Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Saisir l’être collectif par ses mises en cause : la votation citoyenne de 2009 et l’entreprise publique La Poste

Understanding a collective being through its indictements: the 2009’s citizen voting in favor of the French Post
Nadège Vezinat
p. 85-102

Résumés

En changeant de statut juridique en 1991, l’entreprise publique La Poste a connu un double mouvement : une autonomisation par rapport à l’État, ce qui lui a donné la matérialité institutionnelle pour exister en dehors de lui et lui permettre d’être envisagée comme un être collectif ; mais également, un mouvement de mise en danger qui intervient du fait même de cette autonomisation puisque, tout en conférant à La Poste une reconnaissance juridique indépendante, la séparation d’avec l’État lui fait paradoxalement perdre de sa stabilité. La votation citoyenne organisée en 2009 peut non seulement être analysée comme une occasion de défense de l’être collectif face à sa mise en cause mais aussi, plus radicalement, comme une manière d’en saisir la nature. En ce sens, l’actualisation même de l’être collectif peut apparaître à travers sa mise en danger et les tentatives de sauvetage visant à la conjurer.

Haut de page

Texte intégral

1La caractérisation des administrations et entreprises comme entités que l’analyse sociologique étudie implique de ne pas les voir uniquement comme un ensemble de personnes humaines regroupées en un même lieu. Mais peut-on pour autant les tenir pour des êtres collectifs ? Et si oui, quel intérêt cette manière d’appréhender le monde social présente-t-elle ? Analyser sous cet angle les organisations, administrations, services publics ou entreprises permet d’éviter de les réduire aux agents qui les composent mais également de s’interroger sur les entités pertinentes de l’analyse sociologique (Durkheim, 1968 [1895] ; Weber, 1995 [1922] ; Boltanski, 2012). Parmi les organisations susceptibles d’être perçues comme une entité collective, La Poste figure en bonne place dans la mesure où il peut sembler inapproprié de la réduire à une simple structure formelle ou bien à l’ensemble des individus qui la compose. Mais quelle en serait la nature ?

2En considérant l’être collectif non comme un donné mais comme une construction sociale vis-à-vis de laquelle chacun des acteurs impliqués cherche à définir le périmètre, nous pouvons analyser la façon dont les différents groupes et acteurs luttent pour en imposer leur propre définition. Celle-ci – si elle est acceptée par l’ensemble des acteurs – peut alors lui conférer une existence ontologique, c’est-à-dire aboutir à la personnification de l’entité (le collectif devenant un « être » ayant une existence en dehors de lui). Elle participe également à la constitution de l’entité par l’agrégation de différents acteurs, métiers, branches formant le collectif de l’« être ». Confrontée depuis longtemps à des missions antagonistes et soumise aux changements et modernisations (Vezinat, 2015), La Poste, en tant qu’être collectif, n’a cependant rien d’évident.

3Poser la question de la nature de l’être collectif conduit à s’interroger sur la création et l’actualisation des collectifs (Piette, 2009) plus particulièrement quand ceux-ci sont remis en cause. Dans la mesure où les collectifs « sont […] omniprésents […] sous différents aspects : objet de conversation ou de pensée, cadre de participations, lieu d’action, ordre de constitution » (Piette, 2010, p. 359), étudier l’entreprise publique La Poste sous cet angle met en lumière un double mouvement. D’une part, un mouvement d’autonomisation récente de La Poste par rapport à l’État, qui lui donne la matérialité institutionnelle pour exister en dehors de lui. D’autre part, un mouvement de mise en danger qui intervient parallèlement du fait même de cette autonomisation puisque, tout en conférant à La Poste une reconnaissance juridique indépendante, la séparation d’avec l’État lui fait paradoxalement perdre de sa stabilité, entendue ici comme ce qui reste en place dans l’être collectif, ce qui demeure stable dans ses modalités et propriétés. Or cette stabilité constitue tout à la fois une manière pour des acteurs différenciés d’inscrire leurs actions et leur définition des missions postales dans une continuité historique, et une base sur laquelle s’appuyer afin de redéfinir ce sur quoi se fonde la nature de l’être. Dans cette optique, la votation citoyenne pour la Poste, bien qu’elle soit un événement ponctuel organisé en 2009, peut être étudiée comme une manière pour une partie des acteurs de donner à voir leur définition de l’être collectif et de chercher à l’imposer aux instances politiques régulatrices de cette entreprise publique tout en en faisant bouger les contours.

4En posant l’hypothèse générale que les occasions de défense de l’être collectif face à ses remises en cause donnent le mieux à voir sa nature, voire le construisent en tant que tel, le propos développé dans cet article consiste à analyser la votation citoyenne – mobilisation de résistance à la privatisation de La Poste –, sans valeur juridique mais qui a suscité une participation importante (2 millions de votants), comme une manière non seulement de faire apparaître l’être collectif mais également de travailler à sa redéfinition et à sa réaffirmation.

Présentation des sources mobilisées dans l’enquête
Mon matériau a été récolté dans le cadre d’un travail de thèse socio-historique soutenu en 2010 à partir de plusieurs sources : archives, entretiens, questionnaires et observations. Je ne mobiliserai cependant ici qu’une petite partie de ces données, celles majoritairement archivistiques, qui me permettent d’appréhender l’autonomisation de La Poste par rapport à l’État et d’analyser la votation citoyenne. Les archives dépouillées sont celles du ministère des PTT et du ministère de l’Économie et des Finances, celles de l’entreprise La Poste et celles de syndicats comme la CGT et la CFDT ainsi que des archives privées fournies par les enquêtés. Ces sources écrites présentent la limite de davantage durcir les positions des acteurs que des sources orales. Elles polarisent ainsi les acteurs autour des défenseurs du service public d’un côté et des partisans de la privatisation de l’autre, ce qui gomme les nuances et contradictions dans chacun des camps. Ces données, à déconstruire selon qui parle, d’où il parle et à qui il s’adresse, permettent cependant d’analyser ici comment les différents acteurs les utilisent dans un usage rhétorique de mise en cohérence et de redéfinition d’un être collectif.

