Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

L’opinion publique selon Niklas Luhmann

Public opinion in Niklas Luhmann’s work
Flavien Le Bouter
p. 159-164

Texte intégral

1L’œuvre de Niklas Luhmann (1927-1998), grand théoricien allemand de la sociologie systémique et du constructivisme, est encore peu connue en France malgré l’influence qu’elle a eue notamment sur les travaux de Jürgen Habermas. Certaines traductions, entre autres, Politique et complexité (Luhmann, 1999 – il s’agit d’un recueil d’articles), Systèmes sociaux (2011) et La réalité des médias de masse (2013), ont cependant permis d’accéder à une théorie générale de la société aussi ambitieuse qu’originale. Nous proposons ici la traduction d’un article intitulé « Complexité de la société et opinion publique », datant de 1990, époque de maturité pour Luhmann, dix ans après le « changement de paradigme » qui l’a fait passer, sous l’influence des biologistes Franciso Varela et Humberto Maturana, d’une théorie des systèmes ouverts, inspirée par le fonctionnalisme de Talcott Parsons, à la « théorie des systèmes autopoïétiques ». Cet article est tiré de cette sorte d’« atelier théorique » que représentent les recueils intitulés Soziologische Aufklärung (Les Lumières sociologiques), publiés en marge de ses grandes élaborations systématiques. Malgré sa brièveté, il constitue une bonne introduction à l’approche systémique de la politique et vient compléter le livre déjà disponible sur la question des médias de masse.

2La conception luhmannienne de l’opinion publique, telle qu’elle est développée dans cet article, présente l’originalité de refuser tout caractère normatif à ce concept et de le vider de toutes les espérances qu’il portait pour les Lumières. Dès sa naissance au xviiie siècle, l’espace public (Öffentlichkeit) avait été conçu comme un lieu de discussion sur ce que doit être la société, comme un espace porteur d’espoirs d’émancipation, de participation et de progrès vers une société plus juste. Il est communément défini comme une sphère intermédiaire qui permet de faire remonter les revendications du peuple vers le système politique. S’inscrivant délibérément dans la tradition de l’Aufklärung, Jürgen Habermas y voit le lieu où, idéalement, de nombreux problèmes de la société civile peuvent être explicitement thématisés et discutés (voir notamment Habermas, 1993, et 1997, p. 335-414). Luhmann récuse cette conception emphatique d’un espace public qui permettrait à la raison de s’imposer grâce à la liberté de la presse et à la suppression de la censure face à la raison d’État, aux stratégies secrètes et à l’hypocrisie du pouvoir politique. À partir des principes de son systémisme, Luhmann définit l’espace public comme la « réflexion de toute frontière, interne à la société, des sous-systèmes de la société » (2013, p. 140). Des sous-systèmes sociaux, tels que l’économie ou le droit, ne peuvent opérer qu’à l’intérieur de leurs frontières ; ils peuvent cependant aussi réfléchir le fait qu’ils sont observés à partir de leur environnement. L’espace public est dans cette perspective défini comme le médium de réflexion qui permet à la société de s’auto-observer. Pour Luhmann, l’opinion publique (öffentliche Meinung) n’est qu’un cas particulier de celui-ci : elle est l’espace public observé du point de vue du système politique. Par là, il s’oppose à la perspective des Lumières, pour laquelle l’opinion publique serait le « souverain secret » du système politique qui lui offrirait des « chances de rationalité » (2000, p. 278).

  • 1 Le problème de la complexité est au cœur du systémisme luhmannien et se pose à deux points de vue : (...)

3L’objectif de Luhmann n’est pourtant pas d’éliminer ce concept à cause de son caractère emphatique. Il appartient clairement à la sémantique politique moderne et oriente de ce fait la communication sociétale. Luhmann entend plutôt le reconstruire à partir de la théorie des systèmes pour en faire apparaître la véritable fonction sociale. Selon le systémisme, tout système est confronté au problème de la complexité de son environnement qu’il se doit de réduire pour assurer sa reproduction1. C’est pourquoi Luhmann cherche à expliquer en quoi l’opinion publique permet au système politique de réduire la complexité sociale, de réaliser une « absorption de l’incertitude » (2000, p. 287) afin que des décisions politiques puissent être prises.

