Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Complexité de la société et opinion publique

Complexity of society and public opinion
Gesellschaftliche Komplexität und öffentliche Meinung
Niklas Luhmann
Traduction de Aurélien Berlan
p. 165-180

Résumés

L’opinion publique est l’un des concepts centraux de la sémantique de la politique moderne. Pour comprendre sa véritable fonction sociale, il est nécessaire de le reconstruire à partir d’une théorie des systèmes. Dans cette perspective, l’opinion publique n’est pas un agrégat d’opinions individuelles mais une construction de la communication, réalité émergente et indépendante des systèmes psychiques. Elle est le médium auquel les médias de masse donnent une forme en focalisant l’attention sur la nouveauté, la quantité et les conflits. Loin d’être un vecteur de rationalité, l’opinion publique est pour le système politique un miroir qui lui permet de se réfléchir par l’observation de lui-même et de ses observateurs. L’opinion publique assure ainsi le couplage structurel du système politique avec son environnement en en réduisant et occultant la complexité, ce qui permet à ce système d’orienter ses opérations.

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1 N.d.t. Texte original : Niklas Luhmann, « Gesellschaftliche Komplexität und öffentliche Meinung », (...)
  • 2 C’est ce qu’écrit Machiavel, par exemple dans le Discours sur la première décade de Tite-Live, deux (...)
  • 3 Voir par exemple Giovanni Botero, Della Ragion di Stato, 1589, cité d’après l’édition de Bologne (B (...)
  • 4 En ce qui concerne l’histoire du concept, voir Hölscher (1979). Néanmoins, le matériau qui est ici (...)

1Comme tant de concepts politiques, celui d’opinion publique est pris dans l’enchantement d’une longue tradition. Sa marque propre, encore efficiente, il l’a acquise au xviiie siècle1. Longtemps auparavant, il y avait déjà eu une théorie politique admise voulant que le Prince établisse sa forteresse dans le cœur de son peuple2 et se soucie de l’opinion de ses sujets3, et la liste des vertus du Prince avait toujours été le reflet des attentes du peuple. Jusqu’au xviiie siècle, la formation du concept était cependant restée déterminée et entravée par deux distinctions différentes, à savoir par la vieille distinction (notamment juridique) entre public et privé et par la distinction public/secret4. Le statut du concept opposé au public était alors incertain. On a eu recours à la personne privée en tant que civis de la res publica. Mais en même temps, ce qui fait l’essence des choses importantes dans la nature et dans la république civile fut également considéré comme « secret », et il a fallu plus de deux cents ans d’imprimerie pour faire s’écrouler cette sémantique du secret.

  • 5 On trouve des formulations de ce genre, typiques pour l’époque, par exemple chez Jacques Necker, De (...)
  • 6 Voir Hölscher (1979, p. 105 et suiv.).
  • 7 Voir par exemple Brandes (1792, p. 58 et suiv.) : « L’envie de dire quelque chose de nouveau excite (...)

2Ce n’est qu’au xviiie siècle que ces deux distinctions furent contractées en une seule, et ce n’est qu’à partir de là que, dans le dernier tiers du siècle, le concept d’opinion publique est apparu sous sa forme moderne de souverain « secret » et de pouvoir invisible5 de la société politique. L’opinion publique est stylisée comme un paradoxe, comme puissance invisible du visible ; sous cette forme sémantique, elle devient la notion ultime du système politique. Pour la première fois, le produit de la communication est lui-même saisi comme substantif6 et devient ainsi le médium d’une nouvelle communication. Cette fusion des deux distinctions s’est faite au prix d’une surcharge emphatique du concept, auquel correspond d’un autre côté un concept d’individu tout aussi fortement idéalisé. Pour les tenants de cette nouvelle idée, l’opinion publique prend elle-même la relève de la censure et l’exerce de manière objective et impartiale, tandis qu’il a immédiatement sauté aux yeux des auteurs plutôt conservateurs que cette impartialité n’était qu’apparente, qu’elle était uniquement fixée sur la critique et le changement7.

  • 8 De grands discours animés par la devise « Faites-vous savoir la vérité les uns aux autres », on en (...)
  • 9 Voir Wilson (1975, p. 281-331).

3Cette sémantique controversée a accompagné l’entrée dans le monde des États modernes, de l’élaboration constitutionnelle et de la distinction entre État et société. Avec cette sémantique, et en des termes enflammés, on exigeait énergiquement la liberté de la presse8. Il n’était pas alors question de complexité, et c’est aujourd’hui seulement que des auteurs sont parvenus à la conviction que, dès cette époque, le problème de la complexité aurait en secret dirigé les plumes (ou plutôt les presses typographiques)9.

  • 10 Même la théorie de la connaissance convient depuis peu des problèmes que pose le « consensus », pro (...)

4En fait, cela n’avait pas été le cas. Sinon, on n’aurait jamais pu créer un concept emphatique d’opinion publique se référant aux opinions des individus (du moins de ceux qui lisent et sont ainsi susceptibles d’être éclairés). Sinon, on aurait aussi difficilement pu attribuer à l’opinion publique une sorte de fonction d’arbitrage dans l’advenir politique. Et surtout, on n’aurait pas pu attendre de l’opinion publique qu’elle puisse jamais parvenir à un consensus – compte tenu de ce que les hommes réels pensent réellement. Parler d’« opinion publique », c’est justement manifester une méconnaissance des problèmes dus à la complexité. Si l’on pose la question empirique de savoir en quoi consiste concrètement cette opinion, en quels états et opérations, dans quels systèmes psychiques ou sociaux, le concept se désagrège immédiatement dans sa compréhension usuelle10. Cela ne signifie pas nécessairement qu’il faille l’abandonner. Le concept exige néanmoins une reconstruction qui reparte radicalement de zéro. C’est seulement de cette manière que l’on peut faire valoir la référence empirique et la prétention à l’exactitude des sciences sociales actuelles. Et c’est seulement de cette manière que l’on pourra aussi libérer le concept d’implications politiques qui ne sont compréhensibles qu’à la lumière de son histoire et qui, aujourd’hui, ne peuvent plus être mobilisées ni du point de vue scientifique ni du point de vue politique.