Quand se forme l’être collectif : autonomisation de La Poste vis-à-vis de l’État

5Si on considère que l’être collectif apparaît quand le critère de l’individualité se dessine pour le désigner sous la forme d’un terme singulier (Descombes, 1992), alors l’organisation postale, aujourd’hui définie par le nom de La Poste, peut y correspondre. Mais à quel moment précisément cet être collectif s’est-il formé et stabilisé ? Quand la « création » (Piette, 2009) de ce dernier en tant qu’être collectif a-t-elle eu lieu ? À notre sens, cette organisation particulière peut être appréhendée comme un être collectif grâce à la réunion de deux caractéristiques : son indépendance (contrairement au ministère des PTT, La Poste n’est pas soluble dans l’État par exemple) et son institutionnalisation, saisie à travers la stabilisation et la permanence de l’organisation ainsi que sa « transmutation » (Bourdieu, 2012) d’une administration d’État parmi d’autres en quintessence d’un certain service public présent sur tout le territoire.

  • 1 « … le droit ne cesse, lui aussi, de façonner des entités collectives, d’en délimiter les contours, (...)

6De même que Vincent Descombes se demandait : « Y a-t-il une différence entre un tout et une collection, et si oui, quelle est cette différence ? » (Descombes, 1992, p. 307), mon cas empirique permet de poser la question suivante : y a-t-il une différence entre La Poste et les bureaux de poste par exemple, et à quoi tient cette différence ? La désignation de l’être collectif passe d’abord par sa perceptibilité. Mais comment saisir cette caractéristique ? Est-ce le nom qui la fait exister ou les descriptions ? Mais celles-ci relèvent-elles de la réalité ou de la métaphore ? Dans notre cas d’espèce nous suivrons l’invitation de Luc Boltanski à distinguer les entités narratives des entités juridiques1. Ce sont en effet les éléments juridiques qui autorisent en premier lieu à approcher La Poste comme un être collectif.

  • 2 La marque La Poste remplace définitivement et officiellement les PTT en 1987.
  • 3 Gérard Longuet a été ministre du gouvernement Chirac entre le 20 mars 1986 et le 11 mai 1988.
  • 4 Paul Quilès a été ministre du gouvernement Rocard entre le 12 mai 1988 et le 15 mai 1991.

7Parmi les traces qui permettent de la désigner et de l’identifier comme tel, le nom, le logo et le statut juridique de l’organisation jouent un rôle déterminant. L’histoire et la trajectoire longue des PTT ont contribué à rendre visible ce service public prenant la forme d’un ministère ou d’un secrétariat d’État selon les périodes. Ses missions de service public (service postal universel avec péréquation tarifaire, acheminement de la presse à moindre coût, aménagement du territoire et accessibilité bancaire par le droit au compte) ont suscité un attachement fort des Français pour cette organisation, mais une partie seulement de ses missions est d’intérêt général. Ce sont l’acquisition de la personnalité morale pour cette ancienne administration d’État et la reconnaissance juridique de cette dernière en tant qu’institution autonome qui fournissent certaines des conditions de création d’un être collectif. La Poste est apparue en tant que telle quand elle a pu être suffisamment autonome vis-à-vis de l’État – quand elle est devenue une entreprise publique et n’a plus dépendu d’un ministère. Si les PTT ne peuvent être qualifiés ainsi en raison de leur statut d’administration d’État et de leur dépendance directe à ce dernier, La Poste peut entrer sous cette dénomination en se défaisant d’un rattachement trop étroit à l’État. Le processus d’autonomisation par rapport à l’État enclenché dans les années 19802 donne également à voir une organisation qui s’est structurée indépendamment des dirigeants qui s’y sont succédé, enrôlant les ministères des Postes quels que soient les gouvernements. La meilleure preuve d’une telle dynamique qui relativise la capacité des instances dirigeantes à la modifier est que, bien qu’initiée sous un gouvernement de droite (Gérard Longuet, ministre de droite délégué aux Postes et Télécommunications3, est celui qui a engagé la réforme du statut postal), la transformation en entreprise publique, c’est-à-dire en exploitant autonome, intervient finalement sous un gouvernement de gauche (Paul Quilès, ministre de gauche des Postes, des Télécommunications et de l’Espace4, est celui qui a concrétisé cette réforme de structure).

  • 5 Le Conseil économique et social s’est saisi du problème le 23 octobre 1984 et son rapport est sorti (...)
  • 6 Centre des archives contemporaines, Fontainebleau, 19980498, art. 10.

8C’est le rapport Fabre, « L’avenir de la Poste », présenté au nom du Conseil économique et social en 19865 qui propose le statut d’établissement public industriel et commercial pour La Poste afin de lui donner davantage de marge de manœuvre dans ses activités marchandes6. Cette proposition n’est pas retenue, mais des débats publics sur l’avenir des PTT s’ensuivent et, par la loi du 2 juillet 1990, La Poste devient un établissement public. Cette réforme provoque la scission des PTT en deux entités différentes, France Télécom d’un côté et La Poste de l’autre. Le 1er janvier 1991, La Poste acquiert une personnalité juridique mais aussi une autonomie financière : même si elle est placée sous la tutelle du ministre délégué à l’Industrie dans le cadre de contrats de plan quadriennaux, elle se distingue de l’État et doit veiller à l’équilibre de ses activités. Elle était cependant déjà tenue depuis 1923 d’équilibrer ses comptes, indépendamment de l’impôt, à partir de ses ressources propres ; même en tant qu’administration, elle a donc très tôt intégré une exigence de productivité. Cette obligation ne signifie cependant pas que les préoccupations commerciales y sont récentes, La Poste ayant en effet été soumise, dès les années 1970, à un impératif de rentabilité et à une orientation marchande croissante (Join-Lambert, 2001).

9La personnification de La Poste lui permet par ailleurs d’exister en dehors de ses agents et notamment de ses dirigeants. Le recours à la notion d’être collectif nous amène alors à rejoindre Boltanski quand il explique le rôle grammatical joué par les institutions :

Une des particularités des entités juridiquement définies est que le fait de les placer en position de sujets de verbes d’action, et même de leur prêter des intentions, est considéré généralement comme ne posant pas de problème particulier, sans doute, précisément, parce qu’elles sont représentées par des individus incarnés, ce qui permet une sorte de va-et-vient tacite entre « personnes morales » et « personnes physiques ». (Boltanski, 2012, p. 322-323)

  • 7 Philippe Wahl, énarque (promotion 1984), commence au Conseil d’État, puis passe par des cabinets mi (...)
  • 8 Jean-Paul Bailly, polytechnicien (promotion X-1965), débute à la RATP en 1970. Nommé directeur du p (...)

