l’analyse conversationnelle à la linguistique ne va pas nécessairement de soi, du fait en partie de son fort ancrage sociologique et en raison de ses méthodes analytiques particulières19, mais elle peut néanmoins, à l’heure actuelle, être conçue comme une pragmatique possible, et c’est en postulant qu’elle en était une de ses orientations principales que nous avons élaboré cette réflexion.

  • 20  Introduit notamment par Suchman dans Plans and Situated Actions : The Problem of Human-Machine Com (...)

33Enfin, en guise de perspective et corrélativement à ce que nous venons de préciser, on souhaiterait ici faire référence au courant de l’action située20 qui, à bien des égards, semble opérer une synthèse entre des orientations théoriques et des méthodes analytiques au croisement de la pragmatique et du pragmatisme. Pour le définir rapidement, ce courant cherche à « élaborer une nouvelle conception de l’intelligence humaine et du contrôle réflexif des conduites, en redonnant toute son importance à la dynamique des inter-actions entre l’agent et l’environnement, qu’il soit physique ou culturel » (De Fornel, Quéré, 1999, p. 8). Dans un tel cadre, la linguistique interactionnelle participe d’une recherche visant à rendre compte du caractère « situé » des activités, pour affiner « l’intuition de base » selon laquelle « parler, agir, penser, raisonner, calculer, s’informer, explorer l’environnement, faire des inférences, délibérer, etc., sont des activités situées » (ibid., p. 8). À titre d’exemple de recherche empirique, citons le travail de Barbara Olszewska, qui utilise le double cadre conceptuel de Dewey et de la linguistique interactionnelle pour développer une recherche sur le rapport aux nouvelles technologies et sur les enjeux de la résolution routinière de certains problèmes pratiques. Partant d’une critique du manque de réalisme des approches cognitives, elle se place du côté de la théorie de l’enquête de Dewey, dont l’intérêt est « d’offrir un point de départ méthodologique » qui « conduit à envisager la résolution de problèmes du point de vue de la pratique et du contexte où elle se réalise, plutôt qu’à y voir un processus mental » (Olszewska, 2002, p. 240). Le langage y est envisagé comme un « moyen » de l’enquête et constitue donc un jalon central de son approche : précision importante pour comprendre qu’à aucun moment, la linguistique n’est envisagée comme une méthode, comme un simple outil mais participe, de manière constitutive, de la définition d’un tel cadre.

34Fort de ces convergences, le courant de l’action située tend également à se définir comme un nouveau paradigme dans les sciences sociales. On se trouverait finalement ici en plein dans une réalisation du linguistic turn, ainsi défini :

[L’expression « tournant linguistique »] consiste à reconnaître l’importance de la dimension langagière pour l’approche des phénomènes sociaux, spatiaux et historiques. […] Les conséquences de cette reconnaissance de la dimension langagière vont de l’intérêt envers les modèles des sciences du langage et leur application à d’autres domaines disciplinaires, à l’affirmation de l’importance et de l’utilité d’analyser le discours des acteurs lorsqu’on approche un phénomène social, ethnographique ou historique. De façon plus radicale, il s’agit de prendre pleinement en compte à la fois des phénomènes linguistiques et discursifs en tant qu’ils s’avèrent constitutifs et configurants de l’émergence et de la structuration des faits sociaux, et la réflexion sur les modes de construction discursive du savoir formulé à propos desdits faits. (Mondada, 2000a, p. 566)

35L’importance de ce tournant linguistique, ou tout du moins de sa discussion dans de nombreux champs des sciences sociales, ne doit pas nous faire croire à une hégémonie théorique de la pragmatique. Car comme nous avons essayé de le mettre en lumière, la pragmatique est loin de se présenter comme un paradigme unifié : nous avons eu soin de montrer la diversité de ses développements théoriques et méthodologiques, parfois si divergents qu’on pourrait douter de leur commune appartenance à une seule discipline. Or, le même travail de discrimination aurait pu être mené en direction du pragmatisme qui, en réalité, se décline lui aussi au pluriel. Si notre propos consistait à montrer que, par-delà les confusions terminologiques, il était possible d’identifier, sous les formes de la linguistique interactionnelle et de la théorie de l’action située, plus qu’un simple « air de famille », mais une vraie congruence épistémologique, il est certain que cette enquête doit être envisagée comme un résultat possible d’un champ d’investigation pour l’instant illimité, au regard de l’amplitude des conversations possibles, pour reprendre un terme cher à Rorty (1990, p. 427), entre pragmatiques et pragmatismes.