II

5Je vais tenter cette reconstruction en plusieurs étapes – notamment pour mettre aussi en évidence qu’à chacun de ces moments, d’autres options mèneraient à d’autres résultats.

  • 11 On présuppose normalement que le contraire va de soi, même si l’on a abandonné les vieilles idéalis (...)

61. Le concept d’opinion publique se rapporte au système social de la société, il ne se rapporte donc pas à ce qui se déroule effectivement dans la conscience d’un, de plusieurs ou de tous les humains à un moment donné11. N’est donc pas visé ce à quoi les hommes réels pensent réellement, ce qu’ils perçoivent, ce à quoi ils s’occupent avec toute leur attention ou ce dont ils peuvent se souvenir. Si c’était le cas, il ne pourrait s’agir que d’un indescriptible chaos de différences simultanées, sans aucune possibilité de coordination, ne serait-ce qu’en raison de la simultanéité de ce qui est vécu. C’est pourquoi limiter la référence au système de la société (par opposition aux systèmes psychiques) semble inévitable si l’on veut sauver quelque chose du concept et de sa tradition.

  • 12 Voir Noelle-Neumann et Maier-Leibnitz (1987).

7En conséquence, l’opinion publique doit être envisagée comme un réseau de communication sans contrainte de connexion – à la différence de tant d’autres formes du savoir privé (par exemple dans le domaine professionnel ou bien partout où la « culture » [Bildung] compte encore). Savoir si l’on lit, regarde la télévision, écoute la radio ou non, et ce que l’on choisit de lire, de voir ou d’écouter, est laissé à la discrétion de l’individu, sans que cela nuise aux représentations relatives à l’opinion publique. Il ne faut dès lors pas non plus s’étonner que les effets, apparemment pervers, de la communication publique puissent aboutir aux yeux des observateurs à une perte d’orientation des individus12.

  • 13 À propos de ces règles de l’attention, voir Luhmann (1971, p. 16 et suiv.).
  • 14 N.d.t. En anglais dans le texte.

8À plus forte raison, la captation de l’attention devient un problème pour qui veut agir dans le médium de l’opinion publique13. L’attention est le pendant psychique du loose coupling14 de l’opinion publique. Sans attention, la communication publique ne peut pas elle non plus être poursuivie. Les hypothèses sur l’obtention de l’attention ne suivent cependant pas des règles psychiques, mais sociales. Elles ne présupposent (contrairement au contexte de politique de cour de l’État baroque) aucune connaissance des personnes et il pourrait s’avérer, en ce qui concerne les effets médiatisés par le psychisme, qu’elles ne correspondent pas à la réalité.

  • 15 Voir Luhmann (1988, p. 884-905).

92. À la différence des systèmes psychiques, la société est un système social constitué de communications et seulement de communications. Il va de soi que la communication ne se réalise que grâce à un couplage structurel permanent avec les systèmes de conscience15 ; mais la reproduction continue de la communication par la communication (autopoïèse) se spécifie elle-même et est conditionnée à l’intérieur de son propre réseau, quoi qu’il puisse se passer dans la tête des systèmes psychiques.

  • 16 Pour la critique de cette conception qui reste prédominante, voir Shanon (1989).
  • 17 Voir Kornwachs et von Lucadou (1984, p. 116 et suiv.).
  • 18 C’est ce que soulignent par exemple, à la suite de la théorie des speech acts de Searle [n.d.t. « l (...)

103. C’est pourquoi la communication ne peut être comprise comme « transmission » d’informations, de nouvelles ou d’éléments de sens d’un endroit à un autre16. Dès le début, la théorie de l’information avait déjà dépassé la métaphore de la transmission et au fond aussi la distinction de l’émetteur et du récepteur, en définissant son concept d’information comme sélection à partir d’un répertoire partagé par les deux instances17. Ainsi, une composante indispensable de l’information devait déjà exister du côté de l’instance devant la recevoir. C’est pourquoi la communication ne peut être comprise que comme une propagation de l’information dans un système – une propagation qui génère l’information par l’information et ainsi modifie non seulement l’information, mais aussi l’état du médium à l’intérieur duquel l’information crée des formes. La communication est la production d’une réalité émergente, celle de la société, qui de son côté consiste dans la reproduction continue de la communication par la communication. Il peut en résulter des liens dans les systèmes de conscience individuels18, mais tout aussi bien des irritations durables ou passagères, des prises de distance, des rejets méfiants. Ce qu’une conscience fait de ses propres expériences communicationnelles ne concerne qu’elle-même et mène à une multiplicité indescriptible de formes. L’émergence d’un contexte communicationnel se reproduisant par sa dynamique propre n’offre que l’occasion de faire et de refaire de telles expériences ; il ne les détermine pas.

  • 19 Pour son emploi dans les recherches sur les mass médias, voir Saperas (1987, p. 142 et suiv.).
  • 20 Pour un représentant typique de cette position, voir Ardigò (1980).

11Cette autonomie de la « construction sociale de la réalité » a déjà été soulignée dans une perspective de phénoménologie sociale19. D’un point de vue non seulement méthodologique mais aussi théorique, cette interprétation persiste cependant à présupposer un « sujet » auquel quelque chose appelé « phénomène » apparaît. La question de savoir quel pourrait être ce sujet nous force à postuler que c’est « l’humain » (au singulier). Un tel postulat ne s’adosse pourtant sur aucune référence empirique. Ce qui conduit à une description des phénomènes sans que rien soit dit à propos du sujet auquel ils apparaissent20. Mais il est dès lors préférable de passer à la théorie des systèmes qui se décrivent eux-mêmes.

