Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Déplacer les frontières du travail

Shifting the boundaries of work
Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville
p. 7-24

Texte intégral

1Les reconfigurations récentes du capitalisme industriel dans les sociétés occidentales ont provoqué des processus croisés de « dé-collectivisation », de « précarisation » et de « ré-individualisation » du travail (Castel, 1995) – jetant le trouble sur la définition même du travail et sa fonction dans la société. À partir des années 1970, ces métamorphoses ont suscité, dans le champ des sciences humaines et sociales, un mouvement d’extension consistant à qualifier de travail un nombre croissant d’activités considérées jusqu’alors comme relevant de la générosité, du partage, de la solidarité, du don, du plaisir, de la création ou de l’engagement. Ont ainsi été forgées les catégories de travail domestique (Delphy, 1978), de travail parental (Descoutures, 2010), de travail sexuel et reproductif (Tabet, 2004 ; Pheterson, 2001), de travail bénévole (Simonet, 2010), militant (Nicourd éd., 2009) ou associatif (Hély et Simonet, 2013), de travail du consommateur (Dujarier, 2014), de travail créateur (Menger, 2009) ou artistique (Freidson, 1986), de travail sportif (Fleuriel et Schotté, 2008) ou encore de travail politique (Demazière et Le Lidec éd., 2014). Récemment des réflexions ont émergé autour du travail numérique ou digital labor (Scholz éd., 2012 ; Casilli et Cardon, 2015). En partant de toutes ces activités pour lesquelles la qualification de travail fait débat, tant dans l’opinion publique que dans les sciences sociales, ce numéro de la revue Tracés entend explorer la définition du travail en interrogeant les frontières de ce concept et leur récente extension.

2Les frontières du travail sont à la fois le filtre et l’objet de ce numéro. Le terme de frontières a son importance : à la différence de celui de marges qui comporte une connotation normative – il existerait un travail central et un travail marginal qui ne ferait que se situer par rapport au premier –, le terme de frontières, envisagé comme zones de contact mouvantes, permet de sortir d’une réification des activités. On considère alors que leur classement (comme loisir, comme travail, etc.) n’est pas fixé d’avance. Cette notion invite en outre à se tourner vers les acteurs et les producteurs de ces délimitations – les employeur-ses et les travailleurs-ses, les dispositifs législatifs, les institutions ou encore les sciences humaines et sociales –, qui interviennent parfois de manière cumulative. La notion de frontières permet enfin de déployer une approche constructiviste de la catégorie travail à même de saisir la variation de ses configurations dans le temps et dans l’espace et au plus près des individus. À un moment historique de remise en cause du travail salarié et de sa capacité intégrative dans la société (Paugam, 2000), de montée du chômage et de marchandisation générale de l’activité humaine, il nous semble pertinent de poursuivre cette entreprise de dénaturalisation du travail en appréciant les luttes de qualification qui viennent régulièrement renégocier ses frontières.

3Les articles rassemblés dans le numéro portent sur la France et les pays occidentaux, de la fin de l’époque moderne au très contemporain, c’est-à-dire dans des espaces et dans une séquence chronologique où le travail s’impose comme un outil central de définition des identités individuelles et des liens sociaux (Méda, 1995). Ils témoignent de la vivacité de la recherche en sociologie, en histoire et en philosophie, mais également du renouvellement des perspectives déployées par des jeunes disciplines, à l’instar des sciences de l’information et de la communication qui interrogent à nouveaux frais ce qui fait et ce que fait le travail. Si chacune des contributions du numéro apporte un éclairage particulier à notre problématique, toutes se rejoignent sur la pratique d’une réflexion interdisciplinaire, à la croisée notamment de la sociologie du travail, de l’épistémologie féministe ou encore de l’anthropologie. Un croisement nécessaire pour penser la plasticité du travail et de ses frontières.

4D’un point de vue méthodologique, on peut distinguer dans ces articles deux façons d’explorer les frontières du travail : une approche ethnographique et compréhensive des dynamiques laborieuses et une approche théorique et politique du travail et de ses redéfinitions. Un premier ensemble de contributions s’attache ainsi à interroger les frontières du travail depuis son expérience. L’approche ethnographique, attentive aux façons de dire et aux façons de faire des individus, permet d’une part une exploration des frontières du travail par l’étude des pratiques et des catégories indigènes des acteurs et des actrices. Elle relève d’autre part d’un engagement revendiqué dans le cadre de ce numéro, à savoir que pour comprendre le travail, il faut prendre en compte les travailleurs et les travailleuses, leurs paroles, leurs expériences, et leurs paradoxes.

5Un second ensemble de contributions vise à discuter la notion de travail et son inscription sociale et politique afin de produire une réflexion sur les enjeux et les effets du déplacement de ses frontières dans nos sociétés contemporaines. Il s’agit alors de questionner les usages de certaines catégories (comme celle de digital labor) ou de resituer, dans une perspective plus macroscopique, les activités productives par rapport à des relations de pouvoir existantes. Ce faisant, ces articles nous rappellent que le travail est politique et que réfléchir à sa définition c’est aussi penser les frontières visibles et invisibles qui instituent le social.

Le travail : configuration historique, invariant anthropologique ou exercice d’un métier ?

  • 1 Pour une présentation plus détaillée de ce débat voir « Les ambiguïtés du travail, d’hier à aujour (...)