Haut de page

Bibliographie

Ambroise Bruno, 2007, Les pouvoirs du langage : la contribution de J. L. Austin à une théorie contextualiste des actes de parole, Lille, Atelier national de reproduction des thèses, à paraître chez Vrin.

Austin John, 1970, Quand dire c’est faire, trad. G. Lane, Paris, Le Seuil.

Bolstanski Luc, 2006, « Préface », M. Nachi, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin (Cursus), p. 9-16.

Charaudeau Patrick et Maingueneau Dominique éd., 2002, Dictionnaire d’analyse du discours, Paris, Le Seuil.

Deledalle Gérard, 1971, Le pragmatisme. Textes choisis, Paris, Montréal, Bordas.

Dewey John, 1891, « The present position of logical theory », Monist, vol. II.

— 1929, The Quest for Certainty, New York, Minton, Balch & Co.

— 1953, Essays in Experimental Logic, New York, Dover Publications.

— 1993 [1938], Logique. La théorie de l’enquête, trad. G. Deledalle, Paris, PUF.

— 2005 [1934], L’art comme expérience, trad. sous la dir. de J.-P. Cometti, Pau, Farrago/Léo Scheer.

Fornel Michel (de) et Quéré Louis éd., 1999, La logique des situations. Nouveaux regards sur l’écologie des activités sociales, Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 10).

Garfinkel Harold, 2007, Recherches en ethnométhodologie, trad. M. Barthélémy et L. Quéré, Paris, PUF.

Goffman Erving, 1987, Façons de parler, trad. A. Kihm, Paris, Minuit.

Grice Paul, 1989, « Logic and conversation », Studies in the Way of Words, Cambridge, Harvard University Press, p. 3-57.

Hauser Marc, Chomsky Noam et Fitch W. Tecumseh, 2002, « The faculty of language : what is it, who has it, and how did it evolve ? », Science, n° 298, p. 1569-1579.

Heinich Nathalie, 1998, Le triple jeu de l’art contemporain, Paris, Minuit.

James William, 2006, Le pragmatisme, trad. N. Ferron, Paris, Flammarion.

Kerbrat-Orecchioni Catherine, 2001, Les actes de langage dans le discours. Quand dire, c’est faire. Un travail de synthèse sur la pragmatique conversationnelle, Paris, Nathan.

Levinson Stephen, 1983, Pragmatics, Cambridge, Cambridge University Press.

Mondada Lorenza, 2000a, articles « Linguistic turn », « Pragmatique », Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, J. Lévy et M. Lussault éd., Paris, Belin, p. 566 et 739.

— 2000b, « Analyse conversationnelle et grammaire-pour-l’interaction », Modèles du discours en confrontation, A.-C. Berthoud et L. Mondada éd., Berne, Lang, p. 23-42.

— 2003a, « Le langage en action », La recherche-action, P.-M. Mesnier et P. Misotte éd., Paris, L’Harmattan, p. 69-90.

— 2003b, Article « Contexte », Vocabulaire des sciences cognitives, O. Houdé et alii éd., Paris, PUF, p. 112-115.

Olsewska Barbara, 2002, « Réfléchir avec les yeux et les mains. Routines et résolution de problèmes », La régularité. Habitude, disposition et savoir-faire dans l’explication de l’action, C. Chauviré et A. Ogien éd., Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 13), p. 293-318. 

Reboul Anne, 1998, La pragmatique aujourd’hui : une nouvelle science de la communication, Paris, Le Seuil.

