Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

Les angles morts de The Poverty of Clio

The blindspots of The Poverty of Clio
Clément Dherbécourt et Éric Monnet
p. 137-150

Résumés

Tout en reconnaissant que l’histoire économique, sous sa forme cliométrique, n’est pas exempte de lacunes scientifiques, les auteurs estiment que l’argumentation de Francesco Boldizzoni dans The Poverty of Clio s’appuie trop souvent sur la discussion de cas extrêmes et peu représentatifs. Ils suggèrent au contraire que l’histoire économique peut utiliser avec profit certaines théories économiques, comme l’approche des incitations et des prix relatifs. Une voie médiane est possible entre l’histoire économique que Boldizzoni veut enterrer (la cliométrie) et celle qu’il veut ressusciter (celles des Annales).

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Les opinions exprimées dans ce texte n'engagent que leurs auteurs et non pas les institutions auxqu (...)
  • 2 Les références de pagination sans indication de date renvoient à Boldizzoni (2011).

1L’histoire économique ne saurait être une pure application de modèles généraux, appliqués à des sources lacunaires et sans regard critique, donc propices aux contresens et à la manipulation1. Les excès les plus flagrants des travaux cliométriques doivent en effet être dénoncés, et ce d’autant plus lorsqu’ils prétendent – en dépit de ces lacunes – à une supériorité scientifique par rapport à d’autres formes d’argumentation. On ne peut que plaider pour une meilleure connaissance des institutions, de la culture et du contexte local au sein de la profession des historiens de l’économie. En outre, la place de l’histoire économique ne peut se réduire à un champ d’application ou de tests de modèles économiques (même si les théories économiques, comme d’autres emprunts disciplinaires, sont sans doute à même d’accroître notre compréhension de certains processus historiques) et cette dernière doit pouvoir au contraire renouveler les modèles et hypothèses des économistes. Nombre de critiques formulées par Francesco Boldizzoni apparaissent ainsi salutaires et stimulantes2.

La possibilité d’une voie médiane

  • 3 Toutes les traductions sont le fait des auteurs.
  • 4 Le lecteur pourra se faire une idée des débats et très nombreuses critiques (presque unanimement né (...)

2Mais Boldizzoni ne s’adresse pas véritablement aux cliomètres, ce qui est paradoxal pour quelqu’un qui appelle à une vision unifiée des sciences sociales. L’ouvrage est adressé en priorité aux chercheurs américains en sciences sociales (p. 169), pas aux économistes. Cette approche bloc contre bloc (les sciences sociales contre l’économie) se comprend au regard du pessimisme de l’auteur quant à l’évolution récente de l’économie dominante à l’université en Europe et aux États-Unis. Mais en procédant ainsi, l’auteur nie l’existence d’une voie médiane, qui se trouve d’emblée ridiculisée au nom du fait qu’elle ne remettrait pas intégralement en cause les théories économiques dominantes. La force rhétorique de l’argument qui consiste à invalider certaines approches en en présentant les formes extrêmes et caricaturales est certaine, mais elle peut facilement tourner au sophisme. Pourrait-on par exemple nier tout apport des sciences sociales marxistes simplement en invoquant les travaux de Lyssenko ? Boldizzoni use sans modération de ce type de rhétorique qui, étendue de manière systématique, peut certainement détruire toute tentative de recherche interdisciplinaire ou de croisements méthodologiques. Ainsi, lorsqu’il étudie l’ouvrage de Gregory Clark (2007), A Farewell to Alms : A Brief Economic History of the World, qui lie génétique, théorie et histoire économique, Boldizzoni reconnaît que les thèses principales de ce livre sur la transmission génétique de comportements « capitalistes » ont été fortement critiquées et réfutées par la majeure partie des économistes et des « cliomètres » (voir notes de bas de page 6 et 7, p. 63), mais il en conclut pourtant que « ce que beaucoup de cliométriciens ne semblent pas réaliser, c’est que le travail de Clark est une version exagérée et extrême de leur propre manière de faire de l’histoire économique »3 (p. 63). Plutôt qu’étudier en détail la réception de cet ouvrage et expliquer pourquoi il a connu un certain succès dans la presse et auprès de certains économistes alors qu’il était unanimement rejeté par la communauté des économistes historiens « cliomètres » dont est issu Clark, Boldizzoni choisit donc d’y voir au contraire l’incarnation de la méthode cliométrique poussée à l’extrême4.

  • 5 En un sens, The Poverty of Clio n’en est pas exempte.
  • 6 Dans un texte récent, intitulé « The future of economic history must be interdisciplinary », Naomi (...)

