Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Marilyn Strathern

Le brevet et le malanggan

Marilyn Strathern
p. 175-202

Texte intégral

  • 1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The patent and the malanggan », paru dans Theory, Culture an (...)

1L’impression que la technologie est « partout » – à l’intérieur de nous et autour de nous – vient entre autres choses de la manière dont les modernes se décrivent1. Nous (les modernes de type euro-américain) amalgamons toutes sortes d’appareils, d’exemples d’ingéniosité et d’aides à la vie, comme s’ils avaient ensemble une existence supérieure à celle que n’importe quel engin pourrait avoir par lui-même. Ce conglomérat est cimenté par deux principes majeurs. Dans la langue courante, la « technologie » renvoie à la dimension contemporaine et innovante de la modernité ; elle renvoie également à une inventivité créative qui en vient par elle-même à exister. Une partie importante du droit de la propriété intellectuelle, par exemple, a pour objet les producteurs d’un engin, lorsque ces producteurs peuvent aussi montrer qu’ils en furent les innovateurs et les inventeurs originaux. Je voudrais tirer profit des discours dominants sur la technologie et de ceux (de plus en plus dominants) sur la propriété intellectuelle, afin de décrire une partie du monde que l’on n’inclut habituellement pas dans le champ d’application de ces constructions discursives. Cela nous permet de poser la question suivante. Si l’on s’intéresse à la manière dont nous acquérons une familiarité avec la technologie, alors comment faisons-nous de la technologie quelque chose d’étranger en premier lieu ? Ma boîte à outils est composée de quelques manuels sur le droit de la propriété intellectuelle, du catalogue d’une exposition de sculptures en bois, et de quelques réflexions anthropologiques sur l’enchantement.

Introduire le corps

2La Nouvelle-Irlande, au large de la côte de Papouasie-Nouvelle-Guinée, est célèbre pour ses délicates sculptures colorées, qui sont appelées « malanggan ». En effet, la possibilité de faire voyager ces dernières loin de ces îles est inscrite dans leur technologie. Dans l’ensemble, elles sont à la fois portatives et durables, tout en étant éphémères au plus haut point dans l’esprit de leurs producteurs. Les malanggans sont produits afin d’être jetés. On leur accorde une grande attention lorsqu’on les fabrique, mais ils peuvent n’être exposés que pendant quelques jours, voire quelques heures, avant de devoir être détruits ou jetés. Une façon de les détruire consiste à les mettre entre les mains des négociants européens : ils sont par conséquent l’un des types d’œuvre d’art les plus prisés de toutes les régions ethnographiques du monde.

  • 2 Les conceptions de base du malanggan sur lesquelles je m’appuie ici sont partagées à travers la rég (...)
  • 3 Il y a plusieurs illustrations chez Lincoln (1987) et, postérieurement à la rédaction originelle de (...)
  • 4 Il n’y a ici qu’un seul terme (« peau », tak ; Küchler, 1992, p. 100) ; le malanggan remplace tempo (...)

3Les malanggan viennent du nord de la Nouvelle-Irlande, où ils circulent entre plusieurs groupes linguistiques distincts2. On peut les imaginer comme des corps, même si ces corps apparaissent sous de nombreuses formes et apparences différentes. Les plus courants (et portatifs) prennent l’aspect d’êtres humains et animaux : un masque, par exemple, qui possède l’apparence générale d’une tête, est fait de nombreuses petites sculptures, de serpents, d’oiseaux, de poissons, d’ailes de perroquet3. Il est censé contenir la force vitale d’une personne décédée : les habitants de Nouvelle-Irlande disent qu’il fournit aux défunts un « corps » ou une « peau », maintenant que leur autre corps n’existe plus4. Des corps présents peuvent à la fois se substituer à des corps absents (suivant l’exégèse offerte en Nouvelle-Irlande de la sculpture comme un corps pour le défunt), et (suivant mon exégèse) être présentés comme étant composés d’autres corps, comme une tête est composée d’oiseaux et de poissons. Il est délicat de déterminer si on devrait considérer que les corps plus petits sont à l’intérieur du plus grand ou qu’ils sont attachés à sa surface – dans l’une ou l’autre perspective, pour parler en termes visuels, des images sont composées d’images. Quel type d’espace habitable est donc créé ici ?

  • 5 Casey (1996, p. 39) note l’insistance de Heidegger, qu’on devrait à mon avis prendre au pied de la (...)
  • 6 J’hésite à emprunter des termes aux développements philosophiques généraux sur les orientations cor (...)
  • 7 Des anthropologues se sont appuyés sur l’idée d’habiter pour développer une dialectique non pas ave (...)

4Imaginer des entités qui « contiennent » des entités est une manière de rendre concrètes les notions d’habiter et d’occuper. Mais, bien sûr, une telle stratégie prend au sens littéral5 la conception phénoménologique de base suivant laquelle on ne peut décrire le monde tel qu’il apparaît aux personnes, sans décrire le caractère de l’être des personnes qui fait du monde ce qu’il est6. Par conséquent, les personnes sont autant dans le monde que le monde est en elles. Avec cette formulation vient ma question : plutôt que d’être surpris qu’il y ait quoi que ce soit de spécial quant au fait d’« habiter la technologie », pourquoi pensons-nous que la technologie requiert des techniques d’habitation particulières, et par conséquent pourquoi, en fait, la mettons-nous à distance de nous-mêmes7 ? De ce point de vue, on peut commencer à trouver de l’intérêt aux différentes conceptions culturelles de l’idée qu’il y a des mondes à l’intérieur des mondes. Ce masque n’est pas l’esprit de la personne défunte, c’est une peau ou un corps pour l’esprit de cette personne. L’esprit est sur le point de devenir un ancêtre, et on sculpte ce corps pour lui donner une forme faisant partie du répertoire ancestral du clan de la personne. C’est un contenant temporaire pour recevoir le pouvoir ancestral, et il est aussi contenu dans le pouvoir ancestral. Qu’y a-t-il donc de si particulier dans le fonctionnement de ce pouvoir, pour qu’il faille le placer dans un corps avant de pouvoir le libérer ? Pourquoi, comme les Euro-Américains qui réfléchissent à la technologie, les habitants de Nouvelle-Irlande font-ils tant d’efforts pour se séparer eux-mêmes – le contenu par opposition avec le contenant – de ce qu’ils considèrent comme les enveloppant ? Nous y reviendrons.

  • 8 La virtuosité technique renvoie au contrôle absolu qui est nécessaire pour produire de tels effets (...)
  • 9 En partie parce que ce n’est pas un concept réifié dans leur pensée, en partie parce qu’ils n’ont p (...)

5Des observateurs euro-américains feraient sans aucun doute des commentaires sur le savoir-faire technique nécessaire à la fabrication des malanggan8. Ils pourraient également être tentés de lire les motifs animaux comme des références à la nature, ce qui parlerait aux sensibilités euro-américaines : des populations en apparence non modernes seraient en effet plus proches qu’eux-mêmes de leur environnement, dans la mesure où il leur manque la médiation des appareils de la haute technologie. Toutefois, pour les habitants de Nouvelle-Irlande, les oiseaux et les poissons ne peuvent posséder une telle signification. Ils ne pensent pas qu’ils sont dans la nature ou que la nature est en eux9, pas plus qu’ils ne pensent qu’il y a une quelconque opposition entre la nature et cette application du savoir que les Euro-Américains appellent la technologie.

L’enchantement

6À l’inverse, une telle distinction est profondément ancrée dans les modes de pensée euro-américains, et elle est sans cesse réinventée, tout comme l’est un de ses équivalents, la distinction entre le social et le biologique (Pottage, 1998, p. 741).

  • 10 Le rôle culturel que la technologie en est venue à jouer dans les perceptions qu’ont les Euro-Améri (...)

7Considérons la façon dont la « technologie » habite la langue anglaise. En renvoyant à une entité substantive, elle rassemble de nombreuses choses sous cette seule rubrique, de telle sorte que les anglophones discernent partout les produits de la technologie et les distinguent d’autres produits. Dans la langue courante, un lave-vaisselle est un artefact d’un monde technologique, alors qu’un évier de cuisine n’en est simplement pas un. La technologie, suivant le sens culturel qu’elle possède couramment dans cette langue [anglaise], ne se contente pas de réifier l’effort ou la production ; elle réifie, donne une forme tangible à une créativité qui est vue comme revigorante. Ainsi, la technologie incorpore plus que la reconnaissance des techniques manuelles de l’homme ; elle offre une preuve de l’esprit continuellement créatif qui cherche à accroître les capacités de la société10. De plus, elle fait intervenir des agents dont les efforts sont socialement augmentés, de la manière non seulement dont un outil permet d’augmenter l’effort humain, mais dont des innovations se substituent aux anciens labeurs (la machine à laver est supposée permettre à la plongeuse de consacrer son temps à d’autres choses, pour prendre une image radicalement plus sympathique que la description bouleversante que fait Gell [1998] des mines terrestres comme l’agentivité [agency] dispersée d’un commandant militaire). Mettons tout cela ensemble, et nous aurons énuméré quelques-unes des valeurs associées à ce type particulier de créativité que les Euro-Américains reconnaissent dans une invention. Car, de tous les produits de la créativité humaine, les inventions sont définies par le pouvoir qu’a la technologie de leur donner vie. Lorsque l’on considère qu’elle trouve sa source dans l’inventivité, on pourrait dire que la technologie vit parmi nous dans un état enchanté.

  • 11 La virtuosité technique flamboyante (l’enchantement de la technologie) joue un rôle important dans (...)
  • 12 En tant que concept, la technologie « renvoie essentiellement aux principes rationnels [logos] qui (...)
  • 13 Sur le pouvoir que donne l’anonymat, voir Konrad (1998). La créativité peut être conçue comme indiv (...)

8Je prends ici mes libertés avec l’essai de Gell (1999) sur l’enchantement de la technologie. L’enchantement de la technologie repose sur « le pouvoir qu’ont les processus techniques de nous envoûter » (ibid., p. 163)11, sur notre interprétation de la manière dont les artefacts en sont venus à exister, et donc sur notre émerveillement face à la possibilité même de traduire une idée en invention et une invention en un appareil qui fonctionne. Les artefacts eux-mêmes semblent recueillir du pouvoir, en captant l’énergie humaine qu’ils augmentent12. Par-dessus tout, ils représentent des manifestations physiques de la virtuosité technique et de la créativité de leur concepteur. Dans un monde industriel, de tels créateurs peuvent se faire reconnaître à travers des marques, qui produisent leurs propres effets d’envoûtement (Coombe, 1998), mais ils peuvent tout aussi bien se perdre dans l’anonymat. Ces inventeurs sans nom pourraient être nommés, mais – et c’est important – lorsqu’on ne les connaît pas, ils peuvent renvoyer l’aura d’une capacité diffuse ou généralisée, qui augmente notre sentiment d’être les héritiers d’une créativité collective13.

  • 14 Dans le champ de la procréation médicalement assistée, on entend fréquemment l’idée que la technolo (...)