  • 21 Voir Heider (1926). Voir aussi Weick (1985, passim, en particulier p. 271 et suiv.).
  • 22 Voir aussi (avec un concept de médium assurément différent) Kornwachs et von Lucadou (1984, p. 120) (...)

124. À partir de ces prémisses, l’opinion publique peut être comprise comme un médium dans lequel la communication continue crée des formes et les dissout sans cesse. À la suite de Fritz Heider21, nous distinguons donc médium et forme. Les médias consistent en un couplage lâche (lose Kopplung) d’éléments disponibles en masse tandis que les formes consistent en la sélection de ces éléments en vue de leur couplage étroit (strikte Kopplung). Des formes peuvent modeler un médium et s’imposer grâce au caractère sous-déterminé des relations possibles pour lui. Les sons et les signes optiques employés par les langages écrits et oraux sont déjà des formes dans un médium de perception qui leur sert de base, et les phrases sensées sont à leur tour des formes dans le médium de la langue. À partir de tout cela, la représentation d’une « opinion publique » postule finalement que les états de conscience sont le médium pouvant être couplé à certaines formes de sens. On présuppose ce concept de médium, c’est-à-dire la distinction médium/forme, quand on ne considère plus la communication comme transmission d’information, mais comme traitement de l’information au sein d’un médium – traitement faisant que des formes sont créées puis dissoutes et donc que l’état du médium est modifié en continu22.

  • 23 C’est, rappelons-le encore une fois, inévitable ne serait-ce que parce qu’ils sont simultanément ac (...)

13Il va de soi que cela est et reste une fiction se superposant aux conditions réelles. En réalité, les systèmes de conscience sont des systèmes dont les structures sont déterminées. Ils sont ce qu’ils sont ; ils font ce qu’ils font. Mais on peut justement parler de couplage lâche parce que, dans leurs relations mutuelles, ils ne sont couplés que de manière lâche23. Ainsi, c’est seulement pour le système social de la société qu’il y a une opinion publique en tant que médium pour l’établissement de couplages étroits. Rien de tout cela ne parle en faveur de la possibilité d’atteindre des accords effectifs ; mais il existe une communication publique qui repose sur cette fiction et qui se perpétue grâce à elle. En d’autres termes, ce mode particulier de communication estime qu’il est possible de donner à l’opinion publique des formes toujours nouvelles et trouve dans cette possibilité la loi de sa propre autopoïèse. Sur la base de la clôture autoréférentielle factuelle et de l’impossibilité de coordonner les systèmes de conscience, ce mode de communication peut imaginer un médium qui consiste justement dans ce couplage lâche de quantités considérables d’éléments. Et il peut ensuite admettre, sans la moindre considération des états internes des systèmes de conscience, que les formes qui sont véhiculées comme opinions de l’opinion publique lient effectivement ce médium. Ce qui est résumé dans l’unité du concept d’« opinion publique » est donc à la fois médium et forme.

14Ce design théorique radicalement modifié est lourd de conséquences, parmi lesquelles deux seulement doivent être évoquées :

  • 24 « Si l’opinion publique est devenue une instance aussi forte de régulation des conduites, ce n’est (...)

155. Par rapport à la tradition, ce concept d’opinion publique renonce à toute implication en termes de rationalité, mais aussi à toute mise en évidence des irrationalités spécifiques à la « psychologie des masses ». Des formes suffisamment rigides s’imposent de fait dans leur médium respectif, comme les objets de la perception dans le médium de l’air et de la lumière, comme les prix dans le médium de l’argent, comme les opérations de calcul dans le médium de la quantité. Ce n’est ni rationnel ni irrationnel. Cela se produit grâce à la différence entre couplage lâche et couplage étroit. En conséquence, un savoir-faire spécifique permet de « manipuler »24 ces formes. Les jugements quant à la rationalité sont par contre toujours ceux d’un observateur, et si l’on veut savoir ce qu’il tient pour rationnel ou pour irrationnel, on doit connaître ses critères, on doit l’observer lui-même.

  • 25 À un processus d’apprentissage qui s’est mis en branle dès les premières décennies après l’inventio (...)

166. Nous faisons ici un autre usage du concept de médium que dans le discours habituel sur ce qu’on appelle les « mass médias ». Le médium, c’est l’opinion publique elle-même. La presse et la radio donnent des formes à ce médium. Elles ne « transmettent » rien, elles modèlent le médium qui est taillé à leur mesure et né en même temps qu’elles. Elles doivent leur effectivité à un long processus d’apprentissage dans leur commerce avec ce médium25, mais cette effectivité ne peut être mesurée à ce que les gens pensent réellement. Elle réside seulement dans la capacité de coupler et découpler le médium, et ainsi de poursuivre une communication de type déterminé.

III

17La presse et la radio n’utilisent pas n’importe quelles formes pour représenter et consolider l’opinion publique. Ce sont au contraire des formes déterminées de mise en forme qui sont mobilisées. La production de formes est donc elle-même soumise à des limitations qui, de leur côté, tiennent à ce que la conscience individuelle reste inatteignable. Les formes reposent toujours sur des distinctions. C’est pourquoi il faut s’interroger sur les distinctions fondamentales par le moyen desquelles les thèmes sont produits en tant que formes de l’opinion publique. Bien entendu, il est aussi toujours question de contenu : de noms, de lieux, d’événements. Mais on peut aussi en faire abstraction et distinguer de manière plus générale des formes productrices de formes grâce auxquelles se font le couplage et le découplage continus, la liaison et le renouvellement continus de l’opinion publique. Ce sont les distinctions du temps, celles de la quantité et, dans la dimension sociale, celles des positions en conflit.

  • 26 N.d.t. Allusion aux référendums relatifs au traité de Maastricht.
  • 27 À ce sujet, voir Johnson et Sears (1971).

