Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Articles

La sociologie française est-elle pragmatist compatible ?

Romain Pudal
p. 25-45

Résumés

Cet article est en partie issu d’un travail de thèse portant sur les réceptions du pragmatisme en France au xxe siècle. Nous avons décidé de centrer notre propos sur les usages et appropriations du pragmatisme, ou plutôt de pragmatismes multiples, dans deux entreprises intellectuelles d’importance depuis une vingtaine d’années à peu près : l’équipe de « Raisons pratiques » liée à l’École des hautes études en sciences sociales et l’anthropologie des sciences de Bruno Latour. Nous nous interrogeons sur la place et la nature de ces deux approches dans une reconfiguration intellectuelle générale touchant les sciences humaines et sociales. Le recours au pragmatisme constitue-t-il le symptôme d’une crise paradigmatique globale ? Est-ce un simple phénomène de mode ? Peut-on dès à présent parler d’un nouveau « paradigme pragmatique » dans les sciences sociales et quels en seraient les éléments définitionnels ?

Haut de page

Texte intégral

1Si la réception du pragmatisme en France s’est faite de façon « souterraine » pendant un demi-siècle à peu près, force est de constater que depuis la fin des années soixante-dix, le pragmatisme, ou plutôt les pragmatismes, ont connu un très réel succès qu’on peut à bon droit comparer à un phénomène de mode. Pourquoi parler de « pragmatismes » au pluriel et de « phénomène de mode » ? Tout simplement parce qu’il est bien difficile de repérer – et plus encore de définir avec précision – ce qu’entendent par « pragmatisme » nombre de philosophes, sociologues, historiens qui ont recours de façon plus ou moins explicite à ce terme. Car si le signifié est flottant, il faut bien d’abord prendre acte du fait que les signifiants le sont aussi et que lorsqu’on cherche à repérer les éléments susceptibles d’éclairer cette réception, on est renvoyé à tout un univers sémantique aux contours relativement flous. « Pragmatisme », « pragmatiste », « pragmatique », « pratique » et toutes leurs déclinaisons ou presque se trouvent dans les propos ou sous la plume de très nombreux chercheurs des disciplines anthroposociales. Nous nous intéresserons ici à certains des usages du pragmatisme en sociologie : s’agit-il d’une ressource théorique assumée et fouillée ? D’un « label » permettant de prendre ses distances avec d’autres types de sociologie ? En un mot, pour reprendre les termes de Christian Topalov à propos de l’École de Chicago : qu’en dit-on et à quoi sert-il de s’en réclamer ?

2L’article qui suit est donc issu d’une thèse, soutenue en 2007, qui a tenté de reconstituer les réceptions du pragmatisme en France depuis près d’un siècle en adoptant un point de vue sociohistorique. Au cours de cette enquête croisant sociologie des intellectuels et histoire des sciences sociales, nous avons été conduit à mener de nombreux entretiens avec des universitaires français, essentiellement philosophes et sociologues. Nous avons privilégié les deux univers disciplinaires qui nous étaient les plus connus mais nous avons proposé des pistes interprétatives, dont nous dirons quelques mots, pour la linguistique ou l’histoire, par exemple, qui suggèrent que de multiples usages du pragmatisme irriguent les sciences sociales françaises et participent d’une certaine reconfiguration intellectuelle que nous essaierons de caractériser succinctement.

3Dans son ouvrage, Les nouvelles sociologies, Philippe Corcuff parle d’une « galaxie pragmatique » (Corcuff, 2007, p. 107). À propos de Luc Boltanski et de Laurent Thévenot, directeurs d’études à l’EHESS et membres du Groupe de sociologie politique et morale, il écrit :

Ils ont esquissé un paradigme pragmatique (centré sur « l’action située ») à partir de la fin des années 1980, en rupture avec le cadre de la sociologie de Pierre Bourdieu dans lequel ils avaient commencé à travailler. Cette « sociologie des régimes d’action », ou « sociologie des régimes d’engagement », s’intéresse à des corps dotés de compétences et confrontés à des choses au sein de cours d’action. (Corcuff, 2007, p. 102)

4Albert Ogien, quant à lui, écrit dans son dernier ouvrage, Les formes sociales de la pensée :

Ce livre procède à l’examen de ce symptôme. Et l’auscultation commence par l’élucidation d’une énigme : comment des sociologues ont-ils pu assimiler l’œuvre de Ludwig Wittgenstein à un territoire familier et la transformer en source d’inspiration ? Un premier élément de diagnostic tient en un constat, conceptuel et historique à la fois : ce mouvement d’appropriation a été contemporain de l’émergence, en sociologie, d’une critique des écueils symétriques du positivisme et du subjectivisme. (Ogien, 2007, p. 8)

5Ces façons de présenter le paysage sociologique cherchent à dessiner les contours d’une nouvelle configuration intellectuelle révélatrice d’un changement dans les sciences humaines et sociales que désigne, de façon plus ou moins flottante, le terme « pragmatique ». Il faudrait en effet contextualiser le paysage sociologique proprement dit en mettant en lumière les mutations théoriques et méthodologiques qui ont affecté d’autres disciplines : ainsi, par exemple, de la linguistique ou de l’histoire.

6Dans sa postface au désormais classique Quand dire, c’est faire d’Austin, François Récanati s’intéresse à la naissance de la pragmatique en refaisant le chemin qui mène du positivisme logique à la philosophie du langage ordinaire. Récanati écrit ainsi : « C’est en pragmatique que les travaux des philosophes du langage ordinaire ont eu le plus d’influence sur la linguistique contemporaine », et en note : « La pragmatique est cette sous-discipline linguistique qui s’occupe plus particulièrement de l’emploi du langage dans la communication. » (Récanati, 1970, p. 187) Austin s’intéresse aux énoncés contextuellement situés. Il va même, dit Récanati, jusqu’à « élaborer une théorie générale de la parole comme action » (Récanati, 1970, p. 195).

7Ce tournant pragmatique se retrouve mutatis mutandis en histoire et revêt deux dimensions principales. Le pragmatisme est revendiqué, d’une part, pour analyser les situations et les hommes en tant qu’acteurs de leur histoire, et d’autre part, certains historiens, au premier rang desquels Gérard Noiriel, font du pragmatisme leur ligne philosophique principale pour élaborer une sorte de déontologie disciplinaire.