  • 2 Une irritation désigne un bruit provenant de l’environnement d’un système qui ne devient une inform (...)

4Cette reconstruction systémique de l’opinion publique impose tout d’abord de l’appréhender comme un phénomène purement communicationnel. Pour Luhmann, l’opinion publique est un phénomène sociétal et, comme la société n’est constituée que de communications, l’opinion publique ne peut être comprise comme l’expression d’opinions individuelles. Cela tient à l’autoréférentialité du système social : les communications sont considérées comme opérationnellement coupées des systèmes psychiques. Les systèmes sociaux émergent à partir de leur couplage structurel avec les systèmes psychiques mais disposent d’une clôture opérationnelle vis-à-vis de ceux-ci. Les opinions des individus peuvent irriter la communication mais elles ne la déterminent pas, car les systèmes sociaux interprètent toujours ces irritations2 à travers leur logique propre. Dans ces conditions, l’opinion publique ne saurait être comprise comme l’expression de « ce à quoi les hommes réels pensent » (2009, p. 164).

  • 3 Fritz Heider (1896-1988) est un psychologue autrichien qui a vécu aux États-Unis à partir de 1930 e (...)
  • 4 Pour Luhmann, la communication ne peut être comprise comme la transmission d’informations entre deu (...)

5Ainsi envisagée de manière strictement communicationnelle, l’opinion publique est définie comme un médium auquel les médias de masse donnent une forme. Cette définition se réfère à la distinction, établie par Fritz Heider3, entre le médium et la forme. Le concept de médium prend son sens à partir de la question fondamentale à laquelle, selon Luhmann, la sociologie doit répondre : comment un ordre social est-il possible ? La société n’étant composée que de communications, il s’agit alors de comprendre comment celles-ci sont possibles alors même qu’elles ne sont constituées que de sélections contingentes4. La fonction des médias est précisément de rendre possible une communication improbable en limitant les possibilités de sélection. La communication requiert en outre que le médium prenne forme. Un médium est composé d’éléments couplés de manière lâche tandis que la forme est composée d’éléments couplés de manière étroite. On peut comprendre cette distinction à partir du jeu d’échecs. Grâce à ses règles, le médium « jeu d’échecs » ouvre un champ du possible au sein duquel les formes les plus diverses, les coups des joueurs, sont possibles. Le médium du jeu limite certes les sélections, mais c’est précisément ce qui permet de coordonner les coups des joueurs.

6Luhmann avance que ce sont les médias de masse qui donnent une forme à ce médium. Ils construisent le réel à partir de sélections guidées par le code information / non-information. Ce code dicte des préférences en prescrivant des règles d’attention : la télévision, la presse ou la radio valorisent la nouveauté, affectionnent les évaluations morales et privilégient les données quantifiées. Ils sélectionnent surtout les déviances diffusées sous la forme de conflits, de scandales, de catastrophes. Ce qui leur importe, c’est le nouveau, le déviant, l’étonnant et le déficient.

7Luhmann rejette de ce fait toute forme de manipulation de l’opinion publique, tout en reconnaissant que la communication par les médias de masse encourage le soupçon de manipulation du fait que, à partir d’une observation de second ordre, les individus peuvent se demander pourquoi les médias traitent de tel thème et non de tel autre : « Une “manipulation” de l’opinion publique devient possible et on peut même la soupçonner et la supposer […]. Mais la représentation de la manipulabilité (souvent exagérée de manière illusoire) est une dimension essentielle d’un médium de l’observation de second ordre » (2000, p. 288). Luhmann reprend au contraire le modèle de l’agenda-setting selon lequel les médias ne font que mettre des thèmes à l’ordre du jour (« les thèmes sont produits en tant que formes de l’opinion publique », 2009, p. 168) ; ils imposent ce à quoi on doit penser sans pour autant prescrire ce que l’on doit penser.

