Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Dossier traduction

Présentation du dossier

Introduction
Anaïs Albert et Clyde Plumauzille
p. 167-172

Texte intégral

  • 1 L’article original est paru en 1992, sous le titre « Women and the world of the Annales » dans His (...)

1Le texte publié ci-après est la traduction d’un article de Natalie Zemon Davis, paru en 1992 dans la revue anglaise History Workshop Journal1. L’historienne y étudie le rôle joué par de nombreuses femmes – épouses, collaboratrices ou chercheuses – dans le développement de l’école française des Annales, jusqu’alors identifiée uniquement à des figures masculines, particulièrement celles de Marc Bloch et de Lucien Febvre. L’oubli de ces femmes et du rôle majeur qu’elles ont tenu, soutient l’historienne, est le résultat de configurations de pouvoir qui maintiennent dans l’ombre l’activité intellectuelle des femmes que l’auteure se propose a contrario de mettre au jour.

2Natalie Zemon Davis, éminente historienne moderniste de la France, professeure à l’université de Princeton et à l’université de Toronto, est revenue dans plusieurs écrits sur son parcours et sa méthode de recherche (Davis, 1997b et 2004). Issue d’une famille juive émigrée aux États-Unis, elle a connu personnellement la chasse aux sorcières maccarthyste, dont a été victime son mari le mathématicien Chandler Davis : elle fut privée de son passeport et de recherche en archives en France dans les années 1950. Elle a pourtant soutenu sa thèse consacrée aux compagnons imprimeurs lyonnais du xvie siècle (Davis, 1959), avant d’élargir peu à peu ses recherches à l’histoire sociale et culturelle de la France et de l’Europe du xvisiècle, avec une attention constante aux cultures populaires. Cette dimension des recherches de Natalie Zemon Davis est bien connue en France (Gaudillat, 2004), où ont été traduits six de ses ouvrages, notamment Les cultures du peuple : rituels, savoirs et résistances au xvie siècle (1979), Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle (1988a), Juive, catholique, protestante : trois femmes en marge au xviie siècle (1997a), Essai sur le don dans la France du xvie siècle (2003) et enfin récemment Léon l’Africain : un voyageur entre deux mondes (2007). Elle a également acquis une certaine notoriété auprès du grand public en participant, comme conseillère, à la réalisation du film Le retour de Martin Guerre (Vigne, 1982), expérience qui la pousse à écrire un livre d’histoire sur ce cas d’usurpation d’identité dans le Languedoc du xvie siècle (Davis, 1982). Là encore, c’est de la vision de la femme de Martin Guerre, trop souvent présentée comme une simple épouse dupée, dont Zemon Davis rend compte.

  • 2 Elle écrit ainsi dès 1976, « nous devrions nous intéresser à l’histoire aussi bien des hommes que (...)

3Natalie Zemon Davis est de fait une pionnière de l’histoire des femmes. Véritable passeuse intellectuelle entre les États-Unis et la France, elle a, selon Michelle Perrot, « ouvert la voie, par ses articles novateurs, les premiers séminaires, les premiers livres sur les femmes ; son rayonnement a fait beaucoup pour la “respectabilité” d’un domaine qu’elle refusait de voir reléguer au rang de “subaltern studies” » (Perrot, 2014, p. 32). L’historienne américaine dirige d’ailleurs en 1991, avec Arlette Farge, le troisième tome de la grande synthèse Histoire des femmes en Occident, consacré à l’époque moderne (Davis et Farge éd., 1991). Elle est également l’une des introductrices en France du concept de genre, qu’elle contribue à définir dans deux articles fondateurs (Davis, 1976, 1980). Elle s’y attache à démontrer l’importance d’une histoire relationnelle entre les sexes qui prend en compte les rapports de pouvoir entre les hommes et les femmes2. Ces réflexions sont l’une des sources d’inspiration du célèbre article de Joan Scott « Genre : une catégorie utile de l’analyse historique » (Scott, 1988) dont la traduction lance le débat autour de ce concept en France.

  • 3 Christelle Rabier réfléchit également depuis plusieurs années aux discriminations qui affectent le (...)

