Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Note

Récit d’une expérience : l’école Nadi al Toufoula (Damas, 1993-2012)

Damien Simonin
p. 169-176

Texte intégral

  • 1 Ce récit est issu d’échanges avec Hanane al Laham et Nusayba Hilal, en anglais et en arabe, par tél (...)

1Lorsque le 11 décembre 2011 débute une « grève de la dignité » dans toute la Syrie1, les groupes impliqués dans le mouvement révolutionnaire, qui appellent à cette grève générale, entendent engager un mouvement de désobéissance civile. Les appels à la contestation du régime de Bachar el Assad avaient débuté en février 2011, suivis en mars des premières manifestations à Damas puis à Deraa. Ils visaient notamment l’état d’urgence en vigueur depuis 1963, qui légitimait un large contrôle de la population par les services de sécurité. Comme en Tunisie, en Libye ou en Égypte à la même période, la contestation se diffuse rapidement dans tout le pays malgré la levée de l’état d’urgence en avril. Elle porte notamment sur le contrôle exercé par le régime d’el Assad et le parti Baas sur l’opposition politique ou le secteur économique. À partir d’avril, des milliers de personnes manifestent tous les vendredis après la prière, alors même que l’armée régulière répond à ces manifestations par une répression violente.

2C’est alors que Nusayba Hilal, directrice et cofondatrice de l’école Nadi al Toufoula (club de l’enfance) à Damas, décide de s’engager dans cette « grève de la dignité », en hommage aux victimes des combats et pour l’arrêt de la répression par le régime. Avec sa mère, Hanane al Laham, qui a aussi cofondé et dirigé l’école, elle propose aux autres salariées de participer à la grève. La décision, après discussion, est prise par un vote : sur les quinze personnes présentes, quatorze sont favorables ; sur les six absentes, quatre sont déjà en grève. La participation à la grève prend la forme d’une lettre aux parents, leur recommandant de ne pas envoyer leurs enfants à l’école pendant trois jours. Le jour même, Nusayba Hilal est recherchée par le régime ; elle doit rapidement quitter la Syrie. Le lendemain, des fonctionnaires du ministère de l’Éducation viennent perquisitionner l’école et interroger une dizaine de personnes. Ils imposent l’arrêt de la grève aux parents d’élèves ; les enseignantes sont maintenues à leur poste. L’école passe sous le contrôle du gouvernement, qui décide finalement de la fermer à la fin de l’année scolaire 2011-2012.

Réappropriation du savoir et de l’autorité religieuse par et pour les femmes

  • 2 Courriel de Hanane al Laham, 28 janvier 2013.
  • 3 Respectivement britannique et américain, Wells et Durant ont en commun d’avoir eu une expérience d’ (...)

3L’ouverture de cette école, en 1993, est déjà l’aboutissement d’un processus, un projet porté depuis plusieurs années par Hanane al Laham. Née en 1943 à Damas, issue de la classe moyenne, elle se dit marquée dès l’enfance par les discriminations entre femmes et hommes, « enflammée par le défi et le désir de changement »2. Elle considère d’abord la religion comme étant la cause de l’oppression des femmes. Puis à l’adolescence, à la suite de lectures et de rencontres, elle en vient à attribuer cette oppression et ces injustices non pas à l’islam mais à sa « mauvaise compréhension » (Ali, 2012, p. 204). Elle devient alors pratiquante et commence à participer à des cercles de lecture et de discussion, chez des amies ou dans des mosquées. Parallèlement, elle se forme en autodidacte à travers des lectures portant sur la culture religieuse, l’histoire, la littérature, la psychologie et la pédagogie. Elle lit notamment les travaux d’auteurs comme Herbert G. Wells ou Will Durant, sur l’histoire des civilisations et le rôle de l’éducation (Durant, 1935-1975 ; Wells, 1920)3.

4Plus tard, en suivant les enseignements de Jawdat Said, qui a travaillé en particulier à l’introduction de la notion de non-violence dans la pensée musulmane, Hanane al Laham découvre le mouvement du renouveau islamique et les courants critiques des pensées musulmanes, à partir d’un corpus de textes théoriques et politiques. Elle s’intéresse ainsi aux écrits de Muhammad Iqbal, philosophe et poète du début du XXe siècle (Diagne, 2001 ; Iqbal, 1996). Celui-ci a défendu l’ijtihad, un courant d’interprétation des textes et plus généralement de l’islam dans leur contexte socio-historique pour en actualiser les prescriptions, par opposition aux lectures littérales du Coran et du hadith, la tradition des textes attribués au prophète (Ali, 2012a). S’employant à penser l’islam dans les contextes présents, en l’occurrence pour lui dans l’Inde britannique, Iqbal a porté un projet d’action non violente dans la perspective de la constitution d’un État musulman. De Malek Bennabi, un penseur algérien qui a travaillé sur la notion de « conscience musulmane » et défendu la « renaissance » des sociétés musulmanes contre la colonisation de l’Algérie par la France, elle reprend les analyses des relations entre les pensées islamiques, les sociétés musulmanes et l’histoire coloniale (Bennabi, 2009). Ainsi, elle considère que le concept de « colonisabilité » qu’il a introduit « pousse [les sociétés musulmanes] vers [leurs] responsabilités et [les] incite à l’action » (Ali, 2012, p. 211). Dans plusieurs cercles de réflexion, elle travaille au tajdid, le renouveau de la pensée musulmane pour une réforme sociale, à partir de textes théologiques et juridiques et de l’histoire des sociétés musulmanes. Elle est alors l’une des rares femmes à publier des commentaires des sourates, les chapitres du Coran.