3Nous sommes entièrement d’accord avec les critiques que Boldizzoni adresse aux travaux de Clark, mais les conclusions qu’il tire de l’existence d’une telle démarche sont trop simples. C’est pourtant une question très intéressante – et d’une grande complexité épistémologique – de savoir ce qu’une discipline ou une méthodologie peut apprendre de ses cas extrêmes, de ses positions radicales, voire de ses dérapages. On peut attribuer à ces derniers des vertus heuristiques, d’une part parce que la provocation peut permettre de poser de nouvelles questions et d’ouvrir de nouveaux champs5, d’autre part parce que la prise de conscience des excès d’une méthode peut permettre de réfléchir aux limites de cette dernière et à ses possibles champs d’application. Boldizzoni choisit quant à lui d’utiliser les travaux les plus radicaux pour infirmer et condamner ceux avec lesquels ils présentent des similarités. La présentation des travaux de Clark n’est donc pas l’occasion de se demander jusqu’où peut être appliquée la méthode du choix rationnel, mais elle permet à l’auteur d’invalider toute application de modèles économiques à l’histoire. Boldizzoni défend ainsi implicitement une conception des sciences sociales qui repose sur l’idée que les différentes méthodes ou écoles de pensée sont des manifestations d’ontologies, voire d’idéologies, différentes. Si on adopte ce point de vue, effectivement, les excès de travaux comme ceux de Clark révèlent la dangerosité ou l’inanité d’une ontologie et remettent en cause le bien-fondé de l’ontologie sur laquelle repose un certain type de démarche historique, qualifiée ici de « cliométrie ». Un autre point de vue, plus pragmatique et plus sceptique sur les caractéristiques ontologiques des sciences sociales, consisterait à s’intéresser à la manière dont ces dernières peuvent procéder par hybridation, par recours à différentes boîtes à outils méthodologiques. Pourquoi en effet ne pas s’intéresser plutôt à la manière dont certains historiens ont pu utiliser les travaux de North ou Greif de manière critique et heuristique pour enrichir leurs propres travaux ou formuler des questions laissées de côté par l’historiographie traditionnelle ? On pense par exemple à la manière fructueuse dont Jessica Goldberg (2005, 2012) ou Francesca Trivellato (2016) discutent Avner Greif ou à celle avec laquelle Naomi Lamoreaux (2011, article qui résume des travaux antérieurs), Laurence Fontaine (2008) ou D’Maris Coffman, Adrian Leonard et Larry Neal (éd., 2013) discutent les thèses de Douglass C. North. Ces ouvrages suffisent à convaincre le lecteur que prendre au sérieux les thèses de North (1990) et Greif (2006), même si c’est pour les réfuter, peut conduire à des travaux historiques innovants et importants. Il est indéniable que les tentatives de voie médiane et d’authentiques croisements interdisciplinaires sont malheureusement minoritaires à l’heure actuelle, mais pourquoi ne pas partir de tels exemples dans un ouvrage qui a pour objectif de refonder l’histoire économique6 ?

4Ainsi, du fait de sa méthode critique et de sa rhétorique, l’ouvrage de Boldizzoni pose implicitement une question essentielle et indéniablement intéressante : que peut-on apprendre des travaux radicaux, polarisants et provocants, qui poussent à l’extrême une démarche méthodologique ? On peut cependant douter que la réponse – essentiellement négative – qu’apporte l’auteur à cette question soit la plus fructueuse pour poser les jalons de recherche interdisciplinaire en histoire économique.

Les apports limités mais possibles de la théorie économique

5Si les excès sont indéniables, il paraît tout aussi excessif de remettre en cause a priori l’intérêt de l’approche économique au sens large du terme (et au sens où Boldizzoni l’entend), c’est-à-dire l’analyse des incitations ou des prix relatifs. Les différentes théories économiques doivent être jugées à leur pouvoir heuristique, c’est-à-dire à leur capacité à proposer un éclairage nouveau sur les problèmes historiques. De nombreuses recherches historiques ont appliqué avec profit des outils développés dans d’autres contextes : la théorie des champs de Bourdieu pour expliquer la fin de la République romaine (Denis, 2000), l’équilibre général pour expliquer les gains de croissance économique en Russie soviétique (Allen, 2009). Il est vrai que d’autres tentatives se sont révélées beaucoup plus incertaines (Guzmán et Weisdorf, 2011), appliquant la théorie de Becker à l’adoption de l’agriculture. Dans ce dernier cas, l’absence d’information et de sources permet de s’affranchir de toute exigence de validation empirique, à quelque niveau que ce soit.

  • 7 Il y a évidemment bien d’autres apports possibles et la place manque ici pour les développer. Mais (...)

