Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Capitalisme et société rurale

Capitalism and rural society
Max Weber
Traduction de Victoria Xardel
p. 133-158

Résumés

Le capitalisme n’a pas les mêmes répercussions dans toutes les régions où il pénètre. Selon les contextes, il peut même avoir des effets paradoxaux, en favorisant des couches sociales de propriétaires oisifs. Voilà ce que cherche à montrer Weber, dans cette conférence de 1904, en se concentrant sur le capitalisme agricole. Dans un premier moment, il compare les campagnes anglaises et américaines à celles du continent européen, où l’héritage historique oppose une résistance à l’invasion de l’esprit capitaliste. Cette inertie s’incarne dans des forces sociales dont Weber esquisse la sociologie : la classe des fonctionnaires d’État, l’armée et la monarchie héréditaire, les Églises, etc. Dans un second temps, Weber se penche sur l’Allemagne, clivée entre ses régions occidentales traditionnellement dédiées à la petite agriculture fermière, mais en pleine industrialisation, et ses confins orientaux voués à la grande agriculture capitaliste des Junker. D’où provient cette différence frappante d’organisation rurale et de destin historique ? Du fait qu’à l’aube des temps modernes, les seigneurs de l’Ouest ont pu continuer à employer leurs serfs comme « source de rente », alors qu’à l’Est, il a fallu les exploiter comme « force de travail » dans de grands domaines.

Haut de page

Texte intégral

I

  • 1 N.d.t. Texte original : Max Weber, « The relations of the rural community to other branches of soci (...)
  • 2 N.d.t. Région du sud des États-Unis, qui va du Mississippi à la Virginie, sur laquelle s’est dévelo (...)

1Votre comité m’a invité à parler de la « communauté rurale », que j’entends au sens de « société rurale », par opposition aux sociétés urbaines et industrielles qui constituent d’autres sujets de votre programme1. Je n’aurais pu répondre à votre invitation si je l’avais considérée dans son sens littéral. L’organisation sociale des campagnes est la plus singulière et la plus étroitement liée au développement historique de toutes les formes de communautés sociales. Il n’aurait pas été raisonnable de parler de la condition rurale de la Russie, de l’Irlande, de la Hongrie ou de la Black Belt2 comme d’un ensemble homogène. Cependant, même en me restreignant aux campagnes touchées par la civilisation capitaliste, il est difficilement envisageable de traiter le sujet sur une base commune à toutes les sociétés rurales. Car la société rurale, à la différence des communautés sociales urbaines, a disparu aujourd’hui d’une grande partie du monde de culture moderne. Elle n’existe plus du tout en Angleterre, sinon peut-être dans l’esprit des rêveurs. Celui qui détient la propriété permanente de la terre, le propriétaire foncier, n’est pas un agriculteur mais un bailleur ; celui qui en détient la propriété temporaire, le tenant du bail ou fermier, est un entrepreneur, un capitaliste comme les autres. Les travailleurs se répartissent entre travailleurs saisonniers, migrants, et travailleurs journaliers : ils appartiennent à la même classe que les autres prolétaires. Tous se rassemblent pour un temps, puis se dispersent. S’il y a un problème spécifique posé par la société rurale, c’est le suivant : savoir si cette communauté ou société rurale qui n’existe plus pourrait se reformer à nouveau, solidement et durablement, et par quels moyens.

2Aux États-Unis, du moins dans les vastes régions céréalières, ce que l’on pourrait appeler « société rurale » n’existe plus. La vieille ville de Nouvelle-Angleterre, le village mexicain, la plantation cultivée par des esclaves ne déterminent plus la physionomie de la campagne. Les conditions particulières que les colons ont rencontrées dans les forêts primitives et la prairie ont disparu. Le fermier américain est un entrepreneur comme un autre. Le monde agricole connaît certes de nombreux problèmes, d’un caractère essentiellement technique, ou encore liés aux politiques de transport. Ces problèmes ont joué leur rôle politique et ont été brillamment discutés par les chercheurs américains.

3Mais là encore, il n’existe pas de problème spécifiquement lié à la société rurale. Il n’en existe plus depuis que l’esclavage a été aboli et qu’a été résolue la question du contrôle et de l’organisation de cet immense espace de peuplement que l’Union avait acquis dans l’Ouest américain. Aujourd’hui, les problèmes sociaux du sud des États-Unis, même dans les régions rurales, sont essentiellement ethniques, et non économiques. Il est impossible d’établir une théorie de la communauté rurale comme formation sociale spécifique sur la base de questions concernant l’irrigation, les tarifs de chemins de fer ou les lois sur la propriété, aussi importantes soient-elles. Peut-être en ira-t-il différemment à l’avenir. Mais s’il y a quelque chose de spécifique dans les conditions rurales des grands États américains producteurs de blé, il s’agit – pour parler en termes généraux – de l’individualisme absolu de l’économie des fermiers, et la propension du fermier à être un simple homme d’affaires. La situation est sensiblement différente sur le continent européen. Il convient d’expliquer brièvement sous quels aspects et pour quelles raisons la situation est différente.

  • 3 N.d.t. Le terme anglais est sans nul doute la traduction de l’allemand Kultur, qui a longtemps dési (...)

4La différence est due aux effets spécifiques du capitalisme lorsqu’il pénètre sur les terres des pays d’ancienne culture3, ainsi qu’à la densité de population plus importante de ces pays. Si une nation, comme l’Allemagne, subvient aux besoins de ses habitants dont le nombre est à peine inférieur à celui de la population blanche des États-Unis dans un espace plus petit que l’État du Texas ; si elle est déterminée à maintenir sa position politique et l’importance de la culture dont elle est porteuse dans le monde sur cette base étroite et limitée, la façon dont l’espace géographique sera réparti est d’une importance déterminante pour la stratification sociale ainsi que pour les conditions économiques et politiques du pays. En raison de la très forte densité de population et de la faible valeur de la force de travail, la possibilité d’accéder rapidement à la propriété foncière, lorsqu’on n’en a pas hérité, est limitée. Par conséquent, la stratification sociale est inamovible – un sort qui guette aujourd’hui votre propre pays. Un tel état de fait augmente le pouvoir de la tradition historique, déjà très étendu dans la production agricole, où ce qu’on appelle la « loi du rendement décroissant de la terre », davantage déterminée par les limites naturelles des conditions de production et par la limitation plus stricte de la qualité et de la quantité des moyens de production, permet de diminuer l’importance des révolutions techniques. En dépit des progrès techniques, la production agricole est bien moins susceptible de connaître une révolution due à la seule division rationnelle du travail ou à sa concentration, à l’accélération des rotations du capital, ou encore à la substitution de matières premières inorganiques et d’instruments de travail mécaniques aux matières premières organiques et à la simple force humaine de travail.

5Cette prédominance inévitable du pouvoir de la tradition dans le monde agricole crée et maintient, sur le continent européen, des types de population rurale qui n’existent pas dans les jeunes pays comme les États-Unis ; le premier de ces types est le paysan européen.

  • 4 N.d.t. Cette remarque se rapporte probablement à l’Évangile selon saint Matthieu, VI, 28 : « Consid (...)

6Ce paysan [Bauer] se distingue radicalement du fermier [Farmer] d’Angleterre ou d’Amérique. De nos jours le fermier anglais est parfois un remarquable entrepreneur, et un producteur intégré au marché ; presque toujours, il loue les terres qu’il cultive. Le fermier américain est un agriculteur [Landwirt] qui s’est considérablement enrichi, en achetant les terres qui constituent sa propriété, ou en s’établissant parmi les premiers colons ; il n’en est que rarement locataire. Il produit pour le marché qui, dans ce cas, existe depuis plus longtemps que le producteur. Dans la plupart des cas, le paysan européen à l’ancienne était un homme qui avait hérité de sa terre et produisait principalement pour ses propres besoins. En effet, en Europe, le marché est plus récent que le producteur. Bien entendu, cela fait des années que le paysan vend le surplus de sa production, et quoiqu’il travaille et qu’il file4, il ne parvient plus à satisfaire ses besoins par lui-même. Pour autant, il ne produit pas pour faire du profit, comme un homme d’affaires : les deux derniers millénaires ne l’ont pas éduqué à cela. Jusqu’à la Révolution française, le paysan européen était considéré comme un simple instrument destiné à soutenir certaines classes dirigeantes. Son devoir était avant tout d’approvisionner, à moindre coût, la ville voisine en nourriture. La ville interdisait le commerce rural et l’exportation de blé tant que ses citoyens n’avaient pas été approvisionnés. Il en a été ainsi jusqu’à la fin du xviiie siècle. Subvenir aux besoins de la ville, artificiellement et au détriment de la campagne, était également une priorité pour les princes, qui voulaient enrichir leurs propres domaines et tirer d’importants revenus de l’impôt. De surcroît le paysan était condamné à entretenir, par ses services et les taxes payées, le seigneur foncier, qui possédait des droits sur la terre, et bien souvent aussi sur la vie du paysan. Il en a été ainsi jusqu’aux révolutions de 1789 et 1848. Le paysan devait également payer au dirigeant politique un impôt, dont le noble était exempté. Il devait fournir des recrues à l’armée, alors que les habitants des villes étaient exemptés de service. Il en a été ainsi jusqu’à ce que ces privilèges d’exemptions d’impôts soient abolis, au xixe siècle, lorsque le service militaire est devenu le devoir de chacun.

