Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
L’histoire économique est-elle morte ?

La vérité en esclavage : science et idéologie

Truth on the cross : science and ideology
Francesco Boldizzoni
Traduction de Christelle Rabier et Pierre Saint-Germier
p. 115-136

Résumés

Dans son chapitre introductif, Francesco Boldizzoni s’intéresse aux origines et aux débuts de l’histoire économique comme champ de recherche et à la colonisation par l’économie néoclassique qui s’en est suivie. L’auteur contextualise la révolution cliométrique de 1960 au sein de l’histoire politique, culturelle et intellectuelle des États-Unis. Dès le début, soutient-il, la prétention à la scientificité de la nouvelle approche repose, de façon inavouée, sur de fortes composantes idéologiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la traduction du premier chapitre du livre de Francesco Boldizzoni, The Poverty of Cli (...)

1Dans la mythologie grecque, Clio est à la fois muse de l’histoire et de la poésie épique1. Le verbe kleio signifie « célébrer » ou « louer », tandis qu’historia veut dire « enquête » ou « investigation ». Chez Hérodote, le mélange d’éléments fabuleux et d’éléments concrets continue de refléter cette ambiguïté. Thucydide échappe plus nettement à la tradition en offrant un style d’enquête que nous pourrions appeler « positiviste », bien qu’il ne se considérât pas comme un historien mais plutôt comme une sorte de politiste.

2Comme si le temps, dans l’Antiquité, s’écoulait beaucoup plus lentement, Lucien de Samosate, né dans l’actuelle Syrie, pouvait, quelque cinq cents ans plus tard, parler de Thucydide comme d’un contemporain. Son pamphlet, Comment écrire l’histoire, est sans doute le premier essai sur la méthode historique que la civilisation grecque ait commis. Lucien écrivait en réaction à l’apparition d’un ensemble de titres plutôt médiocres visant à célébrer la victoire des Romains sur les Parthes (161-166 après Jésus-Christ). L’avancée progressive de l’armée de Lucius Verus en Asie Mineure suscita l’apparition de nouveaux flagorneurs prêts à manipuler la vérité comme il leur plaisait. Ceux-ci élaborèrent des récits qui étaient improbables au point d’en être grotesques, jusqu’à tordre la langue grecque, en la truffant de latinismes inutiles. Aussi était-il nécessaire de rétablir les règles de Thucydide :

Voilà donc l’historien selon mon cœur. Il est sans crainte, incorruptible, libre, ami de la franchise et de la vérité, et comme dit le poète comique, il appellera « figue une figue », et « vase un vase ». Ni sa générosité ni sa parcimonie ne résulte d’une inimitié ou d’une amitié, ni de la pitié, de la honte ou de la timidité ; son jugement est équitable, il est bienveillant pour chacun, sans accorder à l’une ou l’autre des parties plus qu’il ne convient. Étranger dans ses propres livres, il ne se reconnaît pas de patrie, il est autonome et n’a pas de roi, il se moque de ce que tel ou tel va penser, mais dit simplement ce qui est arrivé. (Lucien de Samosate, 2010, p. 31-32)

3Lucien emploie ici une batterie d’adjectifs particulièrement incisifs et évoque un renoncement volontaire de la part de l’historien, renoncement qui serait le prix à payer pour atteindre une vision objective. Dans son travail, l’historien doit se rendre étranger (xenos), demeurer sans cité (apolis) et sans souverain (abasileutos). Pour les chercheurs contemporains, adhérer à ces préceptes revient à reconnaître l’appartenance à une communauté et à s’efforcer de se soustraire à l’emprise, quelquefois inconsciente, que cette appartenance exerce sur la pensée. Cela veut dire fuir le pouvoir (et pas seulement le pouvoir politique) et abandonner les avantages qu’il confère à celui qui s’y soumet. Mais Lucien met en garde contre les modes que l’on suit et les tendances auxquelles on se conforme ; l’écriture de l’histoire, sinon, devient un exercice d’imitation continuelle.

Les racines de l’histoire économique

4Avant d’examiner le rôle que joue Clio dans le présent ouvrage, il nous faut en présenter le personnage principal : l’histoire économique. Comme dans toutes les intrigues qui méritent le nom d’histoires, personne ne peut deviner quelle direction prend un personnage sans comprendre d’où il vient. Le conte du Petit Chaperon rouge débute dans la cuisine de sa mère et finit dans l’estomac du loup. On aurait du mal à croire à l’existence de périls dans le bois sans avoir ressenti préalablement la paix rassurante du village.

5En premier lieu, l’histoire économique n’a pas toujours existé. Pendant la Renaissance, personne n’aurait trouvé un grand intérêt à s’occuper de l’économie du passé. Quand, dans les années 1510, Machiavel rédige son Discours sur la première décade de Tite-Live, il s’occupe avant tout de la structure des républiques, de la guerre et du gouvernement (Machiavel, 2004 [1513-1519]). Aussi Machiavel pénétrait-il dans son étude revêtu d’« habits de cour », comme il l’écrit à Vettori, pour pouvoir converser avec les Anciens, les grands hommes d’État disparus, lesquels pouvaient lui répondre avec précision, car ils savaient écrire. Il les interrogeait sur la « raison de leurs actions » (2013 [1513], p. 142) et ne leur demandait pas quels produits sortaient de leurs ateliers ou comment leurs concitoyens gagnaient leur vie.

6Deux siècles plus tard, Edward Gibbon (1906 [1776-1789]) ne méprisait pas l’étude des us et coutumes, du moment que cela contribuât à expliquer la disparition politique d’un empire. De nos jours, on considérerait ce sujet comme relevant du domaine de l’histoire sociale et culturelle. Pourtant le passé économique devient, à cette période précisément, matière à investigation. Les contemporains de Gibbon sentaient que l’économie était en train de changer irrémédiablement et que de nouvelles valeurs faisaient leur apparition. Même dans les travaux qui ne relèvent pas de l’histoire à proprement parler, tels les écrits de Smith, de Malthus ou de Marx, les références historiques abondent. Un des premiers exemples où le terme d’« histoire » ennoblit un sujet qui était tout sauf noble est l’Histoire des manufactures de coton d’Edward Baines (1835), véritable précurseur du récit triomphaliste de David Landes, L’Europe technicienne ou le Prométhée délivré (2000 [1969]).

7C’est seulement quand l’économie est devenue une science déductive, encline à prôner l’universalisation de comportements particuliers, spécifiques à une culture, que l’histoire économique a acquis une identité propre. L’accomplissement de cette transition eu lieu au cours des vingt-cinq dernières années du xixe siècle, non sans quelques signes avant-coureurs.

8Dès les années 1840, l’économiste allemand Friedrich List, héritier de la tradition caméraliste, avait pris pour cible les théories des économistes britanniques classiques. Parce qu’elle mettait également en cause leurs conceptions en matière de gouvernement, son attaque avait des implications pratiques évidentes. List critiquait la « théorie régnante » pour sa manière de tirer des conclusions générales de l’étude de la première nation industrielle en les assimilant, à tort, à des lois de la nature. « Ne tenant compte des faits historiques qu’en tant qu’ils répondent à ses tendances particulières », soutenait-il, « elle ignore ou défigure les leçons de l’histoire qui contrarient son système » (1857 [1841], p. 92). Il s’ensuit que Smith a sous-estimé le rôle de la nation comme acteur économique, tandis que Ricardo interprète la rente comme le prix de la fertilité foncière naturelle et fonde toute son économie politique sur ce seul principe :

S’il avait fait une excursion dans le Canada, il aurait pu, dans chaque vallée, sur chaque colline, faire des observations qui l’auraient convaincu que sa théorie était bâtie sur du sable. Mais, n’ayant que l’Angleterre sous les yeux, il est tombé dans cette erreur, que les champs et les prés anglais, dont l’apparente fertilité naturelle produit de si beaux fermages, ont été de tout temps les mêmes. (List, 1857, p. 369)

9Le même ordre d’idées avait déterminé Richard Jones (1831), l’Anglais qui s’est affronté à Ricardo, à faire une étude comparative des systèmes économiques.

