Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

Des pouvoirs impersonnels ?

Impersonal powers ?
Catherine Colliot-Thélène
p. 25-38

Résumés

Les tentatives de conceptualisation du pouvoir sont majoritairement focalisées sur le pouvoir politique, plus précisément sur sa forme étatique. Elles n’accordent en revanche que peu d’attention à l’économie. Cette dissymétrie résulte de la conviction que l’économie moderne constitue un champ d’action autonome dont la logique échappe à la prise de sujets (individuels ou collectifs) susceptibles d’en assumer la responsabilité. La mondialisation contemporaine paraît conforter cette représentation. Une analyse différenciée de la notion de pouvoir, qui distingue ses formes directes et indirectes, suggère cependant de réviser la thèse aujourd’hui répandue selon laquelle les contraintes de l’économie condamneraient la politique à l’impuissance. Cette analyse implique de rompre avec le concept national-étatique de la politique en reconnaissant que la mondialisation transforme aussi bien les structures de la politique que celles de l’économie, au point que les frontières entre l’une et l’autre tendent à disparaître.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 On rappellera que Marx avait envisagé, dans ses textes de jeunesse (l’introduction de la Contributi (...)

1La constitution de l’économie en un champ d’activité autonome, non plus cantonné dans la sphère domestique, mais coextensif à la société dans son ensemble tout en étant nettement distinct de la politique, est le résultat de procès qui se sont étendus sur plusieurs siècles, mais elle n’est devenue évidente que vers la fin du xviiie ou au début du xixe siècle. Cette différenciation a bousculé la philosophie politique, contrainte de modifier l’appareil conceptuel qu’elle avait hérité d’une histoire séculaire. L’un des grands mérites de Hegel est d’avoir réfléchi cette modification (dans sa Philosophie du droit), en distinguant ce que la terminologie philosophique identifiait jusqu’alors, la société civile (dont le noyau est constitué par les relations que les hommes nouent à travers le travail et les échanges) et l’État. La critique marxiste de l’idéalisme hégélien et la critique libérale de son autoritarisme supposé ont recouvert cette innovation, de sorte que, après Hegel, la question des conséquences de la dissociation entre la politique et l’économie sur le plan de l’éthique (de la justice, de la démocratie, etc.) n’a jamais été traitée de manière aussi frontale. Avec ou sans Hegel cependant, la philosophie politique ne pouvait plus être, dès le xixe siècle et a fortiori au xxe siècle, ce qu’elle avait été jadis. Karl Marx s’est engouffré dans la brèche ouverte par Hegel en se consacrant entièrement à la critique de l’économie politique et, à travers elle, d’une société formatée par le capitalisme, mais il a du même coup abandonné la théorie politique, dont il contestait la légitimité1. La plupart des philosophies politiques du xxe siècle se sont quant à elles prudemment abstenues de se risquer sur le terrain de l’économie, sinon à la marge, pour discuter du bien-fondé et des principes d’une politique de justice sociale. La séparation entre la philosophie ou la théorie politiques d’un côté, la science économique de l’autre (qui, significativement, ne se conçoit plus comme une « économie politique »), perpétue et conforte jusqu’à nos jours l’idée de deux champs d’activité hétérogènes, comme le fait également sur un autre plan le conflit récurrent tout au long du xxe siècle entre partisans et adversaires de l’intervention de l’État dans l’économie. Les contraintes qu’impose aujourd’hui aux gouvernements l’économie mondialisée invitent cependant à interroger la pertinence de cette distinction des sphères de socialisation et de cette division des savoirs. Est-il vrai que l’économie et la politique sont effectivement dissociables, et est-il pertinent de thématiser leur mutuelle imbrication en parlant de « rapports », un terme qui préjuge de ce que chacune des entités qu’il conjoint est pensable indépendamment de l’autre ?

*

  • 2 Les germanophones trouveront une présentation des théories du pouvoir des auteurs ici cités (à l’ex (...)
  • 3 Foucault constitue un cas à part, puisqu’il met principiellement en question la notion de pouvoir a (...)
  • 4 Susan Strange (1996) s’y essaie pourtant, et elle me paraît à cet égard une exception.

2Il ne s’agit pas de ressusciter le débat passablement éculé des rapports entre infrastructure (économique) et superstructure (juridique et politique), ni de stigmatiser l’assujettissement des pouvoirs politiques aux intérêts capitalistes, ou à l’inverse, de dénoncer la nocivité des ingérences du politique dans le libre jeu des marchés. Ce qui mérite d’être interrogé est la possibilité de tracer aujourd’hui des frontières entre l’économie et la politique. Et cette interrogation doit passer par une réflexion sur la notion de pouvoir. De Max Weber à Michel Foucault, en passant par Bertrand de Jouvenel, Antonio Gramsci, Hannah Arendt, Heinrich Popitz ou Niklas Luhmann, les auteurs ne manquent pas qui ont tenté d’arracher cette notion à l’équivocité de ses usages dans la langue ordinaire pour lui donner le statut d’un concept2. Il est notable que ces auteurs, quelle que soit leur formation ou leur appartenance disciplinaire déclarée (ou celle qu’on leur impute), ne sont pas des économistes. Ils peuvent inclure dans leurs analyses des références à des phénomènes de pouvoir qui se situent dans le périmètre des activités que nous considérons comme relevant de l’économie (la discipline du travail dans l’entreprise, par exemple). Mais ces exemples restent secondaires au regard d’une conceptualisation essentiellement focalisée sur le pouvoir politique3. Quant aux économistes, certains d’entre eux évoquent bien entendu le pouvoir, dans l’entreprise ou dans les rapports entre différents acteurs (multinationales de différentes envergures, par exemple), mais ils font rarement l’effort d’un travail de conceptualisation de la notion4.

