Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Le capitalisme face aux puissances historiques

Max Weber à Saint Louis, Missouri
Capitalism against historical powers. Max Weber at Saint Louis, Missouri
Aurélien Berlan
p. 125-132

Texte intégral

1Le texte de Max Weber que nous proposons en traduction est issu d’une conférence faite en septembre 1904 au Congress of Arts and Science qui s’est tenu à Saint Louis, Missouri (États-Unis d’Amérique), en marge de l’Exposition universelle. Le congrès se voulait à l’image de cette dernière : cent cinquante conférenciers étrangers y ont été invités et près d’une centaine s’y sont effectivement retrouvés. Weber avait accepté l’invitation d’Hugo Münsterberg, psychologue germano-américain et organisateur du congrès en charge de recruter les intervenants germanophones, mais ce qui l’intéressait était moins le congrès en lui-même que la possibilité de réaliser un projet vieux de dix ans au moins : voir de ses propres yeux les États-Unis, ce pays-continent où la recherche capitaliste du gain « connaît un déchaînement extrême », comme il pourra l’écrire par la suite (Weber, 2003, p. 251).

  • 1 C’est cette version à peine retouchée, malgré ses défauts évidents, qui a été retenue par les édite (...)
  • 2 Par exemple, quand il est question, en plein milieu de la première partie, de la « formation of cor (...)

2En dépit de son immense intérêt, cette allocution n’était toujours pas disponible en français. Cela tient à l’histoire de ce texte qui, au regard de strictes exigences philologiques, présente un grave défaut, pour d’aucuns rédhibitoire : l’original, en allemand, sur lequel s’est appuyé Weber lors de son allocution n’a pas été conservé. La seule version disponible à ce jour est la traduction anglaise du tapuscrit remis par Weber aux organisateurs du congrès, traduction publiée en 1906 dans les actes du congrès sous un titre assez abscons, dont il n’est pas sûr qu’il soit de l’auteur : « Les relations de la communauté rurale avec d’autres branches des sciences sociales » (Weber, 1906)1. Or, cette traduction n’a de toute évidence pas été revue par son auteur et présente nombre de défauts : elle semble très littérale et comporte beaucoup d’erreurs, identifiables même sans l’original2.

  • 3 Notons que Gerth a ensuite traduit ce texte en allemand sous un titre légèrement différent et plus (...)

3En conséquence, divers éditeurs ont été tentés de réviser le texte de 1906. Hans Gerth, sociologue germano-américain, décide ainsi en 1946 de le corriger et de lui donner un nouveau titre, offrant une meilleure idée de son contenu : « Capitalisme et société rurale en Allemagne »3. Cette seconde version a été réalisée pour être intégrée au recueil d’essais que Gerth coédite alors avec Charles Wright Mills, afin de mieux faire connaître la pensée de Weber aux États-Unis (Gerth et Wright Mills éd., 1946, p. 383 et suivantes). Cinquante ans plus tard, Peter Ghosh reprend le chantier, estimant que Gerth a entrepris son travail de révision de manière « assez libre, sans aucune considération des méthodes critiques ». « Si certaines des modifications textuelles qu’il a suggérées sont intelligentes et fécondes, d’autres sont indubitablement des erreurs » (Ghosh, 2005b, p. 368). Il propose alors en 2005 une troisième version anglaise de ce texte, revenant en deçà de certains choix contestables de Gerth (l’omission des deux premières phrases, la substitution de feudal à gentlemany, etc.), tout en conservant certaines des corrections que Gerth avait apportées à la version de 1906 (Ghosh, 2005a).

4Nous nous sommes donc fondés sur l’édition de Ghosh, la plus récente et la mieux établie, pour réaliser cette traduction. Cependant, nous nous sommes également inspirés des tentatives de Gerth pour trouver un titre correspondant mieux au contenu du texte – titre qui, il ne faut donc pas l’oublier, n’est pas de l’auteur lui-même, bien qu’il semble plus adéquat au contenu du texte. Surtout connu à l’époque pour ses travaux d’histoire agraire, Weber était en effet invité pour parler de la « communauté rurale ». Il précise dès le début de cette conférence qu’il entend ce terme au sens de « société rurale » et qu’il se limitera, compte tenu de la diversité de ce qui peut être subsumé sous cette notion, « aux campagnes touchées par la civilisation capitaliste », c’est-à-dire à la problématique des relations entre « capitalisme et société rurale ».

