Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Avant-propos

Traduire et introduire les sciences humaines

Olivier Allard
p. 7-8

Texte intégral

1A-t-on encore vraiment besoin de traduire des textes de sciences humaines en français ? La question se pose parfois, et certains soulignent une asymétrie fondamentale : si les auteurs francophones doivent traduire leurs travaux pour espérer avoir une influence mondiale, l’inverse ne serait pas ou plus vrai. Le monde de la recherche serait unifié par une langue véhiculaire – l’anglais –, la mobilité internationale des universitaires, ou encore l’accès immédiat aux publications électroniques. Publier en français les textes d’auteurs étrangers pourrait avoir un intérêt pour le grand public, mais très peu pour les chercheurs eux-mêmes, puisqu’ils auraient déjà les compétences et les moyens techniques (légaux ou pirates) de lire tout ce qui compte – c’est-à-dire tout ce qui est disponible en anglais.

2Sans nier aucunement l’existence d’un espace intellectuel et universitaire mondialisé (en a-t-il jamais été autrement ?), ce hors-série de Tracés repose sur l’idée qu’un tel espace est cependant loin d’être homogène : si beaucoup de travaux étrangers sont (plus ou moins) accessibles aux chercheurs français, ils ne sont pas tous également lus et discutés. Il y a donc un intérêt à débattre spécifiquement de l’œuvre d’auteurs étrangers, qui occupent une place centrale dans leur sphère d’influence mais n’ont pas suscité l’attention qu’ils ou elles méritent en France. Nous avons choisi de le faire en réunissant plusieurs commentaires qui permettent de présenter et de discuter le travail d’un auteur, dont nous traduisons également un texte significatif.

3Pour ce hors-série, nous avons choisi la politiste argentine Pilar Calveiro, l’historien américain Daniel L. Smail et l’anthropologue britannique Marilyn Strathern. Aucun des trois n’a été complètement ignoré en France, au moins dans leurs disciplines respectives, mais les traduire aujourd’hui nous semble pertinent pour ouvrir la discussion à un auditoire plus large et soulever certains enjeux liés à la réception des textes de sciences humaines.

4La qualité et l’originalité des recherches hors des pays francophones et anglophones sont souvent méconnues, alors que la portée du travail de Calveiro dépasse largement le cadre d’un pays ou d’une aire régionale. Analysant l’escalade de la violence qui a marqué l’Argentine dans les années 1970, elle a montré comment la militarisation du conflit entre un État répressif et des organisations révolutionnaires a conduit à l’écrasement d’un mouvement populaire large et radical ; ses travaux interrogent aussi en miroir l’escamotage de la violence politique dans l’histoire récente des démocraties européennes. Smail, pour sa part, est sans doute connu en France pour ses travaux en histoire médiévale. En revanche, son livre On Deep History and the Brain, en partie dirigé contre le créationnisme dont les thèses sont en pleine expansion aux États-Unis, n’a eu qu’un très faible écho en France – sans doute pour cette raison même. Or, les perspectives interdisciplinaires que Smail propose – entre histoire et sciences cognitives – nous semblent y mériter un droit de cité. Le dossier sur Strathern, enfin, aborde plusieurs facettes d’une œuvre très variée : anthropologue de la Mélanésie, elle s’est fait connaître en critiquant certains concepts des sciences sociales à partir de son analyse des conceptions locales de la socialité et de la personne, puis elle s’est engagée dans un travail comparatif fondé sur des rapprochements souvent inattendus entre la Mélanésie et l’Euro-Amérique. Son style ardu et sa posture analytique expliquent peut-être que les Français la reconnaissent (un peu) sans la connaître (vraiment) – état auquel nous espérons remédier.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Olivier Allard, « Traduire et introduire les sciences humaines », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #14 | 2014, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 16 août 2017. URL : http://traces.revues.org/5986

Haut de page

Auteur

Olivier Allard

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page