7Pour conclure, le paysan était dépendant de la communauté de production agricole dans laquelle l’ordre social semi-communiste l’avait placé deux millénaires plus tôt. Il ne pouvait gérer la terre comme il le voulait, mais devait se plier aux ancestrales rotations des cultures prescrites par la tradition. Il en a été ainsi jusqu’à l’abolition de ces liens semi-communistes. Même après l’abolition de cette dépendance règlementaire, le paysan ne pouvait pas devenir un petit agriculteur produisant rationnellement à l’instar, par exemple, du fermier américain. En plus de l’organisation sociale des villages, qui contraste fortement avec les conditions d’existence individuelles du fermier américain, de nombreux vestiges des anciennes relations communistes ont perduré après l’émancipation des paysans : les conditions d’usage des forêts, de l’eau, des pâturages, et même de la terre arable, qui unissaient les paysans entre eux de manière extrêmement solide et les attachaient à une forme d’agriculture traditionnelle, ont survécu à l’émancipation des paysans. Mais à ces vestiges du passé que l’Amérique n’a jamais connus, certains facteurs se sont ajoutés aujourd’hui, dont l’Amérique aussi connaîtra les effets un jour – les effets du capitalisme moderne dans les pays d’ancienne culture pleinement peuplés. Le territoire national restreint dote la propriété foncière d’une considération sociale particulière, et suscite une tendance à la conserver, par legs, dans la famille. La surabondance de la force de travail diminue le désir de l’économiser par l’utilisation de machines. Désormais, d’une part l’exode vers les villes et les pays étrangers rend la main-d’œuvre limitée et coûteuse, et d’autre part le prix élevé de la terre à l’achat et sa division héréditaire diminuent le capital de l’acheteur. S’enrichir par le biais de l’agriculture est impossible en Europe de nos jours. Aux États-Unis, il en ira bientôt de même. Nous ne devons pas oublier que l’effervescence moderne de la civilisation capitaliste est en lien direct avec la consommation insouciante des irremplaçables matières premières naturelles. L’approvisionnement en charbon et en minerai se poursuivra à l’avenir, pour une période qu’il est difficile de déterminer à l’heure actuelle. Mais les nouvelles forces productives et les nouvelles terres arables s’épuisent ; en Europe, elles n’existent plus. L’agriculteur ne peut espérer, en tant que fermier, gagner plus d’un modeste équivalent pour son travail. En Europe et aux États-Unis, il est dans une large mesure exclu des belles perspectives qui s’offrent aux spéculateurs du monde des affaires.

  • 5 N.d.t. En français dans le texte.
  • 6 N.d.t. Idem.
  • 7 N.d.t. Littéralement « conflit de culture, lutte pour la civilisation ». Ce terme se réfère au comb (...)

8Dans le domaine de l’agriculture, l’explosion de la concurrence capitaliste moderne se heurte à un courant conservateur contraire, et c’est précisément dans les pays d’ancienne culture où le capitalisme monte en puissance que ce contre-courant est le plus vif. L’usage de la propriété foncière comme placement de capitaux, combiné à la baisse du taux d’amortissement des intérêts par rapport à la valeur sociale traditionnelle des terres rurales, a fait grimper le prix du foncier à de tels sommets que les terrains agricoles sont toujours achetés en partie à fonds perdu5, comme un droit d’entrée6 dans une certaine couche sociale. C’est ainsi que le capitalisme provoque l’augmentation du nombre de propriétaires oisifs en même temps qu’augmente le capital disponible pour les entreprises agricoles. On voit là les paradoxes du capitalisme ; ces paradoxes sont le fondement de cette société rurale singulière qu’est la plaine germano-polonaise. Dans les pays d’ancienne culture, les différences générées par le capitalisme prennent la forme d’un Kulturkampf7. L’ancienne organisation économique posait la question : comment puis-je fournir, à partir d’une terre donnée, travail et subsistance au plus grand nombre d’hommes possible ? Le capitalisme, lui, réfléchit autrement et demande : comment puis-je obtenir pour le marché, à partir de cette terre, des récoltes aussi abondantes que possible avec le moins d’hommes possible ? Du point de vue technique et économique du capitalisme, l’ancienne population rurale du pays est considérée comme surnuméraire. C’est tout autant dans les mines, les fonderies et les usines que le capitalisme contribue à produire les récoltes. La tradition, forte de milliers d’années, se bat contre l’invasion de cet esprit capitaliste.

9Cette lutte prend parfois la forme d’une paisible transformation. Dans certains secteurs de la production agricole, le petit paysan, s’il parvient à se libérer des entraves de la tradition, est capable de s’adapter aux nouvelles conditions de l’agriculture. La hausse de la rentabilité dans les environs des villes, la hausse des prix de la viande, des produits laitiers et des légumes du jardin, les soins constants que le petit fermier indépendant voue aux jeunes bovins et la dépense qu’exigerait le fait d’embaucher créent généralement des conditions de travail très favorables au petit fermier qui travaille seul, à proximité des riches centres de l’industrie. Cet exemple connaît des pendants partout où le processus de production se développe dans le sens d’une intensification croissante du travail, et non du capital.

10L’ancien paysan se mue alors, comme nous l’observons en France et dans le sud-ouest de l’Allemagne, en ouvrier qui possède ses moyens de production et qui persévère dans cette indépendance parce que l’intensité et la qualité de son travail, renforcées par son propre intérêt et sa capacité à s’adapter à la demande du marché local, lui procurent une supériorité économique : supériorité qui continuerait d’exister même si l’agriculture à grande échelle prédominait.

  • 8 N. d. t. Depuis le début du xixe siècle, les statistiques montrent une baisse continue de la natali (...)

11Le grand succès qu’a eu la formation de coopératives parmi les petits fermiers du continent doit être mis au compte de ces avantages ancestraux que le travail des petits agriculteurs possède dans certains aspects de la production, en opposition au travail saisonnier des plus gros fermiers. Ces coopératives ont été les moyens les plus influents d’éducation paysanne à l’agriculture. Mais à travers ces coopératives, de nouvelles communautés agricoles se sont créées, qui lient les paysans les uns aux autres et modifient leurs manières de penser et d’appréhender le monde, les éloignant de la forme exclusivement individualiste que prend la lutte économique pour la survie dans un contexte de concurrence. Encore une fois, cet état de fait est rendu possible parce que l’importance considérable des conditions naturelles de la production agricole – l’ancrage territorial, la temporalité, les matières premières et leur nature commune – restreint la concurrence entre les fermiers. Mais là où cette économie particulière, avec une dominante de petites fermes, n’existe pas, là où le sentiment de responsabilité lié au travail et à sa qualité disparaît derrière le capital, l’ancien paysan doit lutter pour subsister en se faisant le mercenaire du capital. C’est la forte valeur de la propriété foncière qui fait du paysan un sujet du capital et le tient psychologiquement sous sa coupe : la perte de son domaine signifierait pour lui la dégradation d’une terre d’ancienne culture par une grande dissociation économique et sociale. Généralement, la lutte du paysan pour l’existence se mue en une sélection économique en faveur des plus frugaux, c’est-à-dire en faveur de ceux dont la culture est la plus faible. La pression de la concurrence agricole n’est pas ressentie par celui qui use de ses produits pour sa propre consommation plutôt que d’en faire commerce, vendant seulement de temps à autre un peu de ceci pour acheter un peu de cela. C’est ainsi qu’une certaine régression vers l’agriculture vivrière se produit parfois. Ce n’est qu’avec le système français des « deux enfants »8 que le paysan parvient à se maintenir, pendant des générations, comme petit propriétaire d’une terre héritée. Les obstacles que rencontre le paysan qui souhaite devenir un agriculteur moderne favorisent la dissociation entre la possession et la gestion de la terre : le propriétaire foncier conserve son capital pour l’entreprise économique, gardant ainsi la possibilité de se retirer de l’agriculture. Dans une certaine mesure le gouvernement cherche à créer un équilibre entre la propriété foncière et le fermage.

12Le paysan ne peut demeurer paysan et ne peut pas non plus devenir propriétaire terrien, étant donné le coût élevé de la terre.

13Il n’est pas vraiment possible de parler d’une « lutte » entre le capitalisme et la puissance de l’influence historique, en l’occurrence ici de conflits croissants entre le capital et la propriété de la terre. Il s’agit plutôt d’un processus de sélection doublé d’un processus de privation. Les conditions sont très différentes là où une multitude de paysans désorganisés se retrouvent démunis et pris dans les maillages financiers des villes et là où il existe une strate aristocratique au-dessus des paysans, qui lutte non seulement pour son existence économique mais aussi pour la préservation du statut social que l’histoire des siècles lui a accordé. C’est tout particulièrement le cas lorsque l’attachement aristocratique à la campagne ne passe pas seulement par l’intérêt financier, comme chez le grand propriétaire foncier anglais, ni seulement par les loisirs et les sports, mais lorsque les représentants de cette classe aristocratique sont impliqués dans la lutte économique en tant qu’agriculteurs, et conservent ainsi un lien étroit avec les campagnes.

