Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Sciences cognitives, tournant pragmatique et horizons pragmatistes

Pierre Steiner
p. 85-105

Résumés

Ce texte présente et interroge la portée et les limites d’un probable tournant pragmatique au sein des sciences cognitives contemporaines. Il le met alors en contraste avec les exigences d’un possible tournant pragmatiste dans ces mêmes sciences cognitives. Des comparaisons critiques sont ainsi effectuées entre le pragmatisme classique, le pragmatisme contemporain et les sciences cognitives pragmatiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Voir par exemple Engel (2008).

1Même si l’expression « tournant pragmatique », à quelques exceptions près1, n’a pas (encore ?) été formellement utilisée pour désigner l’une des mutations actuelles des sciences cognitives, son usage permet, nous semble-t-il, de circonscrire à la fois l’une des spécificités et l’un des enjeux théoriques centraux des sciences cognitives contemporaines. Ce tournant pragmatique, on le verra, concerne aussi bien les objets d’études de diverses disciplines composant les sciences cognitives que les théories générales de la cognition qui se construisent à partir d’une analyse de travaux expérimentaux réalisés dans ces disciplines. Notre contribution vise, d’une part, à présenter la teneur de ce « tournant pragmatique » en sciences cognitives et à justifier son existence et, d’autre part et surtout, à évaluer ses enjeux théoriques. Sur ce dernier point, qui constituera à vrai dire le point central de ce texte, il s’agira de considérer les relations de continuité et de discontinuité qui peuvent exister entre ce tournant pragmatique en sciences cognitives et une philosophie pragmatiste de l’esprit et de la cognition. Disons-le d’emblée : très peu d’acteurs de ce tournant pragmatique en sciences cognitives se réclament du pragmatisme, du moins conçu comme mouvement philosophique. Le propos de ce texte n’est donc pas de critiquer la manière dont certains pourraient se dire pragmatistes en étant inscrits dans ce tournant pragmatique. Il s’agit plutôt de distinguer une conception pragmatique de l’esprit et de la cognition d’une conception pragmatiste, en soutenant par ailleurs que tant qu’il ne sera pas accompagné d’un tournant pragmatiste, le tournant pragmatique ne pourra pas réellement constituer une orientation radicale ou une rupture au sein des sciences cognitives. Pour ce faire, on tentera de délimiter, de manière suggestive, quelques contours théoriques et méthodologiques de ce tournant pragmatiste en se référant notamment aux travaux de pragmatistes classiques comme Peirce et Dewey, mais aussi de pragmatistes contemporains comme Richard Rorty et Robert Brandom.

  • 2  C’est-à-dire peu à même de susciter des débats et des controverses en raison de son caractère majo (...)

2Les objectifs de ce texte sont donc triples : 1) considérer les sciences cognitives comme un lieu de différenciation intéressant entre une théorie pragmatique (de la cognition) et une théorie pragmatiste (de la cognition) ; 2) faire signe vers le caractère peu problématique2d’un tournant pragmatique en sciences cognitives, et vers les exigences et enjeux théoriques de la possibilité d’un tournant pragmatiste ; 3) présenter quelques aspects d’une philosophie pragmatiste de l’esprit et de la cognition, en référence aux travaux de certains pragmatistes, anciens et contemporains (sans passer sous silence les dissensions entre ces deux générations), et donc présenter quelques conséquences possibles de l’usage du pragmatisme dans un champ (inter)disciplinaire contemporain : les sciences cognitives. Dans la première partie, après un bref rappel de ce que sont les sciences cognitives, nous présentons la nature et la portée de ce que nous appelons « tournant pragmatique » dans ces mêmes sciences cognitives. Dans la seconde partie, nous présentons la forme que pourrait prendre une philosophie pragmatiste de l’esprit et de la cognition.

Un tournant pragmatique en sciences cognitives ?

  • 3  Incluant, pour rappel, des disciplines comme la psychologie cognitive, la linguistique, les neuros (...)

3Qu’entendre par sciences cognitives ? Il faut veiller à ne pas définir l’objet des sciences cognitives (la cognition et ses manifestations) de manière circulaire ou trop restrictive. En un certain sens, l’objet des sciences cognitives est déjà un objet pragmatique. Comme le signifie le latin cognoscere, la cognition, c’est la connaissance dans son effectivité, dans son aspect actif et opératoire. La cognition, c’est la connaissance comme activité, qu’il s’agisse de son acquisition (dans la perception, l’apprentissage…), de sa production (notamment dans le raisonnement), de sa conservation (mémorisation), de son exercice, conscient ou inconscient, de sa révision, de sa transmission ou encore de sa perte. À différents niveaux (celui du sujet et son expérience vécue, celui de ce qu’il y a en lui, celui de ce qui prend place autour de lui dans l’environnement, celui de ce que font d’autres sujets…) et en raison de nombreux facteurs, la cognition s’acquiert, se développe, s’exerce et se détériore selon des conditions de possibilité, des principes de fonctionnement, des mécanismes ou encore éventuellement des lois. Les sciences cognitives3 constituent un projet d’identification et d’étude de ces mécanismes, dans l’optique, notamment, de mieux comprendre, améliorer, simuler ou reproduire la cognition, mais aussi, par là, de mieux comprendre l’origine et la spécificité de notre esprit humain, conçu, de manière réductrice mais néanmoins féconde, comme système cognitif.

4L’objet des sciences cognitives peut donc éventuellement être vu comme un objet pragmatique, au sens où il s’agit de la connaissance comme activité (mais pas nécessairement comme action observable), dans son caractère dynamique et changeant. Cette connaissance n’est pas, par exemple, la connaissance telle qu’elle est étudiée par le philosophe de la connaissance, pour lequel cette dernière est avant tout un état d’esprit conscient, dont il faut notamment interroger les rapports avec la vérité, la croyance et la justification. À côté de la nature de leur objet, les sciences cognitives peuvent également être vues comme pragmatiques dans un second sens, un sens méthodologique : objet d’une approche dite scientifique, la cognition est étudiée collectivement et expérimentalement (notamment en tentant de créer de la cognition artificielle), de manière quantifiable, contrôlable et objective (en excluant très souvent sa dimension subjective et vécue), dans un souci de modélisation et d’opérativité ayant directement des visées pratiques (qu’elles soient pédagogiques, thérapeutiques, biomédicales, ingénieurales…). Les sciences cognitives ne donnent pas seulement lieu à des postures théoriques sur l’esprit.

5Ces deux premières dimensions « pragmatiques » des sciences cognitives sont cependant beaucoup trop générales et triviales pour être ici intéressantes. Dans un sens plus pertinent de « pragmatique », et s’appliquant à certaines théories générales de la cognition, les sciences cognitives ne sont pragmatiques que depuis peu, à la suite de ce que nous appelons ici un tournant pragmatique qu’il nous faut maintenant présenter et dont il convient de justifier l’existence.