9L’enchantement repose sur une dimension supplémentaire, l’accroissement de l’agentivité sociale. Et ici nous rencontrons la technologie de l’enchantement. La séparation est une technique essentielle qui permet de créer un espace enchanté. Comme je l’ai déjà dit, on ne devrait pas être surpris qu’il y ait quelque chose de particulier dans le fait d’habiter la technologie, mais on devrait plutôt se demander comment on la met à distance. Une manière évidente de produire cette distance consiste à séparer la technologie des autres aspects de la vie. L’effet magico-purificatoire de la séparation conceptuelle (Latour, 1993) suggère qu’il y a quelque chose de spécial dans l’agentivité inventive des humains ; l’accès à la technologie est à son tour valorisé, car c’est ce qui permet à l’individu d’étendre une telle capacité générale. Comment fonctionne cette séparation purificatrice ? Si la technologie habite la langue anglaise comme une entité substantive, elle peut aussi faire penser à d’autres entités auxquelles elle s’oppose : parfois la société14, parfois la nature. Quand c’est la nature qui lui sert de contrepoint, la technologie et la société peuvent converger comme ce qui, ensemble, élargit la sphère de l’activité humaine aux dépens de la nature. La nature met la technologie à une certaine distance de son propre monde. Ainsi, ce qui est catégorisé comme relevant de la nature fournit simultanément une mesure de l’effectivité de la technologie, en reflétant des degrés d’activité humaine. De plus, grâce à la magie de la logique du jeu à somme nulle, cette mesure semble fonctionner automatiquement : plus il y a d’activité humaine, moins il reste de nature vierge ou de processus naturels dans le monde. On peut le voir dans n’importe quelle avancée médicale, ou dans tout dénombrement du déclin des oiseaux. La nature, en ce sens, est l’enveloppe ultime, qui contient la technologie et la société.

  • 15 Par exemple, en établissant des barrières entre la technologie et d’autres choses, nous créons le m (...)
  • 16 Voir Miller (2000) au sujet des sites web à Trinidad. On peut considérer qu’ils créent des « pièges (...)

10Les anglophones en particulier, et les Euro-Américains en général, ont de nombreuses manières de faire de tout cela une évidence à leurs yeux15. J’en note une : les Euro-Américains peuvent revendiquer que leur culture a une capacité particulière à se globaliser, car leurs technologies de l’information leur permettent d’être à plusieurs endroits au même moment16, offrant une efficacité d’une portée spatiale inégalable. Le rétrécissement du monde à travers les communications et le recul des espaces (naturels) vierges en fournissent la mesure. Les Euro-Américains peuvent même dire qu’ils habitent un espace rendu possible par une technologie qu’ils sont les seuls à savoir créer. Dans cette revendication de créativité, par une sorte de logique inversée qui suppose que les personnes qui n’ont pas l’assistance des technologies de l’information doivent vivre dans un monde moins étendu, ils peuvent supposer que les autres populations ont une manière différente d’habiter. Il suffit de penser aux stéréotypes des sociétés comme formant des communautés. C’est le cas des habitants de Papouasie-Nouvelle-Guinée : peut-être qu’ils n’ont aucun concept de la nature, mais ils doivent bien avoir un concept de la communauté, c’est-à-dire des villages qui ne bougent pas et un mode d’habiter qui, ensemble, produisent des identités stables, des origines, et tout ce qui va avec ?

Retour en Nouvelle-Irlande – 1

  • 17 Les baleiniers, les recruteurs de main-d’œuvre et les négociants ont suivi Cartaret, qui a démontré (...)

11Un tel stéréotype serait trompeur pour la Nouvelle-Irlande. Ce n’est pas seulement dû à la fréquence des contacts avec les Européens venus depuis cent cinquante ou deux cents ans comme navigateurs, négociants ou recruteurs de main-d’œuvre17, mais c’est aussi parce que ses habitants ont depuis longtemps leurs propres manières de se déplacer, et dans une dimension à la fois spatiale, temporelle et virtuelle. Les personnes vivantes ne sont jamais à un seul endroit. Et chaque personne vit au sein d’un flux de personnes qui bougent de lieu en lieu au fil du temps, et dont on se souvient de manière assez détaillée. Ici, les techniques de fabrication du corps des malanggan commencent à présenter les caractéristiques d’une technologie.

  • 18 Küchler (1987) explique que les malanggan verticaux et horizontaux peuvent se comporter comme arbre(...)
  • 19 Pour les îles Tabar, Gunn (1987, p. 75) donne une liste de diverses occasions qui fournissent la ra (...)
  • 20 Les malanggan peuvent être faits pour des hommes ou des femmes décédés, mais ce sont des hommes qui (...)

12Les malanggan ne prennent pas uniquement la forme de masques ; ils peuvent aussi être des piliers, des frises ou des constructions verticales18. Et ils ne se contentent pas non plus d’apparaître au moment de la mort, même si tous les malanggan impliquent de donner corps à personnes décédées19. Ce qui est constant, c’est que de tels artefacts sont brièvement exposés le temps que durent les cérémonies – qui se compte en jours ou en heures – avant qu’on ne s’en débarrasse de manière délibérée. La force vitale de la personne défunte est alors libérée de son contenant. Mais, comme Gell l’a remarqué (1998, p. 226), on pourrait tout aussi bien parler de la vie de la personne, car ce qui est momentanément fixé en un endroit, c’est une identité constituée par les liens de cette personne avec de nombreuses autres, que ce soit à travers les terres horticoles qu’elles ont travaillées ou à travers les groupes qu’elles-mêmes et leurs parents ont rejoints par le mariage. De plus, l’identité en question n’est pas seulement celle du défunt, mais aussi celle du propriétaire vivant du malanggan, qui l’a fait fabriquer d’une manière particulière. Le propriétaire va produire les motifs auxquels lui donne droit son appartenance à un clan ou à une unité locale du clan20. Mais les motifs voyagent également, tout autant que les personnes.

  • 21 De manière assez similaire aux coiffes de Hagen (Strathern, 1999, chap. 2), toute sculpture de ce t (...)

13Les malanggan sont fabriqués de manière à suggérer de multiples identités. Lincoln (1987) montre un malanggan (numéro 40 du catalogue) qui est composé de poulets et d’un oiseau frégate tenant la queue d’un serpent qui ondule à travers un feuillage stylisé, suivant la description du catalogue. Dans une autre constellation d’éléments (numéro 13 du catalogue) on distingue clairement des serpents et des oiseaux – dont des poulets – ainsi que des guirlandes de feuillage surmontées d’un oiseau de la famille des calaos. La variation est nécessaire pour que les gens n’empiètent pas sur les motifs des autres, et il n’y a pas deux sculptures qui sont identiques. Dans certaines traditions de malanggan, une variation de deux ou trois centimètres peut être acceptable (Gunn, 1987, p. 81). Ainsi, les motifs voyagent entre ces sculptures, et chaque nouveau malanggan est un composite d’éléments tirés d’autres malanggan. C’est un lieu qui rassemble en lui d’autres lieux, une personne (ce à quoi les malanggan sont souvent comparés) qui rassemble en elle-même les intérêts d’autres personnes21.

  • 22 Weiner (1991, p. 71) fait référence à une des premières observations anthropologiques sur les langu (...)

14L’espace social modélisé ici est fait d’un mouvement à travers le temps et l’étendue22. Car, lorsqu’une personne décède, ses liens sont toujours dispersés en plusieurs endroits :

Les jardins et les plantations du défunt, dispersés en plusieurs endroits, continuent de produire, ses biens sont entre les mains de différents partenaires d’échange, sa maison tient toujours debout […]. Le processus de fabrication de la sculpture coïncide avec le processus [consécutif] de réorganisation et d’ajustement […]. (Gell, 1998, p. 225)

  • 23 En tant que corps virtuel, le clan contient toutes les personnes et les actions – passées et future (...)
  • 24 La phrase vient de Gell (1998, p. 225) : « Avec sa mort, l’agentivité d’une personne [décédée] se t (...)

15En même temps, l’espace social est un espace virtuel, dans lequel le défunt est enveloppé dans le personnage plus ample que constituent les connexions claniques. Le clan représente un environnement qui est toujours présent23. Toutefois, si nous disons qu’en un sens une personne habite un clan et que le clan habite la personne, alors nous devons inclure les relations extérieures au clan que l’appartenance au clan implique aussi. Tout le monde a des relations actives avec d’autres groupes, et les actions d’une personne vivante sont orientées dans différentes directions. Dans la mesure où les malanggan les rassemblent, on a dit qu’ils concentraient une agentivité qui serait autrement dispersée24.

  • 25 « Absorbée dans le système artistique, cette force vitale est ensuite retransmise aux vivants sous (...)
  • 26 Il y a ici à la fois des relations entre lieux et entre clans, que je ne distingue pas dans mon réc (...)

16L’élément crucial dans la destruction du malanggan funéraire est que l’agentivité rassemblée du défunt doit être dispersée à nouveau, que ce soit afin de revitaliser de vieilles relations sous une nouvelle forme, ou de restituer les pouvoirs du défunt au clan de manière plus générale25. Quand une sculpture est assemblée, elle peut en récapituler d’autres créées pour d’anciens membres du clan, et elle contient ainsi des éléments qui sont passés de génération en génération, alors que d’autres motifs peuvent avoir voyagé de groupe local en groupe local, de telle façon que des éléments viennent aussi de sculptures qui proviennent d’ailleurs26. Les dimensions sont à la fois spatiales et temporelles, et ici nous tombons sur ce qu’on peut uniquement qualifier de technologie de l’enchantement. Car les sculptures sont construites de telle sorte qu’elles réunissent en un lieu des références simultanées au passé, au présent et au futur.

17Le moment où on se débarrasse du malanggan est aussi celui où ses composantes peuvent être dispersées vers d’autres personnes, celui où des gens d’autres villages qui regardent la sculpture paient pour obtenir la capacité à reproduire les différents motifs de l’œuvre à un certain moment dans le futur. Küchler (1992, p. 101-102) défend l’idée que c’est anticipé dans les motifs des malanggan : on les prévoit en ayant en tête leurs futurs propriétaires. Le passé est déjà devenu le futur. Quelle est donc la technologie qui produit un tel enchantement ?

18Les malanggan, en tant que sculptures, présentent deux axes distincts. Les motifs sculptés de la structure en bois en trois dimensions sont recouverts par une surface en deux dimensions qui s’y intègre par ses motifs peints :

Les plans sculptés renvoient à l’histoire des échanges de l’image sculptée, ou à son identité « externe » ou « publique », alors que les motifs peints signifient la propriété actuelle de l’image, ou son identité « interne » […]. Ensemble, ces éléments constituent ce qu’on appelle la « peau » (ou tak) de la sculpture. (Küchler, 1992, p. 101)

  • 27 Ce qui permet ainsi, par exemple, d’homologuer de nouvelles revendications quant à la tenure des te (...)