8Parmi ceux qui ont cherché à promouvoir cette reconfiguration intellectuelle, l’historien le plus connu est sans doute Bernard Lepetit dans Les formes de l’expérience (1995). Dans l’introduction à cet ouvrage, intitulée « Histoire des pratiques, pratique de l’histoire », il retrace l’historiographie depuis cinquante ans et rappelle que l’histoire en France fonctionnait dans les années cinquante-soixante selon le paradigme « braudelo-labroussien » : approche macroéconomique, structures sociales, tendances séculaires, recours massifs et quasi systématiques à la statistique descriptive. Le nouveau moment historiographique annoncé dans les éditoriaux des Annales en mars-avril 1988 serait marqué, selon Lepetit, par le fait de « recommencer à prêter une attention particulière à la société et d’analyser celle-ci comme une catégorie de la pratique sociale, c’est-à-dire de considérer que les identités sociales ou les liens sociaux n’ont pas de nature, mais seulement des usages » (Lepetit, 1995, p. 13). C’est ce qu’il appelle une « orientation pragmatique ». Il diagnostique lui aussi un changement d’orientation dans l’ensemble des sciences sociales :

L’économie, la sociologie, l’anthropologie ou la linguistique prennent aujourd’hui leur distance d’avec le structuralisme, voire avec l’explication causale pour, les unes et les autres, prêter attention à l’action située et rapporter l’explication de l’ordonnancement des phénomènes à leur déroulement même. À la linguistique saussurienne, on oppose la sémantique des situations ; contre les déterminations de l’habitus, on insiste sur la pluralité des mondes de l’action. (Lepetit, 1995, p. 14)

9Plusieurs éléments corroborent ce diagnostic d’ensemble : le numéro spécial de Critique – « Sciences humaines : sens social » de juillet 1991, dont l’introduction, rédigée par Vincent Descombes, porte le titre : « Science sociale, science pragmatique » – est l’un de ces indices. L’article de 1999 de Thomas Bénatouïl dans les Annales, qui propose un principe de lecture de la sociologie française selon deux pôles opposés, « critique » et « pragmatique », en est un autre. Le troisième indice est enfin le lancement aux Éditions de l’EHESS, en 1990, d’une collection d’ouvrages sous le titre évocateur de « Raisons pratiques », ouvrages qui vont beaucoup compter pour la diffusion de thèmes relevant de cette mouvance pragmatiste.

10Nous ne pouvons entreprendre ici une analyse exhaustive des usages et appropriations du pragmatisme dans les sciences sociales, mais nous tenterons de montrer comment fonctionne le recours à cet univers philosophique dans deux entreprises intellectuelles d’envergure  : celle de l’équipe de « Raisons pratiques » tout d’abord, puis celle de Bruno Latour ensuite. Si nous avons choisi de centrer les analyses qui suivent sur ces deux sous-ensembles de travaux – l’un relevant des sociologies de l’action, l’autre de l’ethnographie latourienne des sciences –, c’est, d’une part, que nos interlocuteurs ont fait état des affinités qu’ils voyaient se dessiner entre ces courants tout en s’interrogeant simultanément et de façon plus ou moins systématique, d’autre part, sur la multiplicité des usages du pragmatisme dont ceux-ci témoignaient. Si l’on se risque à chercher un dénominateur commun, et sans jamais considérer qu’il serait le ressort explicatif ultime et définitif, force est de constater que ces deux approches sociologiques cherchent chacune à leur manière à contrecarrer le cadre théorique élaboré par Pierre Bourdieu en renouvelant le répertoire de notions sociologiques mobilisables.

11Lorsque l’un de nos interlocuteurs nous déclare qu’« aujourd’hui, toute la sociologie française est bourdieusienne, [que] Bourdieu est devenu le common knowledge de tous les sociologues français ou presque », qu’« il faut donc à présent en sortir et [que] selon des modalités différentes, la pensée pragmatiste peut servir à ça », il donne à voir selon nous l’un des socles communs à des travaux par ailleurs différents les uns des autres. Nous commencerons par donner un rapide aperçu de ce qu’on peut trouver dans la philosophie pragmatiste dans sa version américaine, ce qui devrait éclairer en partie les usages qui peuvent en être faits et que nous expliciterons dans un second et un troisième temps.

Le pragmatisme version originale

12Il existe bien une histoire « canonique » du pragmatisme, avec ses moments clés, ses figures incontournables et ce que Jean-Michel Berthelot a appelé un « noyau dur rationnel » (Berthelot, 2005), disons un ensemble de propositions philosophiques qui, même retravaillées au fil du temps, constitue comme une sorte de socle théorique identifié durablement avec le pragmatisme.

13Il faut noter tout d’abord que le pragmatisme n’a jamais été un courant homogène : « Comme Peirce lui-même s’en était très vite rendu compte, les idées de James n’obéissaient pas aux mêmes orientations que les siennes. Quel qu’ait été primitivement le rôle des idées de Peirce, celles de James et Dewey s’en écartent notablement », écrit Jean-Pierre Cometti (1994, p. 389) dans le chapitre consacré au pragmatisme du manuel dirigé par Michel Meyer, La philosophie anglo-saxonne. Il souligne par ailleurs l’importance de la philosophie analytique, et notamment de l’immigration de philosophes attachés au positivisme logique dans les années trente (issus par exemple du Cercle de Vienne), ainsi que du succès grandissant de cette approche logicienne de la philosophie après la seconde guerre mondiale aux États-Unis pour comprendre les infléchissements, voire la quasi-disparition du pragmatisme : « C’est pourquoi le pragmatisme d’aujourd’hui ne ressemble pas exactement à celui d’hier ; c’est également pourquoi il renaît en se cherchant dans des discussions qui sont très loin d’en faire un courant homogène. » (Cometti, 1994, p. 483)

Repères historiques

14L’histoire du pragmatisme commence donc avec le « Club métaphysique » de Cambridge aux États-Unis, créé aux alentours de 1870, avec pour fondateur Charles Sanders Peirce et qui compte notamment en son sein William James, mais aussi des juristes et des savants. Il est bien difficile de donner une définition du pragmatisme, mais il est certain que pour Peirce, il s’agit d’une méthode de clarification conceptuelle « permettant de résoudre ou dissoudre les problèmes de la philosophie » (Putnam, 1975, p. 272) : « Le pragmatisme n’est en soi aucune doctrine de métaphysique, aucune tentative pour déterminer une quelconque vérité des choses. C’est simplement une méthode pour établir la signification des mots difficiles et des concepts abstraits. » (Tiercelin, 1993, p. 8-9) Les deux textes considérés comme les premières formulations les plus claires du pragmatisme sont ceux publiés par Peirce en novembre 1877 et janvier 1878 : « Comment rendre nos idées claires » et « Comment se fixe la croyance ». Que contiennent-ils ? D’abord et avant tout une critique assez féroce de Descartes.

15Mais les textes de Peirce contiennent aussi ce qu’il est convenu d’appeler « la maxime pragmatiste », autrement dit l’un de ces éléments du noyau dur dont nous parlions. Voici ce que dit cette maxime : « Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception même de l’objet. »

16C’est finalement James qui popularisera le mot « pragmatisme », d’abord avec sa conférence de 1898, Philosophical Conceptions and Practical Results, puis avec celles qui donneront naissance à son ouvrage, Le pragmatisme, publié en 1907. La figure de Dewey, dont la productivité et la multiplicité des domaines d’études (philosophie, psychologie, pédagogie…) ne se démentent pas tout au long d’une très longue carrière dans les plus prestigieuses universités américaines, est aussi incontournable.