4Enfin, l’attention que Zemon Davis porte à l’histoire des femmes et du genre a nourri, à côté de ses études sur l’époque moderne, des travaux moins connus sur les rapports de genre dans la discipline historique à l’époque contemporaine, qui contribuent largement à une histoire sociale renouvelée du travail intellectuel. L’historienne consacre en 1988 un premier article au courant des Annales, où elle réfléchit à la transmission parmi les écoles historiques d’avant-garde. Elle compare les figures du Français Marc Bloch et de la Britannique Eileen Power : l’école des Annales de l’entre-deux-guerres lui apparaît alors comme un groupe intellectuel uniquement masculin, ce qu’elle nomme une « fraternité masculine » (« a sodality of brothers », Davis, 1988b, p. 23). Zemon Davis revient sur cette conclusion dans un deuxième article que Christelle Rabier traduit dans ce numéro et lui apporte un correctif de taille : les Annales sont bien en apparence une sodalité de frères, mais « cette dernière repose singulièrement sur le travail bénévole ou rémunéré de femmes bien éduquées » (Davis, 2017). À l’appui de cette thèse, Natalie Zemon Davis présente la trajectoire personnelle et intellectuelle de douze femmes qui ont, à des titres divers, collaboré à la revue des Annales. On découvre, à travers ce portrait collectif, des intellectuelles méconnues ou oubliées dont les noms méritent d’être ici à nouveau cités : Lucie Varga, Suzanne Dognon (épouse Febvre), Simone Vidal (épouse Bloch), Rose Brua Celli, Henriette Psichari, Thérèse Sclafert, Yvonne Bézard, Eugénie Droz, Hélène Metzger, Germaine Rouillard, Marie-Louise Sjœstedt et enfin Paule Pradel (épouse Braudel). En exhumant ces femmes de l’oubli historien, par l’analyse de leurs stratégies de survie intellectuelle et leur apport à la discipline historique, Zemon Davis leur rend hommage. À son tour, par une traduction élégante, Christelle Rabier, historienne de la médicalisation de l’Europe moderne, rend hommage à ces femmes et à leur porte-parole3.

5Natalie Zemon Davis met d’abord en lumière la masse de travail effectuée par une partie de ces femmes, contre rémunération certes, mais sans reconnaissance symbolique : Lucie Varga, par exemple, en tant qu’assistante de Febvre, rédige pour lui des notes bibliographiques qu’il utilise ensuite dans ses cours au Collège de France ou qu’il transforme en comptes rendus, signés de son seul nom. Symbole de cette invisibilisation du travail intellectuel féminin, entre 1929 et 1944, seules deux femmes (Lucie Varga et Thérèse Sclafert) publient des articles dans la revue des Annales. L’historienne américaine met également en valeur, de façon encore plus frappante, le travail gratuit des épouses des historiens des Annales, qui ont toutes reçu une éducation supérieure avancée, disposant des compétences techniques exigées par la discipline historique (dépouillement d’archives, paléographie ou relecture des manuscrits). Suzanne Febvre a fait ses études à l’École normale supérieure de Sèvres, elle est agrégée d’histoire, commence une thèse de doctorat qu’elle interrompt à la naissance de son premier enfant. Simone Bloch relit tous les manuscrits de Marc Bloch, sans jamais être citée, ni remerciée. Paule Braudel, enfin, apprend à déchiffrer l’écriture du xvie siècle, se rend aux archives avec son époux et nourrit la réflexion de ce dernier par des discussions stimulantes. Au-delà de ces tâches de recherche historique, une part de leur travail domestique est également tournée vers la réussite de leurs conjoints, dont elles entretiennent les réseaux intellectuels à travers l’organisation de dîners ou par leur sociabilité informelle lorsqu’elles les accompagnent dans des voyages à l’étranger. Cet article révèle, de façon crue, la très grande difficulté pour les femmes à exister pour elles-mêmes comme intellectuelles dans la France de l’entre-deux-guerres, à la fois sur le plan matériel et sur le plan symbolique, voire, dans le cas de Lucie Varga et d’Hélène Metzger, à survivre tout court. Natalie Zemon Davis souligne les frontières de genre du travail universitaire et rend tangible le rapport de pouvoir qui invisibilise l’apport des femmes à la recherche historique pour ne laisser dans la lumière de la postérité que des noms masculins.

6Face à ces « silences de l’histoire » (Perrot, 1998), la méthode de recherche mise en œuvre par l’historienne se révèle d’une grande subtilité, alliant la quête inlassable des sources et l’usage de l’intuition. Natalie Zemon Davis a été très influencée par sa rencontre intellectuelle avec Michel de Certeau (Davis, 2004) et par la manière dont ce dernier fait émerger des paroles oubliées. La méthode employée apparaît particulièrement à la lecture des très riches notes de bas de page, qui sont presque aussi longues que le corps du texte et que nous avons fait le choix de conserver, quasiment dans leur intégralité. Ce « deuxième texte » constitue en effet une sorte de mise en abyme de l’article principal : tandis que le corps de l’article décrit pas à pas l’effacement des femmes dans le monde masculin des Annales, les notes de bas de pages travaillent inlassablement à les réhabiliter et à leur donner la parole, ainsi qu’à tous les acteurs auxiliaires de cette histoire (comme les bibliothécaires ou les membres de la famille des historiens), toujours remerciés par l’autrice. On y trouve également cités les remerciements que ces intellectuelles adressent dans leurs ouvrages à leurs parents et à leurs proches, telle Lucie Varga qui dédie sa thèse à sa mère. Il s’agit là bien sûr d’une méthode classique, en histoire intellectuelle, pour reconstituer les réseaux de sociabilité. Mais l’on ne peut s’empêcher d’y voir une malicieuse manière pour Natalie Zemon Davis de tendre, à travers le temps, un miroir inversé à Marc Bloch ou à Fernand Braudel qui n’ont jamais remercié officiellement leurs épouses pour leur participation à l’élaboration de leurs célèbres ouvrages…