19Les relations stratégiques entre les groupes, par-dessus tout à travers les mariages, sont créées par des liens de « peau ». Le contenant de la force vitale est aussi une carte, sur laquelle les participants à une cérémonie malanggan inscrivent les alliances qu’ils anticipent. Car les propriétaires actuels savent déjà qui voudra s’approprier les motifs, et le malanggan est sculpté de manière à prendre acte de ses futurs propriétaires27. Le contenant sculpté, vu comme réceptacle d’une efficacité sociale (dans les mots de Gell) qui se déploie dans le temps, est ensuite recouvert par l’« intérieur » peint correspondant aux relations actuelles, qui sont alors reflétées à l’« extérieur ». La forme s’étend simultanément dans le passé et dans le futur, et en même temps elle fixe tout à un unique point du temps et de l’espace : c’est cette technique qui accomplit l’enchantement. Il ne s’agit pas juste de dire que le présent contient le futur ; le futur est projeté comme une remémoration du présent. Car, si les nouvelles relations sont mises en œuvre immédiatement, il se passera des années avant que les motifs ne réapparaissent au grand jour ; et ils émergeront alors comme des composantes dispersées parmi d’autres malanggan. On leur redonnera vie dans de nouvelles sculptures rappelant ce moment d’acquisition. La conjonction de peinture et de sculpture accomplit cela : chaque forme emporte l’autre dans le présent et l’en éloigne.

  • 28 Sur le rassemblement et la dispersion comme modèle récurrent des configurations sociales en Papouas (...)

20Ce que les propriétaires futurs reçoivent est, disent-ils, une « connaissance » des malanggan (ainsi que la reconfiguration des relations sociales qui leur donne des droits territoriaux, etc.). Cette connaissance rend les malanggan effectifs dans le futur, et c’est ce qui les transforme en une sorte de technologie. Pour utiliser une phrase de Sykes (2000 ; voir aussi Küchler, 1992, p. 101), ce sont des transmetteurs ou des intermédiaires, plutôt que des mémoriaux ou des représentations. Ils ne fonctionnent pas seulement pour faire marcher les choses ou donner une plus grande portée à l’action des personnes ; un malanggan convertit des relations existantes en relations virtuelles, de la matière en énergie, une agentivité vivante en agentivité ancestrale, tout en présageant l’inversion de ces transformations à une étape future du cycle reproductif. Le processus technico-rituel de sculpture et de peinture ne produit pas des choses, à la manière des œuvres d’art telles qu’on les conçoit habituellement : on ne permet pas au corps, en tant que chose, de perdurer. À l’inverse, comme la technologie, qui combine des connaissances, une forme matérielle et de l’efficacité, la reproduction du corps du malanggan rend possible de capturer, de condenser et ensuite de libérer du pouvoir pour le restituer au monde28.

21On pourrait remarquer que cela arrive tout le temps dans la vie sociale : nous rassemblons le passé dans nos divers projets, puis nous cherchons des façons d’agir sur le futur. Toutefois, il y a une manière de présenter la technologie euro-américaine qui produit une sorte d’enchantement comparable, suffisamment pour qu’on sente que quelque chose de capital pourrait être en train de se produire. C’est ici qu’interviennent les brevets.

Breveter la technologie

  • 29 Tassy et Dambrine (1997, p. 193) sont explicites : « La propriété intellectuelle est un terme génér (...)

22Si le concept même de technologie crée un champ d’artefacts et d’attentes, la loi prend un chemin parallèle : elle fait de l’application industrielle de nouvelles idées une catégorie générique, de telle sorte que ces idées en viennent à être vues comme des exemples de la créativité humaine29. Comment ? Par l’intermédiaire des brevets. Les brevets font partie du droit de la propriété intellectuelle, qui apporte :

[…] une contribution vitale à la réserve d’informations techniques de l’humanité. On estime que 80 % des connaissances techniques existant dans le monde sont disponibles dans les archives de brevets, qui sont organisées suivant un système de classification reconnu de manière internationale. (Tassy et Dambrine, 1997, p. 196)

23L’idée même qu’on peut breveter quelque chose est doublement puissante. En premier lieu, la procédure de brevetage requiert un corps ; l’idée déclencheuse doit être manifestée ou incorporée dans un artefact ou un appareil quelconque, une invention concrète qui « contient » l’idée, même si le brevet protège l’idée elle-même, l’impulsion créatrice, au moins un certain degré d’inventivité. En second lieu, les brevets ne se contentent pas de reconnaître la créativité et l’originalité ; ils transforment la créativité en connaissance utilisable, en l’attachant à l’inventeur et en l’en détachant à la fois.

  • 30 Les spécifications de l’invention doivent être suffisamment détaillées pour être intelligibles pour (...)

24Ce pouvoir de transformation séduit l’imagination. En effet, on a parlé de manière lyrique des systèmes de propriété intellectuelle dans leur ensemble, comme s’ils faisaient partie d’une technologie de l’enchantement. Un auteur dit que les ressources génétiques ont été placées sous le charme du droit de la propriété intellectuelle (Khalil, 1995, p. 232) ; un autre confesse que la propriété intellectuelle a toujours semblé être « la Carmen du droit commercial » – « une matière possédant du charme, de la personnalité et de la force de caractère » (Phillips, dans Phillips et Firth, 1990, p. vii). Et le brevet représente l’archétype des instruments du droit de la propriété intellectuelle, c’est « la forme de propriété intellectuelle par excellence » (Bainbridge, 1999, p. 7, je souligne), car « le droit de la propriété intellectuelle réserve aux inventions un mode de protection très particulier et puissant » (ibid., p. 317). Ce mode est un droit de propriété qui prend la forme d’un monopole : le brevet attache l’invention à l’inventeur de manière exclusive. En faisant cela, il l’en détache aussi sous la forme de la connaissance : l’accord force l’inventeur à céder au monde entier l’information permettant de recréer l’artefact. Les brevets produisent simultanément de la propriété privée et de l’information publique(ment disponible)30.

25Les régimes de propriété intellectuelle, qui font partie intégrante du projet industrialisateur de l’Occident, exercent aujourd’hui une pression internationale sur des pays tels que la Papouasie-Nouvelle-Guinée, qui envisage actuellement de mettre en œuvre une législation sur le copyright et les brevets (sous l’impulsion de l’Organisation mondiale de la propriété intellectuelle [OMPI] et dans le cadre des accords sur les Aspects des droits de propriété intellectuelle qui touchent au commerce [ADPIC]). En Grande-Bretagne, de manière spécifique, les brevets ont commencé à prendre leur forme actuelle à l’époque de la révolution industrielle, avec l’objectif, parmi d’autres, d’encourager le développement d’idées conduisant à des innovations. Ils offrent un monopole sur les bénéfices attendus d’une invention, sous réserve qu’elle soit nouvelle et que sa description détaillée soit versée au domaine public. La philosophie sous-jacente est qu’à long terme, les inventions puissent contribuer au bien commun. En attendant, toutefois, leur bénéfice est canalisé par le détenteur du brevet, qui peut en contrôler librement l’accès pour une période donnée (jusqu’à ce que le brevet expire).

  • 31 Une impulsion récente est donnée à cette perspective par ce que nous avons tendance à concevoir com (...)

26Toute invention singulière doit s’appuyer sur un grand nombre d’autres31 :

  • 32 Bainbridge (1999, p. 349) cite deux commentateurs, le premier pour dire que les inventions sont soi (...)

[…] toutes les inventions peuvent être conçues comme étant faites d’unités d’information [l’information est composée d’informations]. De ce point de vue, ce qui apparaît à nos yeux comme étant une « invention », la création de quelque chose de nouveau, n’est rien de plus qu’une synthèse [un composite] de fragments connus d’informations, ce n’est en fait pas du tout une invention32. (Phillips et Firth, 1990, p. 21, d’après Pendleton)

27Derrière ces nombreuses inventions, on en trouve bien sûr une multitude d’autres qui participent de notre long processus de développement. Au moment où elle est brevetée, une invention devient un lieu ou un point de passage, où une compétence multiple (toute la connaissance utilisée pour la créer) est rassemblée et condensée en une entité unique (voir Strathern, 1996). En retour, l’effet de cette compétence est étendu et dispersé par son application technologique, typiquement en prenant la forme d’un produit manufacturé : il doit en effet s’agir d’un appareil dont on peut faire une application industrielle. Les procédures de brevetage accélèrent ce rassemblement et cette dispersion.

28Ce parallèle avec les analyses concernant la Nouvelle-Irlande est délibéré. La fabrication d’un malanggan a pour résultat une forme qui condense toute une histoire d’interactions, et permet ainsi de transmettre les pouvoirs du clan – le clan et ses relations avec d’autres – en vue de bénéfices futurs ; on pourrait dire que le brevet a pour résultat une forme – la puissance de l’information transformée en produit – à travers laquelle le pouvoir technologique est également transmis au futur. Le malanggan transforme une agentivité vivante en agentivité ancestrale, et vice versa, suivant le moment du cycle reproductif. Les brevets impliquent une série de conversions plus linéaire, d’idées intangibles en droits de propriété que l’on peut faire valoir. À la place du clan, qui enveloppe tout avec sa puissance ancestrale, qui est à la fois à l’intérieur et à l’extérieur de chacun, les anglophones accordent à la nature un potentiel régénérateur et récursif similaire. En effet, le brevetage fait partie d’un processus qui régénère continuellement la nature aussi rapidement qu’il semble la consommer. Une sorte de technologie à l’intérieur de la technologie, les brevets augmentent ainsi l’enchantement de la technologie.

29Tout d’abord, les brevets perpétuent le concept même de nature. Si la technologie en général crée la nature comme monde de matériaux prêts à être utilisés ou de processus naturels qui se perpétuent sans intervention humaine, la loi crée un domaine de la nature dans un sens très spécifique. Car selon le principe qui est le leur, les brevets ne peuvent pas s’appliquer à une quelconque interprétation ou manipulation de processus naturels qui ne requerrait pas la contribution spécifique du savoir-faire humain afin de produire quelque chose qui n’existait pas auparavant. L’invention modifie la nature ; la découverte ne le fait pas. Ainsi, on peut dédaigner les oppositions aux brevets qui sont le résultat d’« incompréhensions techniques qui naissent d’un refus obstiné de comprendre la différence entre une découverte et une invention » (Pottage, 1998, p. 750). La règle est que la nature ne peut être brevetée. Ipso facto, tout ce qui est brevetable est déjà hors du domaine de la nature. Si cela peut être utilisé comme un mécanisme d’exclusion, le problème devient alors de savoir ce qui relève de la nature et ce qui n’en relève pas. De nombreux brevets concernent des raffinement apportés à des inventions qui existent déjà dans le monde transformé par la technologie, et les dépôts de brevet peuvent être rejetés pour de nombreuses raisons, par exemple liées au degré d’innovation qu’a apporté un inventeur à des matériaux déjà travaillés, ou au réalisme de l’exploitation industrielle qu’on peut en faire. Mais l’exclusion de tout ce qui existe « naturellement » est une pierre de touche du droit des brevets, ce que les récents développements de la biotechnologie ont souligné. « Trouver seulement une substance jusque-là inconnue, qui existe dans la nature, ne constitue pas une invention » (Phillips et Firth, 1990, p. 35). Inversement, Bainbridge (1999, p. 368) cite le juge Whitford disant en 1987 (au sujet de la technologie de l’ADN recombiné) : « Vous ne pouvez pas breveter une découverte, mais si, en vous fondant sur cette découverte, vous pouvez dire comment elle peut être utilement employée, alors un brevet d’invention peut en résulter. » La nature est redéfinie et réinventée, encore et toujours, par de telles exclusions.

