Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Friederike Schmitz / Sue Donaldson et Will Kymlicka

Études animales : un aperçu transatlantique

Animal studies: a transatlantic overview
Nicolas Delon
p. 187-198

Texte intégral

1Je suis entré dans les études animales par la porte de la philosophie, dans le prolongement d’un doctorat dans la discipline et d’une thèse sur l’éthique animale. Ma voie d’entrée est importante non parce qu’elle est la mienne, ni parce qu’elle est philosophique, mais pour souligner qu’on n’entre dans les études animales que par telle ou telle porte. Les études animales sont en effet une discipline interdisciplinaire ou pluridisciplinaire s’il en est. Elle est, en outre, fort récente. Pour ces deux raisons, peu de gens à ma connaissance ont été formés en études animales à proprement parler. Certains sont issus de la philosophie, d’autres des études littéraires, des arts, de l’histoire, du droit, d’autres encore des sciences sociales (sociologie, anthropologie, ethnologie, sciences politiques, géographie, psychologie), certains enfin, mais plus rarement, des sciences naturelles (sciences vétérinaires, éthologie, biologie, sciences de l’environnement, psychologie encore). J’entends présenter ici quelques remarques inévitablement partiales sur les complexités intrinsèques des études animales, les contrastes que j’ai pu observer entre les approches anglo-américaines et françaises et le lien essentiel entre théorie et pratique qui s’y joue. Je commencerai par dresser un premier tableau de la diversité des études animales comme champ disciplinaire. Je suggérerai ensuite qu’une dimension critique lui est inhérente. Enfin, je me concentrerai sur les différences entre les mondes francophone et anglophone, en particulier en philosophie.

Études animales plurielles

  • 1 Voir par exemple Ritvo (2007), Weil (2012), la collection « The Animal Turn » de Michigan State Un (...)

2On peut difficilement contester que le monde universitaire, en particulier celui des humanités et des sciences sociales, a opéré ces dernières années un « tournant animal », comparable au « tournant linguistique » opéré au xxe siècle. Le terme, souvent employé dans la littérature des études animales1, décrit un événement certes graduel mais bien réel : l’apparition d’un nouveau type de rapport entre les universitaires et leur objet de recherche, ou d’un nouveau paradigme de recherche, avec ses propres outils, méthodes et théories. Les études animales ne constituent cependant pas encore, et peut-être ne constitueront-elles jamais, une discipline unifiée, faute d’une capacité et d’une volonté d’intégration suffisantes, et probablement aussi parce que ce n’est pas leur vocation. Elles ne disposent d’ailleurs même pas d’une appellation unique : études animales, études humaines-animales, anthrozoologie, études animales critiques – autant de noms recouvrant des réalités qui ne se recoupent que partiellement.

  • 2 Voir les contributions regroupées dans des volumes récents (Taylor et Twine éd., 2014 ; Nocella et (...)

3Il existe ainsi une diversité d’études animales elles-mêmes constituées de diverses disciplines. Théoriquement et sociologiquement, ces différentes appellations ne sont pas sans fondement. Les études animales critiques, par exemple, sont explicitement orientées socialement et politiquement par la perspective de l’abolition de toute forme d’exploitation animale et l’« intersectionnalité » des diverses oppressions (spécisme, racisme, sexisme, discriminations contre les personnes LGBTQ, les handicaps, lutte des classes) et des luttes sociales et politiques correspondantes. Souvent marxistes, anarchistes ou issus de l’écologie radicale, les représentants de cette branche ont contribué à la fois à l’émergence des études animales et à leur ancrage dans le monde militant, mais aussi au croisement de luttes jusqu’ici distinctes : libération humaine et libération animale (non humaine)2. Les autres branches des études animales ne sont pas aussi explicitement orientées politiquement et peuvent même rester assez théoriques. Leurs questions vont des représentations des animaux à travers les âges et les arts aux variations sociales, historiques et culturelles des relations humains-animaux, en passant par la communication entre espèces et la zoothérapie. Malgré ces différences, les études animales au sens large partagent certaines préoccupations centrales : remise en question de la différence humain/animal et des représentations traditionnelles des animaux ; progrès des droits des animaux ou du bien-être animal. Le caractère sociopolitique des études animales critiques me paraît représentatif d’une des vocations centrales des études animales sur laquelle je reviendrai.