18Il n’est que trop connu que la presse et la radio ont toujours quelque chose de nouveau à rapporter. Elles vivent de discontinuité, des événements du jour mais aussi des annonces faisant ressortir la valeur de nouveauté des opinions, des modes et des malheurs. Il en résulte un contraste singulier avec la forte proportion de répétition qui caractérise la vie quotidienne de la plupart des gens. Pour l’individu, la participation à ce monde de la nouveauté est donc l’occasion de s’évader de la routine du quotidien en regardant par la fenêtre – aussi et justement parce que l’on peut compter sur la livraison du journal chaque matin à la même heure et sur la diffusion du journal télévisé chaque jour au même moment. (Ce n’est donc pas non plus un hasard si la métaphore de la « fenêtre » était tant appréciée par le romantisme, premier style culturel à s’être intégralement organisé à partir de l’écriture et de l’imprimerie.) Il existe donc une différence organisée entre le rythme de vie et le rythme des nouvelles, une différence qui ne peut déboucher sur une intégration – ce qui n’exclut pas que des événements puissent provoquer des actions voire, comme dans le cas de Tchernobyl, engendrer une pression à l’action carrément dépourvue de toute orientation (du fait de son caractère exceptionnel). Les routines dans la production de nouvelles se nourrissent entièrement de cette différence. S’il ne se passe rien le dimanche, on a du sport à la place. Les accidents automobiles du jour sont enregistrés pour pouvoir éventuellement être rapportés. Des événements centraux de la politique, comme les élections ou les conférences au sommet, sont traités avant et après avoir eu lieu. Le temps devient ainsi réflexif puisque la nouveauté consiste dans le fait qu’on peut annoncer ne pas savoir encore en quoi elle consiste. Comme par exemple, dans l’Europe actuelle, le slogan habilement choisi de 199226. Et, de même, il y a le thème du retard dans la thématisation d’un thème27.

  • 28 Ce n’est sûrement pas un hasard si ces domaines sont ceux dans lesquels une quantification est néce (...)
  • 29 Ce qui a été compris il y a longtemps par la recherche sur les mass médias. À propos du besoin qui (...)

19Cette structure temporelle de l’opinion publique implique qu’on ne peut pas mettre ses thèmes au congélateur. Il existe des domaines thématiques (le sport, la Bourse) dans lesquels les nouveautés arrivent de manière routinière et qui, en conséquence, ont acquis une place fixe dans le journal28. Mais les thèmes eux-mêmes ont une histoire propre qui passe par leur découverte, leur introduction et leur point culminant et qui, après une phase d’accoutumance, débouche sur la lassitude. On peut étudier cela à propos du sida ou de l’agonie des forêts. Quelques thèmes ont un grand potentiel de réactualisation (le terrorisme, la drogue) et consistent en une série d’événements spectaculaires. D’autres, surtout les thèmes de réforme, ne restent pas tout seuls à l’ordre du jour. Il faut de temps en temps trouver de nouveaux noms et de nouveaux points d’attaque pour les remettre en débat. Il résulte de tout cela une image bariolée et confuse, mais que l’on peut ramener à un unique principe : la nécessité de la discontinuité, du mouvement, de rythmicisation temporelle. Et il appartient dès lors à l’habileté politique de sentir dans quelle phase de leur carrière on peut s’emparer des thèmes, se faire promouvoir grâce à eux, s’en servir de tremplins ou plutôt s’en dégager29.

20Tout cela est bien connu, fait l’objet de stratégies planifiées dans les rédactions et ne nécessite pas d’autres commentaires. Par contre, une deuxième forme génératrice de formes agit plutôt de manière discrète – ou plutôt, elle n’a pas fait jusqu’à présent l’objet de la même attention. Je pense à la forme de la quantité. Elle fournit une contribution à la mise en ordre de la dimension factuelle de la communication publique. Comme le temps avec l’avant / l’après, elle prend aussi une forme différentielle, la forme-biface du plus ou du moins. Et, comme le temps, la quantité jouit d’une clarté reposant sur le fait qu’il n’y a que ces deux faces. On ne peut pas compléter une forme binaire par d’autres aspects, comme par exemple avant / après / mieux, ou bien plus / moins / plus utile. Les évaluations ne peuvent être introduites que de manière transversale à ces formes, et doivent donc être fondées extérieurement.

  • 30 Voir Husserl (1954).
  • 31 Voir Carraher et al. (1985) ; Lave (1986) ; Carraher et al. (1988).

21On ne sait pas grand-chose sur la signification des quantités exactement déterminées dans la vie quotidienne, ni sur la manière de se rapporter à elles. Husserl avait certes déjà soupçonné que les mathématiques idéalisées de Galilée et de Descartes ne correspondaient pas aux besoins concrets de sens du « monde vécu »30 ; mais c’est aujourd’hui seulement que se mettent en œuvre des recherches qui portent sur le caractère étranger à la vie (Lebensfremdheit) des mathématiques et tentent d’établir quelle importance a le fait d’être environné de quantités dans la vie quotidienne et quelles formes de calcul sont employées31. En tout cas, la quantification entraîne une explosion des nécessités d’action et de décision. Elle rend perceptibles des différences que l’on n’aurait sinon absolument pas pu remarquer. Un exemple spectaculaire en sont les prix et leur rôle dans la motivation des acheteurs. Les mouvements de réforme de l’éducation n’auraient pas pu prendre leur essor sans les comparaisons quantitatives, et ceci vaut également pour le mouvement féministe. Les données servant à orienter la politique économique sont des agrégats quantifiés et constituent, au reste, des données complètement différentes de celles qui intéressent les entreprises. À nouveau, cela requiert les sciences économiques et fait apparaître leur mathématisation comme une judicieuse stratégie de recherche. Et c’est justement parce que, à partir d’un simple nombre, on ne peut pas conclure s’il est bon ou mauvais, s’il est favorable ou non et à qui, que l’on peut relier les indications quantitatives à des thèmes et des intérêts. À cet égard, ils sont au-delà de tout soupçon.