6Une première manière de poser la question du travail et de ses frontières consiste à tenter de relever les principaux critères qui permettent de qualifier une activité de travail. Dans une économie capitaliste, le premier indicateur retenu est souvent la rémunération ou la rétribution. La tradition interactionniste (Hughes, 1996) propose quant à elle de penser le travail à partir de la notion de carrière ouvrant la voie à une définition par la durée et l’évolution des compétences ; cette notion permet par exemple à Maud Simonet de qualifier de « travail bénévole » une activité sans contrepartie financière (2010). D’autres critères peuvent être mobilisés, tels l’existence d’un contrat de travail, le caractère contraint ou la pénibilité de la tâche, le temps passé à l’activité ou encore la spécialisation des travailleurs. Retenir certains indicateurs et en écarter d’autres relève en réalité de choix théoriques qui dévoilent l’existence de conceptions différentes, parfois antagonistes, de la définition du travail dans les sciences sociales. Les débats sont traversés principalement par deux grandes oppositions, entre disciplines ou entre approches méthodologiques : d’une part l’opposition entre une approche historique et une approche anthropologique du travail1 et d’autre part celle qui existe entre la sociologie des professions et la sociologie du travail.

7Selon l’approche dite « historique » du travail (Méda, 1995 ; Gollain, 2001) il n’est possible de parler de travail que dans un contexte sociohistorique bien précis, régi par l’économie libérale et dominé par le salariat : celui qui a émergé peu à peu au xixe siècle en Occident. Dans cette optique, Françoise Gollain écrit que « dans les sociétés précapitalistes, le “travail”, plus proprement les activités productives, sont enchâssées (embedded) dans d’autres pratiques sociales. Elles peuvent comporter une dimension rituelle, religieuse ou esthétique forte » (2001, p. 178). On retrouve ici l’idée défendue par l’économiste hongrois Karl Polanyi (1983) d’une « grande transformation » des rapports entre économie et société, à partir des années 1830 : l’aube du xixe siècle est, selon lui, un moment de désencastrement de l’économie et de la société qui aboutit à la marchandisation, non plus des seuls biens, mais aussi des facteurs de production, comme la terre, l’argent et le travail. Des frontières étroites sont alors fixées au travail par les tenants de l’approche historique : elles coïncident peu ou prou, depuis la révolution industrielle dans les sociétés occidentales, avec celles du rapport marchand spécifique qu’est le salariat.

8Pourtant, si Polanyi décrit ce grand partage c’est pour mieux le dénoncer, considérant que « le travail ne saurait être marchandise, car il ne saurait être séparé de la personne du travailleur, de sa vie même » (Vatin, 2001, p. 245). L’économiste est en cela plus proche de la définition anthropologique du travail, qualifiée parfois aussi de définition extensive, aux frontières floues, voire inexistantes, qui désigne comme travail toute activité de transformation collective du monde par l’homme. De la même manière, Caroline Dufy et Florence Weber (Weber, 2000 ; Dufy et Weber, 2007) défendent que l’ethnographie rend impossible ce partage théorique de l’économique et du social, particulièrement dans la définition du travail et de ses frontières : il y a, dans nos sociétés marchandisées et marquées par le salariat, des activités à la limite, difficiles à qualifier, et qui ne sont pas régies par la recherche de l’intérêt individuel chère au libéralisme. C’est ainsi que Weber (2009) a forgé en 1989 le concept de travail à-côté : l’auteure désigne par ce terme les activités hors de l’usine, si importantes et structurantes dans la vie des travailleurs, et cesse ainsi d’opposer travail et loisir.

9La méthode ethnographique, adoptée par les trois articles de ce numéro consacrés à des monographies de profession, trouble en effet la définition du travail et vient nuancer ces grandes oppositions théoriques. L’article que Claire Boer consacre au travail des marins provençaux au xviiie siècle met en relief la variation historique des frontières du travail, en se plaçant avant l’émergence du salariat. À travers le phénomène des abandons de navires, l’historienne retrace à la fois les contraintes légales et sociales qui pèsent sur le travail de la mer sous l’Ancien Régime, et les stratégies des marins pour échapper au lourd contrôle qui régit leur vie. Sans relever de l’esclavage, le travail maritime est une forme de travail contraint (Stanziani éd., 2010) : comme les domestiques, les soldats et les engagés, les marins sont soumis à un statut juridique particulier qui limite leur mobilité géographique et professionnelle. Boer décrit la tension existant entre la subordination statutaire de ces travailleurs de la mer et leurs échappées belles, signe d’un désir de travail libre qui préfigure une conception plus contemporaine de l’activité professionnelle.

10Les articles d’Eliza Benites et de Frédéric Nicolas remettent également en question l’assimilation historique du travail au salariat, en prenant l’exemple de deux professions d’indépendants : les agents immobiliers aux États-Unis, pour la première, et les agriculteurs biologiques en France, pour le second. On retrouve dans ces deux enquêtes sociologiques des trajectoires de conversion professionnelle de la part d’anciens salariés qui disent ouvertement fuir le rapport salarial, caractérisé par une rémunération fixe et des temps de travail définis, car ils le vivaient comme une trop grande subordination. L’accès à un statut d’indépendant est alors revendiqué comme une façon de retrouver une cohérence entre le travail et le hors-travail, les frontières entre les différentes activités quotidiennes devenant particulièrement floues. Nicolas montre bien comment, par leur reconversion, les agriculteurs bio issus de la petite bourgeoisie intellectuelle, tentent de retrouver une vie idéalisée d’avant le grand partage cher à Polanyi, et de ne plus séparer vie professionnelle et vie privée. À l’échelle individuelle, leur vision du métier comme un engagement de soi les conduit paradoxalement à ne pas pouvoir l’exercer. Cette quête de sens se heurte également à l’existence d’une profession agricole très structurée depuis l’après-guerre et que ces nouvelles visions du métier d’agriculteur ne remettent que très partiellement en question. Les agents immobiliers étudiés par Benites pratiquent aussi une forme d’engagement total dans leur nouvelle activité, au point de s’apparenter parfois à un asservissement volontaire. L’absence de séparation entre travail et loisir, comme entre vie professionnelle et vie sociale, n’est d’ailleurs pas tant un choix individuel qu’une technique de vente dûment théorisée dans les formations qui leur sont dispensées. Les agents y sont encouragés à développer leur « sphère d’influence », c’est-à-dire à considérer leurs amis et leurs proches comme des relais pour réaliser des ventes de biens immobiliers, voire comme des clients potentiels. En analysant des professions indépendantes, ces deux articles relativisent donc l’assimilation du travail au salariat, bien que, paradoxalement, ils mettent aussi en relief sa persistance comme modèle de référence : malgré l’idéal que peut représenter l’indépendance, le salariat reste l’archétype du vrai travail, contraignant mais protégé.