  • 3 Voir notamment les critiques sévères de l’abolitionniste Gary L. Francione (2008) adressées à l’ut (...)

4On aura déjà noté ici l’abondance de pluriels. Comme les cultural studies, gender studies, feminist studies, queer studies et autres « études » nées du croisement de différentes disciplines ces dernières décennies, les animal studies sont un ensemble décentré d’études, croisant de multiples perspectives et positions et ne produisant aucune théorie unique ou propre à l’ensemble en question. Les études animales sont théoriques au sens où diverses théories de tel ou tel phénomène y circulent, qu’elles soient sociologiques, politiques, philosophiques ou littéraires, mais pas au sens où il y aurait une ou la théorie animale – à l’instar de mon champ d’étude, l’éthique animale, qui malgré certains buts et hypothèses communs, est loin d’afficher un visage théorique unique. S’y affrontent par exemple, et non sans animosité, « théoriciens des droits » d’une part, radicaux et partisans de l’abolition de toute exploitation animale, et utilitaristes ou « welfaristes » d’autre part, partisans par principe ou stratégiquement de simples améliorations du bien-être3. C’est précisément en vertu du caractère profondément critique et normatif des études animales, où l’éthique animale joue un rôle central, que de tels débats se font jour.

5Toutefois, s’il est bien un aspect réjouissant et salutaire des études animales, c’est précisément de regrouper – dans des publications, des colloques, des séminaires, des programmes académiques et des centres de recherche que nous présentons plus loin – des personnes souhaitant comprendre, analyser, réviser, améliorer sous un jour critique le rapport humain, lui-même multiple, aux animaux, eux-mêmes multiples. Alimentation, agriculture, captivité, expérimentation scientifique, médicale, industrielle, compagnie, thérapie, chasse et pêche, divertissement, traditions culturelles, autant d’aspects de nos relations humaines -non humaines que les études animales viennent mettre en question. Cette mise en question est d’autant plus importante que les animaux sont omniprésents dans nos assiettes, nos textiles, nos symboles, nos mythes, contes et légendes, notre histoire et notre préhistoire, nos maisons, nos villes et nos champs.

Critique et normativité

6Des questions posées surgissent parfois des réponses, suggestions et recommandations. Exemple récent, l’ouvrage collectif interdisciplinaire dirigé par la philosophe Lori Gruen, The Ethics of Captivity, rassemble une multitude de points de vue sur la captivité animale dans différents contextes (Gruen éd., 2014). En documentant précisément des problèmes concrets et théoriques, il nous invite à remettre en question la normalisation de telle ou telle forme de captivité (zoos, laboratoires, refuges, animaux de compagnie, etc.) et à étendre notre compréhension des formes de souffrance subies par les animaux. Un tel effort interdisciplinaire n’est pas tant l’occasion de débats qu’un outil essentiel pour tous ceux qui participent, par loisir ou profession, à telle ou telle forme de captivité. Dans mon propre travail, j’ai défendu des conclusions normatives sur les variations du statut moral des animaux selon nos relations (historiques, écologiques, sociales, affectives) avec eux, en m’appuyant aussi bien sur les sciences naturelles que les sciences sociales, et en croisant analyse descriptive de ces relations et réflexion critique sur leur pertinence normative (Delon, 2014). Hors du champ émergent des études animales, une telle entreprise aurait certainement été plus difficile. Et bien que mes conclusions soient sujettes à débat, elles partent d’hypothèses désormais largement admises, selon lesquelles une inégalité de traitement radicale entre humains et autres animaux au seul prétexte de l’espèce ne saurait plus être admise étant donné ce que nous savons des animaux et les principes moraux généraux que nous tenons pour acquis. Ce point de départ est quant à lui redevable à plus de trois décennies d’éthique animale.

  • 4 Les œuvres de Philippe Descola (2005), titulaire d’une chaire d’anthropologie de la nature au Coll (...)
  • 5 Voir aussi la diversité des approches représentées dans la traduction récente d’auteurs représenta (...)