  • 5 « Macht ist also nicht etwas, was in der Politik auch vorkommt, sie ist die Quintessenz von Politik (...)
  • 6 Je reviens sur Hayek plus loin. C’est certes un des principaux reproches de Marx à l’économie polit (...)

3Tout pouvoir n’est pas politique, et la politique ne se réduit pas au pouvoir. Mais qui parle de pouvoir pense aujourd’hui toujours prioritairement, même si ce n’est pas exclusivement, à la politique, et plus précisément à la politique étatique. La preuve en est la référence obligée, dans la plupart des études sur le pouvoir, aux fameuses propositions de Weber dans la conférence sur « la profession et la vocation de politique ». Pour mémoire : après avoir constaté l’extension large et l’indétermination du terme « politique », il posait sa propre définition : « La politique signifierait donc pour nous le fait de chercher à participer au pouvoir et à influer sur sa répartition, que ce soit entre les États ou, au sein d’un État, entre les groupes d’hommes qu’il inclut » (Weber, 2003, p. 119), et il ajoutait que cette définition correspond en gros à l’usage courant. Luhmann ira plus loin dans le même sens en écrivant que le pouvoir n’est pas quelque chose qui se rencontre en politique, mais qu’il est « la quintessence de la politique en général » (Luhmann, 2002)5. Il n’est pas nécessaire de chercher bien loin la raison de cette dissymétrie entre l’importance accordée à la politique dans la conceptualisation du pouvoir d’un côté, et la faible attention à l’économie de l’autre. Elle tient à la conviction, reconduite sous différentes formes, d’Adam Smith à Niklas Luhmann en passant par des auteurs aussi éloignés l’un de l’autre que Karl Marx, Max Weber ou Friedrich Hayek6, selon laquelle une économie dont le cœur réside dans les relations de marché, lors même qu’on les reconnaît « encastrées », constitue un ordre auquel chacun contribue en poursuivant ses intérêts propres. Cet ordre serait sans dessein, qui s’impose aux êtres qui y participent avec la même nécessité que les lois de la nature. On parle certes du pouvoir des marchés, voire de leur « domination », mais il s’agit d’un pouvoir qui n’est pas imputable à un sujet auquel puisse être attribuée la responsabilité du fonctionnement des marchés et de leurs effets sur le corps social.

  • 7 « das Bereithalten der Kapazität zum kollektiven bindendem Entscheiden » (Luhmann, 2002, p. 84).
  • 8 « […] dans une bureaucratie pleinement développée, quand on demande de la responsabilité ou même de (...)

4Le pouvoir des marchés se présente comme un pouvoir impersonnel, en un sens qu’il convient de préciser. Car on peut dire aussi du pouvoir politique moderne qu’il est impersonnel, entendant par là qu’il est désincorporé, non plus lié à des individus particuliers, comme l’était celui des monarques héréditaires, mais confondu avec des fonctions que des individus quelconques, élus ou nommés selon les cas, viennent occuper tour à tour, selon des mécanismes fixés par les constitutions. L’impersonnalité des marchés est d’une autre nature. Elle implique, on l’a dit, que ce vecteur de socialisation, fondamental pour les sociétés modernes, échappe essentiellement à toute intention volontaire. Les marchés peuvent être régulés, par des mesures qui en assurent le bon fonctionnement, mais les critères de ce « bon fonctionnement » sont internes aux marchés : ils ne sont pas, plus encore ils ne doivent pas être inspirés par des considérations extérieures (la justice, la démocratie) qui les assujettiraient à des finalités réfléchies impliquant l’intervention d’un sujet quel qu’il soit. Pour le dire dans les termes de Hayek (1995) – sur lequel je reviens plus loin –, les marchés sont des ordres spontanés (Kosmos), et non des ordres arrangés (taxis). Les usages ordinaires du terme « pouvoir » sont, on l’a dit, extrêmement flous, et les tentatives un peu systématiques de conceptualisation elles-mêmes frappent par leur hétérogénéité, quand il s’agit d’établir des distinctions nettes avec des notions voisines, telles que domination, violence, autorité, etc. Mais, malgré la variété des dispositifs conceptuels proposés par les différents auteurs pour lever ces ambiguïtés, tous ceux qui s’y sont risqués associent la notion de pouvoir à une capacité d’agir qui suppose un sujet (individuel ou collectif) capable de décider. Pour cette raison, il est tout naturel qu’ils fassent la part large dans leurs analyses à la politique, et n’accordent que peu ou pas d’attention à l’économie. Luhmann, dont j’ai rappelé plus haut la thèse selon laquelle le pouvoir est la « quintessence de la politique en général », caractérise dans la foulée la politique par le fait de « tenir prête la capacité à prendre des décisions qui lient collectivement »7. Dans un esprit très différent, Arendt est avant tout soucieuse de montrer que le pouvoir (à la différence de la violence et de la domination) repose toujours sur l’assentiment d’un collectif, qu’il n’est par conséquent jamais la propriété d’un individu, mais toujours celle d’un groupe. Mais cette détermination ne fait que qualifier un certain niveau de la capacité humaine d’agir ou de faire quelque chose. De la logique « systémique » de l’économie, si l’auteure s’y était attardée, elle aurait très certainement dit ce qu’elle dit de la politique bureaucratisée, à savoir qu’il s’agit d’une forme de relation sociale dans laquelle il n’est pas de responsable assignable, parce que personne n’exerce le pouvoir8.