  • 9 N.d.t. George Gordon Byron, dit Lord Byron (1788-1824), poète anglais. Il s’engagea politiquement d (...)
  • 10 N.d.t. Les Junker étaient, dans l’Allemagne de Weber, des aristocrates propriétaires de grands doma (...)

14C’est alors que les effets destructeurs du capitalisme sont les plus forts. La propriété foncière donnant accès à un statut social, le prix des grands domaines s’envole largement au-dessus de la valeur de leur production. « Pourquoi Dieu dans son ire l’a-t-il créé ? » Voici la réponse : « Fermages ! Fermages ! Fermages ! » écrit Byron9 au sujet du landlord anglais. Et, de fait, les fermages sont la base économique qui assure à l’aristocratie le revenu lui autorisant l’existence de loisir et de bon goût qu’elle souhaite. Mais précisément parce que le Junker10 prussien méprise la possession urbaine de l’argent, le capitalisme fait de lui le débiteur des rentiers urbains. Il en résulte une tension forte et croissante entre ville et campagne. Le conflit entre le capitalisme et la tradition est désormais assez politiquement dessiné pour que la question se pose de savoir si le pouvoir urbain et politique doit passer dans les mains du capitalisme urbain ; de savoir si les petits centres ruraux de l’intelligence politique avec leur culture sociale affirmée doivent se désintégrer au profit des villes qui, seules porteuses de la culture politique, sociale et esthétique, occuperaient le champ de bataille. Et cette question est la même que celle de savoir si ceux qui étaient en mesure de consacrer leur vie à la politique et l’État, comme l’était la vieille aristocratie foncière économiquement indépendante, doivent être remplacés par un corps exclusif de politiciens professionnels qui vivraient de la politique et de l’État. Aux États-Unis, cette question a été tranchée, en tout cas pour le moment, par l’une des guerres les plus sanglantes des temps modernes, qui a pris fin avec la destruction des centres aristocratiques, sociaux et politiques des campagnes. Même en Amérique, avec les traditions démocratiques que le puritanisme a érigées en héritage de toute éternité, la victoire sur l’aristocratie des planteurs a été difficile, acquise à la faveur de grands sacrifices politiques et sociaux. Mais dans les pays d’ancienne culture, les choses sont beaucoup plus compliquées. Car la lutte entre la puissance des représentations historiques et la pression des intérêts capitalistes met en jeu des forces sociales, comme les adversaires du capitalisme bourgeois, forces sociales qui étaient en partie inconnues aux États-Unis, ou se tenaient plutôt du côté du Nord.

15Quelques remarques à ce sujet :

16Dans les pays d’ancienne culture, où la possibilité d’expansion économique est limitée, le monde des affaires et ses représentants joue nécessairement un rôle beaucoup plus faible que dans un pays émergent. L’importance de la classe des responsables d’État est nécessairement beaucoup plus grande en Europe qu’aux États-Unis. L’organisation sociale infiniment plus complexe rend nécessaire la formation d’une foule de fonctionnaires, employés à vie. Fait qui n’existera aux États-Unis que marginalement, même après que le mouvement de réforme de la fonction publique aura atteint tous ses objectifs. Bien que sa période d’éducation pré-universitaire soit plus brève et plus intense, le juriste et fonctionnaire allemand est âgé d’environ trente-cinq ans lorsque, après une phase de préparation et d’activité non salariée, il obtient un emploi rémunéré. Par conséquent, il ne peut être issu que d’un milieu aisé. D’autre part, il est préparé à des activités peu ou pas rémunérées, et ne peut espérer trouver de compensation que dans le statut social élevé lié à sa vocation ; en l’éloignant du monde des affaires, cette formation le place du côté de ses adversaires.

17Dans les pays d’ancienne culture, comme en Allemagne, la nécessité d’une armée puissante pour le maintien de l’indépendance vient conforter, en ce qui concerne les institutions politiques, le soutien à une dynastie héréditaire. Même un partisan convaincu des institutions démocratiques – et j’en suis un – ne peut souhaiter l’abolir là où elle a été préservée. Parce qu’elle a un intérêt personnel à la préservation de la loi et d’un gouvernement aux formes légales, une telle dynastie reste dans les États militaires, historiquement au moins, la meilleure sinon la seule forme qui permette de prévenir le règne césarien de l’épée imposé par des militaires parvenus, ce dont la France est encore et toujours menacée.

18Une monarchie héréditaire – on peut en juger théoriquement – garantit à un État, contraint d’être un État militaire, la plus grande liberté civile – aussi grande que faire se peut dans une monarchie – et, tant que la monarchie ne dégénère pas, elle aura le soutien politique de la majorité de la nation. Le Parlement anglais sait parfaitement pourquoi il a proposé la couronne à Cromwell, et l’armée de Cromwell sait tout aussi parfaitement pourquoi elle lui a intimé de la refuser.

19Une telle dynastie héréditaire privilégiée possède une affinité naturelle avec les détenteurs d’autres privilèges sociaux. À ces forces conservatrices des pays européens appartient l’Église. D’abord l’Église catholique romaine qui, dans les pays européens, en raison tout simplement de la multitude de ses fidèles, est une puissance d’une importance tout à fait différente de celle des pays anglo-saxons ; de même pour l’Église protestante. Ces deux Églises soutiennent le paysan dans sa conduite prudente de la vie, contre l’imposition de la culture urbaine rationaliste. Le mouvement coopératif rural se tient, dans une large mesure, sous la direction de membres du clergé, qui sont les seuls détenteurs de l’autorité dans les campagnes. Points de vue religieux, politiques et économiques s’entremêlent. En Belgique, les coopératives rurales sont les instruments du parti clérical dans le conflit qui l’oppose aux socialistes ; ces derniers sont soutenus par les associations de consommateurs et de producteurs. En Italie, il est rare que celui qui ne présente pas son certificat de première communion trouve crédit auprès de certaines associations coopératives. Même l’aristocratie d’un pays trouve un fort soutien dans l’Église, bien que l’Église catholique soit, dans un sens social, plus démocratique aujourd’hui qu’autrefois. L’Église approuve les conditions patriarcales de travail parce qu’elles relèvent de relations personnelles et humaines, contrairement aux relations d’ordre seulement commercial que le capitalisme crée. L’Église est pénétrée par le sentiment que seigneur et serf peuvent entretenir une relation douée d’une profondeur éthique, contrairement aux relations perpétrées par le marché du travail. De vifs contrastes, historiquement conditionnés, qui ont toujours séparé le catholicisme et le luthéranisme du calvinisme, renforcent cette disposition anticapitaliste des Églises européennes.

20Enfin, dans un pays d’ancienne culture, l’« aristocratie culturelle » qui englobe une large part de la population sans intérêt économique privé, la Bildungsaristokratie, comme elle aime à se faire appeler, est plus sceptique et critique à l’égard de la marche triomphale du capitalisme que ne peut naturellement et légitimement l’être un pays comme les États-Unis, par exemple.

21Lorsque la formation intellectuelle et esthétique se fait profession, ses représentants se raccrochent, par une affinité profonde, à tous les porteurs de l’ancienne culture sociale, parce que pour eux cette profession ne peut pas et ne doit pas être une source de profit. Ils regardent avec méfiance l’abolition des conditions traditionnelles de la communauté et l’anéantissement de toutes les valeurs éthiques et esthétiques auxquelles ils se sentent liés. Ils doutent que la domination du capital puisse donner de meilleures garanties, plus durables que celles que l’aristocratie du passé a données, à la liberté personnelle, au développement intellectuel, esthétique, social et à la culture qu’ils représentent. Ils ne veulent être gouvernés que par ceux dont ils considèrent la culture sociale équivalente à la leur ; par conséquent, ils préfèrent la domination de l’aristocratie économiquement indépendante à celle du politicien professionnel. Ainsi, il arrive de nos jours dans les pays de culture – et c’est à plus d’un égard un fait grave et singulier – que les représentants des intérêts culturels supérieurs regardent vers le passé, nourrissent une antipathie profonde et une opposition envers l’évolution inévitable du capitalisme et refusent de participer à l’élaboration des structures de l’avenir.

22En outre, les masses disciplinées d’ouvriers créées par le capitalisme sont naturellement enclines à s’unir dans un parti de classe, si de nouveaux champs de décision leur restent inaccessibles et si l’ouvrier prend conscience qu’il restera toute sa vie un prolétaire. Ce phénomène apparaîtra inévitablement ici, aux États-Unis, si tant est qu’il n’y soit pas déjà apparu. Phénomène qui ne constitue pas un obstacle à la marche en avant du capitalisme, les chances des ouvriers de gagner le pouvoir politique étant insignifiantes. Pour autant, les ouvriers affaiblissent le pouvoir de la bourgeoisie et renforcent celui de ses adversaires aristocratiques. La chute du libéralisme allemand bourgeois est fondée sur l’efficacité conjointe de tous ces facteurs. Ainsi dans les vieux pays, où il existe une telle communauté rurale, aristocratiquement différenciée, un ensemble complexe de problèmes sociaux et politiques se pose.