22La différence temporelle et la différence numérique se combinent bien. Les statistiques, les enquêtes et les comptages les plus récents révèlent que certaines valeurs, certains cours, certains rapports ont augmenté ou diminué. Leur thématisation offre l’occasion de faire des commentaires, voire d’intervenir par l’action. Les quantités sont alors traitées comme des faits ; mais il va de soi qu’elles n’en sont que si, et pour autant que, elles lient le médium de l’opinion publique et par là orientent l’autopoïèse de la communication publique dans telle ou telle direction. Le complexe médium/forme de l’opinion publique constitue une réalité autonome, différenciée (ausdifferenzierte) et qui se meut d’elle-même. Il utilise des formes spécifiques afin de produire des formes et, pour cela, il a certes besoin d’un couplage structurel avec l’attention disponible, c’est-à-dire avec des lecteurs, des auditeurs et des spectateurs ; mais il ne requiert pas, outre ce couplage structurel, d’états propres à ces systèmes. Il n’est pas porté par les systèmes conscients, il se porte lui-même.

23Nous revenons en terrain plus connu lorsque nous expliquons la préférence qu’a l’opinion publique pour la représentation des conflits. Ce n’est pas seulement pour les dimensions temporelle et factuelle, mais aussi pour la dimension sociale qu’il existe une forme produisant des formes ; elle est elle aussi très clairement une forme-biface. Un thème est présenté sous la forme du conflit lorsqu’on peut désigner qui occupe la position du « pour » et qui prend la position du « contre ». Qu’il y ait aussi des positions indécises ou intermédiaires, on le concède ; mais elles dépendent de la forme du conflit et ne pourraient en aucun cas apparaître s’il n’y avait pas de conflit. Le conflit est également réfléchi en lui-même comme quelque chose devant mettre sur la voie d’une « solution ». Et même le paradoxe de l’opinion publique, l’invisible visibilité, trouve ici une expression curieuse : les conflits sont plutôt considérés dans l’opinion publique comme indésirables – et c’est justement pour cette raison qu’ils y sont reproduits de manière privilégiée.

  • 32 N.d.t. En français dans le texte.

24Considérer de manière générale que le médium de l’opinion publique est fasciné et lié par des formes-bifaces a de lourdes conséquences. La question prioritaire devient alors : comment l’unité de la société sera-t-elle observée et décrite si elle doit se manifester dans ce médium – si donc elle se manifeste nécessairement comme durée malgré le changement, comme unité méta-quantitative (qualitative ?) et comme solidarité relativisant tous les conflits. Les formes des formes déterminent ce qui est vu et ce qui ne l’est pas ; ce qui peut être dit et ce qui ne peut l’être. À partir de la discontinuité temporelle, de quantités bien trop abstraites et de conflits sociaux, la société n’apparaît que négativement – comme ce qui n’est pas compris par les formes qui sont fondamentalement fascinantes, comme totalité de ce qui ne peut être vu ainsi, comme « puissance invisible »32. Et peut-être cela explique-t-il que, ainsi préparés, nous soyons mis en quête du sens.

25La théorie proposée ici mène en outre à une meilleure compréhension de la signification du temps. Elle s’abstient complètement de déprécier l’éphémère par rapport au permanent et renonce aussi à fonder la rationalité des opinions dans des formes permanentes – comme s’il s’agissait de motifs rationnels durables ou de valeurs éternelles. Au lieu de cela, elle attire l’attention sur l’importance qu’a la temporalité pour la différence entre médium et forme. Si l’on faisait abstraction du temps, affirmer l’unité du couplage lâche (médium) et du couplage rigide (forme) serait une pure contradiction. L’unité de l’opinion publique et de ses thèmes resterait incompréhensible. Ce n’est que dans le temps que se donne cette unité ; elle ne résulte que du fait que la capacité qu’ont les liaisons de s’imposer se paie nécessairement par leur capacité de dissolution. En conséquence, les formes s’imposent plus fortement mais, pour cette raison même, elles ont aussi une valeur plus éphémère que le médium lui-même. En d’autres termes : le médium se régénère par le couplage et le découplage continus des formes qui sont possibles en lui, comme la langue le fait par la formation continue de phrases qui sont peu après oubliées ou perdent leur valeur informative. L’unité du médium et de la forme (l’unité de cette distinction) présuppose donc une mémoire qui peut organiser la réutilisation des formes, c’est-à-dire se souvenir et oublier de manière sélective.

IV

26Bien plus que les autres systèmes fonctionnels, le système politique se rend lui-même dépendant de l’opinion publique. L’opinion publique est pour la politique un des capteurs les plus importants, capteur dont l’observation remplace l’observation directe de l’environnement. Les thèmes de l’opinion publique, les nouvelles et les commentaires dans la presse et à la radio ont pour la politique cette évidente importance qui, du fait de son évidence, occulte en même temps ce qui se passe effectivement. Il suffit que cela soit dans les journaux.

  • 33 À ce propos, voir le chapitre « Geheimnis, Zeit und Ewigkeit », Luhmann et Fuchs (1989, p. 101-137)

27Dans cette fonction d’évidence qui occulte, l’opinion publique se substitue à ce que la tradition avait signifié pour les sociétés plus anciennes. Elle remplit la même fonction : offrir quelque chose à quoi l’on puisse se rattacher, et ce de manière à éviter des reproches. Mais alors que ce qui servait de tradition incluait une sémantique du secret transmis33, la fonction d’occultation de l’opinion publique est passée sous silence. Elle devient elle-même « secrète ». Cela est compensé par le changement rapide des thèmes et par l’ouverture à ce qui est nouveau.

  • 34 La même métaphore est appliquée au marché restant opaque pour l’observateur par White (1981).

