Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Le travail re-productif des femmes : le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en France

Women’s reproductive work: the case of Assisted Reproductive Technology processes in France
Irène-Lucile Hertzog
p. 111-132

Résumés

À partir d’une enquête qualitative menée auprès de femmes professionnellement actives engagées dans des parcours de fécondation in vitro, cet article montre comment l’assistance médicale à la procréation (AMP), en arraisonnant le corps des femmes à un contrôle biomédical auquel tout le reste doit être suspendu, fait surgir chez elles l’idée d’un travail reproductif. La charge corporelle et mentale propre au suivi de protocoles d’AMP bouscule en effet les représentations des femmes au sujet des tâches procréatives. Faire un enfant ne va plus de soi et implique, tant physiquement que symboliquement et émotionnellement, un travail de santé chronophage et coûteux qui interroge la division genrée entre sphères productive et reproductive.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je reprends ces deux expressions à l’une de mes enquêtées, Laure, trente-quatre ans, professeure. (...)

1À l’entrée dans les centres d’assistance médicale à la procréation (AMP), les femmes se disent toutes animées par l’espoir de devenir mères au plus vite grâce à l’intervention de la médecine procréative ; à l’issue de leur parcours médicalisé, elles prennent la mesure du travail à fournir, de l’aliénation de leur temps et de leur corps au point d’éprouver parfois la nécessité de « prendre une année sabbatique de l’hôpital ». La conception d’un enfant par AMP révèle en effet aux femmes l’idée que la « fabrique »1 d’un enfant peut relever d’un travail quand, pourtant, rien ne les prédisposait à le penser.

  • 2 En France, 60 % des femmes consulteraient régulièrement un ou une gynécologue (Guyard, 2008).

2Loin de l’idée de travail, la procréation se formule comme une évidence, adossée à une « convention de genre » (Letablier et Nicole-Drancourt, 2007) : l’opposition et la hiérarchisation de la sphère productive – activités liées à la production marchande de biens et de services – et de la sphère reproductive – activités consacrées à la reproduction biologique de l’être humain et de sa force de travail – (Fusulier et Nicole-Drancourt, 2015) rendent invisibles les tâches procréatives, encloses dans une enceinte familiale dont les femmes auraient naturellement la garde. Tout un système de genre s’est effectivement mis en place avec l’appui d’une science qui, loin d’être neutre (Löwy, 2004 ; Gardey, 2006), apporte son crédit à la vision binaire des sexes (Laqueur, 1992), à l’hétéronormativité et à la répartition des rôles dans la reproduction (Rouch, 2011). La naturalisation de la maternité et des tâches procréatives qui lui incombent entérine ainsi l’idée d’un instinct maternel (Mathieu, 1973) prenant la forme contemporaine d’un « désir d’enfant » (Delphy, 2002 ; Touraille, 2011) socialement entretenu pour se conjuguer essentiellement au féminin. Coutumières des consultations gynécologiques2 – ou, à tout le moins, censées l’être – les femmes intègrent l’idée d’une surveillance de leur aptitude procréative, ainsi que d’une possible assistance médicale en cas d’infertilité de leur couple.

3Les tâches associées à la procréation et à la production d’enfants, réalisées « non pas pour soi mais pour d’autres et toujours au nom de la nature, de l’amour ou du devoir maternel » (Kergoat, 2000, p. 37), sont dès lors reléguées à un hors travail qu’il s’agit ici de déconstruire. La conception de la reproduction comme travail n’est pourtant pas nouvelle et s’inscrit dans la lignée de la contestation féministe de l’invisibilisation du travail domestique des femmes. L’élargissement du concept de travail « au travail non salarié, non rémunéré, non marchand, au travail informel » (Hirata et Zarifian, 2000, p. 246) engage alors de multiples discussions et controverses sur l’articulation des sphères productive et reproductive (Vandelac, 1981 ; Collectif, 1984 ; De Vilaine et al. éd., 1986 ; Combes, 1988) et sur la reproduction comme activité productive (Devreux, 1988 ; Daune-Richard et Devreux, 1992 ; Tabet, 1998). Redécouvrir le concept de travail reproductif permet donc de mettre en lumière les tâches les plus ordinaires – incombant généralement aux femmes – de la maîtrise et de l’entretien des fertilités, de la gestation, de l’enfantement et de la prise en charge des enfants.

  • 3 Le tiret de re-production cherche à attirer l’attention des lecteurs et des lectrices sur l’idée q (...)

4Dans la lignée du féminisme matérialiste français, cet article souhaite exposer le cheminement qui conduit les femmes engagées dans une AMP à envisager la production des enfants sous les contours du travail. « La fonction sociale de reproductrice » (Devreux, 1988, p. 161) reste effectivement un impensé sociohistorique tant la grossesse est considérée « comme un état naturel, évident au point qu’il n’est ni nécessaire, ni légitime d’en parler » (ibid.). Envisager le travail du « corps reproducteur » (Tain, 2013) dans l’AMP, c’est donc pénétrer dans les coulisses d’un « théâtre d’avant-monde » (Serres, 1985, p. 27) genré où l’organisation biomédicale de la prise en charge des infertilités suppose un vrai travail de la part des femmes, qui entre parfois même en concurrence avec leur activité professionnelle. La mise en lumière de ce travail de l’ombre, le plus intimement lié au corps, suppose de considérer « l’activité de reproduction comme un travail, au même titre que le travail de production » (Löwy et al., 2014, p. 8), et de refuser la prétendue asymétrie entre la production des biens et la production des êtres (Combes, 1988 ; Satz, 1992). Le processus de re-production3 de l’espèce humaine répond en ce sens parfaitement à la définition que donne Marx du travail comme mise en mouvement volontaire, par les êtres humains, de leur force physique visant intentionnellement à agir sur la matière naturelle pour se l’approprier sous une forme utile à la vie (Marx, 1983).

Tableau 1. Tableau récapitulatif des caractéristiques des personnes citées dans l’article

Enquêtée Âge Situation familiale Origine sociale Diplôme Profession Cause infertilité Nombre de FIV
Laure 34 ans Pacsée Milieu populaire Capes Professeure Endométriose 2
Virginie 38 ans Mariée Milieu populaire CAP Coiffeuse Faible réserve ovarienne 3
Flavie 27 ans Mariée Milieu populaire CAP En formation Endométriose 1
Justine 35 ans Mariée Classes moyennes Bac +5 Cadre sup Infertilité inexpliquée 4
Nathalie 35 ans Mariée Milieu populaire Niveau BTS Agente administrative Maladie génétique du mari 2
Stéphanie 39 ans Mariée Milieu populaire Bac pro Agente administrative hospitalière Hypofertilité liée à l'âge 3
Sylvie 34 ans Mariée Classes moyennes Bac +3 Assistante commerciale Ovaires polykystiques 2
Suzanne 28 ans Mariée Milieu populaire Bac pro Manutentionnaire Infertilité inexpliquée 2
Audrey 36 ans Mariée Classes moyennes Capes Professeure des écoles Maladie génétique 2
Mélanie 30 ans Mariée Classes moyennes DUT RH Fonction publique hospitalière Endométriose 2
Odile 38 ans Mariée Milieu populaire Bac pro Secrétaire de mairie Endométriose 3
Sophie 36 ans Mariée Non renseigné BTS Assistante de direction Grossesses extra-utérines 3
Anne 38 ans Mariée Classes supérieures Capes Professeure des écoles Problèmes hormonaux liés à son diabète 5
Coralie 24 ans Pacsée Classes moyennes Bac Caissière Oligospermie du partenaire 1
Delphine 40 ans Mariée Milieu populaire BTS Cadre sup Hypofertilité liée à l'âge + Oligospermie 4
Claudie 27 ans En couple Milieu populaire BEP Femme de ménage Trompe bouchée + Oligospermie 2

5À partir d’une analyse sociologique du vécu de femmes engagées dans des parcours d’AMP (voir tableau), il s’agira donc de questionner les frontières du travail ordinairement restreint, dans les sociétés salariales, aux tâches dites productives. Les femmes, dans le quotidien de leur prise en charge biomédicale, prennent peu à peu conscience de leur corps procréateur comme d’un véritable outil de travail aux efforts rarement gratifiés et souvent invisibilisés. Dans un premier temps, l’article montrera ce qui fait affleurer, avec force précautions oratoires de la part des patientes des services d’AMP, l’idée d’un travail re-productif pour se concentrer, dans un second moment, sur les coûts matériels, symboliques et émotionnels de ce travail d’un genre bien particulier.