23Un Américain ne peut pas comprendre l’importance des questions agraires sur le continent européen, notamment en Allemagne et particulièrement au sein de la politique allemande, et parviendra à des conclusions parfaitement faussées s’il ne garde pas cet ensemble complexe à l’esprit. Il y a une combinaison particulière de facteurs à l’œuvre dans ces pays du Vieux Monde qui explique le contraste par rapport aux conditions américaines. Outre la nécessité de solides préparatifs militaires, ces facteurs sont essentiellement au nombre de deux. Le premier facteur est un phénomène qui n’a jamais existé dans la plus grande partie de l’Amérique et qui peut être désigné sous le nom de rémanence, c’est-à-dire l’influence qu’exerce une ancienne forme de l’organisation sociale rurale en voie de disparition. Le second facteur concerne des circonstances qui ne sont pas encore à l’œuvre en Amérique, mais auxquelles ce pays, si exalté par l’augmentation de la population et par chaque hausse de la valeur de la terre, sera infailliblement exposé, exactement comme l’Europe l’a été : ces circonstances concernent la densité de population, la valeur élevée de la terre, ajoutées au développement de l’emploi en strates différenciées et aux conditions particulières qui en découlent et en vertu desquelles la communauté rurale des terres de vieille culture s’oppose au capitalisme, ainsi que l’influence des grandes forces sociales et politiques que seul le Vieux Continent a connues. De telles circonstances sont à l’origine de certains effets spécifiques que le capitalisme produit encore aujourd’hui en Europe, effets que les États-Unis connaîtront certainement à l’avenir.

24En conséquence de toutes ces influences, le capitalisme européen, au moins sur le continent, possède une dimension autoritaire particulière qui contraste avec l’égalité des droits juridiques que les Américains ressentent en général nettement. Ces tendances autoritaires et le sentiment anticapitaliste de tous ces éléments au sein de la société continentale dont je vous ai parlé trouvent leurs bases sociales dans le conflit entre l’aristocratie rurale et la bourgeoisie urbaine. Cependant, sous l’influence du capitalisme, l’aristocratie rurale a subi de profondes transformations intérieures qui ont complètement altéré son caractère passé. Par l’exemple de l’Allemagne, je voudrais montrer comment ce conflit s’est installé par le passé et comment il se poursuit dans le présent.

II

25L’organisation sociale des campagnes en Allemagne présente des contrastes qu’un voyageur ne manquerait pas d’observer : plus on va vers l’ouest et vers le sud, plus l’habitat rural est dense, plus les petits fermiers prédominent, plus les cultures sont disséminées et variées ; plus on va vers l’est, et en particulier vers le nord-est, plus les champs de céréales, de betterave sucrière et de pommes de terre sont étendus, plus la culture à grande échelle prévaut, plus la classe rurale de travailleurs journaliers sans propriété qui s’oppose à l’aristocratie des propriétaires fonciers est nombreuse. Cette différence est d’une grande importance.

  • 11 N.d.t. Herrenhaus : de 1855 à 1918, ce terme désigne la « Chambre haute » du parlement prussien ; e (...)

26La classe des propriétaires fonciers ruraux, composée notamment de nobles résidant dans la région à l’est de l’Elbe, est la classe politique dominante en Allemagne. La première Chambre de Prusse11 représente cette classe, à laquelle la loi électorale donne aussi une position déterminante dans la Chambre des députés de Prusse. Elle est très influente au sein du corps des officiers de l’armée, ainsi que parmi les fonctionnaires prussiens et la diplomatie allemande, qui repose presque exclusivement entre les mains des nobles. L’étudiant allemand adopte le mode de vie de ces derniers dans les fraternités étudiantes de l’université, tout comme le fait la bourgeoisie des « officiers de réserve », à laquelle appartient une part croissante des Allemands les plus instruits. Les sympathies et antipathies politiques de ces nobles expliquent nombre des positions les plus décisives de la politique étrangère allemande. Leur obstruction empêche la progression de la classe ouvrière ; seuls, les industriels ne seraient pas assez puissants pour s’opposer aux ouvriers lors des élections démocratiques du Reichstag. Ils sont les piliers du protectionnisme que l’industrie seule n’aurait jamais pu obtenir. Ils soutiennent l’orthodoxie dans l’Église d’État. Ces vestiges de l’autoritarisme, qui surprennent l’étranger – qui ne voit que le côté extérieur de l’Allemagne, et n’a ni le temps ni l’occasion de pénétrer l’essence de la culture allemande – et qui sont à l’origine des opinions erronées qui se murmurent dans les pays étrangers au sujet de l’Allemagne, sont les résultats directs ou indirects de l’influence de ces classes, tout comme nombre des contrastes les plus importants de nos politiques intérieures reposent sur la différence d’organisation sociale de la population rurale entre l’Est et l’Ouest.

27La question se pose : comment cette différence peut-elle être expliquée historiquement ? Car elle n’a pas toujours existé. Il y a cinq siècles la seigneurie foncière dominait l’organisation sociale des campagnes. Aussi variées qu’étaient les conditions de dépendance du paysan, et aussi complexe qu’était l’organisation sociale du pays, il existait pourtant une certaine forme d’harmonie aux xiiie et xive siècles : les domaines du seigneur féodal, souvent vastes, n’étaient nulle part, pas même dans l’Est, cultivés à grande échelle ; si le seigneur cultivait une partie de sa propriété, ces cultures étaient à peine plus grandes que celles des paysans. La plus grande partie de son revenu dépendait, de loin, des impôts que les paysans versaient. Il s’agit de l’une des questions les plus importantes de l’histoire sociale allemande : comprendre comment de cette relative uniformité (entre l’Ouest et l’Est) a surgi ce fort contraste.

  • 12 N.d.t. Georg Friedrich Knapp (1842-1926) est un économiste allemand appartenant, comme Weber qui ad (...)
  • 13 N.d.t. Littéralement, les « propriétaires de biens chevaleresques » (de châteaux forts notamment), (...)
  • 14 N.d.t. Expression allemande signifiant « ils privaient les paysans de leur terre ». Ce mouvement d’ (...)

28La seigneurie foncière exclusive a été dissoute au début du xixsiècle, d’une part à la suite de la Révolution française ou des idées qu’elle a contribué à diffuser, et d’autre part à la suite de la révolution de 1848 ; la division des droits de propriété de la terre entre les seigneurs et les paysans a été abolie, les corvées et impôts auxquels les paysans étaient soumis ont été supprimés. Les brillantes études du professeur G. F. Knapp12 et de son école ont montré que, pour la constitution agraire qui avait cours alors et qui perdure encore aujourd’hui, la question suivante était décisive : comment s’effectuerait la répartition de la terre entre les anciens seigneurs et les paysans après la dissolution de la communauté seigneuriale ? Dans l’Ouest et le Sud la terre est revenue (ou est restée), en majeure partie, aux mains des paysans ; mais à l’Est, une grande part de la terre est tombée dans les mains des anciens maîtres du paysan, la petite noblesse des Rittergutsbesitzer13, qui y ont établi une culture à grande échelle grâce aux travailleurs indépendants. C’est parce que la solidité de la constitution agraire s’était déjà émoussée, avant même l’émancipation des paysans, qu’ils y sont parvenus. La différence entre l’Est et l’Ouest, si elle a été creusée par cette nouvelle répartition de la terre, n’a donc pas été fondée sur elle. La différence existait depuis le xvie siècle et n’avait cessé depuis lors de prendre de l’ampleur. Avant sa dissolution, la seigneurie foncière avait déjà connu des changements internes. De toute part, dans l’Est et dans l’Ouest, l’effort des seigneurs fonciers visait avant tout à augmenter leurs revenus. Ce désir avait surgi avec l’invasion du capitalisme, la richesse croissante des habitants des villes et la possibilité croissante de la vente de produits agricoles. Ces transformations datent du xiiie siècle à l’Ouest et au Sud, du xve siècle à l’Est. Les différentes façons dont les seigneurs s’y prenaient pour assouvir ce désir étaient caractéristiques. Dans le Sud et l’Ouest, ils sont restés des seigneurs fonciers [Grundherren], c’est-à-dire qu’ils ont augmenté le taux des rentes, des intérêts et des taxes qui pesaient sur les paysans ; mais ils ne se sont pas mis à cultiver eux-mêmes leurs terres. Dans l’Est par contre, ils sont devenus seigneurs cultivateurs ; ils se sont approprié une partie de la terre des paysans (sie legten Bauern, comme le dit l’expression14), et une fois constituée une grande propriété, ils sont devenus agriculteurs. Les paysans étaient alors réquisitionnés comme serfs pour cultiver leurs terres. La culture à grande échelle existait ici – dans une moindre mesure seulement et grâce au travail des serfs – avant même l’émancipation des paysans ; ce ne fut pas le cas dans l’Ouest. Quelle est la cause de cette différence ?

