Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

Accuser ou réunir ? Dépasser les conflits qui s’exportent de l’économie à l’histoire

To blame or to reconcile ? Going beyond the conflicts between economics and history
Juliette Rouchier
p. 165-176

Résumés

Dans ce texte il est fait un lien entre les intentions affichées de l’auteur de The Poverty of Clio et un mouvement de contestation académique en France qui s’oppose à la domination, dans le champ de l’économie, de la pensée dite « orthodoxe ». La critique principale de Boldizzoni porte sur des arguments scientifiques mais elle semble ne pas identifier le fait que ce sont souvent des enjeux politiques (internes au monde académique, comme les gestions de carrière, ou externe, comme le choix des conseillers politiques) qui ont permis l’omniprésence de la pensée orthodoxe et son mésusage parfois observable. Les propositions purement méthodologiques de The Poverty of Clio, rejetant intégralement les méthodes orthodoxes, manquent leur cible, s’il s’agit de changer un état de fait scientifique. On peut, en revanche, mettre en lumière l’existence d’une troisième voie plus intégrative, faisant coexister différentes épistémologies.

Haut de page

Texte intégral

1The Poverty of Clio (Boldizzoni, 2011) est un livre volontairement polémique. Il décrit l’importance croissante, dans la sphère historienne, d’une conception naturalisante du marché concurrentiel comme institution fondamentale d’organisation des transactions humaines, à laquelle s’articule une représentation univoque et tautologique de la rationalité des individus : la maximisation d’utilité. L’ouvrage déploie quantité d’exemples qui attestent le souci de clarté et de précision de son auteur. Au fil de la lecture, on ressent tout d’abord un certain plaisir de connivence, qui se transforme peu à peu en interrogations quant à l’objet réel de la critique : on en vient à douter que l’outil intellectuel proposé puisse réellement déjouer le piège de la naturalisation dénoncé, qu’on pourrait lier à une certaine paresse de la pensée contemporaine. Ainsi, le procès à charge minutieux de The Poverty of Clio, complété de quelques propositions de bon sens, semble finalement manquer sa cible.

2Pour situer la réflexion, l’auteure de ces lignes peut dire qu’elle n’a jamais été formée à l’économie mais, à la suite d’études de mathématiques et de sciences de l’environnement, a obtenu un poste de chercheuse officiellement affilié à cette discipline. De ce fait, elle n’a jamais eu pour principal outil – ou alors de façon très marginale – l’économie du courant dominant (mainstream), tout en ayant fréquenté séminaires et colloques et entretenu de fréquentes discussions avec des économistes plus classiques pendant plus de dix ans, avant de se réorienter vers les sciences environnementales plus appliquées et donc moins disciplinairement ancrées.

Une inquiétude partagée

3Dans son livre, Francesco Boldizzoni analyse longuement la colonisation de la pensée historique par une vision économique, et même plus généralement une vision utilitariste – ce qui a une influence tout à la fois sur les hypothèses qui sous-tendent les interprétations d’événements ou de structures, mais aussi sur les méthodes qui sont acceptées en histoire. Ceci est assez contradictoire avec le rôle qu’a l’histoire dans des configurations interdisciplinaires françaises, où cette discipline tend à mettre en avant – à l’inverse de ce que la cliométrie semble faire – des rationalités et des institutions qui surprennent par leur décalage avec un mode de raisonnement plus contemporain. Il est alors un peu inquiétant de lire le constat de Boldizzoni : qu’ajouterait, en termes factuels ou épistémologiques, une rencontre entre l’histoire et l’économie si cette cliométrie devenait de fait la seule façon de comprendre les données historiques ?

