Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

L’histoire économique au futur

The future of economic history
Claire Lemercier
p. 151-164

Résumés

Cet article contribue à une discussion des thèses présentées par Francesco Boldizzoni dans The Poverty of Clio, au regard notamment de récents travaux en histoire économique et en sociologie économique, francophones et anglophones. L’auteure discute tout d’abord du rôle causal que Boldizzoni attribue à la « culture ». Elle évoque les difficultés que présente l’observation des rationalités économiques passées et insiste sur l’idée d’une tension entre différents types de rationalité, à chaque période – plutôt que d’un mouvement historique qui irait d’objectifs principalement non économiques à une rationalité économique. Elle centre ensuite son propos sur la construction des marchés comme l’un des thèmes à privilégier pour le développement d’un dialogue plus serré entre histoire et sociologie. Elle souligne notamment que, pour les marchés contemporains, les études ont nuancé l’idée qu’ils seraient essentiellement impersonnels et équilibrés par des prix.

Haut de page

Texte intégral

1L’objectif affirmé de The Poverty of Clio (2011) est de changer le rapport de force entre disciplines en convainquant, par des arguments scientifiques, les historien‑ne‑s des départements d’économie états-uniens de modifier leurs pratiques. Je partage le constat critique de Francesco Boldizzoni quant au rôle que ces départements d’économie, y compris dans leurs versants néo-institutionnalistes, font jouer aux arguments historiques, mais je crois peu à l’efficacité de sa stratégie pour changer cette situation. En effet, elle ignore les questions de financement, de carrières, de disponibilité de bases de données, de formats de publication qui contribuent à la domination des économistes (Fourcade et al., 2014).

2Cela étant dit, les propositions scientifiques de Boldizzoni (notamment celles de son « manifeste » exposé dans le dernier chapitre du livre et présenté dans l’introduction du dossier) sont en elles-mêmes intéressantes à discuter – ou à approfondir, pour celles qu’il ne développe pas longuement dans son livre. Aux économistes de voir s’ils veulent ou non se joindre à cette discussion, déjà utile entre historien‑ne‑s. Dans cet esprit, faisant le pari de la cumulativité de la recherche plutôt que du retour à un âge d’or des Annales, je vais présenter quelques travaux qui, à mon sens, répondent aux impératifs posés par Boldizzoni. Sans constituer une « école », ils sont l’œuvre d’une nouvelle génération d’auteur‑e‑s qui connaît l’ancienne histoire économique d’Europe continentale et la cliométrie ou l’économie néo-institutionnaliste, et a pris en compte aussi bien leurs apports que les critiques qui leur ont été faites.

3Ces travaux portent sur deux aspects des propositions de Boldizzoni que je trouve à la fois stimulants et trop peu développés. Il s’agit tout d’abord du statut de la culture et de la rationalité dans les explications et les récits de l’histoire économique ; ensuite, de son appel à dialoguer avec la sociologie économique, en particulier autour de la construction sociale des marchés. Ces deux questions sont en fait liées. En effet, si Boldizzoni reproche aux économistes leur vision trop moderniste de l’Antiquité ou de l’Ancien Régime, lui-même parle de la période contemporaine comme si maximisation du profit et fixation des prix y suivaient la théorie économique la plus orthodoxe. Dès lors, la « culture » vient expliquer les formes de rationalité différentes du passé plus lointain, dans une optique primitiviste. Si l’on prend en compte en revanche le fait que les modèles des économistes ne sont que des modèles, pour le présent aussi, il faut poser autrement le débat entre primitivisme et modernisme. Cela conduit à regarder de plus près « culture » et « marché », qui font parfois figure de boîtes noires dans le livre de Boldizzoni.