29Lorsque cette question est discutée, on insiste toujours sur l’influence du pouvoir politique ; et en effet, ce pouvoir avait grand intérêt à se pencher sur la formation de la constitution agraire. Dans la mesure où le chevalier était exempté d’impôt, le paysan était le seul dans le pays à en payer. Lorsque des armées permanentes ont été établies, les paysans leur ont fourni des recrues. Combinés à des perspectives mercantilistes, ces facteurs ont amené l’État territorial à interdire par décret le Bauernlegen, c’est-à-dire l’appropriation de la terre par les seigneurs, protégeant ainsi les fermes des paysans. Là où la politique avait une forte influence, cette stratégie a bien réussi ; là où la noblesse était puissante, elle n’a eu que des effets médiocres. Si l’on suit ce raisonnement, les différences de constitution agraire de l’Est seraient donc fondées en grande partie sur ces rapports de pouvoir. Nous constatons pourtant que dans l’Ouest et le Sud, en dépit de la plus grande faiblesse d’un grand nombre d’États et de la facilité avec laquelle ils auraient pu accaparer les terres des paysans, les seigneurs ne s’y essaient absolument pas. Ils ne montrent aucun désir de s’établir eux-mêmes comme agriculteurs et de mettre en place une agriculture à grande échelle en écartant les paysans. L’établissement d’un droit des paysans à la terre ne peut donc pas avoir été une raison décisive. À l’Est, un grand nombre de paysans munis de solides droits de propriété ont disparu ; à l’Ouest, même ceux qui avaient les droits de propriété les plus défavorables sont restés sur leurs terres, parce que les seigneurs n’ont absolument pas cherché à les en chasser.

30La question décisive serait donc : comment se fait-il que le seigneur du Sud et de l’Ouest allemands, bien qu’il ait eu amplement l’occasion de s’approprier les terres des paysans, s’en soit abstenu, alors que le seigneur de l’Est a privé les paysans de leurs terres en dépit de la résistance et de la puissance de l’État ?

31La question peut être posée différemment. En renonçant à se les approprier, le seigneur de l’Ouest n’a pas renoncé à utiliser les terres des paysans comme une source de revenus : il s’est simplement servi des paysans comme d’un revenu fiscal, alors que le seigneur de l’Est, en devenant agriculteur, a choisi de considérer les paysans comme une force de travail. La question à poser serait donc plutôt : pourquoi en est-il allé différemment à l’Est et à l’Ouest ?

  • 15 N.d.t. Georg von Below (1858-1927) est un historien allemand conservateur, spécialiste du Moyen Âge (...)

32Comme dans la plupart des développements historiques, il serait assez improbable qu’une raison unique puisse être la cause exclusive de la différence de conduite des propriétaires, et hasardeux par rapport aux sources dont nous disposons. Une longue série de facteurs étiologiques ont été apportés en guise d’explication, en particulier par le professeur von Below dans l’enquête désormais classique que propose son ouvrage Territorium und Stadt15. La question est de savoir si ces perspectives peuvent être approfondies, en particulier sur le plan économique. Examinons les points de divergence entre les seigneurs fonciers de l’Est et de l’Ouest lorsqu’ils cherchaient à obtenir des paysans davantage que les impôts traditionnels.

  • 16 N.d.t. Dans l’Allemagne du Sud-Ouest, les Weistümer désignent des règles coutumières de droit rural (...)

33La création d’exploitations de grande envergure était facilitée pour les seigneurs de l’Ouest par le fait que leur seigneurie foncière ainsi que le patrimoine des pouvoirs publics avaient grandi en grignotant les terres et les libertés traditionnelles des populations ; il en allait différemment à l’Est, qui était un territoire colonial. Ici, c’est l’organisation sociale patriarcale slave qui avait été accaparée par les ecclésiastiques allemands en raison de leur éducation supérieure, par les commerçants et les artisans allemands en raison de leurs compétences technique et commerciale étendues, par les chevaliers allemands en raison de leur technique militaire supérieure et par les paysans allemands en raison de leur connaissance supérieure de l’agriculture. En outre, au temps de la conquête de l’Est, l’organisation sociale allemande et celle des pouvoirs politiques avaient été complètement féodalisées. L’organisation sociale de l’Est était, dès le début, adaptée à la prééminence sociale du chevalier, ce que l’invasion allemande n’avait que peu modifié. Le paysan allemand, même dans les conditions les plus favorables de la colonisation, avait perdu le soutien que lui conféraient, même à l’époque féodale, les traditions solides, les anciennes protections mutuelles et la juridiction de la communauté inscrite dans les Weistümer16 de l’Ouest. La paysannerie slave, qui était généralement plus nombreuse, ne connaissait rien à ces traditions. D’ailleurs, dans l’Ouest, les parcelles de terre qui composaient les domaines des seigneurs étaient entremêlées, même dans les villages isolés ayant surgi peu à peu des terres vierges ; partout les droits patrimoniaux des petits seigneurs se recoupaient et, grâce à leur variété et aux conflits qu’ils généraient, ils garantissaient l’existence laborieuse du paysan. Bien souvent le paysan était personnellement, politiquement et économiquement soumis à plusieurs seigneurs différents. Dans l’Est, un seul seigneur détenait à la fois le pouvoir économique et les droits patrimoniaux sur un même village. La formation d’un « manoir », au sens anglais d’un domaine agricole seigneurial, était facilitée par le fait que, plus souvent et dès le départ, un seul chevalier établissait sa cour dans le village ou en reprenait l’organisation sociale slave. Enfin, il y a un facteur important, que le professeur von Below pointe comme une contrainte particulière : la propriété des chevaliers de l’Est, à l’origine petite en proportion de l’ensemble du territoire d’un village, était néanmoins généralement beaucoup plus grande que dans l’Ouest. Par conséquent, l’élargissement de sa propriété était, pour le seigneur, non seulement beaucoup plus facile que dans l’Ouest, mais aussi idéologiquement beaucoup plus accessible. Il existait ainsi dès le tout début, dans la façon dont se distribuait la terre, une première incitation à la dissociation entre l’Est et l’Ouest. Mais cette différence de taille originelle des propriétés seigneuriales était liée, à la base, à des différences de conditions économiques entre l’Est et l’Ouest ; et déjà au Moyen Âge, les conditions d’existence considérablement différentes de la classe sociale dirigeante s’étaient établies sur ces différences économiques.

34L’Ouest était plus densément peuplé et, point à notre sens décisif, le commerce local, l’échange interne de marchandises entre les petites communautés locales était sans aucun doute plus développé que dans l’Est. Fait logique vu qu’il y avait aussi davantage de villes à l’Ouest. Ces échanges plus soutenus sont en partie dus au simple fait que la civilisation de l’Ouest était, à tous égards, plus ancienne ; et en partie à une différence géographique moins évidente quoique importante : la plus grande diversité des cultures agricoles de l’Ouest en comparaison avec l’Est. Considéré d’un point de vue purement technique, le commerce sur les vastes plaines de l’est de l’Allemagne aurait dû rencontrer moins d’obstacles que dans le territoire beaucoup plus découpé et divisé de l’Ouest. Mais les possibilités techniques offertes au commerce ne déterminent pas l’intensité des échanges. Au contraire, comme à l’Ouest et au Sud les terres basses, les vallées, les rivières et les plateaux s’entremêlent, comme les conditions climatiques et les conditions de la production de biens sont très différentes dans des zones restreintes, l’incitation économique au commerce et au développement d’échanges intenses était beaucoup plus forte que dans les grandes plaines de l’Est, où bien souvent les villes voisines n’avaient rien à échanger les unes avec les autres (c’est toujours le cas aujourd’hui) dans la mesure où nombre d’entre elles produisaient les mêmes biens, conséquence de la plus grande uniformité de la production causée par leur situation géographique. Pour toutes ces raisons, les conditions historiques et naturelles pour un commerce local intense étaient (et sont encore) plus favorables à l’Ouest.

35L’un des mérites du professeur von Below est d’avoir mis en évidence le fait que, au Moyen Âge, la chevalerie de l’Ouest n’était ni exclusivement, ni même principalement fondée sur la possession territoriale. Les impôts, les péages, les loyers, les taxes qui dépendaient d’une certaine intensité de la circulation locale y ont contribué. C’était sans doute beaucoup moins le cas à l’Est (et cela l’est toujours moins aujourd’hui). Celui qui souhaitait vivre comme un chevalier devait plutôt fonder son existence sur le revenu de sa propre entreprise agricole. Les grandes organisations visant à la production de biens destinés au commerce extérieur, comme celle de l’Ordre teutonique, ne sont qu’un aspect différent de la même réalité ; la monotonie de la production de l’Est contraignait de faire commerce avec des régions plus éloignées, et tout nous indique que l’économie monétaire locale demeurait considérablement inférieure à celle de l’Ouest. Si les estimations, probables mais très incertaines, sont à peu près correctes, les conditions d’existence des paysans de l’Est et de l’Ouest doivent avoir été très différentes. Il est peu probable que le seigneur aurait pris le risque de se lancer dans une entreprise agricole et de se frotter au monde marchand peu amène, s’il avait pu vivre à l’Est comme à l’Ouest sur les taxes, péages, dîmes, et les fermages des paysans. Nous pouvons supposer les raisons pour lesquelles les conditions de l’Ouest n’ont pas vu le jour à l’Est : pour les rendre possibles, les paysans auraient dû être, économiquement, en mesure de payer des impôts d’une importance considérable, suffisants pour couvrir les exigences du seigneur ; il est loin d’être évident que les paysans auraient pu se le permettre. Cela aurait supposé que l’intérêt propre du paysan pour la productivité de sa terre atteignît un certain niveau et que lui-même bénéficiât d’une certaine éducation économique. Cependant, rien ne peut se substituer à l’influence éducatrice qu’exercent sur le paysan la formation intensive de communautés urbaines, un commerce local bien développé et la possibilité et l’incitation à vendre les produits ruraux sur les marchés locaux les plus proches possible. Cette grande différence peut être étudiée par la comparaison du paysan de la plaine du pays de Bade avec le paysan de l’Est.