4Boldizzoni montre de façon assez systématique et convaincante que la nouvelle économie institutionnelle a réussi à imposer la grille de lecture optimisatrice à l’histoire économique contemporaine. L’optimisation peut être interprétée à plusieurs niveaux de l’organisation du monde social. Au niveau individuel, chacun fera des choix qui correspondent à ses préférences ; le concept de préférence a un sens spécifique et mathématiquement normé en économie et se traduit en utilité (Rubinstein, 2005) selon des contraintes à respecter (temps, budget, alternatives possibles). Au niveau collectif, les institutions qui survivent sont celles qui permettent de réduire au minimum les frictions des marchés, ce qui les rend, si ce n’est efficaces, du moins les plus efficaces possible. Boldizzoni est très négatif quant à cette approche : pour lui, même si elle est capable de prendre en compte plusieurs institutions (contrairement à l’économie la plus classique, qui ne connaît que le marché), son schéma explicatif reste toujours le cadre de la concurrence (entre institutions), et ceci sans justification aucune.

5Une partie des économistes partage son analyse : c’est le cas en France, où l’inquiétude face à l’uniformisation de la pensée économique s’exprime depuis des années. On distingue en général deux économies, qualifiées par « orthodoxe » (qui équivaudrait peu ou prou à mainstream) et « hétérodoxe ». Cette séparation, peut-on souligner, est factice, mais sa seule prégnance dans les débats universitaires lui donne a minima une existence discursive.

  • 1 La rationalité substantive (ou parfaite) s’oppose à la rationalité procédurale, comme le signale H (...)

6En simplifiant à l’extrême, on peut dire que le modèle orthodoxe est celui qui correspond aux hypothèses décriées par Boldizzoni. Dans cette pensée, la rationalité fonde le choix individuel, l’efficacité y est un concept-clé (le meilleur usage d’un budget dans un système de contraintes données), la concurrence est la force qui détermine l’évolution du monde ou la stabilisation de toute situation. Cette emprise théorique, qui fonde la conceptualisation des problèmes, repose en fait sur des simplifications mathématiques. Que ce soit en théorie, en économétrie (analyse statistique) ou en macroéconomie, la recherche s’appuie en général sur la résolution d’un modèle mathématisé, traduit en équation. Le fait d’optimiser est un point de vue assez pratique et n’a pas – a priori – de base idéologique. Une fois le monde décrit en une équation, la seule question qu’on peut effectivement poser à cette équation est de trouver des points remarquables ; ceux-ci s’interprètent par conséquent comme les meilleurs résultats suivant un critère donné. En utilisant ainsi la rationalité substantive1, il est possible de penser que l’on simplifie la description des processus de choix : pour l’individu il n’existe qu’une façon de faire un choix, en optant pour la meilleure action en fonction de son utilité et de ses contraintes. On peut ainsi observer que l’outil mathématique, qui s’est épanoui en particulier grâce à la théorie de l’équilibre général et possède une certaine force de fascination pour une partie des économistes, a posé une contrainte technique. C’est cette contrainte qui s’est transformée dans le temps en base conceptuelle de l’orthodoxie.

7L’utilité est une notion comme il en existe dans toutes les sciences, une tautologie qui fonde l’édifice de pensée et permet d’élaborer les autres hypothèses à étudier : tel est le constat que fait Boldizzoni. Il n’est pas le seul (Orléan, 2011) à souligner que cette tautologie a un défaut qui est loin d’être anecdotique : elle n’est pas perçue comme telle par beaucoup de chercheurs. Idéalement, l’utilité pourrait avoir de nombreuses dimensions – comme le besoin d’amour, de pouvoir, de reconnaissance, d’autonomie ; dans les faits, pour pouvoir résoudre les équations dans lesquelles elle s’intègre, les fonctions d’utilité doivent être très simples – au moins continues –, si ce n’est avoir des propriétés encore plus extravagantes, comme être linéaires ou suivre une courbe logarithmique. La contrainte technique imposant des hypothèses très fortes sur la façon même de raisonner, l’outil devrait perdre assez rapidement en acceptabilité ou en capacité à convaincre. En effet, même si un humain peut théoriquement en économie orthodoxe aimer « la nature », la contrainte technique force en général à traduire cet amour en équivalence monétaire, qui devient l’unité de base de toutes les comparaisons entre des choix possibles. Cette commensurabilité de toutes les valeurs à travers l’outil monnaie n’est jamais justifiée, mais est toujours supposée et sous-entendue. Même quand l’économie a intégré l’expérience dans son répertoire technique, il a fallu imposer l’argent comme valeur indiscutablement désirable pour tout individu : on ne peut mener une expérience en économie au xxie siècle qu’en rémunérant les participants en fonction de leur réussite face à une tâche contrainte. L’idée sous-jacente est que cet argent est garant de leur motivation et permet de la contrôler – ce qui ne laisse pas de surprendre des chercheurs qui adoptent une démarche expérimentale en sciences sociales dans d’autres champs.