  • 33 « Le fait que [certains] éléments aient déjà existé dans la nature ne les empêche pas d’être brevet (...)

30Ensuite, il y a le problème de la connaissance du monde naturel. Au lieu de penser la nature comme la mesure axiomatique de l’activité humaine, on peut la voir comme une source d’innovations technologiques, à laquelle on ajoute des choses aussi rapidement que l’on en prélève. Dès que de l’information est transformée en produit, de nouvelles sources d’information sur le monde sont mises au jour. Et elles suscitent nécessairement des interprétations novatrices d’éléments ou de processus naturels, jusqu’à ce que ces derniers soient transformés par l’ingéniosité humaine et extraits du règne de la nature33. Ainsi, le domaine de la nature continue de s’accroître. Plus elle croît et plus elle peut être consommée, et plus elle est consommée à travers un régime de brevets, plus la connaissance qu’on a d’elle est susceptible de s’étendre.

31Néanmoins, pourquoi les Euro-Américains accusent-ils parfois les scientifiques de « breveter la nature » ? Dans la biotechnologie, la manifestation de la nature à laquelle ils s’intéressent est « la vie elle-même » (Franklin, 2000). Ainsi, avec l’opposition au brevetage des êtres humains ou des individus, viennent les choses vivantes et la vie (Strathern, 1998, p. 744 ; 1999, p. 171-172). Cependant, l’acte même de brevetage semble réaffirmer une disjonction marquée entre la nature, qui ne peut pas être brevetée, et les artefacts, qui le peuvent. Que pourrait-il y avoir de plus explicite que l’exclusion légale des plantes, ou des espèces animales, ou des processus biologiques (Walden, 1995, p. 182, à propos de la Convention sur le brevet européen de 1973), pour ne pas parler du corps humain (dans la Directive du Parlement européen et du Conseil sur la brevetabilité des inventions biotechnologiques de 1998) ? Pourquoi donc les gens parlent-ils comme si la nature ou la vie étaient en train d’être brevetées ? Nul besoin de chercher bien loin pour trouver une réponse. Un brevet donne un droit de propriété, et ce que les personnes font les unes aux autres en revendiquant un droit de propriété est depuis longtemps suspect aux yeux des Euro-Américains.

32La propriété d’un brevet confère le droit de jouir des bénéfices issus de l’investissement du propriétaire dans le processus d’invention. Comme avec tous les droits de propriété intellectuelle, le droit est détenu comme une propriété privée ; bien que d’autres puissent chercher à débloquer l’information (par exemple en obtenant une licence), le propriétaire en régule l’accès. Mais ce que la propriété contient n’est pas toujours clair. On s’inquiète souvent de ce qui est rassemblé dans le brevet. Relevons plusieurs inquiétudes distinctes.

33La première a déjà été abordée : le réseau de scientifiques à l’origine de l’invention est amputé au profit de ceux qui en revendiquent la dernière étape, qui a conduit à un produit brevetable. La deuxième inquiétude concerne l’ampleur du brevet, et les revendications qui y sont formulées par rapport à des processus et des produits à venir. La troisième est que l’on modifie trop ce que les gens considèrent comme l’ordre des choses, et c’est ici qu’on se met à invoquer la nature.

34Quand des gens soutiennent que la détention de droits de propriété a extrait de manière inappropriée certains éléments du monde, ils ne se contentent pas de demander ce qui compte comme une invention ou non. Ils mettent en question le processus par lequel l’invention est originellement apparue, depuis le moment où aucun élément n’avait encore été modifié (voir Pottage, 1998, p. 753). Affirmer que la « nature » est en train d’être « brevetée » revient à tracer des lignes politiques ou éthiques afin de brider l’agentivité étendue de l’interférence humaine. En effet, la critique des droits de propriété peut aller de pair avec le désenchantement de la technologie : on allègue que la séparation entre la technologie et la nature a été violée parce que des brevets qui s’appliquent à juste titre à la technologie sont maintenant appliqués à la nature. La phrase « breveter la nature » fait partie de la politique du désenchantement.

35La quatrième inquiétude est très ancienne. Faire valoir sa propriété par un brevet s’insère dans un long débat euro-américain sur la propriété privée : historiquement, on a considéré qu’elle était découpée dans ce qui, sinon, serait disponible pour tous, qu’il s’agisse de la nature ou d’autres connaissances et artefacts humains. Ceux qui critiquent les pratiques actuelles ont réintroduit le langage de l’appropriation des biens communs (enclosing the commons). Phillips et Firth poursuivent ainsi leur analyse de chaque invention comme permutation d’inventions antérieures :

Le principe corrélatif est que, si toute information est une ressource de la communauté, une partie du patrimoine de l’humanité, alors aucun édifice construit à partir de tels blocs communaux ne devrait pouvoir constituer une invention dont on a la propriété privée. [Et ils ajoutent :] Le juriste moderne spécialiste de la propriété intellectuelle trouve cela difficile à accepter, sauf s’il peut se persuader qu’il n’y a aucune différence entre un palais et la pile de briques avec lesquelles on l’a construit. (Phillips et Firth, 1990, p. 21-22)

36Ce qui est revendiqué au sujet de la société (le patrimoine commun) est ensuite revendiqué au sujet de la nature :

[…] la brevetabilité des découvertes aurait pour résultat l’expropriation par l’homme de la nature elle-même, et il est difficile de justifier l’expropriation par une personne de ce qui est déjà l’héritage naturel de toutes. (ibid., p. 35)

37L’expropriation implique une exclusion des autres, dont le propriétaire est séparé. La propriété fonctionne comme une sorte d’agentivité étendue, une extension de la capacité d’une personne (qui peut être une corporation), qui va aussi loin que voyageront les produits. Si ce que l’on possède a le caractère juridique d’une propriété privée, alors la technologie, sous la forme juridique d’un brevet qui représente le droit de l’exploiter, est pour ainsi dire repliée à l’intérieur du propriétaire individuel.

38Jusqu’ici, je ne dis rien de bien original, mais j’ai une suggestion. Par rapport au concept d’« occuper », celui de « contenir » traduit l’idée qu’une partie de nos vies sociales semble être vécue à l’intérieur des autres, des sculptures dans des sculptures, des connaissances faites de connaissances (autres). Avec l’inflexion apportée par l’idée d’« habiter », il implique plus que la sorte d’adéquation au monde qui le rend confortable et familier ; il renvoie à une orientation existentielle à l’égard du monde. Les Euro-Américains trouvent momentanément refuge dans la nature ou la technologie, qui semblent toutes les deux être à la fois autour d’eux et à l’intérieur d’eux-mêmes, ou alors dans les lieux d’habitation offerts par les notions de communauté ou de village. Mais on peut envisager une autre forme d’habitation, qui n’a rien à voir avec l’environnement ou la communauté, et qui permet aux Euro-Américains d’habiter un monde qui va totalement de soi, une enveloppe qui leur permet de vivre à l’intérieur d’eux-mêmes.

39Je l’identifie dans la manière dont les Euro-Américains qui se disent modernes s’attachent à un monde qui, selon eux, déborde de choses belles et utiles. Ils imaginent que les gens désirent s’approprier ce monde – qu’ils pensent à des individus détenant la propriété privée de manière exclusive, ou bien au peuple dans son ensemble jouissant du bien commun. La propriété. Ce qui n’est pas possédé a vocation à l’être comme ressource future qui n’est pas encore exploitée, ou bien est théoriquement possédé par l’humanité en général, y compris les générations à venir. La propriété enveloppe tout. Est-ce que la propriété est un mode d’habitation ? La manière dont les Euro-Américains s’attachent les choses leur permet de se sentir chez eux dans le monde qu’ils considèrent être la source de telles choses – qu’ils soient contenus dans la technologie ou dans la nature. La propriété est une sorte de seconde peau pour ces deux contenants, un monde à travers lequel les personnes sont infiniment connectées à travers les inclusions et les exclusions des relations de propriété, et dans lequel la possession est vue à la fois comme une pulsion naturelle et comme la juste récompense de la créativité. La propriété – des droits, des profits – semble être confortablement située à la portée de chacun, n’étant limitée que par une répartition inégale.

40Il s’agirait là, je pense, d’un monde enchanté, créé notamment par la séparation magico-purificatoire qui est au cœur des relations de propriété, par le tour de passe-passe culturel qui suggère que, de même que les choses sont intrinsèquement séparées des personnes, les choses séparent intrinsèquement les personnes les unes des autres. Les principes de la propriété entraînent leurs propres exclusions et séparations. Notre stéréotype est qu’il faudrait aller dans d’autres cultures pour échapper à cet enchantement particulier.

Retour en Nouvelle-Irlande – 2

41De nouveau, ce stéréotype est trompeur en ce qui concerne la Nouvelle-Irlande. On y trouve beaucoup de choses qu’on peut traduire comme de la propriété.

42Nous avons vu que l’agentivité ou l’énergie située dans de nombreux lieux sociaux devait être rassemblée en un lieu, concentrée dans les malanggan peints et sculptés, puis dispersée à nouveau. Cependant, ce n’est là que la moitié de l’histoire. Tout rassemblement, toute recombinaison de motifs à partir de motifs, implique la revendication d’un droit particulier. Il n’est pas possible d’incorporer des motifs sans en avoir l’autorisation. Il en va ainsi parce que seules certaines personnes ont le droit d’utiliser la connaissance associée à des malanggan particuliers.

43D’une part, l’autorisation d’exposer l’image revient exclusivement au clan ou au groupe local qui en est le mécène ; d’autre part, réaliser la sculpture requiert une compétence, et les propriétaires de malanggan doivent faire appel à un maître sculpteur. Les mécènes ne possèdent pas tant le droit sur les motifs que le droit de les reproduire, et les objets de la reproduction sont des images que l’on garde en mémoire. C’est le droit de fabriquer des corps, de produire de la matière et de donner une forme physique aux images, qui est transféré entre les générations et entre les groupes. La cession est scellée par un paiement. Maintenant, si les malanggan peuvent être considérés comme une technologie, le savoir-faire requis pour produire la sculpture a un effet captivant, où nous pourrions être tentés de voir l’enchantement de la technologie. L’habileté en question est aussi intellectuelle que manuelle, et elle requiert à la fois le travail du propriétaire et celui du sculpteur.

  • 34 Parmi ceux avec qui Küchler a travaillé, le sculpteur aura hérité son savoir-faire en même temps qu (...)
  • 35 Pour suivre la manière dont Weiner (1995) et Leach (2004), en discutant Gell, situent la technologi (...)