6Tel que nous le considérerons ici, ce tournant pragmatique affecte les objets étudiés et surtout les théories générales de la cognition produites par les sciences cognitives. Une science cognitive est à la fois spécifique (par exemple, la psychologie ne se limite pas à la psychologie cognitive ; la philosophie ne se limite pas à la philosophie de l’esprit) et inscrite dans un programme de recherche général, interdisciplinaire : celui des sciences de la cognition. Les sciences cognitives ne sont pas qu’une simple accumulation de disciplines et de travaux expérimentaux. Leur unité est notamment assurée par le souhait de produire une théorie, ou du moins une image générale de la cognition. Il n’y a cependant pas qu’une seule image générale de la cognition présente sur le marché. En interaction avec les théories locales et les travaux expérimentaux, différentes théories générales concurrentes tentent de définir ce qu’est la cognition et comment nous devrions l’étudier. C’est entre autres à ce niveau théorique, on le verra, qu’on peut parler de tournant pragmatique en sciences cognitives.

7Soit une discipline ou, ici en l’occurrence, un ensemble de disciplines, X. Qu’entend-on en parlant d’un tournant pragmatique en X (et non pas nécessairement ou déjà du tournant pragmatique de X) ? Notons d’abord que la définition que l’on donnera de ce tournant sera bien souvent différentielle : ce tournant se définit notamment comme un tournant par rapport à une ligne théorique et méthodologique dominante. Ce tournant peut être un complément à une ligne théorique dont il souhaite prolonger le chemin, tout en invitant cette ligne à explorer d’autres territoires et à respecter de nouvelles contraintes ; il peut aussi vouloir se constituer, à plus long terme, comme une rupture envers cette ligne dominante. Or, en sciences cognitives, la ligne dominante que le tournant pragmatique doit infléchir ou dépasser est le cognitivisme. Le tournant pragmatique en sciences cognitives est notamment issu d’une insatisfaction quant aux excès formalistes et intellectualistes du cognitivisme.

8Précisons en outre qu’un tournant pragmatique peut être un tournant au niveau de la méthodologie de la discipline (ou de l’ensemble de disciplines) ; il peut aussi concerner les outils (notamment conceptuels) ou encore les fins de la discipline en question. Un tournant à ces niveaux va souvent de pair avec un tournant plus fondamental concernant l’objet de la discipline. Le tournant pragmatique repose en effet souvent sur une « redécouverte » du caractère central et essentiel de certaines dimensions de l’objet : ses dimensions pragmatiques. « Pragmatique » est ici entendu dans un sens restreint et banal : les dimensions pragmatiques d’un phénomène sont les dimensions par lesquelles ce phénomène est en relation avec ou consiste en une activité ou un ensemble d’activités ou de pratiques concrètes. Ces dimensions ne viennent pas en supplément du phénomène (assurant par exemple sa mise en pratique) : si elles ne le constituent pas entièrement, elles le constituent en tout cas centralement ou essentiellement.

9La discipline X ne doit pas seulement, dès lors, tenir compte de ces dimensions pragmatiques de X : elle doit en rendre adéquatement compte, en cohérence avec son projet explicatif plus général. D’où de possibles changements méthodologiques, la création de nouveaux objets centraux d’étude et des changements lexicaux (dans ce dernier cas, se traduisant notamment dans l’abandon de certains couples d’opposition, incapables de montrer le caractère essentiel des dimensions pragmatiques du phénomène étudié). S’il est possible de parler de « tournant pragmatique » en sciences cognitives, c’est au moins au niveau d’un changement dans la conception de l’objet d’étude et d’une introduction ou d’une réapparition de nouveaux objets d’étude. Il est encore trop tôt pour parler, en connaissance de cause, de changements méthodologiques généraux (bien qu’il y ait des changements méthodologiques locaux, comme nous le verrons plus loin). Peut-être, d’ailleurs, que la possibilité de l’apparition de ces changements dépendra de l’adoption d’un tournant pragmatiste. Mais n’anticipons pas et envisageons pour commencer les changements dans les objets d’étude.

Conséquences du tournant pragmatique en sciences cognitives : un changement d’objet

10Le philosophe Andy Clark a clairement thématisé dans de nombreux textes l’existence et la nécessité de ce que nous appelons tournant pragmatique en sciences cognitives :

  • 4  Même si par ailleurs cet auteur n’a pas explicitement parlé de « tournant pragmatique ».

Le progrès futur des sciences cognitives semble impliquer des efforts toujours croissants pour ancrer nos recherches dans le monde réel de la sensation et de l’action. À partir de cet ancrage, le temps, le monde et le corps émergent en tant qu’acteurs signifiants dans le champ de la cognition. Comment avons-nous pu les oublier ? (Clark, 1995, p. 101)4

11C’est d’un souci pragmatique − se traduisant par le souhait de remettre la cognition à sa place, dans le monde réel de la sensorimotricité − que découlent alors, on le verra, les postures théoriques qui insistent sur les aspects dynamiques (« le temps »), situés (« l’environnement ») et incarnés (« le corps ») de la cognition. L’essentiel est que ce tournant pragmatique est une réaction par rapport aux oublis du cognitivisme.

12Pendant longtemps, le cognitivisme (ou théorie computo-représentationnelle de la cognition) fut en effet la seule théorie plausible de la cognition. Cette théorie assimile le fonctionnement de l’esprit humain au -fonctionnement d’un ordinateur, en considérant que les mécanismes de la cognition sont de nature algorithmique et ont pour objet les propriétés formelles de symboles mentaux (auxquels s’identifient nos pensées). L’esprit s’assimile ainsi à un programme (software) pouvant fonctionner sur différents substrats (hardware). La cognition peut notamment s’étudier indépendamment de la matière dans laquelle elle est implémentée. La théorie cognitiviste de l’esprit, si elle modélise le fonctionnement de la cognition centrale (raisonnement) à partir du fonctionnement de l’ordinateur, propose plus largement ce que Susan Hurley appelait le « modèle sandwich de la cognition » : la cognition (ou du moins la cognition centrale) est entre la perception et l’action. Selon le schéma classique, de manière linéaire, la perception construit et donne à la cognition en représentant un environnement externe ; la cognition interprète et raisonne avant de produire une action dans ce même environnement externe. Un système cognitif a ainsi des rapports avec le monde via des entrées perceptives et des sorties motrices (qui constituent ses limites) ; sa spécificité réside dans ses opérations de raisonnement centrales. Dans ce modèle, perception et action sont indépendantes l’une de l’autre. Si la perception offre des données à la cognition centrale, le fonctionnement de cette dernière n’est pas perceptif ; si la cognition centrale cause l’action, son fonctionnement n’est en aucun cas lié à la structure de l’action réalisée dans le monde en temps réel.

  • 5  Voir Gallagher (2005) pour ce thème.