10Mais il ne s’agissait là que de péchés véniels. En dépit de la myopie de leur perspective insulaire et de leur tendance à faire des généralisations abusives, les classiques, dans tous les cas, commençaient leur étude en analysant les aspects sociaux : cela impliquait, dans le cas de Smith, de séparer sphère publique et sphère domestique ; et, dans celui de Ricardo, de théoriser le conflit entre les classes et les groupes. À la fin du xixe siècle, cependant, l’unité d’analyse retenue par les marginalistes était celle d’un individu abstrait qui vit pour maximiser ses rémunérations et revenus monétaires propres. Dans la version la plus extrême de cette approche, connue aujourd’hui sous le nom d’économie néoclassique, on suppose que les agents connaissent tous les règles du calcul différentiel et la manière de les appliquer à toutes les combinaisons possibles de biens et de choix de production existants. Le marginalisme s’est répandu en Grande-Bretagne, en Autriche, en Suisse, et aux États-Unis, pendant que la France et l’Italie ne se trouvaient que moyennement affectées. L’Allemagne y échappa presque totalement avant la Seconde Guerre mondiale.

11La grande controverse sur la méthode, le Methodentstreit, éclata dans les années 1880. D’un côté se trouvait Gustav Schmoller (1883), principale figure de l’école allemande, selon lequel il était impossible de formuler une théorie économique qui n’était pas fondée sur l’analyse historique de la société. De l’autre, on trouvait l’Autrichien Carl Menger (1884), qui soutenait qu’il était possible de connaître les principes du comportement économique des individus a priori. En Grande-Bretagne, William Cunningham (1892) porta de semblables attaques aux arguments d’Alfred Marshall ; l’issue de la controverse fut cependant moins heureuse, notamment parce que Marshall était un partisan frileux du marginalisme (Hodgson, 2001, p. 107). Arnold Toynbee (1884) se consacra à l’étude de la « révolution industrielle » (c’est d’ailleurs lui qui a popularisé cette expression), animé par le souci de rejeter les lieux communs théoriques comme l’idée de bénéfices universels du libre-échange.

12Une fois entrée par la petite porte au panthéon de l’histoire, qu’Edward A. Freeman, contemporain de Cunningham et Regius Professor à Oxford, avait l’habitude de définir comme la « politique du passé » (Bentley, 2005, p. 192), l’étude du passé économique connut une progression rapide après les années 1920. Dans une conjoncture difficile, la Grande Dépression, l’instabilité de l’entre-deux-guerres, et la situation sociale de plus en plus compliquée affectèrent profondément l’opinion publique, rappelant aux contemporains la nécessité d’étudier le passé.

13Mais, alors que l’importance « citoyenne » de l’histoire économique croissait, l’histoire économique s’éloignait de plus en plus de l’économie. Berlin cessa d’occuper le centre intellectuel du monde occidental, et le modèle d’une économie historico-institutionnelle que les Allemands, pouvait-on dire, avaient exporté quasi partout perdit rapidement du terrain. Après la Seconde Guerre mondiale, John M. Keynes, deuxième adversaire de la théorie néoclassique, mourut. Ce dernier concevait le savoir économique comme un art censé guider les « hommes pratiques ». Son intuition, dont on ne saurait sous-estimer la portée, selon laquelle le déséquilibre était la règle dans les économies capitalistes et l’équilibre l’exception, fut facilement neutralisée dans les salles de cours du MIT, après un célèbre article de John R. Hicks (1937).

14Ayant abandonné l’ambition de formuler des théories ambitieuses fondées sur des données empiriques, les historiens économiques ont entièrement consacré leur activité à l’interprétation de ces dernières. « L’histoire pour elle-même » pourrait bien être le slogan le plus approprié pour décrire cette nouvelle phase. Le changement de direction comportait quelques aspects positifs, en raison du corps professionnel dévoué dont l’histoire économique disposait, mais il a laissé subsister un conflit latent avec la discipline dont elle s’était séparée, à savoir l’économie.

La crise de l’histoire économique

15Aujourd’hui, l’histoire économique traverse une profonde crise identitaire issue du développement d’un mouvement né aux États-Unis à la fin des années 1950, connu sous le nom de « nouvelle histoire économique » ou « cliométrie ».

16On attend normalement de l’histoire qu’elle améliore notre compréhension du passé. On peut s’accorder à penser que ce qui distingue la bonne recherche historique réside dans sa capacité à éclairer les mécanismes de sociétés différentes de la nôtre à des degrés plus ou moins grands. D’un autre côté, la finalité (inavouée) de la cliométrie n’est pas tant d’améliorer notre connaissance du passé que de fabriquer des récits du passé compatibles avec l’économie néolibérale, et souvent c’est un exercice fortement idéologique que de promouvoir des visions du monde, des théories et des recommandations précises.

17Jusqu’à il y a peu, les historiens économiques européens s’efforçaient d’ignorer ce phénomène ; initier un débat avec les cliométriciens représentait une perte de temps, car, disaient-ils, « ils n’appartenaient pas à la profession des historiens ». Tant que ces chercheurs exerçaient aux États-Unis et s’occupaient d’histoire américaine, ils ne constituaient pas une réelle menace. Cette position n’est plus tenable désormais. Il y a deux décennies, on pouvait encore sourire à la lecture de la déclaration de Deidre N. McCloskey selon laquelle la nouvelle histoire économique avait « conquis l’Occident » et imposé une « Pax Cliometrica » (1987, p. 77), mais dans les années 2010 le risque semble être devenu bien réel. En vingt ans on a assisté à l’arrivée de nouveaux bataillons de docteurs formés aux États-Unis, et même s’ils ne représentent qu’une minorité, il s’agit d’une minorité très agressive. De plus, les cliométriciens utilisent des moyens de persuasion sophistiqués, et leurs travaux peuvent à l’occasion être jugés dignes de confiance par des historiens spécialisés dans d’autres champs et qui ne sont pas assez familiers de la discipline économique pour former un jugement indépendant. Les cliométriciens occupent une large part du marché de la publication dans le monde anglophone et bénéficient d’une grande visibilité. Ce « genre littéraire » couvre désormais l’histoire des cinq continents sur une période s’étirant de l’Antiquité à nos jours.

18Au même moment, un sentiment d’insatisfaction s’est fait jour parmi les historiens, comme parmi les économistes dissidents. Adeptes d’une perspective néo-schumpeterienne, Chris Freeman et Francisco Louçã, par exemple, ont appelé de leurs vœux le « remariage de l’économie et de l’histoire, stratégie alternative à celle de la cliométrie » (2001, p. 39). Ce plaidoyer pour une « histoire raisonnée » rappelle celui de Fritz Redlich, un des premiers critiques de la nouvelle histoire économique, qui écrivait : « Selon moi, le futur appartient à l’histoire analytique économique et sociale adoptant des méthodes à la fois qualitatives et quantitatives » (1968, p. 96). À l’époque, « histoire analytique » voulait dire « histoire problématisée », une approche qui s’opposait autant à l’histoire-récit qu’à la cliométrie.