Étudier des rationalités passées

4Lorsque, dans son chapitre 6, Boldizzoni affirme que l’économie sous-estime trop le poids de la culture, il prête le flanc, du fait de sa présentation rapide du problème, à bien des critiques. Tout d’abord parce qu’une partie des économistes les plus contesté‑e‑s par les historien‑ne‑s, du fait de leur traitement cavalier des sources et de leurs orientations idéologiques manifestes, ont précisément fait de la réintroduction de la culture dans les régressions leur fonds de commerce ; c’est par exemple le cas des explications culturalistes de la « confiance », autre terme piégé, fournies par Yann Algan (pour une critique sociologique, voir Rodriguez et Wachsberger, 2009). Comme lorsque Douglass C. North et ses disciples se sont saisis de l’histoire et des institutions, on se prend parfois à regretter le moment où les économistes ne parlaient pas de culture. Il faut donc bien spécifier ce que l’on met de moins réifiant derrière ce terme. Cela implique de ne pas remplacer une vision « sous-socialisée » de l’économie (un marché atomisé) par une vision « sur-socialisée » (une adhésion sans faille de tous aux normes sociales) : l’avertissement ancien de Mark S. Granovetter (1985) à ce sujet conserve toute son actualité. Il faut donc éviter en particulier de considérer la « culture » comme immuable ou partagée par tous les groupes sociaux. À ces conditions, comme le dit d’ailleurs Boldizzoni (p. 40), on peut par exemple comprendre quelle culture a produit un utilitariste tel que John S. Mill : qu’est-ce qui peut amener des individus à raisonner, au moins une partie du temps, en homines œconomici ? Peut-on répondre à cette question avec plus d’appuis empiriques et de subtilité que, par exemple, le faisait Max Weber en invoquant l’éthique protestante ?

Discuter un inobservable

5Le problème n’est pas simple, car il s’agit fondamentalement d’un problème d’observabilité. Que l’on parle de culture dans le sens de l’habitus de Bourdieu, comme l’esquisse Boldizzoni, de manières de calculer, ou encore de préférences, ce sont des éléments qui ne laissent a priori pas de traces écrites pour les historien‑ne‑s. Les entretiens et plus encore les observations des sociologues ou des anthropologues peuvent permettre dans une certaine mesure de comprendre comment les gens d’aujourd’hui raisonnent, même si ce n’est jamais simple : l’injonction d’exhiber une forme de rationalité économique est assez forte pour imprégner aussi les situations de recherche (Perrin-Heredia, 2011). Pour le passé, l’exercice se complique encore : il peut être tentant d’abandonner toute étude centrée sur les motivations des actions, tant le risque est grand de simplement les imputer en fonction de nos propres préférences, et notamment de manquer les situations de non-intentionnalité fondées sur la routine ou l’imitation (Mariot, 2003).

6Cela étant, il reste possible de tester des hypothèses explicites et par exemple, comme dans plusieurs études anciennes citées par Boldizzoni au cours de son livre (p. 67, p. 93), de trouver bien des situations dans lesquelles une explication par la recherche de pouvoir politique ou de prestige social s’avère infiniment plus parcimonieuse, et mieux ajustée aux traces de comportement que nous pouvons observer, qu’une explication par la maximisation d’un profit strictement économique. Bref, il ne s’agit pas seulement ici d’une préférence de principe d’historien‑ne‑s pour des explications « non économiques », mais de quelque chose qu’un raisonnement hypothético-déductif, même s’il n’est pas économétrique, peut appuyer. L’explicitation d’hypothèses, permettant de déduire des comportements qui pourraient découler de tel ou tel type de motivation, et en retour de statuer sur la plausibilité des hypothèses en fonction des comportements observés : tout cela ne s’oppose en rien à la mobilisation prudente d’archives, ni à la prise en compte d’une rationalité limitée, ou de rationalités variées.

7Ainsi, des historien‑ne‑s ont pu essayer de mesurer, à partir du nombre de transactions et des prix observés, à quel moment des hommes et des femmes du passé avaient manifestement intégré des événements politiques en cours ou à venir dans leurs anticipations. Il ne s’agit pas là de présupposer une information parfaite ou un comportement parfaitement calculateur, mais plutôt de faire une expérience de pensée. S’ils avaient déjà telle information, et si elles en tiraient telles conséquences en termes de calcul, on observerait sans doute telle évolution des prix et des transactions ; est-ce compatible avec ce que nous disent les sources, ou simplement ridicule ? Ces questions ont été posées à diverses échelles, tant pour la perception par la population en général des événements successifs de la Révolution française que pour celle, dans une localité côtière, des développements touristiques à venir (Hoffman et al., 2001 ; Capizzi, 1999). Poser la question en termes hypothético-déductifs est certainement quelque chose qui, pour ces collègues, est venu de la fréquentation des économistes ; il ne me semble pas pour autant que cela les ait conduit‑e‑s à un mépris des sources ou à des conclusions tautologiquement orthodoxes, comme semble le suggérer Boldizzoni.