44Quand des malanggan sont exposés, le nouveau propriétaire emporte la vision de la forme sur laquelle il a acquis un droit, et la conserve alors en mémoire pour une durée qui peut aller jusqu’à une génération. Il s’ensuit que le mécène à venir d’une sculpture malanggan (son propriétaire) aura vu l’image longtemps avant qu’elle ne soit reproduite34. Il doit alors la décrire en détail à un maître sculpteur, qui à son tour conçoit la nouvelle forme dans son propre esprit, la magie et le rêve facilitant ce processus. Ce qui éblouit les Euro-Américains, c’est la capacité du sculpteur à reproduire une forme à partir de la description par une autre personne (le propriétaire) du souvenir qu’elle a conservé d’un malanggan vu des années auparavant. Ce qui éblouit les habitants de Nouvelle-Irlande, peut-on imaginer35, c’est la manière dont le corps qui en résulte émerge à partir de deux corps.

  • 36 On peut le lire comme une référence à un propriétaire et un sculpteur, au couple procréatif qui por (...)

45Je me suis demandé plus haut pourquoi les habitants de Nouvelle-Irlande mettaient à distance ce qu’ils regardent comme les enveloppant. Peut-être qu’une réponse réside dans l’enchantement de cette technologie particulière, dans la manière dont on conçoit que les artefacts sont venus à exister. La reproduction requiert deux personnes, qui doivent être socialement distinctes. Les techniques par lesquelles de nouveaux malanggan viennent à exister fonctionnent seulement grâce à la jonction réussie d’efforts qui sont nettement séparés (le travail de mémoire et le travail de sculpture)36. En effet, il est important que la forme qui émerge du répertoire du clan ne soit similaire à l’original que sous certains aspects : par nécessité, les malanggan ne peuvent être identiques (voir Küchler, 1987, p. 244), pas plus que la progéniture humaine n’est identique à un seul de ses parents. (Nous pourrions dire que le corps « ancestral » du malanggan est comme l’image que se fait l’enfant du corps parental.) Ce qui est contenu dans la « peau » (corps) du malanggan doit rester distinct de son contenant : la différence sociale est préservée, au moment même où le défunt fusionne avec les ancêtres. De manière similaire, entre le mécène et le sculpteur, il doit y avoir un travail de jonction qui fait de la reproduction un processus unique et miraculeux. On considère que le travail est au cœur du malanggan (Sykes, communication personnelle ; Lincoln, 1987, p. 33).

46La manière dont ces droits sont revendiqués a suscité depuis longtemps des comparaisons avec la propriété intellectuelle, et en particulier avec le copyright. Certaines sculptures sont fabriquées avec une langue tendue, dont on dit qu’elle a pour fonction de « menacer tous ceux qui enfreignent le copyright du propriétaire » (Heintze, 1987, p. 53). « Copyright » est bien entendu la glose de l’ethnographe.

  • 37 Cela renforce la thèse de Harrison (1992, p. 235), selon lequel on possède comme propriété intellec (...)

47On pourrait par conséquent voir la sculpture dans son ensemble comme une œuvre d’art sujette au copyright, une sorte de texte littéraire plein de citations (autorisées) d’autres textes, mais qui serait lui-même une forme originale d’expression. Cependant, prenons cette analogie pas à pas. Ce qui est acquis, c’est le droit de reproduire le motif. Et ce qui circule, ce ne sont « pas des objets, mais les images auxquelles ils donnent corps » (Küchler, 1988, p. 629 ; Harrison, 1992, p. 234)37. La question n’est pas celle du texte identique – la forme d’expression qui représente la clef des conceptions euro-américaines du copyright –, mais celle de l’idée qui est derrière :

Car lorsque la licence [d’un malanggan] est vendue, ce n’est pas la sculpture elle-même, mais la description de la forme et des rites associés, qui est mise à disposition de l’acheteur. (Bodrogi, 1987, p. 21, je souligne)

  • 38 Lincoln (1987, p. 34) l’exprime d’une manière globalement plus positive. Un clan qui épuise ses ric (...)

48Quand un malanggan apparaît, d’autres personnes peuvent contester le droit du propriétaire à reproduire un motif particulier, et Gunn parle de gens qui doivent « défendre le copyright détenu par un autre sous-clan », ou des inspections publiques qui ont lieu lors du processus de transmission afin de déceler des « atteintes au copyright » (Gunn, 1987, p. 81, 83). Cependant, la contestation vient de personnes qui détiennent un souvenir ou une idée de l’image qu’ils revendiquent comme étant la leur, et n’ont pas la possibilité de comparer son expression ou sa réalisation sous une forme matérielle. La sculpture n’existe plus. De plus, le propriétaire du prétendu copyright ne peut pas forcément donner à d’autres personnes la permission de fabriquer des copies. Il peut se séparer du copyright, comme d’une propriété, mais dans de nombreuses circonstances une autre personne ne peut fabriquer une copie qu’en acquérant le copyright lui-même. Et par conséquent : « Avec la vente du copyright, le propriétaire antérieur est privé de tout droit de fabriquer le modèle [alors] vendu » (Bodrogi, 1987, p. 21)38.

  • 39 Toutefois, Gunn (1987, p. 79-80) distingue deux procédures sur les îles Tabar. Lorsqu’une série imp (...)

49Enfin, le motif n’est pas copié en tant que tel ; il est plutôt abrité dans la mémoire comme une image dont on se souviendra à une date future39. En effet, en ce qui concerne certains éléments du malanggan, on peut noter que les droits des requérants existent seulement jusqu’au moment où ils sont concrétisés sous une forme matérielle. Ils sont alors cédés à d’autres personnes : on les possède le plus solidement comme des souvenirs qui n’ont pas encore été concrétisés. Reproduits, et non répliqués : l’analogie avec le copyright ne semble pas aller assez loin.

  • 40 À la différence du copyright (et de la propriété des dessins et modèles [design right]), qui prend (...)

50Si nous pensions en effet au malanggan non seulement comme à une œuvre d’art ou un texte, mais aussi comme à une technologie, alors nous pourrions dire que les droits en question sont garantis par quelque chose qui est plus proche d’un brevet40. Quelques différences sont évidentes. Un brevet donne un monopole pour exploiter une idée (qui est incorporée dans un artefact), et est détenu par un seul propriétaire à la fois ; les autres obtiennent l’idée ou l’artefact par licence ou par achat. Par contraste, un malanggan est (habituellement) utilisé seulement par ceux qui possèdent en même temps les droits sur le « brevet », dans la mesure où on ne peut exposer le produit, c’est-à-dire l’image à laquelle on a donné corps, sans avoir également acquis la propriété de l’idée. Cependant, sous un certain angle un malanggan possède une ressemblance avec une invention brevetée.

  • 41 C’est un point qui a la réputation de rendre perplexes quelques juristes : la loi fait exister une (...)

51Une telle invention rassemble des compétences (toutes les connaissances requises pour la faire) et ensuite, à travers son application, elle disperse l’effet de ces compétences (à travers des produits largement disponibles). Et ce rassemblement est effectué pour une période donnée : un brevet est fait pour expirer41. Entre-temps, il a condensé de multiples agentivités en lui-même, et les a reproduites au nom des nouveaux propriétaires. De plus, l’article unique avec sa combinaison particulière de motifs représente la matérialisation effective qui est essentielle à la cession à la génération suivante ; le modèle conceptuel détenu par les héritiers n’expire pas, mais il ne peut pas non plus être activé sans qu’on lui donne corps sous la forme d’un malanggan particulier. Bien entendu, dans le cas des brevets qui expirent, les droits du propriétaire sont supprimés après un certain nombre d’années, cependant que l’on continue d’utiliser l’invention, alors que les habitants de Nouvelle-Irlande suppriment l’invention particulière (le malanggan individuel), dont les droits sont toutefois conservés. Néanmoins, nous pourrions conclure que les malanggan ne sont pas seulement semblables à une technologie, du point de vue de certains de leurs effets, mais aussi qu’ils sont comme les brevets eux-mêmes : ceux-ci protègent de l’application de la technologie, et décrivent des droits cessibles tout en spécifiant la manière dont ils doivent être matérialisés.

  • 42 L’Institut de la propriété intellectuelle détient les spécifications et les résumés de tous les bre (...)
  • 43 Le nombre de 5 000 vient de Küchler (1992, p. 92), pour une période qui va approximativement de 187 (...)

52Il y a environ 27 000 demandes de brevet par an au Royaume-Uni, dont peut-être 7 000 sont acceptées, et environ 180 000 renouvellements (Bainbridge, 1999, p. 336-337). Cela donne un ordre d’idée des brevets récents, et on a calculé que plus de deux millions de brevets expirés étaient entreposés à l’Institut de la propriété intellectuelle42. La raison pour laquelle les malanggan sont un des types d’œuvres d’art les mieux représentés et les plus prisés, avec environ 5 000 d’entre eux hébergés dans des musées à travers le monde, est précisément que leur fonction – fournir un habitat unique à l’énergie et au pouvoir – aura expiré depuis longtemps. Les droits de reproduction restent actifs jusqu’à ce que l’image ait été correctement reproduite, mais alors elle vient s’abriter dans une nouvelle version dont les pouvoirs sont animés par une nouvelle génération43. C’est une technologie dans un état de transmission perpétuelle.

53D’après Sykes (2000), les habitants de Nouvelle-Irlande revendiquent les malanggan comme un trait distinctif de leur vie culturelle moderne et coutumière. Pour imparfaite que soit l’analogie avec la technologie, elle attire l’attention sur la manière dont des artefacts tels que les malanggan produisent des effets sur les personnes, ainsi que sur la connaissance que l’on considère y être incorporée. Et pour impossible que soit l’analogie avec les brevets, la comparaison nous permet peut-être de saisir en partie le potentiel imaginatif et idéologique des conceptions euro-américaines de la propriété intellectuelle, qui représentent une des nombreuses formes que prennent les rationalités modernes (Rabinow, 1996).

  • 44 Comme le rappelle Harrison (2000), la relation dialectique entre invention et convention ainsi que (...)

54La recombinaison d’informations, l’alliage de formes anciennes et nouvelles, les variations infimes qui peuvent être suffisantes pour démontrer une intervention cruciale, la transmission de connaissances passées en vue d’un effet futur, une période limitée d’efficacité : tout cela pourrait aussi bien décrire un malanggan et un brevet. Néanmoins, leurs soubassements idéologiques respectifs sont séparés par un abîme. Les modernes que l’on trouve en Nouvelle-Irlande ne conçoivent les malanggan ni comme des inventions (l’application d’une technologie)44, ni comme la description de ce qui fait l’originalité d’une invention (les brevets). En effet, on considère que les individus ne produisent des images originales que dans certaines circonstances plutôt dangereuses. Selon la doctrine dominante, les artefacts sont acquis et non pas créés : par conséquent, leur valeur est déterminée de manière cruciale par leurs voies d’acquisition. De manière concomitante, les habitants de Nouvelle-Irlande ne cherchent pas à protéger de nouvelles formes, mais à obtenir le droit de reproduire ce que d’autres ont déjà reproduit avant eux. Une telle représentation de leurs efforts est une représentation déformée (Harrison, 2000), autant que le sont les affirmations tout aussi dogmatiques des anglophones, lorsqu’ils placent l’originalité et l’innovation au fondement du progrès technologique. La doctrine euro-américaine est contenue dans la notion même de droits associés à un brevet. Ceux-ci suggèrent que les inventions sont des artefacts créés et non acquis, et ce n’est pas le droit de reproduire l’invention originale qui est protégé, mais le droit d’empêcher les autres d’utiliser librement la capacité que l’invention a créée.