10La Poste n’est en effet pas identifiable ou assimilable à l’un de ses dirigeants (contrairement à une entreprise familiale ou un groupe privé où la personnalité charismatique du dirigeant joue un rôle déterminant, comme Steeve Jobs pour Apple). Le fait que le PDG actuel du Groupe La Poste, Philippe Wahl7, soit l’ancien PDG de la Banque Postale peut néanmoins être vu comme un signe de l’influence croissante de ce type d’activité sur les orientations stratégiques de l’ensemble de l’entreprise. Cependant, même si à La Poste, le PDG reste nommé en fonction d’un choix politique (il est encore aujourd’hui nommé sur proposition du gouvernement, par le président de la République, « président-directeur général de La Poste SA » par décret en conseil des ministres), et même s’il a existé des ministres ou des dirigeants plus marquants que d’autres, ceux-ci passent – et viennent souvent de l’extérieur, tel Jean-Paul Bailly8, ancien dirigeant de la RATP – quand ses agents, restés longtemps des fonctionnaires, demeurent et instaurent une continuité.

  • 9 Rapport Kaspar, rapport de la Commission du grand dialogue de La Poste, présidée par Jean Kaspar, s (...)

11Cela ne signifie pourtant pas que la population des postiers n’évolue pas : le recours aux fonctionnaires a cessé au profit du recrutement, aujourd’hui exclusif, de contractuels plus jeunes et plus diplômés permettant un renouvellement des générations. Les contractuels représentaient ainsi 10 % de la population postale en 1993, près de 50 % en 20119. L’individualisation du travail et les logiques de métier prennent également peu à peu le pas sur les logiques organisationnelles et collectives. Toutefois, malgré ces changements objectifs, même si les définitions du bien commun et de l’intérêt général sont multiples (Boltanski et Thévenot, 1991), un « esprit du service public » agrège encore les différents métiers et traverse l’entreprise.

12Nous avons ainsi pu montrer pour le métier spécifique des conseillers financiers de La Poste que le statut d’emploi ne détermine pas à lui seul la pratique et que les identités professionnelles différenciées résultent surtout du flou lié à l’absence de hiérarchisation claire entre les missions que doit remplir La Poste, entre maintien du service public et adaptation à la concurrence (Vezinat, 2013). La Poste a en effet développé de manière parallèle des « missions » plus ou moins antagonistes : quand, d’un côté, pour s’autonomiser vis-à-vis de l’État (et devenir une société anonyme), elle maintient les missions de service public qui lui sont confiées, de l’autre, pour reconquérir des parts de marché face aux banques, elle institue des outils de gestion, met en place des indicateurs de productivité, des objectifs et procédures d’évaluation de ses agents. Les contractuels ne se retrouvent néanmoins pas uniquement dans la vente et les fonctionnaires ne sont pas toujours les défenseurs du service public. L’injonction commerciale qui se renforce fait l’objet d’une réception plus complexe : certains contractuels travaillent justement à La Poste pour « ne pas vendre de crédit révolving à une mère de famille qui finira endettée ».

13Les postiers impriment un ethos postal fondé sur des valeurs de service public et d’intérêt général, qui produit de l’intégration sociale pour ses agents mais est aussi un facteur d’inclusion sociale pour ses usagers ou clients, pour les pouvoirs publics ou encore pour les collectivités locales qui lui reconnaissent pleinement un rôle central dans l’aménagement du territoire. Malgré l’effet combiné de la trajectoire d’emploi et de la formation, des valeurs et identités professionnelles et de l’environnement sociologique du bureau de poste, qui crée un attachement plus ou moins fort à l’entreprise (les promus internes et les fonctionnaires y étant plus attachés), une homogénéité du groupe demeure en partie. Et même s’il n’existe que comme un imaginaire, celui-ci est suffisant et surtout essentiel pour fonder la stabilité de La Poste en tant qu’être collectif.

14Néanmoins, en dépit d’une personnification de La Poste et un degré d’institutionnalisation fort, La Poste connaît des remises en cause. En mettant davantage en lumière que ne le font les circonstances ordinaires les rapports de force, ces remises en cause permettent de saisir comment se (re)construit l’être collectif. Si la plupart des mobilisations concernant des entreprises ou organisations sont à l’initiative des syndicats et renvoient à des mouvements de contestation du personnel, parfois ce sont des mobilisations sociales plus larges qui voient le jour et, parmi elles, une mobilisation politique originale a eu lieu en 2009 pour protester contre le changement de statut de La Poste.

Quand est mis en cause l’être collectif : analyse de la votation citoyenne de 2009

15Soumettre à l’analyse la votation citoyenne de 2009 revient à étudier une mobilisation sans précédent dans l’histoire postale et à considérer que ce qui donne à voir la nature de l’être collectif, ce qui le révèle en tant que tel et en même temps participe à son maintien ou à sa redéfinition, ce sont les moments où il est mis en cause et oppose des résistances. Les mobilisations des postiers comme de citoyens anonymes permettent en effet de saisir la valeur donnée à l’organisation postale en établissant une relation entre la qualification d’un phénomène (la votation citoyenne) et l’identification d’une entité (La Poste). En ce sens, les actions des syndicats ainsi que le mouvement de la « votation citoyenne » ont cherché à lier le maintien du statut d’entreprise publique avec la défense du service public quand les partisans de la transformation de La Poste en société anonyme ont vu dans cette mutation statutaire le moyen d’en assurer la compétitivité et la survie. Ce sont donc deux rhétoriques et deux conceptions qui s’affrontent : l’une défend l’argument de la privatisation nécessaire pour permettre de sauver le service public, l’autre la considère comme une mise en danger de cette même idée de service public.

16Alors que la direction de La Poste affiche (dans ses contrats de plan notamment) la continuité de ses missions de service public, elle demande dans le même temps à devenir une société anonyme. Cette réaffirmation du maintien des activités d’intérêt général permet de voir comment la proposition de transformation de La Poste en société anonyme est justifiée en 2008 par Jean-Paul Bailly, PDG de La Poste, comme permettant un renforcement du service public. Les syndicats n’y voyant qu’une nouvelle étape vers la privatisation de ce service public, une votation citoyenne a été organisée pour lutter contre cette actualisation de l’être collectif.

17La remise en cause d’un être collectif est toujours possible, mais pour que celle-ci devienne effective, une « acceptation conjointe » (Gilbert, 2003, p. 88), c’est-à-dire « une conception de la croyance collective » (ibid., p. 94), est nécessaire. Or la votation citoyenne montre bien qu’une acceptation conjointe de l’évolution proposée par la direction ne va pas de soi et qu’elle ne peut se faire que lorsque les différentes parties se mettent d’accord sur une situation donnée.