11Ces trois monographies de profession adoptent enfin une posture méthodologique originale, se tenant à équidistance de deux courants souvent présentés comme antagonistes : la sociologie des professions – qui s’intéresse en priorité aux frontières et à l’organisation d’un métier (Champy, 2009, 2011) – et celle du travail – qui cherche à retracer l’activité des travailleurs et des travailleuses (Erbès-Seguin, 2010). Les acteurs et les actrices étudiées dans ces trois articles cherchent, sous des formes diverses et à l’échelle individuelle, à redéfinir ce qu’est le travail, mettant ainsi leur identité en tension. Ce faisant ils posent des questions plus générales à leur groupe professionnel sur les frontières du métier exercé. Pourtant, ces expériences individuelles ne semblent pas aboutir à un déplacement des frontières professionnelles. Il apparaît alors que ce n’est pas à l’échelle d’une profession qu’il est possible de déplacer la signification du travail. Il s’agit plutôt d’un double mouvement tenant à la fois d’une entreprise politique plus générale – comme le montre par exemple l’article d’Alexis Cukier sur les rapports entre travail et démocratie –, et d’une démarche plus individuelle – comme le met en lumière l’étude d’Irène-Lucile Hertzog sur les femmes engagées dans des processus de procréation médicalement assistée. Ce télescopage du personnel et de la réflexion collective est bien résumé par le slogan « Le privé est politique ». Il constitue un des apports majeurs de l’épistémologie féministe qui a particulièrement développé cette réflexion dans la sphère du travail, contribuant de façon décisive à en étendre les frontières.

Trouble dans les frontières du travail

12On doit en effet à l’épistémologie féministe, et plus particulièrement aux courants de pensée féministes matérialistes et à leur lecture marxiste des relations entre les sexes, la politisation radicale du concept de travail et l’élargissement de son questionnement (Bidet-Mordrel et al. éd., 2016). En montrant que ce qui compte comme du travail est un enjeu primordial dans le processus de production des hiérarchies sociales et sexuées, cette pensée critique a permis de faire vaciller l’apparente naturalité de la catégorie travail, la partition des sphères privée et publique sur laquelle elle repose, et les exclusions qu’elle produit. Par là même, le féminisme matérialiste a mis en lumière que les frontières entre travail et hors-travail ne sont jamais données mais résultent de rapports de pouvoir de genre, de classe mais aussi de race, d’âge ou de sexualité, ainsi que de verdicts sociaux qui rendent un ensemble d’activités invisible.

13Un des apports centraux de la critique féministe matérialiste réside dans la formulation de la notion de travail domestique qui recouvre l’ensemble des services domestiques effectués au sein du foyer, de l’éducation des enfants aux relations sexuelles en passant par les tâches ménagères ou encore par la petite production marchande (Chabaud-Richter et al., 1985 ; Delphy, 1998 ; Tabet, 2004). Par cette entreprise de dénaturalisation de ce qui relèverait d’un apanage naturel des femmes, « il devient alors collectivement “évident” qu’une énorme masse de travail est effectuée gratuitement par les femmes, que ce travail est invisible, qu’il est réalisé non pas pour soi mais pour d’autres et toujours au nom de la nature, de l’amour ou du devoir maternel » (Kergoat, 2007, p. 37). « Paradigme du travail invisible des femmes » (Krinsky et Simonet, 2012, p. 7), la notion de travail domestique a contribué à ébranler la vision dominante de la famille et révélé son fonctionnement patriarcal reposant sur l’exploitation du travail des femmes. Contestant l’opposition et la hiérarchisation naturalisée entre une sphère masculine liée à la production marchande de biens et de services et une sphère féminine consacrée à la reproduction biologique de l’être humain et de sa force de travail, elle met en évidence ce qui relève d’une division sexuée du travail au cœur des rapports sociaux entre les sexes. Qui plus est, la notion de travail domestique a contribué à transformer la définition du travail, l’élargissant au travail non salarié, non rémunéré, non marchand, ou encore au travail informel (Hirata et Zarifian, 2007).

14Cette grille de lecture féministe permet de placer au cœur de l’analyse du travail sa part invisible, déniée ou stigmatisée, et, par là même, de sortir un ensemble de travailleurs et surtout de travailleuses des « silences de l’histoire » (Perrot, 1998). Dans le dossier « Traduction » de ce numéro, qui s’attache à mettre en évidence les frontières de genre du travail intellectuel, il est question d’« un portrait collectif en creux », celui des femmes du « monde des Annales » au premier temps de l’existence de cette revue. La traduction de Christelle Rabier restitue toute la force d’une analyse passée inaperçue, celle de l’article de l’historienne moderniste Natalie Zemon Davis publié en 1992 dans la revue anglaise History Workshop Journal. « Women and the world of the Annales » traque les « petites mains » des « grands hommes » des Annales et met en lumière la division sexuée du travail scientifique et l’importance du « travail bénévole ou rémunéré de femmes bien éduquées » dans le fonctionnement de cette « fraternité masculine ». Ce travail invisible et subalterne révèle les configurations de pouvoir qui maintiennent dans l’ombre l’activité intellectuelle des femmes dans le champ de la recherche historique en France. Dans une réponse en forme d’essai, Étienne Anheim, l’actuel directeur des Annales, poursuit l’analyse de l’historienne américaine, de l’après-guerre à nos jours, en mobilisant trois variables genrées dans le travail intellectuel de la revue : le nombre de femmes publiées, leur rôle dans l’organisation du travail éditorial et la prise en compte de problématiques du genre et de l’épistémologie féministe au sein des Annales. Restituant et analysant les progrès mais aussi les contretemps de la féminisation des cadres et des auteur-e-s de la revue, il livre une réflexion sur les enjeux scientifiques et politiques d’une parité pratiquée dans la recherche en sciences humaines et sociales.