13Souhaitant remettre la cognition à sa place (dans l’environnement, dans l’action, dans le temps), le tournant pragmatique n’implique pas nécessairement de rupture ou de révolution méthodologique par rapport au cognitivisme. Il invite au moins les sciences cognitives à prendre en compte, dans leur projet d’explication de la cognition et des mécanismes de ses diverses manifestations, les dimensions pragmatiques de la cognition. Quelles sont donc ces dimensions ? Elles relèvent d’au moins trois phénomènes étroitement liés : le mouvement corporel (geste, plus largement sensorimotricité)5 ; l’activité située de l’organisme cognitif dans son environnement, complexe et imprévisible ; la motivation et les projets de l’organisme. On se concentrera ici surtout sur les deux premiers phénomènes, qu’on ramassera sous le terme d’activité. Celle-ci peut se concevoir de manière continue (comme engagement motivé de l’organisme dans l’environnement) ou de manière particulière, si l’on se focalise sur les activités motrices et gestuelles du système cognitif. Pour le tournant pragmatique, ces dimensions pragmatiques de la cognition ne sont pas des suppléments ou des résultats de la cognition ; elles sont (au moins) en profonde interaction avec elle.

  • 6  Mondada (2005) est une bonne introduction aux aspects théoriques et empiriques des théories de la (...)
  • 7  Relation de causalité réciproque.

14Comme mentionné plus haut, ce tournant pragmatique nous semble être au fondement des théories émergentes de la cognition située (situated cognition)6 et de la cognition incarnée (embodied cognition), qui souhaitent compléter ou dépasser la théorie cognitiviste. L’incarnation comme inscription corporelle et la situation comme inscription environnementale peuvent être vues comme les deux formes principales des dimensions pragmatiques de la cognition, en vertu desquelles la cognition est une activité et se déploie dans et en vertu d’une série d’activités (la situation correspond à l’activité continue, l’incarnation à l’activité motrice et gestuelle). Situation et incarnation se présupposent et se complètent mutuellement. L’engagement dans l’environnement est sensori-moteur (corporel) ; la sensorimotricité relève d’un couplage 7 entre l’organisme et l’environnement. Le tournant pragmatique d’une partie des sciences cognitives ne se traduit pas seulement, on l’a dit, par une redécouverte du caractère cognitif de notre engagement pragmatique avec le monde. Il s’accompagne aussi de l’introduction ou d’un investissement envers de nouveaux objets d’études qui correspondent à des phénomènes par lesquels nous sommes activement engagés dans le monde quotidien.

  • 8  L’ouvrage de Hubert Dreyfus (1984) reste un classique sur ce point.

15L’entreprise cognitiviste s’est d’abord déployée à partir d’une étude modélisatrice de tâches cognitives abstraites, comme par exemple le jeu d’échecs, la compréhension d’un texte ou les processus d’inférence. Le savoir à reproduire était souvent le savoir de l’expert, conçu comme cloisonné (exercé sans interférences ou relations avec d’autres connaissances et d’autres objets, dans des environnements exhaustivement décomposables et prévisibles), et pas directement le savoir pratique de l’homme de la rue, ou plus simplement le savoir-faire incarné et situé en vertu duquel toute créature vivante peut survivre dans son environnement. Lorsque des études modélisatrices – sur un modèle computationnel « règles/représentations » − de ce savoir pratique quotidien ont été entreprises, des limites sont clairement apparues8, et ce, qu’il s’agisse de tâches complexes (la compréhension d’un dialogue en contexte et en temps réel) ou de tâches élémentaires (reconnaissance de formes). Bon nombre d’activités quotidiennes, en raison de leur rapidité, de leur complexité et de l’ensemble de paramètres et de connaissances qui semble être requis pour leur réalisation, ne -peuvent être conçues et a fortiori reproduites à partir d’un schéma sériel règles/représentations.

  • 9  Dit autrement, à un constat descriptif (le cognitivisme ne marche pas pour x) s’ajoutait un jugeme (...)

16La psychologie et l’intelligence artificielle étaient, pour le cognitivisme, les disciplines maîtresses des sciences cognitives. Leurs méthodologies rendaient difficile l’investigation de cette intelligence pratique et des mécanismes sous-tendant la réalisation de nos activités cognitives quotidiennes, situées et incarnées. Pour les critiques naissantes du cognitivisme, il ne s’agissait pas seulement de prendre acte de l’échec de la formalisation de ces dimensions pragmatiques de la cognition : celles-ci étaient au fondement de la cognition. Le cognitivisme n’échouait pas seulement à modéliser un domaine parmi d’autres de la cognition : il était surtout incapable de rendre compte de ses formes les plus fondamentales, car les plus élémentaires et les plus quotidiennes9. Sur un plan méthodologique, le modèle d’analyse cognitiviste est alors à abandonner, du moins lorsqu’il s’agit de s’intéresser à ses dimensions pragmatiques.

  • 10  Faculté en vertu de laquelle je sais que c’est moi qui agis (qui bouge mon bras, par exemple), et (...)

17L’émergence de formes d’études pragmatiques de ces dimensions de la cognition est l’une des caractéristiques du tournant pragmatique des sciences cognitives contemporaines. Ces études sont pragmatiques en ce qu’elles souhaitent proposer des modèles moins abstraits que les modèles cognitivistes, en prêtant attention à l’inscription matérielle, environnementale et corporelle de la cognition ; elles ne considèrent pas les dimensions pragmatiques de la cognition comme superflues ou supplémentaires (par rapport à une cognition centrale symbolique), et sont soucieuses d’étudier des tâches cognitives élémentaires. Par exemple, eu égard aux progrès des neurosciences et moyennant l’importance accordée aux dimensions pragmatiques de la cognition, des disciplines comme la physiologie du mouvement ou les neurosciences de l’action sont devenues des disciplines de plein droit des sciences cognitives. Des concepts et des questions comme celles du corps propre, du sens de l’agentivité (sense of agency)10, de la kinesthésie, de la proprioception, de l’action conjointe, de la simulation de l’action, du contrôle, des pathologies de l’agir (comme la schizophrénie), de la volonté d’agir ou des émotions sont ainsi devenues centrales. Leur étude empirique a notamment permis de découvrir que la complexité de l’action n’est aucunement réductible à la traduction d’un plan interne : l’action n’est pas le résultat – la simple exécution − des ordres d’un centre de contrôle, situé de manière étanche entre les entrées sensorielles et les sorties motrices, et raisonnant en manipulant des idées, en considérant l’environnement comme un simple objet représenté de connaissance, et le corps comme un instrument donné d’exécution de l’action.

18Nous venons de brièvement évoquer quelques changements d’objets d’étude rencontrés par les sciences cognitives qui empruntent le tournant pragmatique. Présentons maintenant plus généralement les changements théoriques apportés par le tournant pragmatique dans la conception de la cognition.