Des rationalités en tension – aujourd’hui comme hier

8Si l’on quitte la question spécifique des anticipations pour poser plus largement celle des motivations (éventuellement non économiques) de l’action économique, quelles sources peut-on mobiliser ? Les sources normatives conservent tout leur intérêt, si on ne les lit pas au premier degré et autant que possible si on les confronte aux pratiques – il en va ainsi en particulier des prescriptions religieuses concernant le prêt à intérêt, largement revisitées ces dernières années. Sylvain Piron notamment (Olivi, 2012) a détaillé les problèmes que posaient leurs pratiques aux confesseurs des marchands du xiiie siècle, et aux marchands eux-mêmes. La nécessité de reformuler ces pratiques en des termes religieusement acceptables avait des effets tout à fait concrets, comme l’absence de mention écrite de taux d’intérêt, la méfiance plus longuement maintenue envers les lettres de change en blanc, etc. (Kessler, 2007 ; pour des discussions similaires dans le cadre de l’islam, Lydon, 2009). Prendre en compte ensemble des sources sur les normes explicites et sur les pratiques montre donc que la préservation du salut était une motivation assez importante pour qu’elle ait une influence ; mais elle modifiait l’effet d’autres motivations, plutôt que de les annihiler.

9Pour autant, ces autres motivations plus économiques se résumaient-elles à une maximisation du profit ? C’est ici l’étude fine des comptabilités – c’est-à-dire des livres de comptes et non plus seulement des manuels – qui a montré que même les négociants-banquiers dominants du xviiie siècle n’utilisaient pas les modes de calcul déjà existants qui auraient pu leur permettre de choisir des opérations précises en fonction de leur profitabilité (Gervais, 2012). Leur usage de la comptabilité, comme chez les boutiquiers de la même époque (Coquery, 2011), était orienté vers le suivi des relations de crédit, c’est-à-dire qu’il s’agissait plutôt d’éviter la faillite que de maximiser quelque chose. Si maximisation il y avait, elle se portait à la fois sur la diversité et la qualité de ces relations de crédit de long terme, personnalisées, essentielles à la survie de la société. L’histoire ultérieure des normes comptables et celle, encore trop mal connue, des pratiques comptables effectives des grandes entreprises montrent que la rationalisation de la comptabilité a été imposée par les États, dans un but fiscal, et par des actionnaires extérieurs désireux d’éviter les fraudes, plutôt que par des dirigeants d’entreprise soucieux d’une meilleure calculabilité à la Max Weber (Lemarchand et Praquin, 2005).

10L’omniprésence aujourd’hui de ces outils par excellence de la maximisation du profit ne dit donc rien, en soi, de leur utilisation. Un bon exemple de cette diversité maintenue des modes de calcul, même à la tête des plus grandes entreprises états-uniennes des années 1970-1980, est fourni par Neil Fligstein (1990) lorsqu’il étudie le passage d’une préférence pour les conglomérats à un recentrage sur le « cœur de métier » des entreprises. Il montre que les deux points de vue correspondent à une vision de l’entreprise comme simple portefeuille d’activités, à une volonté de rendre les profits de ces activités comparables et de choisir le meilleur rapport profit/risque. Mais ils sont appuyés sur des théories économiques différentes, promus par des patrons aux parcours différents et leurs conséquences en termes de décisions diffèrent. Fligstein en conclut que l’histoire des entreprises est celle d’un affrontement entre « conceptions de contrôle », qui décrivent des manières différentes de calculer ce qui est toujours vu comme une maximisation du profit de l’entreprise ; cet affrontement est une lutte entre groupes sociaux, mais son terrain et ses armes sont en partie rhétoriques. Il se fait historien pour en trouver des indices, parfois quantifiables, dans les archives des entreprises. Pierre François et moi (2016) montrons de même qu’en France, le choix de distribuer des dividendes élevés aux actionnaires est très inégalement réparti entre les plus grandes entreprises, tant en 1979 qu’en 2009, et est corrélé avec des éléments très différents à ces deux dates – l’un d’eux étant, pour 2009, le type de carrière des dirigeants. Il est ainsi possible d’identifier des cultures ou des rationalités différentes – plus précisément, une hiérarchisation des objectifs et des manières de calculer différentes – au cœur même du capitalisme contemporain.