*

  • 9 Cette seconde partie était composée de manuscrits hétérogènes, qui ont été traduits en français sép (...)
  • 10 Ce sont bien entendu des types « purs », dont la différenciation est nécessaire pour la clarté conc (...)

5Parmi ces tentatives de définition du pouvoir par contraste avec certaines notions apparentées, la distinction que fait Weber entre domination et pouvoir est particulièrement intéressante pour mon propos. Les définitions qu’il propose du pouvoir et de la domination dans les « catégories sociologiques » sont bien connues. Pour mémoire : le pouvoir doit être compris comme « la chance d’imposer au sein d’une relation sociale sa propre volonté, même contre des résistances, peu importe sur quoi repose cette chance », tandis que par domination, on doit entendre « la chance de trouver obéissance, auprès de personnes déterminées, pour un commandement d’un contenu déterminé » (Weber, 1971, p. 56). Ces définitions, qui font de la domination une espèce du pouvoir dont la caractéristique est d’opérer par le truchement d’un commandement, consignent le résultat d’une réflexion dont on trouve trace dans le second volume de la version standard de Wirtschaft und Gesellschaft9, composé à partir de manuscrits plus anciens. Weber constate au début de ce passage que les termes « domination » et « pouvoir » sont utilisés généralement de manière indifférenciée pour désigner « la possibilité d’imposer sa propre volonté au comportement d’autres individus » (2013, p. 44). Il distingue ensuite deux types de domination, la domination « par constellation d’intérêts » et la domination « en vertu de l’autorité ». Le premier, dont l’exemple le plus pur est la domination monopolistique sur le marché, repose sur une possession garantie, ou sur l’habileté à jouer du marché, qui permettent d’exercer une influence sur l’activité libre d’individus agissant en fonction de ce qu’ils considèrent être leurs intérêts. L’autorité, qui est le ressort du second, consiste en un pouvoir de commandement auquel correspond un devoir d’obéissance indépendant de tout intérêt ou de toute autre motivation10. La fin de ce passage annonce le choix terminologique qui a été finalement retenu dans les « catégories sociologiques » : le terme domination sera réservé à la domination par autorité, et la domination « par constellation d’intérêts » se trouve par là confondue dans la catégorie plus générale, et par conséquent plus amorphe, de pouvoir (ibid., p. 49).

  • 11 Malgré les objections de certains, je tiens à la traduction de Macht par « pouvoir ». Les autres pr (...)

6Il est notable que ces définitions figurent dans le chapitre introductif à la « sociologie de la domination », qui traite de niveaux de l’organisation sociale que l’on peut qualifier de politique (domination bureaucratique, patriarcale et patrimoniale, féodalisme, « État des ordres », domination charismatique), même si, dans certaines des sociétés concernées, la sphère de l’économie n’est pas encore nettement différenciée de la politique. Il est notable également que les occurrences du terme « pouvoir » (Macht11) sont extrêmement rares dans le chapitre consacré exclusivement à l’économie dans Économie et société (« Les catégories sociologiques fondamentales de l’économie »), et le terme « domination » (Herrschaft) apparemment totalement absent. Cela ne signifie pas, une fois encore, que des phénomènes de pouvoir, voire de domination, soient inexistants dans les relations sociales que nous rangeons du côté de l’économie, mais que c’est à propos de la politique que ces catégories deviennent centrales. Mais le point que je veux souligner est autre. La définition restreinte que Weber retient pour la domination est clairement forgée pour introduire la question de la légitimité, c’est-à-dire des motivations de l’obéissance (factuelle ou attendue). Or cette question ne peut se poser qu’à propos d’un pouvoir qui ne peut être impersonnel, au sens indiqué plus haut. Que le « commandement » du pouvoir s’exerce sur le mode de l’injonction personnelle ou sur celui de la loi juridique, il est en tout état de cause impératif (qu’il oblige ou interdise). Si l’on admet que l’« ordre » économique (le cosmos de Hayek) est constitué pour l’essentiel par des relations d’interdépendances anonymes que toute intervention volontaire ne pourrait que déranger, il est clair qu’il ne peut être pensé en termes de domination. Weber constatait, en des termes qui évoquent la fameuse métaphore smithienne de la « main invisible », que le marché en sa forme développée, c’est-à-dire l’économie monétaire, « se comporte comme si son action avait créé un ordre auquel on aurait visé » (1971, p. 634, je souligne). Mais cet ordre n’est précisément pas intentionnel, si bien que la communauté de marché, écrivait-il encore, apparaît comme « le plus impersonnel des rapports de la vie pratique dans lesquels les hommes peuvent se trouver » (ibid.). Dans le contexte où cette dernière remarque intervient, l’impersonnalité s’oppose à la fraternisation. Mais le marché est aussi « impersonnel » – ce que Weber n’aurait certainement pas démenti – parce que les individus qui échangent leurs marchandises ou leur travail ne le font pas parce qu’ils se soumettent à l’autorité d’autres individus. Ils n’« obéissent » pas, raison pour laquelle il serait incohérent de parler de domination à propos des liens qu’ils nouent entre eux de cette manière.