5À la fin des années 1970, Hanane al Laham quitte la Syrie pour l’Arabie saoudite où elle suit les enseignements de deux prédicatrices, A’ida al Sharach à La Mecque et Fatima Naseef à Jeddah, et participe à de nouveaux cercles de réflexion. Elle enseigne aussi le tafsir, l’exégèse du Coran, à l’université Umm al Qura de La Mecque, puis dans des écoles à Jeddah. De retour à Damas, elle poursuit l’enseignement dans des mosquées et rejoint les cercles de réflexion auxquels elle a déjà participé. À cette époque, elle a déjà publié de nombreux livres : des commentaires de textes sacrés, des analyses de la place des femmes dans l’islam, mais aussi des recueils d’histoires pour enfants. En ce sens, elle s’inscrit dans le féminisme islamique tel que le décrit Zahra Ali, un mouvement de « réappropriation du savoir et de l’autorité religieuse par et pour les femmes » (Ali, 2012b, p. 23).

Accessibilité et exemplarité

  • 4 Courriel de Hanane al Laham, 21 février 2013.

6Elle veut alors poursuivre ce travail, mais en commençant dès l’enfance, doutant des possibilités de changement par l’éducation des adultes. Elle décide donc de créer une école, pour « suivre le sillage des prophètes qu’on appelait “enseignants” »4. Au principe du projet pédagogique : la transposition dans l’éducation des valeurs de la religion telle qu’elle la conçoit, c’est-à-dire l’amour de la connaissance, le développement de l’esprit critique et le respect de soi et des autres. Pour ce projet, elle demande l’aide de l’une de ses filles, Nusayba Hilal, en raison de sa formation en sociologie et ses compétences administratives et éducatives. Plus largement, elle implique tout son entourage, notamment son mari et celui de sa fille, pour bénéficier d’un soutien matériel et moral, tout en conservant le pouvoir de conception et de décision.

7En 1993, le système éducatif syrien, tel que le présente Nusayba Hilal aujourd’hui, est partagé entre écoles publiques et privées. Pour les écoles publiques, le gouvernement définit les programmes mais ne fournit pas suffisamment de moyens matériels et d’outils pédagogiques. Chaque classe comporte quarante à cinquante élèves, et les enseignant-e-s, insuffisamment formé-e-s, en nombre trop faible et mal rémunéré-e-s, sont en difficulté. Dans les écoles privées, pour la plupart religieuses, les programmes sont à peu près les mêmes que dans le public et les élèves une quarantaine par classe. Mais pour que les élèves atteignent un meilleur niveau que celles et ceux du public, la pédagogie est centrée sur l’apprentissage par cœur. Dans les deux secteurs, les femmes constituent la très grande majorité des enseignant-e-s dans les écoles maternelles et primaires. Et à partir du milieu des années 1990, puis surtout de l’arrivée de Bachar el Assad au pouvoir en 2000, le secteur éducatif privé connaît un bref et relatif mouvement d’ouverture : de nouveaux projets scolaires sont mis en place, « à l’occidentale », avec des établissements colorés et des cours en anglais, mais qui ne concernent qu’une classe sociale privilégiée.

8Hanane al Laham veut au contraire que l’école, bien que de statut privé, soit accessible à tous et à toutes. Elle la finance surtout avec l’héritage de ses parents et les revenus de ses publications. Considérant que l’école ne pourra pas être rentable financièrement, elle refuse des propositions d’investissement et assume les pertes. À l’inverse, pour garantir le reversement des éventuels bénéfices dans le projet, elle interdit à ses héritières et héritiers d’en toucher un revenu. Pour Hanane al Laham et Nusayba Hilal, il est fondamental que tout dans l’école soit exemplaire pour les enfants. Elles refusent donc d’avoir recours à toute forme de corruption pour obtenir les faveurs des autorités, alors que la pratique est courante. Les délais administratifs en sont allongés, l’obtention des autorisations retardée, et elles n’obtiennent pas la permission d’ouvrir une école primaire. C’est finalement une école maternelle pour des enfants de 3 à 6 ans qui est créée en 1993, dans un appartement de sept pièces avec une cour extérieure au sein d’un quartier populaire de Damas.