11Outre l’étude directe de dispositifs de calcul comme la comptabilité, et l’inférence de motivations plausibles à partir des décisions prises, la prise en compte de l’histoire de la pensée économique constitue un troisième type de ressource pour réfléchir aux rationalités des acteurs. Plus précisément, étudier les économistes d’une époque peut permettre de faire des hypothèses sur la manière dont les acteurs se représentaient leurs propres pratiques. On peut en tirer des conséquences possibles sur les décisions qu’ils prendraient si ces hypothèses étaient justes et, comme pour les prescriptions religieuses, les comparer à ce que l’on sait des transactions effectives. C’était la proposition de Jean-Yves Grenier (1996), dans un livre si impressionnant qu’il a sans doute intimidé ceux et celles qui auraient pu suivre sa voie. C’est finalement dans le même esprit que Fligstein montre à partir de quel moment les dirigeants états-uniens ont pris des décisions – pour partie – en se fondant sur la théorie de l’agence. De même, dans un travail en cours, je montre la manière dont les prud’hommes parisiens indemnisaient, au milieu du xixe siècle, les maîtres‑ses lorsque des apprenti‑e‑s les avaient quitté‑e‑s avant la fin de leur contrat. Cela ressemble étrangement à ce qu’imaginait Gary Becker dans les années 1960, ce qui se comprend assez bien, dans la mesure où les sciences morales, en la personne d’Édouard Ducpétiaux, avaient dès l’époque anticipé ce raisonnement de Becker. Il est d’autant plus intéressant que les prud’hommes paraissent avoir suivi ce raisonnement que les demandes d’indemnité des maîtres‑ses, en revanche, obéissaient manifestement à une rationalité différente (en particulier, elles étaient indépendantes du moment où l’on se situait par rapport au terme prévu du contrat).

12Ces travaux et bien d’autres montrent donc que les historien‑ne‑s, notamment en dialogue avec les sociologues, sont les moins mal équipé‑e‑s pour dire quelque chose de précis quant aux motivations, et même quant à la rationalité, des acteurs économiques. On ne peut qu’espérer que ce quelque chose écorne le monopole du schème de la maximisation du profit – sans pour autant imposer, dans une opposition terme à terme, l’idée d’une absence totale de calcul, ou encore de motivations strictement déterminées par une « culture » consensuelle et fixe.

Entrer dans la construction des marchés

13Des échanges plus fréquents entre histoire économique et sociologie (et anthropologie) économique peuvent ainsi permettre à chaque sous-discipline de sortir de son dialogue de sourds avec l’économie. Il me semble que l’on recourt trop souvent, en histoire, à des citations d’économistes néo-institutionnalistes ou hétérodoxes, simplement pour sortir de la référence à l’économie néoclassique : or citer des sociologues assure une moindre distance avec l’épistémologie de l’histoire, et peut ouvrir un réel dialogue, plutôt que des citations à sens unique.

Pourquoi lire les sociologues

14Heureusement, ce dialogue existe déjà dans certains domaines. Par exemple, deux thèses ont récemment renouvelé l’histoire de la consommation en France parce qu’elles ont discuté de manière serrée les propositions de sociologues en la matière – notamment de Pierre Bourdieu – mais aussi par exemple de sociologues du genre (Charpy, 2007 ; Albert, 2014). Point de « métathéorie » boldizzonienne ni de pur inductivisme ici : on est dans la situation classique où les sociologues fournissent une théorie ; cela n’empêche pas les historien‑ne‑s, loin de simplement l’appliquer, de l’enrichir ou de l’affiner.

15Ce type de lectures reste plus rare dans un domaine central de la sociologie économique : l’étude de la construction des marchés. Pourtant, contre l’idée que les marchés seraient tout naturels, le fruit d’une organisation spontanée (dont Boldizzoni rappelle qu’elle persiste chez les néo-institutionnalistes), la sociologie économique a depuis longtemps montré que les marchés les plus conformes au modèle de la concurrence pure et parfaite étaient le fruit d’une construction délibérée, et très politique (Garcia-Parpet, 1986 ; MacKenzie, 2006). Elle s’est attachée à retracer, par exemple, l’émergence de la législation spécifique sur la concurrence – une des clés du néolibéralisme d’aujourd’hui – aux États-Unis et ses effets inattendus sur la concentration des entreprises (Dobbin et Dowd, 2000). Aujourd’hui, en sociologie économique – et on peut espérer que cela soit aussi le cas prochainement en histoire –, il n’est plus utile d’insister sur ce caractère construit, socialement et/ou politiquement, des marchés. Il s’agit plutôt de le prendre comme l’hypothèse de tout travail sérieux, et d’avancer dans la discussion des moyens précis de cette construction – par exemple le rôle du droit (Edelman et Stryker, 2005 ; sur ce thème, du côté de l’histoire, Alessandro Stanziani, 2007, cite encore beaucoup plus l’économie que la sociologie).

Des marchés impersonnels ?