15Dans son article, le Collectif Rosa Bonheur poursuit l’exploration du travail invisible des femmes et revisite la question du travail domestique par la mise en lumière d’un faisceau de tâches contraintes, réalisé aux marges du travail et de l’emploi : le « travail de subsistance » (Mies, 1988). À partir d’une enquête ethnographique menée dans deux centres sociaux des quartiers populaires et pauvres de Roubaix, de 2011 à 2015, l’article dévoile l’intense activité déployée par des femmes dites « inactives » et « assistées » afin de satisfaire aux besoins de leur famille (démarches administratives pour obtenir des aides, gestion du budget et pratiques d’achat et d’accès aux biens, et enfin tâches ménagères et soins apportés aux proches). Comptant ce qui d’ordinaire ne se compte pas (Cottereau et Marzok, 2012), il montre combien ce travail joue un rôle essentiel dans l’économie familiale alors même qu’il est naturalisé, subordonné aux institutions (notamment les centres sociaux que ces femmes fréquentent) et sous domination masculine. Dans un contexte de chômage structurel et d’insécurité sociale croissante, ce travail de subsistance apparaît comme « le complément permanent et l’imparfait substitutif » du travail salarié. L’article renouvelle en outre la question du travail domestique par l’analyse de la dichotomie entre travail productif et reproductif. Le travail de subsistance, s’il s’apparente au travail domestique, déjoue en effet les présupposés sur lesquels ce dernier repose. Mené en collaboration avec les institutions publiques et au sein de réseaux d’entraide informels, il déborde le cadre privé du foyer. Qui plus est, il peut donner lieu à un travail de production ou de redistribution de ressources en nature, en argent ou en services. Il constitue ainsi une forme hybride de travail, relevant du productif et du reproductif, et donne à voir les formes invisibles de l’expérience laborieuse des femmes dominées sur le marché du travail au xxie siècle.

16À l’instar des propositions du Collectif Rosa Bonheur, l’article d’Irène-Lucile Hertzog a pour ambition de revisiter la question du travail reproductif des femmes en prenant à bras-le-corps la notion de reproduction dans son sens le plus littéral, à savoir la « production » des enfants. Si les cadres disciplinaires des sciences humaines et sociales tendent à tenir séparés travail et intimité, ces derniers ne constituent nullement des « mondes hostiles » (Laufer et Marry éd., 2001 ; Zelizer, 2005). Ce texte permet de souligner les particularités de l’engagement du corps des femmes au travail, jusque dans les parties de leur anatomie les plus privées. Reposant sur une enquête de sociologie qualitative auprès de femmes actives engagées dans des protocoles de fécondation in vitro, il souligne à quel point, en matière de travail, « les femmes donnent beaucoup plus que leur sueur » (Perrot, 1978, p. 9). En déplaçant les frontières acceptées du travail maternel de soin et d’éducation des enfants vers l’enfantement même, l’auteure poursuit l’entreprise féministe de dénaturalisation de la maternité (Knibiehler et Thébaud éd., 2005). Grossesse, accouchement, allaitement demeurent en effet encore très largement « considérés comme des mécanismes biologiques et physiologiques qui œuvreraient sans concours direct des femmes ». Attentive à la dimension corporelle et matérielle de cette « fabrique des enfants », elle donne à voir au contraire la multiplicité des formes de travail induites par le recours à l’assistance, notamment le travail de santé (Strauss, 1992), visant à garantir le bon déroulement du parcours médicalisé, et la charge mentale (Haicault, 1984) liée à la conciliation de ce travail de re-production avec l’activité salariée et la vie personnelle de ces femmes. D’une certaine manière, ce travail de re-production se révèle bien plus éprouvant, chronophage et contraignant que leur activité salariée.

17En proposant une analyse du travail des femmes selon une approche féministe et au ras des individus, ces contributions concourent à l’extension du domaine du travail, à la saisie de ses permanences – la division sexuée du travail mais également l’invisibilisation et la subordination des tâches accomplies par les femmes – et de ses multiples reconfigurations selon les trajectoires : femmes lettrées au milieu du xxe siècle, femmes dites assistées ou encore femmes salariées poursuivant un projet de maternité au xxie siècle. Mais cette implosion de la catégorie travail peut susciter une sorte de vertige épistémologique tant ce dernier semble se glisser dans l’ensemble des interstices de l’existence et ne plus, dès lors, constituer un champ en soi.

Est-ce que seuls les humains travaillent ?

  • 2 Cette question était posée par le numéro 18 de la Revue du MAUSS, « Travailler, est-il (bien) natu (...)

18Cette entreprise de dénaturalisation a contribué, en parallèle avec l’évolution actuelle du capitalisme marquée par une automatisation croissante des tâches laborieuses, à émietter le socle anthropologique de la définition du travail qui en faisait une spécificité humaine, une action volontaire et réfléchie qui engage la subjectivité et ne concerne que des collectifs humains2. Peut-on continuer à dire, comme Georges Friedmann et Pierre Naville, qu’on ne peut utiliser le terme travail pour « désigner des opérations déshumanisées » (éd.,1962, p. 17) ? Ou est-il devenu possible de définir comme travail l’activité d’entités non humaines ?