  • 10 Dont CFTC Postes et Télécommunications, Confédération CFTC, Confédération CGT, Fédération des activ (...)
La votation citoyenne comme mobilisation contre la privatisation
La votation citoyenne a consisté en une consultation des Français organisée le 3 octobre 2009 à l’appel de plusieurs syndicats, partis politiques et associations10, regroupés au sein d’un « Comité national contre la privatisation de La Poste, pour un débat public et un référendum sur le service public postal », pour exiger la mise en œuvre d’un référendum constitutionnel. Ce mouvement social était autant tourné vers le maintien des prestations sociales de La Poste que vers la défense des personnels. Cette opposition n’a pas suffi pour organiser un référendum et annuler la transformation en société anonyme, mais elle a permis une transformation de l’entreprise en société anonyme à capitaux publics et non pas privés, comme cela avait été un temps évoqué.La votation n’a pas de valeur juridique mais a permis d’envoyer à l’opinion publique et au gouvernement un signal sur l’unité de toute la gauche contre la transformation statutaire de La Poste. Cet « exercice de démocratie participative », selon l’un des organisateurs, ayant été organisé contre l’avis du gouvernement et de la direction de La Poste, ces derniers ne lui ont reconnu aucune légitimité. Il a cependant comptabilisé plus de 2 millions de votants, ce qui constitue un chiffre relativement considérable sur une semaine de mobilisation (du lundi 28 septembre au 4 octobre 2009) dans 9 987 points de vote installés dans toute la France, selon Razzy Hammadi, porte-parole du Parti socialiste.

18À notre sens, c’est moins l’événement à proprement parler qui est intéressant à analyser que la construction sociale dont la votation citoyenne a fait l’objet et qui donne à voir la force illocutoire des actes de langage (Searle, 1982) : il s’agit de rendre le rejet du projet de réforme conforme aux mots, au résultat de la votation citoyenne. En suivant les propositions de John Searle, le but de la votation citoyenne serait de rendre « vrai » un état du monde validé par un acte de parole donné. En tant que construction sociale, la votation citoyenne peut être vue comme un dispositif qui permet de produire un récit de réussite en vue d’aboutir à une croyance de groupe, à cette « acceptation conjointe » qui protégerait La Poste.

19Ce groupe social qui a cherché à se faire entendre du gouvernement pose la question des caractéristiques sociopolitiques des postiers comme des participants à la votation citoyenne. S’il est difficile de fournir des éléments fiables sur les derniers, il est établi pour les premiers que la présence syndicale et notamment le poids de la CGT et de SUD (extraction dissidente de la CGT) sont relativement élevés. Les entreprises publiques étant encore globalement caractérisées par une forte présence de la CGT (voir tableau ci-dessous), une certaine frange de la gauche y est représentée et a trouvé dans la votation citoyenne le moyen de se positionner comme un porte-parole et ainsi de faire valoir sa conception de la société.

Résultats des élections professionnelles au moment de la votation citoyenne

Année
Entreprise

Syndicats
2007
La Poste
En % des exprimés
2007
EDF
En % des exprimés
2007
GDF
En % des exprimés
2009
SNCF

En % des exprimés
2009
France Télécom
En % des exprimés
CGT 32,8 51,1 55,2 39,3 26
CFDT 17,1 18,7 15,8 11,6 22
FO 16,7 13,4 14 8 12,2
CFTC 5,1 2,9 3,3 5,4 6,8
CGC 2,7 11,9 11,6 / 9,8 (+ UNSA)
SUD 22 / / 17,7 22,3
UNSA 3,7 / / 18 /
  • 11 Le ministère des PTT utilisa même en 1974 la propension des postiers à être syndicalisés comme un a (...)

20Avec plus de 80 % de votants sur les 279 381 salariés inscrits (80,73 %), le taux de participation électorale des postiers en 2007 est significatif d’un positionnement politique propre à cette organisation. Ce taux montre l’importance du rôle des syndicats pour constituer un échelon intermédiaire entre les salariés et leur direction et revendiquer un rôle de porte-parole. Les mobilisations syndicales des postiers étant plus fortes qu’ailleurs (Frischmann, 1967), on peut, dans la réminiscence de cette histoire sociale forte11, voir dans cette votation citoyenne une manière et un moyen de valider (et d’actualiser au sens de Piette) La Poste comme être collectif.

  • 12 « Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public (...)

21En s’affirmant comme un dépassement de l’univers syndical pour les organisateurs (plusieurs syndicats et partis de gauche), la votation citoyenne devient également le moyen de fabriquer un discours selon lequel, en tant que vote populaire, elle peut valider le glissement des « votants » aux « citoyens », voire à la « société civile » dans son ensemble. Pourtant, en dépit des 2 millions de votants, le gouvernement n’a pas accepté ce glissement et Christian Estrosi, ministre de l’Industrie de l’époque, a considéré que les participants à la votation ne représentaient pas l’ensemble des Français et a même remis en cause les conditions du scrutin. En s’appuyant sur l’article 9 du préambule de la Constitution de 194612, il a cependant déclaré le 2 novembre 2009 La Poste « imprivatisable » en raison de son monopole de fait et des missions de service public qu’elle assure.

22Outre que cette votation a eu des effets, puisque l’ouverture aux capitaux privés envisagée par Jean-Paul Bailly n’a pas eu lieu, ses différentes parties prenantes ont pu élaborer un récit autour d’elle : les uns – comme Christian Estrosi – trouvant cette votation discutable et ne reconnaissant pas sa valeur, les autres – comme le groupe du Mouvement républicain et citoyen, parti de centre gauche fondé en 2003 par Jean-Pierre Chevènement – se félicitant du succès de cet événement et l’associant à la démonstration de l’attachement des citoyens à ce service public :

  • 13 Les groupes du conseil de Paris, Groupe du Mouvement républicain et citoyen (MRC), « 2,3 millions d (...)

La votation citoyenne a été un formidable succès. À son lendemain, on ne sait comment va réagir le gouvernement qui ne cesse de la nier. Les citoyens ne se sont pas laissés abuser par les dénigrements de la droite et du gouvernement. Ils ont montré leur attachement au service public postal. Ce projet est bel et bien la dernière étape avant la privatisation de La Poste. S’il était voté, une simple augmentation de capital suffirait pour que l’État devienne minoritaire comme cela a été le cas pour France Télécom et GdF. Il faut féliciter le Comité national sur la poste, fort de 60 organisations, dont le MRC, mais aussi les élus et les maires de gauche à Paris qui ont apporté leurs concours.13

  • 14 La journée de votation citoyenne avait fait l’objet d’une campagne publicitaire importante : ci-des (...)