6L’intérêt de la théorie économique pour l’historien réside en grande partie dans l’approche des incitations, ou des « prix relatifs »7. L’idée d’incitation, dans son usage le plus courant en histoire économique, renvoie à la rareté relative de certains biens (que celle-ci présuppose la notion de marché ou non), qui incite les agents à trouver des biens alternatifs pour satisfaire leurs besoins. Il paraît a priori raisonnable de penser que des variations importantes de prix relatifs dans le temps ou dans l’espace jouent un rôle sur les comportements et sur les institutions, et ce dans des contextes très variés. Robert Allen (1992) rappelle par exemple que la grande peste qui a dévasté l’Angleterre à partir de 1348 a entraîné une hausse irrésistible des salaires, malgré diverses tentatives d’encadrement des rémunérations de la part des propriétaires terriens. Dans les décennies suivantes, la rareté relative du travail, euphémisme qui traduit en termes économiques la mort d’une partie significative de la population anglaise de l’époque, a eu des effets sur les comportements, les techniques de production agricole, mais aussi sur les institutions elles-mêmes, puisque Allen en fait la cause principale du déclin du servage en Angleterre. Les prix relatifs renvoient à des différences de contexte historique que l’historien lui-même peut essayer d’expliquer, et ont en retour des effets sur l’activité économique, la forme des institutions, et les rapports entre classes sociales. Cela ne veut pas dire qu’on peut appliquer mécaniquement les modèles du marché financier, du marché du travail ou des biens et services à tous les contextes. Mais on ne peut éluder ce que font les prix, c’est-à-dire ce que reçoivent les travailleurs et les détenteurs de richesse ou de terre, sur la démographie, les institutions, les classes sociales, l’organisation de la production. Il est d’ailleurs tout à fait possible qu’une étude historique se situant dans le cadre de la théorie économique standard aboutisse à la conclusion que le mécanisme économique des prix relatifs a eu une faible importance dans le développement historique, contrairement au rôle des normes et à l’intervention de l’État, comme l’ont montré Alan Olmstead et Paul Rhode (1993, 2004) à propos des innovations technologiques et protections sanitaires dans l’agriculture aux États-Unis.

7La littérature abondante sur la Grande Divergence entre la Chine et l’Europe a notamment démontré l’intérêt de la théorie des incitations. Comme pour la comparaison avant/après 1348, l’intérêt de la comparaison Chine/Europe réside dans l’existence de différences significatives et durables de prix relatifs, dont on peut supposer qu’ils ne sont pas sans conséquence. L’ouvrage récent de Jean-Laurent Rosenthal et Bin Wong (2011) montre tout l’intérêt d’une approche historique contextualisée prenant au sérieux le rôle des prix. Ces auteurs critiquent la thèse de Kenneth Pomeranz (2002) selon laquelle la Chine doit son industrialisation tardive non à des marchés moins performants, mais à la rareté des ressources fossiles (donc au coût relatif de l’énergie par rapport au travail). Pour eux, l’unification politique précoce de la Chine a joué le rôle majeur. Celle-ci a eu pendant des siècles un effet positif sur l’activité économique, ce qui explique son avance sur l’Europe. Mais la fragmentation politique de l’Europe, si coûteuse en vies humaines et en ressources, a incité à l’innovation (au moins dans le domaine militaire, comme l’a montré Philip Hoffman, 2011) et à la concentration de l’activité commerciale dans des villes fortifiées (où la main-d’œuvre est plus chère et le capital bon marché), ce qui – à long terme – a favorisé l’industrialisation. Loin de la caricature des travaux cliométriques, ce travail est attentif aux différences de contexte et de structure des transactions en Europe et en Chine – poids des réseaux de parenté, absence de dette publique en Chine – pour une comparaison contrôlée.

8Boldizzoni part d’un a priori tout à fait contestable : les systèmes de prix sont un épiphénomène des systèmes culturels et politiques, et en retour ils n’ont pas d’effet sur les comportements des agents, et n’exercent pas d’influence sur la société. Cela tient à sa vision statique et encastrée du fonctionnement de l’économie, et par conséquent de ce que doit être le rôle de l’historien. Pour reprendre des exemples cités par l’auteur (p. 152), il existe nécessairement des différences de prix relatifs importantes entre le Rouen du xiie siècle et Samarkand à la même époque, et l’historien économique ne saurait ignorer ce fait majeur quand il veut comparer la situation des deux villes. Contrairement à ce que prétend Boldizzoni, reconnaître le rôle des individus dans des changements de prix ne signifie pas nécessairement faire l’hypothèse que les mécanismes de marché s’appliquent de la même manière en tout lieu et en tout temps.