19Le problème est de définir ce qu’une « stratégie alternative » serait aujourd’hui. La nature du « nouvel institutionnalisme » prête toujours à confusion, alors que Freeman et Louçã eux-mêmes y voient une rupture avec l’économie néoclassique. Ce n’est rien d’autre, en réalité, qu’une stratégie de différenciation de produit, par rapport à l’approche dominante, stratégie dictée uniquement par les règles implicites du milieu universitaire. Son invention est devenue indispensable dès lors que Douglass C. North a pris conscience que l’application de modèles néoclassiques à l’histoire s’apparente à une entreprise « dont les bénéfices s’érodent rapidement et qui entretient chez les économistes la conviction que nous autres historiens économiques sommes la portion congrue, sinon jetable, de la profession » (1978, p. 78). North a récemment reconnu que, au cours des années 1970, « les économistes en sont venus à concevoir l’histoire économique comme un luxe plutôt que comme l’ajout d’une nouvelle dimension à l’économie. Les besoins en historiens économiques se sont taris. C’est ainsi que s’est développée l’économie néo-institutionnaliste, inspirée par l’œuvre de Ronald Coase » (2008, p. 211).

20Il fallait une formule qui différait suffisamment de la théorie néoclassique pour ne pas apparaître comme sa copie conforme, sans toutefois en contredire les principes fondamentaux ; elle devait également donner l’impression de ne pas être trop éloignée de l’orthodoxie dominante. Les nouveaux institutionnalistes se sont emparés des accusations d’irréalisme qui pesaient sur la théorie néoclassique depuis ses débuts et les ont tournées à leur propre avantage. Ils ont alors patiemment soumis cette théorie à une opération de rafistolage, puis se sont présentés aux économistes mainstream comme ceux qui pouvaient les sauver des attaques émanant des historiens, des sociologues, des anthropologues, etc. ; ce faisant, ils pouvaient préserver leurs postes universitaires.

21Le chapitre 2 présente une analyse détaillée du paradigme néo-institutionnaliste et de ses étranges alliances avec la théorie du choix rationnel. Les développements les plus récents dans l’histoire économique à la mode américaine font l’objet du chapitre 3. La seconde partie du livre offre une manière alternative de pratiquer l’histoire économique, qui s’est surtout développée en Europe dans la période d’après-guerre. Le chapitre 4 s’intéresse à l’histoire microéconomique, tandis que le chapitre 5 couvre les problèmes macroéconomiques. On soulignera les potentialités de ces approches à la lumière des résultats théoriques récents émanant de disciplines comme la sociologie économique ou l’anthropologie. Le chapitre 6 représente un manifeste pour la reconstruction de l’histoire économique et appelle de ses vœux la signature d’un nouveau pacte entre l’histoire et les sciences sociales de façon à contrer la manière dont les économistes manipulent le passé.

  • 2 En 2004 un congrès organisé par la British Academy portait comme titre significatif : « L’historio (...)

22Ce dont nous avons besoin, c’est d’un nouveau paradigme qui n’est pas soumis à la théorie économique mais qui contribue à la renouveler : telle est l’idée que je veux faire passer. Si la théorie doit être fondée sur des faits, l’histoire, logiquement, devrait amender la théorie, et non pas l’inverse. On ne peut fabriquer un paradigme à partir de rien, mais on peut apprendre des travaux de quelques historiens économiques du xxe siècle. Ceux-ci invitent à suivre une troisième voie entre un type de narration historique et une simple application des sciences sociales. Il est important d’écarter, dès le début, un possible malentendu. Compte tenu de la cible de ma critique, quelques-uns pourraient être tentés de penser que ce livre vise à donner une lecture « progressiste » qui s’opposerait à une lecture « néolibérale ». Le stéréotype de l’intellectuel de la Rive gauche, qui méprise l’activité économique et conçoit le marché comme sordide et immoral, est tellement enraciné que certains ont ressenti le besoin d’écrire des livres pour défendre « les valeurs bourgeoises » (McCloskey, 2006). Je suis convaincu que toute forme d’idéologie entache le travail de l’historien. Lucien de Samosate exigeait qu’on se forçât à l’isolement, effort immanquablement difficile pour qui que ce soit ; mais tendre sans relâche vers cet objectif est ce qui distingue la véritable recherche historique (Cipolla, 1991, p. 66). Aussi, si ce livre porte sur les dérives néolibérales, est-ce seulement parce que celles-ci reflètent des développements récents dans la discipline. On pourrait dire la même chose de certaines formes de marxisme, si elles n’appartenaient désormais à un passé révolu2.

23Même par le passé, l’histoire était largement conditionnée par l’idéologie : il serait vain de le nier. Au xixe siècle, le marxisme et le libéralisme représentèrent des paradigmes influents et façonnèrent le travail de centaines de chercheurs, mais cette influence se trouvait en général contenue dans les limites de la raison ; elle n’est que rarement parvenue à dénaturer le travail de l’historien. Deux auteurs comme Eric Hobsbawm et Walt Rostow sont sans doute partis de positions idéologiques éloignées, mais on pouvait s’enrichir de leur lecture, une fois qu’on avait pris en compte leurs présupposés. Aujourd’hui, au contraire, un groupe bien organisé de chercheurs semble croire détenir le monopole du savoir ; qui plus est, il exige qu’on respecte ses thèses, affichées comme des vérités objectives, du fait qu’elles relèvent des sciences dures.

Sur les épaules des géants ?

24Quand les historiens sont convaincus de la justesse de plus anciennes interprétations du passé, que celles-ci ne sont pas le fruit d’une mode quelconque, ils sont trop souvent enclins à diluer leurs thèses en cherchant un moyen terme entre les « vieilles idées » et ladite mode. En réhabilitant une ancienne génération d’historiens, ce livre adopte une posture qui déplaira immanquablement et ne cherche pas le compromis facile.

25À ce stade, il est utile de clarifier ma conception de l’évolution de l’historiographie. Je ne pense pas que dans les sciences historiques il y ait nécessairement du progrès, pas plus qu’en économie, où des théories rivales ont toujours coexisté (voir Boehm et al. éd., 2002). Ce que les historiens d’une génération écrivent n’est pas nécessairement meilleur ou plus complet que ce qu’ont écrit leurs prédécesseurs immédiats. Pour le dire autrement, l’histoire n’est pas un savoir complètement cumulatif. Chaque génération construit et reconstruit le passé, guidée par la sensibilité du moment.

26Un ouvrage comme Land und Herrschaft d’Otto Brunner était considéré comme orthodoxe dans l’Allemagne de 1939, date de sa publication, non parce qu’il représentait la position officielle du régime nazi, mais parce qu’il répondait à une sensibilité courante de l’époque. Brunner soutenait que l’autorité seigneuriale (Herrschaft) n’était pas le produit d’une histoire constitutionnelle rédigée sur un bureau : les institutions n’avaient pas une nature légale, elles ne trouvaient pas leur origine dans un contrat, mais dérivaient plutôt de l’autorité patriarcale sur la famille (voir aussi Brunner, 1968 [1956]) ou de la relation qui liait un chef charismatique à sa bande de guerriers. L’orthodoxie dans le monde post-1989 est représentée par le récit néo-hobbesien de Douglass C. North, John J. Wallis et Barry R. Weingast (2009), qui soutiennent une position absolument antithétique. Brunner avait clairement à l’esprit le rôle du Volk qui pouvait avoir, croyait-il, une relation directe et immédiate avec les formes d’autorité ; pareillement, North et ses coauteurs souhaitent élever l’économie au-dessus du politique, l’individu au-dessus de la société comme les interactions impersonnelles au-dessus des relations sociales.