5Dans l’œuvre de Weber, l’intérêt de ce texte est double, en raison de son contenu et de sa place charnière dans l’itinéraire intellectuel de son auteur.

6D’une part, il constitue l’une des présentations les plus synthétiques que Weber a faites sur la pénétration du capitalisme dans les campagnes et ses effets sur la société rurale, un thème qui a été au centre de ses premières recherches. Dans la seconde partie, il propose en outre une analyse serrée des défis politiques de l’Allemagne de son temps. Habituellement peu enclin à condenser ses idées, Weber y a été poussé par le contexte dans lequel cette communication s’inscrit. Il en résulte un texte particulièrement dense, et dont l’intérêt réside précisément en ce que de multiples aspects de la pensée de Weber s’y trouvent entremêlés.

7D’autre part, cette conférence a été écrite pendant l’été 1904, entre la rédaction de la première et de la seconde partie de L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme, l’ouvrage le plus célèbre de Weber dont elle constitue, en quelque sorte, un « commentaire » ou un « supplément » (Ghosh, 2005b, p. 368 et 386). Alors que L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme est consacré surtout à l’éthique protestante, la conférence de Saint Louis est centrée sur le capitalisme et sa puissance de pénétration universelle, expliquant que Weber ait pu y voir ensuite la « puissance qui pèse le plus lourdement sur le destin de notre vie moderne » (Weber, 1996, p. 493). Mais, de même que L’éthique protestante témoignait d’une approche originale du capitalisme, en s’intéressant moins à la forme de ce « mode de production » qu’à son « esprit », la conférence américaine est tout entière centrée sur le « capitalisme agricole », à rebours de la plupart des autres analystes qui l’identifiaient alors au secteur industriel. Déplacer le regard vers « l’esprit du capitalisme » allait de soi pour Weber qui savait à quel point le capitalisme ne se limite pas au seul secteur industriel mais façonne, avant même la révolution industrielle, le monde agricole, notamment en Angleterre.

8De ce point de vue, la conférence de Saint Louis fait le lien entre les deux grands centres d’intérêt de Weber dans la première phase de ses travaux, avant qu’il ne déplace son attention vers le problème de la rationalisation et du « rationalisme occidental » : d’un côté, la question du capitalisme, présente dès sa thèse de droit, Sur l’histoire des sociétés de commerce au Moyen Âge (Weber, 2008 [1889]), et d’un autre côté, la question agraire qui est au centre de ses premières recherches empiriques sur la Prusse-Orientale (Weber, 1984 ; 1993, p. 368-462) et des prises de position politique afférentes (Weber, 1993 ; 2004, notamment p. 111 et suivantes), puis de ses recherches historiques sur l’Antiquité (Weber, 1998). Plus précisément, Weber cherche dans cette conférence à montrer comment le capitalisme produit des effets différents, et même « paradoxaux », selon les contextes historiques où il pénètre.

9Dans une première partie, Weber oppose les pays où la société rurale n’existe plus, comme l’Angleterre et les États-Unis, aux pays du vieux continent européen où « le passé, fort de milliers d’années, se bat contre l’invasion de [l’]esprit capitaliste ». Il propose alors une analyse des « forces sociales » qui incarnent le « pouvoir de la tradition historique » et résistent à la « pression des intérêts capitalistes » : la classe des fonctionnaires d’État, l’armée et la monarchie héréditaire, les Églises, les élites cultivées ainsi que les masses ouvrières – ensemble de forces contribuant à donner au capitalisme continental une dimension plus autoritaire que n’en possède le capitalisme anglo-saxon.

  • 4 De ce point de vue, une lecture comparée de la seconde partie de la conférence de Weber et du livre (...)