9Les descriptions historiques citées dans l’ouvrage se réfèrent à un certain nombre de cas historiques, présentés comme des tableaux ou des idéaux-types : on peut penser par exemple à la paysannerie russe décrite par Alexander Chayanov (1966). Cet exemple permet de développer un système de correspondances entre l’ordre économique, l’ordre social, le comportement et les préférences des agents. Même en pensant que le tableau historique proposé par Chayanov a réellement existé, il apparaît douteux que cette méthodologie soit transposable à toute situation historique. D’une part, tout ordre social – même totalitaire – admet des conflits, des contradictions et ne saurait répondre à une logique unique. D’autre part même si certains systèmes culturels et politiques ont duré, la règle générale est plutôt celle d’une évolution continue des structures sociales et économiques. L’histoire photographique a été celle de la cliométrie à ses débuts (pensons à Time on the Cross, de Robert W. Fogel et Stanley Engerman, 1974, par exemple), mais l’essentiel de la profession se concentre justement aujourd’hui sur les évolutions de long terme : Grande Divergence, révolutions industrieuses et industrielles, évolution du marché du travail et du capital. Par construction, le système proposé par Boldizzoni semble interdire l’étude des évolutions de long terme, puisqu’elles impliquent la remise en cause d’un certain ordre politique, religieux, moral et culturel. Les exemples proposés par Boldizzoni sont au contraire statiques, et correspondent à l’apogée d’un ordre social donné. Comment par conséquent penser leur avènement et leur déclin ? Sans proposer de réponse tout à fait satisfaisante à cette question qui traverse toutes les sciences sociales, les historiens de l’économie – en premier lieu North et Greif – ont au moins tenté de reformuler le problème en des termes nouveaux.

10Il est à noter que le seul modèle évolutionniste proposé dans l’ouvrage est celui de la contagion entre pays, par proximité culturelle :

C’est prendre ses désirs pour des réalités, nous dit Bairoch, que de supposer qu’un pays pourrait passer directement de l’âge de pierre à la haute technologie ; un ensemble de politiques économiques ne saurait combler un fossé culturel de plusieurs siècles. Si, contrairement à l’Afrique subsaharienne, le Japon et la Chine ont fini par trouver le chemin du développement, c’est parce que le fossé n’était pas si grand. Le destin des autres pays est une des grandes tragédies de notre époque. (p. 135)

11La culture de la Chine et du Japon aurait été plus favorable au développement du capitalisme, et expliquerait ainsi leur « décollage » économique… Comme dans l’exemple de la paysannerie russe, la notion de culture est ici essentialisée et est censée s’appliquer à l’échelle d’une société entière. Ce type de raisonnement généraliste n’est pas attentif aux différences internes entre classes ou groupes sociaux, elle évacue également la question institutionnelle. L’explication culturelle à laquelle se réfère Boldizzoni en citant Paul Bairoch (1997) n’est pas en soi une explication suffisante et elle ne remet pas en cause l’intérêt des travaux récents sur la Grande Divergence par exemple. Pire, l’explication culturaliste est toujours a posteriori : la Chine nous paraît aujourd’hui proche culturellement de l’Occident après trente ans de développement, mais l’explication culturaliste aurait conclu à un fossé insurmontable entre la Chine et l’Occident en 1950 ou en 1975.

Comparatisme et vision dynamique de l’histoire

12La fin de l’ouvrage propose une voie originale de modélisation historique. Cette voie est celle d’une ouverture vers les sciences sociales et d’une attention aux spécificités locales et historiques :

Par modèle économique on entend une interprétation synthétique des faits, dont le pouvoir explicatif est limité dans l’espace et dans le temps (un modèle de la formation du prix du poivre à Samarkand au xiie siècle sera différent de celui du marché des céréales à Rouen à la même époque, et encore plus différent du marché des céréales de l’Oklahoma au xxe siècle). (p. 152)

13Le problème de cette vision est qu’elle ne permet aucune comparaison dans l’espace et dans le temps. Au-delà de l’accumulation de connaissances locales, on voit mal comment tirer de cette méthode des enseignements cumulatifs. Boldizzoni condamne les comparaisons entre situations historiques, au motif qu’elles sont souvent des jugements de valeur. Sans aller jusqu’à hiérarchiser les sociétés humaines selon leur niveau de PIB par habitant, ou leur capacité à innover, l’enjeu de comparaison dans l’espace et dans le temps paraît néanmoins indépassable pour la compréhension de toute configuration historique : quel niveau de développement, quel niveau de vie de la population, quel degré d’inégalité ? Or l’approche de Boldizzoni condamne toute visée comparatiste ou de mise en perspective. Citant Witold Kula (1962), l’auteur affirme ainsi : « Plus on ajoute d’éléments dans le modèle, plus riche est la théorie que l’on construit ; mais le nombre de sociétés auxquelles cette théorie peut être appliquée diminue dans les mêmes proportions » (p. 20).