28On peut s’aider de la métaphore du miroir pour élucider cette orientation34. Mais il ne s’agit plus de ce miroir des vertus dans lequel le Prince pouvait identifier son meilleur Soi ; il s’agit au contraire de la possibilité d’observer comment l’observateur lui-même et les autres sont représentés dans l’opinion publique. En tout cas, on ne se voit pas soi-même dans un miroir, on voit seulement le visage qu’on arbore pour le miroir et qu’on lui présente. Mais on ne voit pas que cela, on voit aussi, en jetant un regard rétrospectif au-dessus de ses propres épaules, les autres qui agissent devant le miroir dans la même pièce : d’autres personnes, d’autres groupes, d’autres partis politiques, d’autres versions à propos du même thème.

29Ce que l’on voit est toujours une découpe déterminée par sa propre position et son propre mouvement. L’effet repose pleinement sur la non-transparence du miroir, et donc sur le « découplage » par rapport à tout ce qui se passe réellement dans la tête des hommes réels au moment où l’on regarde dans le miroir. La différenciation (Ausdifferenzierung) du complexe médium/forme de l’opinion publique et l’occultation de la véritable complexité d’un plus grand nombre de processus de conscience sont des conditions requises pour que la politique puisse s’orienter en fonction de l’opinion publique.

  • 35 À ce propos, voir Baecker (1988).

30D’un côté, cela signifie que ce que la politique peut apercevoir dans le miroir de l’opinion publique n’est que son propre reflet encastré dans le contexte, choisi artificiellement, de ses propres possibilités de mouvement. Mais, d’un autre côté, le miroir a la fonction de renvoyer à l’observateur à la fois moins et plus que son propre reflet. Il voit aussi les concurrents, les efforts qui sont faits pour l’entraver, les opportunités qui pourraient sembler intéressantes aux autres, mais pas à lui. Le miroir de l’opinion publique, de la même manière que le système des prix du marché35, rend donc possible une observation des observateurs. En tant que système social, le système politique se rend par conséquent apte, grâce à l’opinion publique, à l’auto-observation et à la formation de structures d’attente correspondantes. L’opinion publique ne sert pas à établir des contacts avec l’extérieur ; elle assure la clôture autoréférentielle du système politique, la rétroaction de la politique sur elle-même. Mais la clôture autoréférentielle est effectuée à l’aide d’un dispositif permettant au système, dans l’accomplissement de ses propres opérations, de distinguer autoréférence et alloréférence (Fremdreferenz), c’est-à-dire politique et opinion publique, et ainsi de se faire une image des limites de ses propres possibilités d’action.

  • 36 Idée aujourd’hui largement discutée, parmi tant d’autres espoirs vains. Voir entre autres Pocock (1 (...)
  • 37 N.d.t. En français dans le texte.

31Dans le contexte d’une théorie du système politique, cette transformation du concept d’opinion publique a une grande importance. Elle contraint tout d’abord à renoncer, ce qui est certes douloureux, aux attentes de rationalité et aux espoirs placés dans une revitalisation de la « vie » civile républicaine36. D’un autre côté, elle montre clairement que le système politique de la société moderne ne peut être compris comme une instance centrale dont la force (virtus) ou la faiblesse peut être observée par le peuple. À une instance centrale se substitue l’observation continue des observateurs, c’est-à-dire la clôture autoréférentielle du système. À cela correspond le fait que le code politique ne repose plus seulement sur la distinction entre avoir le pouvoir / être soumis au pouvoir (gouvernement / sujet) ; ce code est à nouveau codé de manière binaire du côté du pouvoir à l’aide du schéma gouvernement / opposition. C’est à ce point essentiel qu’il faut réduire le concept de démocratie. Dès lors, on comprend aussi que l’idée d’opposition politique ait pu, au xviiie siècle, se dégager du vieux règne des factions à la cour et du problème politique de la rivalité, ainsi que la manière dont cela se fit ; et c’est précisément dans ce but qu’était nécessaire le recours à la « puissance invisible »37 de l’opinion publique.

32Dans de telles conditions, la liberté de la presse et la liberté d’opinion ne peuvent être considérées ni comme une garantie de rationalité ni comme la condition d’une vie intellectuelle libre. Leur mise au pas a certainement des effets répressifs et gêne de nombreux domaines de communication sociale, jusqu’au comportement quotidien vis-à-vis des inconnus, jusqu’à l’enseignement à l’école, jusqu’au courage dans l’innovation intellectuelle et artistique. Pour filer notre métaphore, cela concerne la face extérieure du miroir. Mais leur fonction spécifiquement politique est de transposer la forme de l’auto-observation du système politique dans le mode réflexif de l’observation des observateurs. En effet, il faut que l’opinion publique offre plus qu’un simple écho centralisé de l’activité politique pour que puisse se développer une politique qui ne s’affirme pas seulement comme identité imposée, mais qui, au contraire, ne se clôt que sur le plan de l’observation des observateurs.

Haut de page

Bibliographie

Allport Gordon W. et Faden Janet M., 1940, « The psychology of newspapers : five tentative laws », Public Opinion Quaterly, vol. 4, p. 687-703.

Ardigò Achille, 1980, Crisi di Governabilità e mondi vitali, Bologne, Cappelli.

Baecker Dirk, 1988, Information und Risiko in der Marktwirtschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Botero Giovanni, 1930 [1589], Della Ragion di Stato, Bologne, Cappelli.

Brandes Ernst, 1792, Über einige bisherige Folgen der französischen Revolution in Rücksicht auf Deutschland, Hanovre, Christian Ritscher.

Carraher Terezinha Nunes, Schliemann Analúcia Dias et Carraher David William, 1988, « Mathematical concept in everyday life », Children’s Mathematics, G. B. Saxe et M. Gearhart éd., San Francisco, Jossey-Bass, p. 71-87.

Carraher Terezinha Nunes, Carraher David William et Schliemann Analúcia Dias, 1985, « Mathematics in the streets and in schools », British Journal of Developmental Psychology, vol. 3, p. 121-129.

Feuerbach Johann Paul Anselm von, 1821, Betrachtungen über die Öffentlichkeit und Mündlichkeit der Gerechtigkeitspflege, Gießen, Heyer.