10Dans une seconde partie, Weber cherche à rectifier les « opinions erronées au sujet de l’Allemagne qui se murmurent dans les pays étrangers » en proposant une analyse de la situation sociopolitique particulière de son pays, clivé entre ses régions occidentales dévolues au capitalisme industriel et ses confins orientaux voués au capitalisme agricole. Cette différence n’est due, selon Weber, ni à des facteurs physiques, comme la qualité des sols, ni à des facteurs raciaux, mais « au milieu économique historiquement établi ». Contre les explications physicalistes ou raciales, Weber préfère une interprétation historique de type « matérialiste » recourant à la « longue durée »4. Pour autant, sa démarche se démarque nettement du « matérialisme historique » des marxistes. D’une part, l’explication qu’il propose ici ne signifie pas que la perspective matérialiste soit à ses yeux la seule pertinente. En cela, cette conférence illustre bien la conclusion méthodologique de L’éthique protestante, où Weber rappelle que son but n’était pas de « remplacer une interprétation unilatéralement “matérialiste” de la culture et de l’histoire par une interprétation causale tout aussi unilatéralement spiritualiste » : « toutes deux sont également possibles » (Weber, 2003, p. 253-254). D’autre part, il refuse explicitement toute explication « monocausale » des différences d’organisation rurale qu’il constate. Il s’applique plutôt à démêler l’écheveau des divers facteurs (géographiques, politiques, économiques, culturels, etc.) qui ont conduit, sur la base d’une situation similaire à la fin du Moyen Âge, à un fossé entre les deux façades de l’Allemagne ; à mesurer l’importance respective de ces facteurs qui ne peuvent être hiérarchisés a priori ; enfin, à analyser les manières dont ils sont, le cas échéant, imbriqués les uns dans les autres. C’est ainsi qu’il montre que l’efficace des conditions économiques est médiatisée par leurs répercussions culturelles, leur capacité à encourager certaines pratiques, à générer certaines aspirations, à exercer une « influence éducatrice » sur les paysans. Ici comme dans L’éthique protestante et toute sa sociologie des religions, c’est la question des facteurs, ou plutôt des combinaisons de facteurs, engendrant des « incitations pratiques à l’action » qui intéresse Weber (1996, p. 332 ; 2003, p. 127).

11La démonstration de Weber est la suivante. Pour expliquer le contraste frappant d’organisation rurale qu’il constate, il faut trouver les raisons pour lesquelles les classes féodales dominantes se sont lancées, à l’Est mais pas à l’Ouest, dans la mise en valeur directe de leur terre en utilisant les paysans comme force de travail (comme serfs et ouvriers agricoles) et non comme source de rente (comme fermiers). L’explication qu’il donne tient à ce que, quand les classes dominantes ont cherché à augmenter leurs revenus au début des temps modernes, il était plus facile de tirer des rentes à l’Ouest, où l’intensité du commerce et du maillage urbain permettait aux paysans d’acquérir de l’argent et même leur donnait envie de le faire, qu’à l’Est où rien ne les incitait en ce sens. Comme ils étaient insolvables, il valait mieux les exproprier pour les utiliser comme force de travail sur de grands domaines voués à l’exportation de céréales. Autrement dit, le capitalisme agricole, la culture intensive sur de grandes superficies ne se sont pas développés parce qu’ils étaient intrinsèquement « rationnels », mais parce que les classes dominantes n’avaient pas d’autres choix pour accroître leurs revenus. Dix ans plus tard, Weber défendra une thèse similaire à propos de la rationalisation du travail : elle s’est essentiellement développée dans les villes du nord de l’Europe où aucune autre voie n’était ouverte aux bourgeois pour accroître leurs revenus – en tout cas pas les voies politiques du pillage et de l’impérialisme (Weber, 2014, p. 41-42 et 212). Dans les deux cas, il en résulte un argument finement démontré : l’Homo œconomicus dont la théorie économique fait une donnée naturelle est en réalité un résultat historique, et les processus historiques que nous sommes tentés de qualifier de « rationalisation » sont tout à fait contingents.