27Même quand il s’agit d’une activité hautement académique, l’écriture de l’histoire est liée à la manière dont la société préserve, transforme et transmet la mémoire publique. L’anthropologue Mary Douglas formule le problème de la façon suivante :

Tous les trente ans environ, les manuels scolaires se trouvent périmés. […] Ce travail de révision ne vise guère à forger une image plus exacte de la réalité. L’image – si l’on peut ainsi appeler ce que produit l’histoire – est tout aussi déformée après qu’avant la révision. Le but de celle-ci est d’adapter les déformations optiques au goût du temps présent. […] Quand nous examinons [la construction du passé], nous voyons que ce qui est en jeu, c’est le présent, et non pas le passé. (1999 [1986], p. 69)

28Une telle prise de conscience nous condamne-t-elle au relativisme ? Faut-il juger que tout ce que nous écrivons est irrémédiablement lié au moment et au lieu où nous vivons, ainsi qu’à notre point de vue particulier ? Non, bien entendu. Aujourd’hui, forts d’un siècle et demi d’enquête archivistique supplémentaire, nous connaissons le passé bien mieux qu’à l’époque de Leopold von Ranke, mais il n’y a pas pour autant de raison de préférer une explication historique plutôt qu’une autre au motif qu’elle est plus récente ou plus compatible avec le consensus actuel. J’ai toujours trouvé cette attitude extrêmement naïve. Elle génère, entre autres choses, du conformisme. Non seulement nous pouvons nous mesurer aux chercheurs du passé, mais nous en avons aussi le devoir. Les historiens de l’après-Seconde Guerre mondiale, en particulier ceux qui travaillaient sur les mêmes sources que nous, étaient souvent plus scrupuleux et plus systématiques. Alors que les récits du choix rationnel reposent sur l’argument selon lequel la nature humaine est toujours la même, il est paradoxal que nos prédécesseurs soient perçus comme étant, d’une certaine façon, inférieurs ou moins rationnels.

29Mais il y a une autre raison pour laquelle les historiens du passé doivent faire l’objet de notre considération. Une bonne connaissance de l’historiographie – et on peut sans doute dire la même chose de l’histoire de l’économie ou de l’histoire de la sociologie – révèle la grande faiblesse des prétentions d’innovation des chercheurs actuels. Quand les économistes disent que « l’histoire compte », ils pensent invariablement à la « dépendance au chemin emprunté » – concept introduit par Paul A. David (1985) et souvent évoqué comme s’il s’agissait d’une révolution copernicienne. Non seulement l’idée n’est pas neuve, mais on en a démontré la fausseté historique il y a soixante-dix ans au moins. Dans le Métier d’historien, publié à titre posthume en 1949, Marc Bloch mettait en garde contre l’« idole des origines » qui conduit à « confondre une filiation avec une explication » (p. 21). Tout comme la semence d’une plante ne détermine son devenir que de façon minimale, l’histoire sociale résulte de forces qu’on ne trouve pas, de quelque manière que ce soit, dans les « conditions initiales » et dont les effets ne se propagent pas de manière automatique.

Comprendre le contexte

  • 3 Au début, elle a été fraîchement accueillie en Europe (Van der Wee et Klep, 1977). En Grande-Bretag (...)

30La nouvelle histoire économique est un phénomène indubitablement américain qu’on ne peut comprendre sans tenir compte d’un ensemble de facteurs culturels, d’un climat intellectuel et d’une situation institutionnelle caractéristiques des États-Unis dans les années 1950 et 19603. Pour ce qui est des facteurs culturels, il n’est pas inutile d’écouter ce que Joseph Schumpeter, témoin direct de cette histoire, avait à dire. Dans une note de bas de page de son Histoire de l’analyse économique, sous le prétexte d’ouvrir une parenthèse sur Ricardo, il prononce un verdict sévère à l’encontre de ses étudiants d’Harvard :

Je ne pense pas que Ricardo ait fait beaucoup de lectures historiques. Mais ce n’est pas ce que je veux dire. Ce qui m’ennuie avec Ricardo n’est pas très différent de ce qui m’ennuie avec mes étudiants américains à qui on fait ingurgiter une masse de notions historiques : mais cela ne sert à rien. Il leur manque un sens de l’histoire qu’aucune étude des faits historiques ne pourra donner. C’est la raison pour laquelle il est plus facile de faire d’eux des théoriciens que des économistes. (1983, p. 132)

31Il y a indéniablement du vrai dans cet argument, mais la conclusion de Schumpeter est sans doute hâtive. Il est tout sauf facile d’avoir un « sens historique » lorsque l’on a grandi dans une ville toute récente aux rues perpendiculaires nommées « Main Street », « North Street » ou « South Street ». Dans le Vieux Monde, les frontières entre les États et les régions reflètent les identités culturelles et linguistiques qui ont résulté de relations millénaires entre les hommes et les obstacles naturels, alors que dans le Nouveau Monde elles ont été tracées d’un coup de crayon, même si ce n’est nullement une spécificité des États-Unis. Et comment expliquer que certains des plus brillants historiens des xxe et xxie siècles soient américains ? Comment expliquer cette capacité unique qui est la leur de combiner une étude serrée du présent avec une réelle profondeur de vue ?

32Le problème tient probablement à l’état d’esprit des étudiants qui s’inscrivent dans les départements d’économie. Le niveau des études secondaires aux États-Unis est encore relativement bas comparé à ceux des lycées européens ou des grammar schools britanniques. À l’école, les élèves américains reçoivent des enseignements pratiques mais n’ont pas accès à l’étude de la philosophie, qui sous-tend toute la connaissance critique, et ont l’habitude d’identifier l’histoire avec les événements politiques et l’histoire constitutionnelle de leur pays. Aussi les premiers contacts sérieux qu’ils ont avec les humanités ont-ils lieu sur les bancs de l’université, mais seulement pour ceux qui choisissent de se spécialiser dans ces disciplines. Et encore, même l’étude de la philosophie peut devenir un exercice dangereux si elle est séparée de l’histoire et peut aisément donner lieu à des débats sans fondement. On peut se demander si l’auteure du passage suivant a la moindre idée de ce en quoi consiste « l’économie » dont elle parle :

Nous avons affaire, en somme, à un monde économique parménidien. Le flux de la vie quotidienne n’est qu’une illusion. L’homo œconomicus n’a jamais évolué, du moins pas depuis l’émergence du capitalisme et probablement pas non plus depuis des périodes plus reculées dans le temps. […] On se demande pourquoi les historiens économiques ont mis tant de temps à s’en rendre compte. (Schabas, 1995, p. 198)

  • 4 Le terme a été inventé par Stanley Reiter, économiste mathématique à Purdue, en 1960.