Reboul Anne et Moeschler Jacques, 1998, Pragmatique du discours. De l’interprétation de l’énoncé à l’interprétation du discours, Paris, Armand Colin.

Rorty Richard, 1993a, Conséquences du pragmatisme, trad. J.-P. Cometti, Paris, PUF.

— 1993b, Contingence, ironie et solidarité, trad. P.-E. Dauzat, Paris, Armand Colin.

— 1994, « La recherche comme recontextualisation, un modèle antidualiste de l’interprétation », Objectivisme, relativisme et vérité, trad. J.-P. Cometti, Paris, PUF. p. 105-134.

— 2003, « Préface », J. Dewey, Reconstruction en philosophie, trad. P. Di Mascio, Pau, Publications de l’Université de Pau.

Saussure Ferdinand, 1995, Cours de linguistique générale, Paris, Payot.

Searle John, 1969, Speech acts : an essay in the philosophy of language, Cambridge, Cambridge University Press.

Sperber Dan et Wilson Deirdre, 1989, La pertinence, Paris, Minuit.

White Morton, 1963, La pensée sociale en Amérique, trad. M. Levi, Paris, PUF.

Haut de page

Notes

1  Notons que l’ampleur et la richesse des travaux en philosophie pragmatiste en rendaient l’étude exhaustive impossible, surtout si nous avions voulu mettre en évidence les divergences théoriques et conceptuelles. Nous avons donc choisi de nous centrer sur deux auteurs qui, par ailleurs, nous semblent suffisamment représentatifs de ce courant philosophique : John Dewey, d’une part, et Richard Rorty (comme représentant du néo-pragmatisme) d’autre part.

2  Morris, cité par Levinson (1983, p. 1). Une tripartition qu’on pourrait d’ailleurs compléter par la phonologie, soit l’étude des sons du langage.

3  D’ailleurs, Morris travaille dans une perspective sémiotique et cherche à esquisser une théorie générale du signe linguistique, héritage direct de Saussure. Or la sémiotique a pu davantage donner lieu à des développements dans une perspective structuraliste, à la suite de Greimas notamment, peu compatible avec l’approche pragmatique. Rappelons cependant également, à la suite de Levinson, que le travail de Morris est aussi directement influencé par Peirce : point intéressant que de constater que l’un des fondateurs du pragmatisme a initialement donné lieu, sur un plan linguistique, à une réception en sémiotique davantage qu’en pragmatique.

4  L’acte locutoire est celui produit par le simple fait de parler, l’acte illocutoire est l’acte produit en disant quelque chose et l’acte perlocutoire se situerait au niveau des conséquences de l’acte illocutoire (Austin, 1970).

5  « There is only the slightest historical relation between pragmatics and the philosophical doctrines of pragmatism. » (Levinson, 1983, p. 1)

6  On distingue ainsi deux grands types de pragmatique : la première, héritière de Morris, Carnap et Montague, travaillant notamment sur le problème de l’indexicalité, et la seconde, plus tardive, relative aux approches discursives du langage (texte, discours, interaction…).

7  La distinction entre « compétence » et « performance » est une manière de différencier notre connaissance implicite du système de la langue, notre « faculté de langage » innée, de son utilisation effective dans des situations réelles.

8  Un autre candidat intéressant pour penser un tel rapprochement aurait pu être la question des pratiques, que nous n’avons donc pas exclue par manque d’intérêt, mais conformément à la visée de notre article : proposer des pistes et non dresser un tableau exhaustif.

9  Le choix premier des démarches formalistes reste celui d’une langue artificielle, pourvue de symboles en nombre suffisant et de règles de formation et de dérivation permettant d’écrire des expressions.

10  Wittgenstein désigne par ce terme des ressemblances qu’on ne peut précisément pas identifier. Si l’usage de cette formule nous a semblé parfaitement exprimer les rapprochements initiaux que nous opérons entre pragmatique et pragmatisme, nous ne revendiquons pas pour autant la méthode wittgensteinienne qui se définit dans la perspective de sa théorie des « jeux de langage » (voir Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, trad. E. Rigal, Paris, Gallimard, 2005 [1953]).