Fuller Steve, 1988, Social Epistemology, Bloomington, Indiana University Press.

Giesecke Michael, 1988, Der Buchdruck in der frühen Neuzeit. Eine historische Fallstudie über die Durchsetzung neuer Informations- und Kommunikationstechnologien, thèse d’habilitation soutenue à Bielefeld.

Heider Fritz, 1926, « Ding und Medium », Symposion, no 1, p. 109-157.

Hölscher Lucian, 1979, Öffentlichkeit und Geheimnis. Eine begriffsgeschichtliche Untersuchung zur Entstehung der Öffentlichkeit in der frühen Neuzeit, Stuttgart, Klett-Cotta.

Husserl Edmund, 1954, « Die Krisis der europäischen Wissenschaften und die transzendentale Phänomenologie », Husserliana, t. 3, La Haye, M. Nijhoff (La crise des sciences européennes et la phénoménologie transcendantale, trad. G. Granel, Paris, Gallimard, 1976).

Johnson Paula B. et Sears David O., 1971, « Black invisibility, the press and the Los Angeles riot », American Journal of Sociology, vol. 76, p. 698-721.

Key Valdimer Orlando, 1961, Public Opinion and American Democracy, New York, Alfred A. Knopf.

Kornwachs Klaus et von Lucadou Walter, 1984, « Komplexe Systeme », Offenheit – Zeitlichkeit – Komplexität : Zur Theorie der offenen Systeme, K. Kornwachs éd., Francfort-sur-le-Main, Campus-Verlag, 1984, p. 110-165.

Lave Jean, 1986, « The values of quantification », Power, Action and Belief. A New Sociology of Knowledge, J. Law éd., Londres, Routledge and Kegan Paul, p. 88-111.

Luhmann Niklas, 1971, « Öffentliche Meinung », Politische Planung, Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 9-34.

— 1988, « Wie ist Bewußtsein an Kommunikation beteiligt ? », Materialität der Kommunikation, H. U. Gumbrecht et K. L. Pfeiffer éd., Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp, p. 884-905.

Luhmann Niklas et Fuchs Peter, 1989, Reden und Schweigen, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

Machiavel Nicolas, 1976, Opere, 7e édition, Milan, Mondadori.

MacIntyre Alasdair, 1981, After Virtue. A Study in Moral Theory, Londres, Duckworth (Après la vertu : étude de théorie morale, trad. L. Bury, Paris, Presses universitaires de France, 1997).

Necker Jacques, 1970, Œuvres complètes, t. 4 et 5, Aalen, Scientia Verlag.

Noelle-Neumann Elisabeth et Maier-Leibnitz Heinz, 1987, Zweifel am Verstand. Das Irrationale als die neue Moral, Zurich, Edition Interform.

Palazzo Giovanni Antonio, 1606, Discorso del Governo e della Ragion vera di Stato, Venise, Giovanni Antonio et Giacomo De Franceschi.

Pocock John G. A., 1975, The Machiavellian Moment : Florentine Political Thought and the Atlantic Political Tradition, Princeton, Princeton University Press (Le moment machiavélien : la pensée politique florentine et la tradition républicaine atlantique, trad. L. Borot, Paris, Presses universitaires de France, 1997).

Ross Edward A., 1907, Sin and Society. An analysis of Latter-Day Iniquity, Boston, Houghton Mifflin Company.

Saperas Enric, 1987, Los efectos cognitivos de la communicación de masa. Las recientes investigaciones en torno de la communicación de masas 1970-1986, Barcelone, Ariel.

Shanon Benny, 1989, « Metaphors for language and communication », Revue internationale de systémique, vol. 3, p. 43-59.

Weick Karl E., 1985, Der Prozeß des Organisierens, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

White Harrison C., 1981, « Where do markets come from », American Journal of Sociology, vol. 87, p. 517-547.

Wilson Harlan, 1975, « Complexity as a theoretical problem : wider perspectives in political theory », Organized Social Complexity. Challenge to Politics and Policy, T. R. La Porte éd., Princeton, Princeton University Press, p. 282-331.

Winograd Terry et Flores Fernando, 1987, Understanding Computers and Cognition. A New Foundation for Design, Reading (Massachusetts), Addison-Wesley (L’intelligence artificielle en question, trad. J.-L. Peytavin, Paris, Presses universitaires de France, 1989).

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Texte original : Niklas Luhmann, « Gesellschaftliche Komplexität und öffentliche Meinung », Soziologische Aufklärung, t. 5, Konstruktivistische Perspektive, Opladen, Westdeutscher Verlag, 1990, p. 170-182. Je remercie Flavien Le Bouter et Sonia Goldblum pour avoir relu et corrigé cette traduction.

2 C’est ce qu’écrit Machiavel, par exemple dans le Discours sur la première décade de Tite-Live, deuxième partie, chap. 24, et dans Le Prince, chap. 20, cité d’après Machiavel (1976, p. 288 et 110) ; c’est même par la suite devenu un dicton.

3 Voir par exemple Giovanni Botero, Della Ragion di Stato, 1589, cité d’après l’édition de Bologne (Botero, 1930, p. 78 et suiv.) – on trouve ici aussi, p. 138, une sorte de théorie en deux temps : le prince doit d’abord gagner à sa cause les religiosi, letterati, virtuosi, puis avec leur aide le reste de la population. Voir aussi Giovanni Antonio Palazzo, Discorso del Governo e della Ragion vera di Stato (1606, p. 85 et suiv.) avec la revendication : « concedere la libertà della lingua nella Republica » (p. 86) [n.d.t. « concéder la liberté linguistique dans la République »].

4 En ce qui concerne l’histoire du concept, voir Hölscher (1979). Néanmoins, le matériau qui est ici mobilisé contredit la thèse (p. 7) selon laquelle la distinction public/secret aurait été remplacée au xviiie siècle par la distinction public/privé.