  • 4 L’utilisation des techniques d’AMP en France est encadrée par la loi no 94-654 du 24 juillet 1994 (...)
  • 5 Je tiens à souligner ici à quel point ma réflexion est redevable aux multiples échanges sur la not (...)
  • 6 Ces stratégies sont en effet déterminées par leur milieu socioculturel, leur niveau d’étude, le st (...)
Encadré méthodologique
Mon analyse s’appuie sur les résultats d’une enquête qualitative menée de 2010 à 2014 dans quatre centres d’AMP français (Polyclinique du Cotentin, CHU de Caen, CHU d’Angers et hôpital Béclère de Clamart) auprès de femmes engagées concomitamment dans des protocoles de fécondation in vitro (FIV) et dans une activité professionnelle (Hertzog, 2016). J’ai mené trente-deux entretiens semi-directifs avec des patientes confrontées à l’infertilité de leur couple. Rappelons qu’en France, seule l’infertilité diagnostiquée d’un couple hétérosexuel en âge de procréer est effectivement prise en charge médicalement4 et que, quelle que soit l’origine de l’infertilité, les femmes suivent un traitement s’étalant de manière intensive sur une quinzaine de jours par tentative de FIV, quand la présence de leur partenaire dans les centres d’AMP n’est requise que deux demi-journées, le jour du recueil de sperme et le jour de la réimplantation embryonnaire. Mettre le focus sur l’actrice principale de la médecine procréative, c’est ainsi pointer une division sexuée du travail re-productif médicalement assisté (Rozée et Mazuy, 2012) s’inscrivant d’ailleurs dans une gestion globale des fertilités par les femmes5.
Dans ma recherche, la maternité rime d’emblée avec la « production des enfants » et ce qu’elle implique. La dimension corporelle et matérielle de cette « fabrique des enfants » est rendue visible, discutée, organisée, parfois même mesurée en temps de déplacement, en nombre de piqûres, d’échographies et de prises de sang, ou encore en coût financier, contrairement à ce qui se passe dans les conceptions naturelles où le travail re-productif est invisible, insu, et considéré comme allant de soi. Choisir comme objet de recherche le travail re-productif médicalement assisté et son articulation avec le monde de la production marchande, c’est de surcroît être confrontée à l’hétérogénéité d’espaces et de temps sociaux qui engage lourdement, tant par la charge mentale que par l’investissement corporel et matériel, l’énergie des femmes qui souhaitent mener de front activité professionnelle et travail re-productif. Sans rentrer dans le détail des stratégies différenciées6 mobilisées par les femmes face à leur hiérarchie ou leurs collègues pour articuler vie professionnelle et engagement dans des protocoles de FIV, l’accent sera mis ici sur un ordinaire des parcours d’AMP impliquant une charge de travail extraordinaire.

Du désir d’enfant au travail re-productif

6La disponibilité totale requise par l’engagement dans un protocole de FIV ne pose problème, en théorie, ni aux médecins, ni aux patientes. Toutes et tous se retrouvent, au nom du désir d’enfant des femmes, autour de l’image de la future mère donnant déjà de son temps, de son énergie, de sa patience dans une sorte d’initiation propédeutique au rôle de la bonne mère. Se profile ici une exigence de conformité au système de genre qui, même si elle n’est jamais clairement formulée, normalise au féminin oubli de soi et don de son temps pour ses (futurs) enfants.

Le système de genre repose sur [une] construction du rapport au temps : la naturalisation des compétences dites féminines s’appuie sur une temporalité basée sur le rapport à l’autre et l’engagement dans la durée. Cette temporalité induit des dispositions pratiques et morales, telles que la responsabilité, l’attention, l’anticipation, le souci, en bref ce qu’englobe ce qu’il est maintenant convenu d’appeler le care, et que les sociologues des rapports sociaux de sexe appréhend[ent] d’une certaine façon autour de la notion de reproduction. (Bessin et Gaudart, 2009, p. 6)

7Considérer le processus gestationnel comme un travail relevant d’une logique productive heurte donc inévitablement les représentations de la maternité adossées plus volontiers aux logiques essentialisantes du don de soi, de l’amour et de la disponibilité inconditionnelle à cet autre qu’est l’enfant (Cresson et Romito, 1993 ; Bloch et Buisson, 1999). Cette idéologie naturaliste réservée à la seule classe des femmes continue de s’imposer communément aujourd’hui (Mathieu, 1973 ; Guillaumin, 1978 ; Tabet, 1998). Ainsi grossesse, accouchement, allaitement sont-ils considérés comme des mécanismes biologiques et physiologiques qui œuvreraient sans le concours direct des femmes : la dépense d’énergie, la charge de travail physique mais aussi la charge mentale sont presque systématiquement rendues invisibles, niant par là l’idée que la production d’enfant, comme toute production, « nécessite un investissement en travail, en temps et en savoir-faire » (Praz et al., 2011, p. 4).

L’intériorité du processus est de toute évidence un obstacle pour concevoir la gestation comme un travail. […] “C’est un travail pour le corps, mais pas pour la mère” [diront-elles], séparant ainsi d’elles-mêmes leur corps de leur personne, dichotomie dans la pensée qui ne fait qu’attester l’efficacité des représentations naturalistes du corps des femmes. (Daune-Richard et Devreux, 1992, p. 16)

8Effectivement, les femmes engagées dans une AMP ne s’autorisent pas à relever la charge de travail physique qu’impliquent les protocoles de fécondation in vitro (FIV). La plupart euphémisent les efforts consentis en s’excusant, par la formule récurrente quand même, de souligner le processus laborieux de ce qui est censé aller de soi :

Oui, et puis le corps travaille quand même… et la tête aussi ! (Virginie, trente-huit ans, coiffeuse)
Et puis, ils travaillent quand même pas mal, les ovaires. (Flavie, vingt-sept ans, en préparation d’un CAP d’esthétique)
Ben… c’est pas évident, parce qu’on se dit : « C’est des piqûres, des efforts ». Bon, c’est pas trop dur mais on malmène son corps quand même. (Justine, trente-cinq ans, cadre supérieure)
Si on a le traitement, ça nous puise quand même… C’est vrai que les traitements, ça travaille quand même, hein, ça travaille… (Nathalie, trente-cinq ans, agente administrative)

9Lorsque les enquêtées minimisent ainsi la pénibilité des protocoles de FIV, l’implication corporelle et mentale mais aussi l’intentionnalité requise par la gestion quotidienne du parcours médicalisé devant s’articuler avec toutes les autres dimensions de leur vie sociale, elles tournent finalement autour de la notion de travail re-productif sans se permettre de l’utiliser. Au-delà de leurs milieux d’origine et des rapports sociaux, Virginie, Flavie, Justine et Nathalie reconnaissent « être en travail » mais non pas travailler, pour paraphraser Louise Vandelac (1981, p. 74).