8Insistons sur un point : cette simplification n’existe pas dans la théorie économique elle-même, seulement dans son usage (Chantelat, 2004). Car tâcher d’exprimer des phénomènes complexes avec des équations implique d’être aussi bon mathématicien qu’un physicien, ce que, en raison de leur formation, les économistes sont rarement. Cela peut expliquer le développement incroyablement majoritaire d’une économie mathématique aux ambitions démesurées, cherchant même à expliquer le non-économique (Becker, 1997). Pour autant, les simplifications que la discipline opère sont telles que seule la tautologie demeure dans une grande partie des situations.

9Il est d’autant plus aisé de maintenir une posture de ce type que l’économie orthodoxe se présente principalement comme une science normative – c’est-à-dire décrivant une situation telle qu’elle devrait être et non pas telle qu’elle est. Et dans ce cadre précis d’utilisation des modèles, il est difficile de faire un reproche épistémologique à la méthode (Chantelat, 2004). Tout univers abstrait peut être créé pour penser des logiques, trouver des implications contre-intuitives à des hypothèses et faire, en quelque sorte, des expériences de pensée. En conseiller du prince, l’économiste fait une opération problématique : passer du normatif à l’explicatif et du prescriptif au prédictif engendre des relectures absurdes de l’histoire, comme celles que relate The Poverty of Clio. Le passage du « tout se passe comme si » à « le monde fonctionne ainsi » est un pas qui a été franchi lorsque cette économie orthodoxe est devenue fortement majoritaire, et la confusion continue à être très présente. Certains économistes espéraient des révisions de pratiques à la suite des diverses crises, mais en toute crédibilité on peut voir les croyances déjà établies se raffermir et limiter toujours plus le champ de la pensée (Kirman, 2010).

10En passant, on peut dire que les raisons de cette montée en puissance restent multiples. On peut imputer en partie cette évolution à la « fin du communisme », qui a conduit à faire disparaître les cours de marxisme dans la plupart des universités. Les questions propres à l’économie se sont alors disjointes des questions politiques. Une fois qu’une légère majorité des économistes a adopté une conception anhistorique et apolitique, des effets de renforcement se sont fait sentir dans l’univers académique : les professeurs ont promu ceux qui leur étaient proches, tandis que les étudiants n‘étaient plus confrontés à d’autres théories (Postel, 2011). La mise en place volontaire d’un système scientifique très concurrentiel et basé sur une hiérarchie de publications a renforcé les rentes de position. Celui qui décide quelles sont les bonnes revues régule de ce fait la coexistence de théories dans le champ, et donc peut limiter certaines d’entre elles. Qui plus est, l’évaluation négative du camp opposé et les relations tendues entre courants ne sont pas forcément issues d’un choix délibéré de détruire les alternatives de pensée, mais souvent d’une méconnaissance profonde des courants. Le cours d’histoire de la pensée économique n’est plus vraiment indispensable dans le cursus universitaire. Science et normativité mathématique semblent devenues synonymes pour certains : le constat que fait Boldizzoni pour l’histoire économique aux États-Unis est valable pour la discipline économique en France.

Science ou politique ?