Photos : Nadège Vezinat, Paris, octobre 2009, entrée d’une station de métro14

  • 15 Ce concept est celui du juriste Georges Lavau (1981) qui l’utilise pour expliquer le rôle du Parti (...)

23Sans réussir à annuler la transformation de La Poste en société anonyme, cette mobilisation présente le mérite d’avoir une « fonction tribunitienne »15 : elle a en effet permis de porter la parole et les mécontentements d’une partie du peuple concernant La Poste. Malgré les biais qu’elle peut comporter, cette procédure de participation citoyenne constitue un des points d’explication – en raison de l’attachement dont elle rend compte – de la stabilité postale, ou pour le dire autrement du blocage ou du « retard » selon certains dans l’évolution de La Poste française (par rapport aux autres postes européennes notamment). La Poste étant emblématique d’un service public non encore engagé sur la voie de la privatisation, les fortes mobilisations sociales dont elle a fait l’objet expliquent bien les réticences vis-à-vis du projet qui lui font quitter le statut d’entreprise publique au sens strict.

24La votation citoyenne a donné à voir à un moment précis comment s’organise la défense d’un être collectif mis à mal. Quand La Poste a été mise en cause en tant qu’entreprise publique, elle fait l’objet de défenses qui la dépassent largement et c’est ce déplacement vers la société civile dans son ensemble, ce dépassement de l’univers syndical, qui a participé d’une « actualisation » de l’être collectif. Cette mobilisation sociale élargie a permis de réaffirmer cette entité symbolique sans la réduire aux relations, interactions sociales ou institutions, mais sans les occulter non plus : il faut être plusieurs pour désigner, changer, maintenir la nature d’un être collectif.

Quand la transmutation de l’être collectif advient : La Poste comme entité symbolique

25La votation citoyenne peut ainsi être vue comme une arène publique pour analyser des moments de controverse entre des orientations politiques différentes sur le devenir de La Poste. L’ancrage large de la mobilisation et le travail de communication fait autour d’elle permettent de penser les solidarités exprimées par ce biais comme une marque d’attachement aux fonctions sociales (réelles ou imaginaires) de cette entité et mettent en lumière sa dimension symbolique. Des mutations postales trop importantes ou radicales n’auraient sans doute pas permis de l’appréhender de cette manière, mais le fait qu’il y ait eu ce que l’on nomme le plus souvent de manière dépréciative de la « résistance au changement » et une permanence du thème de la « modernisation » à La Poste (Vezinat, 2015) a permis d’asseoir la dimension symbolique de La Poste sur son utilité sociale.

  • 16 Pour lire un développement plus conséquent sur ce point, voir Lenoir (2012).
  • 17 Le modèle « boutique » consiste à proposer à la vente différents objets dans le cadre d’une boutiqu (...)

26La baisse de trafic du courrier postal a pourtant nécessité des adaptations qui ont mis en débat jusqu’à l’avenir même de La Poste. Au cours de ces débats, le rôle des porte-parole est déterminant puisque ce sont eux qui donnent du sens aux mutations objectives et parviennent à forger une identité collective. La dimension symbolique en tant qu’instrument de construction de l’officiel et du public, eux-mêmes sources de domination légitime et d’ordre social16, apparaît alors essentielle pour permettre qu’une transmutation ait lieu. En analysant l’apparition de l’État moderne comme le processus de transmutation du privé en public (Bourdieu, 2012, p. 482), avec ses transitions longues, ses avancées et ses reculs, Pierre Bourdieu montre comment « l’accumulation n’est pas simplement une addition : il se passe des changements liés, par exemple, au fait que la même instance cumule différentes espèces de capital qui normalement ne sont pas cumulées par les mêmes catégories de gens » (ibid., p. 295). L’acquisition par toute entité d’une légitimité qui ne se rattache pas à celle de ses porte-parole suppose donc de se demander : « Quelle est donc cette réalité que ceux qui parlent ex officio, c’est-à-dire officiellement, font exister par le fait de parler, ou doivent faire exister pour que leur parole soit officielle ? » (ibid., p. 79). Cela revient pour nous à s’interroger sur les porte-parole de La Poste : le PDG, les syndicats, les agents. Comment ne pas les confondre avec l’être collectif qu’ils représentent ? Dans quelle mesure ont-ils besoin de l’être collectif pour que leur parole existe et que leur rôle et leur poids respectifs soient reconnus ? Appréhender La Poste comme un être collectif revient à la considérer comme un tout qui représente plus que la somme de ses parties dans la mesure où elle produit des actions participant à une dynamique spécifique. Les services financiers, par leur développement important ayant conduit à la création de la Banque Postale en 2006, ont par exemple transformé l’identité postale dans son entier puisque l’activité des bureaux de poste – au départ majoritairement tournée vers le courrier – a procédé à une nouvelle répartition de l’espace et des agents du bureau de poste entre des activités « courrier », « banque postale » et maintenant « boutique »17.

27Au sein de La Poste, plusieurs paroles « officielles » s’affrontent : celle légalement reconnue de ses dirigeants, celle légitimée par les élections professionnelles des syndicats, celle résultant de processus de socialisation professionnelle ayant permis l’affirmation d’une identité de postiers pour les agents. Ces paroles n’allant pas nécessairement dans la même direction, elles cristallisent des attentes – en termes de qualité de service par exemple – mais aussi des exigences – en termes d’accessibilité sociale ou territoriale notamment. Elles participent aussi de mécanismes symboliques de construction d’une unité pour l’entité postale : en la défendant, ces porte-parole défendent également leur propre existence. Par un effet de rétroaction, de la position respective des porte-parole dans le champ intellectuel et politique (Boltanski, 1979) dépend également l’actualisation de l’être collectif. Le décalage entre le phénomène objectif (un changement de statut juridique pour une ancienne administration d’État) et sa dramatisation, au sens de médiatisation et mise en scène dans le cadre de la votation, s’explique aussi bien par l’intervention des acteurs postaux (membres de La Poste ou porte-parole) qui alertent l’opinion publique sur la « privatisation » d’un service public que par celle d’acteurs non postaux (pouvoirs publics, élus locaux, citoyens, journalistes et experts,…) afin d’évaluer l’ampleur et les incidences du phénomène. Ainsi lors du Comité technique paritaire de La Poste du 3 juillet 2009 et du Conseil supérieur de la fonction publique du 16 juillet 2009, l’ensemble des organisations syndicales a voté contre le projet de loi visant à transformer La Poste en société anonyme, en considérant que le projet sortait du cadre strict de leur organisation pour devenir un enjeu sociétal sur la place des services publics. La CGT résume ainsi sa position :

  • 18 « Ensemble on peut et on va gagner ! », La Fédération des salariés du secteur des activités postale (...)