12Bien sûr, ce texte n’en porte pas moins la marque de son époque. Il est fortement imprégné du nationalisme de Weber qui confère à l’État-nation une « mission culturelle », la responsabilité de défendre la spécificité nationale sur l’échiquier des grandes puissances (Colliot-Thélène, 2003, p. 41-49). Ce nationalisme ressort des jugements de Weber sur la supériorité culturelle des paysans allemands par rapport aux migrants polonais, faisant que la pénétration de la logique capitaliste dans les grands domaines de l’Est, qui pousse les Junker à recourir de plus en plus à la main-d’œuvre la moins chère possible, en l’occurrence aux migrants polonais, entraînerait au final un recul de la civilisation (Kultur) dans ces régions. Mais c’est aussi par là que cette conférence reste terriblement actuelle. L’analyse que Weber propose de la genèse du capitalisme agraire allemand nous permet de mieux comprendre des dynamiques qui continuent à nous traverser, en France également. Partout où c’est possible, du sud de l’Espagne avec ses serres hantées de migrants aux États-Unis avec ses domaines recourant à une main-d’œuvre mexicaine, le capitalisme agricole, c’est-à-dire l’agriculture intensive sur de grandes superficies, repose sur le recours massif à une main-d’œuvre immigrée saisonnière, avec tous les problèmes sociopolitiques que cela entraîne.

13Cette conférence fournit enfin d’autres éléments éclairant nos préoccupations actuelles les plus pressantes, comme l’attestent les remarques de Weber sur la dépendance du capitalisme envers des « matières premières naturelles » vouées à se tarir. Le caractère insoutenable du développement industriel était déjà bien conscient il y a plus d’un siècle. Voilà aussi ce qu’atteste L’éthique protestante quand Weber, en conclusion, en vient à proposer une analyse du présent, un « diagnostic historique » (Berlan, 2012) – c’est également par des considérations de ce genre que se termine la conférence de 1904. À propos de la capacité du « puissant cosmos de l’ordre économique moderne » à déterminer le « style de vie de tous les individus qui naissent au sein de cette machinerie », Weber affirmait alors ce qui semble à peine accéder à la conscience de notre époque : « Peut-être le déterminera-t-il jusqu’à ce que le dernier quintal de carburant fossile soit consumé » (Weber, 2003, p. 251).

Haut de page

Bibliographie

Berlan Aurélien, 2012, La fabrique des derniers hommes. Retour sur le présent avec Tönnies, Simmel et Weber, Paris, La Découverte.

Bloch Marc, 1960, Seigneurie française et manoir anglais, Paris, Armand Colin.

Bruhns Hinnerk, 2005, « Compte rendu de Max Weber, Wirtschaft, Staat und Sozialpolitik. Schriften und Reden 1900-1912 (Max Weber Gesamtausgabe I/8), Wolfgang Schluchter en collaboration avec Peter Kurth et Birgitt Morgenbrod éd., Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1998 », Revue française de sociologie, vol. 46, no 4, p. 970-973.

Colliot-Thélène Catherine, 2003, Préface de Max Weber, Le savant et le politique. Une nouvelle traduction, Paris, La Découverte.

Gerth Hans et Wright Mills Charles éd., 1946, From Max Weber. Essays in Sociology, New York, Oxford University Press.

Ghosh Peter, 2005a, « Max Weber on “The Rural Community” : a critical edition of the English text », History of European Ideas, vol. 31, no 3, p. 327-366.

— 2005b, « Not the Protestant Ethic ? Max Weber at St. Louis », History of European Ideas, vol. 31, no 3, p. 367-407.

Weber Max, 1906, « The relations of the rural community to other branches of social science », Congress of Arts and Science. Universal Exposition, St. Louis, 1904, vol. 7, H. J. Rogers éd., Boston - New York, Houghton Mifflin.