  • 2 Un des chefs de file actuels est André Orléan qui, au-delà de son point de vue critique sur les no (...)

11Comme on l’a dit, l’alternative à l’orthodoxie, qui semble très largement minoritaire (même s’il est très difficile de chiffrer le nombre de chercheurs dans chaque camp), est souvent désignée comme « hétérodoxe ». Comme tout courant opposé à une théorie dominante, il n’est pas forcément uniforme et s’appuie sur diverses approches (économie des conventions, de la régulation, la socio-économie, le néo-institutionnalisme « à la Ostrom » plus récemment, ou encore l’école autrichienne). Les différentes approches partagent néanmoins un point de vue fort : les institutions ne sont pas des objets naturels, elles résultent de jeux d’acteurs, aux pouvoirs hétérogènes2, et elles sont dynamiques. Les hétérodoxes sont même conscients qu’il existe plusieurs types d’institutions, et considèrent qu’elles ne sont pas équivalentes structurellement et ne peuvent pas nécessairement être transcrites l’une dans l’autre. Cela s’oppose a priori au point de vue qui agace Boldizzoni : toute forme d’échange peut être vue comme inscrite dans un marché concurrentiel, si on est assez malin pour construire ce marché – quitte à créer des commodités qui n’ont aucun sens anthropologique. Pour caricaturer, on pourrait dire que l’orthodoxie se soucie de savoir comment un individu joue un jeu pour gagner le plus possible, tandis que l’hétérodoxie cherche à comprendre comment le jeu est défini, s’organise et se pérennise, puis éventuellement se transforme ou disparaît. Dans l’absolu on pourrait penser que les deux approches– comprendre l’émergence d’un cadre, puis réfléchir plus abstraitement à ce qu’il implique dans les contraintes sur le choix individuel – se complèteraient élégamment dans une même étude, mais les mondes sont en général trop séparés pour produire ce type de travaux.

12De fait, ces économistes hétérodoxes sont souvent très impliqués dans des travaux interdisciplinaires, ils sont nombreux proportionnellement dans des instituts de recherche appliquée (INRA, CIRAD, par exemple) et développent des méthodologies souvent inductives, où l’enquête n’est pas exclue. Devant répondre à des questions appliquées, ils sont obligés de prendre en compte les contextes politique et culturel, l’histoire, et cherchent plus des solutions pratiques que théoriques. Ces instituts ont été longtemps épargnés par l’injonction à la production effrénée d’articles dans des « revues classées » par les instances scientifiques, ce qui laissait un peu de place pour ces travaux, bien plus coûteux en temps de recherche et de rédaction. La faible productivité de ces pratiques (en nombre d’articles) rend néanmoins moins visibles ces acteurs de la recherche.

  • 3 L’analyse esquissée ici ne signifie pas que l’auteure prenne partie pour ce combat ou ces méthodes (...)

13Comme il a été dit précédemment, même la crise de 2008, qui laissait penser que les orthodoxes allaient réviser leurs modèles face à un échec dans la capacité à analyser en profondeur les problèmes, n’a guère eu d’effet sur la discipline. Face à ce constat et à la marginalisation de plus en plus perceptible des hétérodoxes, une association a été créée, sous l’intitulé d’Association française d’économie politique (AFEP), dans le but de faire évoluer le paysage institutionnel de la recherche économique en France. Une très intéressante bataille s’est alors livrée (observée ici depuis un laboratoire d’économie orthodoxe, qui s’est radicalisé dans les dernières années)3.