10Pourtant, dans l’AMP, les corps s’épuisent et la fatigue s’expose, fissurant, certes avec des précautions oratoires, l’opposition binaire production-reproduction comme le révèlent les propos de Stéphanie (trente-neuf ans, agente administrative).

Ils [ses parents] s’imaginaient pas que c’était aussi contraignant, aussi fatigant, parce que le traitement est lourd, donc, des fois, on est fatiguée. Là, j’ai rien fait de la semaine, mais j’ai été fatiguée comme si j’avais travaillé.

11La comparaison tout en retenue entre la charge physique et mentale liée au suivi d’un protocole de FIV et celle que produit l’exercice d’une activité professionnelle attire l’attention sur l’usage du corps procréateur comme s’il s’agissait d’une force de travail destinée à produire des enfants.

12Entre le quand même et le comme si, s’exprime en fait toute l’ambivalence des femmes engagées dans un travail re-productif médicalement assisté. Elles sont promptes à invoquer et à naturaliser la force d’un désir d’enfant qui les pousse à accepter un cadre médicalisé toujours présenté, toutefois, comme contraignant, mais elles ne peuvent que reconnaître la charge de travail que ce dernier représente, sans oser réellement la désigner comme du vrai travail. Leur engagement dans l’AMP exacerbe néanmoins leur conscience du caractère productif de cette implication physique, intellectuelle et émotionnelle à la mesure d’une fatigue grandissant au fil des traitements. Seule Sylvie (trente-quatre ans, assistante commerciale export) considère que derrière l’expression galvaudée de « parcours du combattant » se cache clairement un travail. La technique médicale – et la fascination qu’elle génère – occulte en effet la part d’énergie, de détermination, de contrôle du corps et du « mental » nécessaire aux femmes. L’exposition du travail des gynécologues qui, par un monitoring programment et échographient le corps des patientes, ainsi que le travail des biologistes qui analysent le sang et observent la qualité des gamètes, priment finalement sur le travail re-productif des femmes elles-mêmes. Pourtant, contrairement aux gestations ordinaires, celui-ci n’est plus totalement intérieur et invisible.

Les choses ne sont pas assez bien amenées […], puis avec des aspects qui sont totalement cachés, quoi. […] on néglige totalement le mental, le travail, enfin, tout ce qui fait qu’on appelle ça « le parcours du combattant ». Si on l’appelle comme ça, c’est pas pour rien ! Oui, ça mérite d’être un peu plus exposé.

13Le mot est cette fois-ci lâché sans détour : les protocoles d’AMP supposent un véritable travail re-productif de la part des femmes qui engage tant une dépense d’énergie qu’une volonté qui se fixe intentionnellement une fin (devenir mère) en recourant aux moyens (les nouvelles techniques de reproduction) qui semblent, dans le contexte socio-économique contemporain, les plus adéquats. On retrouve donc bien la définition marxienne du travail reprise par Paola Tabet (1998) dans ses analyses de la re-production comme travail.

La gestion de la reproduction transforme la procréation, d’activité naturelle qu’elle était, en travail. Sa non-naturalité se manifeste dès les formes les plus simples d’intervention (dès l’intentionnalité même). Et de plus apparaît aussi le caractère social, socialement organisé, du travail reproductif. Par ce travail, l’humanité modifie directement la nature propre de l’espèce et, au sens plein, se transforme elle-même. (Tabet, 1998, p. 159)

14Un vocabulaire propre au monde du travail fait d’ailleurs irruption de manière inopinée dans les propos des enquêtées, comme lorsque Mathilde (trente-deux ans, cadre supérieure dans une banque d’investissement) évoque un véritable « entretien d’embauche » en amont de l’acceptation du dossier médical de son couple.

À ce moment-là, on a postulé chez Béclère et on a été pris. […] On s’est dit : « Bon, comme ça, c’est fait, ils sont censés être très bien. »

15Dans une logique où le travail doit être bien fait, corps médical et corps féminins se doivent effectivement de travailler de concert : reste dès lors à « postuler » là où les conditions de travail sont réputées être les meilleures, où l’efficacité est attestée par des taux de réussite à la hauteur des efforts fournis.

16Dans cette fabrique des enfants par AMP, le travail re-productif, d’ordinaire insu et invisible (Daudelin, 2002), est séquencé, morcelé, objectivé par le monitoring (échographie et prise de sang), quantifié (en nombre de piqûres, en bilans hormonaux), évalué et qualifié de « bon travail » (en fonction du nombre d’ovocytes comptabilisés lors de l’examen échographique). Dans cette « économie de l’abondance » (Rouch, 2011, p. 62) où il s’agit de produire un maximum d’embryons, l’usage inédit d’un corps devenu outil de travail fait peu à peu prendre conscience aux femmes elles-mêmes du travail accompli. Mais lorsque leurs efforts ne portent pas leurs fruits, une véritable « ovaire-dose » s’empare des patientes. En cas d’échec, la lourdeur et surtout la vacuité de leur travail re-productif s’imposent en effet à leur esprit, tout comme l’absurdité de ces « techniques du corps » (Mauss, 1989a) acquises laborieusement par l’enchaînement des traitements. L’ordinaire du parcours d’AMP finit dès lors par paraître extraordinaire, hors-norme, voire insupportable, d’autant qu’il n’est pas directement corrélé à un travail destiné à prendre soin d’une personne incarnée, mais se résume à une production de gamètes et d’embryons en quantité et en qualité suffisantes.

17S’il « ne fait pas de doute que pour beaucoup de mères la disponibilité à leur enfant implique des récompenses intrinsèques : l’intimité avec le bébé pendant les soins, la conviction de répondre au mieux à ses besoins, etc. » (Cresson et Romito, 1993, p. 48), le travail re-productif médicalement assisté n’est pas nécessairement, quant à lui, porté par la dimension gratifiante de la maternité. Se donner au travail implique un retour matériel ou symbolique, instituant l’humanité d’un lien à l’autre (Mauss, 1989b). Or rien de tel pour celles qui n’arrivent plus à voir derrière leur engagement dans des protocoles d’AMP que l’aliénation de leur corps à une logique biomédicale rivée à des considérations techniques et productives totalement désincarnées. Le cri de révolte de Suzanne (vingt-huit ans, manutentionnaire dans un supermarché) est significatif du ras-le-bol de certaines patientes : « C’est mon corps, quoi. J’en ai marre qu’on… C’est à moi ! »

18Se sentir dépossédée de son propre corps, soumise à des protocoles instrumentalisant ses capacités re-productives au point d’oublier parfois l’objectif initialement poursuivi – devenir mère – suscite des moments de doute où la force du désir d’enfant s’émousse sans qu’il soit facile de le formuler clairement. Il faut dire que l’AMP exacerbe une confusion déjà présente dans toutes les formes de travail domestique.

Cette difficulté à nommer ce qui tient de la maternité et de la reproduction est démultipliée quand on essaie de parler de cet enchevêtrement de la sexualité, du travail, de l’amour, de la procréation, que constitue la reproduction domestique. (Vandelac et al., 1987)

19Pour autant, certaines osent dire à quel point leur engagement dans des parcours d’AMP finit par perdre de son sens, comme Audrey (trente-six ans, professeure des écoles) :

Des fois, je quittais l’hôpital et je me demandais : « Mais pourquoi je suis là ? » Ouais, en ce moment, quand je me pique, je me dis : « Mais tu vas droit vers ton cancer, c’est tout. » Non, y’a des moments…, le désir peut osciller, franchement.