16Si historien‑ne‑s et sociologues des marchés se lisaient davantage, cela permettrait d’éviter les assimilations trop rapides qui ont encore cours entre existence de marchés, monnaie utilisée comme unité de compte, prix issus d’une confrontation entre offre et demande, rationalité économique, concurrence, voire capitalisme. L’opposition devenue stérile entre primitivisme et modernisme me paraît largement fondée sur ces assimilations. Or, tant en sociologie qu’en histoire, de nombreux travaux récents ont montré que tous ces éléments ne s’entraînaient pas nécessairement les uns les autres – dans le passé, et pas non plus dans le présent. Dans sa belle synthèse sur la sociologie des marchés, Pierre François (2008) consacre ainsi un chapitre à ces « frontières du marché » (p. 59-117), qui donne la mesure du dialogue disciplinaire à établir tout en en fournissant les premières bases. Il rappelle en particulier l’importance des différentes sociologies du don, qui sont loin de simplement opposer, comme Boldizzoni le fait en évoquant Karl Polanyi, des sociétés ou des transactions fondées sur la réciprocité à des sociétés ou des transactions fondées sur le marché. Les travaux de Philippe Steiner permettent ainsi de distinguer don, échange non marchand, échange organisationnel et échange marchand, en fonction du type de personnes impliquées, de leurs relations et de l’appui juridique de ces relations (Steiner, 2006). Avec d’autres, il s’est également penché sur le cas limite des « marchés contestés » (jeux d’argent, don d’organes, etc. ; Steiner et Trespeuch éd., 2014). Comprendre la construction du marché, dans ce cas, invite à examiner ce qui fait l’objet des transactions, mais aussi – et surtout – les conditions sociales d’accès à l’arène d’échange. Ces travaux sont autant d’appels à ne pas s’en tenir à une opposition entre paradigmes du don (passé) et du marché (moderne).

  • 1 ANR Fiduciae, coordonnée par Arnaud Bartolomei, Fabien Éloire, Claire Lemercier, Matthieu de Olivei (...)

17Prenons, dans le même sens, l’exemple d’une recherche en cours sur les relations entre marchands aux xviiie et xixe siècles, abordées à partir de diverses sources (correspondances marchandes, circulaires, procurations)1. Cette recherche vise explicitement à tester les hypothèses des néo-institutionnalistes. Ces derniers, faisant rejouer le débat entre primitivisme et modernisme, opposent souvent deux idéaux-types d’échange économique : l’un est encastré (embedded) dans des relations interpersonnelles préexistantes (familiales ou diasporiques) qui permettent de faire respecter les contrats ; l’autre est plus anonyme et plus appuyé sur le droit. North (2005), par exemple, décrit une lente évolution de l’un à l’autre système, pour l’Europe occidentale. L’étude empirique systématique des relations entre marchands conduit rapidement à abandonner ces deux idéaux-types, qui s’avèrent peu heuristiques. Les échanges explicitement encastrés dans des liens forts sont aussi rares dans les sources que ceux dépourvus de tout encastrement. La bibliographie, en histoire et en sociologie, offre heureusement d’autres hypothèses, plus subtiles, à mettre à l’épreuve dans cette recherche. Ainsi, Brian Uzzi (1996) met l’accent sur des relations commerciales qui sont personnalisées et non anonymes, parce qu’elles se répètent ; mais elles ne sont pas pour autant encastrées dans des liens non économiques. Nous les retrouvons dans certaines de nos sources. Francesca Trivellato (2016), qui utilise largement la bibliographie néo-institutionnaliste tout en s’en démarquant, nous a, de son côté, inspiré l’idée que certaines transactions sont avant tout permises par une maîtrise partagée de la langue du commerce – signal minimal que l’on peut être digne de confiance. Il ne s’agit donc plus d’affirmer que, jusqu’à telle ou telle date, les transactions du passé ne relevaient pas du marché, ou ne devraient pas être étudiées avec les outils de l’économie, parce qu’elles étaient encastrées, et qu’après une certaine date, ces outils retrouveraient toute leur validité.