7On peut se féliciter que le champ génère des conclusions quant à ce que nous devons faire, quels que soient les désaccords sur le comment, le pourquoi, où, en combien de temps et avec qui. Si théorie il y a ici, c’est qu’il est devenu impossible de soutenir rationnellement, sincèrement, sans préjugé, parti pris ni aveuglement que nos rapports – théoriques et pratiques – aux autres animaux ne suscitent aucune question ; et qu’il est devenu impératif, pour l’esprit scientifique aussi bien que pour l’esprit pragmatique, de prendre en charge la critique et la reconstruction du monde qui est le nôtre en même temps qu’il est celui de milliards d’autres corps et esprits affectés plus ou moins directement par nos activités et affectant nos vies. Différentes interprétations de la vocation des études animales existent cependant. En France par exemple, le « tournant animal » a profondément marqué des disciplines telles que l’anthropologie4, l’histoire ou la sociologie, mais leurs présupposés normatifs sont neutres, les végétariens n’y sont à ma connaissance pas plus nombreux qu’ailleurs et il n’est pas rare d’y entendre de vertes critiques des théoriciens de l’éthique animale et des militants des droits des animaux (Digard, 2009 ; Keck et Vialles éd., 2012)5.

  • 6 On distingue habituellement la philosophie analytique de la philosophie continentale européenne, l (...)
  • 7 En français, la trilogie de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (2008, 2011 ; éd., 2011) fournit une bon (...)
  • 8 Voir aussi les contributions des uns et des autres regroupées par exemple dans Birnbaum (éd., 2010 (...)
  • 9 Il ne faut cependant pas négliger l’apport, notamment par le biais de traductions d’articles class (...)

8Chaque porte d’entrée dans les études animales a sa spécificité. Le fait que j’y sois rentré pour ainsi dire a posteriori et par souci éthique appelle quelques précisions. J’aurais tout aussi bien pu ne jamais me réclamer des études animales. Philosophe de formation, ce que je faisais appartenait de droit aux études animales, mais je ne savais pas initialement que c’était le cas. Autrement dit, l’appartenance disciplinaire aux études animales est encore beaucoup plus implicite et officieuse que dans les disciplines qui les composent. En tant que champ émergent, les études animales se réclament de ceux mêmes qui ne savent pas qu’ils en font partie. Chacun a ainsi au mieux une double appartenance plutôt qu’une affiliation directe et unique aux études animales. Ma spécificité, pour un Français expatrié aux États-Unis, est d’avoir pénétré le champ par le biais de travaux principalement anglophones et de tradition philosophique dite « analytique »6. C’est par la lecture d’auteurs fondateurs, désormais mieux connus en France en philosophie et même au sein des autres disciplines – sociologie, anthropologie, histoire –, tels que Peter Singer (2012), Tom Regan (2013), James Rachels (1990), Mary Midgley (1983), Cora Diamond (2004) ou Martha Nussbaum (2006) que je me suis progressivement inscrit non seulement dans le champ de la philosophie analytique mais plus particulièrement dans celui de l’éthique animale7. Mes lectures n’étaient bien sûr pas exclusives d’autres auteurs dits continentaux tout aussi importants, tels que Florence Burgat (2006), Élisabeth de Fontenay (1998, 2008), Catherine et Raphaël Larrère (1997)8 ou l’éthologue Dominique Lestel (2007), mais aussi de la tradition philosophique – des Anciens à Merleau-Ponty en passant par Montaigne et Rousseau. Ces auteurs apportaient à mes lectures une perspective historique précieuse – parfois absente ou trop superficielle dans la littérature analytique – que ce soit à propos de Descartes, des précurseurs de Bentham ou de l’histoire de l’anthropocentrisme. Des auteurs comme Catherine Larrère et Élisabeth de Fontenay sont en outre responsables de la diffusion en France des éthiques environnementale et animale encore quasi inconnues dans les années 19909, tandis que Florence Burgat démontrait les liens profonds qui unissent éthologie et phénoménologie.

Diversité transatlantique : contrastes et convergences

9Un exemple me permettra d’illustrer une tension au sein des études animales entre ceux que je qualifierais d’auteurs essentiellement argumentatifs d’une part, et essentiellement critiques d’autre part. Jacques Derrida est probablement, avec son ouvrage posthume L’animal que donc je suis (2006), l’un des auteurs les plus lus, cités et commentés dans le champs des études animales, certainement en tout cas parmi les auteurs d’inspiration continentale, non seulement en France mais peut-être encore plus aux États-Unis. Derrida opère une « déconstruction » de la tradition anthropocentrique de la métaphysique occidentale du « propre de l’Homme » et du sujet, qu’il qualifie, ici et en d’autres lieux, de « phallogocentrique ». L’ouvrage s’ouvre sur des pages fameuses où le philosophe s’interroge sur son exposition, nu, au regard de son chat, la honte qu’il en éprouve et le fait que seuls les humains, n’étant pas nus, sont capables d’être nus, et donc d’en avoir honte. Attribuant ensuite à Descartes la responsabilité de la représentation et du traitement des animaux comme choses dénuées de langage, et du massacre qui s’ensuit, Derrida rappelle, comme beaucoup avant lui, avec l’utilitariste du xixe siècle Jeremy Bentham que la question n’est pas de savoir si les animaux peuvent raisonner, ni s’ils peuvent parler, mais s’ils souffrent.