20Seule Laure (trente-quatre ans, professeure), à l’unisson avec son compagnon, prend ainsi la décision de stopper – certes momentanément – les traitements. Outre la surmédicalisation de son corps re-producteur et le caractère obnubilant d’un emploi du temps où le médical empiète sur les autres pans de l’existence, elle reconnaît avoir été bousculée par la brutalité de l’annonce de l’inanité de son travail re-productif.

On a ouvert le courrier, et on a vu : « Zéro embryon ». Et de voir que tous les espoirs qu’on avait mis dedans… […] Là, le dernier entretien qu’on a eu à Béclère […], quand ils ont dit : « On fait une FIV au mois de septembre », on leur a dit : « Non ». (Laure, 34 ans, professeure)

21De manière surprenante, ce ne sont pas les oscillations du désir d’enfant générées par les parcours d’AMP qui sont susceptibles de favoriser la décision d’arrêter la médicalisation de l’infertilité. Ni Suzanne, ni Audrey n’ont eu en effet la velléité de renoncer à leurs traitements ; elles chercheront toutefois à rendre visibles leurs efforts, leur dépense d’énergie et leur disponibilité. A contrario, le travail acharné qui n’est pas payé en retour par un nombre conséquent d’embryons transférables heurte les représentations de Laure : un travail coûteux en temps, en énergie, un travail bien fait, exigeant de surcroît de réels sacrifices, peut difficilement pour cette enseignante être évalué par un « zéro ».

22L’inanité des efforts fournis et le forçage d’un corps potentiellement perçu comme improductif laissent alors entrevoir aux femmes la démesure des coûts matériels et émotionnels de l’AMP.

L’éprouvante éprouvette ou les coûts du travail re-productif

Le coût financier de l’AMP

  • 7 Le titre de cette partie reprend le titre du documentaire de Nathalie Magnan (1991).
  • 8 Comme le souligne Sylvie Epelboin (2003, p. 12), l’infertilité n’est « ni une maladie de l’homme, (...)

23L’émergence de l’infertilité dans les discours publics est concomitante de la prise en charge sociale, par l’Assurance maladie, de ce qui est aujourd’hui perçu comme un « malheur biologique inacceptable » (Memmi, 2003) pour les couples hétérosexuels7. Dépassant les strictes limites du thérapeutique8, c’est pourtant l’espace d’inscription de la maladie qui lui sert aujourd’hui de cadre de référence. Une fois l’accord donné par la Sécurité sociale pour la prise en charge à 100 %, et jusqu’à leur quarante-troisième année, les patientes n’avancent plus les frais médicaux, dans la limite de six inséminations artificielles et de quatre fécondations in vitro (Rozée et La Rochebrochard, 2010).

24Nombreuses sont les enquêtées du corpus qui, comme Justine (trente-cinq ans, cadre supérieure), soulignent toutefois le coût financier de ce mode de production des enfants qui leur paraît toujours démesuré dès lors qu’il est ramené au statut ambigu de l’infertilité, cet état liminal entre capacité et incapacité totale à procréer (Sandelowski et De Lacey, 2002 ; Chateauneuf, 2011), engageant deux personnes mais ne compromettant la survie d’aucune (Epelboin, 2003).

Je sais pas si c’est vraiment une maladie, parce qu’une maladie, c’est vraiment quelque chose. […] Après, effectivement, c’est très médicalisé. À un moment donné, je culpabilisais en me disant : « Mince, je coûte cher à la sécu ». Ben oui, c’est quand même un creux, ça coûte cher, quand on voit le prix des traitements. J’ai demandé par curiosité une fois une ordonnance où j’avais plein de trucs, combien ça coûtait, et c’était facile 500 euros, quoi.

25L’engagement dans l’AMP, d’emblée présenté par Justine comme un projet familial reposant sur des choix personnels, la fait se sentir redevable à l’égard d’une société qui finance ce qui relève d’une assistance, et non pas d’un soin. Elle met cependant en balance le rapport coût-bénéfice pour la société.

Après, j’ai déculpabilisé quand j’ai su le prix d’un accouchement, c’est dans les 5 000 ou 6 000 euros ! Donc ça va, hein ! C’est pour la retraite des Français ! Mais oui, ça coûte cher, heureusement que c’est pris en charge à 100 %, on a de la chance, en France.

  • 9 Comme le montre Fabrice Cahen, l’histoire de la lutte contre la stérilité en France révèle à quel (...)

26Le désir d’enfant des couples est ainsi placé dans une perspective globale de production des enfants socialement et politiquement organisée9, présupposant comme une évidence le travail re-productif des femmes. La suspicion d’usurpation de l’argent public pour des traitements de confort n’est pourtant jamais loin du raisonnement des patientes des services de médecine procréative. Cette opportunité doit par conséquent, selon elles, se mériter : la bonne observance du traitement, la conformité aux attendus de la prise en charge biomédicale de l’infertilité de leur couple, l’adaptation du mode de vie à ce qui favorise la fertilité – arrêter de fumer, perdre du poids – sont alors les qualités essentielles de la « bonne élève » des services d’AMP, susceptible de se montrer digne d’une solidarité sociale permettant de réaliser des traitements coûteux.

Mais ça me gêne, l’idée de coûter à la société… En même temps, j’abuse pas, c’est pas, c’est pas… un truc de complaisance, c’est pas parce que je veux faire les boutiques… Mais c’est bizarre d’être là, en forme, et de pas pouvoir…, de bénéficier d’une prise en charge médicale pour faire des enfants. Moi, je suis obligée d’être en arrêt maladie, du coup, je me sens redevable… (Audrey, trente-six ans, professeure des écoles)

27Audrey est embarrassée par le coût social de la solidarité procréative dont elle bénéficie, sans relever le coût pour elle du renforcement de l’injonction à la maternité par l’AMP (Tain, 2009). Elle se lance alors dans un exercice de clarification conceptuelle pour distinguer la complaisance de la convenance et de la solidarité procréative (Gaille, 2011), et pour se disculper d’un recours aux arrêts maladie qu’elle juge nécessaire mais non légitime. Être assistée médicalement pour ce qui n’est pas considéré comme une maladie mais comme un aléa biologique, et ne pouvoir gagner un salaire dûment mérité grâce au fruit de son activité professionnelle tout en bénéficiant d’un remboursement à 100 %, heurte ses représentations : elle préfère en effet rapporter à la société que lui devoir.

Le travail de santé ou comment être une bonne patiente

28Si les enquêtées sont promptes à souligner le coût financier de la production d’enfants portée par l’État social, c’est toujours pour le mettre en balance avec le lourd « travail de santé » (Strauss, 1992) qu’il requiert de leur part pour continuer à être considérées comme « professionnelles », tant dans leur activité dite productive que dans leurs tâches re-productives. Ce travail de santé repose en effet sur une coopération active des patientes visant à garantir le bon déroulement de leur parcours médicalisé dans une « gestion sans fin » de ce qu’implique leur traitement dans leur vie quotidienne.

[…] dans leur travail de gestion, les malades doivent aller au-delà d’un travail de soins médicalement défini. Il leur faut aussi gérer les conséquences de la maladie sur leur organisation de vie, leurs rapports avec les autres, et jusqu’à un certain point, leur rapport avec eux-mêmes. (Baszanger, 1986, p. 22)

29L’un des enjeux de ce travail consiste pour les patientes des services d’AMP à réguler « l’impact désorganisateur » (ibid., p. 22) de l’assistance biomédicale de l’infertilité de leur couple pour maintenir leurs « insertions sociales habituelles » (ibid.) et, notamment, leur insertion professionnelle. La gestion quotidienne qu’implique pour les femmes dites actives le suivi de protocoles de FIV met effectivement en jeu une imbrication de temps et de lieux hétérogènes, poussant à son comble les tensions inhérentes à l’articulation travail-famille.