14D’autre part, la modélisation proposée par Boldizzoni s’enrichirait à penser de manière dynamique : quelles sont les tendances sociales et les tendances économiques d’une situation historique ? Pour le dire autrement, une situation historique est-elle stable, ou au contraire implique-t-elle à long terme un changement profond des structures sociales, économiques et politiques ? Encore une fois, ce type de questionnement n’a rien à voir avec un quelconque questionnement sur la supériorité de tel ou tel système sur les autres, ou sur la recherche d’une meilleure voie possible (même si de nombreux cliomètres ont par ailleurs ce biais évolutionniste). Elle vise à se demander dans quelle mesure un système politique ou économique peut s’inscrire dans la durée. Plusieurs économistes historiens ont tenté de poser cette question récemment. On peut citer l’approche des « self-reinforcing institutions » proposée par Greif (1998), qui s’appuie sur la théorie des jeux. Selon Greif, certaines institutions ont la caractéristique de se renforcer d’elles-mêmes (self-reinforcing), parce qu’elles transforment la structure du jeu social, les caractéristiques des parties prenantes, alors que d’autres institutions n’assurent pas les conditions de leur reproduction. Selon Greif, le système du Podestà mis en place à Gênes était une institution qui créait les conditions d’une évolution favorable à son maintien dans le temps, en transformant à long terme la structure des différents groupes de la société génoise. Le concept de « quasi-paramètres », c’est-à-dire de contraintes qui s’exercent sur les acteurs à court terme, mais que les institutions peuvent faire évoluer sur le moyen ou le long terme, est une contribution intéressante de Greif à la réflexion sur l’évolution des systèmes politiques, que l’on soit adepte ou non de la théorie des jeux. Bruno Amable et Stefano Palombarini (2005) proposent pour leur part une théorie néoréaliste des évolutions politiques. Leur approche – inspirée du « réalisme » de Machiavel – suppose que tout ordre politique et social doit être expliqué par les intérêts des groupes sociaux qui les soutiennent. Expliquer les évolutions institutionnelles revient donc à décrire le jeu des alliances entre classes pour le contrôle politique. Ces alliances sont toujours temporaires puisque les évolutions économiques et sociales affaiblissent le poids quantitatif de certains groupes sociaux tout en renforçant d’autres groupes. Le néo-institutionnalisme de North n’est donc pas la seule solution disponible pour comprendre l’évolution des institutions.

15Les enjeux dynamiques sont importants puisqu’aucun système économique et politique ne saurait être totalement durable. Le réchauffement climatique, qui questionne en profondeur les structures du capitalisme contemporain et sa soutenabilité à long terme, en est un dernier avatar. Une modélisation dynamique conséquente doit prendre en compte l’interaction entre les structures économiques, culturelles et politiques qui sont au fondement de l’évolution historique – interaction qui, contrairement à ce que semble penser l’auteur, ne se résume pas à la dialectique marxiste entre infrastructure et superstructure.

Histoire et séries temporelles

16Boldizzoni, en fondant son argumentation sur la critique de cas radicaux et caricaturaux de l’application de modèles mathématiques à l’histoire, est ainsi amené à porter un regard nostalgique sur des travaux anciens, sans rechercher leurs possibles descendants actuels. Ainsi, dans le chapitre 5, qui comporte une très bonne et utile discussion de l’historiographie française en histoire macroéconomique quantitative des années 1930 aux années 1970, Boldizzoni fait un éloge sans nuances de l’histoire sérielle des Annales, en l’opposant aux travaux économétriques. La controverse des années 1950, entre les historiens des Annales d’un côté et les économistes Jean-Claude Toutain et Jean Marczewski de l’autre, est ainsi présentée par l’auteur comme une illustration des querelles actuelles en histoire économique. Puisque les historiens français ont abandonné l’histoire économique quantitative et puisque, selon Boldizzoni, les économistes continuent d’adopter la même attitude aveugle et bornée que Toutain et Marczewski (consistant à reconstruire les comptes nationaux pour des périodes avant la Seconde Guerre mondiale et à utiliser l’économétrie pour caractériser les cycles économiques), la seule solution serait un retour à l’histoire sérielle des Annales. Une fois encore, pour arriver à sa conclusion, l’auteur évacue – volontairement ou involontairement – les prolongements de l’histoire quantitative dans la tradition des Annales qui ont pu être proposés par la suite. En ce qui concerne l’historiographie française, l’importance de l’ouvrage de François Bourguignon et Maurice Lévy-Leboyer (1985), exemple resté célèbre de collaboration entre un historien et un économiste, n’est même pas mentionnée, ni aucun des travaux d’histoire économique quantitative des années 1990 ou 2000 essayant de créer des ponts entre la tradition française des Annales et la cliométrie américaine (Claude Diebolt, Jean-Pierre Dormois, Marc Flandreau, Pierre-Cyrille Hautcœur, Gilles Postel-Vinay, entre autres). Boldizzoni refuse de dépasser une vision purement déductive et décontextualisée de la pratique des économistes. On pourra pourtant retrouver sans mal tout ce qu’il préconise et ce que préconisaient les tenants de l’histoire sérielle des Annales dans un article comme celui de Piketty, Postel-Vinay, et Rosenthal (2006), qui repose sur une collecte minutieuse de données individuelles pour établir des séries macroéconomiques et interpréter leur signification historique. Selon Boldizzoni, en effet, l’histoire économétrique s’oppose à « l’histoire sérielle, qui a été construite à partir de données rassemblées méticuleusement, évaluées de manière critique, et surtout interprétées avec une intelligence d’historien » (p. 125).