11  On emploie ici l’idée de discrimination au sens étymologique et positif du terme, soit au sens de dégager des critères, de distinguer.

12  La manière dont Rorty réinterprète la philosophie pragmatiste et en particulier la pensée de Dewey, notamment en la tirant du côté d’un anti-représentationnalisme, est loin de faire l’unanimité, comme en témoignent les critiques formulées par exemple dans un article d’Élise Domenach, 2007, « Arguments transcendantaux et arguments de régression : l’apport du pragmatisme à la réponse naturaliste au scepticisme », L’art du comprendre, n° 16, 2007, p. 71-90.

13  Ou implicitations, dans le cadre d’une théorie globalement inférentielle.

14  Pour une présentation plus complète, voir le chapitre 9, « Stratégie de l’interprète et théorie de l’esprit » (Reboul, Moeschler, 1998).

15  Austin dénonçait déjà cette tendance dans certaines philosophies du langage, d’après la lecture qu’en propose Bruno Ambroise : « Or ce caractère fondateur des usages ordinaires du langage est ce que, paradoxalement, oublie la pragmatique, qui a souvent tendance à vouloir reconstruire a priori les règles de fonctionnement du langage, selon une certaine idée qu’elle se fait de ce qu’il doit être. Généralement, la pragmatique renoue ainsi avec un défaut majeur des philosophies dénoncées par Austin : la volonté de généralisation, qui masque la spécificité que les faits présentent dans leur diversité. Elle s’avère ainsi atteinte de cécité à l’égard du langage lui-même. » (2007, p. 10)

16  C’est sans doute Richard Rorty qui a le plus fait les frais de l’accusation de relativisme en même temps qu’il s’est toujours attaché à y répondre avec sérieux (Rorty, 1994, p. 57-80).

17  Par « enquête longitudinale », on fait référence par exemple à l’enquête de Labov à Martha’s Vineyard, ou en France, à celles du dialectologue Gauchat, qui se sont déployées sur des durées relativement longues afin de mesurer les évolutions des pratiques langagières au sein d’une communauté à peu près homogène.

18  Barthélémy et Quéré, « Introduction » (Garfinkel, 2007, p. 10).

19  Notons l’explication que donne à ce propos Catherine Kerbrat-Orecchioni (2001, p. 53) : « Négligés par la perspective classique, ces deux aspects du fonctionnement des actes de langage [le contexte et l’organisation séquentielle des tours de parole] sont au contraire considérés comme centraux par les courants pragmatiques qui se sont développés dans le champ de la linguistique interactionniste (d’inspiration plutôt sociologique, alors que la pragmatique austino-searlienne est plutôt d’inspiration philosophique, ceci expliquant évidemment cela). » Mais le problème principal est celui de l’importance accordée au langage par les fondateurs de l’analyse conversationnelle, qui ne lui ont pas toujours accordé la primauté dans l’analyse, tandis que des recherches ultérieures, tenant compte de ces nombreux acquis, se définissent à proprement parler comme linguistiques. Pour une présentation de ces questions, voir Mondada (2000b, p. 23-42).

20  Introduit notamment par Suchman dans Plans and Situated Actions : The Problem of Human-Machine Communication (Cambridge, Cambridge University Press, 1987) et développé en France par Louis Quéré, Bernard Conein, Laurent Thévenot ou Daniel Cefaï, ou encore, en Suisse, autour de Jean Widmer.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Kreplak et Cécile Lavergne, « Les pragmatiques à l’épreuve du pragmatisme. Esquisse d’un « air de famille » », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 24 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/713 ; DOI : 10.4000/traces.713

Haut de page

Auteurs

Yaël Kreplak

Master 2 en linguistique, ENS LSH

Articles du même auteur

Cécile Lavergne

Doctorante en philosophie à l’Équipe d’accueil sociologie et philosophie politiques (SOPHIAPOL), et AMN à l’Université Nanterre – Paris 10

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page