  • 12 C’est pourquoi Weber dit, dans les commentaires qui suivent ces définitions (1971, p. 56), que le c (...)

7La définition que Weber donne du pouvoir n’interdit pas en revanche de reconnaître qu’il existe bel et bien des relations de pouvoir dans le champ de l’économie. Les modélisations idéaltypiques d’une économie d’échanges marchands (qui ont sans aucun doute une utilité épistémologique) peuvent en faire abstraction, dans la mesure où elles supposent par hypothèse que tous les agents participant à cette économie sont sur un pied d’égalité. Mais lorsque Weber évoque le marché comme exemple d’une domination « par constellation d’intérêts » (c’est-à-dire d’une forme de pouvoir qu’il ne nommera plus domination dans sa terminologie définitive), ce n’est pas à ces modélisations qu’il fait référence, mais à des situations de monopole qui permettent à certains, individus ou groupes, de déterminer de façon fortement directive l’action des autres, bien que ce ne soit pas sur le mode du commandement autoritaire. Un individu ou un groupe d’individus est en situation de pouvoir quand il a la capacité (la « chance », dit Weber) d’imposer sa volonté à d’autres, éventuellement contre leur résistance, « peu importe sur quoi repose cette chance ». La définition présuppose une relation dissymétrique, et cette dissymétrie est la condition minimale pour qu’il soit possible de parler de pouvoir à propos de relations interhumaines. La précision (« peu importe… ») ouvre la porte à des illustrations extrêmement hétérogènes12. Elle justifie notamment de parler de pouvoir là où l’« action sur l’action » des autres (pour emprunter une formulation de Foucault) s’exerce de manière indirecte, en façonnant les conditions de leur action d’une manière qui limite leurs marges de choix, éventuellement jusqu’au point extrême où il peut à peine être encore question de choix, et par conséquent d’action « libre », tout en maintenant la fiction de cette liberté.

*

  • 13 Je me permets d’utiliser ce terme, qui évoque bien entendu Luhmann, pour résumer le trait fondament (...)
  • 14 La complexité des sociétés modernes est telle, soutient Hayek, que nous ne pouvons préserver son or (...)
  • 15 Voir le passage un peu embarrassé concernant la relation d’un ordre spontané au concept d’intention (...)

8Beaucoup répugnent aujourd’hui (et du temps de Weber déjà) à parler de domination à propos du pouvoir politique tel qu’il s’exerce dans les États dont les constitutions garantissent les libertés civiles et politiques démocratiques. Il est clair qu’il faut faire la différence entre ces États et ceux, que l’on qualifiera d’autoritaires ou de dictatoriaux selon les cas, dans lesquels ces libertés sont inexistantes, ou bien, lors même qu’elles sont officiellement reconnues, rendues ineffectives par la corruption. Mais, quelle que soit la terminologie à laquelle l’on s’arrête, il importe de distinguer entre le pouvoir impératif, qui requiert obéissance (à propos duquel seule la question de la légitimité peut être posée), et ce pouvoir, plus indirect et plus insidieux, qui contraint l’action « libre » des autres en limitant leurs possibilités de choix. Le risque d’une représentation « systémique »13 de l’économie est d’occulter le fait qu’une économie marchande, aussi affranchie soit-elle des interventions politiques directes (c’est-à-dire des interventions de l’État), ne peut pas fonctionner sans ce genre de pouvoir indirect. Ce déni est patent chez les apologètes les plus naïfs du libre-échange. L’un des mérites du néolibéralisme, quand il est clairement compris comme une critique de l’idéologie du « laisser-faire » (ce qui n’est pas toujours le cas dans le langage laxiste des médias ou de la politique aujourd’hui), est d’avoir au contraire reconnu la nécessité de ce pouvoir indirect. Hayek est parfaitement clair sur le fait que l’ordre « naturel » d’une société fondée sur l’économie marchande présuppose des règles de conduite qui « rendent possible la formation d’un ordre spontané par la libre action des individus, à travers la définition du champ ouvert à leurs actions » (1995, p. 85)14. Le champ ouvert à la liberté d’action des individus est aussi bien fermé par un objectif, qui est précisément la formation et le maintien de cet ordre « spontané ». Malgré sa critique du « constructivisme rationaliste », Hayek invite à une intervention délibérée des gouvernements pour construire le cadre permettant l’épanouissement de la libre concurrence. La « voie indirecte » qu’il propose à ces gouvernements est une politique économique, et cette politique poursuit des finalités déterminées. La distinction entre les ordres « naturels » et les ordres « arrangés » ne permet pas en effet de se débarrasser définitivement du finalisme, dès lors que l’existence d’un ordre prétendument naturel est suspendue à l’aménagement volontaire de ses conditions de possibilité. L’ordre lui-même est la fin, ce que Hayek concède en remarquant que parler de l’action convenablement « orientée » des éléments de cet ordre (les individus humains) est une sorte d’« abréviation téléologique »15. En remettant au théoricien de l’économie le soin de juger ce qui est ordre social et ce qui ne l’est pas, Hayek se donne les moyens de condamner comme illusoire la revendication de justice sociale, et d’assigner pour unique tâche aux gouvernements de garantir le bon fonctionnement des marchés.