  • 10 Mentionnons aussi les travaux de Giorgio Agamben (2006) et Donna Haraway (2008), inspirés par des (...)
  • 11 Le terme est entendu ici au sens des courants théoriques postérieurs au structuralisme en sciences (...)

10Ces rappels et analyses ne sont pas inédits – notamment les références à Descartes et Bentham dans l’histoire de l’anthropocentrisme. Toutefois, Derrida et d’autres10 ont probablement contribué à l’essor des études animales « postmodernes »11 (Calarco, 2008 ; Weil, 2012 ; Wolfe éd., 2003), en mettant au cœur d’une œuvre philosophique, jugée par beaucoup majeure, la question de la différence humain/animal et de la domination, jusqu’à l’absorption et l’éradication en masse par l’homme des autres animaux. Ce courant des études animales est essentiellement critique dans la mesure où il se concentre sur une critique linguistique, institutionnelle, symbolique et généalogique de représentations et idéologies qui sous-tendent nos pratiques, tout en étant peu ou prou réticent à la rigueur argumentative et aux conclusions normatives, en particulier morales. Or, il résulte de ces différentes affinités et méthodologies que les courants argumentatifs et critiques des études animales échangent peu entre eux – faute d’un terrain commun pour se comprendre et se répondre.

  • 12 Voir aussi Le projet Grands Singes (Cavalieri et Singer éd., 2003).

11Un paradoxe, du point de vue transatlantique, est que c’est en Amérique du Nord que la philosophie continentale française est le plus discutée, alors qu’inversement, en France, l’essor des études animales tient en partie à la diffusion des idées et des textes de philosophes de tradition analytique. C’est en effet avec la percée relativement tardive des théories d’éthique animale de Peter Singer, Tom Regan ou Paola Cavalieri (2000a, 2000b)12 que s’est progressivement tissé en France un réseau académique et populaire d’intérêt pour les animaux. Cela s’est accompagné, et a été favorisé, par un intérêt croissant de la part des médias pour les découvertes scientifiques – en éthologie, psychologie, neurosciences et sciences de l’évolution – sur les remarquables capacités des autres animaux, et pour de grandes figures comme Jane Goodall ou Frans de Waal, le tout donnant lieu depuis maintenant quelques années à d’innombrables publications, académiques ou populaires, colloques et conférences scientifiques ou grand public, débats radiophoniques et télévisés.

  • 13 Sur l’évolution des mentalités, voir Baratay (2012).
  • 14 La préoccupation pour les droits et les institutions, jugée anthropocentrique, n’est pas partagée (...)

12Les canaux et facteurs d’une telle évolution sont difficiles à tracer13, mais l’émission hebdomadaire Vivre avec les bêtes animée par Élisabeth de Fontenay avec d’abord Fabienne Chauvière puis Allain Bougrain Dubourg, et diffusée par la chaîne de radio France Inter de 2010 à 2014, illustre parfaitement le croisement de l’apparition des animaux dans la vulgarisation scientifique, les préoccupations du grand public et le monde académique. Signe d’une évolution des mentalités et des sensibilités ou simple artefact de la prise de conscience d’un certain retard avec le monde universitaire anglo-américain, ces évolutions récentes ont modifié la plupart des champs disciplinaires impliqués. Autrefois considéré comme un thème interdit ou risible au sein de l’université française – lors même que Burgat ou Fontenay commençaient à écrire sur la question –, le thème des animaux est aujourd’hui devenu bien accepté, source de nouveaux sujets de thèses et de groupes de travail, faute d’être encore ce qu’on appelle ici mainstream. Que tant d’intérêt pour les animaux soit né d’un intérêt pour leur statut moral ou juridique montre à quel point il ne s’agit d’un sujet ni purement théorique ni purement académique14. J’ai pour ma part bénéficié de ce contexte favorable et donc d’une prise au sérieux de questions éthiques que je commençais à juger cruciales.