  • 3 Appel à communications pour la revue Sociologie du travail, à paraître, dossier thématique « Anima (...)

19La question du travail des animaux ou de leur place au sein d’activités humaines productives et rétribuées, qui n’a pas pu être traitée au sein de ce numéro, sera largement abordée par un volume à paraître de la revue Sociologie du travail (Porcher et al., à paraître). Dans ce dernier, les coordinateurs et coordinatrices partent du constat que pour les professionnels qui collaborent avec les animaux, que ce soit pour transporter des personnes ou des marchandises, sauver des personnes disparues, accompagner des personnes en situation de vulnérabilité, intervenir dans des dispositifs de défense et de sécurité publique, réaliser des performances scéniques (au cirque, au cinéma ou au zoo) et sportives, il est entendu que les bêtes ont acquis des compétences, qu’elles sont qualifiées, qu’elles connaissent leur métier, en d’autres termes, qu’elles « travaillent »3. Apprécier l’animal non plus comme un moyen mais comme un acteur du monde du travail soulève la question du statut de l’animal et de ses droits, et permet de penser, par-delà le prisme des émotions, la souffrance de l’animal au travail mais aussi son exploitation par l’homme dans le système de production industrielle actuel. Par là même, il s’agit de mettre en lumière l’enjeu éthique afférent à la qualification d’activités comme travail et de poursuivre le processus de sape des catégorisations toutes faites entre nature et culture, humanité et animalité (Haraway, 2010 ; Goldblum et Lenormand éd., 2015).

20Une autre façon de poser la question du travail d’entités non humaines est de s’intéresser à l’activité des machines, particulièrement à celle des ordinateurs et des robots. Si le questionnement sur le machinisme et son rôle dans la raréfaction du travail humain est ancien, comme en témoigne le mouvement luddite (Jarrige, 2009), les sciences de l’information et de la communication ont joué un rôle majeur dans le renouvellement actuel des questions sur cette frontière non humaine du travail. Le développement de l’économie numérique a conduit de nombreux auteurs (Rifkin, 2006 ; Brynjolfsson et McAfee, 2014 ; Stiegler, 2015) à établir une corrélation entre l’automatisation ou la robotisation de la production et l’extinction prochaine du travail humain, notamment avec l’essor du digital labor. Sébastien Broca revient sur cette notion, forgée dans une perspective critique, pour dénoncer l’exploitation des internautes par les multinationales. Il montre cependant combien cette expression désigne aujourd’hui des choses très différentes, allant de l’exploitation de contenus produits par des amateurs (sur YouTube par exemple) à la précarisation de certains métiers (à l’instar de l’entreprise Uber). Ainsi, parce qu’ils assimilent le digital labor à toutes « les activités numériques quotidiennes des usagers de plateformes sociales, d’objets connectés ou d’applications mobiles » (Casilli et Cardon, 2015, p. 13), certains auteurs tendent à le confondre avec le processus de génération de données (résultant d’une navigation sur Internet, par exemple). Comme le résume Sébastien Broca, « le but [d’un] utilisateur n’est pas de fournir des données personnelles à Google, mais d’utiliser le moteur de recherche proposé par cette entreprise ». En reprenant une définition marxiste du travail (Marx, 1968), qui envisage ce dernier comme une activité consciente et volontaire, l’auteur propose donc une critique de la notion de digital labor en pointant la disjonction qu’elle établit entre la volonté du sujet et les fruits de son activité. L’auteur met en garde contre ce que la tradition marxiste appelle « la subsomption réelle de la société sous le capital » (Negri, 2006, p. 28) et appelle à ne pas oublier ce qui résiste à la colonisation de toute forme d’activité par l’économie, comme l’ont fait le courant postopéraïste ou André Gorz (2008).

21De son côté, l’entretien mené avec les concepteurs du robot Berenson questionne lui aussi l’étendue de la notion de travail. Apparemment mis au service de la médiation culturelle au musée du quai Branly, ce robot est en fait une expérimentation à la croisée de la robotique environnementale et de l’anthropologie. Alors que les robots sont souvent perçus comme pouvant remplacer ou assister les hommes et les femmes dans leur travail, Berenson est, lui, conçu comme un anti « robot-travail ». Son action consiste à « apprendre à reconnaître des réactions sur le visage des visiteurs devant les objets, à les interpréter comme positives ou négatives, puis à les reproduire tout en circulant dans le musée d’objet en objet ». Rejetant une vision utilitaire du robot, ses concepteurs envisagent d’abord Berenson comme un moyen d’étudier certaines interactions humaines – qu’il s’agisse des comportements humains face aux œuvres ou face au robot lui-même. L’entretien permet alors de repenser le travail robotique, au-delà du prisme de l’automatisation des tâches techniques. En effet, médiateur disrupteur, Berenson ne constitue nullement une machine au service des visiteurs du musée, mais bien plutôt un être artificiel qui agit et interagit avec leurs goûts et, ce faisant, les déstabilise. Par son « drôle de travail », il permet de mettre en lumière des formes de créativité et d’inventivité nouvelles qui invitent à repenser les contours du travail culturel.

22Finalement, il s’agit peut-être moins de considérer qu’animaux ou robots travaillent à l’image ou à la place des humains que de penser des formes hybrides de collaboration dans le travail, selon le modèle du cyborg développé par Donna Haraway (2009).