55Nous avons vu comment le concept de la nature soutient cette doctrine légale : il garantit la distinction entre la découverte (de choses dans la nature) et l’invention (qui est abstraite de la nature par l’ingéniosité humaine). Et il peut le faire à un point absurde. En parlant des tentatives de breveter une lignée cellulaire et des innovations biotechnologiques similaires, Pottage critique la manière dont cette « distinction doctrinale banale » (1998, p. 750) est utilisée pour neutraliser des objections politiques ou éthiques. Il fait lui-même une double objection à la « permutation sans fin de la “nature” et de l’“artefact” » (ibid., p. 753). En premier lieu, on introduit ces distinctions pour écarter de la discussion les implications politiques ou éthiques de ce qui est marchandisable ou non. « Les oppositions politiques ne sont pas le produit d’une confusion doctrinale [et ne peuvent donc pas être négligées à ce titre] » (ibid., p. 753). Au fondement de la prise de décision, la doctrine juridique utilise les distinctions linguistiques et catégorielles, plus que ce qui arrive à tout ce qu’on pourrait vouloir appeler la nature. En second lieu, il y a des situations dans lesquelles il devient de plus en plus mystérieux de savoir comment il faudrait au juste identifier une invention : « […] la production d’une lignée cellulaire immortelle ne requiert guère plus de l’“inventeur” que la maîtrise d’une technique scientifique de routine. Le processus d’“invention” semble se limiter à transcrire un code naturel sur un nouveau support » (ibid., p. 752, note omise). Selon lui, la biotechnologie a rendu transparentes ou improbables les distinctions mêmes qui fixent le droit des brevets sur lequel repose de manière tellement cruciale la biotechnologie (ibid., p. 745).

56On peut discuter la question de « l’expropriation par l’homme de la nature [… comme] expropriation par une personne de ce qui est déjà l’héritage naturel de toutes » (Phillips et Firth, 1990, p. 35). Mais une question supplémentaire vient de la manière dont on traite ce problème en distinguant la technologie et la nature, l’invention et la découverte, etc. : en effet le droit des brevets définit ce qui a déjà été exproprié, c’est-à-dire ce qui n’est plus la nature. Les habitants de Nouvelle-Irlande, quant à eux, refont des personnes à partir de personnes, pour ainsi dire, des corps à partir de corps, et la compétition concerne les revendications relatives au pouvoir ancestral, c’est-à-dire qu’ils revendiquent ce qui est déjà spécifiquement identifié comme étant à eux. Les détenteurs de brevets, à l’inverse, interagissent avec les personnes par des revendications de propriété, et fabriquent leurs appareils à partir de choses, de matériaux et de connaissances qui, au bout du compte, relèvent d’un « bien commun » qui appartient à tout le monde et à personne.

57Quand ils pensent aux biens communs comme à une ressource naturelle, les Euro-Américains peuvent l’imaginer comme un domaine d’où l’inventivité des personnes est absente, et, idéalement, peut-être même où il n’y a personne du tout ; en même temps, quand ils pensent à l’habiter, c’est ce site qu’ils évoquent, et ils aimeraient aussi penser que les biens communs constituent un monde que les personnes possèdent « naturellement » et dans lequel elles trouvent leur habitat « naturel ». C’est en raison de cette flexibilité, pourrait-on dire, que notre perspective (sur le monde), qui prend parfois en compte les personnes et parfois pas, a à ce point rendu possible l’innovation technologique en Occident (Eric Hirsh, communication personnelle). Mais j’ai conclu délibérément sur une image de la nature comme ressource – les biens communs – qui renvoie à l’intérêt que les humains peuvent y trouver. Est-ce que notre sentiment d’être à l’aise avec la technologie, d’habiter « avec » elle, ne viendrait pas en partie du fait qu’elle nous donne des choses que nous pouvons posséder, dont nous pouvons donc prendre possession pour nous-mêmes ? L’inquiétude que nous éprouvons, lorsque ces extensions de la personne par la propriété semblent inappropriées, fait partie de notre familiarité avec les techniques et les relations de propriété.

  • 45 N.d.t. Conférence organisée en 2000 par Mike Featherstone, Scott Lash et Philip Dodd à l’Institut d (...)

58Les habitants de Nouvelle-Irlande ont subi non seulement le commerce colonial et la législation des droits de propriété intellectuelle, mais aussi le partage même entre la technologie et l’habiter que les organisateurs d’une conférence intitulée Inhabiting Technology ont problématisé en 200045. Les habitants de Nouvelle-Irlande servent à rappeler les débats politiques et éthiques qui entourent l’extraction des ressources, l’extension des régimes de propriété, etc. Mais trop souvent, un Euro-Américain va réinventer le partage entre la technologie et l’habiter, en attribuant à de telles populations les qualités que ses propres conceptions de la technologie donneraient à la nature. À l’inverse, j’ai essayé de donner à ces personnes et leurs idées une présence différente, en insistant sur les nombreux points où nous pourrions dresser des parallèles, afin de mettre en relief ceux où nous ne le pouvons pas.

Haut de page

Bibliographie

Bainbridge David, 1999, Intellectual Property, Londres, Financial Times Management - Pitman Publishing (4e édition).

Battaglia Debbora, 1999, « Towards an ethics of the open subject : Writing culture in good conscience », Anthropological Theory Today, H. Moore éd., Cambridge, Polity Press, p. 114-150.

Bodrogi Tibor, 1987, « New Ireland art in cultural context », Assemblage of Spirits. Idea and Image in New Ireland, L. Lincoln éd., New York, George Braziller - Minneapolis Institute of Arts, p. 17-32.

Callon Michel, 1986, « Some elements of a sociology of translation : Domestication of the scallops and the fishermen of St Brieuc Bay », Power, Action and Belief. A New Sociology of Knowledge, J. Law éd., Londres, Routledge, p. 196-223.

Casey Edward, 1996, « How to get from space to place a fairly short stretch of time : Phenomenological prolegomena », Senses of Place, S. Feld et K. Basso éd., Santa Fe, School of American Research Press, p. 13-52.

Coombe Rosemary, 1998, The Cultural Life of Intellectual Properties. Authorship, Appropriation and the Law, Durham, Duke University Press.

Csordas Thomas, 1999, « The body’s career in anthropology », Anthropological Theory Today, H. Moore éd., Cambridge, Polity Press, p. 172-205.

Edwards Jeanette, Hirsh Eric, Franklin Sarah, Price Frances et Strathern Marilyn, 1999 [1993], Technologies of Procreation. Kinship in the Age of Assisted Conception, Londres, Routledge.

Feld Steven et Basso Keith éd., 1996, Senses of Place, Santa Fe, School of American Research Press.

Franklin Sarah, 2000, « Life itself : Global nature and the genetic imaginary », Global Nature, Global Culture, S. Franklin, C. Lury et J. Stacey éd., Londres, Sage, p. 188-227.

Gell Alfred, 1998, Art and Agency. An Anthropological Theory, Oxford, Clarendon Press (L’art et ses agents, une théorie anthropologique, Bruxelles, Les Presses du réel, 2009).
— 1999, « The technology of enchantment and the enchantment of technology », The Art of Anthropology. Essays and Diagrams, E. Hirsh éd., Londres, Athlone, p. 159-186.

Gunn Michael, 1987, « The transfer of malangan ownership on Tabar », Assemblage of Spirits. Idea and Image in New Ireland, L. Lincoln éd., New York, George Braziller - Minneapolis Institute of Arts, p. 74-83.

Harrison Simon, 1992, « Ritual as intellectual property », Man, vol. 27, no 2, p. 225-244.
— 2000, « From prestige goods to legacies : Property and the objectification of culture in Melanesia », Comparative Studies in Society and History, vol. 42, no 3, p. 662-679.

Harvey Penelope, 1997, « Introduction : Technology as skilled practice », Social Analysis, vol. 41, no 1, p. 3-14.

Heintze Dieter, 1987, « On trying to understand some malangans », Assemblage of Spirits. Idea and Image in New Ireland, L. Lincoln éd., New York, George Braziller - Minneapolis Institute of Arts, p. 42-55.

Hirsch Eric, 1995, « The “holding together” of ritual : Ancestrality and achievement in the Papuan Highlands », Cosmos and Society in Oceania, D. de Coppet et A. Iteanu éd., Oxford, Berg, p. 213‑233.

Ingold Tim, 1988, « Tools, minds and machines : An excursion into the philosophy of technology », Techniques et cultures, vol. 12, p. 151-176.
— 1995, « Building, dwelling, living : How animals and people make themselves at home in the world », Shifting Contexts. Transformations of Anthropological Knowledge, M. Strathern éd., Londres, Routledge (ASA Decennial Conference series), p. 57-80.
— 1997, « Eight themes in the anthropology of technology », Social Analysis, vol. 41, no 1, p. 106-138.

Khalil Mohamed, 1995, « Biodiversity and the conservation of médicinal plants : Issues from the perspective of the developing world », Intellectual Property Rights and Biodiversity Conservation, T. Swanson éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 232-253.

Konrad Monica, 1998, « Ova donation and symbols of substance : Some variations in the theme of sex, gender and the partible person », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 4, no 4, p. 643-667.

Küchler Susanne, 1987, « Malangan : Art and memory in a Melanesian society », Man, vol. 22, no 2, p. 238-255.
— 1992, « Making skins : Malangan and the idiom of kinship in New Ireland », Anthropology, Art and Aesthetics, J. Coote et A. Shelton éd., Oxford, Clarendon Press, p. 94-112.
— 2002, Malanggan : Art, Memory and Sacrifice, Oxford, Berg.

Latour Bruno, 1993, We Have Never Been Modern, Londres, Harvester Wheatsheaf.

Law John et Hassard John, 1999, Actor Network Theory and After, Londres, Routledge.

Leach James 2004, « Modes of creativity », Transactions and Creations. Property Debates and the Stimulus of Melanesia, E. Hirsh et M. Strathern éd., Oxford, Berghahn, p. 151-175.

Lewis Philip, 1969, « The social context of art in northern New Ireland », Fieldiana. Anthropology, vol. 58.

Lincoln Louise, 1987, « Art and money in New Ireland », Assemblage of Spirits. Idea and Image in New Ireland, L. Lincoln éd., New York, George Braziller - Minneapolis Institute of Arts, p. 33-41.

Miller Daniel, 2000, « The fame of Trinis : Websites as traps », Journal of Material Culture, vol. 5, no 1, p. 5-24.

Nelkin Dorothy, 1984, Science as Intellectual Property, New York, Macmillan.

Phillips Jeremy et Firth Alison, 1990, Introduction to Intellectual PropertyLaw, Londres, Butterworths (2e édition).