36Ce n’est pas la différence naturelle des qualités physiques et chimiques du sol ni la différence dans le talent économique des races, mais le milieu économique historiquement établi qui constitue le facteur déterminant dans les différents résultats de l’agriculture paysanne.

37Un certain nombre de villes dans une zone donnée était nécessaire pour inspirer à la masse des paysans un degré d’intérêt suffisant pour la production, qui permettait au seigneur de tirer d’eux les moyens nécessaires à sa subsistance, en utilisant les paysans comme « source de rente ». Là où manquaient ces influences de la civilisation, que même le travail et la volonté les plus sérieux ne peuvent remplacer, le paysan était le plus souvent privé des occasions et des encouragements susceptibles de le pousser à utiliser le revenu de sa terre au-delà de la mesure traditionnelle de ses propres besoins.

38Pourtant, en comparant leur nombre et leur superficie, on constate que les villes étaient beaucoup moins nombreuses à l’Est qu’à l’Ouest et au Sud. Le développement de l’agriculture à grande échelle dans l’Est date de manière caractéristique d’une époque où les villes ne sont pas en développement, mais en décadence, et même dans une forme de décadence tout à fait notable. Compte tenu de son surplus de céréales, le développement de l’Est s’est orienté vers la constitution d’un territoire d’exportation agricole, avec toutes les caractéristiques que cela implique. Cette tendance a atteint son point culminant au cours du siècle dernier, après l’abolition en Angleterre des droits de douane sur les céréales. À l’inverse, de larges régions de l’Ouest nécessitaient, même à la fin du Moyen Âge, l’importation de denrées alimentaires, en particulier de viande. Globalement, le contraste s’exprime plus clairement par la différence des prix en ce qui concerne presque tous les produits agricoles de l’Est et de l’Ouest en faveur de ce dernier : cette différence ne s’est estompée que récemment, en raison des primes cachées à l’exportation du grain que nous accordons maintenant depuis une décennie. Les chemins de fer avaient légèrement atténué cette différence, mais elle restait encore très marquée au milieu du siècle dernier. Les sources numismatiques allemandes peu fiables, ajoutées aux nombreuses autres difficultés techniques, nous empêchent d’obtenir une quantité suffisante d’éléments sérieux en ce qui concerne le Moyen Âge, mais il semble presque impossible qu’il en soit allé très différemment à cette époque-là, mises à part d’importantes variations dans des cas précis.

39Si, donc, le seigneur foncier de l’Est souhaitait employer ses paysans de manière plus intensive, il rencontrerait beaucoup plus de difficultés à les utiliser comme source de rente, à cause de l’arriération traditionnelle de la paysannerie de l’Est, de la faiblesse des marchés locaux pour les produits agricoles et de la moindre intensité du commerce. Il s’agit certes d’une hypothèse qui reste à prouver par les sources, mais je tiens à attribuer à cette circonstance une importance beaucoup plus grande qu’on ne l’a fait jusqu’à présent, pour autant que je sache. Le seigneur de l’Est a choisi la méthode de l’exploitation de son propre domaine agricole non pas parce que l’entreprise de grande envergure était techniquement plus rationnelle – si cela avait été le cas, cela aurait également été vrai pour l’Ouest –, mais parce que, historiquement, ce fut le seul moyen possible d’obtenir un revenu plus élevé. Il est devenu un seigneur actif, tandis que le paysan, lié de plus en plus à la terre, est devenu un serf, contraint de donner ses enfants à son seigneur comme valets, de fournir chevaux et chariots pour l’exploitation, de mettre à l’œuvre toute l’année durant sa force de travail pour toutes sortes de travaux, tandis que ses propres terres étaient de plus en plus considérées comme une simple récompense pour son travail. En dépit de l’opposition de l’État, le seigneur a constamment agrandi la terre qu’il cultivait. Et plus tard, l’émancipation des paysans n’aurait pu conduire comme cela eut lieu en France le 4 août 1789, à l’anéantissement des seigneurs fonciers de la constitution agraire de l’Allemagne de l’Est. Non seulement parce qu’un État pauvre comme l’était l’État prussien, à l’industrie encore peu développée, aurait difficilement pu se passer des services gracieux qu’ils rendaient à l’administration et à l’armée, mais surtout parce que le décret de l’abrogation des droits féodaux, qui a transformé le lien entre paysans et seigneurs en une communauté de production, n’a pas statué sur le point le plus important : le sort de la terre, considérée comme une possession du seigneur, et non du paysan. Déclarer tout simplement que la propriété de la terre revenait aux paysans, comme l’a fait plus tard la Pologne russe à des fins politiques, afin de ruiner la noblesse polonaise, aurait anéanti en Prusse quelque vingt mille entreprises de grande échelle reposant sur ces domaines, les seules que le pays possédait alors ; cela n’aurait pas fait disparaître une classe de rentiers comme en France. Si bien que seule une partie des paysans de ces grands domaines, et seule une partie de leurs terres ont été sauvées de l’expropriation. Le reste a été concédé aux seigneurs.

40De façon de plus en plus affirmée, l’Est s’est imposé comme le siège du capitalisme agricole au moment où le capitalisme industriel s’établissait à l’Ouest. Cette tendance a été parachevée par l’établissement de la barrière douanière de la frontière russe, qui a supprimé l’arrière-pays nécessaire à toute émergence d’une industrie à grande échelle dans l’Est, telle qu’elle s’est au contraire développée juste de l’autre côté de la frontière de la Pologne russe.

41Né dans de telles conditions, le Rittergutsbesitzer prussien de l’Est, littéralement le chevalier propriétaire d’un domaine, était un phénomène social très différent du seigneur foncier anglais. Le landlord est généralement bailleur d’un terrain, et non agriculteur. Ses sources de revenus ne sont pas les paysans, comme au Moyen Âge, mais les entreprises capitalistes de culture de la terre. Il a le monopole du sol. Grâce à l’ingénieux mécanisme juridique de l’« incessibilité » qui, comme tous les monopoles à caractère capitalistique, s’est imposé par une lutte incessante avec le droit, le domaine en sa possession reste dans la famille. Il est protégé de toute transaction commerciale, de toute division par cession ou par legs et de toute obligation légale. Le seigneur se tient en dehors de la communauté de la production rurale. Parfois, il assiste son locataire par des prêts de capitaux, mais il jouit d’une existence inviolable en tant que bailleur. Socialement, il est un véritable enfant du capitalisme né sous la pression des effets paradoxaux que j’ai mentionnés, et que le capitalisme produit dans les sociétés intégralement peuplées soumises à une organisation sociale aristocratique. L’aristocrate propriétaire foncier [landed aristocrat] veut vivre comme un gentilhomme oisif. Son aspiration est d’obtenir des rentes, pas de faire du profit. La taille techniquement suffisante du domaine et la taille de la propriété nécessaire à sa subsistance ne sont d’aucune manière en harmonie l’une avec l’autre : une exploitation plus intensive, dans le contexte allemand, demande par exemple la diminution de la taille de la propriété ; à l’inverse, le luxe grandissant de la classe aristocratique exige son agrandissement, surtout lorsque le prix des produits agricoles chute. Chaque achat, chaque dédommagement des cohéritiers grève le domaine de lourdes dettes, alors que l’exploitation du domaine devient de plus en plus sensible aux éventuelles fluctuations du marché à mesure qu’elle s’agrandit et s’intensifie. Néanmoins, une telle évolution qui, coordonnée à l’augmentation de la densité de la population et à la valeur croissante de la terre, met en danger de nos jours l’existence d’une agriculture rationnelle à grande échelle, est neutralisée dans une constitution agraire comme celle de l’Angleterre. Au lieu du monopole d’État sur les terres que réclament beaucoup de réformateurs, c’est l’extrême opposé qui a été réalisé – le monopole privé de la terre. Mais à certains égards, d’un point de vue économique, le monopole privé de la terre produit des effets analogues à ceux du monopole d’État ; il retire la terre de la circulation commerciale et sépare son usage de sa possession. Chacun peut maintenant suivre sa propre voie. Les intérêts du fermier capitaliste qui s’efforce de faire du profit à la manière d’un entrepreneur et les intérêts du propriétaire foncier qui récolte les fermages et se soucie avant tout de préserver la position sociale dont il a hérité se côtoient sans se contrecarrer, comme avec l’entreprise agricole des propriétaires indépendants. Il en résulte une résistance supérieure aux crises agricoles, car le choc d’une crise s’abat alors sur deux épaules solides, celles du propriétaire disposant du monopole de la terre et celles de l’agriculteur capitaliste. Ses conséquences se feront sentir dans les baisses des loyers, peut-être par un changement de locataire et une diminution graduelle de la terre cultivée, mais la crise n’aura pas d’impact semblable à une destruction soudaine de nombreux domaines agricoles ou une brusque dégradation sociale d’un grand nombre de familles de propriétaires fonciers.