17En dehors de la France, il n’est pas difficile de trouver d’autres travaux d’histoire économique qui, depuis le début des années 1980, ont construit des séries longues dans un souci de contextualisation historique, sans y imposer des hypothèses de la théorie économique. Mentionnons par exemple les études quantitatives de Jane Humphries (Horrell et Humphries, 1995 ; Humphries, 2010) sur l’évolution du travail des femmes et des enfants au xixe siècle. Ne serait-il pas là encore plus fructueux de recenser les travaux récents tâchant d’emprunter et renouveler cette voie plutôt que de prendre comme matrice intellectuelle des débats des années 1950 ?

18Une question plus épineuse, que ne pose pas explicitement Boldizzoni, est de savoir quel degré de théorie, et donc d’hypothèses sous-jacentes, l’usage de l’économétrie impose aux séries historiques. C’est là un débat complexe, que les historiens économistes ne peuvent éluder. Mais ce débat est mal posé s’il prend pour base une stricte opposition entre l’histoire sérielle et l’économétrie. L’histoire sérielle, comme toute approche quantitative, demeure une approche statistique, et elle diffère ainsi en degré et non pas en nature de l’économétrie. Il est faux de penser que la simple construction d’une série peut se faire sans hypothèse ou traitement statistique. Le simple choix de la fréquence de la série (mensuelle, annuelle, etc.), de l’échelle, de la périodisation, force tout autant l’interprétation que certaines estimations économétriques ayant pour but d’interpoler ou transformer des données, ou de mesurer des relations entre des variables. Les corrélations et moyennes mobiles qu’utilisaient les historiens des Annales sont des procédures économétriques – certes simples. On peut et on doit être beaucoup plus critique des statistiques que ne l’étaient les historiens des Annales et avoir pleinement conscience des hypothèses sous-jacentes à leur construction, que l’on utilise une transformation statistique simple ou un modèle économétrique complexe. De ce point de vue, on trouvera toujours des usages immodérés et non pertinents des statistiques en histoire et en économie, mais il n’est pas certain aujourd’hui qu’une discipline soit plus sage que l’autre à cet égard. Le risque d’une mauvaise utilisation de statistiques n’est pas nécessairement plus important si l’on utilise plus de séries ou plus d’économétrie. L’important est la connaissance fine des données utilisées et la conscience des hypothèses et méthodes statistiques. En outre, la question du rapport des données quantitatives à la « réalité historique » ne peut pas non plus être résumée à une opposition simple entre données brutes et données transformées : est-on plus proche de la réalité si on utilise le revenu nominal ou le revenu réel (déflaté par l’indice des prix) ?

19Dans son fameux texte de 1958 sur la longue durée, Fernand Braudel attaquait trois types de positions : « l’histoire purement événementielle », l’économie négligeant l’histoire (« L’économiste a pris l’habitude de courir au service de l’actuel, au service des gouvernements », Braudel, 1958, p. 736), et les sciences sociales marxistes appliquant le même modèle sans perspective historique (« Ces modèles, on les a figés dans leur simplicité en leur donnant valeur de loi, d’explication préalable, automatique, applicable en tous lieux, à toutes les sociétés », p. 752). On peut facilement adresser aujourd’hui à certains économistes néoclassiques le même reproche que Braudel formulait à l’encontre du marxisme des années 1950, et c’est finalement à cette opération que se livre Boldizzoni. Mais on oublie souvent que cet article de Braudel contenait également un éloge des « mathématiques sociales » et de leurs utilisations en économie, notamment la théorie des jeux et les techniques statistiques d’analyse des séries longues. Mathématisation et longue durée y étaient présentées comme les éléments possibles de convergence des sciences sociales. Braudel y invitait ses collègues à comprendre le rôle et les limites des modèles et des statistiques, plutôt que de les rejeter au nom de la réduction qu’ils imposent à la réalité : « Sans doute la statistique simplifie-t-elle pour mieux connaître. Mais toute science va ainsi du compliqué au simple » (p. 753). On ne reviendra pas sur l’histoire bien connue de la désaffection des historiens vis-à-vis des outils mathématiques et statistiques. Mais peut-être est-il utile de rappeler ici cette ambition contrariée, au terme de la critique d’un ouvrage qui revendique l’héritage de l’école des Annales tout en balayant ou négligeant toutes les tentatives récentes de conciliation entre histoire et économie.