La science, guide du philosophe

17Du point de vue théorique, il faut souligner que pour tout pragmatiste, la science doit être le guide du philosophe. Peirce avait coutume de dire que c’était le laboratoire qui lui avait tout appris ; Dewey déclare de son côté : « Il est faux de dire que tous nos malheurs proviennent d’une absence d’idéal : ils proviennent d’idéaux fallacieux. Et ces idéaux plongent leurs racines dans un monde social qui ignore la science en tant que cette dernière constitue une enquête critique, impartiale, systématique, métho-dique, portant sur les conduites opérantes. » (Dewey, 2003, p. 119)

18La référence au laboratoire, l’importance de l’expérience ou, mieux, de l’expérimentation, du concret, l’empirisme radical revendiqué par James, des références théoriques comme Darwin, un argumentaire profondément anti-cartésien, tout un ensemble de positions contribuent donc à associer, surtout depuis James, le pragmatisme à l’utilité, l’efficacité, le sens du -pratique et de l’action, un certain goût aussi pour le matérialisme et l’individualisme. L’une des originalités du pragmatisme tient essentiellement dans l’élaboration d’un critère de signification qui renvoie non à ses origines dans les idées – quelle qu’en soit la forme –, mais à ses conséquences dans le monde, dans la pratique, ce qui le rapproche presque systématiquement de toutes les formes d’empirisme. Dewey est on ne peut plus clair sur ce point et écrit à ce sujet : « Dans la validation d’un principe ou d’une hypothèse de vérité, on s’intéressera à son origine, qui doit avoir ses racines dans l’expérience, et à ses effets pratiques, positifs ou négatifs, au lieu de retenir principes et énoncés d’origine sublime venant d’un au-delà de l’expérience et indépendants de leurs effets concrets dans l’expérience. » (Dewey, 2003, p. 67)

19Le refus de toutes les formes d’idéalisme, le rejet des arrières-mondes et l’anti-essentialisme sont des thématiques elles aussi centrales dans le pragmatisme. Il n’existe à peu près, à notre connaissance, aucun texte pragmatiste qui ne soit guidé par cette idée anti-essentialiste fondamentale. C’est la méfiance à l’égard des systèmes philosophiques clos et rigides qui méprisent l’empirie au profit de formalismes abstraits ou de réifications conceptuelles discutables, qui constitue l’un des socles de cette philosophie. « Pragmatisme, instrumentalisme, institutionnalisme, déterminisme économique et positivisme juridique présentent une parenté philosophique frappante. Toutes ces doctrines veulent éviter un abord trop formel des problèmes ; elles proclament toutes leur désir impatient d’empoigner la réalité, leur attachement à ce qui est vital, à ce qui est en mouvement dans la vie sociale », écrit Morton G. White dans La pensée sociale en Amérique (1963, p. 4).

  • 1  Voir Joas, 1993, qui donne à voir l’histoire des incompréhensions qui ont touché pragmatisme et pe (...)

20Ce très bref rappel historique et théorique permettra, nous l’espérons, de mieux comprendre comment les sciences sociales françaises ont pu s’approprier des pans entiers du pragmatisme depuis une vingtaine d’années. Pourtant, lorsqu’on étudie le phénomène dans son ensemble, il est frappant de constater la multiplicité des usages qui peuvent en être faits : si nous choisissons de présenter ici deux courants sociologiques qui vont y puiser notamment des armes contre la sociologie de Bourdieu, il faut néanmoins rappeler que ce dernier a souvent souligné les affinités profondes qu’il voyait entre sa sociologie et la philosophie pragmatiste. Ceci pour signifier que l’histoire sociale des idées peut contribuer à mettre au jour des paradoxes constitutifs de phénomènes de mode intellectuelle1.

Une entreprise collective : « Raisons pratiques »

Les origines intellectuelles de « Raisons pratiques »

21L’un des foyers les plus actifs de réception du pragmatisme dans les sciences sociales se situe depuis une quinzaine d’années à l’EHESS autour de l’équipe de « Raisons pratiques », même si celle-ci a changé dans le temps. Dans l’entretien qu’il nous a accordé, Louis Quéré, directeur de recherche au Centre d’études des mouvements sociaux, revient sur cette entreprise intellectuelle :

Au départ, « Raisons pratiques » n’avait pas d’accrochage particulier au pragmatisme mais plutôt, quoique partiellement, à la philosophie analytique. En fait, le point de départ, ça a été dans les années quatre-vingt. On avait lancé ici, au CEMS, un séminaire d’épistémologie des sciences sociales qui était accompagné d’une publication, les Cahiers d’épistémologie des sciences sociales. À l’époque, cela correspondait à une phase où ça a été un peu le tournant habermassien de ma trajectoire, fin des années soixante-dix ; j’avais été très impressionné par les deux volumes d’Habermas traduits, celui sur l’espace public et celui sur la légitimité – surtout celui sur l’espace public, d’ailleurs. Je m’étais alors plongé dans une lecture approfondie d’Habermas ; j’étais intéressé par sa confrontation avec l’herméneutique et Gadamer. C’était un intérêt pour ce qu’on appelle le tournant ontologique de l’herméneutique post-heideggerienne, la compréhension de soi, des individus comme des collectifs constitutifs de leur identité. Du coup, j’ai commencé à m’intéresser aux dimensions de la compréhension et de l’interprétation que les acteurs font d’eux-mêmes puis, pour donner un contenu plus sociologique à cette affaire, j’ai découvert un peu par hasard le courant ethnométhodologique qui se raccrochait directement à cette problématique-là. (Entretien du 8 juin 2006)

22À la question de savoir comment cette découverte s’est opérée, il répond :

Par des lectures : il se trouve qu’en 1980, j’avais passé six mois à Montréal et j’ai découvert des textes : Ciccourel, Garfinkel… Au retour, j’avais proposé de constituer un groupe de travail, de lecture, de ces textes pas faciles d’accès, qui posaient des problèmes d’interprétation assez coriaces, et c’était dans le cadre du séminaire – on avait lancé un groupe de travail là-dessus – avec des col-lègues du CEMS, Renaud Dulong, Alain Cottereau. Puis sont venus des gens de l’extérieur : du Centre de sociologie de l’éthique, Pharo, Ladrière… Quelqu’un était dans un autre réseau, le réseau Pécheux, l’analyse du discours : c’était Bernard Conein, qui s’intéressait, lui, à l’aspect plus « analyse de conversation » dans ce courant ethnométhodologique. Ce groupe a sorti en 1984, je crois, un petit cahier, « Arguments ethnométhodologiques », où on avait traduit quelques bouts de textes de Garfinkel ; il y avait quatre ou cinq articles de discussion de sa pensée. Parallèlement, d’autres auteurs avaient été travaillés : il existait un groupe sur Habermas lorsqu’est parue Théorie de l’agir communicationnel. On s’était dit qu’il y avait un thème qui méritait qu’on le reprenne, celui de l’analyse de l’action, thème central dans l’ethnométhodologie ; on avait constitué un PRI (projet de recherche intégré) permettant à des centres de recherche différents de travailler ensemble. Parallèlement, il y avait une troisième initiative, plus « analyse de conversations ». (Entretien du 8 juin 2006)

  • 2  Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Pudal, 2005, p. 86-102.