Les changements théoriques opérés par le tournant pragmatique

19Au point de vue conceptuel, le tournant pragmatique d’une partie des sciences cognitives se traduit notamment par la relativisation de l’étanchéité de certaines distinctions, comme perception/action, esprit/monde, forme/matière, mental/corporel. Soit la cognition comme objet des sciences cognitives ; la perception, la mémoire, la compréhension linguistique comme exercices ou manifestations de cet objet ; la représentation mentale (mais aussi le cerveau, par exemple) comme composante de cet objet (et de ses exercices et manifestations). Le tournant pragmatique des sciences cognitives concerne ces trois phénomènes. Nous nous intéressons particulièrement ici à ce tournant cognitif dans les théories générales des sciences cognitives. Ce tournant a pour objet ces trois phénomènes à quatre niveaux distincts de la cognition : fonction, genèse, fonctionnement, nature, et certaines de leurs composantes, manifestations et exercices.

La fonction de la cognition

  • 11  Clark, 1997, est l’une des meilleures présentations de ces changements.

20Il s’agit peut-être ici du niveau le plus élémentaire de ce tournant cognitif. Depuis une quinzaine d’années, eu égard, notamment, au développement des neurosciences de l’action, de la robotique située et des théories motrices de la vision, on (re)découvre le point suivant11 : la cognition n’est pas – ou n’a du moins pas pour fonction d’être – un miroir de la réalité à laquelle elle ferait face. La cognition n’est pas non plus un système de calcul désincarné. Si le cerveau est (entre autres) un organe représentationnel, c’est avant tout parce qu’il est un organe pour l’action, un organe prédicteur (Berthoz, 1997). La cognition ne produit pas, de manière contingente ou facultative, une activité incarnée et située en représentant d’abord et essentiellement
le monde : elle a pour fonction première de produire et de contrôler cette activité incarnée et située, sans pour cela devoir nécessairement représenter exhaustivement l’environnement d’action de la créature.

La genèse de la cognition

  • 12  En référence aux travaux de Jean Piaget.

21Le tournant pragmatique, ici, se traduit par l’idée suivante : les bases de la cognition, même dite de haut niveau (raisonnement, langage) sont essentiellement sensorimotrices. Autrement dit, la cognition s’ancre dans notre engagement sensorimoteur et corporel avec l’environnement. C’est notamment par les activités du corps (mouvements, expérience) que la cognition devient effective et structurée, qu’il s’agisse de la perception, du développement, de la motivation ou du langage. Parler de genèse de la cognition en se référant aux activités de l’organisme de l’environnement (activités continues d’apprentissage), et entre autres à son engagement sensorimoteur avec le monde, c’est remettre profondément en question, parfois au nom d’un certain constructivisme12, le caractère fragmenté, inné et amodal de la cognition, du moins à propos de la perception et du langage. Dans ces deux cas, le tournant pragmatique inclut l’émergence de théories pour lesquelles aucune créature cognitive ne pourrait percevoir ou concevoir sans être en mesure d’agir (ou sans avoir une fois agi) dans son environnement (et d’apprendre, à partir de ces actions).

Le fonctionnement de la cognition

22C’est à ce niveau que le tournant pragmatique d’une partie des sciences cognitives contemporaines est le plus visible et le plus concret. Sa portée pourrait se résumer à la phrase suivante : « Il est vain de tenter d’expliquer la cognition (la perception, le langage, le raisonnement…) en la considérant indépendamment de ses rapports interactifs avec les activités de l’organisme dans l’environnement (pouvant inclure d’autres organismes agissants). »

23L’action n’est pas ici le simple résultat de la cognition ; elle intervient centralement dans son fonctionnement, y compris dans celui de la perception. Ce tournant peut aussi concerner des composantes de la cognition comme les représentations mentales : la représentation mentale, interface entre l’esprit et le monde, est elle-même construite pour (niveau 1) et dans (niveau 3) l’action de l’organisme dans l’environnement.

La nature de la cognition

24C’est une chose de dire que la cognition et l’action (ou plus largement l’activité d’un organisme dans un environnement) sont interdépendantes, de manière telle qu’une science de la cognition doit absolument tenir compte de ce fait. C’en est une autre de soutenir que la cognition est, constitutivement, de l’action. Dans le premier cas, bien qu’elles entretiennent des relations de causalité fondamentales, la cognition et l’action sont encore foncièrement distinctes dans leur existence propre. Dans le second cas, il y a plus qu’un rapprochement épistémologique entre cognition et action : il y a (presque) identification, ou du moins inclusion. Pour les niveaux 2 et 3, la cognition n’est pas seulement pour l’action : elle se construit et s’exerce en rapport avec l’action. Ici, en 4, elle est partiellement ou totalement constituée par l’action effective ou possible d’un système dans son environnement. C’est à ce niveau que le tournant pragmatique se veut le plus radical. Peu de théoriciens le défendraient cependant pour la cognition en général. On préfère se concentrer, encore une fois, sur certaines de ses manifestations et de ses composantes. Certains soutiendront par exemple que la perception ne fait pas que s’exercer en relation avec une activité (ou un ensemble d’actions) : elle est une activité (ou action) (Lenay, 2006). Cela implique notamment que l’expérience perceptive ne prend pas seulement place dans la tête : elle est distribuée sur le cerveau, le corps et l’engagement sensorimoteur de l’individu avec l’environnement.

25Ce tournant pragmatique est donc avant tout une manière, pour certaines théories de la cognition, de prendre leurs distances par rapport au formalisme et au rationalisme intellectualiste excessifs qui caractérisent le cognitivisme. Son unité relève essentiellement de sa distance critique envers une ligne théorique dominante. À l’intérieur de ce tournant, beaucoup de thèses divergent entre elles. On remarquera, entre autres, que certains acteurs de ce tournant pragmatique le voient comme une rupture ou une révolution par rapport à la ligne théorique dominante, qu’il convient de dépasser ou d’abandonner. Le tournant pragmatique affecte alors la cognition dans sa généralité (et pas seulement certaines de ses manifestations) ; il implique des changements méthodologiques notables (attention davantage portée à la dynamique cérébrale, au comportement situé, abandon de l’analyse fonctionnaliste et décompositionnelle…), ainsi qu’un abandon plus ou moins radical de la notion de représentation (ou du moins de représentation symbolique), notion emblématique du cognitivisme. D’autres voient ce tournant comme un tournant réformateur à l’intérieur de la ligne théorique dominante. Il s’agit d’élargir et d’activer la théorie cognitiviste de la cognition, en abandonnant notamment l’idée que la cognition n’est que manipulation réglée de symboles. La méthodologie cognitiviste n’est pas à abandonner ; elle est à compléter et à utiliser avec d’autres méthodes, en fonction des phénomènes étudiés.