L’enjeu consiste à organiser, donc à faire tenir ensemble les successions de charge de travail, à les imbriquer, à les superposer, ou au contraire à les désimbriquer, à fabriquer des continuités, sorte de fondus enchaînés, à jouer sans cesse sur ce qui marche ensemble et ce qui est incompatible. (Haicault, 2000, p. 89)

30Une véritable organisation s’impose ainsi à celles qui cherchent à préserver leur double engagement dans la vie professionnelle et dans les parcours d’AMP, impliquant tout à la fois une synchronisation d’emplois du temps contradictoires et une gestion harmonieuse des déplacements entre leur domicile, leur lieu de travail et le service de médecine procréative. Leurs arrangements sont de nature variable selon le fonctionnement des centres d’AMP, mais aussi selon la souplesse organisationnelle et la taille des établissements privés ou publics dans lesquels s’insèrent les femmes, et les relations entretenues avec leur hiérarchie ou avec leurs collègues (Hertzog, 2016). Mais toutes font part de tensions plus ou moins vives dans ce qui s’apparente à une préoccupation gestionnaire parfois « à plein temps », dont la charge mentale (Haicault, 1984) leur revient en propre. Concevoir un enfant par AMP devient au mieux un exercice routinier confinant, comme le suggère Mélanie (trente ans, responsable des ressources humaines dans une petite structure hospitalière) au « métro-boulot-piqûre-dodo », au pire à un exercice risqué de funambule, notamment lorsque des déplacements conséquents entrent en ligne de compte. Stéphanie (trente-neuf ans, agente administrative) essaie ainsi de fixer les rendez-vous médicaux dans ses heures de pause commensale (avec toutefois 35 km de distance entre son lieu de travail et l’hôpital dans lequel elle doit se rendre pour procéder aux échographies, ce qui la condamne quasi systématiquement à ne plus avoir le temps de déjeuner) ; Odile (trente-huit ans, secrétaire de mairie) demande quant à elle à ses parents retraités de la conduire en voiture à l’hôpital, évitant ainsi les transports en commun plus chronophages afin de garantir une présence ponctuelle sur son lieu de travail. D’autres, comme Sophie (trente-six ans, assistante de direction), doivent prendre en considération l’état et l’engorgement des routes – préoccupation essentielle en région parisienne – pour ne pas accumuler les retards au travail, constatant toutefois la longue file d’une vingtaine de patientes présentes dans le centre d’AMP dès son ouverture, à 7 heures du matin. Enfin, Justine (trente-cinq ans, cadre supérieure) qui habite à 280 km de l’hôpital Béclère de Clamart, prend la route aux aurores pour arriver au centre d’AMP avant 9 heures, en cherchant à organiser des rendez-vous professionnels à Paris pour excuser ses absences sur son lieu de travail en province.

31Même lorsque les conditions idéales semblent remplies – peu de distance entre le domicile, le centre d’AMP et le lieu de travail, souplesse des horaires professionnels, arrangements possibles avec des collègues, etc. –, les enquêtées reconnaissent avoir l’esprit préoccupé, soucieuses de favoriser l’observance du traitement et de ne pas compromettre la réussite du protocole. Il s’agit de ne pas manquer les coups de fil des secrétaires des centres d’AMP, d’acheter des médicaments visant à ajuster au jour le jour le traitement et, bien sûr, de respecter l’horaire des prises de sang, échographies et piqûres (Bachelot et al., 2008). Elles endossent ainsi le rôle de patiente experte, coresponsable de son traitement. La charge mentale propre à ce travail s’avère alors écrasante pour celles qui, « autonomes, mais pas trop » (Fainzang, 2010), doivent garantir la mise en œuvre concrète et matérielle d’un programme fixé par les gynécologues malgré les aléas qui ponctuent tout traitement d’AMP.

32L’imprévu jalonne effectivement en permanence les protocoles de FIV, renvoyant une fois de plus les patientes à un régime temporel où disponibilité rime avec hétéronomie. L’institution médicale part du principe que, lorsque les femmes s’engagent dans l’AMP, elles consentent à ce que l’usage de leur force de travail re-productif soit soumis de manière exclusive aux décisions des gynécologues et biologistes. Lors de notre entretien, Anne (trente-huit ans, professeure des écoles) reçoit ainsi un coup de fil de la secrétaire de son cabinet de gynécologie lui annonçant un déclenchement intempestif de l’ovulation, en avance sur ce qui était initialement prévu :

Ah, ça m’énerve, ça va me flinguer ma rentrée, ça m’énerve… Non, mais c’est quand même les rois de l’emmerdement maximum : y’a un matin où il ne faut pas par rapport au boulot, ça tombe sur ce matin-là.

33Aux dires des enquêtées, le corps médical ne prend pas en compte, en amont du traitement, les contraintes propres à l’activité salariée des femmes, la position hiérarchique qu’elles occupent et la souplesse organisationnelle de leur entreprise, les éventuelles tensions relationnelles susceptibles d’entraver des négociations d’emploi du temps, le type de contrat de travail (intérim, CDD ou CDI) et, plus globalement, la vulnérabilité propre aux femmes sur le marché de l’emploi. Plus encore, le fait que leurs patientes se mettent en retrait du monde du travail dit productif en posant des congés pour se consacrer « à temps plein » à leur travail re-productif s’impose comme une évidence, ce que suggèrent les propos de la sage-femme présentant les protocoles de FIV sur le site de l’Agence de la biomédecine :

C’est dans cette période particulière [elle parle de la période la plus intensive des traitements] qu’il faut soit prévenir son employeur, soit prévenir ses collègues, soit se rendre plus disponible parce que vous avez un métier qui vous permet de vous rendre plus disponible, soit carrément prendre un congé comme ça, c’est plus simple pour vous, et vous êtes tranquille.10

34Le système de genre sur lequel repose la médecine procréative entérine la division sexuée du travail (Löwy, 2006 ; Tain, 2013) et considère comme « naturelle » la totale mise à disposition du corps des patientes « programmées en FIV ». Ce faisant, il obère les chances des femmes de mener sereinement l’articulation de leur vie professionnelle et de leur parcours procréatif dans un monde du travail peu favorable à l’exposition d’un projet de maternité (Meurs et al., 2010 ; Silvera, 2014).

  • 11 Les articles 225-1 et 225-2 du code pénal protègent les femmes enceintes contre toute discriminati (...)

35Les revirements dans la programmation médicale sont à ce titre désastreux tant ils ruinent tous les efforts d’anticipation des patientes et leurs arrangements « bricolés »11. La charge mentale liée à l’articulation d’univers prescriptifs exigeant tous deux énergie, disponibilité et investissement suppose donc le réaménagement constant des tactiques organisationnelles trouvées. Sophie (trente-six ans, assistante de direction) souligne ainsi les effets délétères de la gestion de l’incertitude propre aux parcours d’AMP sur ses relations avec sa hiérarchie. Toujours suspectée de « manquer de sérieux, de motivation, d’ambition » à cause de la succession de ses absences et arrêts maladie, elle pâtit du moindre aléa bousculant son calendrier médical.