18Partons plutôt de l’hypothèse que, sur tout marché, diverses formes d’encastrement sont probablement présentes, et donnons-nous les moyens de spécifier et de tester lesquelles le sont effectivement. On peut ainsi constater que, bien souvent, les acteurs jouent délibérément sur un ensemble de transactions différemment encastrées, plus ou moins impersonnelles – plutôt que de favoriser de manière univoque soit la réciprocité, soit le marché (voir Lemercier et Zalc, 2012, pour une revue de travaux de ce type portant sur le crédit). On peut aussi suivre les propositions de Viviana A. Zelizer qui, inscrivant la sociologie des marchés dans une sociologie morale, refuse la notion d’encastrement, parce que celle-ci présuppose une extériorité entre l’économique et le social : Zelizer refuse non seulement le « tout économique », mais aussi le « tout culturel » et généralement la thèse des « mondes hostiles » qui oppose ces deux sphères (voir par exemple en français Zelizer, 2005). Dès lors, elle s’attache plutôt à étudier le « travail relationnel » (Zelizer, 2012) qui conduit les acteurs eux-mêmes à qualifier leurs relations (entre autres, comme économiques ou non) et ce faisant à leur appliquer des règles différentes. Elle s’est tout particulièrement intéressée dans cette optique au « marquage de l’argent », la monnaie ayant souvent été au centre des controverses entre partisans du « tout économique » et du « tout culturel ». Ses travaux ont contribué à étudier dans quelles conditions certains revenus ne sont pas considérés en pratique comme faisant partie du budget d’un ménage, car ils sont préattribués à des fonctions relevant de l’intime, de la religion, etc. ; réciproquement, Zelizer a analysé les situations dans lesquelles des éléments supposés faire partie de la sphère intime (travaux domestiques, soins aux enfants, voire enfants eux-mêmes) se voient malgré tout attribuer une valeur monétaire.

Des marchés sans prix ?

19Un très bel exemple de collaboration directe entre un historien, une sociologue et une économètre montre la fécondité de cette démarche (Feller et al., 2005). L’étude fine du cartulaire d’un monastère des Abruzzes au ixe siècle permet de distinguer plusieurs types de transactions foncières. Certaines paraissent s’approcher d’une valorisation par la loi de l’offre et de la demande, avec la mention explicite d’un prix, et une variabilité limitée qui permet de parler de prix de marché. D’autres, mentionnant la mesure du bien mais pas de prix, renvoient plutôt à des relations de clientèle. Le cas inverse – un prix, mais pas de mesure – relève de l’apurement de comptes de succession. On voit bien ici l’apport d’une démarche historienne qui, tout en aboutissant à une quantification, considère comme des points cruciaux ce qu’un positivisme simple verrait comme des défauts de la source : son hétérogénéité et le grand nombre de valeurs manquantes. Seul un historien spécialiste de la période peut en outre expliciter à quels mécanismes précis renvoie ce que je qualifie rapidement de clientélisme. Mais c’est la conceptualisation sociologique qui permet de faire de cette étude une contribution générale à la réflexion sur les frontières du marché, et pas uniquement un apport à l’histoire du haut Moyen Âge.

20Si, dans cette recherche, l’absence ou la présence d’un prix différenciait les transactions, il arrive aussi que les historien‑ne‑ se trouvent confronté‑e‑s à une organisation des transactions qui n’implique l’indication d’aucun prix explicite, ou bien toujours du même prix : rien de plus éloigné à priori du jeu de l’offre et de la demande. C’est ce qu’ont constaté, en matière de taux d’intérêt, aussi bien François Lerouxel (2012), travaillant sur l’Égypte romaine, que Philip Hoffman, Gilles Postel-Vinay et Jean-Laurent Rosenthal (2000), sur la France du xviiie siècle – il s’agit dans les deux cas de sources notariales. Cela ne les a pas empêchés de qualifier leurs objets d’étude de marchés, ni de mobiliser certains raisonnements de l’économie néo-institutionnaliste. Selon eux, il est utile de parler de marché dans la mesure où leur question porte sur l’appariement d’une offre et d’une demande (de prêts). Même s’il est toujours délicat de savoir dans quelle mesure celles-ci préexistent à la transaction, force est de constater qu’on trouve dans chaque cas un très grand nombre de prêts en argent, en proportion de la population, et que ces prêts ne se cantonnent pas à l’intérieur des familles ou même des localités. De là naissent des questionnements en matière d’information, tant sur l’existence même de partenaires potentiels d’échange que sur la façon de juger de leur fiabilité. L’institution notariale et celle de formes de registres d’hypothèques sont alors présentées comme des réponses.

21L’intérêt de l’étude historique est qu’elle permet d’observer une variation dans le temps dans le fonctionnement de ces institutions, et ses effets : cela permet de sortir du fonctionnalisme de l’économie néo-institutionnaliste, qui a tendance à expliquer l’existence d’une institution par le fait qu’elle résolve des problèmes (un point bien noté par Boldizzoni et développé par Sheilagh Ogilvie, 2007). Il reste qu’il serait intéressant que de tels travaux ne soient pas lus seulement comme des exemples de ce que l’économie néo-institutionnaliste, avec tous ses défauts, peut pourtant apporter à l’étude de terrains historiques précis. Dans un dialogue avec la sociologie, ils pourraient contribuer à la discussion sur ce qu’est un marché, si ce n’est pas, ou pas toujours, quelque chose qui permet à des prix d’être fixés en fonction de l’offre et de la demande. De même, le fait que les Égyptiens prêtent manifestement plus facilement à des personnes qui ne sont pas de leur connaissance, et en particulier à des femmes, lorsqu’il existe une information sur les hypothèques, paraît indiquer que la qualité des garanties leur importe ; cela n’implique pas pour autant qu’ils sont à tous points de vue des homines œconomici, et c’est un point qui mériterait d’être mis en valeur.