Pottage Alain, 1998, « The inscription of life in law : Genes, parents, and bio-politics », Modern Law Review, vol. 61, no 5, p. 740-765.

Rabinow Paul, 1996, Essays on the Anthropology of Reason, Princeton, Princeton University Press.

Strathern Marilyn, 1996, « Cutting the network », Journal of the Royal Anthropological Institute, vol. 2, no 3, p. 517-535.
— 1999, Property, Substance and Effect. Anthropological Essays on Persons and Things, Londres, Athlone.

Sykes Karen, 2000, « Losing interest : The devaluation of malanggan in New Ireland », Intergenerational and intergender transactions, colloque PTC (Property, Transactions & Creations), Cambridge.

Tassy Jean et Dambrine Christian, 1997, « Intellectual property rights in support of scientific research », European Review, vol. 5, no 2, p. 193-204.

Wagner Roy, 1975, The Invention of Culture, Englewood Cliffs, Prentice-Hall.
— 1991, « The fractal person », Big Men and Great Men. Personifications of Power in Melanesia, M. Godelier et M. Strathern éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 159-173.

Walden Ian, 1995, « Preserving biodiversity : The role of property rights », Intellectual Property Rights and Biodiversity Conservation, T. Swanson éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 176-197.

Weiner James, 1991, The Empty Place. Poetry, Space and Being among the Foi of Papua New Guinea, Bloomington, Indiana University Press.
— 1995, « Technology and techne in Trobriand and Yolgnu art », Social Analysis, vol. 38, p. 32-46.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « The patent and the malanggan », paru dans Theory, Culture and Society, vol. 18, no 1, 2001, p. 1-26 (reproduit avec l’autorisation de Sage Publications). Je m’appuie sur la version ultérieurement publiée par l’auteur dans Kinship, Law and the Unexpected. Relatives Are Always a Surprise, Cambridge, Cambridge University Press, 2004, p. 92-110. Je remercie vivement Matthew Carey et Marc Lenormand pour leur relecture attentive.

2 Les conceptions de base du malanggan sur lesquelles je m’appuie ici sont partagées à travers la région, voir Küchler (1987, p. 239, et note 4), qui renvoie notamment à Lewis (1969). Les « clans » matrilinéaires sont dispersés à travers toute la zone ; ils se concentrent localement comme des groupes de parenté fondés sur des villages, et sont conceptuellement rassemblés sous un nom commun à toute la région. On verra plus tard l’importance de la remarque de Küchler (1987, p. 249), suivant laquelle la « relation entre les unités locales d’un clan matrilinéaire est appréhendée en termes de lieux et de mouvements des personnes entre les lieux ».

3 Il y a plusieurs illustrations chez Lincoln (1987) et, postérieurement à la rédaction originelle de ce texte, chez Küchler (2002).

4 Il n’y a ici qu’un seul terme (« peau », tak ; Küchler, 1992, p. 100) ; le malanggan remplace temporairement le corps en décomposition du défunt, avant qu’on le laisse lui-même pourrir d’une façon ou d’une autre. Une excellente présentation des approches anthropologique du « corps » est faite par Csordas (1999).

5 Casey (1996, p. 39) note l’insistance de Heidegger, qu’on devrait à mon avis prendre au pied de la lettre, sur l’idée que c’est « dans des habitations que nous sommes le plus sensibles aux effets des lieux sur nos vies » (« lieu » renvoie ici à l’incorporation).

6 J’hésite à emprunter des termes aux développements philosophiques généraux sur les orientations corporelles et conceptuelles qui préfigurent le monde perçu (Heidegger, Merleau-Ponty), notamment « habiter », pour les appliquer ensuite à des contextes ou à des environnements culturellement perçus. L’emprunt nous permet, peut-être, de poser une question intéressante : comment les gens fabriquent-ils l’idée d’un monde qui « contient » en lui les choses et les personnes ?

7 Des anthropologues se sont appuyés sur l’idée d’habiter pour développer une dialectique non pas avec la technologie mais avec le voyage (Battaglia, 1999, p. 129, citant Feld et Basso, 1996), ou, explicitement en référence à Heidegger, avec la construction (Ingold, 1995). Pour une monographie qui explore de manière merveilleuse quelques-unes de ces idées, voir Weiner (1991).

8 La virtuosité technique renvoie au contrôle absolu qui est nécessaire pour produire de tels effets à partir de ces matériaux : des structures légères, aériennes et fluides faites de bois massif (mais elles ne sont pas plus miraculeuses que la cathédrale faite d’allumettes, voir Gell, 1999, p. 167, note 10). Avant l’arrivée de l’acier, une grande partie du travail de sculpture était réalisée grâce au feu.

9 En partie parce que ce n’est pas un concept réifié dans leur pensée, en partie parce qu’ils n’ont pas une conception écologiste de ce que les Euro-Américains appelleraient le monde naturel « dans lequel » ils semblent être situés.

10 Le rôle culturel que la technologie en est venue à jouer dans les perceptions qu’ont les Euro-Américains de leur place dans le monde, à son tour, a donné une impulsion au concept de propriété intellectuelle ; les droits de propriété intellectuelle présentent un miroir à la créativité éblouissante. Car la « propriété intellectuelle » renvoie simultanément à un objet ou une technique qu’on a rendu accessible à la connaissance, en autorisant son usage et sa circulation, et à la connaissance, sur laquelle on peut émettre des revendications, qui en a fait un objet ou une technique. Les inventions sont impuissantes s’il y a un trop grand écart technologique entre l’idée et son application (Phillips et Firth, 1990, p. 42).

11 La virtuosité technique flamboyante (l’enchantement de la technologie) joue un rôle important dans les effets que les processus techniques produisent. Les termes employés par Gell sont délibérément récursifs. Au sujet de l’art et de la magie, il écrit : « Il me semble que l’efficacité des œuvres d’art comme composantes de la technologie de l’enchantement […] est elle-même le résultat de l’enchantement de la technologie, le fait que les processus techniques, tels que la sculpture de proues de pirogues [qui ont des propriétés magiques], sont [notoirement] interprétés de manière magique, de telle sorte que, en nous enchantant, ils font apparaître les produits de ces processus techniques comme les réceptacles enchantés du pouvoir magique » (Gell, 1999, p. 166). Au sujet de la maquette en allumettes de la cathédrale de Salisbury, qui l’avait impressionné lorsqu’il était enfant, il écrit pareillement : « La maquette en allumettes, qui fonctionne essentiellement comme une publicité, fait partie de la technologie de l’enchantement, mais elle atteint cet effet via l’enchantement projeté par ses moyens techniques, la manière dont elle est venue à exister, ou, plutôt, l’idée que l’on se forme de la manière dont elle est venue à être » (ibid., p. 167).

12 En tant que concept, la technologie « renvoie essentiellement aux principes rationnels [logos] qui gouvernent la construction des artefacts et elle indique un abandon de la production artisanale ou manuelle [techne] en faveur de la possibilité d’incorporer des compétences dans des machines qui peuvent ensuite être “manipulées” par des travailleurs relativement non qualifiés » (Harvey, 1997, p. 6, d’après Ingold, 1988, 1997). Comme le remarque Ingold (1997, p. 131), la part créative de la fabrication ne se trouve plus dans l’application des compétences de l’artisan, mais « dans l’élément de conception ou de planification » qui a permis de concevoir la machine elle-même.

13 Sur le pouvoir que donne l’anonymat, voir Konrad (1998). La créativité peut être conçue comme individuelle et particulière, et par là méritant une récompense personnelle (voir Khalil, 1995, p. 243), mais les Euro-Américains imaginent aussi que leur civilisation est caractérisée par l’innovation technologique en général.

14 Dans le champ de la procréation médicalement assistée, on entend fréquemment l’idée que la technologie fournit un moyen, et que c’est à la société de déterminer les fins auxquelles il faut l’appliquer (voir Edwards et al., 1999).

15 Par exemple, en établissant des barrières entre la technologie et d’autres choses, nous créons le matériau sur lequel la technologie doit œuvrer. Une langue qui met la technologie, comme forme marquée d’activité humaine, à l’écart de tout le reste, va de pair avec une langue qui oppose l’observateur scientifique et l’observé, la culture et la nature, la modernité et la tradition, pour ne pas parler du mécanique et de l’organique, de l’intervention humaine et de la reproduction autonome, etc. Il n’y a pas de fin à la liste des soubassements conceptuels par lesquels chaque division se perpétue dans des divisions apparentées mais distinctes (voir Pottage, 1998, p. 745). Certaines parties de cet ancien enchantement du monde euro-américain sont constamment détruites (par les critiques), pour toujours resurgir (dans de nouveaux contextes).

16 Voir Miller (2000) au sujet des sites web à Trinidad. On peut considérer qu’ils créent des « pièges esthétiques qui expriment l’efficacité sociale de leurs créateurs et tentent d’attirer d’autres personnes dans un échange social ou commercial avec ceux qui se sont objectivés par le moyen de l’Internet. [Comme dans l’échange mélanésien…] ces sites web tentent d’étendre leurs créateurs en les projetant dans un monde plus grand d’échange avec des lieux distants » (2000, p. 6).

17 Les baleiniers, les recruteurs de main-d’œuvre et les négociants ont suivi Cartaret, qui a démontré en 1767 que la Nouvelle-Irlande était une île, et les interactions avec les habitants de Nouvelle-Irlande furent fréquentes. Après 1885, la colonisation par l’Allemagne y a ajouté une intense activité commerciale et missionnaire (Bodrogi, 1987, p. 17 ; Lincoln, 1987, p. 35). Mais la région était connue depuis le voyage de Tasman en 1643, et la présence de sculptures (il ne s’agissait pas de malanggan) a été notée dès le début, au xviie siècle (Gunn, 1987, p. 74).

18 Küchler (1987) explique que les malanggan verticaux et horizontaux peuvent se comporter comme arbre et branche l’un par rapport à l’autre, alors que dans d’autres régions (par exemple les îles Tabar) les maisons prennent la place des arbres. C’est sur ces structures que se fondent les procédés mnémotechniques nécessaires à la mémoire des motifs.

19 Pour les îles Tabar, Gunn (1987, p. 75) donne une liste de diverses occasions qui fournissent la raison immédiate de l’exposition, mais la logique de celle-ci est toujours fondée sur le postulat qu’une personne honore les morts du groupe de parenté de son conjoint (de la moitié opposée), lorsqu’elle expose un malanggan dans le contexte approprié. À travers la région où on fabrique des malanggan, ces occasions incluent l’initiation, les cérémonies effectuées pour réconcilier des factions à la suite d’une dispute, la validation de transactions territoriales, le fait de lever des interdits sociaux, de même que toute une foule de nouveaux événements (Sykes, communication personnelle). J’abrège et j’omets des informations et des analyses relatives à plusieurs traditions sociales distinctes ; mes principales sources publiées sont le travail de Küchler (1987, 1992), l’interprétation par Gell (1998) de ses données, ainsi que les exemples décrits par Lincoln (1987).