8Luhmann définit l’opinion publique comme « l’environnement, interne au système politique, des organisations et des interactions politiques » (2013, p. 140). Cela doit se comprendre depuis la thèse de la clôture opérationnelle de tout système, qui implique qu’un système ne peut franchir ses propres frontières. Il peut en revanche réfléchir une telle limitation en supposant que d’autres systèmes sont responsables des irritations qu’il subit. Le système politique réfléchit le fait qu’il est observé de l’extérieur ; et l’opinion publique est précisément le miroir qui permet au système politique de s’observer lui-même. Une telle observation, de second ordre, ne signifie pas qu’on observe quelque chose, mais qu’on observe des observateurs. La politique fonctionnant pour Luhmann comme un marché, l’opinion publique permet d’observer les réactions des électeurs, le positionnement des concurrents vis-à-vis des thèmes proposés par les médias de masse. Mais le système politique n’observe pas seulement ceux que les autres observent ; dans la mesure où elle accède à la visibilité publique, la communication politique doit se façonner en tenant compte du fait qu’elle est observée. Par là, l’opinion publique assure la clôture opérationnelle du système politique et parachève « le monde autistique de la politique » (2000, p. 290). Il reste que cette observation de second ordre comporte un nécessaire angle mort et occulte la véritable complexité du réel : « L’opinion publique ne sert pas à établir des contacts avec l’extérieur ; elle assure la clôture autoréférentielle du système politique » (2009, p. 172), ce qui permet à ce dernier de guider ses opérations.

9Cette reconstruction de l’opinion publique débouche sur une vision désenchantée de la démocratie. En raison de la clôture des systèmes sociaux, la démocratie ne peut être définie comme un régime politique où la souveraineté du peuple est garantie par sa participation éclairée à l’élaboration de l’opinion publique : « Elle contraint tout d’abord à renoncer, de manière douloureuse, aux attentes de rationalité et aux espoirs placés dans une revitalisation de la “vie” civile républicaine » (2009, p. 172), car il n’y a pas de communication du système politique avec les individus. Luhmann n’en réduit pas pour autant la démocratie à une pure fiction. Il la définit comme un système politique qui se clôt opérationnellement par l’observation de second ordre à travers le médium de l’opinion publique et dont le code est la distinction gouvernement / opposition. La démocratie est un régime politique qui permet une continuelle alternance entre le gouvernement et l’opposition et qui offre un équilibre entre stabilité et variété, lequel permet au système politique de se perpétuer : les gouvernements changent mais le système perdure. Il faut prendre garde à ne pas confondre la sémantique de la démocratie et la réalité. Selon la sémantique démocratique, les électeurs choisissent les personnes qui siègent aux assemblées législatives et indirectement le gouvernement ; le gouvernement prend des décisions que l’administration met en application. En réalité, l’administration prépare les décisions prises par les gouvernements et les parlementaires. L’opinion publique ne fait que réagir en approuvant ou en désapprouvant ces décisions. Les démocraties ne sont donc pas fondées sur la souveraineté du peuple et les élections, mais sur des organisations, des procédures et des institutions qui restent relativement stables et permettent une alternance non violente entre gouvernement et opposition.