26En prenant connaissance des idées avancées par ce tournant pragmatique, on ne peut qu’être frappé par l’absence constante de références au pragmatisme, notamment deweyien. Il faut en effet savoir qu’un grand nombre de topoï sur les aspects pragmatiques, c’est-à-dire incarnés, situés, dynamiques, émergents, habituels, voire expérientiels de la cognition se retrouvent déjà dans la tradition pragmatiste. Par exemple, Dewey proposait dès 1896 une théorie sensorimotrice de la perception.

  • 13  Johnson (2006) constitue une excellente présentation synthétique de ce point.

27Il ne saurait être question de mentionner ici les précédents pragmatistes de ce tournant pragmatique13. Il nous semble plus utile de faire signe, à partir des ressources du pragmatisme, vers d’autres composantes essentielles de la cognition que ce tournant pragmatique manque cependant de voir (en se contentant d’un sens réduit de pragmatique). Seul le pragmatisme nous paraît en fait capable de penser ensemble les dimensions institutionnelles, techniques, non représentationnelles et sémiotiques de la cognition, et de pouvoir ainsi constituer une alternative réelle au cognitivisme.

Quelques conséquences possibles d’un usage du pragmatisme en sciences cognitives

28Il faut bien distinguer le pragmatisme (ou théorie pragmatiste) d’un tournant ou d’une philosophie pragmatique. L’adoption d’un tournant pragmatique n’implique pas – ni nécessairement ni suffisamment – l’adoption d’une perspective pragmatiste. Une théorie sera pragmatiste en relevant de la philosophie pragmatiste ou néopragmatiste, et non pas en étant le produit d’une attitude pragmatique ou d’un tournant pragmatique, comme défini plus haut. Reste évidemment à définir ce qu’est ou ce que sont les philosophies pragmatistes ou néopragmatistes. Or, à moins de se contenter de billevesées, il ne semble pas y avoir de thèses pragmatistes qui soient à la fois générales (partagées par tous les pragmatistes) et fondamentales. Sans doute y a-t-il une manière ou méthode pragmatiste de poser et de considérer certaines questions philosophiques qui peut être vue comme fondatrice (servant de point de départ), mais c’est probablement tout. On peut, certes, voir dans le pragmatisme une philosophie qui souligne l’importance du caractère pratique de l’intelligence, de la connaissance, de la vérité ou de la signification. Mais rien n’est encore dit sur ce qu’on entend par pratique et à quels genres de pratiques on se réfère : pratiques mentale, comportementale, technique, pratiques sociales ? « Pratique », dans ce sens, est aussi un concept normatif : dire que le pragmatisme est une philosophie non pas de la pratique, mais au moins des aspects pratiques des phénomènes évoqués plus haut, c’est supposer que bon nombre de philosophes n’ont jamais pris sérieusement en compte ces aspects auparavant, ce qui est assez douteux – bien que l’on puisse éventuellement dire que le pragmatisme tente d’instaurer des rapports positifs entre pratique(s) et réflexion philosophique, mais le vague de « pratique(s) » subsiste.

29Comme méthode, le pragmatisme est plus exigeant et réduit qu’une philosophie ou théorie pragmatique du langage, du social ou de la cognition. Comme philosophie, le pragmatisme est plus large qu’une philosophie ou théorie pragmatique du langage, du social ou de la cognition qu’il peut englober, sans aucunement s’y réduire cependant. Une théorie pragmatiste ne fait pas que défendre une théorie pragmatique de x, voyant x comme une action, une forme d’action, ou constitué par des formes d’action. Deux exemples peuvent nous aider à préciser ces deux manières de comprendre le pragmatisme. Étant donné qu’il y a probablement autant de méthodes et de philosophies pragmatistes qu’il y a d’auteurs pragmatistes, ces exemples seront forcément sélectifs.

  • 14  Dans les références à Peirce, le premier chiffre précédant le point se réfère au numéro du volume, (...)

30(1) Le pragmatisme fut d’abord, chronologiquement, une méthode de clarification conceptuelle de questions philosophiques classiques et du contenu de nos énoncés. Avant d’être un travail sur des questions philosophiques, il est un travail sur la manière dont les questions sont posées, travail nous permettant de débusquer et de dénouer certaines confusions linguistiques ou phénoménales dans lesquelles certains (faux) problèmes philosophiques prennent leurs sources. On a coutume de citer la définition suivante du pragmatisme formulée par Peirce dans la Revue philosophique, en 1879, qui entérinerait la naissance officielle du mouvement : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. » Ce passage est extrait de l’article bien nommé « Comment rendre nos idées claires » et précise la manière dont nous devons considérer nos idées, nos concepts et plus généralement les produits de notre esprit, afin d’éviter égarements et autres illusions. Cette définition établit une technique de clarification logique de nos concepts et croyances. Remarquons cependant qu’il s’agissait moins pour Peirce de naïvement réduire les produits de la pensée à la factualité de l’action, de la pratique ou aux sense data de l’expérience que de développer et d’associer (Peirce parle de considérer, et non pas d’observer ou de décrire !) ces produits aux croyances et dispositions qu’ils induisent, bref aux habitudes d’action qu’ils seraient amenés à provoquer (Peirce, 8.191 ; 8.32614). Insistons bien sur le fait que la maxime pragmatiste de Peirce a avant toute chose une portée méthodologique :

Le pragmatisme ne prétend pas et ne doit pas prétendre résoudre des problèmes. Il est simplement une maxime logique servant à abattre la poussière de pseudo-problèmes et nous permettant donc de discerner quels faits pertinents les phénomènes peuvent présenter. Mais ceci est déjà une bonne moitié de la tâche de la philosophie. (Peirce, 8.186)

31(2) Le philosophe contemporain Robert Brandom place au fondement de sa philosophie du langage un souci qui, selon lui, relève d’un pragmatisme méthodologique : la sémantique doit nécessairement répondre au pragmatique. Une théorie de la signification n’est valable et pertinente que si elle rend compte des – et se base sur les – caractéristiques de notre usage des expressions linguistiques.