22Ainsi, dans un article important sur les marchés médiévaux (occidentaux), Mathieu Arnoux (2010) montre qu’il serait absurde d’en avoir une appréhension primitiviste – entre autres parce que le vocabulaire de la négociation commerciale imprègne de nombreux documents de l’époque, y compris comme métaphore. Il souligne aussi la construction politique, et même la centralité politique, de ces marchés. Mais il montre surtout que le prix n’y découle ni d’un impératif moral ou politique qui serait a-économique, ni uniquement du jeu de l’offre et de la demande. Les acteurs savent qu’il est influencé par cette offre et cette demande, et en discutent ; mais ils veulent limiter cette fluctuation pour qu’elle ne tourne pas à la spéculation. Le « juste prix » est déduit de l’observation d’un marché fonctionnant bien, mais nul ne pense que le marché seul doive produire ce prix : par exemple, en période de monopole, mieux vaut se référer au prix qui avait cours auparavant.

23Plutôt que de projeter sur l’ensemble des sociétés du passé l’image d’un paradis du don -contre-don – ou d’un enfer d’inscription statutaire dont le marché aurait permis de sortir, ce que font également certain‑e‑s collègues –, nous aurions ainsi tout à gagner à montrer comment, dans le passé comme aujourd’hui, s’imbriquent des échanges marchands ou non, encastrés de manière variée, visant ou non à maximiser les profits. Il ne s’agit pas seulement de montrer que la réalité est plus complexe que l’idéal-type néoclassique, mais plutôt d’organiser la diversité du réel autrement qu’en lui opposant un idéal-type de la réciprocité. Cela implique, comme le dit Boldizzoni, de ne pas mettre à distance les dimensions sociales, culturelles ou politiques de l’histoire – mais aussi, réciproquement, d’entrer dans la technicité de la comptabilité, du droit ou de l’expression des prix. Cela n’enlèvera certainement pas le pouvoir aux économistes, mais permettra au moins d’écrire une histoire économique intéressante et cumulative.

Haut de page

Bibliographie

Albert Anaïs, 2014, Consommation de masse et consommation de classe. Une histoire sociale et culturelle du cycle de vie des objets dans les classes populaires parisiennes (des années 1880 aux années 1920), thèse de doctorat, Université Paris 1.

Arnoux Mathieu, 2010, « Vérité et questions des marchés médiévaux », L’activité marchande sans le marché ? A. Hatchuel, O. Favereau et F. Aggieri éd., Paris, Presses des Mines, p. 27-43.

Boldizzoni Francesco, 2011, The Poverty of Clio, Princeton, Princeton University Press.

Capizzi Virginie, 1999, « Urbanisation et formation d’un marché foncier. Arcachon dans la première moitié du xixe siècle », Histoire & Mesure, vol. 14, no 3, p. 369‑399.

Charpy Manuel, 2007, « L’ordre des choses. Sur quelques traits de la culture matérielle bourgeoise parisienne, 1830-1914 », Revue d’histoire du xixe siècle, no 34, p. 105‑128.

Coquery Natacha, 2011, Tenir boutique à Paris au xviiie siècle : luxe et demi-luxe, Paris, CTHS.

Dobbin Frank et Dowd Timothy J., 2000, « The market that antitrust built : public policy, private coercion and railroad acquisitions, 1825 to 1922 », American Sociological Review, vol. 65, no 5, p. 631-657.

Edelman Lauren et Stryker Robyn, 2005, « A sociological perspective on law and the economy », The Handbook of Economic Sociology, N. Smelser et R. Swedberg éd., Princeton, Princeton University Press, p. 527-551.

Feller Laurent, Gramain Agnès et Weber Florence, 2005, La fortune de Karol : marché de la terre et liens personnels dans les Abruzzes au haut Moyen Âge, Rome, École française de Rome.

Fligstein Neil, 1990, The Transformation of Corporate Control, Cambridge, Harvard University Press.

Fourcade Marion, Ollion Étienne et Algan Yann, 2014, « The superiority of economists », MaxPo Discussion Paper, 14/3.

François Pierre, 2008, Sociologie des marchés, Paris, Armand Colin.