*

  • 16 Voir Luhmann (2002, p. 111). L’ouvrage a été conçu dans les années 1990. Malgré l’importance des qu (...)
  • 17 « Operativ gesehen, kann die Politik nicht wirschaften » (ibid., p. 114).
  • 18 « Förderung und Korrektur der Wirtschaft sind wenig kompatible Ziele. Deshalb oszilliert die Politi (...)

9Hayek démontre à sa manière l’impossibilité de séparer économie et politique. Il en va très différemment de Luhmann, qui pousse à l’extrême, avec la théorie des systèmes, la thèse de la différenciation fonctionnelle des champs des relations sociales. On sait que, selon cette théorie, chacun de ces systèmes (la politique et l’économie, mais aussi le droit, les médias, les relations amoureuses, etc.) est « autopoïétique », ce qui signifie qu’il produit ses propres problèmes en les formulant dans un code qui lui est propre. Il n’y a pas de relations de causalité directe d’un système à l’autre, mais seulement des « irritations » de chacun par les autres, qui constituent son environnement. S’agissant des rapports entre politique et économie, cette théorie aboutit à des conséquences paradoxales. Car, bien que Luhmann fasse du pouvoir le « code » spécifique de la politique, le livre qu’il a consacré à « la politique de la société » se lit comme une théorisation de l’impuissance de la politique. Il constate en effet, d’un côté, que les préoccupations de nature économique sont devenues les principaux objets de la décision politique, au détriment des questions nationales, religieuses ou éthiques (qu’il qualifie de « fondamentalistes »), dont l’importance a reculé et, laisse-t-il entendre, ne peut que continuer à régresser16. Mais il soutient d’autre part que, en raison de la clôture des systèmes, la politique, « d’un point de vue opératoire, ne peut pas administrer l’économie »17. « Promouvoir et corriger l’économie, écrit-il encore, sont des buts peu compatibles. C’est pourquoi la politique oscille entre régulation et dérégulation »18, et elle n’a pas d’autre choix, pour compenser son absence de contrôle sur ce qui est supposé être l’objet central de son action, que la justification, quand elle est possible, ou l’hypocrisie.

  • 19 La disparition d’oppositions véritables entre les programmes politiques des partis traditionnels, d (...)

10Sur le plan descriptif, ces analyses, qui datent des années quatre-vingt-dix du siècle dernier, ont une évidente actualité. Elles font écho à un sentiment aujourd’hui largement partagé par beaucoup de citoyens des États contemporains, du moins des États occidentaux, au point de paraître extrêmement banales. Mais le propos de Luhmann n’était pas seulement descriptif. Appréhendée à partir des hypothèses de la théorie de la différenciation sociale, l’économie mondialisée de la fin du xxe siècle lui paraissait être le résultat nécessaire de l’autonomisation du système économique, de telle sorte que le rétrécissement des marges d’action de la politique19 ne pouvait être à son tour interprété que comme la manifestation également nécessaire de l’autonomie spécifique du système de la politique. L’autopoïèse, ici, est celle de l’impuissance : le pouvoir décisionnaire de la politique s’épuise dans des agitations par lesquelles les « responsables » politiques s’évertuent à camoufler leur absence de contrôle sur ce qui est supposé être l’objet principal de leur action.

  • 20 « Diese Differenz lässt sich nicht politisch, jedenfalls nicht regionalstaatenpolitisch repräsentie (...)
  • 21 On pense aux trop fameux « programmes d’ajustement structurels » imposés par le FMI et la Banque mo (...)
  • 22 Une analyse plus précise de ces imbrications entre instances de pouvoir « politiques » et « économi (...)

11L’évolutionnisme dont Luhmann se réclamait explicitement l’amenait à considérer l’état actuel de la politique comme une sorte d’accomplissement, qui porte à son point d’achèvement la dynamique inéluctable de la différenciation systémique. L’économie contemporaine est scindée selon lui par la différence entre le marché financier international d’un côté, et l’industrie et le travail de l’autre, dont l’organisation est avant tout régionale. Or cette différence, ajoutait-il, « ne se laisse pas représenter politiquement, du moins pas au niveau politique des États régionaux »20. Cette dernière affirmation souligne que ses considérations sur les rapports entre économie et politique (leur incommunicabilité en tant que systèmes) engagent un concept de la politique indexé, non pas sur le pouvoir en général, mais sur le seul pouvoir des États nationaux, ou éventuellement de confédérations d’États (l’Union européenne, par exemple). Il n’est pas exclu par là que la différence en question puisse être « représentée politiquement », pour reprendre son expression, dans une autre configuration de la politique. Or c’est précisément à une configuration autre que nous avons affaire avec la mondialisation contemporaine, pour autant qu’on l’appréhende d’emblée dans toute sa complexité. Quand des institutions internationales considérées comme « économiques », telles que le FMI, la Banque mondiale ou l’OMC, fixent des règles aux marchés, ce qui les amène aussi à intervenir parfois directement dans les politiques de certains États21, il va contre le bon sens de soutenir que leur action n’a rien de politique. À l’inverse, les décisions des dirigeants politiques nationaux, et en particulier de leurs exécutifs, ne se bornent pas au cadre national. C’est à eux que l’on doit l’institution des principales instances internationales de pouvoir, qu’elles soient étiquetées comme politiques ou économiques, au niveau desquelles sont prises des décisions qui se traduisent, sur le plan national, par des contraintes sur lesquelles les responsables politiques n’ont effectivement plus, à ce niveau, que peu ou très peu de liberté d’action22.