Là, on m’a téléphoné aujourd’hui pour me dire que mon transfert, c’était mardi. Donc, au départ, je croyais que ce serait mercredi, donc je me préparais psychologiquement pour annoncer au travail : « Je ne serai pas là mercredi ». Et là, le jour est décalé… ça me travaille

36Le cumul d’activités et la « fatigue nerveuse permanente » (Coralie, vingt-quatre ans, caissière) sont ainsi le lot ordinaire de toutes celles qui se situent au carrefour de leur travail dit productif et de leur travail re-productif médicalement assisté, dans une imbrication de pouvoir mettant leur force de travail tant au service de leur employeur ou de leur employeuse que de l’équipe médicale.

Le constant travail émotionnel

37Au bout du compte, elles sont contraintes à un double travail émotionnel afin de se conformer aux exigences de l’organisation des services d’AMP tout en affichant sur leur lieu d’exercice professionnel, face à leur hiérarchie et à leurs collègues, l’image de la travailleuse compétente, sérieuse et fiable. Réprimer ou façonner ses sentiments pour s’adapter aux univers professionnels et médicaux relève effectivement d’un véritable travail, comme le soutient Arlie R. Hochschild :

Par « travail émotionnel » je désigne l’acte par lequel on essaie de changer le degré ou la qualité d’une émotion ou d’un sentiment. « Effectuer un travail sur » une émotion ou un sentiment c’est, dans le cadre de nos objectifs, la même chose que « gérer » une émotion ou que jouer un « jeu en profondeur ». Il faut bien noter que le travail émotionnel désigne l’effort – l’acte qui consiste à essayer – et non le résultat, qui peut être réussi ou non. (Hochschild, 2003, p. 32)

38Par la parole s’opère ainsi dans les consultations d’AMP la construction d’un sujet adapté à l’institution médicale, d’une identité de bonne patiente (Memmi, 2003). Restreindre l’exposition de ses états d’âme, voire de ses épisodes dépressifs, être toujours disponible dans le ton et dans les réactions lors des appels téléphoniques des secrétaires médicales, se montrer capable d’autocontrôle dans la fréquence et la nature des questions posées au corps médical, et rester dynamique et ingénieuse dans l’articulation des traitements avec les autres pans de l’existence devient dès lors le réquisit pour bénéficier d’une assistance médicale. Chantal (quarante ans, en recherche d’emploi suite à une démission) repère, mi-amusée mi-agacée, à quel point elle finit par se prêter à une discipline qu’elle juge infantilisante :

Ben moi, des trucs tout bête, des fois, je suis dans le métro et je capte plus et si elle [elle parle de la secrétaire médicale de son centre d’AMP] appelle à ce moment-là, elle va croire que… ben voilà. […] Du coup, il faut que vous vous comportiez un peu « bonne élève », […] comme s’il fallait que vous soyez bien sage, bonne élève pour mériter…

39Si « la bonne volonté discursive […] est d’abord le produit d’une stricte nécessité, celle d’en passer par là pour obtenir la prestation demandée » (Memmi, 2003, p. 65), le travail émotionnel des patientes d’AMP finit par gouverner paroles, gestes et pratiques au point qu’elles ressentent de la gêne lorsque leur comportement n’est pas conforme aux attentes et aux normes de la médecine procréative. Cette administration des conduites émotionnelles incite d’ailleurs les patientes à craindre de manquer l’appel téléphonique quotidien des secrétaires des services d’AMP, quitte à contrevenir aux règles professionnelles interdisant toute communication personnelle sur le temps de travail. Hors de question pour elles de montrer leur trouble et leur non disponibilité ni au monde médical, ni au monde professionnel, gageure difficile à relever. La gestion de cette immixtion de données relevant du secret médical dans l’espace professionnel représente effectivement, à la fois matériellement et symboliquement, un exercice périlleux, susceptible de susciter la gêne des travailleuses, voire de les mettre en danger face à leur hiérarchie ou à leurs collègues. Recevoir ce banal appel visant à ajuster le traitement exige ainsi des enquêtées, comme Delphine (quarante ans, cadre supérieure), diverses stratégies discursives qui associent l’autocontrôle et le sens de l’improvisation.

Ce qui est très difficile pour moi à gérer, c’est que je travaille en open space. Et quand on a Béclère qui appelle, ce n’est pas facile, il faut trouver une salle libre. Et on ne dit jamais : « dosage », « médicament », « échographie ». Du coup, on jongle, c’est super difficile à gérer.

40Pour les enquêtées il est en effet question de la frontière, à préserver ou non, entre vie privée et vie publique (Durif-Varembont, 2009). Toutes sont donc confrontées malgré elles à une réflexion sur l’espace d’inscription à donner, sur leur lieu de travail, à cette réalité qu’est la prise en charge médicalisée d’une infertilité conjugale (Hertzog, 2012). Et comme le suggère Claudie (vingt-sept ans, femme de ménage), non sans humour, l’usage n’est pas d’informer sa hiérarchie et ses collègues lorsqu’on s’apprête à avoir un rapport sexuel à visée fécondante :

Et puis, eux [celles et ceux qui font leurs enfants « sous la couette » dit-elle auparavant dans l’entretien], quand ils ont fait un gamin, ils n’ont pas envoyé un mail à leur chef pour leur dire : « on s’y met ! »

41Outre le surgissement intempestif d’une réalité intime dans des mondes professionnels qui ne sont pas censés l’accueillir, il est question ici de la difficulté d’articuler travail dit productif et maternité. La société salariale ne pense pas en effet la production d’enfant autrement que sur le mode de la naturalité et de l’invisibilité, ne la valorise pas, et peine à prendre au sérieux la charge de travail qu’elle représente (Devreux, 1986 ; Daune-Richard et Devreux, 1992 ; Fusulier et Nicole-Drancourt, 2015). Les femmes à qui cette tâche est dévolue sont donc toujours censées neutraliser leur travail re-productif car « une femme doit autant que possible rendre sa maternité non seulement privée, mais clandestine, et en dissimuler les charges si elle ne veut pas compromettre ses chances professionnelles » (Collin, 2001, p. 183). Dans un contexte où le travail salarié est dominé par les normes masculines de performance, de disponibilité totale, de mobilité, la séparation entre les sphères reproductive et productive continue de faire penser aux employeurs et employeuses que l’inscription dans la première est incompatible avec la seconde. Suspectées d’être moins impliquées dans leur activité professionnelle, les femmes n’exposent en retour qu’avec beaucoup de précaution leur projet de maternité médicalement assisté sur leur lieu de travail.

*

42Si les femmes engagées dans des parcours d’AMP pour juguler l’infertilité de leur couple, fournissent tant et temps, il paraît essentiel de souligner, au moment de conclure, qu’elles n’en restent jamais à une logique comptable visant à évaluer leur force de travail en terme « de coupure, d’extériorité et de quantification » (Vandelac, 1981, p. 77), sur le mode du travail salarié. Ni ce qu’il s’agit de produire – des enfants –, ni leur « outil de production » – leur corps et sa force de travail –, ni les coûts de production – toujours mis en rapport avec un coût symbolique plus que réel – ne sont rabattus sur le règne de la marchandise. Aussi les femmes peinent-elles à utiliser le vocable du travail pour qualifier l’ensemble des tâches procréatives qu’elles accomplissent, au prix d’efforts pourtant présentés comme éprouvants dans l’AMP.

43Plus que la nature et l’intensité de ces efforts, c’est leur invisibilisation qui, compliquant l’articulation entre la sphère dite productive et la sphère re-productive, place la notion de travail sur le devant de la scène procréative. Le travail de santé propre aux parcours d’AMP engage en effet un travail des corps – dont la dépense d’énergie, qui concurrence celle requise par l’activité professionnelle, doit s’effacer –, un travail d’articulation vie professionnelle-AMP, supposé rester incognito et ne pas perturber l’organisation de l’activité professionnelle, et un constant travail émotionnel, visant à garantir l’image de la travailleuse efficace, tant dans le travail salarié que dans le travail procréatif.