14L’AFEP a fait une demande de création d’une nouvelle section CNU, intitulée « Économie et société » dans laquelle pourraient se réunir tous ceux qui ont un intérêt scientifique dans le monde économique : histoire, économie, sociologie – l’idée était de construire une vision thématique plus que disciplinaire, et de permettre la renaissance d’un corpus en cours de disparition. Plutôt que de chanter « Bon débarras », la réponse orthodoxe a été un affolement palpable et un peu déstabilisant pour l’observateur. De nombreuses sommités ont contacté la ministre et, finalement, c’est le récent Prix de la banque de Suède en l’honneur d’Alfred Nobel, Jean Tirole, qui a engagé son autorité morale en expliquant au public et à la ministre que les fuyards étaient de mauvais scientifiques, incapables d’assurer le maintien d’une section, qui serait alors une impasse. Outre que cette prise de position semble un peu incohérente à première vue par rapport au discours libéral habituel (ils sont mauvais mais nous voulons les garder ; la compétition dira qui est le meilleur mais nous préférons conserver un avantage structurel acquis), c’est la violence de la réaction, et son aspect éminemment politique, qui est frappante dans cette anecdote. La science y est prise comme argument d’autorité, ce qui est assez habituel dans le monde académique, même si elle est définie par l’intermédiaire d’une institution très ciblée et auto-renforcée (le jury du prix de la banque de Suède). Aucun dialogue n’a été établi entre les camps : impossible de prendre acte – ou non – d’un éloignement épistémologique et méthodologique tel qu’on pourrait acter d’un divorce disciplinaire. A priori, l’enjeu central est ici la réputation du mot « économiste », qui semble être l’objet d’une certaine vénération chez les hommes politiques contemporains tout autant que dans l’univers médiatique.

15Pour certains, la critique doit de toute façon venir de l’intérieur, et fuir n’est pas une solution. On retrouve d’ailleurs de nombreux économistes reconnus qui tiennent des discours sévères sur leur propre science, en général en considérant qu’elle n’en est pas une (Rubinstein, 2005). Alan Kirman (2010) clame qu’une connaissance de ce que sont réellement les marchés serait nécessaire pour tous ses collègues. Paul Krugman est devenu très présent dans les journaux en critiquant le modèle dominant (dans le New York Times), même s’il ne sait pas produire autre chose dans sa pratique scientifique, et Deirdre N. McCloskey elle-même (2014), que Boldizzoni critique, s’attaque aux extrapolations sur base de statistiques de ses collègues.

16Cet aspect assez clairement politique de la dispute rend le sens du livre de Boldizzoni finalement un peu flou. Il est sans aucun doute agréable de déconstruire de façon systématique une pensée qu’on n’apprécie pas, tout autant qu’il est agréable en lisant de se dire qu’on n’est pas seul à être gêné par des postures scientifiques hégémoniques. Mais quel peut être l’effet d’un tel texte sur la dynamique de production du savoir ?

Une troisième voie pour lier deux épistémologies ?

17Une partie du livre (le chapitre 6) est tournée vers l’identification de courants avec lesquels le dialogue pourrait être fructueux. Étonnamment, on n’y voit nulle part fait mention d’une auteure originale du néo-institutionnalisme, Elinor Ostrom. Son travail, qui a commencé à être connu dans les années 1990 en France (Ostrom, 1990), repose sur une posture qui la différencie de la plupart des lauréats du prix de la Banque de Suède en l’hommage d’Alfred Nobel en économie. Déjà, son travail se fonde sur une réflexion profonde sur la propriété, dont elle montre que l’usage nécessite de prendre en compte plus de dimensions que la définition habituelle en économie mainstream. Dans le courant dominant, le concept de propriété autorise à tout faire sur un bien, le transmettre comme le détruire, et se rapproche ainsi de la notion de propriété que définit le droit anglo-saxon, alors que le droit romain différencie usus, fructus et abusus. En effet, une partie des biens sur terre, et en particulier les ressources renouvelables, sont appropriés par les individus grâce à des mécanismes complexes (les institutions ou « ensemble de règles en usage ») qui donnent des autorisations d’actions sur le bien à travers des paniers de règles. On peut ainsi avoir accès à une forêt et y prélever du bois sans avoir le droit de décider qui d’autre aura accès à cette forêt, mais en votant pour choisir ceux qui poseront la règle d’accès. En outre ce droit d’accès peut être par exemple transmissible aux enfants ou non, tout autant que les autres droits – chaque type de transaction ne transmettant nécessairement pas tous les droits.