23Le pragmatisme n’est donc pas premier ; c’est plutôt une confluence d’intérêts théoriques divers qui va y mener, comme à un arrière-plan théorique nécessaire mais longtemps méconnu. On remarquera au passage la nécessité, maintes fois soulignée par nos interlocuteurs, de passer par le continent nord-américain pour y découvrir des auteurs largement ignorés en France, auteurs majeurs à plus d’un titre et dont certains ont pu bénéficier avant-guerre d’un intérêt réel dans l’hexagone2. C’est dire si la continuité intellectuelle est peu assurée en ce domaine. C’est d’ailleurs ce que sou-lignent Louis Quéré et Bruno Karsenti dans leur introduction au volume 15 de « Raisons pratiques » :

La réception des œuvres de pensée est un processus historique, chaque époque sélectionnant et sollicitant celles qui l’intéressent en fonction des préoccupations qui sont les siennes et de l’aide qu’elle pense y trouver pour résoudre les problèmes auxquels elle est confrontée. […] Tel est le cas du pragmatisme américain, dont on redécouvre aujourd’hui l’intérêt pour élucider nombre de problèmes actuels dans de multiples domaines. (Quéré, Karsenti, 2004, p. 9)

24On peut partager ce diagnostic mais il n’éclaire qu’une face du phénomène, celle de la recherche désintéressée d’outils intellectuels pour résoudre des problèmes (éventuellement) nouveaux ; il fait peu cas de la dimension critique de certaines entreprises intellectuelles qui commencent par bâtir sur les « ruines » de celles qui les précèdent, c’est-à-dire du recours à des œuvres de pensée oubliées ou méconnues dans la double perspective d’un renversement des hiérarchies intellectuelles en place et d’une autopromotion de soi comme spécialiste d’un nouveau domaine de pensée dont on essaie de montrer qu’il est dorénavant devenu incontournable.

Une notion unificatrice : l’action

  • 3  1999, La logique des situations, Paris, EHESS (Raisons pratiques).

25Il faut en tout cas une thématique unificatrice pour fédérer ces divers mouvements de pensée, ces multiples programmes de recherche dont parle Quéré : cette thématique unificatrice sera l’action. Significativement, le premier numéro de « Raisons pratiques », en 1990, a pour titre « Les formes de l’action » ; celui de 1993 sera quant à lui intitulé « Les théories de l’action ». À la lecture de tous les textes qui s’inscrivent dans cette mouvance, on comprend que la notion d’action présente un intérêt majeur, celui d’être malléable et appropriable par tous, puisqu’elle ne constitue pas un concept clairement défini et ne renvoie pas à une théorie fortement structurée dont le cahier des charges serait trop contraignant. L’action, c’est évidemment d’abord un moyen de se recentrer sur l’acteur et de sortir des travaux sur de vastes entités, comme des institutions, des structures sociales, des classes, des groupes, etc. : on réduit la focale, on allège l’appareil théorique, on se recentre sur des situations – autre concept majeur de ce nouveau lexique, autre titre de « Raisons pratiques »3 – afin que le travail du sociologue soit au plus près de l’observable.

  • 4  Nous renvoyons ici aux travaux d’Harold Garfinkel (Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 20 (...)

26Il faut y voir, à n’en pas douter, la marque de l’ethnométhodologie4 qui a servi à informer ces programmes de travail nouveaux. Pourtant, les promoteurs de ces nouvelles façons de faire de la sociologie n’ont de cesse de déplorer l’accueil plutôt froid qui est réservé à cette sociologie et de dénoncer la situation de marginalité dans laquelle ils sont confinés depuis si longtemps. On objectera à ce tableau plutôt sombre trois remarques : premièrement, l’ethnométhodologie a longtemps joué d’une clandestinité voulue et recherchée ; deuxièmement, un certain nombre de sociologues initialement intéressés par cette nouvelle approche ont fini par trouver des places tout fait honorables dans des institutions peut-être initialement hermétiques ; troisièmement, c’est, il faut le dire, un locus communis de l’histoire intellectuelle que de se présenter comme le découvreur méconnu et longtemps ostracisé d’un nouveau courant théorique et de lire sa trajectoire comme celle d’un chercheur longtemps marginal qui a lutté avec persévérance contre les immobilismes de l’institution.

27Plus problématique en revanche, et sans doute aussi plus difficile à cerner, parce que plus diffus, serait ce phénomène dont parle Albert Ogien dans l’entretien qu’il nous a accordé. Il s’agit non pas de désigner des programmes de recherche concurrents, ni des paradigmes incommensurables, mais plutôt de montrer en quoi le pragmatisme incarnerait une façon d’aborder les problèmes radicalement différente de celle qui existe en France. Ce n’est plus alors le pragmatisme en tant que doctrine constituée mais bien en quelque sorte l’esprit du pragmatisme qui serait difficile à assimiler. C’est bien une posture intellectuelle que cherche à dessiner Albert Ogien et qui explique, selon lui, le peu de succès qu’a connu le pragmatisme en France et sa nécessaire acclimatation, qui risque à tout moment de le dénaturer totalement :

Et je me suis souvent interrogé sur l’irréception, l’incapacité de mes collègues français à comprendre des choses qui me semblaient très claires, exposées par des maîtres américains ; cela semblait clair, évident, et pourtant totalement à l’écart de ce qu’un « vrai » sociologue devait faire ; et dans cette réflexion sur la raison pour laquelle des énoncés, des propositions qui sont sensées, intelligibles, n’étaient pas du tout reçues, j’ai pensé – enfin, de façon très intuitive, assez tôt –, j’ai pensé qu’il y avait… le mot est un peu cocasse, mais c’est « l’univers pragmatiste de la pensée anglo-saxonne en général, de la pensée américaine en général », on va dire c’est l’humus, le terreau utilitariste anglais, américain, cette espèce de manière de voir le monde, de ne pas en rajouter dans les questions de métaphysique, cet esprit-là. Moi j’appelle ça « l’esprit du pragmatisme », qui insuffle de façon – entre guillemets – « naturelle » la pensée américaine. Ils ne pensent plus tellement les racines, les fondements. C’est vraiment une manière d’orienter le questionnement en sociologie, ce n’est pas la même que celle qu’on avait en France ; c’est une certaine manière de voir le monde du point de vue de l’action ! C’est ça le noyau dur, la pierre à partir de laquelle la pensée pragmatiste s’érige : donner la primauté à l’action. (Entretien du 29 mai 2006)

28L’idée, défendue par Ogien, d’un esprit pragmatiste donnant le primat à l’action et reposant sur un background utilitariste très étranger à la France, restée largement attachée à sa tradition rationaliste, voire idéaliste, est une idée que nous avons retrouvée non seulement chez certains promoteurs de « Raisons pratiques » mais aussi chez Latour ou Hennion –  sociologue au CSI, longtemps collègue de Latour et promoteur de ce qu’il appelle une « pragmatique du goût ».

29Bruno Latour n’a de cesse de rappeler son étonnement critique face aux premiers paragraphes du cours de Durkheim consacré au pragmatisme et à la sociologie : par exemple, dans son entretien avec Jean-Marc Lévy-Leblond pour la revue Rue Descartes, du Collège international de philosophie, intitulé « Il ne faut plus qu’une science soit ouverte ou fermée ». Voici la lecture que donne Latour de l’épistémologie historique française dans ses rapports avec le pragmatisme :

  • 5  Voir aussi les articles de Latour dans Le Monde du 27 septembre 2003 et du 28 avril 2006.