Privatiser La Poste ou travailler à la construction d’un service public postal moderne et rénové, l’enjeu de la bataille est de taille car ce sont deux conceptions de la société qui s’affrontent. Ce combat ne date pas d’aujourd’hui. Si la liste des attaques du capital est si longue, c’est justement parce que nous avons dressé des obstacles sur son chemin. Depuis plus de 40 ans, le pouvoir et le patronat tentent de privatiser La Poste, or aujourd’hui le constat est là : ils n’y sont toujours pas arrivés !18

28Le discours élaboré par les porte-parole vise une acceptation conjointe de la situation par l’ensemble des acteurs, celle-ci étant nécessaire pour procéder à une actualisation de l’être collectif. Globalement, chacun des porte-parole mobilise la rhétorique de l’attachement que suscite La Poste. La dissociation de La Poste de ses agents, dirigeants et porte-parole constitue une manière d’institutionnaliser l’organisation par l’usage récurrent d’un discours sur l’attachement des Français à cette entreprise publique. Même si elle ne fait pas partie des entrées abordées par Pierre Nora, à l’inverse de la mairie, de l’église – « la cathédrale » – ou du café, La Poste peut s’inscrire parmi ces entités symboliques tel un lieu de mémoire, dans la mesure où elle occupe une place particulière pour les Français (Nora éd., 1997). L’opinion relative à la « privatisation » des services publics marchands constitue en effet un indice de l’attachement des citoyens aux services publics. Ainsi Philippe Warin a déjà pointé qu’« une majorité de personnes accepte la privatisation d’Air France, de France Télécom ou des Caisses d’Épargne, mais refuse celle des hôpitaux, de La Poste, d’EDF-GDF, de la RATP pour éviter le démantèlement de services considérés comme vitaux » (Warin, 1997, p. 27). Même en interne, la médiatisation des évolutions postales témoigne de cet attachement, qui se traduit également par une difficulté à accepter une mutation radicale de La Poste :

  • 19 Forum,L’information (journal interne), février 2007, no 215, p. 13-14.

Lorsqu’elle a commencé, il y a quelques années, à réorganiser son réseau de bureaux de poste, presse et journaux télévisés lui ont vite accordé une place de choix dont elle se serait volontiers passée. Il faut dire que l’entreprise était alors le plus souvent montrée du doigt. Des élus en particulier se plaignaient que « leur » bureau allait fermer ou réduire ses horaires sans qu’ils aient été consultés. D’autres, ceints de l’écharpe tricolore, prenaient la tête de défilés contre la fermeture des services publics en zone rurale… […] Cette effervescence traduisait d’abord que La Poste n’est pas une entreprise comme une autre. Les Français (et leurs élus) lui portent en effet une affection particulière. Grâce à sa présence partout en France et à l’image emblématique de ses facteurs, ils la considèrent – à l’instar des mairies – comme l’institution de service public la plus importante des territoires. La Poste, c’est aussi 1 % du PIB, 1 % des emplois… et 1 % des maires (3 200 postiers sont en effet aussi élus d’une commune). Bref, une sorte de miroir du pays en miniature. Parallèlement son modèle économique reste méconnu : beaucoup ignorent que l’essentiel de ses activités est désormais en concurrence et la moitié des maires croit toujours qu’elle est subventionnée par l’État.19

29Aussi afin de ne pas trop distendre l’attachement dont il est fait preuve à son égard, La Poste a attendu près de vingt ans sa transformation en société anonyme en 2010. Ce moment correspond à une remise en cause d’un être collectif historiquement stabilisé et a suscité des craintes, visibles lors de la votation citoyenne, qui peuvent être interprétées comme le signe d’évolutions plus profondes et structurantes (les missions et orientations) que celles qui concernent le seul statut juridique de La Poste. Ces réactions face à ce que certains ont identifié comme une remise en cause permet de comprendre comment l’autonomisation à l’égard de l’État a eu pour conséquence de reconnaître et de fragiliser à la fois cette entité symbolique forte.

30Même si La Poste ne se réduit pas, en tant qu’être collectif, à ses porte-parole puisque « les actualisateurs d’un collectif ne constituent pas un collectif par leur action coordonnée » (Piette, 2010, p. 359), ces derniers contribuent à façonner une stabilité narrative qui dépasse l’existence juridique du groupe et en permet la transmutation. La stabilisation des éléments matériels en réalité collective est ainsi assurée : l’identité est diachronique.

  • 20 Les effectifs de postiers sont passés de 323 115 personnes physiques en 2001 à 246 057 personnes en (...)

31Or si la distinction entre une identité synchronique et une identité diachronique permet de stabiliser les êtres collectifs à travers le temps, c’est parce que « ces êtres sont dans un état de flux [et] ne sont que partiellement les mêmes d’un instant à l’autre » (Descombes, 1992, p. 325), ils subsistent au renouvellement constant de leurs parties et aux vicissitudes de leur histoire (Fridenson, 2010). Même si la composition du groupe professionnel des postiers change, et notamment depuis quelques années maintenant décroît significativement20, La Poste demeure. Même si les modernisations et réformes se succèdent et entraînent des changements de statut juridique dans notre cas d’espèce, l’identité organisationnelle postale se modifie assez peu du fait du processus de transmutation à l’œuvre.

32Bien que la stabilité acquise dans le temps par l’être collectif n’interdise pas les transformations, la transmutation permet de penser l’être collectif comme une unité stable et, en ce sens, crée un rapport spécifique au travail des salariés. Sa permanence dans le temps peut néanmoins empêcher son repositionnement et ainsi, de manière concomitante, le fragiliser.