5 On trouve des formulations de ce genre, typiques pour l’époque, par exemple chez Jacques Necker, De l’administration des finances de la France (1784) ; voir Necker (1970, t. 4, p. 49 et suiv.).

6 Voir Hölscher (1979, p. 105 et suiv.).

7 Voir par exemple Brandes (1792, p. 58 et suiv.) : « L’envie de dire quelque chose de nouveau excite beaucoup. Il est de loin plus facile de briller en attaquant les constitutions, les mesures prises et les hommes qu’en les défendant, auquel cas, si on veut le faire de manière honnête, on doit presque toujours admettre des faiblesses et des imperfections » (p. 59).

8 De grands discours animés par la devise « Faites-vous savoir la vérité les uns aux autres », on en trouve par exemple chez Carl Theodor Welcker, Die vollkommene und ganze Preßfreiheit nach ihrer sittlichen, rechtlichen und politischen Nothwendigkeit, nach ihrer Uebereinstimmung mit deutschem Fürstenwort und nach ihrer völligen Zeitgemäßheit dargestellt in ehrerbietigster Petition an die hohe deutsche Bundesversammlung [n.d.t. « La pleine et entière liberté de la presse présentée d’après sa nécessité morale, juridique et politique, d’après sa concordance avec la parole princière allemande et d’après sa totale actualité, dans la pétition la plus respectueuse à la haute Assemblée fédérale allemande » – je traduis ce titre afin de rendre accessible l’emphase ci-dessous mentionnée], Freiburg, 1830. Pour la même emphase dans un autre contexte, voir Feuerbach (1821).

9 Voir Wilson (1975, p. 281-331).

10 Même la théorie de la connaissance convient depuis peu des problèmes que pose le « consensus », problèmes qui vont précisément dans cette direction. Voir Fuller (1988, p. 207 et suiv.).

11 On présuppose normalement que le contraire va de soi, même si l’on a abandonné les vieilles idéalisations. « Dans cette discussion, “opinion publique” pourrait être simplement pris pour désigner ces opinions tenues par des personnes privées et dont les gouvernements trouvent prudent de tenir compte » [n.d.t. en anglais dans le texte], est-il dit par exemple dans le livre, très influent à son époque, de Valdimer Orlando Key (1961, p. 14).

12 Voir Noelle-Neumann et Maier-Leibnitz (1987).

13 À propos de ces règles de l’attention, voir Luhmann (1971, p. 16 et suiv.).

14 N.d.t. En anglais dans le texte.

15 Voir Luhmann (1988, p. 884-905).

16 Pour la critique de cette conception qui reste prédominante, voir Shanon (1989).

17 Voir Kornwachs et von Lucadou (1984, p. 116 et suiv.).

18 C’est ce que soulignent par exemple, à la suite de la théorie des speech acts de Searle [n.d.t. « l’acte de langage », en anglais dans le texte], Winograd et Flores (1987, p. 58 et suiv., p. 76 et suiv.).

19 Pour son emploi dans les recherches sur les mass médias, voir Saperas (1987, p. 142 et suiv.).

20 Pour un représentant typique de cette position, voir Ardigò (1980).

21 Voir Heider (1926). Voir aussi Weick (1985, passim, en particulier p. 271 et suiv.).

22 Voir aussi (avec un concept de médium assurément différent) Kornwachs et von Lucadou (1984, p. 120) : « La propagation de l’information doit être comprise de la même manière que dans le principe de Huygens, c’est-à-dire que la propriété qu’a le support physique d’être un “canal” s’étend […]. Chaque avancée est alors faite à la fois par l’émetteur et le récepteur. En même temps est attribuée à ce processus d’extension la qualité de modifier lui-même le médium qui le porte. »

23 C’est, rappelons-le encore une fois, inévitable ne serait-ce que parce qu’ils sont simultanément actifs et de ce fait ne peuvent être coordonnés ni de manière causale ni de manière communicationnelle, ce qui présupposerait une synchronisation durant de longues séquences.

24 « Si l’opinion publique est devenue une instance aussi forte de régulation des conduites, ce n’est pas parce qu’elle s’est assagie, mais en raison de la plus grande facilité à l’établir, à la focaliser et à la diriger », estime Edward A. Ross (1907, p. 25), dans une intense tentative, malgré toutes les appréciations négatives, de diriger lui-même cette opinion publique.

25 À un processus d’apprentissage qui s’est mis en branle dès les premières décennies après l’invention de l’imprimerie, dès le xve siècle, donc bien avant l’invention de la notion d’opinion publique. Pour une analyse détaillée de ce point, voir Giesecke (1988).

26 N.d.t. Allusion aux référendums relatifs au traité de Maastricht.

27 À ce sujet, voir Johnson et Sears (1971).

28 Ce n’est sûrement pas un hasard si ces domaines sont ceux dans lesquels une quantification est nécessaire pour que la nouveauté puisse apparaître vraiment comme nouveauté. Nous allons immédiatement revenir sur ce point.

29 Ce qui a été compris il y a longtemps par la recherche sur les mass médias. À propos du besoin qui en résulte en décisions définitives (demand for closure), voir par exemple Allport et Faden (1940, p. 702 et suiv.).

30 Voir Husserl (1954).

31 Voir Carraher et al. (1985) ; Lave (1986) ; Carraher et al. (1988).

32 N.d.t. En français dans le texte.

33 À ce propos, voir le chapitre « Geheimnis, Zeit und Ewigkeit », Luhmann et Fuchs (1989, p. 101-137).

34 La même métaphore est appliquée au marché restant opaque pour l’observateur par White (1981).

35 À ce propos, voir Baecker (1988).

36 Idée aujourd’hui largement discutée, parmi tant d’autres espoirs vains. Voir entre autres Pocock (1975) ; MacIntyre (1981).

37 N.d.t. En français dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Niklas Luhmann, « Complexité de la société et opinion publique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 24 juin 2017. URL : http://traces.revues.org/6359 ; DOI : 10.4000/traces.6359

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page