Les science studies ont complètement transformé la vieille épistémologie : l’étymologie des deux termes est la même, en anglais ou en grec, mais les résultats sont méconnaissables ! Malheureusement, les universitaires français en sont presque totalement privés, car malgré le travail incroyable de Dominique Pestre au Centre Koyré, et plus récemment de Ian Hacking au Collège de France, les esprits restent bloqués sur ce que j’appelle le national-rationalisme5 dont Durkheim a donné en 1914 une expression fulgurante dans son cours sur les pragmatistes, et qui n’a pas bougé d’un iota depuis presque cent ans : si la France, dit-il, devait un jour changer sa conception rationaliste de la science, elle disparaîtrait ! Quel pays a jamais construit son idée nationale sur une telle conception ? Voilà le grand sujet anthropologique que j’aimerais aborder : « La France, fille aînée de la Science ». (Latour, 2003, p. 70)

30Plus loin, il précise :

Ce qui est bien sûr lié à la notion française d’universalité qui est à la fois scientifique et politique, c’est cela que j’appelle le national-rationalisme. On ne met pas fin aux conflits par l’arrangement, le compromis, la composition, la négociation. C’est pourquoi l’épistémologie comme théorie de la science détachée de ses conditions de production joue un rôle si important – même si j’ai un peu tendance à l’exagérer, je le sais bien. (Ibid., p. 171)

31Nous souhaiterions donc à présent proposer une courte analyse des apports du pragmatisme à l’anthropologie des sciences de Latour.

Bruno Latour : une sociologie des sciences pragmatique ?

32Parmi les multiples appropriations dont le pragmatisme fait l’objet dans les sciences sociales, il nous semble légitime de parler d’un sociologue connu et récemment nommé professeur à l’IEP de Paris, Bruno Latour, promoteur avec Michel Callon, notamment, de l’anthropologie et de la sociologie des sciences en France. Il a longtemps travaillé au CSI, à l’École des Mines, il en a été le directeur et se réclame d’une « nouvelle sociologie », héritière d’un pragmatic turn et qui se signale entre autres par son refus critique de la sociologie de Bourdieu. Le pragmatisme sert donc entre autres à alimenter cette scission avec d’« anciennes » façons de faire de la sociologie.

Une « sociologie relativiste, comme la physique du même nom »

33Dans un texte co-écrit avec Michel Callon, intitulé « Pour une sociologie relativement exacte », non publié mais consultable sur le site de Bruno Latour6, ce dernier précise quels griefs il a contre ce qu’il appelle la sociologie « pré-relativiste », celle de Bourdieu, par opposition à la sienne qualifiée de « relativiste, comme la physique du même nom ». On ne s’étonnera pas, au passage, que Latour ait fait l’objet d’un certain nombre de critiques, lors de l’affaire Sokal7 notamment, mais aussi régulièrement sous la plume d’Yves Gingras, sociologue des sciences canadien renommé ; nous en dirons quelques mots.

34Voici donc ce qu’il écrit :

Là est le paradoxe : les sociologues prérelativistes passent leur temps à relativiser les points de vue de leurs informateurs (les dominants par les dominés, l’illusion d’un choix libre par les régularités statistiques, l’illusion des déterminations par les irrégularités statistiques). Ils se font même gloire de ce « travail du relatif », mais ils ne l’appliquent jamais au cadre de référence qui leur permet ce relativisme. Inversement, en sociologie relativiste, la fonction émancipatrice vient de ce que rien n’est ajouté aux acteurs et à leurs controverses. De ce fait, on peut y voir se dérouler l’ensemble des opérations de construction des acteurs (y compris parfois celles d’un cadre de référence hégémonique), et donc se composer peu à peu la puissance.

35La sociologie des sciences de Latour et Callon participe de ce mouvement général qui conduit les sciences sociales à prendre de plus en plus au sérieux les « pratiques » des acteurs en abandonnant les vastes systèmes explicatifs globaux. Olivier Martin indique ce changement de perspective des années quatre-vingt :

La science n’est plus envisagée comme un système social régulé, ni comme une institution particulière dont il s’agit d’étudier l’organisation interne ou externe, ni comme un corpus de connaissances dont il faut saisir l’origine sociale, mais comme une pratique. Le regard du sociologue se porte sur les expériences, sur les pratiques de laboratoire, sur les actions des scientifiques dans leur contexte de travail. (Martin, 2000, p. 97)

36Qu’est-ce donc que cette anthropologie des sciences revendiquée par Latour depuis son ouvrage de 1978, écrit en collaboration avec Steeve Woolgar, La vie de laboratoire ? Cette anthropologie des sciences, qui étudie la science en train de se faire et les scientifiques comme une tribu justiciable du même traitement que les Alladians ou les Berrichons, se donne pour contrainte première de travailler sur la science en action, encore incertaine, et non sur les résultats de la science officielle. L’idée première est d’échapper à l’épistémologie et à ses traités décortiquant une science victorieuse, mais incapable de rendre compte du processus social et intellectuel qui a présidé à sa constitution.

37C’est pourquoi le principe de symétrie cher au sociologue David Bloor apparaît comme un recours théorique essentiel à la démarche latourienne :

Ou bien il est possible de faire une anthropologie du vrai comme du faux, du scientifique comme du préscientifique, du central comme du périphérique, du présent comme du passé, ou bien il est absolument inutile de s’adonner à l’anthropologie qui ne sera toujours qu’un moyen pervers de mépriser les vaincus tout en donnant l’impression de les respecter, comme l’illustre fort bien La pensée sauvage de Lévi-Strauss. (Latour, 1996, p. 21)

38C’est évidemment ce que fait l’épistémologie bachelardienne selon Latour, qui la critique systématiquement sur ce point.

39S’y ajoutent deux contraintes : l’ethnométhodologie et la réflexivité. On voit ici comment le même terreau intellectuel, repéré dans le cas de « Raisons pratiques », peut donner des ramifications multiples. L’ethnométhodologie, c’est l’arme absolue « contre l’abus en sociologie du métalangage qui recouvre ce que disent et ce que font, en pratique, les acteurs sociaux » (Latour, 1996, p. 25). L’inspiration théorique vient de la « socio-ethnographie ascétique et minimale dont les origines se situent dans les travaux réalisés par Harold Garfinkel et qui rejette toute interprétation ou toute explication en termes de groupe, de classe, de catégorie sociale », précise Martin (2000, p. 100).

  • 8  Il s’agit d’un terme récurrent et polysémique, mais on peut ici se référer à la définition qu’en d (...)

40Quant à la réflexivité, il s’agit de prendre toute la mesure des capacités, c’est-à-dire des compétences8 que possèdent les acteurs et qui les rendent capables, avant, à côté, parfois mieux que le sociologue, d’analyser leurs pratiques. Tel est en tout cas l’un des postulats essentiels de cette « sociologie pragmatique » que Callon définit ainsi :

La sociologie pragmatique des sciences n’étudie pas les scientifiques pour eux-mêmes et par opposition à la science : elle décrit plutôt comment les scienti-fiques font exister ensemble des institutions, des objets, des outils et des théories qui constituent la science et les techniques, c’est-à-dire par quelles actions ils les construisent. (cité par Bénatouïl, 1999, p. 295)

41Hennion décrit ainsi le travail au CSI :

C’est vrai qu’on se pose des questions parce que quand on voit les retours qu’on a, toute la culture sociologique s’y oppose en France finalement ! Nous ne sommes pas spécifiquement pragmatistes… En tout cas, notre sociologie des -sciences ici, c’est « pragmatist compatible », pas plus que cela, je dirais, mais c’est déjà beaucoup ! La chose n’est pas digérée, ça c’est sûr ! Surtout le pragmatisme de James ! (Entretien du 6 juin 2006)

Quelques réactions critiques à la sociologie latourienne

42Ce qui a réellement posé problème, souligne Olivier Martin, c’est que « ces recherches de type ethnométhodologique conduisent à mettre entre parenthèses le statut de vérité des énoncés et des résultats élaborés par les chercheurs dans leurs laboratoires » (Martin, 2000, p. 103). Deux concepts centraux sont alors mobilisés pour décrire les activités de ce champ scientifique : celui de « champ agonistique » qui renvoie à tous les rapports de force, les systèmes d’alliances, les débats et controverses multiples et celui d’« énoncé de rhétorique » censé rappeler qu’en science comme ailleurs, il s’agit d’emporter la conviction.