*

33Appréhender La Poste comme un être collectif à la suite de sa prise de distance avec l’État présente l’intérêt de dépersonnaliser cette entreprise. Cette dépersonnalisation s’opère de deux façons : d’une part, en dissociant La Poste de ses agents et dirigeants (le tout de ses parties), et d’autre part en la dissociant de ses actions (par l’identification de ses fonctions notamment). Cela lui confère une unité et la dote d’une continuité et d’une stabilité en dehors de ses dirigeants et des gouvernements au pouvoir, en dehors également de la réalité concrète de son activité : les baisses d’activité au niveau du courrier qui ne réussissent pas à être enrayées pour des motifs structurels depuis plusieurs années devraient ainsi entraîner une actualisation de l’être collectif mais celle-ci ne s’opère pourtant pas. Les postiers ont en effet le sentiment partagé de faire corps, que le « nous » a encore du sens même si des tentatives de déstabilisation de ce corps existent malgré tout – nous avons ainsi montré par ailleurs que le mécanisme de professionnalisation par le haut des conseillers financiers (Vezinat, 2012) a eu pour effet de produire en partie une érosion de l’ethos collectif. Mais en partie seulement, car c’est grâce au sentiment que La Poste a d’elle-même que cette transformation managériale des identités et pratiques professionnelles n’a pas encore réussi. Cette incomplétude du processus pouvant s’expliquer par la non-prise en compte de la consistance intrinsèque de l’être collectif, elle montre l’intérêt de ne pas envisager l’organisation postale comme un seul lieu de travail ou de production de services.

34Se pencher sur la question des êtres collectifs en s’intéressant à leurs mises en cause et leurs défenses implique de passer au moins en partie par une sociologie des porte-parole. Ces derniers représentent en effet les différents groupes qui se réfèrent à l’être collectif : direction, associations professionnelles, syndicats, partis et associations d’élus, collectifs d’usagers… Leur étude permet de saisir leurs divergences, alliances et poids respectifs dans la construction continue de l’être collectif. Dans notre cas de figure, c’est bien l’attaque frontale de ce qui fonde l’identité des postiers qui a permis de reconstituer la « fiction » postale. La votation citoyenne étudiée dans cet article trouve ainsi un écho dans le « mythe tocquevillien » (Skocpol, 2003 ; King et Lieberman, 2011) qui permettrait de compenser le retrait ou le désengagement de l’État par une densité plus forte de la société civile (les postiers faisant d’ailleurs pleinement partie de la société civile). Pourtant la défense que n’effectue plus l’État ne peut pas être exactement remplacée par celle de la société civile. Il apparaît bien alors que ce n’est pas un jeu à somme nulle au sens que c’est la capacité de La Poste à pénétrer la société civile (à susciter un attachement fort des citoyens), au quotidien par le facteur, souvent également par le bureau de poste, qui permet à l’être collectif de résister aux remises en cause et à ses représentants de s’affronter sur ses contours et ses évolutions pour réaffirmer leurs existences respectives (l’un faisant jouer le rôle de lien social des postiers dans les zones rurales par exemple et l’autre mettant en avant le problème des files d’attente en milieu urbain).

35Le rejet de la privatisation postale (et sa manifestation par le biais d’une votation citoyenne ayant dépassé le cadre formel de l’entreprise) représente une réaction défensive pour sauver l’être collectif. Selon les groupes d’intérêts en jeu, l’actualisation même de l’être collectif peut apparaître comme une mise en danger ou une tentative de sauvetage, selon que les parties prenantes considèrent qu’une réforme de fond est nécessaire ou non à la survie de La Poste. Ne pas regarder La Poste comme un être collectif peut donc en ce sens faire manquer au chercheur la compréhension de ce qui crée des blocages en interne (pour ses agents) comme en externe (pour les citoyens, associations d’usagers, partis politiques,…). En d’autres termes, cela nous ferait négliger une analyse pouvant expliquer les « résistances au changement » et les contraintes à réformer l’organisation comme un refus d’actualiser l’être collectif. Or, ce déplacement dans l’angle d’analyse n’est pas neutre dans la mesure où une approche par la difficulté à actualiser l’être collectif permet de ne pas réduire ces mouvements de freinage, réels et récurrents dans nombre de services publics, à de la seule inertie, du repli sur soi, immobilisme, passéisme ou à un refus de s’adapter aux évolutions structurelles, mais de les étudier plutôt comme une démonstration d’attachement à une forme organisationnelle caractérisée par des activités qui prennent leur sens à travers la notion d’intérêt général.

Haut de page

Bibliographie

Boltanski Luc, 1979, « Les systèmes de représentation d’un groupe social, le cas des cadres », Revue française de sociologie, vol. 20, no 4, p. 631-667.

— 2012, Énigmes et complots. Une enquête à propos d’enquêtes, Paris, Gallimard.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard.

Bourdieu Pierre, 2012, Sur l’État, Paris, Le Seuil - Raisons d’agir.

Descombes Vincent, 1992, « Les individus collectifs », Philosophie et anthropologie, Paris, Centre Georges Pompidou, p. 305-337.

Durkheim Émile, 1968 [1895], Les règles de la méthode sociologique, Paris, Presses universitaires de France.

Fridenson Patrick, 2010, « Les entreprises comme potentiels d’action, au cœur des sciences sociales », Tracés, no 10, p. 45-53.

Frischmann Georges, 1967, Histoire de la fédération CGT des PTT, Paris, Éditions sociales.

Gilbert Margaret, 2003, Marcher ensemble. Essais sur les fondements des phénomènes collectifs, Paris, Presses universitaires de France.

Join-Lambert Odile, 2001, Le receveur des Postes, entre l’État et l’usager (1944-1973), Paris, Belin.

King Desmond et Lieberman Robert C., 2011, « L’État aux États-Unis : nouvelles perspectives de politique comparée. Pour en finir avec le mythe de l’État “faible” », Revue française de sociologie, vol. 52, no 3, p. 481-507.

Lavau Georges, 1981, À quoi sert le Parti communiste français ? Paris, Fayard.

Lenoir Rémi, 2012, « L’État selon Pierre Bourdieu », Sociétés contemporaines, vol. 87, no 3, p. 123-154.

Nora Pierre éd., 1997, Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard.

Piette Albert, 2009, L’acte d’exister, Marchienne-au-Pont, Socrate Éditions Promarex.

— 2010, « Ontographies comparées : divinités et êtres collectifs », Ethnologie française, vol. 40, no 2, p. 357-363.

Searle John R., 1982, Sens et expressions, Paris, Minuit.

Skocpol Theda, 2003, Diminished Democracy. From Membership to Management in American Civic Life, Norman, University of Oklahoma Press.

Vezinat Nadège, 2012, Les métamorphoses de la Poste. Professionnalisation des conseillers financiers (1953-2010), Paris, Presses universitaires de France.