  • 17 N.d.t. Une section est une unité de mesure anglo-saxonne qui correspond à un mille carré, soit 260  (...)

42Les circonstances pour le Junker de Prusse-Orientale sont très différentes. Le Junker est un employeur rural, un homme d’un type profondément bourgeois, dont la réputation repose sur la taille de son patrimoine et de ses revenus. Il possède à peine plus d’une et demie à deux « sections »17 états-uniennes mais, par tradition, il mène grande vie et ses besoins sont aristocratiques. Il est généralement le propriétaire de la terre qu’il cultive, qui est vendue et hypothéquée, évaluée pour les legs testamentaires, et qu’il a acquise en compensant les cohéritiers ; les intérêts à payer sur ses emprunts pèsent continuellement sur ses finances. Il s’expose donc en tant que propriétaire à la fluctuation des prix du marché ; il est impliqué dans tous les conflits économiques et sociaux, qui menacent toujours directement son existence. Tant que l’exportation de céréales en Angleterre a prospéré, il était le plus fervent partisan du libre-échange et le plus féroce adversaire de la jeune industrie allemande de l’Ouest qui avait besoin d’une protection douanière ; mais lorsque la concurrence de terres plus jeunes et moins chères l’a chassé du marché mondial avant de l’attaquer jusque dans sa propre maison, il est devenu l’allié le plus important de ces industries qui, contrairement à d’autres branches importantes de l’industrie allemande, demandaient une protection douanière. Il s’est joint à elles dans une lutte commune contre les revendications des ouvriers. Pendant ce temps, le capitalisme avait affaibli la position sociale du Junker et de ses ouvriers. Dans la première moitié du siècle dernier, le Junker était un patriarche rural. Ses ouvriers, les paysans dont il s’était approprié autrefois les terres, n’étaient en aucun cas des prolétaires. Les modestes rentrées d’argent du Junker ne lui permettaient pas de leur verser un salaire, mais il leur donnait à la place une ferme, de la terre et le droit de pâturage pour leurs vaches ; pendant les moissons et en échange du battage, ils recevaient une certaine partie de la récolte, payée directement en blé. Les ouvriers étaient, à petite échelle, des agriculteurs qui nourrissaient un intérêt direct dans l’exploitation du domaine leur seigneur. Mais la valeur croissante de la terre a précipité leur expropriation ; le seigneur a commencé à reprendre les pâturages et les terres, à garder sa récolte, et il a payé des salaires à la place. C’est ainsi que l’ancienne communauté d’intérêts a été dissoute et que les ouvriers agricoles se sont transformés en prolétaires. L’entreprise agricole est devenue une entreprise saisonnière, limitée à quelques mois de travail. Le seigneur s’est mis à embaucher une main-d’œuvre agricole migrante, car l’emploi d’ouvriers agricoles oisifs une partie de l’année aurait été un fardeau trop lourd.

43Plus l’industrie allemande de l’Ouest a grandi, jusqu’à atteindre sa taille actuelle, plus la population a connu de profonds changements ; l’émigration a atteint son point culminant dans l’est de l’Allemagne, où la population d’importantes régions était exclusivement composée des seigneurs et des ouvriers qui leur étaient asservis, et d’où les ouvriers agricoles ont fui pour échapper à leur isolement et à cette dépendance patriarcale, soit en traversant l’océan jusqu’aux États-Unis, soit en s’enfonçant dans la fumée et l’air poussiéreux, mais socialement plus libre, des usines allemandes. Les propriétaires des domaines ont commencé à faire venir d’ailleurs leurs ouvriers : des Slaves (polonais), main-d’œuvre bon marché, qui chassaient les Allemands. Le propriétaire du domaine se comporte désormais comme tout homme d’affaires ; il y est contraint, mais ses habitudes aristocratiques contrastent avec une telle conduite. Il aimerait être un seigneur foncier et se voit obligé de devenir un entrepreneur commercial et un bourgeois. Et ce sont d’autres puissances qui cherchent à s’arroger le rôle de seigneur à sa place.

44Les capitalistes industriels et commerciaux acquièrent en effet de plus en plus de terres. Les fabricants et les commerçants qui se sont enrichis rachètent les domaines des chevaliers, en attachent la possession à leur famille par des « fideicommis » (« commission de confiance » ou « incessibilité »), et cherchent, grâce à l’acquisition de ces domaines, à se hisser dans les rangs de l’aristocratie. Le fideicommis du parvenu est un phénomène caractéristique du capitalisme dans les vieux pays de monarchie militaire aux traditions aristocratiques. Dans l’est de l’Allemagne, il se passe ce qui s’est passé en Angleterre pendant des siècles, jusqu’à aboutir à la situation actuelle. L’Amérique en fera aussi l’expérience dans les temps à venir, mais seulement après que toutes les terres libres auront été accaparées et que le pouls économique du pays battra plus faiblement.

45Il est vrai qu’aux États-Unis le fardeau de la tradition historique pèse peu et que les problèmes qui découlent de la puissance de la tradition n’existent pas : mais les effets de la puissance capitaliste sont d’autant plus forts et conduiront, tôt ou tard, au développement accru des monopoles sur les terres. Lorsque la terre deviendra suffisamment précieuse, au point d’assurer à son propriétaire un certain revenu, lorsque l’accumulation des grandes fortunes aura atteint un point encore plus élevé qu’aujourd’hui et lorsque la possibilité de gagner des bénéfices proportionnés à des investissements réguliers dans le commerce et l’industrie sera diminuée au point que les « capitaines d’industrie » commenceront à lutter pour la préservation de leurs biens héréditaires au lieu de faire de nouveaux investissements, source commune du gain et du risque – comme cela a eu lieu partout dans le monde –, alors, en effet, les familles capitalistes en viendront à désirer former une « noblesse », sinon dans la forme, du moins dans les faits. Les représentants du capitalisme ne se contenteront plus de leurs jeux inoffensifs, comme les recherches généalogiques ou les démonstrations d’exclusivité sociale qui surprennent tant les étrangers. C’est seulement lorsque le capital en sera arrivé à ce point-là, lorsqu’il monopolisera largement la terre, qu’une vaste question sociale rurale se posera aux États-Unis, une question que l’épée ne tranchera pas, contrairement à la manière dont fut tranchée la question de l’esclavage. Les monopoles industriels et les trusts sont des institutions limitées dans le temps ; les conditions de production évoluent et le marché ne permet aucune valeur économique permanente. Il leur manque également le caractère autoritaire et la fonction politique qui distinguent le pouvoir des aristocraties. Le monopole de la terre, en revanche, créera immanquablement une aristocratie politique.

46En ce qui concerne l’Allemagne, les tendances de développement à long terme établissent progressivement dans l’Est des conditions proches de celles de l’Angleterre, tandis qu’en ce qui concerne l’organisation sociale du pays, le Sud-Ouest présente des similitudes avec la France. En raison du climat, l’élevage intensif à l’anglaise n’est cependant pas possible dans l’est du pays. Le capital n’absorbe que les terres les plus favorables à l’agriculture ; et tandis que les zones moins propices en Angleterre demeurent incultes et servent de pâturages à moutons, ce sont les petits agriculteurs qui les détiennent dans l’Est allemand. Qu’il s’agisse de deux nations, les Allemands et les Slaves, en lutte l’une avec l’autre sur le plan économique donne à ce processus une tournure particulière. Pour l’heure les paysans polonais, qui ont moins de besoins que les Allemands, semblent prendre le dessus.

47Alors que sous la pression des conjonctures du marché, le modeste fermier slave, économe, gagne ainsi du terrain sur le fermier allemand, l’avancée de la civilisation vers l’Est, qui durant le Moyen Âge s’était fondée sur la supériorité d’une plus vieille et plus ancienne culture, s’est complètement inversée sous l’effet du principe capitaliste de « la main-d’œuvre la moins chère ». Nul ne peut dire si les États-Unis auront également à affronter de tels problèmes dans le futur. La présente diminution du nombre des entreprises agricoles dans les États producteurs de blé résulte d’une exploitation de plus en plus intensive et de la division du travail. Mais le nombre de fermes noires et l’exode rural s’accroissent également. Si, par ce biais, le pouvoir d’expansion de la colonisation germano-anglo-saxonne des territoires ruraux et la natalité des anciennes populations indigènes décroissent et si, en même temps, l’importante immigration d’éléments dénués de culture en provenance d’Europe de l’Est s’accroît, alors nous pourrions voir émerger, ici aussi, une population rurale qui ne pourra pas être assimilée par la culture historiquement transmise dans ce pays. Cette population pourrait changer pour toujours l’esprit des États-Unis et former une communauté d’un type entièrement différent de cette grande création de l’esprit anglo-saxon.