— 1984 [1892], Die Lage der Landarbeiter im ostelbischen Deutschland (Max Weber Gesamtausgabe, vol. I/3), M. Riesebrodt éd., Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

— 1993, Landarbeiterfrage, Nationalstaat und Volkswirtschaftspolitik. Schriften und Reden 1892-1899 (Max Weber Gesamtausgabe, vol. I/4), W. J. Mommsen et R. Aldenhoff éd., Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

— 1996, Sociologie des religions, trad. J.-P. Grossein, Paris, Gallimard.

— 1998, Économie et société dans l’Antiquité. Précédé de : Les causes sociales du déclin de la civilisation antique, trad. C. Colliot-Thélène et F. Laroche, Paris, La Découverte.

— 2003, L’éthique protestante et l’esprit du capitalisme. Suivi d’autres essais, trad. J.‑P. Grossein, Paris, Gallimard.

— 2004, Œuvres politiques, trad. E. Kaufmann et al., Paris, Albin Michel.

— 2008, Zur Geschichte der Handelsgesellschaften im Mittelalter. Nach Südeuropäischen Quellen (1889), dans Zur Geschichte der Handelsgesellschaften im Mittelalter. Schriften 1889-1894 (Max Weber Gesamtausgabe, vol. I/1), G. Dilcher et S. Lepsius éd., Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck).

— 2014, La ville, trad. A. Berlan, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 C’est cette version à peine retouchée, malgré ses défauts évidents, qui a été retenue par les éditeurs des œuvres complètes, la Max Weber Gesamtausgabe : « The relations of the rural community to other branches of social science », Wirtschaft, Staat und Sozialpolitik. Schriften und Reden 1900-1912 (Max Weber Gesamtausgabe, vol. I/8), édité par Wolfgang Schluchter en collaboration avec Peter Kurth et Birgitt Morgenbrod, Tübingen, J. C. B. Mohr (Paul Siebeck), 1998.

2 Par exemple, quand il est question, en plein milieu de la première partie, de la « formation of corporations among the small farmers of the Continent », il est évident que l’anglais corporations traduit l’allemand Genossenschaften qui, en l’occurrence, ne désigne pas les anciennes corporations, mais bien les coopératives plus récentes. J’emprunte cet exemple au compte rendu critique qu’Hinnerk Bruhns (2005) a consacré à la reprise du texte de 1906 par la Max Weber Gesamtausgabe (reprise mentionnée dans la note précédente).

3 Notons que Gerth a ensuite traduit ce texte en allemand sous un titre légèrement différent et plus adapté dans la mesure où la réflexion de Weber ne s’y réduit pas à une analyse de la situation allemande : 1952, « Kapitalismus und Agrarverfassung », Zeitschrift für die gesamte Staatswissenschaft, no 108, p. 431-452.

4 De ce point de vue, une lecture comparée de la seconde partie de la conférence de Weber et du livre de Marc Bloch Seigneurie française et manoir anglais (1960) serait sans doute intéressante. Dans les deux cas, il s’agit d’expliquer, en remontant loin dans le temps (« jusqu’à toucher par endroits, indique Bloch, les origines brumeuses de nos civilisations »), des contrastes frappants dans l’organisation présente de l’espace rural. Weber part des différences manifestes d’organisation spatiale entre l’est de l’Allemagne, où prévaut la monoculture à grande échelle et où prolifèrent les travailleurs journaliers, et l’ouest de l’Allemagne où l’habitat est plus dense et où prédominent les petits agriculteurs aux productions variées. De même Bloch part du contraste présent entre l’aspect des « rases campagnes » du nord de la France, avec ses gros villages et ses immenses champs non enclos, et la « terre compartimentée par une multitude de haies ou de barrières » qui caractérise le bocage anglais, avec son grand nombre de maisons isolées. Et dans les deux cas, l’origine de ces différences d’organisation de l’espace rural est rapportée à des différences d’organisation sociale et non de contexte physico-géographique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Aurélien Berlan, « Le capitalisme face aux puissances historiques », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://traces.revues.org/6345 ; DOI : 10.4000/traces.6345

Haut de page

Auteur

Aurélien Berlan

Chercheur associé à Erraphis, Université de Toulouse Jean Jaurès

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page