44Les femmes se trouvent dès lors confrontées à la nécessité de résoudre, seules, les incohérences d’une société française qui valorise la maternité au point de garantir une prise en charge médicale et financière des infertilités conjugales, sans pour autant que les employeurs et employeuses du secteur privé ou public n’offrent des conditions de réalisation sereines des protocoles médicaux engagés. Il faut dire que :

[…] cette production d’enfants ne bénéficie pas d’un statut de production sociale, ou plus précisément socialement utile : la façon dont la maternité est rejetée en particulier du monde du travail et dont tout est fait pour que seule les femmes en assument les choix, les motivations et les contraintes objectives témoigne de cette absence de statut social pour la gestation et l’ensemble de la fonction reproductive. (Daune-Richard et Devreux, 1992, p. 17)

  • 12 Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016.

45Reste à savoir quelle sera l’application de l’article 20 ter ayant récemment12 modifié le code du travail par l’ajout de la mention AMP dans l’article L. 1225-16 relatif aux autorisations d’absence pour suivi de grossesse. Dorénavant, les salariées bénéficient en effet d’un cadre législatif clair leur permettant de s’absenter sans limitation pour se rendre aux rendez-vous médicaux, sous couvert de remettre un certificat médical à leur employeur ou à leur employeuse. Ce dispositif institutionnel pourrait effectivement changer la manière dont les femmes pensent l’articulation, en termes d’organisation matérielle et symbolique, entre leur activité professionnelle et leur parcours procréatif. Cependant, la portée de cette modification du code du travail apparaît pour l’instant limitée dans une société qui ne reconnaît pas l’enfantement comme une production socialement utile, ni comme un véritable travail.

Haut de page

Bibliographie

Bachelot Annie, Mouzon Jacques (de) et Adjiman Maurice, 2008, « La fécondation in vitro : un parcours qui reste long et difficile », De la pilule au bébé-éprouvette. Choix individuels ou stratégies médicales ?, É. de La Rochebrochard éd., Paris, Éditions de l’INED, p. 243-261.

Baszanger Isabelle, 1986, « Les maladies chroniques et leur ordre négocié », Revue française de sociologie, vol. 27, no 1, p. 3-27.

Bessin Marc et Gaudart Corinne, 2009, « Les temps sexués de l’activité : la temporalité au principe du genre ? » [en ligne], Temporalités, [URL : http://temporalites.revues.org/979], consulté le 2 février 2013.

Bloch Françoise et Buisson Monique, 1999, « La disponibilité à l’enfant : le don et la norme », Recherches et prévisions, no 57-58, p. 17-29.

Cahen Fabrice, 2013, « Éléments pour une histoire de la lutte contre la stérilité involontaire (France, 1920-1982) », Annales de démographie historique, no 126, p. 209-228.

Chateauneuf Doris, 2011, « Projet familial, infertilité et désir d’enfant : usages et expériences de la procréation médicalement assistée », Enfances familles générations, no 15, p. 61-77.

Collectif, 1984, Le sexe du travail. Structures familiales et système productif, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Collin Françoise, 2001, « Mettre au monde », Maternité, affaire privée, affaire publique, Y. Knibiehler éd., Paris, Bayard, p. 171-187.

Combes Danielle, 1988, « Reproduction de l’espèce et oppression des femmes : la production-reproduction des êtres humains est-elle l’enjeu des rapports sociaux de sexe ? », Cahiers de l’APRE, no 7.

Cresson Geneviève et Romito Patrizia, 1993, « Ces mères qui ne font rien. La dévalorisation du travail des femmes », Nouvelles questions féministes, vol. 14, no 3, p. 33-62.

Daudelin Geneviève, 2002, « Entre le ventre et la tête : les déplacements du sens de la procréation dans l’espace des nouvelles techniques de reproduction », Espaces et temps de la maternité, F. Descarries et C. Corbeil éd., Montréal, Éditions du Remue-ménage, p. 359-380.

Daune-Richard Anne-Marie et Devreux Anne-Marie, 1992, « Rapports sociaux de sexe et conceptualisation sociologique », Recherches féministes, vol. 5, no 2, p. 7-30.

Delphy Christine, 2002, « La maternité occidentale contemporaine : le cadre du désir d’enfant », Espaces et temps de la maternité, F. Descarries et C. Corbeil éd., Montréal, Éditions du Remue-ménage, p. 68-82.

Devreux Anne-Marie, 1986, « La maternité des femmes actives : un enjeu des rapports sociaux de sexe », La Maternité en mouvement. Les femmes, la re/production et les hommes de science, A.-M. de Vilaine, L. Gavarini et M. Le Coadic éd., Grenoble, Presses universitaires de Grenoble, p. 120-124.

— 1988, La double production. Les conditions de vie professionnelle des femmes enceintes, Paris, Cultures et sociétés urbaines.

Durif-Varembont Jean-Pierre, 2009, « L’intimité entre secrets et dévoilement », Cahiers de psychologie clinique, no 32, p. 57-73.

Epelboin Sylvie, 2003, « Un enfant, pourquoi pas ? », Journal français de psychiatrie, no 20, p. 11-15.

Fainzang Sylvie, 2010, « Qu’est-ce qu’un bon patient ? Un patient autonome, mais pas trop », Qu’est-ce qu’un bon patient ? Qu’est-ce qu’un bon médecin ?, C. Crignon-De Oliveira et M. Gaille éd., Paris, Seli Arslan, p. 106-116.

Fusulier Bernard et Nicole-Drancourt Chantal, 2015, « Retour sur l’impossible conciliation Travail/Famille » [en ligne], Interventions économiques, [URL : http://interventionseconomiques.revues.org/2643], consulté le 11 novembre 2015.

Gaille Marie, 2011, Le désir d’enfant, Paris, Presses universitaires de France.

Gardey Delphine, 2006, « Les sciences et la construction des identités sexuées. Une revue critique », Annales HSS, vol. 61, no 3, p. 649-673.

Guillaumin Colette, 1978, « Pratique du pouvoir et idée de Nature », Questions féministes, no 2, p. 5-30.

Guyard Laurence, 2008, La médicalisation contemporaine du corps féminin : le cas de la consultation gynécologique, thèse de doctorat de sociologie, université Paris 10.

Haicault Monique, 1984, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du travail, vol. 26, no 3, p. 268-277.

— 2000, L’expérience sociale du quotidien, Ottawa, Presses de l’université d’Ottawa.

Hertzog Irène-Lucile, 2012, « L’intime au travail : un “espace” aux contours labiles », Revue des sciences sociales, no 48, p. 162-169.

— 2016, Articuler assistance médicale à la procréation (AMP) et vie professionnelle : le travail invisible des femmes, thèse de doctorat de sociologie, université de Caen.

Hirata Helena et Zarifian Philippe, 2000, « Travail (le concept de) », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 243-248.

Hochschild Arlie R., 2003, « Travail émotionnel, règles de sentiments et structure sociale », Travailler, no 9, p. 19-49.

Kergoat Danièle, 2000, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 35-44.

Laqueur Thomas, 1992, La fabrique du sexe. Essai sur le corps et le genre en Occident, Paris, Gallimard.

Letablier Marie-Thérèse et Nicole-Drancourt Chantal, 2007, « Le salariat féminin et le modèle de l’intermittence », Le salariat. Théorie, histoire et formes, F. Vatin et S. Bernard éd., Paris, La Dispute, p. 243-260.

Löwy Ilana, 2004, « Sciences et genre », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 200-204.