Haut de page

Bibliographie

Allen Robert, 1992, Enclosure and the Yeoman : The Agricultural Development of the South Midlands, 1450-1850, Londres, Clarendon Press.

— 2009, Farm to Factory : A Reinterpretation of the Soviet Industrial Revolution, Princeton, Princeton University Press.

Amable Bruno et Palombarini Stefano, 2005, L’économie politique n’est pas une science morale, Paris, Raisons d’agir.

Bairoch Paul, 1997, Victoires et déboires. Histoire économique et sociale du monde du xvie siècle à nos jours, vol. 3, Paris, Gallimard.

Boldizzoni Francesco, 2011, The Poverty of Clio, Princeton, Princeton University Press.

Braudel Fernand, 1958, « Histoire et sciences sociales : la longue durée », Annales. Économies, Sociétés, Civilisations, vol. 13, no 4, p. 725-753.

Calafat Guillaume et Monnet Éric, 2016, « Le retour de l’histoire économique ? » [en ligne], La Vie des idées, [URL : http://www.laviedesidees.fr/Le-retour-de-l-histoire-economique.html], consulté le 2 mai 2016.

Chayanov Alexander, 1966, The Theory of Peasant Economy, Urbana, Homewood.

Clark Gregory, 2007, A Farewell to Alms : A Brief Economic History of the World, Princeton, Princeton University Press.

Coffman D’Maris, Leonard Adrian et Neal Larry éd., 2013, Questioning Credible Commitment : Perspectives on the Rise of Financial Capitalism, Cambridge, Cambridge University Press.

Denis Jean-Michel, 2000, La République romaine, de la deuxième guerre punique à la bataille d’Actium (218-31) : Crise d’une aristocratie, Paris, Seuil.

De Vries Jan, 2008, « A Farewell to Alms : A Brief Economic History of the World. By Gregory Clark », Journal of Economic History, vol. 68, no 4, p. 1180-1181.

Diebolt Claude, 2016, « Cliometrica after 10 years : definition and principles of cliometric research », Cliometrica, vol. 10, no 1, p. 1-4.

Fogel Robert W. et Engerman Stanley, 1974, Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, New York, Norton.

Fontaine Laurence, 2008, L’économie morale : pauvreté, crédit et confiance dans l’Europe préindustrielle, Paris, Gallimard.

Goldberg Jessica, 2005, The Geographies of Trade and Traders in the Eastern Mediterranean 1000-1150 : A Geniza Study, PhD, Columbia University.

— 2012, « Choosing and enforcing business relationships in the eleventh-century Mediterranean : reassessing the Maghribī traders », Past & Present, vol. 216, no 1, p. 3-40.

Greif Avner, 1998, « Théorie des jeux et analyse historique des institutions. Les institutions économiques du Moyen Âge », Annales. Histoire, Sciences sociales, vol. 53, no 3, p. 597-633.

— 2006, Institutions and the Path to the Modern Economy : Lessons from Medieval Trade, Cambridge, Cambridge University Press.

Guzmán Ricardo Andrés et Weisdorf Jacob, 2011, « The neolithic revolution from a price-theoretic perspective », Journal of Development Economics, vol. 96, no 2, p. 209-219.

Hoffman Phillip, 2011, « Prices, the military revolution, and western Europe’s comparative advantage in violence », Economic History Review, vol. 64, no 1, p. 39‑59.

Horrell Sara et Humphries Jane, 1995, « Women’s labour force participation and the transition to the male-breadwinner family, 1790-1865 », Economic History Review, vol. 48, no 1, p. 89-117.

Humphries Jane, 2010, Childhood and Child Labour in the British Industrial Revolution, Cambridge, Cambridge University Press.

Kula Witold, 1962, An Economic Theory of the Feudal System : Towards a Model of the Polish Economy, 1500-1800, Londres, New Left Books.

Lamoreaux Naomi, 2011, « The mystery of property rights : A US perspective », Journal of Economic History, vol. 71, no 2, p. 275-306.

— 2015, « The future of economic history must be interdisciplinary », Journal of Economic History, vol. 75, no 4, p. 1251-1257.

Lévy-Leboyer Maurice et Bourguignon François, 1985, L’économie française au xixe siècle : analyse macro-économique, Paris, Economica.