32Brandom (2002b) adhère à un pragmatisme méthodologique (la théorie sémantique doit répondre à la pragmatique), mais aussi à : a) un pragmatisme sémantique, pour lequel la signification doit être expliquée par l’usage (le langage n’est pas un miroir de la réalité, mais un outil) ; b) un pragmatisme fondamental, pour lequel le savoir-faire a une priorité explicative sur le savoir propositionnel ou savoir-que ; c) un pragmatisme sur les normes, pour lequel l’autorité cognitive d’un énoncé ou d’une théorie est instituée au sein de pratiques sociales de conversation et de justification ; d) un pragmatisme normatif selon lequel les normes qui ont la forme de règles (explicites) ne sont intelligibles et efficaces qu’à partir d’un arrière-plan de normes implicites ; e) un pragmatisme linguistique, pour lequel il ne peut y avoir de pensées sans pratiques linguistiques antécédentes (le jugement est une intériorisation de l’assertion). Pour Brandom, le pragmatisme se définit donc par une adhésion explicite à l’ensemble de ces thèses. On remarque par là la généralité du pragmatisme, qui est plus qu’une philosophie de ou des usages. Ces critères
d’identification proposés par Brandom confinent cependant le point de départ du pragmatisme dans la philosophie du langage – à partir de laquelle une théorie de la rationalité ou de la connaissance peut alors découler. Cette focalisation du pragmatisme analytique de Brandom sur le langage ou les pratiques de vocabulaire est critiquable, surtout lorsqu’elle s’applique à l’esprit. Celui-ci n’est-il pensable qu’à partir de ces derniers ? Brandom ne parle pas par exemple de la possibilité d’un pragmatisme écologique, pour lequel la pensée (le raisonnement, la connaissance, la justification) possède nécessairement des ressources environnementales non exclusivement discursives ou linguistiques. Ces ressources sont celles auxquelles font appel le tournant pragmatique des sciences cognitives, mais aussi les philosophies de Peirce et de Dewey. Mais, dans un autre sens, cette caractérisation du pragmatisme par Brandom insiste fortement sur les notions de normativité et de -pratiques sociales pour comprendre le langage et la connaissance. Ces notions sont souvent inexistantes pour le tournant pragmatique des sciences cognitives, et sont centrales chez Peirce et chez Dewey.

33En grec, le nom pragma (d’où dérive l’adjectif pragmatikos) ne dénote pas seulement et simplement le registre de la réalité factuelle et de l’action : il dénote également des affaires et faits judiciaires (sens particulièrement repris dans le latin pragmatica), ainsi que des outils. Peut-être pourrait-on distinguer une théorie pragmatiste de la cognition d’une approche pragmatique de la cognition à partir, entre autres, de cette extension légitime et pertinente du sens de pragmatikos effectuée par le pragmatisme.

Activités cognitives et activités normatives

34Le pragmatisme contemporain insiste souvent sur l’importance des dimensions institutionnelles (normatives) de la cognition. La dimension pragmatique de la cognition n’est jamais purement et simplement pratique, c’est-à-dire purement et simplement sensorimotrice ou physiologique. Nos activités cognitives sont signifiantes et répondent en permanence à des significations, notamment instanciées dans l’environnement. Nos performances cognitives – dans ce que nous faisons, manipulons, disons, pensons à l’aide de concepts – ne sont pas que des réponses physiques ; ce sont aussi des responsabilités, des engagements envers divers ordres de sens. Qu’est-ce à dire exactement ?

35Une action (un geste, un mouvement, un comportement) peut être réussie ou non, dépendamment d’un projet ou d’une intention d’action. Dans notre registre d’actions possibles, un comportement d’usage de symboles, d’outils, de reconnaissance de significations ou de valeurs est également évaluable comme étant correct ou incorrect (sanctionnable, corrigeable…) en référence à des normes comportementales, à des manières de pouvoir et de devoir agir ensemble, qui ne sont ni de simples régularités factuelles, ni des lois naturelles et qui ne sont souvent d’ailleurs pas explicites. Les normes ne sont pas ici des obligations à faire quelque chose : elles délimitent plutôt, en tant que permissions et interdictions, nos possibilités d’action. Notre soumission libre à ces normes est une condition de possibilité de l’intelligibilité de nos réponses comportementales pour autrui. Il n’y a pas que des comportements dont la production est régulée par des normes (la circulation routière) : certains types d’activités, dont en premier lieu les activités institution-nelles (se marier), ludiques (jouer aux échecs) et linguistiques ne sont existants et signifiants qu’en étant constitués par des normes. Mais, inversement, ces normes n’existent que parce qu’elles sont instituées et respectées par des communautés de personnes, dans des pratiques sociales et institutionnelles.

36Cette dimension normative de l’agir – particulièrement prégnante dans le cas de l’agir ensemble – n’est pas toujours comprise à sa juste mesure dans le tournant pragmatique des sciences cognitives. Souvent, on la considérera comme venant en supplément des dimensions pragmatiques, en étant notamment réductible à de simples régularités d’action ou à des contraintes naturelles et biologiques. Cette habitude de pensée est particulièrement répandue dans le cas de la signification : l’un des acquis du tournant pragmatique, on l’a vu, est d’ancrer la cognition, notamment symbolique, dans la sensorimotricité. Cet acquis peut cependant devenir une limite lorsque l’on estime alors que la signification peut émerger, de manière suffisante, d’une simple complexification des interactions sensorimotrices, ou que, si la perception et l’action sont couplées, leur produit sensorimoteur ne s’accompagne aucunement d’une sensibilité à des formes environnementales de signification, ou encore que le registre de la signification linguistique n’est qu’une complexification de ces formes environnementales de signification.

  • 15  Voir Dewey (1929). Voir aussi Zask (2003) pour une présentation de l’anthropologie philosophique d (...)

37Un tournant pragmatiste en sciences cognitives pourrait s’inspirer, entre autres, du naturalisme culturaliste et émergentiste de Dewey, pour lequel : a) le milieu naturel de l’homme est naturellement un milieu culturel (et vice-versa) ; b) les opérations cognitives et rationnelles émergent des activités organiques, sans cependant s’y réduire (importance des capacités de production des interactions plurielles et contextuelles) ; c) la question n’est pas tant de savoir, en partant de présupposés dualistes, réductionnistes, naturalistes ou individualistes, comment le physique peut produire le social que de savoir en quoi consistent et donc ce que permettent les dimensions sociales et interactionnelles du monde physique. Sur ce point, la réponse de Dewey est assez claire : tout phénomène mental (et donc cognitif dans un sens important) n’émerge qu’au sein d’interactions sociales (interactions où les réponses coordonnées des membres instituent des régimes de signification, entre autres communicationnels)15.

Cognition outillée et approche transactionnelle

  • 16  Cité par Skagestad, 2004, p. 256.

38Dans un article de 1887 intitulé « Logical Machines », Peirce remarquait que l’esprit à lui seul est assez limité dans son architecture, mais que « l’esprit qui travaille avec un crayon et beaucoup de papier n’a pas de telles limitations »16. Si le crayon et le papier peuvent être des véhicules de la pensée raisonnante, il en est plus fondamentalement de même de la manipulation et de la production de signes. Mais il y a plus : les signes externes peuvent aussi être des véhicules de la pensée. Si Peirce ne soutient pas que toute pensée possède des véhicules linguistico-symboliques (internes ou externes), il a toutefois également insisté sur l’importance et le caractère innovant d’un point de vue cognitif de l’écriture pour la pensée. Les signes, notamment écrits, incarnent et transmettent une intelligence et une mémoire (Peirce, 6.364). Ils permettent aussi de faire voir ou de montrer autrement (de spatialiser autrement) les données et les opérations de résolution d’un problème : Peirce a par exemple longuement insisté sur l’importance centrale, pour la pensée logico-mathématique, de l’usage et de la production de graphes et de diagrammes (icônes). Sans signes écrits ou matérialisés – et non pas seulement sans concepts ou catégories linguistiques −, certains types de pensées (un argument philosophique), de performances cognitives (résoudre une équation) ou de modes de penser (un raisonnement critique) ne seraient pas possibles. Cette dépendance de la pensée par rapport aux symboles externes est ontologique, chez Peirce : les symboles externes sont des véhicules de certains types de pensées (la matière de la pensée étant déjà un langage, la pensée-signe).