33Quoi qu’il en soit, bien que Paul Samuelson soit le plus connu des anciens étudiants de Schumpeter, Alfred H. Conrad et John R. Meyer, pères fondateurs de ce qui allait s’appeler la cliométrie, en faisaient aussi partie. Que signifiait alors « cliométrie »4 ? Alors que le terme semblait évoquer l’application de certaines méthodes statistiques à l’histoire, le trait distinctif de l’approche qu’il désignait « résidait moins dans l’usage de l’économétrie que dans celui de l’économie elle-même, c’est-à-dire qu’il s’agissait d’appliquer le raisonnement économique standard pour formuler des questions historiques et y répondre » (Wright, 1971, p. 416). D’autres sont allés jusqu’à définir l’histoire économique comme « une forme d’économie néoclassique appliquée » (Temin éd., 1973, p. 8).

34Les éléments intellectuels à partir desquels ce nouveau paradigme a pu se développer, initialement à l’Université de Purdue – centre d’excellence pour l’ingénierie aéronautique, abondamment doté « d’ordinateurs, mais d’aucun livre de bibliothèque » (Hughes, 2008, p. 233) –, trouvaient leur origine dans un milieu ouvert aux idées nouvelles. Ce type d’environnement donne à la vie académique américaine son dynamisme caractéristique et inégalé, mais il possède également des aspects moins positifs, parmi lesquels figuraient, selon le regretté Bob Coats, « tout à la fois une tendance à exagérer les affirmations d’originalité […] ; un mépris pour les réalisations passées […], un déploiement de moyens disproportionnés pour des futilités ou des artifices tape-à-l’œil ; une pression académique à “publier ou périr” ; et, dans ce cas tout particulièrement, une véritable passion pour la quantification et les critères mesurables d’évaluation » (1990, p. 14).

35Aux États-Unis, à la différence de la Grande-Bretagne, l’histoire économique n’a jamais bénéficié d’une réelle autonomie disciplinaire ; elle s’est développée sous l’égide des facultés d’histoire et des départements d’économie (Cochran, 1969, p. 1563). Dans l’après-guerre, ces facultés ont connu d’importantes mutations, lorsque la tendance à l’axiomatisation et l’essor de l’économétrie ont donné l’impulsion décisive pour faire de l’économie une science mathématique (Weintraub, 2002). Ainsi, d’un côté, « faire “comme les économistes” impliquait de regarder d’un air condescendant les chercheurs qui étudiaient des matières plus “molles” […] à une époque où prévalait un idéal de scientificité simpliste » (Coats, 1990, p. 15), alors que, de l’autre, pour ceux qui vivaient près d’un voisin bien plus puissant, il s’agissait d’une stratégie de survie (Coats, 1980, p. 190).

36Le nouvel historien économique devait se rendre au grand supermarché des théories économiques et choisir, suivant ses besoins, un modèle à appliquer à des situations concrètes tirées du passé. Dans tous les cas, il est significatif que la théorie choisie ait toujours été celle qui était utilisée dans les départements d’économie orthodoxe ; il n’y a jamais eu de cliométrie post-keynésienne, pas plus qu’une cliométrie autrichienne ! Compte tenu de la nature axiomatique de l’économie néoclassique, cela revenait à croire en des lois universelles du comportement humain identifiables a priori. Cependant, ce serait une erreur que d’attribuer aux premiers cliométriciens une excessive conscience méthodologique. Bien souvent, les raisons de choisir la voie de l’économie appliquée étaient plutôt futiles. Plus lucide, Lance Davis a condamné le manque de sens critique de ses collègues dans ses écrits, en estimant qu’ils s’étaient laissé séduire par le « chant des sirènes » de la théorie (1970, p. 78). L’avertissement est, semble-t-il, tombé dans l’oreille de sourds.

37Une telle foi en la théorie s’inscrit dans un état d’esprit plus large. J’ai récemment eu l’occasion d’assister à la présentation du travail d’un doctorant d’une université de l’Ivy League. Dans son étude, la taille démographique des villes à l’époque moderne était utilisée comme un indice de substitution (proxy) pour estimer leur richesse, dans le but de mesurer la « croissance économique ». Un membre de l’auditoire a alors fait remarquer que Naples était la ville la plus peuplée de l’Occident préindustriel, mais qu’elle ne paraissait pas être un lieu particulièrement riche ou dynamique. Le doctorant a alors rétorqué de manière astucieuse (pour qui adopte le point de vue d’un économiste) que ce qui compte n’est pas tant le stock de la population que son taux de croissance. L’historien y voit plutôt une tentative maladroite de se rattraper : de la même manière, on objecterait que les Napolitains, peuple notoirement passionné, se reproduisaient au moins aussi vite que les autres.

38Qu’est-ce qui distingue le regard de l’économiste de celui de l’historien ? C’est principalement le fait que le premier se fonde sur la déduction plutôt que sur l’induction. Dans l’exemple précédent, l’explication donnée était logique, mais n’était pas plausible et cesse d’être crédible lorsque l’on quitte l’univers éthéré et imaginaire des modèles pour rejoindre la réalité concrète. En 1973, Carlo Cipolla, qui ne manquait ni d’originalité ni d’humour, commit une parodie célèbre de ce genre de raisonnement (Cipolla, 1988). Il a fabriqué de toutes pièces le vif désir de poivre de Pierre L’Hermite. Ce désir allait devenir la cause de la première croisade et devait déclencher une série de mutations improbables à l’échelle de la population, du commerce et de la production de biens et des services au xiie siècle. Il pouvait alors introduire la « constante aphrodisiaque du poivre » dans son modèle multiplicateur-accélérateur et ainsi établir l’équation du « développement économique du Moyen Âge ». C’est ainsi que Cipolla a montré comment on pouvait inventer des histoires complètement improbables mais parfaitement cohérentes d’un point de vue strictement logique.

39La nouvelle histoire économique a une seconde caractéristique, un temps considérée comme son apport le plus important, mais qui est devenue un lieu commun : son usage massif des statistiques, qui lui a valu d’être qualifiée d’« histoire économétrique ». Son développement était une réponse à la nécessité de valider les modèles. Cette méthode diffère sous un autre aspect fondamental des techniques sophistiquées de la statistique descriptive et de l’analyse des séries temporelles. Alors que ces dernières laissent à l’historien l’entière responsabilité de l’interprétation des données quantitatives, une régression multivariée met en évidence un ensemble de corrélations entre une variable dépendante et plusieurs variables indépendantes, ces dernières pouvant chacune expliquer le phénomène avec une certaine probabilité et un certain ordre de grandeur. La régression multivariée devient alors un outil explicatif. Il est cependant extrêmement dangereux d’attribuer une signification causale à ce genre de corrélation. Deux ou plusieurs variables peuvent être corrélées pour des raisons extrêmement diverses, mais il n’y a jamais aucune garantie que celles qui comptent vraiment soient intégrées dans le modèle.

40On trouve un exemple intéressant dans un ouvrage théorique influent de Daron Acemoglu et James A. Robinson (2006). Quatre régressions, établies à partir de différents indices, suggèrent une relation négative entre la démocratie et l’inégalité. Apparemment, « les pays qui sont les plus inégalitaires […] tendent à être les moins démocratiques ». Cependant, Acemoglu et Robinson reconnaissent en toute honnêteté qu’il est impossible d’établir des relations causales entre les deux phénomènes : « En outre, ces corrélations ne résistent pas toujours à l’introduction de nouvelles variables dans un modèle de régression. » Et après avoir cité les résultats d’études incompatibles les unes avec les autres, ils concluent que « la littérature empirique existante est ainsi plutôt contradictoire » (p. 59-62).