— 2013, « Les bénéfices du “flou” : gestion des tensions organisationnelles par les conseillers financiers de la Poste » [en ligne], La Nouvelle Revue du travail, no 3, [URL : http://nrt.revues.org/1275], consulté le 7 juin 2015.

— 2015, « Stratégies, formes et acteurs de la modernisation postale. Regard sur la financiarisation des PTT », Sociétés contemporaines, no 97, p. 25-48.

Warin Philippe, 1997, Quelle modernisation des services publics ? L’usager au cœur des réformes, Paris, La Découverte.

Weber Max, 1995 [1922], Économie et société, Paris, Pocket.

Haut de page

Notes

1 « … le droit ne cesse, lui aussi, de façonner des entités collectives, d’en délimiter les contours, de fixer les termes par lesquels il est légal de les désigner, autant de pratiques qui se trouvent formalisées dans la théorie de la personne morale. Le droit établit aussi des dispositions réglementaires qui précisent les attributions de ces entités » (Boltanski, 2012, p. 320).

2 La marque La Poste remplace définitivement et officiellement les PTT en 1987.

3 Gérard Longuet a été ministre du gouvernement Chirac entre le 20 mars 1986 et le 11 mai 1988.

4 Paul Quilès a été ministre du gouvernement Rocard entre le 12 mai 1988 et le 15 mai 1991.

5 Le Conseil économique et social s’est saisi du problème le 23 octobre 1984 et son rapport est sorti le 25 juin 1986.

6 Centre des archives contemporaines, Fontainebleau, 19980498, art. 10.

7 Philippe Wahl, énarque (promotion 1984), commence au Conseil d’État, puis passe par des cabinets ministériels notamment celui du Premier ministre Michel Rocard en tant que conseiller technique chargé des affaires économiques, financières et fiscales. En 1991, il pantoufle dans le monde bancaire (la Compagnie bancaire, Paribas, Caisse d’Épargne, Royal Bank of Scotland) avant d’être nommé président du directoire de la Banque Postale en janvier 2011. Le 25 septembre 2013, il est nommé, sur proposition du gouvernement par le président de la République, PDG de La Poste SA et succède à Jean-Paul Bailly.

8 Jean-Paul Bailly, polytechnicien (promotion X-1965), débute à la RATP en 1970. Nommé directeur du personnel en 1989, il devient directeur général adjoint de 1990 à 1994 auprès de Christian Blanc puis Francis Lorentz, avant d’être nommé PDG en 1994. Il quitte ensuite la RATP et devient président du groupe La Poste de septembre 2002 à septembre 2013.

9 Rapport Kaspar, rapport de la Commission du grand dialogue de La Poste, présidée par Jean Kaspar, septembre 2012, p. 16.

10 Dont CFTC Postes et Télécommunications, Confédération CFTC, Confédération CGT, Fédération des activités postales et des télécommunications CGT, Solidaires FSU, SUD PTT, Confédération FO, FO Communication, CGT, MARS Gauche républicaine, Ligue communiste révolutionnaire, Forces militantes, Mouvement républicain et citoyen, Mouvement des jeunes socialistes, les Verts, Parti socialiste, Parti communiste français, Représentation française de la gauche parlementaire européenne, Alternative libertaire, les Alternatifs, GUE/NGL, Convergence des collectifs de défense et de développement des services publics, ATTAC, Association Force ouvrière des consommateurs, Coordination nationale des collectifs unitaires pour une alternative au libéralisme, Fondation Copernic, Pour la République sociale, Droit au logement, Marches européennes, Initiatives pour un autre monde, INDECOSA CGT, Réseau européen des missions publiques, Mouvement politique d’éducation populaire, Union des familles laïques, Résistance sociale.

11 Le ministère des PTT utilisa même en 1974 la propension des postiers à être syndicalisés comme un argument pour justifier une séparation d’avec la fonction publique d’État : « L’individualisation de la fonction PTT permettra d’alléger la fonction publique traditionnelle de quelque 350 000 agents qui, par leur masse et la vigueur de leurs revendications, exercent souvent actuellement un effet non négligeable d’entraînement sur le reste de la fonction publique » (CAEF, Z 17 191, 1974, Établissement public, Position des PTT, « Sur le personnel de la Poste », p. 57).

12 « Tout bien, toute entreprise, dont l’exploitation a ou acquiert les caractères d’un service public national ou d’un monopole de fait, doit devenir la propriété de la collectivité. »

13 Les groupes du conseil de Paris, Groupe du Mouvement républicain et citoyen (MRC), « 2,3 millions de votants pour La Poste », À Paris, hiver 2009-2010, no 33, Tribunes, p. 32.

14 La journée de votation citoyenne avait fait l’objet d’une campagne publicitaire importante : ci-dessus des photographies des affiches du « parti de gauche » qui ont été apposées sur des sorties de métro parisiennes.

15 Ce concept est celui du juriste Georges Lavau (1981) qui l’utilise pour expliquer le rôle du Parti communiste français sous la Ve République, et notamment le pouvoir négatif qu’exerce pour lui le PCF dans la vie politique.

16 Pour lire un développement plus conséquent sur ce point, voir Lenoir (2012).

17 Le modèle « boutique » consiste à proposer à la vente différents objets dans le cadre d’une boutique intégrée au bureau de poste.

18 « Ensemble on peut et on va gagner ! », La Fédération des salariés du secteur des activités postales et de télécommunications (FAPT-CGT), août 2009, no 503, p. 5.

19 Forum,L’information (journal interne), février 2007, no 215, p. 13-14.

20 Les effectifs de postiers sont passés de 323 115 personnes physiques en 2001 à 246 057 personnes en 2011 (rapport Kaspar, rapport de la Commission du grand dialogue de La Poste, présidée par Jean Kaspar, septembre 2012, p. 17), et les contractuels remplacent progressivement les agents fonctionnaires.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6323/img-1.png
Fichier image/png, 481k
Légende Photos : Nadège Vezinat, Paris, octobre 2009, entrée d’une station de métro14
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/6323/img-2.png
Fichier image/png, 484k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nadège Vezinat, « Saisir l’être collectif par ses mises en cause : la votation citoyenne de 2009 et l’entreprise publique La Poste », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://traces.revues.org/6323 ; DOI : 10.4000/traces.6323

Haut de page

Auteur

Nadège Vezinat

Université de Reims Champagne-Ardenne, Regards (EA 6292) - Centre Maurice Halbwachs (UMR 8097)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page