Déplacer les frontières du travail est politique

23La lecture des articles du numéro invite finalement à se méfier des discours annonçant la fin du travail humain. Que celui-ci prenne des formes variées, qu’il se transforme, nul ne le conteste. Il n’empêche que le travail détermine encore largement le statut et l’intégration des individus dans les sociétés contemporaines occidentales (Durkheim, 2007). Le travail reste surtout une spécificité humaine car il demeure à la fois un lieu de pouvoir, organisé par l’État et contraint par les entreprises, et un moyen de lutte sociale et de puissance d’agir sur la société, ce que l’observation de ses frontières révèle pleinement. Depuis le milieu des années 1970, le renouvellement de la grammaire et des acteurs des mouvements sociaux, portés historiquement par le mouvement ouvrier (Sewell, 1983 ; Vigna, 2007), a ainsi favorisé la déstabilisation des définitions dominantes du travail. Des catégories peu visibles du monde du travail, précaires à l’instar des travailleurs et travailleuses sans-papiers, et minoritaires comme les travailleurs et travailleuses du sexe, ont placé la question de la reconnaissance symbolique de leur activité au cœur de leurs revendications (Honneth, 2000 ; Mathieu, 2011 ; Toupin, 2014). Plusieurs des contributions de ce numéro évoquent ou prennent à bras-le-corps les implications politiques de ces luttes de qualification du travail, des travailleurs et des travailleuses, pour penser la reproduction ou la transformation des rapports sociaux qu’elles induisent et, in fine, l’émancipation dont ces luttes peuvent être porteuses.

24Dans le champ des rapports sociaux, qualifier de travail une activité est une opération politique. Marqueur identitaire et principe d’affiliation sociale (Castel, 1995), le travail a été constitué dans le courant du xixe siècle comme le pivot de la distribution des revenus, des droits et des protections. Les combats actuels menés par les prostitué-e-s, qu’ils et elles se définissent ou non comme travailleurs et travailleuses du sexe, placent ainsi au cœur de leurs revendications la reconnaissance de leur activité par l’État comme travail. L’entretien que nous avons réalisé auprès de Morgane Merteuil et Thierry Schauffauser, travailleuse et travailleur du sexe et activistes, met en évidence les enjeux de cette lutte pour « appeler travail ce qui est travail » : déjouer le stigmate de la prostitution, faire prendre conscience d’expériences et d’intérêts partagés par une population hétérogène, afin de lui permettre de s’unir et de reprendre possession d’une « puissance de se dire » (Pheterson, 2001 ; Leigh, 2011 ; Merteuil, 2014). Cette lutte pour la formulation d’une nouvelle subjectivité en tant que « travailleurSEs du sexe » souligne les potentialités émancipatrices de se dire par le travail. Dans le sillage de la critique féministe matérialiste, elle met en lumière la sexualité comme travail afin de proposer une transformation des rapports sociaux de sexe afférents pour une économie sexuelle plus égalitaire. Déplacer les frontières du travail ici vient ainsi nourrir toute une réflexion sur les conditions de possibilité d’une « démocratie sexuelle » (Fassin, 2006), soit l’extension du domaine démocratique dans la sphère privée et l’introduction des valeurs de liberté et d’égalité dans le champ de la sexualité.

25Pour autant, en l’absence de structures collectives et de mouvements sociaux propres à la production d’une autolégitimation de l’activité comme travail, toutes les activités laborieuses ne peuvent prétendre à une même possibilité de reconnaissance et de visibilité dans l’espace public. Ainsi, le travail de subsistance étudié par le Collectif Rosa Bonheur ne permet pas aux femmes qui l’exercent de retourner le stigmate institutionnel qui fait d’elles des « inactives » et des « assistées » et de se revendiquer comme travailleuses. De la même façon, les femmes engagées dans un parcours de procréation médicale assistée que donne à voir l’article d’Hertzog, alors même qu’elles emploient le champ sémantique du travail pour qualifier leur expérience, ne franchissent pas le cap de penser la réalisation de leur projet de maternité comme un travail. Qui plus est, leur quotidien est le théâtre d’un conflit récurrent entre leur activité salariée – travail visible et reconnu par elles-mêmes et par la société – et leur travail de santé – activité autant invisibilisée que coûteuse en termes de temps, d’argent et d’effort. C’est pourquoi le texte d’Alexis Cukier rappelle la nécessité d’arrimer une réflexion sur le déplacement des frontières du travail à la reconnaissance politique de ce processus. La réflexion sur la capacité démocratique et émancipatrice de l’extension du domaine du travail est au cœur de son étude philosophique. À partir d’une réflexion croisée sur l’organisation néomanagériale du travail dans l’entreprise et le retour, dans le champ des sciences humaines et sociales, de la thèse de la centralité politique et subjective du travail dans nos sociétés occidentales (Dejours et Deranty éd., 2010), l’auteur invite à faire de la déconstruction de la catégorie dominante de travail une opération politique de lutte pour « la réappropriation du pouvoir démocratique sur la qualification des activités comme travail ». Cette dernière n’est pas seulement le privilège des chercheurs et des chercheuses, elle doit constituer un moyen de reconnaissance et d’émancipation individuelles et collectives. Aussi, plutôt que de considérer que l’extension de la sphère du travail se traduit par une soumission (voire une aliénation) économique du salarié, Cukier appelle à faire de cette dernière un lieu d’apprentissage citoyen et de démocratisation de nos existences. Pour ce faire, l’auteur propose une redéfinition du statut institutionnel de travailleur par un statut politique de producteur « qui rendrait ses droits politiques coextensifs aux droits démocratiques des citoyens ».