*

  • 23 Renate Mayntz (sociologue) et Fritz W. Scharpf (juriste) sont directeurs de recherche émérites au M (...)
  • 24 Les effets systémiques ne sont pas un phénomène propre aux marchés. On en trouve aussi du côté de p (...)

12J’invoquerai ici l’autorité de deux auteurs allemands, Renate Mayntz et Fritz W. Scharpf, qui ont exprimé leurs objections à la conception luhmannienne de l’économie dans un article publié en 200523. Les contraintes qui s’imposent aujourd’hui aux États démocratiques (les obligeant notamment à détricoter progressivement les acquis de l’État providence), notent-ils, sont en fait « le résultat d’une ouverture voulue du territoire étatique et d’une politique consciemment choisie de libéralisation économique » (Mayntz et Scharpf, 2005, p. 140). Le propos de ces deux auteurs n’est bien entendu pas de nier qu’il y a en économie des effets de système, c’est-à-dire que des actions ou des événements locaux peuvent entraîner des chaînes quasi automatiques de réactions, qu’un savoir d’expert relatif à cette dimension spécifique des logiques sociales peut connaître et dans une certaine mesure anticiper24. Mais, à l’encontre de Luhmann, la réalité de ces effets n’est pas à leurs yeux un argument suffisant pour soutenir que l’économie, y compris en sa forme contemporaine, constitue une sphère de relations sociales régie selon une logique purement endogène. Il y a encore et toujours du « gouvernement » dans l’économie, aussi mondialisée soit-elle :

L’économie est certes aujourd’hui moins gouvernée en fonction de buts précis, politiquement définis, que ce n’était encore le cas, au niveau national, il y a trois décennies. Mais la raison de cet état de chose réside moins dans l’isolement autopoïétique du système économique que dans des décisions politiques qui ont transformé la structure du système économique aussi bien que les structures politiques. (Ibid., p. 242, je souligne)

13Cette dernière remarque touche au point fondamental dont la théorie politique et, a fortiori, la philosophie politique tardent à interroger en profondeur les implications. Économie et politique ne sont plus aujourd’hui pensables comme des champs d’action sociale distincts parce que la mondialisation est un processus indissociablement économique et politique, qui transforme simultanément les structures de l’économie et de la politique en brouillant leurs frontières. Saisir d’entrée de jeu économie et politique à partir d’une perspective mondiale incite donc, à la fois, à abandonner l’idée selon laquelle les développements actuels de l’économie résultent d’une logique endogène à celle-ci, et à mettre sérieusement en question la thèse de l’impuissance de la politique. Si l’on prend en effet au mot la formule de Luhmann selon laquelle « le pouvoir est la quintessence de la politique », on doit chercher la politique dans tous les lieux de pouvoir, c’est-à-dire dans tous les lieux où sont prises, en toute connaissance de cause, des décisions qui engagent les destins collectifs.

  • 25 Malgré le terme d’« altermondialisme », qui peut désigner des réflexions et propositions relativeme (...)