43Malgré les déclarations d’humilité, cette sociologie des sciences a suscité et continue de susciter bien des critiques. Les deux principales touchent à ce qu’on peut appeler son « sociologisme » et son « textisme ». Voici comment Bourdieu propose de définir le second point critique :

Latour et Woolgar entendent se placer du point de vue d’un observateur qui voit ce qui se passe dans le laboratoire sans adhérer aux croyances des chercheurs. Faisant de nécessité vertu, ils décrivent ce qui leur paraît intelligible dans le laboratoire : les traces, les textes, les conversations, les rituels […]. La vision sémiologique du monde qui les porte à mettre l’accent sur les traces et les signes les conduit à cette forme paradigmatique du biais scolastique qu’est le « textisme », qui constitue la réalité sociale comme texte […]. La science ne serait ainsi qu’un discours ou une fiction parmi d’autres. (Bourdieu, 2001, p. 58-59)

44Quant au sociologisme, il prend ici une double dimension. D’une part, en pratiquant systématiquement « une mise entre parenthèses du contenu, des théories, des hypothèses et des savoirs », les ethnométhodologues oublient que « la frontière entre la science faite et la science en train de se faire n’est pas aussi nette qu’ils veulent bien le croire, pour la simple raison que les produits de la recherche scientifique ne sont jamais définitifs, qu’ils sont toujours à la merci d’une réfutation ou d’une correction », comme le rappelle Martin (2000, p. 124). Mais plus encore, ce sociologisme s’enracine dans un « oubli de l’histoire de la science qui permet l’émergence de structures (institutions, théories, instruments) échappant à l’analyse des seules interactions », écrit encore Martin (2000, p. 122). Ces deux critiques massives se redoublent d’une remise en question plus générale de la stratégie argumentative de ces sociologues, pour qui les « effets de radicalité » constituent une arme rhétorique savamment maniée.

45C’est notamment Yves Gingras – auquel nous reprenons l’expression – qui, dans un article des Actes de la recherche en sciences sociales, s’en prend avec humour à cette rhétorique latourienne. Soulignant le fait qu’il n’a rien contre un « retour au réalisme », il souligne néanmoins qu’il « n’apprécie guère qu’on cherche à le lui vendre comme quelque chose de nouveau, de contre-intuitif » (Gingras, 1995, p. 7). Plus exactement, et reprenant sur ce point l’argumentaire caustique d’Olga Amsterdamska, il écrit :

  • 9  Olga Amsterdamska, « Surely you are joking, Monsieur Latour», Sciences, Technology and Human Value (...)

Le manque de précision des multiples déclarations concernant le rôle des divers facteurs dans les analyses de la science et de la technologie provient aussi du glissement de sens des termes et expressions utilisées […]. Ces glissements dans le sens donné aux termes et ces déplacements de niveau d’analyse sont fréquents dans les discours des promoteurs du « génie hétérogène ». Olga Amster-damska9 a bien montré avec quelle agilité Latour oscille constamment entre le sens sémiotique et le sens commun des termes qu’il utilise, de sorte qu’il est impossible d’établir la position réelle de l’auteur. (Gingras, 1995, p. 8)

46Si les « effets de radicalité » produits par ces glissements sémantiques, cette « ignorance des mots de la tribu » brandie comme vertu heuristique et condition de possibilité d’une réelle sociologie, sont visibles dans les textes publiés, ils le sont bien davantage lorsqu’il s’agit des textes disponibles sur le site de Latour mais restés en quelque sorte confidentiels. Hennion déclare par exemple :

Latour ne se dirait peut-être pas pragmatiste mais enfin, c’est sûr, c’en est un héritier aussi, finalement ! Bon, comme il est souvent dans la provocation, c’est dur de savoir… En tout cas, il en fait implicitement usage quand, comme le pragmatisme, il appuie là où ça fait mal, notamment les platitudes du positivisme… Tout comme Isabelle Stengers, à sa manière, mais pour elle aussi c’est dur de savoir, parce qu’elle fait peu de références… (Entretien du 6 juin 2006.)

47Latour, pour sa part, se réclame explicitement du pragmatisme :

Mais le besoin de classification et de norme, d’ailleurs la notion même de norme ressort à un type de science sociale qui revient à découper un continuum. Or, je suis jamesien, deweyen, pragmatiste, donc c’est vraiment un type de paradigme qui ne m’intéresse pas. (Latour, 2006, p. 115)

48Dans ce même entretien, il rappelle quelques étapes de son cheminement intellectuel en soulignant notamment son intérêt tardif pour les pragmatistes comme Dewey, mais aussi le bricolage théorique qui fut le sien et lui a permis de « trouver des équivalents des pragmatistes, c’est-à-dire les ethnométhodologues américains et les sémioticiens français » (Latour, 2006).

  • 10  « But unless we are very confident indeed that the exercice is necessary and jutified, this looks (...)

49Nous avons rappelé l’importance, pour l’entreprise latourienne, du « principe de symétrie » élaboré notamment par David Bloor et l’École d’Édimbourg, mais il faut ici souligner que ce dernier a pris très nettement ses distances avec l’anthropologie des sciences de Latour. Dans un article au titre explicite, « Anti-Latour », de 1999, paru dans la revue Studies in History and Philosophy of Science, Bloor souligne que c’est à tort qu’on range sous un même label – le constructivisme social – le travail de Latour et le Programme fort. Cette confusion touchant le constructivisme, le relativisme, le principe de symétrie qui seraient communs aux deux approches est d’autant plus regrettable que la radicalité de Latour reste aux yeux de Bloor essentiellement rhétorique et théorique, sans jamais dessiner de programme de travail concret et réalisable. Pour résumer très schématiquement le propos de Bloor, la position de Latour est intenable, soit parce qu’elle revient à faire concrètement la même sociologie que celle qu’elle dénonce (Bloor, 1999, p. 99), soit parce qu’elle propose un véritable « obscurantisme élevé au niveau d’un principe méthodologique général »10. À sa manière, Bloor retrouve donc un certain nombre des critiques auxquelles nous avons fait référence.

50L’anthropologie et la sociologie des sciences de Latour puisent donc dans les références pragmatistes un arsenal argumentatif multiple : d’une part, contre la sociologie de Bourdieu ; d’autre part, contre l’épistémologie historique à la française ; enfin, plus généralement, contre le « national-rationalisme français », dans ses dimensions indissociablement philoso-phiques et politiques. La sociologie des sciences constitue donc à sa manière un site d’observation particulièrement pertinent pour ces approches d’après pragmatic turn, si l’on veut bien tenter d’analyser le constat tendant parfois à la prophétie autoréalisatrice que nombre d’acteurs donnent de l’histoire récente de la sociologie en France.