9L’école est organisée en cinq classes, plus une autre spécialisée en anglais, et comporte aussi une salle de jeu et un laboratoire scientifique aménagé dans la cuisine. Elle accueille entre soixante-dix et cent enfants par an, soit moins de vingt élèves par classe. Les droits d’inscription sont peu élevés pour que l’école soit accessible au plus grand nombre d’élèves. Au début du projet, ces élèves sont effectivement d’origines socio-économiques variées et appartiennent à différentes communautés religieuses. L’école déménage en 2004, puis à nouveau en 2007, pour s’installer dans un bâtiment construit pour le projet en dehors de Damas. Les déménagements permettent d’améliorer les conditions de travail : un lieu plus calme, davantage d’espace pour les activités, de meilleures installations sanitaires. Dans ce nouveau quartier, vivent aussi plus d’élèves de classes moyennes et moins des classes populaires. Les dossiers d’inscription et les modalités de paiement sont aménagées pour que le déplacement géographique de l’école ne transforme pas le recrutement des élèves.

Amour de la connaissance, développement de l’esprit critique et respect de soi et des autres

  • 5 Témoignage de Khadija Al Said, transmis dans un courriel de Nusayba Hilal, 30 janvier 2013.

10Hanane al Laham et Nusayba Hilal souhaitent que les enseignantes soient des modèles pour les enfants. Elles les recrutent et les forment selon ce critère, après les avoir longuement rencontrées. Pendant plusieurs mois, elles assistent puis participent aux activités d’une classe. Puis, progressivement, c’est Hanane al Laham qui assiste aux cours des nouvelles enseignantes. Beaucoup, avant Nadi al Toufoula, ont déjà exercé dans d’autres écoles, qu’elles ont quittées à cause des méthodes d’enseignement. Pour l’une d’elles, Khadija al Said, « il n’y avait pas de place dans la salle de classe [des établissements où elle a exercé auparavant] pour quoi que ce soit d’autre que l’autorité de l’enseignante, et qu’une méthode pour renforcer cette autorité : la violence et les coups. Parfois des insultes, aussi »5.

  • 6 Interview de Hanane al Laham diffusée sur la chaîne MBC (Middle East Broadcasting Center, groupe sa (...)

11Comme elles s’opposent à ces pratiques dans l’enseignement et s’inscrivent dans une perspective non violente, le principal critère de recrutement des enseignantes selon Hanane al Laham et Nusayba Hilal est leur amour pour leur métier et pour les enfants. « Nous voulons former un enfant à avoir du respect pour soi, et nous voulons faire de l’école un lieu apprécié. »6 Toute forme de violence, physique ou verbale, est par conséquent interdite à l’école, et toutes les sanctions doivent être éducatives. Entre 1993 et 2011, trois enseignantes sont renvoyées pour avoir frappé des élèves.

12L’équipe enseignante se réunit régulièrement, pour discuter des élèves, des méthodes pédagogiques, des relations avec les parents ou encore de la formation des enseignantes. Dans cette école, les décisions importantes sont prises par consensus, pour que les enseignantes puissent s’impliquer pleinement dans le projet. Elles reçoivent aussi un meilleur salaire que dans beaucoup d’autres établissements. Les parents sont également impliqué-e-s dans le projet pédagogique, étant par exemple invité-e-s à des réunions avec les enseignantes pour discuter de la situation de leurs enfants, ou à des conférences pédagogiques pour participer à l’organisation de l’établissement. Dans ce projet, les parents sont considéré-e-s par les enseignantes comme des partenaires, dans la construction de la personnalité des enfants, à travers des échanges critiques et réciproques.

  • 7 Voir notamment la Déclaration mondiale sur l’éducation pour tous et le Cadre d’action pour répondre (...)

13Pour définir le contenu du projet pédagogique, les enseignantes ont élaboré ensemble des méthodes à partir de publications arabophones sur l’éducation ou le renforcement des capacités. Les principaux objectifs : procurer aux enfants un espace sécurisé, leur enseigner la capacité à s’exprimer et à communiquer avec les autres, développer leurs aptitudes, leur curiosité, leur esprit critique. Jusqu’en 2000, cette école est par exemple la seule en Syrie à appliquer les recommandations de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation et la protection de la petite enfance7. Dans les autres maternelles, on applique déjà les programmes de cours préparatoire. À Nadi al Toufoula, on n’enseigne pas la lecture et l’écriture, on joue pour apprendre à échanger, à expérimenter, à développer des connaissances.