14Ces lieux sont nombreux, et ils sont surtout hétérogènes, nationaux et supranationaux, publics et privés. Les parlements et les gouvernements nationaux, qui en font bien entendu partie, sont les seules instances « représentatives », en un sens large du terme, c’est-à-dire dont le pouvoir repose sur l’assentiment des populations sur lesquelles il s’exerce. Les élections et le vote en général (y compris le vote référendaire) sont des procédures qui permettent de formaliser cet assentiment, et par conséquent d’exercer un contrôle sur ces pouvoirs. Avec ou sans ces procédures, ce genre de pouvoir doit être visible, identifiable à des personnes qui se réclament ou se prévalent de la confiance du peuple au nom duquel elles légifèrent ou gouvernent. Le pouvoir indirect n’exige pas cette visibilité. Plus encore : il fonctionne d’autant mieux qu’il est moins visible, c’est-à-dire apparemment sans sujet, en vérité sans agents tenus de rendre des comptes. C’est cette différence qui se cache derrière la distinction entre pouvoirs personnels et pouvoirs impersonnels. Mais elle tend aussi à s’estomper quand les pouvoirs politiques – au sens traditionnel du mot – se défaussent de leurs responsabilités quant au sort des populations en invoquant les contraintes objectives de l’économie, tandis que, de l’autre côté, les médias de communication modernes permettent à tous d’associer des têtes et des noms aux pouvoirs indirects. Ce brouillage explique certaines transformations largement commentées des pratiques politiques citoyennes aujourd’hui. Pour reprendre en la généralisant la remarque déjà citée d’Arendt à propos de la bureaucratie (autre forme de pouvoir impersonnel), on dira que la subjectivation des pouvoirs, condition de leur responsabilité, est nécessaire à la subjectivation politique des sujets-citoyens. Le réalisme dont se targuent les responsables politiques nationaux (pour justifier l’écart entre les promesses des campagnes électorales et l’action qui est la leur une fois au gouvernement) les disqualifie tendanciellement comme interlocuteurs crédibles des demandes des citoyens. La désertion des partis traditionnels, l’abstention électorale, que l’on interprète trop rapidement comme des signes de dépolitisation, ainsi que le succès des partis dits populistes, en sont les conséquences. Parallèlement et à l’inverse, la visibilité croissante des pouvoirs indirects favorise le développement de formes nouvelles d’organisations et de mobilisations politiques, transnationales souvent. Des manifestations de Seattle en 1999 à celles de Bruxelles contre l’accord de partenariat transatlantique (TTIP) en décembre 2014, ou à Francfort en mars 2015 contre la Banque centrale européenne, en passant par Gênes en 2001 ou Occupy Wall Street à New York en 2011, ces mobilisations visent des instances de pouvoir (OMC, G8, etc.) qui sont identifiées comme responsables de l’état des sociétés. On déplore souvent que ces manifestations soient essentiellement contestataires, qu’elles ne soient pas porteuses d’un projet politique alternatif25. C’est oublier qu’il ne peut en être autrement, parce que les modalités d’exercice du pouvoir qu’elles contestent sont structurellement soustraites à la discussion publique. Il demeure que ces manifestations traduisent une exigence d’action (d’agency, si l’on préfère) qui est inhérente à la citoyenneté démocratique. C’est cette capacité d’action citoyenne dont les pouvoirs indirects compromettent les conditions de possibilité. En raison du poids grandissant de ces pouvoirs au détriment des formes classiques du pouvoir politique, « personnel » et responsable, les revendications de justice et de démocratie paraissent obsolètes. Le sérieux politique et le commentaire journalistique dominant tendent à les considérer comme l’expression d’un romantisme désuet auquel ils n’accordent qu’une reconnaissance hypocrite. Ce qui est certain est que les questions éthiques de la philosophie politique, qu’on les range sous le chapeau de la justice ou de la démocratie, non seulement ne peuvent plus être posées dans un cadre purement national, mais doivent aussi être repensées pour être ajustées aux structures nouvelles des pouvoirs collectifs, ce qui implique d’abandonner la partition entre politique et économie. Je ne doute pas que certains politistes, voire certains économistes, aient déjà posé des jalons en ce sens. Mais il faut aller plus loin, en s’attaquant aux divisions académiques des savoirs dont les pesanteurs perpétuent des grilles d’interprétation du monde qui nous rendent aveugles à la réalité de notre présent.

Haut de page

Notes

1 On rappellera que Marx avait envisagé, dans ses textes de jeunesse (l’introduction de la Contribution à la critique de la philosophie du droit de Hegel, notamment), une critique de la politique et une critique du droit, en sus de la critique de l’économie politique. La forme qu’a prise ultérieurement sa critique de l’économie politique l’a amené à abandonner ces projets.

2 Les germanophones trouveront une présentation des théories du pouvoir des auteurs ici cités (à l’exception de Gramsci et de Jouvenel) dans l’ouvrage d’Andreas Anter (2012). La présentation de Popitz est particulièrement utile, dans la mesure où cet auteur est quasi inconnu en France.

3 Foucault constitue un cas à part, puisqu’il met principiellement en question la notion de pouvoir au singulier. La distinction que je cherche à établir dans la suite entre domination et pouvoir indirect est d’ailleurs présente dans ses analyses du néolibéralisme, par exemple dans Naissance de la biopolitique (Foucault, 2004).

4 Susan Strange (1996) s’y essaie pourtant, et elle me paraît à cet égard une exception.

5 « Macht ist also nicht etwas, was in der Politik auch vorkommt, sie ist die Quintessenz von Politik schlechthin » (Luhmann, 2002, p. 75). L’allemand de Luhmann étant notoirement difficile, je laisse aux lecteurs germanistes la possibilité de contrôler mes traductions des passages cités. Le livre d’où sont tirées ces citations, Die Politik der Gesellschaft, a été publié de façon posthume (Luhmann est décédé en 1998), par les soins d’André Kieserling.

6 Je reviens sur Hayek plus loin. C’est certes un des principaux reproches de Marx à l’économie politique bourgeoise que de faire passer pour naturelle l’organisation capitaliste de l’économie. Mais le point de vue historique auquel il invite ne l’empêche pas de considérer que l’économie marchande capitaliste fonctionne selon des lois quasi naturelles. Weber, de son côté, a tous les moyens de mettre en question cette représentation de l’économie. Il s’en rapproche cependant de très près quand il évoque la rationalité formelle de l’économie rationnelle moderne et sa logique intrinsèque, en particulier dans la « considération intermédiaire » traduite dans Sociologie des religions (1996).