7La publication de cet article en 1992 n’a rencontré, de l’avis même de Natalie Zemon Davis, que peu d’écho en France et n’a pas suscité de réaction particulière de la part de la rédaction des Annales. Pour accompagner sa traduction, nous avons le plaisir de publier un texte d’Étienne Anheim, l’actuel directeur de la revue, intitulé « Genre, publication et travail éditorial. L’exemple de la revue Annales. Histoire, Sciences sociales ». L’auteur prolonge l’analyse de l’historienne américaine de l’après-guerre jusqu’à aujourd’hui, mettant en lumière la progressive féminisation des auteurs publiés par la revue ainsi que celle du comité de rédaction, ainsi que la place de l’histoire des femmes, puis du genre, dans les numéros. Il s’y livre surtout à une réflexion poussée sur les enjeux et les raisons de la parité dans le monde éditorial, entre cause politique et légitimité scientifique. La revue Tracés se réjouit donc d’avoir pu établir dans ce dossier un dialogue, entre revues et entre époques, sur la question fondamentale des frontières de genre du travail intellectuel. Nous ne pouvons qu’espérer que ces textes ouvriront un plus large débat sur la question de la parité dans le monde de la production et de l’édition scientifique.

Haut de page

Bibliographie

Davis Natalie Z., 1959, Protestantism and the Printing Workers of Lyons : A Study in the Problem of Religion and Social Class during the Reformation, PhD, université du Michigan.

— 1976, « Women’s history in transition : The European case », Feminist studies, vol. 3, no 3-4, p. 85-103.

— 1979 [1975], Les Cultures du peuple. Rituels, savoirs et résistances au 16e siècle, Paris, Aubier Montaigne.

— 1980, « Gender and genre : Women as historical writers, 1400-1820 », Beyond their Sex : Learned Women of the European Past, P. H. Labalme éd., New York, New York University Press, p. 153-182.

— 1982, Le retour de Martin Guerre, Paris, Robert Laffont.

— 1988a [1987], Pour sauver sa vie. Les récits de pardon au xvie siècle, Paris, Le Seuil.

— 1988b, « History’s two bodies », American Historical Review, no 93, p. 1-30.

— 1997a [1995], Juive, catholique, protestante : trois femmes en marge au xviie siècle, Paris, Le Seuil.

— 1997b, A Life of Learning. Charles Homer Haskins Lecture for 1997 [en ligne], New York, American Council of Learned Societies, [URL : https://www.acls.org/uploadedFiles/Publications/OP/Haskins/1997_NatalieZemonDavis.pdf], consulté le 14 janvier 2017.

— 2003 [2000], Essai sur le don dans la France du xvie siècle, Paris, Le Seuil.

— 2004, L’histoire tout feu tout flamme, entretiens avec Denis Crouzet, Paris, Albin Michel.

— 2007 [2006], Léon l’Africain : un voyageur entre deux mondes, Paris, Payot et Rivages.

— 2017 [1992], « Les femmes et le monde des Annales », Tracés, no 32.

Davis Natalie Z. et Farge Arlette éd., 1991, Histoire des femmes en Occident, t. 3, xvie-xviiie siècles, Paris, Plon.

Gaudillat Stéphanie, 2004, « Une américaine à Lyon : réceptions des travaux de Natalie Zemon Davis en France », Interkultureller Transfer und nationaler Eigensinn, Europäische und anglo-amerikanische Positionen der Kulturwissenschafte, R. Habermas et R. von Mallinckrodt éd., Göttingen, Wallstein Verlag.

Perrot Michelle, 1998, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion.

— 2014, « Histoire des femmes, histoire du genre », Travail, genre et sociétés, no 31, p. 29-33.

Scott Joan, 1988 [1986], « Genre : une catégorie utile d’analyse historique », Cahiers du GRIF, no 37-38, p. 125-153.

Vigne Daniel, 1982, Le retour de Martin Guerre, 122 minutes.

Haut de page

Notes

1 L’article original est paru en 1992, sous le titre « Women and the world of the Annales » dans History Workshop, no 33, p. 121-137. Nous remercions Natalie Zemon Davis et l’équipe éditoriale de la revue History Workshop Journal pour leur engagement et leur soutien financier en vue de la diffusion de ce texte en français.

2 Elle écrit ainsi dès 1976, « nous devrions nous intéresser à l’histoire aussi bien des hommes que des femmes et nous ne devrions pas travailler seulement sur le sexe opprimé » (Davis, 1976, p. 90).

3 Christelle Rabier réfléchit également depuis plusieurs années aux discriminations qui affectent les conditions de travail des universitaires, particulièrement en sciences sociales et sous le prisme du genre. Voir le blog d’information sur l’emploi dans l’enseignement supérieur Academia [en ligne], [URL : http://academia.hypotheses.org/], consulté le 17 janvier 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Albert et Clyde Plumauzille, « Présentation du dossier », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://traces.revues.org/6901

Haut de page

Auteurs

Anaïs Albert

Centre d’histoire du XIXe siècle, université Paris 1

Articles du même auteur

Clyde Plumauzille

Centre de recherches historiques, EHESS, et Institut Émilie du Châtelet

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page