39Pour Dewey, la connaissance – et plus généralement les performances cognitives d’un agent – se conçoit dans une perspective transactionnelle. L’approche transactionnelle, telle qu’elle fut thématisée par Dewey et Bentley dans leur ouvrage Knowing and the Known (1949), est avant tout, et fondamentalement, une manière de décrire et d'expliquer un ensemble de phénomènes, individuels ou collectifs, sans faire référence à des essences intrinsèques propres aux phénomènes (X manifeste le comportement M en raison d’une cause essentielle interne) et sans postuler l’existence de deux ou plusieurs entités ontologiquement séparées dont la simple mise en relation rendrait compte du phénomène considéré. Il ne s’agit pas d’expliquer l’activité M de l’entité X en en faisant l’effet d’un ensemble d’interactions causales entre X et Y (Y causant M chez X), ou entre P et S comme parties de X. Ce type d’approche interactionnelle est encore compatible avec l’idée que ces entités explicatives sont ontologiquement séparées les unes des autres, et indépendantes de X (ou de X accomplissant M), qu’elles ne feraient que causer ou composer. Au lieu d’expliquer un phénomène donné en cherchant ou en partant d’une ou de plusieurs causes distinctes, externes ou internes au phénomène qu’elles causeraient ou composeraient par la suite, l’approche transactionnelle nous demande au contraire de partir du phénomène à expliquer et de le considérer comme inscrit dans une totalité (une situation de transaction), dans un processus premier, contextuel, dans lequel ses parties qui, pour une approche seulement interactionnelle, peuvent encore sembler distinctes, doivent être replacées.

40La transaction est d’abord un ensemble, une situation d’intégration première, spatialement et temporellement étendue, au sein duquel divers éléments peuvent être distingués sans être séparés (entre eux ou de la situation de transaction). Transaction peut aussi désigner un type de relations entre deux ou plusieurs éléments au sein de cette situation de transaction (qui est le lieu, le contexte dans lequel prennent place ces relations et leurs relata), et aussi une approche théorique.

41Si le tournant pragmatique des sciences cognitives est clairement interactionnel, il n’est pas sûr qu’il soit déjà transactionnel dans le sens ici présenté. Pour s’en convaincre, évoquons le cas de la connaissance. Pour l’approche transactionnelle, la connaissance comme activité (dans la terminologie de Dewey, comme enquête) est avant tout un comportement,

dans lequel des artefacts linguistiques sont en transaction avec des artefacts physiques, des outils, des instruments et des appareils. Ces deux espèces d’artefacts sont planifiées pour cela et font nécessairement de l’enquête une transaction expérimentale (Dewey, lettre à Bentley, 9 avril 1951 ; souligné par l’auteur ; cité par Hickman, 1990, p. 4)

42La connaissance, en tant que compréhension pratique des relations qui existent entre nos actions dans le monde et leurs conséquences, est quelque chose que nous faisons (Dewey, 1916, p. 211), au moyen d’une manipulation de la réalité, à l’aide d’outils. Les outils de l’enquête sont, pour Dewey, toutes les composantes contribuant au contrôle d’une situation et à la restauration d’une continuité entre l’organisme et son environnement (Hickman, 1990, p. 40-41). Ils sont signifiants (concepts), corporels (habitudes, savoir-faire) et techniques (Dewey, 1929, p. 282 ; 1922, p. 167-176), et surtout mentaux : pour Dewey, le mental et/ou le cognitif sont définis par ce que des dispositifs et des événements font pour et dans l’enquête, et non par leur matière (par exemple cérébrale) ou leur localisation (« dans la tête ») :

Les mains et les pieds, les appareils et les dispositifs de toute sorte sont tout autant des composantes de l’acte de penser que le sont des changements dans le cerveau. Étant donné que ces opérations physiques (y compris les événements cérébraux) et les équipements font partie de l’acte de penser, l’acte de penser est quelque chose de mental, non pas en raison d’une matière spéciale qui rentrerait en lui ou de certaines activités non naturelles qui le constitueraient, mais à cause de ce que les actes physiques et les dispositifs font : le dessein distinctif pour lequel ils sont employés et les résultats distinctifs qu’ils accomplissent. (1916, p. 9 ; voir aussi 1929, p. 380)

43La pensée connaissante, en quête d’une solution, ne fait pas qu’utiliser des outils : ces outils sont eux-mêmes des éléments de la pensée et de la connaissance. Certains philosophes et théoriciens du tournant pragmatique en sciences cognitives aboutissent eux aussi à cette thèse, près de cent ans après Dewey et Peirce, mais sans aucunement épouser la perspective normative esquissée plus haut, tout à fait inséparable de l’approche transactionnelle. Cette thèse transactionnelle (ou externaliste) est potentiellement annonciatrice d’un tournant méthodologique important en sciences cognitives, étant donné que, bien comprise, elle semble renoncer à attribuer un privilège quelconque, dans le cadre d’une explication de la cognition, à ce que fait le cerveau ou le monde intracrânien et intracorporel. Toutefois, la grande majorité des adeptes du tournant pragmatique ne semble pas être encore prête à s’engager dans cette voie.

  • 17  Le statut d’agent, dans le néopragmatisme, est souvent une affaire de vocabulaire, de croyances et (...)

44De par notamment leur insistance sur l’importance des dimensions techniques et corporelles des activités cognitives, les pragmatismes de Peirce et Dewey posent aussi de nouveaux défis à des théories pragmatistes contemporaines du langage et de la connaissance, par exemple développées par des auteurs comme Richard Rorty et Robert Brandom. Même si ces théories contemporaines de la connaissance présentent incontestablement une dimension pragmatiste, notamment en pensant, de manière anti-essentialiste, l’esprit et le langage au sein de formes d’actions institutionnalisées, elles peuvent encore présenter des aspects trop intellectualistes dans leur conception de la logique de fonctionnement des productions linguistiques et cognitives des agents17. La situation est assez ironique : certains pragmatistes contemporains éminents (Rorty, Putnam, Brandom) portent ou portaient très peu d’attention positive aux sciences cognitives contemporaines, qu’ils imaginent encore uniquement cognitivistes, et donc excessivement formalistes, représentationnalistes, intellectualistes ou bien alors simplement naturalistes et réductionnistes. Sans doute ont-ils tort. Malgré ses limites, notamment relatives au sens réduit de « pragmatique » autour duquel il se déploie, le tournant pragmatique ouvre en effet depuis une dizaine d’années une brèche au sein des sciences cognitives, brèche que le pragmatisme pourrait contribuer à élargir, à partir notamment des perspectives normatives et techniques mentionnées plus haut, dans l’espoir de rendre plus facilement envisageable un dialogue, exigeant et exigé, entre les sciences cognitives et d’autres formes de compréhension de notre esprit. Une fois certaines thèses critiquées, certaines questions refusées et d’autres termes posés, il peut rester, en philosophie de l’esprit et en sciences cognitives, beaucoup de choses à faire pour une philosophie pragmatiste. Le pragmatisme n’est pas seulement constitué par les histoires que nous en donnons (Bernstein, 1995, p. 55) ; il s’identifie aussi aux (nouveaux) usages que nous en faisons.