*

26Au terme de ce tour d’horizon, il apparaît que qualifier une activité de travail permet d’accéder aux luttes de classement du monde social. Comme le souligne Pierre Bourdieu, « l’enjeu des luttes à propos du sens du monde social est le pouvoir sur les schèmes classificatoires et les systèmes de classement qui sont au principe des représentations et, par-là, de la mobilisation et de la démobilisation des groupes » (Bourdieu, 1979, p. 559). Cette opération suppose à la fois une mobilisation des individus et des collectifs, ainsi qu’un intérêt à procéder à cette requalification. Elle engage à la fois les travailleurs et les travailleuses, et les chercheurs et les chercheuses qui s’y intéressent. La production d’une telle réflexion « critique » relève non seulement d’un mouvement de critique interne des études sur le travail mais repose également sur une conception des sciences humaines et sociales comme contribuant à mettre en cause l’ordre social. Tout l’enjeu est donc de savoir à qui profite le déplacement des frontières du travail et quel rapport de force il institue. Singulièrement, l’ensemble des contributions réunies dans ce numéro défendent une même optique : restituer de façon positive les frontières mouvantes de l’activité laborieuse au plus près des pratiques sociales, saisir en quelque sorte la catégorie travail en action, dans un souci de reconnaissance des individus et de leur engagement dans la société.

Haut de page

Bibliographie

Bidet-Mordrel Annie, Galerand Elsa et Kergoat Danièle éd., 2016, numéro thématique « Analyse critique et féminismes matérialistes », Cahiers du Genre, no 3.

Bourdieu Pierre, 1979, La distinction. Critique sociale du jugement, Paris, Éditions de Minuit.

Brynjolfsson Erik et McAfee Andrew, 2014, The Second Machine Age : Work, Progress, and Prosperity in a Time of Brilliant Technologies, New York, W. W. Norton and Company.

Casilli Antonio et Cardon Dominique, 2015, Qu’est-ce que le digital labor ?, Paris, INA Éditions.

Castel Robert, 1995, Les métamorphoses de la question sociale : une chronique du salariat, Paris, Fayard.

Chabaud-Richter Danièle, Fougeyrollas-Schwebel Dominique et Sonthonnax Françoise, 1985, Espace et temps du travail domestique, Paris, La librairie de Méridiens.

Champy Florent, 2009, La sociologie des professions, Paris, Presses universitaires de France.

— 2011, Nouvelles théories sociologiques des professions, Paris, Presses universitaires de France.

Cottereau Alain et Marzok Mokhtar Mohatar, 2012, Une famille andalouse. Ethno-comptabilité d’une économie invisible, Paris, Bouchène.

Dejours Christophe et Deranty Jean-Philippe éd., 2010, « The centrality of work », Critical Horizons, no 11, p. 167-180.

Delphy Christine, 1978, « Travail ménager ou travail domestique ? », Les femmes dans la société marchande, A. Michel éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 39-54.

— 1998, L’Ennemi principal, t. 1, Économie politique du patriarcat, Paris, Syllepse.

Demazière Didier et Le Lidec Patrick éd., 2014, Les mondes du travail politique. Les élus et leurs entourages, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Descoutures Virginie, 2010, Les mères lesbiennes, Paris, Presses universitaires de France.

Dufy Caroline et Weber Florence, 2007, L’ethnographie économique, Paris, La Découverte.

Dujarier Marie-Anne, 2014, Le travail du consommateur. De MacDo à eBay : comment nous coproduisons ce que nous achetons, Paris, La Découverte.

Durkheim Emile, 2007 [1893], De la division du travail social, Paris, Presses universitaires de France.

Erbès-Seguin Sabine, 2010, La sociologie du travail, Paris, La Découverte.

Fassin Éric, 2006, « La démocratie sexuelle et le conflit des civilisations », Multitudes, no 26, p. 123-131.

Fleuriel Sébastien et Schotté Manuel, 2008, Sportifs en danger. La condition des travailleurs sportifs, Paris, Le Croquant.

Freidson Eliot, 1986, « Les professions artistiques comme défi à l’analyse sociologique », Revue française de sociologie, vol. 27, no 3, p. 431-443.

Friedmann Georges et Naville Pierre éd., 1962, Traité de sociologie du travail, t. 1, Paris, Armand Colin.

Goldblum Sonia et Lenormand Marc éd., 2015, dossier thématique « La question animale », Tracés, Hors-série 2015, p. 106-221.

Gollain Françoise, 2001, « Penser le travail dans son historicité. Quelques réponses à Yolande Benarrosh », Revue du MAUSS, no 18, p. 176-195.

Gorz André, 2008, Écologica, Paris, Galilée.

Haicault Monique, 1984, « La gestion ordinaire de la vie en deux », Sociologie du travail, no 3, p. 268-277.

Haraway Donna, 2009, Des singes, des cyborgs et des femmes. La réinvention de la nature, Paris, Jacqueline Chambon.

— 2010 [2002], Manifeste des espèces de compagnie. Chiens, humains et autres partenaires, Paris, Éditions de l’Éclat.

Hély Matthieu et Simonet Maud, 2013, Le travail associatif, Nanterre, Presses universitaires de Paris-Ouest.

Hirata Helena et Zarifian Philippe, 2007, « Le concept de travail », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 230-235.

Honneth Axel, 2000, La lutte pour la reconnaissance, Paris, Éditions du Cerf.

Hughes Everett, 1996 [1971], Le regard sociologique, édition par J.-M. Chapoulie, Paris, Éditions de l’EHESS.

Jarrige François, 2009, Au temps des tueuses de bras : les bris de machines à l’aube de l’ère industrielle, 1780-1860, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Kergoat Danièle, 2007, « Division sexuelle du travail et rapports sociaux de sexe », Dictionnaire critique du féminisme, H. Hirata, F. Laborie, H. Le Doaré et D. Senotier éd., Paris, Presses universitaires de France, p. 35-44.