10Le rôle du peuple est ainsi purement symbolique. Le récit démocratique est un mythe qui a pour fonction de légitimer le système politique. Le peuple est une fiction produite par cet événement quasi magique qu’est l’élection : « Dans le texte de son autodescription, la démocratie présuppose le peuple comme une sorte d’instance supérieure au sein de laquelle le miracle de la transformation de volontés individuelles en une volonté générale s’accomplit » (2000, p. 366). La notion d’opinion publique participe à ce nécessaire récit fictionnel. Ce que pensent réellement les individus lorsqu’ils votent demeure inconnu et les opinions sont trop diverses pour pouvoir trouver une expression adéquate dans des élections. Ce simple constat interdit de concevoir l’opinion publique comme l’expression générale d’opinions individuelles. Aux yeux de Luhmann, l’opinion publique n’est qu’une construction communicationnelle qui permet au système politique d’accomplir sa fonction, celle de prendre des décisions qui engagent collectivement.

Haut de page

Bibliographie

Habermas Jürgen, 1993, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, trad. M. B. de Launay, Paris, Payot.

— 1997, Droit et démocratie. Entre faits et normes, trad. C. Bouchindhomme et R. Rochlitz, Paris, Gallimard.

Luhmann Niklas, 1999, Politique et complexité. Les contributions de la théorie générale des systèmes, trad. J. Schmutz, Paris, Cerf.

— 2000, Die Politik der Gesellschaft, Francfort-sur-le-Main, Suhrkamp.

— 2009, « Gesellschaftliche Komplexität und öffentliche Meinung », Soziologische Aufklärung, t. 5, 4e édition, Wiesbaden, VS Verlag für Sozialwissenschaften, p. 170‑182.

— 2011, Systèmes sociaux. Esquisse d’une théorie générale, trad. L. S. Sosoe, Laval, Presses de l’université Laval.

— 2013, La réalité des médias de masse, trad. F. Le Bouter, Bienne-Paris, Diaphanes.

Haut de page

Notes

1 Le problème de la complexité est au cœur du systémisme luhmannien et se pose à deux points de vue : en tant que complexité interne et en tant que complexité de l’environnement. Sur le plan interne, un système complexe est un ensemble cohérent d’éléments dans lequel, en raison des limites des capacités de liaison, tous les éléments ne peuvent pas être reliés entre eux. Sur le plan externe, l’environnement est quant à lui toujours plus complexe que le système lui-même. D’où la nécessité d’une réduction de la complexité. Les systèmes doivent réduire la complexité de leur environnement en structurant celle-ci. Mais, afin de réagir aux transformations de leur environnement, un système doit aussi présenter une complexité interne adaptée et suffisante. Les systèmes accroissent leur capacité de traitement de la complexité par la différenciation interne de sous-systèmes.

2 Une irritation désigne un bruit provenant de l’environnement d’un système qui ne devient une information pour le système que lorsqu’il est traité selon son code spécifique, par exemple le code information / non-information pour le système des médias de masse.

3 Fritz Heider (1896-1988) est un psychologue autrichien qui a vécu aux États-Unis à partir de 1930 et qui s’inscrit dans le courant de la psychologie de la forme. Son ouvrage Ding und Form (Chose et forme), paru en 1926, a profondément influencé la théorie des médias de Niklas Luhmann.

4 Pour Luhmann, la communication ne peut être comprise comme la transmission d’informations entre deux consciences. Elle est au contraire définie comme la sélection de trois sélections. L’information concerne le contenu susceptible d’être communiqué ; elle est le résultat d’une opération sélective d’attention à ce qu’il considère comme de l’information dans son environnement. L’énonciation (Mitteillung) est la sélection de ce dont l’émetteur décide de faire part. Elle impose le choix d’un médium et d’une forme, par exemple écrire certaines phrases par e-mail. Enfin, la dernière sélection, la compréhension achève la communication : elle n’implique pas un consensus mais suppose uniquement que le récepteur comprenne que l’information est une énonciation, c’est-à-dire un énoncé intentionnel et non un simple bruit.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Flavien Le Bouter, « L’opinion publique selon Niklas Luhmann », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 26 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/6357 ; DOI : 10.4000/traces.6357

Haut de page

Auteur

Flavien Le Bouter

EHESS, Paris – Université Albert-Ludwig, Fribourg-en-Brisgau

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page