51« Nébuleuse pragmatique », « galaxie pragmatique », « pragmatic turn », toutes ces expressions cherchent à désigner ce mouvement qui s’observe dans de nombreux domaines des sciences sociales depuis une vingtaine d’années et qui tous, à un titre ou un autre, tentent de prendre appui sur le pragmatisme pour alimenter leurs programmes théoriques et contribuer, ce faisant, à des reconfigurations intellectuelles plus ou moins significatives. Nous avons choisi de nous attarder ici sur deux entreprises intellectuelles fort différentes, mais susceptibles d’éclairer certains des usages multiples qui peuvent être faits d’une référence théorique ou philosophique elle-même traversée de courants divers.

52Cette rapide analyse de deux entreprises sociologiques importantes de ces vingt dernières années retrouve certains des phénomènes évoqués par Michael Pollack (1988) dans son travail sur la réception de Weber en France : les moments forts de la réception, du moins ceux qui à la fois mobilisent une bonne partie de la communauté universitaire et obtiennent une certaine visibilité, sont des moments de crise paradigmatique. Sans surprise de ce point de vue, les luttes contre le rationalisme et l’idéalisme déclinants de l’université au début du xxe siècle et la période critique pour les grands paradigmes des sciences humaines (structuralisme, sociologie critique de Bourdieu notamment) dans les années quatre-vingt/quatre-vingt-dix, ce sont là deux moments forts où se déploie la réception du pragmatisme. Il ne faudrait pourtant pas être trop réducteur puisque cette stratégie de durcissement des conflits, de réification des oppositions, n’est évidemment pas le fait de tout le monde.

53Nous souhaiterions que cette contribution limitée s’inscrive dans la perspective énoncée par Christian Topalov : « L’histoire des disciplines […] est une gymnastique de l’esprit qui l’entraîne à aborder les pratiques de la science d’aujourd’hui de la même façon que celles d’hier. » Comme le notait Henrika Kucklick, elle « engendre les habitudes d’esprit qui conviennent à notre entreprise, elle nous met en condition de reconnaître les limites de nos propres schèmes », invitant ainsi à une pratique modeste des sciences sociales (cité par Topalov, 2001, p. 312).

Haut de page

Bibliographie

Bibliographie

Actes de la recherche en sciences sociales, 2002, n° 145, La circulation internationale des idées.

Bénatouïl Thomas, 1999, « Critique et pragmatique en sociologie », Annales HSS, n° 2, p. 281-317.

Berthelot Jean-Michel, 1994, « Sociologie analytique et paradigmes de l’action », Sociologie du travail, vol. XXXVI, n° 2, p. 225-237.

Berthelot Jean-Michel, Martin Olivier et Collinet Cécile, 2005, Savoirs et savants, les études sur la science en France, Paris, PUF.

Bloor David, 1999, « Anti-Latour », Studies in History and Philosophy of Science, vol. XXX, n° 1, p. 81-136.

Boltanski Luc, 1975, « Note sur les échanges philosophiques internationaux », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 5, p. 191-199.

Borzex Anni, Bouvier Alban et Pharo Patrick, Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, Paris, CNRS.

Bourdieu Pierre, 2001, Science de la science et réflexivité, Paris, Raisons d’agir.

Bourdieu Emmanuel, 2002, « Dispositions et action », La régularité, C. Chauviré et A. Ogien éd., Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 13), p. 95-110.

Callon Michel, 1986, « Éléments d’une sociologie de la traduction. La domestication des coquilles Saint-Jacques et des marins pêcheurs dans la baie de Saint-Brieuc », LAnnée sociologique, n° 36, p. 169-208.

Cefaï Daniel et Joseph Isaac éd., 2002, Lhéritage du pragmatisme. Conflits durbanié et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Cefaï Daniel et Saturno Carole éd., 2007, Itinéraires dun pragmatiste. Autour d’Isaac Joseph, Paris, Economica.

Chateauraynaud Francis et Torny David, 1999, Les sombres précurseurs. Une sociologie pragmatique de lalerte et du risque, Paris, EHESS.

Corcuff Philippe, 1996, « Théorie de la pratique et sociologie de l’action. Anciens problèmes et nouveaux horizons à partir de Bourdieu », Actuel Marx, n° 20, p. 27-38.

— 2007, Les nouvelles sociologies, Paris, Armand Colin.

Deledalle Gérard, 1995, La philosophie peut-elle être américaine ? Nationalité et universalité, Paris, Grancher.

Descombes Vincent, 2007, Le raisonnement de l’ours, Paris, Le Seuil.

Descombes Vincent éd., 1991, « Sciences humaines : sens social », Critique, n° 529-530.

Dewey John, 1993 [1938], Logique. La théorie de lenquête, Paris, PUF.

— 2003 [1921], Reconstruction en philosophie, trad. française P. Di Mascio, Pau, Farrago / Léo Scheer.

Dodier Nicolas, 1993, « Les appuis conventionnels de l’action », Réseaux, n° 62, p. 63-85.

Durkheim Émile, 1955 [1913], Pragmatisme et sociologie, Paris, Vrin.

Fabiani Jean-Louis, 2001, « L’expérimentation improbable : remarques sur la sociologie française dans ses rapports avec l’ethnométhodologie », Lethnométhodologie, une sociologie radicale, M. de Fornel, A. Ogien et L. Quéré éd., Paris, La Découverte, p.277-298.

Fornel Michel de, Ogien Albert, Quéré Louis éd., 2001, Lethnométhodologie. Une sociologie radicale, Paris, La Découverte.

Gingras Yves, 1995, « Un air de radicalisme. Sur quelques tendances récentes de la sociologie des sciences et de la technologie », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 108, p. 3-18.

—2000, « Pourquoi le “Programme fort” est-il incompris ? », Cahiers internationaux de sociologie, vol. CIX, p. 235-255.

— 2002, « Les formes spécifiques de l’internationalité du champ scientifique », Actes de la recherche en sciences sociales, n° 141, p. 31-45.

Hennion Antoine, 2002, « Quelques remarques sur la pragmatique et la réflexivité », Sociologie et sociétés, n° 34, p. 219-222.

— 2004, « Pragmatics of taste », The Blackwell Companion to the Sociology of Culture, M. D. Jacobs et N. W. Hanrahan éd., Oxford, Blackwell, p. 131-144.

Joas Hans, 1984, « Durkheim et le pragmatisme. La psychologie de la conscience et la constitution sociale des catégories », Revue française de sociologie, vol. 25, n°4, octobre-décembre, p. 560-581.

— 1993, Pragmatism and Social Theory, Chicago, University of Chicago Press.

— 2002, « Pragmatisme et sciences sociales », L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, L’Aube, p. 17-49.

Karsenti Bruno, 2004, « La sociologie à l’épreuve du pragmatisme. Réaction durkheimienne », La croyance et lenquête. Aux sources du pragmatisme, B. Karsenti et L. Quéré  éd., Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 15), p. 317-349.

Karsenti Bruno et Quéré Louis éd., 2004, La croyance et lenquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 15).

Kaufmann Laurence et Quéré Louis, 2001, « Comment analyser les collectifs et les institutions ? », LEthnométhodologie, une sociologie radicale, M. de Fornel, A. Ogien et L. Quéré  éd., Paris, La Découverte, p. 361-390.

Kuklick Henrika, 1980, « Restructuring the past : toward an appreciation of the social context of social science », Sociological Quarterly, vol. XXI, n° 1, p. 5-21.

Ladrière Paul, Pharo Patrick et Quéré Louis éd., 1993, La théorie de laction, Paris, CNRS.