7 « das Bereithalten der Kapazität zum kollektiven bindendem Entscheiden » (Luhmann, 2002, p. 84).

8 « […] dans une bureaucratie pleinement développée, quand on demande de la responsabilité ou même des réformes, il n’y a personne. Et avec personne, on ne peut pas compter, on ne peut pas l’influencer ou le convaincre, on ne peut pas exercer une pression sur le pouvoir » (Arendt, 1970, p. 80).

9 Cette seconde partie était composée de manuscrits hétérogènes, qui ont été traduits en français séparément les uns des autres. Le texte auquel je fais référence est aujourd’hui disponible en français, dans une traduction d’Isabelle Kalinowski, sous le titre La domination (Weber, 2013). Je renvoie pour la commodité le lecteur français aux pages de cet ouvrage, mais, ayant longtemps travaillé avec l’original allemand, j’ai conservé ici mes propres traductions.

10 Ce sont bien entendu des types « purs », dont la différenciation est nécessaire pour la clarté conceptuelle, mais qui se présentent la plupart du temps dans la réalité mêlés de diverses manières.

11 Malgré les objections de certains, je tiens à la traduction de Macht par « pouvoir ». Les autres propositions avancées (autorité, puissance), quels que soient leurs arguments et motivations, posent plus de problèmes qu’elles n’en résolvent.

12 C’est pourquoi Weber dit, dans les commentaires qui suivent ces définitions (1971, p. 56), que le concept de pouvoir est « sociologiquement amorphe ».

13 Je me permets d’utiliser ce terme, qui évoque bien entendu Luhmann, pour résumer le trait fondamental de la représentation de l’économie qui justifie la séparation tranchée entre science de l’économie et théorie politique.

14 La complexité des sociétés modernes est telle, soutient Hayek, que nous ne pouvons préserver son ordre « par la méthode consistant à diriger les membres de la société, mais que nous pouvons le faire seulement par une voie indirecte, à savoir en faisant respecter et en améliorant les règles qui conduisent à la formation d’un ordre spontané » (1995, p. 59).

15 Voir le passage un peu embarrassé concernant la relation d’un ordre spontané au concept d’intention (Hayek, 1995, p. 45-46). Faire reposer l’ordre spontané sur la condition d’une action convenablement « orientée » de ses éléments (en l’occurrence, des individus humains), remarque Hayek, est une sorte d’« abréviation téléologique » qui « ne soulève aucune objection aussi longtemps que nous ne lui faisons pas implicitement dire qu’il y a, chez ces éléments, conscience d’une intentionnalité ». Mais cette intention, que l’on doit dénier voire interdire aux « éléments », se déporte du côté du gouvernement, justement conseillé par le théoricien.

16 Voir Luhmann (2002, p. 111). L’ouvrage a été conçu dans les années 1990. Malgré l’importance des questions d’ordre économique dans la politique actuelle, en particulier en Europe, je ne suis pas sûre que l’on oserait aujourd’hui une affirmation aussi péremptoire.

17 « Operativ gesehen, kann die Politik nicht wirschaften » (ibid., p. 114).

18 « Förderung und Korrektur der Wirtschaft sind wenig kompatible Ziele. Deshalb oszilliert die Politik zwischen Regulierung und Deregulierung » (ibid., p. 112).

19 La disparition d’oppositions véritables entre les programmes politiques des partis traditionnels, dits « de gouvernement », dans les États européens, en est l’un des symptômes.

20 « Diese Differenz lässt sich nicht politisch, jedenfalls nicht regionalstaatenpolitisch repräsentieren » (ibid., p. 114).

21 On pense aux trop fameux « programmes d’ajustement structurels » imposés par le FMI et la Banque mondiale à certains pays en voie de développement durant les années 1990. Pour une analyse critique de ces programmes, voir Stiglitz (2002).

22 Une analyse plus précise de ces imbrications entre instances de pouvoir « politiques » et « économiques » doit bien entendu tenir compte de la différence de poids des différents États nationaux dans les institutions internationales.

23 Renate Mayntz (sociologue) et Fritz W. Scharpf (juriste) sont directeurs de recherche émérites au Max-Planck-Institut für Gesellschaftsforschung (Cologne, Allemagne).

24 Les effets systémiques ne sont pas un phénomène propre aux marchés. On en trouve aussi du côté de phénomènes sociopolitiques : ainsi le fait que l’appauvrissement et le déclassement de certaines couches des populations génèrent replis identitaires et xénophobie.

25 Malgré le terme d’« altermondialisme », qui peut désigner des réflexions et propositions relativement élaborées pour un autre type de croissance (ou de décroissance) et d’organisation sociale à l’échelle mondiale, mais qui est aussi utilisé de manière vague par les médias pour coiffer toutes les expressions d’opposition aux grandes institutions internationales, à la seule exception des critiques ouvertement souverainistes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Catherine Colliot-Thélène, « Des pouvoirs impersonnels ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 29 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6289 ; DOI : 10.4000/traces.6289

Haut de page

Auteur

Catherine Colliot-Thélène

Professeur de philosophie à l’Université de Rennes 1, membre de l’Institut universitaire de France

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page