François Pierre et Lemercier Claire, 2016, « Une financiarisation à la française (1979-2009). Mutations des grandes entreprises et conversion des élites », Revue française de sociologie, vol. 57, no 2, p. 269-320.

Garcia-Parpet Marie-France, 1986, « La construction sociale d’un marché parfait : le marché au cadran de Fontaines-en-Sologne », Actes de la recherche en sciences sociales, no 65, p. 2-13.

Gervais Pierre, 2012, « Crédit et filières marchandes au xviiie siècle », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, no 4, p. 1011-1048.

Granovetter Mark S., 1985, « Economic action and social structure : The problem of embeddedness », American Journal of Sociology, vol. 91, no 3, p. 481-510.

Grenier Jean-Yves, 1996, L’économie d’Ancien Régime : un monde de l’échange et de l’incertitude, Paris, Albin Michel.

Hoffman Philip T., Postel-Vinay Gilles et Rosenthal Jean-Laurent, 2001, Des marchés sans prix : une économie politique du crédit à Paris, 1660-1870, Paris, EHESS.

Kessler Amalia, 2007, A Revolution in Commerce. The Parisian Merchant Court and the Rise of Commercial Society in Eighteenth-Century France, New Haven, Yale University Press.

Lemarchand Yannick et Praquin Nicolas, 2005, « Falsifications et manipulations comptables. La mesure du profit, un enjeu social (1856-1914) », Comptabilité - Contrôle - Audit, vol. 11, no 3, p. 15-33.

Lemercier Claire et Zalc Claire, 2012, « Pour une nouvelle approche de la relation de crédit en histoire contemporaine », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, no 4, p. 979-1009.

Lerouxel François, 2012, « Le marché du crédit privé, la bibliothèque des acquêts et les tâches publiques en Égypte romaine », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 67, no 4, p. 943-976.

Lydon Ghislaine, 2009, On Trans-Saharan Trails : Islamic Law, Trade Networks, and Cross-Cultural Exchange in Nineteenth-Century Western Africa, Cambridge, Cambridge University Press.

MacKenzie Donald, 2006, An Engine, not a Camera. How Financial Models Shape Markets, Cambridge, MIT Press.

Mariot Nicolas, 2003, « Faut-il être motivé pour tuer ? Sur quelques explications aux violences de guerre », Genèses, no 53, p. 154-177.

North Douglass C., 2005, Le processus du développement économique, Paris, Éditions d’Organisation.

Ogilvie Sheilagh, 2007, « “Whatever is, is right” ? Economic institutions in pre-industrial Europe », The Economic History Review, vol. 60, no 4, p. 649-684.

Olivi Pierre de Jean, 2012, Traité des contrats, S. Piron éd., Paris, Les Belles Lettres.

Perrin-Heredia Ana, 2011, « Faire les comptes : normes comptables, normes sociales », Genèses, no 84, p. 69-92.

Rodriguez Jacques et Wachsberger Jean-Michel, 2009, « Mesurer la confiance, dénoncer la défiance : deux économistes au chevet du modèle social français », Revue française de sociologie, vol. 50, no 1, p. 151-176.

Stanziani Alessandro, 2007, Dictionnaire historique de l’économie-droit, xviiie-xxe siècles, Paris, LGDJ.

Steiner Philippe, 2006, « Le don d’organes : une typologie analytique », Revue française de sociologie, vol. 47, no 3, p. 479-506.

Steiner Philippe et Trespeuch Marie éd., 2014, Marchés contestés. Quand le marché rencontre la morale, Toulouse, Presses universitaires du Mirail.

Trivellato Francesca, 2016 [2009], Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora sépharade et commerce lointain : de la Méditerranée à l’océan Indien, xviiie siècle, Paris, Seuil.

Uzzi Brian, 1996, « The source and consequences of embeddedness for the economic performance of organizations : The network effect », American Sociological Review, vol. 61, no 4, p. 674-698.

Zelizer Viviana A., 2005, « Intimité et économie », Terrain, no 45, p. 13-28.

— 2012, « How I became a relational economic sociologist and what does that mean ? », Politics & Society, vol. 40, no 2, p. 145-174.

Haut de page

Notes

1 ANR Fiduciae, coordonnée par Arnaud Bartolomei, Fabien Éloire, Claire Lemercier, Matthieu de Oliveira et Nadège Sougy.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Claire Lemercier, « L’histoire économique au futur », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/6592 ; DOI : 10.4000/traces.6592

Haut de page

Auteur

Claire Lemercier

Directrice de recherche, Centre de Sociologie des Organisations, CNRS

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page