  • 15 Notamment Anthrozoös, Society & Animals, Journal for Critical Animal Studies, Journal of Animal La (...)
  • 16 Chez les éditeurs suivants, notamment : Brill, Lantern Books, Columbia University Press, Temple Un (...)
  • 17 Pour une liste presque exhaustive de références, de formations et d’associations, le lecteur se re (...)

13Ces différentes germinations et évolutions ont dessiné différents paysages. Alors qu’en France les « études animales » sont le fait de groupes de travail encore restreints en littérature, en sciences sociales et en philosophie, de nombreux cours et programmes universitaires – de niveau graduate, ou undergraduate, c’est-à-dire de la licence au doctorat – et formations professionnelles – pour adultes, pour vétérinaires, psychologues, juristes,… – existent désormais en Amérique du Nord, proposant une offre de cours variée, allant de la philosophie à la psychologie comparée en passant par la primatologie, de l’éthologie au théâtre en passant par la sociologie ou l’histoire. S’y ajoutent des revues15, collections16, instituts, réseaux, associations, congrès – notamment Minding Animals – et listes de diffusion17. Cet essor a en outre donné lieu à de nombreux manifestes-introductions (Waldau, 2013 ; Weil, 2012), manuels (DeMello éd., 2010 ; DeMello, 2012) et anthologies (Arluke et Sanders éd., 2009 ; Gross et Vallely éd., 2012 ; Ingold éd., 1994 ; Manning et Serpell éd., 1994), regroupant des auteurs de toutes disciplines, parfois non universitaires, sur des sujets théoriques, pratiques et artistiques.

14Néanmoins, des deux côtés de l’Atlantique, les animaux et nos relations avec eux sont devenus des sujets de recherche de plein droit, donnant lieu à des discussions de plus en plus spécialisées, qu’il s’agisse de l’éthique de ce que nous mangeons, des arts et de littérature francophone, étrangère, comparée, d’ethnographie des communautés multispécifiques, de la théorie politique des mouvements militants, d’archéologie de la domestication, de géographie urbaine animale, de l’histoire des zoos, de travail social ou de la psychologie de nos relations avec les animaux. Cause ou effet de l’internationalisation de la recherche, un autre facteur rassemblant les deux continents est l’intérêt croissant que chacun a pour les productions de l’autre. Nous l’avons vu avec la percée de chaque tradition de l’autre côté de l’Atlantique, mais le fait est aussi que les « continentaux » et postmodernes lisent et discutent les théoriciens de l’éthique animale et que ces derniers lisent et discutent les premiers. En outre, l’évolution des mentalités des deux côtés de l’Atlantique a contribué à y lier de façon de plus en plus cohérente, malgré des réticences encore présentes en France, la dimension normative – morale, politique, sociale – ou militante et la dimension théorique ou académique, réduisant ainsi à la fois le fossé entre les continents et le fossé entre la théorie et la pratique.

 

15On se demandera ce qui peut advenir d’un champ aussi composite. Sans se prononcer sur leur avenir, il semble que la vocation des études animales est, par-delà les différences théoriques et les différences de style et de méthode, de remettre sans cesse en question les frontières qui « nous » séparent d’« eux », les humains des autres animaux, ce que la captivité, par exemple, illustre très concrètement : frontières linguistiques, cognitives, métaphysiques, morales, politiques et juridiques toujours plus poreuses – frontières aussi que l’on découvre parmi les animaux, et qui font resurgir leurs singularités d’espèces biologiques, de catégories socioculturelles, mais aussi et surtout d’individus.

  • 18 Critique à la fois au sens large, commun aux diverses approches explorées ici, et au sens plus spé (...)