18Le travail d’Ostrom permet en outre de mettre en avant des notions souvent oubliées de l’économie mainstream, telles que la politique et sa dimension multi-échelles et multi-acteurs, la dynamique des institutions dont la capacité à s’adapter et à évoluer peut être analysée grâce à la grammaire ostromienne, l’Institutional Analysis and Development Framework (IAD). La dernière originalité d’Ostrom est qu’elle a réussi dans les dernières années de sa vie à faire dialoguer son travail d’induction et de typologies avec des travaux parfaitement orthodoxes (de type théorie des jeux), tout autant que des modèles complexes, afin d’enrichir sa compréhension de l’usage des ressources, mais aussi de rendre accessibles au plus grand nombre ses recherches sur la diversité institutionnelle (par exemple en participant au chapitre 4 dans Ballan et al. éd., 2007).

19De façon curieuse, Douglass C. North, qui a très fortement soutenu Elinor Ostrom au cours de sa carrière, est également attaqué dans l’ouvrage de Boldizzoni pour simplification abusive et manque de références aux données. Sans connaître ses textes récents, il est tout de même possible de lui reconnaître un rôle important, dans les années 1990 justement, pour les hétérodoxes. Il est celui qui a remis en avant les institutions avec une approche sous forme de règles (North, 1990) plutôt que sous forme d’équilibre, et en imposant ainsi un système de contraintes multi-dimensionnelles, il fait aussi sortir l’utilité de sa simple expression monétaire. Ces deux aspects sont plutôt rares en économie, et même s’il n’a pas une pensée très fine des possibles dans la rationalité humaine, il fait référence aux rapports de force et aux violences d’État, ce qui est une originalité marquante en économie (North et al., 2009). De ce fait sa pensée (avec ses limites) peut être encore utilisée dans une dynamique originale : et il est d’ailleurs vertement critiqué par d’autres tenants de la théorie néo-institutionnaliste, beaucoup plus enclins à se réclamer du mainstream, et toujours à la recherche d’équilibres optimaux pour expliquer les stabilités institutionnelles (Greif et Kingston, 2011).

20En outre, l’attaque de Boldizzoni contre l’optimisation économique semble en fait s’étendre à un plus large spectre de paradigme de recherche : tout l’utilitarisme y est condamné ainsi que toute tentative de modéliser la compétition dans les processus évolutifs. Ainsi, Jon Elster (p. 42), un philosophe qui travaille depuis toujours sur les fondements et l’expression du choix rationnel, est critiqué semble-t-il sur ce seul fait, même s’il ne lie pas sa description de la rationalité à un mécanisme d’optimisation systématique. Richard Dawkins est, quant à lui, un biologiste qui a développé une vision évolutionniste qui place l’humain au second plan des dynamiques d’évolution, et lui retire même le rôle d’acteur de ses choix pour le présenter comme fondamentalement manipulé par son génome ou par des faits culturels qui le dépassent – ce qui ne l’empêche pas d’être attaqué pour son approche évolutionniste de la culture humaine. On peut noter que son hypothèse de l’évolution culturelle, reposant sur la diffusion des mèmes, a été très explorée dans les années 1990-2000 par des tenants de la complexité en sciences sociales (sans aucun rapport avec le mainstream et même le critiquant), ainsi que dans le programme de la mémétique – qui n’a d’ailleurs pas fait ses preuves et a été abandonné depuis4. Enfin, une des critiques de Dawkins que formule Boldizzoni (p. 145) repose sur un rejet sans aucune justification de la thèse de Frans DeWaal sur le sentiment d’injustice chez les primates (DeWaal, 2010), qui se fonde pourtant sur des expériences reconnues dans une communauté éthologue de plus en plus apte à identifier des processus cognitifs et sociaux anciennement caractérisés comme « de haut niveau » chez l’animal (Lestel, 2010). Si le choix rationnel, tout autant que la théorie de l’évolution ou la recherche de continuités comportementales et émotionnelles avec d’autres espèces sont interdits dans la pensée sociale, il est possible de se demander ce qu’il reste à l’histoire pour communiquer avec les autres sciences et les approches individu-centrées ou modélisatrices.