— 2006, L’emprise du genre, Paris, La Dispute.

Löwy Ilana, Rozée Gomez Virginie et Tain Laurence, 2014, « Nouvelles techniques reproductives, nouvelle production du genre », Cahiers du genre, no 56, p. 5-18.

Magnan Nathalie, 1991, L’éprouvante éprouvette : fécondation in vitro, film de témoignages sur les procréations médicalement assistées, VHS sécam, couleur, 39 min., G. Production.

Marx Karl, 1983 [1867], Le Capital, Paris, Scandéditions.

Mathieu Nicole-Claude, 1973, « Homme-culture et femme-nature ? », L’Homme, vol. 13, no 3.

Mauss Marcel, 1989a [1950], « Les techniques du corps », Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, p. 365-386.

— 1989b [1950], « Essai sur le don. Forme et raison de l’échange dans les sociétés archaïques », Sociologie et anthropologie, Paris, Presses universitaires de France, p. 143- 279.

Memmi Dominique, 2003, Faire vivre et laisser mourir. Le gouvernement contemporain de la naissance et de la mort, Paris, La Découverte.

Meurs Dominique, Pailhe Ariane et Ponthieux Sophie, 2010, « Enfants, interruptions d’activité des femmes et écart de salaire entre les sexes », Revue de l’OFCE, no 114, p. 113-133.

Praz Anne-Françoise, Modak Marianne et Messant Françoise, 2011, « “Produire des enfants” aujourd’hui : un défi pour l’analyse féministe », Nouvelles questions féministes, vol. 30, no 1, p. 4-10.

Rozée Virginie et La Rochebrochard Élise (de), 2010, « L’accès à l’assistance médicale à la procréation en France : reflet de la norme sociale procréative ? », Santé, société et solidarité, no 2, p. 109-114.

Rozée Virginie et Mazuy Magali, 2012, « L’infertilité dans les couples hétérosexuels : genre et “gestion” de l’échec », Sciences sociales et santé, vol. 30, no 4, p. 5-29.

Rouch Hélène, 2011, Les corps, ces objets encombrants. Contribution à la critique féministe des sciences, Melun, Éditions iXe.

Sandelowski Margarete et De Lacey Sheryl, 2002, « The uses of a “disease”. Infertility as rhetorical vehicle », Infertility around the globe, M. Inhorn et F. Van Balen éd., Berkeley, University of Californian Press, p. 33-51.

Satz Debra, 1992, « Markets in women’s reproductive labor », Philosophy and Public Affairs, vol. 21, no 2, p. 107-131.

Serres Michel, 1985, « Interventions de M. Serres », Génétique, procréation et droit, Paris, Actes du colloque, Arles, Actes Sud, p. 23-31.

Silvera Rachel, 2014, Un quart en moins. Des femmes se battent pour en finir avec les inégalités de salaires, Paris, La Découverte.

Strauss Anselm, 1992, La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.

Tabet Paola, 1998, La construction sociale de l’inégalité des sexes. Des outils et des corps, Paris, L’Harmattan.

Tain Laurence, 2009, « Le devoir d’enfant à l’ère de la médicalisation : stigmates, retournements et brèches en procréation assistée » [en ligne], Genre, sexualité et société, [URL : http://gss.revues.org/167], consulté le 23 avril 2011.

— 2013, Le corps reproducteur, Rennes, EHESP.

Touraille Priscille, 2011, « Du désir de procréer : des cultures plus naturalistes que la Nature ? », Nouvelles questions féministes, vol. 30, p. 52-62.

Vandelac Louise, 1981, « “… Et si le travail tombait enceinte ???”. Essai féministe sur le concept de travail », Sociologie et sociétés, vol. 13, no 2, p. 67-82.

Vandelac Louise, Bélise Diane, Gauthier Anne et Pinard Yolande, 1987, Du travail et de l’amour. Les dessous de la production domestique, Montréal, Éditions Saint-Martin.

Vilaine Anne-Marie (de), Gavarini Laurence et Le Coadic Michèle éd., 1986, La Maternité en mouvement. Les femmes, la re/production et les hommes de science, Grenoble, Presses universitaires de Grenoble.

Haut de page

Notes

1 Je reprends ces deux expressions à l’une de mes enquêtées, Laure, trente-quatre ans, professeure. Un tableau récapitule les principales caractéristiques sociodémographiques des enquêtées citées.

2 En France, 60 % des femmes consulteraient régulièrement un ou une gynécologue (Guyard, 2008).

3 Le tiret de re-production cherche à attirer l’attention des lecteurs et des lectrices sur l’idée que, derrière la reproduction, se cache pour les femmes un travail de production des enfants.

4 L’utilisation des techniques d’AMP en France est encadrée par la loi no 94-654 du 24 juillet 1994 qui stipule que « l’AMP est destinée à répondre à la demande parentale d’un couple. Elle a pour objet de remédier à l’infertilité dont le caractère pathologique a été médicalement diagnostiqué. L’homme et la femme formant le couple doivent être vivants, en âge de procréer, mariés ou en mesure d’apporter la preuve d’une vie commune d’au moins deux ans préalablement au transfert des embryons ou à l’insémination ».

5 Je tiens à souligner ici à quel point ma réflexion est redevable aux multiples échanges sur la notion de travail re-productif engagés lors des rencontres des Ateliers genre, normes procréatives et parentalité (GNP) que j’ai cocoordonné avec Marie Mathieu (Paris 8-Crespa-CSU et Iref, Uqam) et Lucile Ruault (Lille 2-Ceraps).

6 Ces stratégies sont en effet déterminées par leur milieu socioculturel, leur niveau d’étude, le statut professionnel, la taille des organisations, privées ou publiques, dans lesquelles elles travaillent, ou encore leur ancienneté.

7 Le titre de cette partie reprend le titre du documentaire de Nathalie Magnan (1991).

8 Comme le souligne Sylvie Epelboin (2003, p. 12), l’infertilité n’est « ni une maladie de l’homme, ni une maladie de la femme au sens proprement dit » et « ne se révèle que lorsque deux personnes veulent faire un enfant ».

9 Comme le montre Fabrice Cahen, l’histoire de la lutte contre la stérilité en France révèle à quel point la médecine procréative s’est d’emblée inscrite dans une logique de promotion des naissances, encadrée par des politiques au fondement nataliste (Cahen, 2013).

10 Agence de la biomédecine, [URL : http://www.procreation-medicale.fr/vivre-lamp/vie-au-quotidien], consulté le 13 mars 2015.

11 Les articles 225-1 et 225-2 du code pénal protègent les femmes enceintes contre toute discrimination fondée sur l’état de grossesse ; les articles L. 1225-1, L. 1225-2, L. 1225-3 et L. 1225-4, ainsi que L. 1132-1 et L. 1142-1 du code du travail garantissent la protection légale de la femme enceinte qui ne peut être licenciée (sauf faute grave de l’intéressée) et qui ne peut, en outre, se voir refuser les autorisations d’absence pour examens médicaux prénatals et postnatals. Rien de tel pour celles qui, « assistées » médicalement pour procréer, n’étaient en rien, au moment de l’enquête de terrain, « assistées » juridiquement.

12 Loi n° 2016-41 du 26 janvier 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Irène-Lucile Hertzog, « Le travail re-productif des femmes : le cas de l’assistance médicale à la procréation (AMP) en France », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 18 mai 2017, consulté le 28 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/6870 ; DOI : 10.4000/traces.6870

Haut de page

Auteur

Irène-Lucile Hertzog

Cerrev (Centre d’étude et de recherche sur les risques et les vulnérabilités), université de Caen

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page