41Le fait que même des économistes commencent à considérer l’économétrie comme peu concluante, ou au moins qu’ils commencent à entrevoir ses limites, devrait conduire les cliométriciens à se poser de sérieuses questions.

Réalité et fiction

42L’espoir de transformer l’histoire économique en une discipline déductive a trouvé une première expression avec « l’histoire contrefactuelle » et l’enthousiasme qu’elle a suscité. C’est le livre de Robert W. Fogel Railroads and American Growth (1964) qui en a ouvert la voie. Les historiens avaient traditionnellement considéré les chemins de fer comme un important facteur de développement économique des États-Unis au xixe siècle. Fogel, qui jugeait que ces conjectures restaient à l’état de bavardages, a souhaité les soumettre à des tests rigoureux. Il a construit un modèle qui lui permettrait d’avoir une idée de ce qu’aurait été l’économie américaine en 1890 sans les chemins de fer. L’économie était représentée comme un équilibre général, ce qui est déjà problématique en soi. Albert Fishlow (1965), qui s’est attelé à un exercice similaire, avec un peu moins d’audace toutefois, avait choisi une année différente, 1865, et abouti à des conclusions opposées.

43Fogel ne s’est pas contenté d’« enlever » les chemins de fer, mais a conçu les détails d’un système alternatif de transports. Il a imaginé un réseau de canaux et de routes qui auraient permis de transporter la même quantité de biens et auraient suivi des trajectoires identiques. En particulier, il est parti de l’hypothèse que les chemins de fer ne créent pas de trafic et que le volume de biens transporté n’est pas lié au coût du transport. Selon ces hypothèses, il a calculé que l’impact macroéconomique des chemins de fer avait été modeste.

44Les limites de cette construction imaginaire résident précisément dans le fait qu’elle est imaginaire. On ne peut exclure qu’un système différent et plus coûteux aurait suivi des trajectoires différentes et aurait transporté des quantités de biens plus faibles. Qui plus est, le prix des matières premières, à commencer par le charbon, n’est sans doute pas une variable indépendante. Mais le mal se trouve à la racine : le développement des chemins de fer a-t-il été impulsé par celui des villes et du commerce, ou bien est-ce l’arrivée du chemin de fer qui a conduit à l’essor des villes et stimulé le commerce et l’industrie ? Depuis le début, Fogel a implicitement adopté le premier point de vue, ce qui a prédéterminé le résultat de sa recherche. Paradoxalement, il a dépeint une économie sans chemin de fer qui a pourtant bénéficié de l’effet du chemin de fer !

45Les cliométriciens ont soutenu que l’écriture de l’histoire impliquait inévitablement le recours aux propositions contrefactuelles et qu’ils n’ont fait que rendre explicite une forme de raisonnement assez répandue. Selon Lance Davis, « la contribution distinctive de l’historien tient à sa capacité à comprendre des séquences d’événements (c’est-à-dire à interpréter des relations causales). Cependant, faire un pas dans cette direction conduit nécessairement à employer (explicitement ou implicitement) un argument contrefactuel » (1970 [1968], p. 75-76).

46C’est se tromper lourdement sur ce qu’est l’histoire. L’histoire n’est pas une futile recherche des causes immédiates. L’historien ne cherche pas à savoir si, mais à savoir pourquoi. Si François Ferdinand n’avait pas été assassiné à Sarajevo, la Première Guerre mondiale n’aurait pas éclaté le 28 juillet 1914 et peut-être pas même cet été-là. Mais y a-t-il un sens à se demander comment les choses auraient pu se dérouler s’il en avait été autrement ? Non, à moins que l’on ne croie que les événements ne soient les éléments moteurs de l’histoire. Ne serait-il pas autrement plus intéressant d’explorer les relations entre la guerre, le nationalisme de la fin du xixe siècle et la seconde révolution industrielle ?

47On peut être tenté de se demander ce qu’aurait été le monde si l’Axe avait gagné la Seconde Guerre mondiale et se poser d’autres questions insolubles de ce genre, dont les historiens militaires raffolent tant (Ferguson éd., 1997 ; Tetlock et al. éd., 2006). L’Axe aurait-il pu gagner la guerre ? Si Hitler s’était satisfait des succès enregistrés jusqu’en 1941, et si les Alliés avaient accepté l’existence d’un empire continental, un tel scénario aurait été fort plausible. Par voie de conséquence, la vie de millions de personnes aurait été radicalement différente, mais du point de vue de l’histoire des structures géopolitiques, tout cela n’a-t-il pas un air de déjà vu ? Après tout, au siècle précédent, un empire similaire s’est matérialisé avec Napoléon. Il a duré dix ans et, même alors, l’invasion de la Russie lui a été fatale. Au chapitre 5, nous reviendrons aux relations entre événement et structure dans l’explication historique.

48Pour autant, le raisonnement contrefactuel dont parle Davis concerne les causes de certains phénomènes et non leurs répercussions. Il s’agit, en réalité, d’une forme de sophisme post hoc : « A précède B », par conséquent « A cause B ». En outre, les interactions entre A et B ne peuvent être isolées des éléments C, D, E… Si A ne se produit pas, alors il est probable que D change, et ainsi de suite, d’une manière qui n’est certainement pas automatique. C’est ce qui sous-tend le jugement sévère (et quelque peu grossier) d’Edward P. Thompson, dans un livre par ailleurs dédié à la critique du marxisme althussérien, lorsqu’il mentionne « les fictions contrefactuelles ; les excités de l’économétrie et de la cliométrie : toutes les théories clopinent le long de routes programmées d’une catégorie statique à une autre. Toutes de la Geschichtenscheissenschlopff, de la merde anhistorique » (2015 [1978], p. 208-209).

Le moment charnière

49L’année 1974 constitue un tournant à cet égard. Ce qui pendant quinze ans n’était qu’un mouvement de jeunes Turcs s’est institutionnalisé. L’histoire contrefactuelle aura été en fin de compte une mode passagère. Time on the Cross, le livre suivant de Fogel, coécrit avec Stanley Engerman, rassemblait tous les ingrédients essentiels de cette nouvelle approche : on y trouvait les techniques quantitatives décrites plus haut, un recours abondant au raisonnement déductif, une bonne dose de sensationnalisme sous la forme de thèses radicales visant à choquer le lecteur, sans parler du profond manque de respect pour l’histoire des historiens. L’opération de publication, millimétrée, a consisté à confier le livre à un éditeur commercial réputé, qui l’a scindé en deux volumes. Le premier volume était destiné au grand public ; dépourvu de notes de bas de page, il contenait le récit que voulaient raconter les auteurs. On trouvait dans le second volume les calculs et une indication sommaire des sources primaires.

50La thèse mise en avant par Fogel et Engerman était très simple : les historiens qui avaient jusqu’alors analysé le fonctionnement de l’esclavage dans le Sud avant la guerre civile n’ont rien compris au phénomène parce qu’ils n’ont pas adopté le cadre conceptuel de l’économie néoclassique et ne disposaient pas des outils économétriques. Fogel et Engerman soutenaient que l’esclavage était un système économique hautement efficace fondé sur un accord entre des maîtres bienveillants, désireux de maximiser leurs profits, et des esclaves responsables, désireux de maximiser leurs revenus. Les premiers n’agissaient pas en fonction de « convictions patriarcales », mais suivaient simplement leurs instincts capitalistes. Les seconds avaient assimilé l’éthique du travail et les valeurs victoriennes qui venaient de leurs maîtres ; ils étaient plus productifs que les travailleurs agricoles du Midwest et bénéficiaient d’une meilleure qualité de vie que les ouvriers « yankees ».