21Or cela n’est pas sans rappeler certains débats très répétitifs qui ont pu avoir lieu lors du séminaire interdisciplinaire marché/marchés, organisé à l’EHESS-Marseille depuis six ans, conjointement par des économistes et une anthropologue5. J’ai noté que l’opposition entre approches – déduction contre induction ; analyse visant à l’universalité contre identification de particularismes – resurgit fréquemment et implique un clivage net dans les discussions. Il est évident que l’histoire, lorsqu’elle a été représentée dans ce séminaire6, a permis une mise en perspective passionnante et a mis en évidence les manques liés à une logique trop simplificatrice, en particulier face à la naturalité du marché, posant nettement la question de savoir ce que l’on peut y vendre, et qui peut le faire, dans quelles circonstances. Lorsque l’on y découvre le difficile avènement du marché concurrentiel ouvert à tous, sa prétendue évidence a alors bien du mal à convaincre, et on peut d’autant mieux critiquer celle de la concurrence dans le domaine de l’histoire des institutions. Cette hypothèse doit-elle néanmoins être abandonnée avant même d’être testée ? Elle n’est pas la première théorie à ne pouvoir être totalement confirmée par les faits (car elle se fonde en général sur des assertions non mesurables ou observables avec la précision nécessaire), mais pour autant, pourrait-on se passer de modèles qui cherchent des lois générales et a-contextuelles ? Il est possible d’en douter. Toutes les disciplines connaissent cette sorte de clivage (de la psychologie à la biologie) et personne ne l’a résolu jusqu’à maintenant. La mode est à une scientificité par les chiffres, et cet amour des chiffres et des statistiques dépasse largement le cadre du monde académique (Gigerenzer, 2002).

22En tout cas, il devrait être possible de prêcher pour une complémentarité des approches – hypothèses posées par l’induction et vérification de la cohérence des hypothèses grâce à la déduction ; ou inversement révélation de questions non perçues antérieurement grâce au modèle et recherche de faits pour comprendre mieux le phénomène jusque-là invisible (un peu comme la physique a réussi à le mettre en œuvre après des centaines d’années de travail) – plutôt que pour un abandon de l’une ou une valorisation de l’autre. Si deux façons de comprendre le monde semblent prospérer et s’opposer, c’est peut-être qu’elles sont valides toutes les deux.

Haut de page

Bibliographie

Ballan Jean-Marie, Bardhan Pranab et Bowles Samuel éd., 2007, Inequality, Cooperation and Environmental Sustainability, Princeton, Princeton University Press.

Becker Gary S., 1997 [1992], « The economic way of looking at life », Nobel Lectures. Economics, T. Persson éd., Singapour, World Scientific Publishing Company, p. 38‑58.

Boldizzoni Francesco, 2011, The Poverty of Clio, Princeton, Princeton University Press.

Chantelat Pascal, 2004, « La sociologie économique des marchés et ses rapports à la microéconomie : controverses, impasses et perspectives », Cahiers internationaux de sociologie, no 117, p. 285-311.

DeWaal Frans, 2010, The Age of Empathy : Nature’s Lessons for a Kinder Society, Londres, Potter Style.

Gigerenzer Gerd, 2002, Calculated Risks : How to Know When Numbers Deceive You, New York, Simon and Schuster.

Greif Avner et Kingston Christopher, 2011, « Institutions : rules or equilibria », Political Economy of Institutions, Democracy and Voting, N. Schofield et G. Caballero éd., Berlin-Heidelberg, Springer, p. 13-43.