16À quoi bon ? demandera-t-on. Les études animales peuvent-elles améliorer le sort des animaux ? Les militants ont après tout précédé nombre d’évolutions académiques, qui le leur rendent parfois bien en se désintéressant du terrain. Mais il faut aussi souligner l’influence d’un Peter Singer, et dans une moindre mesure de Tom Regan, sur le militantisme animalier depuis les années 1970 et l’intérêt des philosophes eux-mêmes pour ces convergences (Singer, 1999 ; Singer éd., 2006 ; Stallwood, 2014). S’intéresser aux animaux comme sujet d’étude n’engage à rien quant à leur traitement, mais le seul fait que des étudiants et chercheurs rencontrent ces sujets les amène bien souvent à interroger leurs pratiques et leurs préjugés. Qu’il soit aujourd’hui possible, en France et en philosophie, d’argumenter sérieusement sur la moralité de la mise à mort des animaux pour les manger ou de l’expérimentation animale même à des fins scientifiques est certainement un grand pas, redevable aussi bien au contexte qu’à ceux qui ont eu les premiers le courage de poser ces questions quand on en riait encore. Pour les raisons indiquées, il apparaît que les études animales sont traversées par un lien essentiel entre théorie, description et analyse d’une part et pratique, normativité et critique d’autre part18. Comme je l’ai indiqué toutefois, ce lien n’est pas univoque et il n’existe pas d’interprétation unique des méthodes et des buts des études animales, dans lesquelles chacun travaille avec une double appartenance à son domaine d’origine. Mon cas est particulier : je viens de l’éthique animale et mes positions, mes collègues et mon centre sont très favorables à ladite cause animale. Il n’est cependant pas nécessairement représentatif de ce que peuvent être, seront ou doivent être les études animales. Il faut, je crois, s’en réjouir, car la diversité, le désaccord et l’enrichissement mutuel sont bénéfiques à tout champ intellectuel.

Haut de page

Bibliographie

Aaltola Elisa, 2011, « The philosophy behind the movement : animal studies vs. animal rights », Society and Animals, vol. 19, no 4, p. 393-406.

Agamben Giorgio, 2006 [2002], L’ouvert. De l’homme et de l’animal, Paris, Payot-Rivages.

Arluke Arnold et Sanders Clinton éd., 2009, Between the Species. A Reader in Human-Animal Relationships, Boston, Pearson Education.

Baratay Éric, 2012, Le point de vue animal. Une autre version de l’histoire, Paris, Seuil.

Birnbaum Jean éd., 2010, Qui sont les animaux ? Paris, Gallimard.

Burgat Florence, 2006, Liberté et inquiétude de la vie animale, Paris, Kimé.

Burgat Florence éd., 2010, Penser le comportement animal. Contribution à une critique du réductionnisme, Paris-Versailles, Maison des sciences de l’homme - Quae.

Calarco Matthew, 2008, Zoographies. The Question of the Animal from Heidegger to Derrida, New York, Columbia University Press.

Campos Lucie, Chapouthier Georges, Coquio Catherine et Engélibert Jean-Paul éd., 2011, La question animale. Entre science, littérature et philosophie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Cavalieri Paola, 2000a, « Les droits de l’homme pour les grands singes non humains ? », Le Débat, vol. 1, no 108, p. 156-162.

— 2000b, « L’humanité au-delà des humains », Le Débat, vol. 1, no 108, p. 184-192.

Cavalieri Paola et Singer Peter éd., 2003 [1994], Le projet Grands Singes. L’égalité au-delà de l’humanité, Strasbourg, One Voice.

Delon Nicolas, 2014, Une théorie contextuelle du statut moral des animaux, thèse de doctorat de philosophie, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne.

DeMello Margo, 2012, Animals and Society. An Introduction to Human-Animal Studies, New York, Columbia University Press.

DeMello Margo éd., 2010, Teaching the Animal. Human-Animal Studies across the Disciplines, New York, Lantern Books.

Derrida Jacques, 2006, L’animal que donc je suis, Paris, Galilée.

Descola Philippe, 2005, Par-delà nature et culture, Paris, Gallimard.

Diamond Cora, 2004 [1991], L’esprit réaliste, Paris, Presses universitaires de France.

Digard Jean-Pierre, 2009, « Raisons et déraisons des revendications animalitaires. Essai de lecture anthropologique et politique », Pouvoirs. Revue française d’études constitutionnelles et politiques, no 131, p. 97-111.

Fontenay Élisabeth de, 1998, Le silence des bêtes, Paris, Fayard.

— 2008, Sans offenser le genre humain. Réflexions sur la cause animale, Paris, Le Seuil.

Francione Gary L., 2008, Animals as Persons. Essays on the Abolition of Animal Exploitation, New York, Columbia University Press.