North Douglas C., 1990, Institutions, Institutional Change and Economic Performance, Cambridge, Cambridge University Press.

Olmstead Alan et Rhode Paul, 1993, « Induced innovation in American agriculture : a reconsideration », Journal of Political Economy, vol. 101, no 1, p. 100-118.

— 2004, « The “Tuberculous Cattle Trust” : Disease contagion in an era of regulatory uncertainty », Journal of Economic History, vol. 64, no 4, p. 929-963.

Piketty Thomas, Postel-Vinay Gilles et Rosenthal Jean-Laurent, 2006, « Wealth concentration in a developing economy : Paris and France, 1807-1994 », American Economic Review, vol. 96, no 1, p. 236-256.

Pomeranz Kenneth, 2002, The Great Divergence : China, Europe, and the Making of the Modern World Economy, Princeton, Princeton University Press.

Rosenthal Jean-Laurent et Wong Bin, 2011, Before and Beyond Divergence : The Politics of Economic Change in China and Europe, Cambridge, Harvard University Press.

Trivellato Francesca, 2016 [2009], Corail contre diamants. Réseaux marchands, diaspora sépharade et commerce lointain : de la Méditerranée à l’océan Indien, xviiie siècle, Paris, Seuil.

Haut de page

Notes

1 Les opinions exprimées dans ce texte n'engagent que leurs auteurs et non pas les institutions auxquelles ils appartiennent.

2 Les références de pagination sans indication de date renvoient à Boldizzoni (2011).

3 Toutes les traductions sont le fait des auteurs.

4 Le lecteur pourra se faire une idée des débats et très nombreuses critiques (presque unanimement négatives) suscitées par l’ouvrage sur le site de l’auteur : [URL : http://faculty.econ.ucdavis.edu/faculty/gclark/a_farewell_to_alms.html], consulté le 2 mai 2016. Notons également que cet ouvrage a reçu le 2008 Gold Book Medal in Finance /Investment /Economics, Independent Publisher Book Awards, mais n’a reçu aucun prix en histoire économique. Au-delà de la question de la validité des thèses générales défendues par l’auteur, l’ouvrage est aussi largement critiqué du fait de sa tendance à vouloir construire des propositions générales à partir d’études très limitées. Comme le résume parfaitement Jan de Vries dans sa critique du Journal of Economic History : « Pourtant, on ne peut pas s’empêcher de penser que si ce livre avait été écrit par un historien, son sous-titre aurait pu être : “Quelques leçons sur les testaments du Suffolk, 1620-1638” » (2008, p. 1181). Il y a là, il est vrai, de quoi s’interroger sur la tendance des économistes à vouloir sans cesse monter en généralité comme sur celle de beaucoup d’historiens à s’empêcher de le faire.

5 En un sens, The Poverty of Clio n’en est pas exempte.

6 Dans un texte récent, intitulé « The future of economic history must be interdisciplinary », Naomi Lamoreaux (2015) montre combien les positions, certes radicales, défendues par les premiers économistes cliomètres ont ainsi été fortement atténuées par la suite et combien une partie de leurs descendants se rapprochent aujourd’hui d’une voie médiane, plus propice à la discussion avec les historiens. Pour une revue d’autres points de vue récents allant dans ce sens, nuancés par les difficultés institutionnelles actuelles à mettre en place une voie médiane, voir Calafat et Monnet (2016). Claude Diebolt (2016), grand défenseur du terme « cliométrie » (et fondateur de la revue Cliometrica), adopte également une position et une définition de l’histoire économique quantitative qui sont loin de la simple application aveugle de modèles économiques à l’histoire, mais prône au contraire des allers-retours et une réflexivité qui, au moins sur le papier, ressemble à ce que suggère Boldizzoni : « The main ambition of Cliometrica is (and remains) in continuity of Gustav Schmoller’s German Historical School and of Lucien Febvre’s and Marc Bloch’s Annales School (both also created in Strasbourg, respectively, in 1870–1880 and in 1920–1930), to close the gap between the Geisteswissenschaften and the Naturwissenschaften » (Diebolt, 2016).

7 Il y a évidemment bien d’autres apports possibles et la place manque ici pour les développer. Mais nous insistons sur la forme la plus courante d’emprunt aux théories économiques.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Clément Dherbécourt et Éric Monnet, « Les angles morts de The Poverty of Clio », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 20 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6584 ; DOI : 10.4000/traces.6584

Haut de page

Auteurs

Clément Dherbécourt

Docteur en économie, Commissariat général à la stratégie et à la prospective, Paris

Éric Monnet

Chercheur à la Banque de France et enseignant à l'École d'Économie de Paris

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page