Kirman Alan, 2010, « The economic crisis is a crisis for economic theory », CESifo Economic Studies, vol. 56, no 4, p. 498-535.

Lestel Dominique, 2010, L’animal est l’avenir de l’homme, Paris, Fayard.

McCloskey Deirdre N., 2014, « Measured, unmeasured, mismeasured, and unjustified pessimism : A review essay of Thomas Piketty’s Capital in the Twenty-First Century », Erasmus Journal for Philosophy and Economics, vol. 7, no 2, p. 73-115.

North Douglass C., 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

North Douglass C., Wallis John J. et Weingast Barry R., 2009, Violence and Social Orders : A Conceptual Framework for Interpreting Recorded Human History, Cambridge, Cambridge University Press.

Orléan André, 2011, L’empire de la valeur. Refonder l’économie, Paris, Seuil.

Ostrom Elinor, 1990, Governing the Commons : The Evolution of Institutions for Collective Action, New York, Cambridge University Press.

Postel Nicolas, 2011, « La mort du pluralisme », L’Économie politique, vol. 50, p. 6‑31.

Rubinstein Ariel, 2005, Lecture Notes in Microeconomic Theory : The Economic Agent, Princeton, Princeton University Press.

Simon Herbert, 1955, « A behavioral model of rational choice », The Quarterly Journal of Economics, vol. 9, no 1, p. 99-118.

Haut de page

Notes

1 La rationalité substantive (ou parfaite) s’oppose à la rationalité procédurale, comme le signale Herbert Simon dès 1955. Celui-ci a montré que les décisions d’actions reposent sur des routines, car seule une infime partie des informations nécessaires à une rationalité parfaite est perceptible ou traitable dans un temps raisonnable (Simon, 1955).

2 Un des chefs de file actuels est André Orléan qui, au-delà de son point de vue critique sur les notions de valeur classiques en économie (tout autant celle du marxisme que celle de l’orthodoxie), a tenté de repenser cette valeur à travers une des approches de la complexité, en intégrant les réseaux sociaux et les interactions qui y prennent part (Orléan, 2011). Cette approche, assez minoritaire en France où l’individualisme et le holisme méthodologiques restent les deux grands pôles de la pensée, permet de représenter les individus tout à la fois dans leur rationalité, leurs liens et les contraintes structurelles auxquelles ils sont soumis, et repose sur une recherche de l’émergence de formes sociales. Je ne saurais dire si elle sera moins tautologique une fois une théorie développée mais a minima cette approche ouvre des perspectives différentes qui méritent d’être explorées.

3 L’analyse esquissée ici ne signifie pas que l’auteure prenne partie pour ce combat ou ces méthodes ; elle ne considère pas davantage qu’il ait toute légitimité scientifique ou académique. En effet, il est très difficile de comprendre que certaines des parties prenantes ne sont pas prêtes à un pluralisme réel qui incluerait les orthodoxes (ce qui n’est pas loin d’être le point de vue de Boldizzoni). La bataille, en l’espèce, ne s’est pas jouée dans le monde académique lui-même mais par l’intermédiaire de pouvoirs extérieurs qui s’appuyaient sur des arguments d’autorité et d’image.

4 Voir la page web du défunt Journal of Memetics : [URL : http://cfpm.org/jom-emit/], consulté le 25 avril 2016.

5 Pour plus d’informations au sujet de ce séminaire, voir [URL : http://www.greqam.fr/type-devenement/marche-marches], consulté le 25 avril 2016.

6 Elle a été représentée par Arundhati Virmani, Jean Boutier, Laurence Fontaine, Mathieu Arnoux en particulier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Rouchier, « Accuser ou réunir ? Dépasser les conflits qui s’exportent de l’économie à l’histoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 27 février 2017. URL : http://traces.revues.org/6602 ; DOI : 10.4000/traces.6602

Haut de page

Auteur

Juliette Rouchier

directrice de recherche CNRS, Université Paris-Dauphine, PSL Research University, UMR [7243], LAMSADE

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page