Francione Gary L. et Garner Robert, 2010, The Animal Rights Debate. Abolition or Regulation ?, New York, Columbia University Press.

Goffi Jean-Yves, 1998, Le philosophe et ses animaux. Du statut éthique de l’animal, Paris, Jacqueline Chambon.

Gross Aaron S. et Vallely Anne éd., 2012, Animals and the Human Imagination. A Companion to Animal Studies, New York, Columbia University Press.

Gruen Lori, 2011, Ethics and Animals. An Introduction, Cambridge, Cambridge University Press.

Gruen Lori éd., 2014, The Ethics of Captivity, Oxford, Oxford University Press.

Haraway Donna, 2008, When Species Meet, Minneapolis, The University of Minnesota Press.

Ingold Tim éd., 1994, What is an Animal ?, Londres, Routledge.

Jeangène Vilmer Jean-Baptiste, 2008, Éthique animale, Paris, Presses universitaires de France.

— 2011, L’éthique animale, Paris, Presses universitaires de France.

Jeangène Vilmer Jean-Baptiste éd., 2011, Anthologie d’éthique animale. Apologie des bêtes, Paris, Presses universitaires de France.

Jeangène Vilmer Jean-Baptiste et Afeissa Hicham-Stéphane éd., 2010, Textes-clés de philosophie animale, Paris, Vrin.

Keck Frédéric et Vialles Noëllie éd., 2012, Des hommes malades des animaux, Paris, L’Herne.

Larrère Catherine et Larrère Raphaël, 1997, « Le contrat domestique », Le courrier de l’environnement, no 30, p. 5-18.

Lestel Dominique, 2007, L’animal singulier, Paris, Le Seuil.

Mackenzie Louisa et Posthumus Stephanie éd., 2015, French Thinking about Animals, East Lansing, Michigan State University Press.

Manning Aubrey et Serpell James éd., 1994, Animals and Human Society. Changing Perspectives, Londres, Routledge.

Midgley Mary, 1983, Animals and Why They Matter, Athens, University of Georgia Press.

Nocella II Anthony J., Sorenson John, Socha Kim et Matsuoka Atsuko éd., 2014, Defining Critical Animal Studies. An Intersectional Social Justice Approach for Liberation, New York, Peter Lang.

Nussbaum Martha, 2006, Frontiers of Justice. Disability, Nationality, Species Membership, Cambridge, The Belknap Press.

Rachels James, 1990, Created from Animals. The Moral Implications of Darwinism, New York, Oxford University Press.

Regan Tom, 2013 [1983], Les droits des animaux, Paris, Hermann.

Ritvo Harriet, 2007, « On the animal turn », Daedalus, vol. 136, no 4, p. 118-122.

Singer Peter, 2012 [1975], La libération animale, Paris, Payot.

— 1999, Ethics into Action. Henry Spira and the Animal Rights Movement, Lanham, Rowman & Littlefield.

Singer Peter éd., 2006, In Defense of Animals. The Second Wave, Oxford, Blackwell.

Stallwood Kim, 2014, GROWL : Life Lessons, Hard Truths, and Bold Strategies from an Animal Advocate, Brooklyn, Lantern Books.

Steiner Gary, 2013, Animals and the Limits of Postmodernism, New York, Columbia University Press.

Sunstein Cass R. et Nussbaum Martha éd., 2004, Animal Rights. Current Debates and New Directions, New York, Oxford University Press.

Taylor Nik et Twine Richard éd., 2014, The Rise of Critical Animal Studies. From the Margins to the Centre, New York, Routledge.

Viveiros de Castro Eduardo, 2009, Métaphysiques cannibales, Paris, Presses universitaires de France.

Waldau Paul, 2013, Animal Studies. An Introduction, Oxford, Oxford University Press.

Weil Kari, 2012, Thinking Animals. Why Animal Studies Now ? New York, Columbia University Press.

Wolfe Cary éd., 2003, Zoontologies. The Question Of The Animal, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Haut de page

Notes

1 Voir par exemple Ritvo (2007), Weil (2012), la collection « The Animal Turn » de Michigan State University Press, ou encore le grand colloque en anthropologie organisé au Collège de France en 2011 sous l’égide de Philippe Descola ([en ligne], [URL : http://www.college-de-france.fr/site/philippe-descola/colloque.htm], consulté le 4 mars 2015).