Lahire Bernard, 2006, La culture des individus, Paris, La Découverte.

Latour Bruno et Woolgar Steeve, 1996 [1988], La vie de laboratoire. La production des faits scientifiques, Paris, La Découverte.

Latour Bruno, 1999, « For David Bloor… and beyond : a reply to David bloor’s Anti-Latour », Studies in History and Philosophy of Science, vol. 30, n° 1, p. 113-129.

— 2003, « Il ne faut plus qu’une science soit ouverte ou fermée », Rue Descartes. Revue du Collège international de philosophie, n° 41, p. 65-79.

— 2006, « Entretien avec Bruno Latour », Tracés, n° 10, Genres et catégories, p. 113-129.

Martin Olivier, 2000, Sociologie des sciences, Paris, Nathan.

Meyer Michel, 1994, La philosophie anglo-saxonne, Paris, PUF.

Nachi Mohamed, 2006, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin.

Noiriel Gérard, 1996, Sur la « crise » de lhistoire, Paris, Belin.

— 2003, Penser avec, penser contre, Paris, Belin.

Ogien Albert, 1985, « La pratique du sens. La notion de pratique chez Bourdieu et Garfinkel », Revue européenne des sciences sociales, vol. XXIII, n° 71, p. 168-217.

— 1991, « L’acceptable et le pertinent », Critique, n° 524-525, p. 57-70.

— 1999, « Émergence et contrainte. Situation et expérience chez Dewey et Goffman », La logique des situations, Paris, EHESS (Raisons pratiques, n°10), p. 63-93.

— , 2007, Les formes sociales de la pensée. La sociologie après Wittgenstein, Paris, Armand Colin.

Pestre Dominique, 1995, « Pour une histoire sociale et culturelle des sciences. Nouvelles définitions, nouveaux objets, nouvelles pratiques », Annales HSS, vol. 50, n° 3, p. 487-522.

Pharo Patrick et Quéré Louis, 1990, Les formes de l’action, Paris, EHESS (Raisons pratiques, n° 1).

Pignarre Philippe et Stengers Isabelle, 2005, La sorcellerie capitaliste, Paris, La Découverte.

Pinto Louis, 1995, Les neveux de Zarathoustra. La réception de Nietzsche en France, Paris, Le Seuil.

Pollack Michael, 1988, « La place de Max Weber dans le champ intellectuel français », Droit et Société, n° 9, p. 195-210.

Pudal Romain, 2005, « Durkheim et la réception du pragmatisme », Durkheimian Studies, vol. XI, p. 86-102.

Quéré Louis, 1998, « La cognition comme action incarnée », Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, A. Borzeix, A. Bouvier et P. Pharo éd., Paris, CNRS, p. 143-164.

Thévenot Laurent, 1998, « Pragmatiques de la connaissance », Sociologie et connaissance. Nouvelles approches cognitives, A. Borzeix, A. Bouvier et P. Pharo éd., p. 101-139.

Topalov Christian, 2003, « Écrire l’histoire des sociologues de Chicago », Genèses, n° 51, p. 147-159.

— 2004, « Les usages stratégiques de l’histoire des disciplines. Le cas de l’“École de Chicago” en sociologie », Pour une histoire des sciences sociales. Hommage à Pierre Bourdieu, J. Heilbron, R. Lenoir, P. Pargamin et G. Sapiro éd., Paris, Fayard, p. 127-157.

Topalov Christian et Lepetit Bernard éd., 2001, La ville des sciences sociales, Paris, Belin.

Tiercelin Claudine, 1993, Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF.

White Morton G., 1963 [1949], La pensée sociale en Amérique. La révolte contre le formalisme, trad. française M. Levi, Paris, PUF.

— 2006[2002], Une philosophie de la culture du point de vue pragmatiste, trad. française G. Kervoas, Paris, Vrin.

Haut de page

Notes

1  Voir Joas, 1993, qui donne à voir l’histoire des incompréhensions qui ont touché pragmatisme et pensée allemande. L’œuvre de Joas montre aussi que la réception du pragmatisme n’est pas seulement une affaire française mais pourrait faire l’objet d’un véritable travail comparatif à l’échelle européenne.

2  Nous nous permettons de renvoyer à notre article : Pudal, 2005, p. 86-102.

3  1999, La logique des situations, Paris, EHESS (Raisons pratiques).

4  Nous renvoyons ici aux travaux d’Harold Garfinkel (Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007) et à l’idée d’une discipline qui étudie la façon dont des participants à une activité lui confèrent son intelligibilité propre. Pour le dire très simplement, l’ethnométhodologie s’intéresse de l’intérieur à la manière dont se fabriquent les principales caractéristiques observables d’un phénomène. Elle combat l’idée d’un privilège réflexif et analytique accordé à l’observateur extérieur (le chercheur, par exemple) comme elle conteste corrélativement l’idée de l’« idiot culturel ». Nous renvoyons notamment à Michel de Fornel, Albert Ogien et Louis Quéré éd., 2001.

5  Voir aussi les articles de Latour dans Le Monde du 27 septembre 2003 et du 28 avril 2006.

6  Référence : http://www.bruno-latour.fr/articles/article/016.html

7  En quelques mots, on peut rappeler que l’affaire Sokal, du nom du physicien américain Alan Sokal, fait suite à la publication, en 1996, dans la revue d’études culturelles post-modernes Social Text, d’un article-canular de Sokal intitulé « Transgresser les frontières : vers une herméneutique transformative de la gravitation quantique ». Après avoir révélé que cet article contenait nombre de contre-sens scientifiques et d’inepties en tous genres qui n’avaient pas été repérés par le comité de lecture de la revue en question, Sokal a coécrit avec le physicien belge Jean Bricmont un ouvrage, Impostures intellectuelles, qui épinglait quelques-unes des figures intellectuelles contemporaines connues (Derrida, Lacan, Kristeva, Latour...), les accusant de tenir des discours relativistes et postmodernes totalement infondés à leurs yeux. Cette affaire a déclenché en retour des réponses aux critiques formulées et a fini par mobiliser toute une partie du milieu intellectuel, notamment français. On pourra notamment se reporter au site http://www.physics.nyu.edu/faculty/sokal/index.html

8  Il s’agit d’un terme récurrent et polysémique, mais on peut ici se référer à la définition qu’en donne Latour lui-même dans son entretien à la revue Tracés (n° 10, 2006, p. 123) : « Il faut considérer la compétence comme l’“équipement” (ce que dirait Luc [Boltanski]), moral et cognitif, des humains qui ont affaire à un monde totalement continu et arbitraire et qui catégorisent de façon à pouvoir s’en sortir. »

9  Olga Amsterdamska, « Surely you are joking, Monsieur Latour», Sciences, Technology and Human Values, vol. XV, n° 4, 1990, p. 495-504.

10  « But unless we are very confident indeed that the exercice is necessary and jutified, this looks like a formula for imposing confusion on ourselves : it is obscurantism raised to the level of a general methodological principle. » (Bloor, 1999, p. 97) Latour ne s’y trompe pas et relève cette critique cinglante dans sa réponse à Bloor (Latour, 1999).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Romain Pudal, « La sociologie française est-elle pragmatist compatible ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2010, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/613 ; DOI : 10.4000/traces.613

Haut de page

Auteur

Romain Pudal

Docteur en sociologie, EHESS

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page