51Une telle affirmation de l’efficacité de l’agriculture esclavagiste dans le Vieux Sud avait déjà été avancée et débattue depuis Conrad et Meyer (1958). L’innovation radicale de Time on the Cross était le système de motivations attribué aux acteurs qui réagissaient aux incitations exactement comme dans les manuels de microéconomie.

52Les valeurs des propriétaires d’esclaves protestants étaient sans doute différentes de celles des propriétaires d’esclaves dans le monde antique et la vie familiale qu’ils connaissaient avait peu de choses en commun avec celle des Portugais au Brésil (voir Freyre, 1933). Comme les colons de Nouvelle-Angleterre, ils étaient conscients de leurs intérêts économiques et derrière l’importation d’esclaves se cachait un calcul de ce genre. Mais cela ne veut pas dire que les esclaves étaient des homines œconomici ou qu’ils avaient abandonné leur culture traditionnelle pour adopter les valeurs des Wasps (Smith, 1998). Nul besoin de mener des recherches historiques approfondies pour découvrir que certaines particularités des divers groupes ethniques qui composent l’Amérique subsistent de manière visible (voir notre chapitre 6). Après tout, plus de deux siècles de coexistence n’ont pas éliminé les différences entre les Québécois et les Canadiens anglophones.

53Fogel et Engerman se présentent comme des défenseurs de la science, mais dans Time on the Cross l’élément idéologique caché derrière les chiffres a joué un rôle sans précédent. L’esclavage faisait tache dans l’histoire d’un pays qui brandissait l’étendard des droits civiques et politiques. Soutenir qu’il avait été profitable pour le Sud et que les esclaves étaient bien traités et qu’ils ne manifestaient aucune hostilité constituait une réponse au besoin d’effacer le péché originel de la nation et d’atténuer un sentiment de culpabilité dans une période marquée par d’importantes luttes sociales.

54Même le lecteur le plus superficiel ne peut qu’être frappé par le fait que les données sont systématiquement décontextualisées et présentées en l’absence de toute référence qualitative. Mais il y a plus grave. La réponse d’Herbert Gutman, qui prend elle-même la forme d’un livre, Slavery and the Numbers Game (1975), révèle les biais de sélection, les erreurs factuelles et les nombreuses exagérations dans l’analyse quantitative. Une critique non moins féroce est venue du camp des cliométriciens eux-mêmes (Walton éd., 1975 ; David et al., 1976). Un an après sa publication, Time on the Cross ne semblait pas avoir d’avenir à l’université malgré son grand impact médiatique. Thomas Haskell a écrit dans la New York Review of Books une véritable nécrologie du livre, qui se terminait par la pique suivante : « Il incombe à présent à Fogel et Engerman de prouver que […] leur livre mérite encore l’attention du monde universitaire » (1975, p. 39). Mais la virulence de la controverse s’est progressivement éteinte et la fidélité de Fogel aux économistes a été récompensée par un prix Nobel, qu’il a partagé en 1993 avec North. Sans surprise, dans une autocélébration de la cliométrie par les cliométriciens eux-mêmes publiée récemment (Lyons et al. éd., 2008), on ne trouve aucune mention des controverses initiales.

55La voie de la nouvelle histoire économique était ouverte. Time on the Cross a au moins montré une chose : il est très facile de conditionner le résultat d’une régression en choisissant les variables indépendantes de façon à confirmer ou réfuter une hypothèse théorique. C’est ce qui a détourné les cliométriciens des sources primaires et les a conduits à faire un usage sélectif et opportuniste des données. Comme Bernard W. E. Alford l’a noté, « certains praticiens de la nouvelle approche – délestés du besoin de mener des recherches archivistiques – se sont fourvoyés en cherchant à accommoder les données historiques à la dernière mode en théorie économique et vendent le résultat comme un travail en histoire économique » (2004, p. 640‑641).

56Chez les observateurs extérieurs, l’idée a longtemps prévalu que cette malheureuse mode ne pouvait pas durer. Dans son essai sur la méthode de l’histoire économique, Cipolla écrit : « Si la “nouvelle histoire économique” veut se mesurer à la réalité historique dans toute sa complexité, elle va devoir abandonner son esprit géométrique au profit du plus subtil, quoique moins élégant, esprit de finesse. Cela pourrait arriver plus tôt que prévu » (1991, p. 70).

57L’esprit de finesse est essentiel à la compréhension du passé, mais malheureusement ne nous permet pas de prévoir l’avenir. Si les prédictions de Cipolla s’étaient montrées exactes, la suite de ce livre n’aurait jamais été écrite.

Haut de page

Bibliographie

Acemoglu Daron et Robinson James A., 2006, Economic Origins of Dictatorship and Democracy, New York, Cambridge University Press.

Alford Bernard W. E., 2004, « New frame - Same picture ? », Business History, vol. 46, no 6, p. 640-644.

Baines Edward, 1835, History of the Cotton Manufacture in Great Britain, Londres, Fischer and Jackson.

Bentley Michael, 2005,« The evolution and dissemination of historical knowledge », The Organisation of Knowledge in Victorian Britain, M. Daunton éd., Oxford, Oxford University Press, p. 173-198.

Boehm Stephan, Gehrke Christian, Kurz Heinz D. et Sturn Richard éd., 2002, Is There Progress in Economics ? Knowledge, Truth and the History of Economic Thought, Cheltenham, Elgar.

Bloch Marc, 1949, Apologie pour l’histoire ou métier d’historien, Paris, Armand Colin.

Brunner Otto, 1968 [1956], « Das ‘ganze Haus’ und die alteuropäische Ökonomik », Neue Wege der Verfassungs- und Sozialgeschichte, 2e éd., Göttingen, Vandenhoekund Ruprecht, 103-127.

Cipolla Carlo M., 1988 [1973], « Il ruolo delle spezie (e del pepe in particolare) nello sviluppo economico del Medioevo », Allegro ma non troppo, Bologne, Il Mulino, p. 11-40.

— 1991, Between Two Cultures : An Introduction to Economic History, New York, Norton.

Coats A. W., 1980, « The historical context of the “new” economic history », Journal of European Economic History, vol. 9, no 1, p. 185-207.

— 1990, « Disciplinary self-examination, departments and research traditions in economic history : The Anglo-American Story », Scandinavian Economic History Review, vol. 38, no 1, p. 3-18.

Cochran Thomas C., 1969, « Economic history, old and new », American Historical Review, vol. 74, no 1, p. 1561-1572.

Conrad Alfred H. et Meyer John R., 1958, « The economics of slavery in the Ante Bellum South », Journal of Political Economy, vol. 66, no 2, p. 95-130.

Cunningham William, 1892, « The perversion of economic history », Economic Journal, vol. 2, n° 7, p. 491–506.

David Paul A., 1985, « Clio and the economics of QWERTY », American Economic Review, vol. 75, no 2, p. 332-337.

David Paul A., Gutman Herbert G., Sutch Richard, Temin Peter et Wright Gavin, 1976, Reckoning with Slavery, New York, Oxford University Press.

Davis Lance, 1970 [1968], « “And it will never be literature”. The new economic history : A critique », The New Economic History : Recent Papers on Methodology, R. L. Andreano éd., New York, Wiley, p. 67-83.