2 Voir les contributions regroupées dans des volumes récents (Taylor et Twine éd., 2014 ; Nocella et al. éd., 2014) et le Journal for Critical Animal Studies.

3 Voir notamment les critiques sévères de l’abolitionniste Gary L. Francione (2008) adressées à l’utilitariste Peter Singer et plus généralement à toute théorie ou forme de militantisme défendant les compromis ou le bien-être animal. Voir aussi le débat entre Gary L. Francione et Robert Garner (2010).

4 Les œuvres de Philippe Descola (2005), titulaire d’une chaire d’anthropologie de la nature au Collège de France et profondément inspiré par Claude Lévi-Strauss, et d’Eduardo Viveiros de Castro (2009), anthropologue brésilien influent en France, sont parmi les plus marquantes de ce renouveau de l’anthropologie et de son intérêt pour les relations entre humain et non-humain. Voir aussi le séminaire d’anthropologie « Relations hommes/animaux » organisé par le Laboratoire d’anthropologie sociale (LAS) à l’EHESS depuis 2010 (voir aussi Keck et Vialles éd., 2012).

5 Voir aussi la diversité des approches représentées dans la traduction récente d’auteurs représentatifs des études animales françaises (Mackenzie et Posthumus éd., 2015), parue dans la collection « The Animal Turn ».

6 On distingue habituellement la philosophie analytique de la philosophie continentale européenne, la première étant principalement de tradition anglo-américaine, bien qu’elle soit née en Autriche au début du xxe siècle. La tradition analytique est réputée plus scientifique et argumentative, initialement préoccupée par l’analyse conceptuelle et une approche logique et scientifique du langage philosophique. Ces contrastes ne doivent pas masquer les nombreux ponts qui existent entre les deux traditions.

7 En français, la trilogie de Jean-Baptiste Jeangène Vilmer (2008, 2011 ; éd., 2011) fournit une bonne introduction à l’éthique animale historique et contemporaine. Voir aussi Jeangène Vilmer et Afeissa (éd., 2010) et Goffi (1998). En anglais, on se reportera à Sunstein et Nussbaum (éd., 2004) et Gruen (2011).

8 Voir aussi les contributions des uns et des autres regroupées par exemple dans Birnbaum (éd., 2010), Burgat (éd., 2010) et Campos et al. (éd., 2011).

9 Il ne faut cependant pas négliger l’apport, notamment par le biais de traductions d’articles classiques ou récents de l’éthique animale, des Cahiers antispécistes.

10 Mentionnons aussi les travaux de Giorgio Agamben (2006) et Donna Haraway (2008), inspirés par des penseurs tels que, parmi d’autres, Heidegger, Deleuze ou Foucault.

11 Le terme est entendu ici au sens des courants théoriques postérieurs au structuralisme en sciences humaines et sociales. Pour une perspective critique sur le postmodernisme en éthique animale, voir Steiner (2013).

12 Voir aussi Le projet Grands Singes (Cavalieri et Singer éd., 2003).

13 Sur l’évolution des mentalités, voir Baratay (2012).

14 La préoccupation pour les droits et les institutions, jugée anthropocentrique, n’est pas partagée par tous dans les études animales (Calarco, 2008). Voir la discussion d’Elisa Aaltola (2011). Les mouvements militants sont plus directement inspirés par Singer (2012), parfois par l’abolitionnisme de Francione (2008).

15 Notamment Anthrozoös, Society & Animals, Journal for Critical Animal Studies, Journal of Animal Law, Antennae, Journal of Applied Animal Welfare.

16 Chez les éditeurs suivants, notamment : Brill, Lantern Books, Columbia University Press, Temple University Press, Johns Hopkins University Press, Reaktion, Palgrave and Macmillan.

17 Pour une liste presque exhaustive de références, de formations et d’associations, le lecteur se reportera avec profit aux sites de l’Animals & Society Institute ([URL : http://www.animalsandsociety.org/], consulté le 22 mars 2015) et à l’appendice de DeMello (éd., 2010).

18 Critique à la fois au sens large, commun aux diverses approches explorées ici, et au sens plus spécifique que j’ai distingué du courant « argumentatif ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Delon, « Études animales : un aperçu transatlantique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #15 | 2015, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 21 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/6274 ; DOI : 10.4000/traces.6274

Haut de page

Auteur

Nicolas Delon

Maître de conférences au département d’études environnementales, New York University

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page