Haut de page

Bibliographie

Bernstein Richard, 1995, « American pragmatism : the conflict of narratives », Rorty & Pragmatism, H. J. Saatkamp Jr. éd., Nashville, Londres, Vanderbilt University Press, p. 54-67.

Berthoz Alain, 1997, Le sens du mouvement, Paris, Odile Jacob.

Brandom Robert, 2002, « Pragmatics and Pragmatisms », Hilary Putnam : Pragmatism and Realism, J. Conant et U. M. Zeglen éd., Londres, New York, Routledge, p. 40-59.

Clark Andy, 1995, « Moving minds : situating content in the service of real-time success », Philosophical Perspectives, n° 9, AI, Connectionism and Philosophical Psychology, J. Tomberlin éd., Atascadero, Ridgeview, p. 89-104.

— 1997, Being There. Putting Brain, Body, and World Together Again, Cambridge (MA), MIT Press.

Dewey John, 1916, Essays in Experimental Logic, New York, Mineola, Dover, 1954.

— 1922, Human Nature and Conduct, New York, Modern Library.

— 1958 [1929], Experience and Nature, New York, Dover.

Dewey John et Bentley Arthur, 1949, Knowing and the Known, Boston, Beacon Press.

Dreyfus Hubert, 1984, Intelligence artificielle : mythes et limites, trad. R.M. Vassallo-Villaneau et D. Andler, Paris, Flammarion.

Engel Andreas K., 2008 (à paraître), « Directive minds : how dynamics shapes cognition », Enaction : Towards a New Paradigm for Cognitive Science, J. Stewart, O. Gapenne et E. di Paolo éd., Cambridge (MA), MIT Press.

Gallagher Shaun, 2005, How the Body Shapes the Mind, Oxford, Oxford University Press.

Hickman Larry, 1990, John Dewey’s Pragmatic Technology, Bloomington, Indiana University Press.

Johnson Mark, 2006, « Cognitive science », A Companion to Pragmatism, J. Shook et J. Margolis éd., Oxford, Malden, Blackwell, p. 369-377.

Lenay Charles, 2006, « Énaction, externalisme et suppléance perceptive », Intellectica, n° 43, p. 27-52.

Mondada Lorenza, 2005, « Espace, langage, interaction et cognition : une introduction », Intellectica, n° 41-42, p. 7-23.

Peirce Charles S., The Collected Papers of Charles Sanders Peirce, Ch. Hartshorne et P. Weiss éd. (vol. I-VI), A. W. Burks éd. (vol. VII-VIII), Cambrige (MA), Harvard University Press, 1931-1958.

Rorty Richard, 1994, Objectivisme, relativisme et vérité, trad. J.P. Cometti, Paris, PUF.

Skagestad Peter, 2004, « Peirce’s semeiotic model of the mind », The Cambridge Companion to Peirce, Ch. Misak éd., p. 241-256.

Zask Joëlle, 2003, « Nature, donc culture. Remarques sur les liens de parenté entre l’anthropologie culturelle et la philosophie pragmatiste de John Dewey », Genèses, n° 50, p. 111-125.

Haut de page

Notes

1  Voir par exemple Engel (2008).

2  C’est-à-dire peu à même de susciter des débats et des controverses en raison de son caractère majoritairement consensuel.

3  Incluant, pour rappel, des disciplines comme la psychologie cognitive, la linguistique, les neurosciences, l’intelligence artificielle, la philosophie, mais aussi la logique, l’anthropologie, les études des interfaces homme-machine, les sciences et technologies de l’information et de la communication…

4  Même si par ailleurs cet auteur n’a pas explicitement parlé de « tournant pragmatique ».

5  Voir Gallagher (2005) pour ce thème.

6  Mondada (2005) est une bonne introduction aux aspects théoriques et empiriques des théories de la cognition située.

7  Relation de causalité réciproque.

8  L’ouvrage de Hubert Dreyfus (1984) reste un classique sur ce point.

9  Dit autrement, à un constat descriptif (le cognitivisme ne marche pas pour x) s’ajoutait un jugement d’ordre davantage philosophique (x est central dans la cognition). La redécouverte de la phénoménologie, l’impression grandissante que le cerveau, le corps, la sensibilité et l’environnement étaient laissés de côté par le cognitivisme, le refus d’une assimilation de l’esprit à un ordinateur (et d’une attribution de l’intelligence à l’ordinateur) expliquent notamment cela.

10  Faculté en vertu de laquelle je sais que c’est moi qui agis (qui bouge mon bras, par exemple), et non pas quelqu’un d’autre/quelque chose qui me fait agir.

11  Clark, 1997, est l’une des meilleures présentations de ces changements.

12  En référence aux travaux de Jean Piaget.

13  Johnson (2006) constitue une excellente présentation synthétique de ce point.

14  Dans les références à Peirce, le premier chiffre précédant le point se réfère au numéro du volume, les chiffres qui suivent au numéro du paragraphe.

15  Voir Dewey (1929). Voir aussi Zask (2003) pour une présentation de l’anthropologie philosophique de Dewey et de ses rapports avec l’anthropologie culturelle.

16  Cité par Skagestad, 2004, p. 256.

17  Le statut d’agent, dans le néopragmatisme, est souvent une affaire de vocabulaire, de croyances et désirs attribués, et d’insertion active dans des pratiques normatives d’interprétation.  Pour Rorty (1994, p. 105, p. 149), par exemple, le moi et l’esprit ne sont que des réseaux de croyances et de désirs. Cette caractérisation passe sous silence l’ancrage pragmatique de nos performances d’agent. Si la connaissance et le langage ne sont pas des copies (copy) représentationnelles de la réalité, mais bien plutôt des outils nous permettant de nous accorder (cope) avec l’environnement (avec lesquels nous n’avons que des relations causales), ne sont-ils pour autant que symboliques ?

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pierre Steiner, « Sciences cognitives, tournant pragmatique et horizons pragmatistes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/663 ; DOI : 10.4000/traces.663

Haut de page

Auteur

Pierre Steiner

ATER, docteur en philosophie, Université de technologie de Compiègne, Connaissance, organisation & systèmes techniques (COSTECH / CRED, Cognitive Research and Enaction Design)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page