20 Les malanggan peuvent être faits pour des hommes ou des femmes décédés, mais ce sont des hommes qui les fabriquent et en sont les mécènes ; le propriétaire en question sera quelqu’un qui a partagé avec le défunt des droits sur le malanggan (Küchler, 1987, p. 240).

21 De manière assez similaire aux coiffes de Hagen (Strathern, 1999, chap. 2), toute sculpture de ce type, toute construction d’identité, est un amalgame de sculptures ou d’identités sociales qui viennent d’autres personnes. Sur la définition des lieux comme des événements plutôt que comme des choses, ou comme site plutôt que comme géographie, et sur l’importance générale de l’emplacement comme ce qui rassemble des perceptions, voir Casey (1996).

22 Weiner (1991, p. 71) fait référence à une des premières observations anthropologiques sur les langues mélanésiennes, selon laquelle les manières de parler (en employant des locatifs et ainsi de suite) impliquent que toute personne ou toute chose est en train de venir ou de partir, un instant à un endroit et l’instant suivant à un autre.

23 En tant que corps virtuel, le clan contient toutes les personnes et les actions – passées et futures – qui le constituent, et l’appartenance au clan signifie pour tout individu à la fois la possibilité de vivre à travers toutes ces autres personnes et la possibilité de bénéficier des nombreux liens du clan : ce n’est pas le clan comme unité distincte, mais le clan et ses relations aux autres, qui enveloppent la personne (Wagner, 1991). Notez que, pour simplifier, j’utilise le concept d’appartenance au clan pour évoquer la dimension collective des droits à produire des malanggan. La réalité est rendue plus compliquée par l’identité des sous-clans locaux et des segments de clans, et par les relations qui s’établissent entre eux. Küchler (1987, p. 251) suggère que les transactions relatives aux malanggan ainsi que leur partage, à travers la région septentrionale de Nouvelle-Irlande, offrent leurs propres sources de socialité, qui sont liées au rôle organisationnel joué par les clans matrilinéaires dispersés mais ne s’y confondent pas.

24 La phrase vient de Gell (1998, p. 225) : « Avec sa mort, l’agentivité d’une personne [décédée] se trouve dispersée », et à travers le malanggan l’efficacité sociale dispersée de cette personne devient « quelque chose auquel on peut attacher un unique indice matériel ».

25 « Absorbée dans le système artistique, cette force vitale est ensuite retransmise aux vivants sous la forme de pouvoir. Ce pouvoir est constitutif de l’autorité politique et découle du contrôle sur la réincorporation de l’image mémorisée dans de nouvelles sculptures » (Küchler, 1987, p. 240). Cela s’applique tout particulièrement aux relations entre les groupes qui possèdent la terre, dont les revendications les unes par rapport aux autres sont répertoriées par l’intermédiaire de leurs droits à reproduire des malanggan particuliers.

26 Il y a ici à la fois des relations entre lieux et entre clans, que je ne distingue pas dans mon récit. Le droit de reproduction d’un malanggan peut être transféré entre des parties du même clan matrilinéaire qui habitent dans différents villages, ou entre des clans qui, dans un rapport d’affinité, sont liés par une histoire de mariages réciproques et de co-résidence (Küchler, 1987, p. 240).

27 Ce qui permet ainsi, par exemple, d’homologuer de nouvelles revendications quant à la tenure des terres après la mort de la personne.

28 Sur le rassemblement et la dispersion comme modèle récurrent des configurations sociales en Papouasie-Nouvelle-Guinée, voir Hirsh (1995). Dans la perspective de la théorie de l’acteur-réseau (Law et Hassard, 1999), le malanggan est un point de passage temporaire (voir Callon, 1986).

29 Tassy et Dambrine (1997, p. 193) sont explicites : « La propriété intellectuelle est un terme générique pour se référer aux droits attachés aux produits de la créativité humaine. » Le droit des brevets est « conçu pour pouvoir s’adapter aux nouvelles technologies » (Phillips et Firth, 1990, p. 273).

30 Les spécifications de l’invention doivent être suffisamment détaillées pour être intelligibles pour quiconque est dans la position de l’exploiter. La divulgation doit être totale, rien d’important ne devant être tu ; autrement, personne ne pourrait utiliser l’invention après que le brevet a expiré (Bainbridge, 1999, p. 317). (Je parle de l’inventeur, mais le détenteur éventuel du brevet et le propriétaire des droits économiques sur l’invention peuvent aussi être d’autres entités sociales, par exemple un mécène industriel.)

31 Une impulsion récente est donnée à cette perspective par ce que nous avons tendance à concevoir comme le rythme galopant de la technologisation, la taille de l’investissement commercial, l’émergence de la biotechnologie comme un acteur important, et la cadence accélérée à laquelle la recherche scientifique devient l’objet d’intérêts conçus en termes de propriété (voir Nelkin, 1984).

32 Bainbridge (1999, p. 349) cite deux commentateurs, le premier pour dire que les inventions sont soit de nouvelles manières de produire quelque chose de vieux, soit de vieilles manières de produire quelque chose de nouveau ; le second pour dire que toute invention est une « nouvelle recombinaison de connaissances préexistantes ». En elle-même, une invention unique peut aussi comprendre plusieurs inventions subalternes que l’on accepte de rassembler et de traiter comme relevant d’un unique brevet.

33 « Le fait que [certains] éléments aient déjà existé dans la nature ne les empêche pas d’être brevetés s’ils sont isolés de leur environnement naturel ou produits au moyen d’un processus technique », dit Bainbridge (1999, p. 378) en interprétant l’article 2 de la Directive du Parlement et du Conseil européen sur la brevetabilité des inventions biotechnologiques de 1998. Il y a ici des différences entre le droit des brevets en Europe et aux États-Unis. Ainsi, aux États-Unis, il est possible d’obtenir un brevet pour une nouvelle race animale (ibid., p. 377).

34 Parmi ceux avec qui Küchler a travaillé, le sculpteur aura hérité son savoir-faire en même temps que la connaissance de la magie qui permet de provoquer une vision de l’image à sculpter. La personne du clan qui est responsable de la production de la sculpture lui a déjà décrit l’image, et ce qu’on lui dit inclura non seulement ce souvenir mais aussi l’ensemble des modifications que requièrent les transactions actuelles (Küchler, 1992, p. 103). Gunn (1987, p. 74) dit qu’il peut s’écouler trente ans entre l’acquisition des droits et leur transmission afin qu’ils soient de nouveau reproduits par la génération suivante.

35 Pour suivre la manière dont Weiner (1995) et Leach (2004), en discutant Gell, situent la technologie hors de la production.

36 On peut le lire comme une référence à un propriétaire et un sculpteur, au couple procréatif qui porte un enfant, ou au groupe local de parenté au sein duquel les conjoints auront toujours une identité distincte les uns des autres, de telle sorte qu’aucune fratrie n’est la réplique d’une autre.

37 Cela renforce la thèse de Harrison (1992, p. 235), selon lequel on possède comme propriété intellectuelle, non pas des choses, mais des catégories de choses (« leurs images ou typifications »).

38 Lincoln (1987, p. 34) l’exprime d’une manière globalement plus positive. Un clan qui épuise ses richesses lorsqu’il paie pour un malanggan est, en fait, en train de convertir de l’argent et du travail en du prestige durable. De plus, ajoute-t-elle, le droit de propriété qu’il a acquis, « qui sera probablement revendu, constitue une sorte d’actif semi-liquide ».

39 Toutefois, Gunn (1987, p. 79-80) distingue deux procédures sur les îles Tabar. Lorsqu’une série importante de malanggan a été montrée et cédée, le propriétaire originel ne peut plus exposer ce malanggan. Cela s’applique aux malanggan transmis entre générations à l’intérieur du même clan ou sous-clan. Cependant, quand les droits relatifs à une unique sculpture ou à des motifs d’une sculpture sont transférés entre groupes (par exemple de père à fils dans un système matrilinéaire), il est possible d’allouer les seuls droits d’usage et de reproduction, le propriétaire conservant un droit sur ses propres cérémonies.

40 À la différence du copyright (et de la propriété des dessins et modèles [design right]), qui prend effet automatiquement lors de la publication, les brevets doivent être déposés (les dessins et modèles peuvent l’être), et un tel processus n’a pas d’équivalent dans notre cas. Si on poursuit ces analogies, toutefois, alors des formes de protection de la propriété intellectuelle plus appropriées pourraient être trouvées dans le droit des artistes-interprètes, ou dans le concept relativement nouveau de droit des dessins et modèles.

41 C’est un point qui a la réputation de rendre perplexes quelques juristes : la loi fait exister une chose, et ensuite, à la fin d’un terme donné, la chose en question disparaît d’un coup (Phillips et Firth, 1990, p. 24). On prétend que les Euro-Américains ont aussi été mystifiés par la manière dont tant d’efforts sont consacrés à la production des malanggan, alors qu’on s’en débarrasse ou qu’on les détruit si rapidement.

42 L’Institut de la propriété intellectuelle détient les spécifications et les résumés de tous les brevets britanniques depuis 1617, c’est-à-dire plus de deux millions d’inventions, ainsi que vingt-trois millions d’annonces de brevets de l’étranger (Bainbridge, 1999, p. 335). Proportionnellement à leurs populations respectives, on peut imaginer qu’il y a eu presque autant de malanggan en Nouvelle-Irlande septentrionale que de brevets en Grande-Bretagne.

43 Le nombre de 5 000 vient de Küchler (1992, p. 92), pour une période qui va approximativement de 1870 à 1990 ; il ne s’agit bien entendu pas de la production totale, car beaucoup plus auront été brûlés ou enterrés loin des regards, dans des grottes avec les morts (Gunn, 1987, p. 74). Lincoln (1987, p. 40) estime à 15 000 l’ensemble des artefacts (essentiellement des masques et des sculptures) qui ont abouti dans des musées européens et américains, pendant la seule période de la colonisation allemande (1885-1914). Elle soupçonne qu’une partie de cette production prodigieuse doit avoir été faite en réponse à la demande extérieure. Il y a eu sans aucun doute des cycles de productivité. Lincoln (1987, p. 39) suggère que l’utilisation du métal, introduit dans la sculpture dans les années 1850, et l’expérience de la colonisation en général, ont stimulé la production de malanggan.

44 Comme le rappelle Harrison (2000), la relation dialectique entre invention et convention ainsi que la manière dont nous attribuons ces valeurs sont complexes (Wagner, 1975). Au bout du compte, le malanggan est une invention sans innovation. Bien que chaque nouvelle combinaison reçoive une inspiration inédite, chaque élément individuel est aussi tiré d’un autre, la création d’images totalement nouvelles (par le rêve) étant vue comme un processus dangereux : le répertoire de formes a été remarquablement stable au cours des années (Küchler, 1987, p. 239).

45 N.d.t. Conférence organisée en 2000 par Mike Featherstone, Scott Lash et Philip Dodd à l’Institut des arts contemporains, Londres.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marilyn Strathern, « Le brevet et le malanggan », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #14 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/6016 ; DOI : 10.4000/traces.6016

Haut de page

Auteur

Marilyn Strathern

Professeure émérite d’anthropologie sociale, University of Cambridge

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page