Douglas Mary, 1999 [1986], Comment pensent les institutions, trad. A. Abeillé, Paris, La Découverte.

Ferguson Niall éd., 1997, Virtual History : Alternatives and Counterfactuals, Londres, Picador.

Fishlow Albert 1965, American Railroads and the Transformation of the Antebellum Economy, Cambridge, Harvard University Press.

Floud Roderick, 2001, « In at the beginning of British cliometrics », Living Economic and Social History, P. Hudson éd., Glasgow, Economic History Society, p. 86-90.

Fogel Robert W., 1964, Railroads and American Economic Growth : Essays in Econometric History, Baltimore, Johns Hopkins University Press.

Fogel Robert W. et Engerman Stanley, 1974, Time on the Cross : The Economics of American Negro Slavery, New York, Norton.

Freeman Chris et Louçã Francisco, 2001, As Time Goes By : From the Industrial Revolution to the Information Revolution, Oxford, Oxford University Press.

Freyre Gilberto, 1933, The Masters and the Slaves : A Study in the Development of Brazilian Civilization, Berkeley, University of California Press, 1986.

Gibbon Edward, 1906 [1776-1789], The History of the Decline and Fall of the Roman Empire, New York, Fred de Fau.

Gutman Herbert G., 1975, Slavery and the Numbers Game : A Critique of Time on the Cross, Urbana, University of Illinois Press.

Haskell Thomas L., 1975, « The true and tragical history of Time on the Cross », New York Review of Books, vol. 22, no 15, p. 33-39.

Hicks John R., 1937, « Mr. Keynes and the “classics” : A suggested interpretation », Econometrica, vol. 5, no 2, p. 147-159.

Hodgson Geoffrey M., 2001, How Economics Forgot History: The Problem of Historical Specificity in Social Science, Londres, Routledge.

Hughes Jonathan R. T., 2008 [1991], « Interview », Reflections on the Cliometric Revolution : Conversations with Economic Historians, J. S. Lyons, L. P. Cain et S. H. Williamson éd., Abingdon, Routledge, p. 232-247.

Jones Richard, 1831, An Essay on the Distribution of Wealth, and on the Sources of Taxation, Londres, Murray.

Landes David, 2000 [1969], L’Europe technicienne ou le Prométhée libéré, trad. L. Évrard, Paris, Gallimard.

List Friedrich, 1857 [1841], Système national d’économie politique, trad. H. Richelot, Paris, Capelle.

Lucien de Samosate, 2010, Comment écrire l’histoire, trad. A. Hurst, Paris, Les Belles Lettres.

Lyons John S., Cain Louis P., Williamson Samuel H. éd., 2008, Reflections on the Cliometric Revolution : Conversations with Economic Historians, Abingdon, Routledge.

Machiavel Nicolas, 2004 [1513-1519], Discours sur la première décade de Tite-Live, trad. A. Fontana et X. Tabet, Paris, Gallimard.

— 2013 [1513], Lettres à Francesco Vettori : vous savez que le premier devoir d’un prince…, trad. J.-V. Périès, Paris, Payot & Rivages, 2013.

McCloskey Deirdre N., 1987, Econometric History, Basingstoke, Macmillan.

— 2006, The Bourgeois Virtues : Ethics for an Age of Commerce, Chicago, University of Chicago Press.

Menger Carl, 1884, Die Irrthümer des Historismus in der deutschen Nationalökonomie, Vienna, Hölder.

North Douglass C., 1978, « Comment on McCloskey, Cohen, and Forster papers », Journal of Economic History, vol. 38, no 1, p. 77-80.

— 2008, « Further reflections », Reflections on the Cliometric Revolution : Conversations with Economic Historians, J. S. Lyons, L. P. Cain et S. H. Williamson éd., Abingdon, Routledge, p. 211-212.

North Douglass C., Wallis John J. et Weingast Barry R., 2009, Violence and Social Orders : A Conceptual Framework for Interpreting Recorded Human History, Cambridge, Cambridge University Press.

Redlich Fritz, 1970 [1968], « Potentialities and pitfalls in economic history », The New Economic History: Recent Papers on Methodology, R. Andreano éd., New York, Wiley, p. 85–99.

Schabas Margaret, 1995, « Parmenides and the cliometricians », On the Reliability of Economic Models : Essays in the Philosophy of Economics, D. Little éd., Boston, Kluwer, p. 193-202.

Schmoller Gustav, 1883, « Zur Methodologie der Staats- und Sozialwissenschaften », Jahrbuch für Gesetzgebung, Verwaltung und Volkswirtschaft im Deutschen Reich, vol. 7, p. 975–994.

Schumpeter Joseph, 1983, Histoire de l’analyse économique, t. 2, Paris, Gallimard.

Smith Mark, 1998, Debating Slavery : Economy and Society in the Antebellum American South, Cambridge, Cambridge University Press.

Temin Peter éd., 1973, New Economic History : Selected Readings, Harmondsworth, Penguin.

Tetlock Philip E., Lebow Richard N. et Parker Geoffrey éd., 2006, Unmaking the West :« What if ? » Scenarios That Rewrite World History, Ann Arbor, University of Michigan Press.

Thompson Edward P., 2015 [1978], Misère de la théorie, trad. A. Blin, A. Burlaud, Y. Douet et A. Feron, Paris, L’Échappée.

Toynbee Arnold, 1884, Lectures on the Industrial Revolution in England, Londres, Rivingtons.

Van der Wee Herman et Klep Paul M. M., 1977, « New economic history of Europe since the Second World War », Frontiers of Quantitative Economics, vol. 3B, M. D. Intriligator éd., Amsterdam, North Holland, p. 417-428.

Walton Gary M. éd., 1975, « A symposium on Time on the Cross », Explorations in Economic History, vol. 12, no 4, p. 333-457.

Weintraub E. Roy, 2002, How Economics Became a Mathematical Science, Durham, Duke University Press.

Wright Gavin, 1971, « Econometric studies of history », Frontiers of Quantitative Economics, M. D. Intriligator éd., Amsterdam, North Holland, p. 412-459.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est la traduction du premier chapitre du livre de Francesco Boldizzoni, The Poverty of Clio, Princeton, Princeton University Press, 2011. Nous publions cette traduction avec l’aimable autorisation de l’auteur et de Princeton University Press.

2 En 2004 un congrès organisé par la British Academy portait comme titre significatif : « L’historiographie marxiste : vivante, morte ou moribonde ? »

3 Au début, elle a été fraîchement accueillie en Europe (Van der Wee et Klep, 1977). En Grande-Bretagne, grâce à Charles Feinstein, la cliométrie a réussi à s’introduire dans l’Université d’Oxford, même si, auparavant, Roderick Floud (2001) l’avait pratiquée lorsqu’il était en thèse de doctorat dans la sphère d’influence de Lance Davis. Avec la London School of Economics et peut-être Warwick, Oxford est aujourd’hui la seule université britannique où la présence de ce genre d’approche est significative. En revanche, environ 50 % des articles publiés à l’heure actuelle dans l’Economic History Review adoptent un style cliométrique.

4 Le terme a été inventé par Stanley Reiter, économiste mathématique à Purdue, en 1960.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Francesco Boldizzoni, « La vérité en esclavage : science et idéologie », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #16 | 2016, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 28 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/6576 ; DOI : 10.4000/traces.6576

Haut de page

Auteur

Francesco Boldizzoni

Chercheur à l’Université de Turin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page