Knibiehler Yvonne et Thébaud Françoise éd., 2005, numéro thématique « Maternités », Clio. Histoire, femmes et sociétés, no 21.

Krinsky John et Simonet Maud, 2012, « Déni de travail : l’invisibilisation du travail aujourd’hui », Sociétés contemporaines, no 87, p. 5-23.

Laufer Jacqueline et Marry Catherine éd., 2001, Travail, genre et affectivité, Actes des journées d’études du MAGE, 8 juin, document de travail no 5, Paris, CNRS.

Lavialle Christophe éd., 2011, Repenser le travail et ses régulations, Tours, Presses universitaires François-Rabelais.

Leigh Carol, 2011 [1997], « Inventer le travail du sexe », Luttes XXX. Inspirations du mouvement des travailleuses du sexe, M. Nengeh Mensah, C. Thiboutot et L. Toupin éd., Montréal, Éditions du Remue-ménage, p. 267-270.

Marx Karl, 1968 [1939], Grundrisse, Paris, Anthropos.

Mathieu Lilian, 2011, La démocratie protestataire, Paris, Presses de Sciences Po.

Méda Dominique, 1995, Le travail. Une valeur en voie de disparition, Paris, Aubier.

Menger Pierre-Michel, 2009, Le travail créateur. S’accomplir dans l’incertain, Paris, Gallimard-Le Seuil.

Merteuil Morgane, 2014, « Le travail du sexe contre le travail » [en ligne], Période, [URL : http://revueperiode.net/le-travail-du-sexe-contre-le-travail/], consulté le 16 janvier 2017.

Mies Maria, 1988, Patriarchat und Kapital. Frauen in der internationalen Arbeitsteilung, Zürich, Rotpunktverlag.

Negri Antonio, 2006, Fabrique de porcelaine. Pour une nouvelle grammaire du politique, Paris, Stock.

Nicourd Sandrine éd., 2009, Le travail militant, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Paugam Serge, 2000, Le salarié de la précarité. Les nouvelles formes de l'intégration professionnelle, Paris, Presses universitaires de France.

Perrot Michelle éd., 1978, numéro thématique « Travaux de femmes », Le Mouvement social, no 105.

Perrot Michelle, 1998, Les femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion.

Pheterson Gail, 2001 [1989], Le prisme de la prostitution, trad. Nicole-Claude Mathieu, Paris, L’Harmattan.

Polanyi Karl, 1983 [1944], La Grande Transformation, Paris, Gallimard.

Porcher Jocelyne, Mouret Sébastien, Pruvost Geneviève et Chiapello Ève éd., à paraître, dossier thématique « Animaux au travail », Sociologie du travail.

Revue du MAUSS, 2001, numéro thématique « Travailler, est-il (bien) naturel ? », no 18.

Rifkin Jeremy, 2006 [1995], La fin du travail, Paris, La Découverte.

Scholz Trebor éd., 2012, Digital Labor : The Internet as Playground and Factory, New York, Routledge.

Sewell William H., 1983, Gens de métier et révolutions. Le langage du travail de l’Ancien Régime à 1848, Paris, Aubier.

Simonet Maud, 2010, Le travail bénévole. Engagement citoyen ou travail gratuit ?, Paris, La Dispute.

Stanziani Alessandro éd., 2010, Le travail contraint en Asie et en Europe, xviie-xxe siècles, Paris, Éditions de la MSH.

Stiegler Bernard, 2015, La société automatique, t. 1, L’avenir du travail, Paris, Fayard.

Strauss Anselm, 1992, La trame de la négociation, Paris, L’Harmattan.

Tabet Paola, 2004, La grande arnaque : sexualité des femmes et échange économico-sexuel, Paris, L’Harmattan.

Toupin Louise, 2014, Le salaire au travail ménager : chronique d’une lutte féministe internationale (1972-1977), Montréal, Éditions du Remue-ménage.

Vatin François, 2001, « Le travail, la servitude et la vie. Avant Marx et Polanyi, Eugène Buret », Revue du MAUSS, no 18, p. 237-280.

Vigna Xavier, 2007, L’insubordination ouvrière dans les années 68 : essai d’histoire politique des usines, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Weber Florence, 2000, « Transactions marchandes, échanges rituels, relations personnelles. Une ethnographie économique après le Grand Partage », Genèses, no 41, p. 85-107.

— 2009 [1989], Le travail à-côté : une ethnographie des perceptions, Paris, Éditions de l’EHESS.

Zelizer Viviana, 2005, The Purchase of Intimacy, Princeton, Princeton University Press.

Haut de page

Notes

1 Pour une présentation plus détaillée de ce débat voir « Les ambiguïtés du travail, d’hier à aujourd’hui », un dialogue entre Dominique Méda et François Vatin en introduction à l’ouvrage dirigé par Christophe Lavialle Repenser le travail et ses régulations (Lavialle éd., 2011).

2 Cette question était posée par le numéro 18 de la Revue du MAUSS, « Travailler, est-il (bien) naturel ? ».

3 Appel à communications pour la revue Sociologie du travail, à paraître, dossier thématique « Animaux au travail » [en ligne], [URL : http://www.sociologiedutravail.org/spip.php?article126], consulté le 2 février 2017.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Albert, Clyde Plumauzille et Sylvain Ville, « Déplacer les frontières du travail », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 32 | 2017, mis en ligne le 15 mai 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://traces.revues.org/6822

Haut de page

Auteurs

Anaïs Albert

Centre d’histoire du XIXe siècle, université Paris 1

Articles du même auteur

Clyde Plumauzille

Centre de recherches historiques, EHESS, et Institut Émilie du Châtelet

Articles du même auteur

Sylvain Ville

Unité de recherche Sport Santé Société, université Lille 2

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page