48En Allemagne, toutes les questions fatidiques de politique économique et sociale et d’intérêt national sont étroitement liées à ce contraste entre l’organisation rurale de l’Est et de l’Ouest et à son accroissement. Il ne me semble pas approprié de discuter ici, dans un pays étranger, des problèmes pratiques qui en découlent. Le destin, en nous lestant d’une histoire millénaire, en nous propulsant dans un pays à la population dense et à l’agriculture intensive, nous contraignant ainsi de préserver la splendeur de notre vieille culture comme de l’intérieur d’un camp fortifié au milieu d’un monde qui résonne du bruit des armes, nous met face à ces problèmes. Nous devons nous y confronter.

49La nation amie, dont nous sommes les invités, n’a pas encore rencontré de tels problèmes ; il y en a plusieurs qu’elle ne rencontrera probablement jamais. Elle ne possède pas de vieille aristocratie ; par conséquent, les tensions causées par le contraste entre la tradition autoritaire et le caractère commercial des conditions économiques modernes n’existent pas. À juste titre, cette nation célèbre l’acquisition de son immense territoire, dont nous sommes ici au centre, comme le véritable sceau historique imprimé sur ses institutions démocratiques. Sans cette acquisition, entourée de voisins puissants et belliqueux, elle serait forcée de porter la cotte de mailles, tout comme nous qui gardons en permanence, en cas de guerre, l’ordre de marche de nos armées dans les tiroirs de nos bureaux. Néanmoins, la plus grande partie des problèmes que nous travaillons en ce moment à résoudre pénétrera en Amérique d’ici quelques générations ; et la manière dont ces problèmes seront résolus déterminera le caractère que prendra la future culture de ce continent. Il n’a peut-être jamais été plus facile pour une nation de devenir une grande nation de culture que pour le peuple américain. Mais selon toute probabilité humaine, c’est aussi la dernière fois, aussi longtemps que l’histoire de l’humanité durera, que les conditions d’une telle marche vers la liberté et la grandeur seront réunies, car les zones de terre libre disparaissent partout dans le monde.

  • 18 N.d.t. Thomas Carlyle (1795-1881) est un écrivain, historien et satiriste écossais dont les écrits (...)

50Un de mes collègues ici présent a cité les mots de Carlyle18 : « Des milliers d’années se sont écoulées avant que tu viennes à la vie, et des milliers d’années encore attendent en silence de voir ce que tu feras de cette vie. » J’ignore si, comme le croit Carlyle, l’individu sera capable, ou voudra jauger ses actes à l’aune de cette remarque. Mais une nation le doit, si elle veut laisser durablement sa marque dans l’histoire.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Texte original : Max Weber, « The relations of the rural community to other branches of social science », Congress of Arts and Science. Universal Exposition, St. Louis, 1904, vol. 7, H. J. Rogers éd., Boston - New York, Houghton Mifflin, 1906. Compte tenu de l’histoire mouvementée de ce texte (voir supra la note introductive d’Aurélien Berlan : « Le capitalisme face aux puissances historiques. Max Weber à Saint Louis, Missouri »), la traduction a été réalisée sur la base de l’édition critique établie par Peter Ghosh: « Max Weber on “The Rural Community” : a critical edition of the English text », History of European Ideas, vol. 31, no 3 (2005), p. 327-366. Les termes allemands entre crochets [] sont les notions que Weber, comme Ghosh le suppose, avait probablement utilisées dans son allocution. La traductrice remercie Marc Lenormand et Aurélien Berlan pour leur relecture attentive et leur aide pour les notes. La revue remercie également Catherine Colliot-Thélène pour le soutien qu’elle a apporté à la réalisation de cette traduction.

2 N.d.t. Région du sud des États-Unis, qui va du Mississippi à la Virginie, sur laquelle s’est développée une agriculture de plantation reposant sur une main-d’œuvre noire, esclave jusqu’à son émancipation à la fin de la guerre de Sécession.

3 N.d.t. Le terme anglais est sans nul doute la traduction de l’allemand Kultur, qui a longtemps désigné ce que les Français appelaient « civilisation » et connoté l’idée de « progrès », à la fois matériel et moral. Mais à l’époque de Weber, le terme Kultur a été massivement utilisé par les idéologues allemands nationalistes comme notion opposée à la Zivilisation purement « matérielle » de la France et de l’Angleterre : la Kultur se met alors à désigner, en lien avec la Bildung, l’héritage intellectuel et moral qu’il conviendrait d’opposer à la nouvelle civilisation capitaliste. Vu l’importance de ce terme dans le texte de Weber, qui le prend parfois au sens large de civilisation et parfois au sens plus étroit de culture (comme ensemble de valeurs et d’idées), nous avons choisi de varier la traduction en fonction du contexte, tout en privilégiant le terme français « culture ». Le lecteur doit donc garder à l’esprit que les termes « culture » (sauf au sens agricole) et « civilisation » traduisent la même notion allemande de Kultur.

4 N.d.t. Cette remarque se rapporte probablement à l’Évangile selon saint Matthieu, VI, 28 : « Considérez comment croissent les lys des champs : ils ne travaillent ni ne filent ; cependant je vous dis que même Salomon, dans toute sa gloire, n’a jamais été vêtu comme eux. »

5 N.d.t. En français dans le texte.

6 N.d.t. Idem.

7 N.d.t. Littéralement « conflit de culture, lutte pour la civilisation ». Ce terme se réfère au combat que le protestantisme prussien, incarné par Bismarck, a mené contre le catholicisme au nom de la Kultur (au sens où ce terme était au début du xixe siècle un quasi-synonyme de progrès – le catholicisme papiste était dénoncé comme une arriération). Le Kulturkampf a constitué le cœur de la vie politique du début de l’ère impériale. Comme souvent, le caractère religieux du conflit était assorti d’enjeux politiques, dans un Empire à peine unifié sous la férule prussienne (la Prusse est protestante, le sud de l’Allemagne est catholique ; les catholiques constituaient une force politique qui occupait le « centre » au Reichstag), et des enjeux économiques : les régions catholiques montraient moins d’enthousiasme pour la grande modernisation capitaliste soutenue par l’Empire, raison pour laquelle on parle de « combat au nom de la civilisation », de cette Kultur moderne qu’une partie des protestants était fière d’incarner face à la minorité catholique.

8 N. d. t. Depuis le début du xixe siècle, les statistiques montrent une baisse continue de la natalité en France, même dans les campagnes. L’hexagone était alors considéré comme l’exemple type d’un pays formé de familles peu nombreuses (deux enfants).

9 N.d.t. George Gordon Byron, dit Lord Byron (1788-1824), poète anglais. Il s’engagea politiquement dans plusieurs luttes pour la liberté ; en Angleterre aux côtés des Luddites, en Italie auprès des Carbonari et en Grèce en faveur de l’indépendance.

10 N.d.t. Les Junker étaient, dans l’Allemagne de Weber, des aristocrates propriétaires de grands domaines, qu’ils exploitaient de plus en plus de manière capitaliste (voir la seconde partie du texte).

11 N.d.t. Herrenhaus : de 1855 à 1918, ce terme désigne la « Chambre haute » du parlement prussien ; elle était composée des princes de la maison royale, de représentants des grandes familles nobles, de grands administrateurs et de personnes nommées par le roi.

12 N.d.t. Georg Friedrich Knapp (1842-1926) est un économiste allemand appartenant, comme Weber qui admirait sa théorie étatique de la monnaie, à l’école historique en économie politique. Weber fait sans doute référence à ses premiers travaux en histoire agraire : Die Bauernbefreiung und der Ursprung der Landarbeiter in den älteren Teilen Preußens, 2 volumes, Leipzig, Altenburg, 1887, et Grundherrschaft und Rittergut, Leipzig, Duncker & Humblot, 1897.

13 N.d.t. Littéralement, les « propriétaires de biens chevaleresques » (de châteaux forts notamment), de ces biens ou domaines féodaux conditionnant le droit de siéger dans les parlements de province.

14 N.d.t. Expression allemande signifiant « ils privaient les paysans de leur terre ». Ce mouvement d’appropriation des terres paysannes par les seigneurs fonciers désireux d’agrandir un domaine qu’ils exploitaient eux-mêmes pouvait passer par l’expropriation pure et simple des paysans ou le rachat de leurs terres (obtenu en général par le recours à des moyens de pression).

15 N.d.t. Georg von Below (1858-1927) est un historien allemand conservateur, spécialiste du Moyen Âge et auteur d’un recueil d’essais intitulé Territorium und Stadt. Aufsätze zur deutschen Verfassungs-, Verwaltungs- und Wirtschaftsgeschichte, Munich - Leipzig, Oldenburg, 1900.

16 N.d.t. Dans l’Allemagne du Sud-Ouest, les Weistümer désignent des règles coutumières de droit rural dont la transmission se faisait en général oralement.

17 N.d.t. Une section est une unité de mesure anglo-saxonne qui correspond à un mille carré, soit 260 hectares.

18 N.d.t. Thomas Carlyle (1795-1881) est un écrivain, historien et satiriste écossais dont les écrits ont connu une vaste influence à l’époque victorienne. Inclassable, à la fois chrétien et radical, conservateur et idéaliste, il est l’auteur de textes très controversés, qui sont le fruit d’un curieux croisement entre le puritanisme anglican et le romantisme allemand.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Max Weber, « Capitalisme et société rurale », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/6346 ; DOI : 10.4000/traces.6346

Haut de page

Auteur

Max Weber

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page