  • 8 L’arabe littéraire désigne l’arabe classique tel qu’il apparaît notamment dans le Coran, et la form (...)

14En 1996, dans la continuité de la maternelle, Hanane al Laham crée une école primaire. Elle devient directrice de la seconde et Nusayba Hilal la remplace à la tête de la première. Mais en raison de la vétusté du bâtiment et faute de moyens pour maintenir les deux projets, l’école primaire ferme en 2001 et Hanane al Laham revient à l’école maternelle. Avec l’expérience de l’apprentissage de la lecture en primaire, les enseignantes constatent que l’arabe littéraire apparaît aux élèves comme une langue étrangère8. À partir de 1996, elles imposent donc l’arabe littéraire comme langue obligatoire pour tout le monde à l’école. L’objectif est de familiariser avec cette langue les élèves de maternelle comme de primaire, à l’oral puis à l’écrit, pour faciliter une relation directe avec toutes leurs lectures, notamment le Coran.

15Une place importante est également donnée aux jeux et à l’imagination en maternelle. Concernant l’enseignement de l’histoire du Prophète, par exemple, les élèves ne doivent pas l’apprendre par cœur mais l’imaginer et la représenter dans un cahier d’images. Les psychodrames, inspirés du psycho-sociologue et éducateur Jacob Levy Moreno (1987), constituent un autre exemple : on propose aux élèves, plusieurs fois par semaine, des jeux de rôles et des mises en situation. En trouvant des solutions à des problèmes, les enfants doivent ainsi développer leur réflexivité et leur esprit critique et surmonter certaines de leurs difficultés. Le jeu est animé par une enseignante et supervisé par un psychologue, qui rencontre tous les mois les parents d’élèves. Avec l’accompagnement par le psychologue et la participation des parents, l’équipe pédagogique peut notamment développer un travail sur les difficultés d’apprentissage de certain-e-s élèves.

16Pour Nusayba Hilal, en privilégiant par exemple l’apprentissage par les jeux, les enseignantes ont construit des liens forts avec les élèves et leur ont ainsi permis d’apprécier l’école. Plusieurs fois, au début des vacances, se croyant puni-e-s par leurs parents, des élèves ont appelé les enseignantes pour vérifier que l’école était fermée. Certaines d’entre elles ont organisé des camps d’été avec d’anciennes élèves devenues adolescentes, pour poursuivre le projet dans un cadre moins scolaire. Mais ces choix pédagogiques ont aussi nui à la réputation de ce projet. Pourtant, alors que les enfants n’ont généralement pas le droit de poser des questions à l’école, les élèves de Nadi al Toufoula se distinguent, selon l’ancienne directrice, par leur absence de timidité, leur intérêt pour les discussions, leur maîtrise de la langue arabe, et leur personnalité affirmée.

17La conception de l’éducation qui ressort de ce récit incite à envisager l’expérience de Nadi al Toufoula à partir de la question de l’émancipation, et inversement, même si Hanane al Laham et Nusayba Hilal n’ont pas recours spécifiquement à cette notion pour présenter l’école. Celle-ci constitue un projet global, impliquant les enfants, les enseignantes et les parents, et portant tant sur les contenus pédagogiques que sur les conditions matérielles et affectives de l’enseignement. Ce projet vise à développer chez les élèves curiosité et imagination, compétences et réflexivité. Il semble aussi proposer des formes de coopération mettant à distance les rapports d’autorité. Enfin, il attribue aux enseignantes, dans tous les domaines, une mission d’exemplarité vis-à-vis des enfants. Contre une conception possible de l’émancipation par l’éducation comme valorisation de l’indépendance, par exemple des enfants par rapport aux adultes, il s’agit ici de favoriser pour chacun-e et entre tous et toutes des relations de confiance et d’affection.

  • 9 Interview de Hanane al Laham diffusée sur la chaîne MBC, 2010 (voir note 6).

18Depuis sa fermeture, parents et enfants regrettent l’école. Mais Hanane al Laham entend poursuivre le projet, en formant de nouvelles enseignantes et en créant une nouvelle école, jusqu’à la réouverture de la première. Avant l’ouverture de cette école, elle avait déjà joué un rôle important dans le renouveau de la pensée islamique et le développement de courants féministes, par son travail à la fois théologique, juridique et socio-historique. Avec le projet Nadi al Toufoula, elle a souhaité mettre ces réflexions en application dans un projet pédagogique, pour préparer chaque enfant « à se respecter soi-même. Pour sentir le respect de soi. Et pour sentir son identité, son identité arabe, que nous sommes une communauté avec une histoire, avec une durée de vie longue. Un enfant en développement a besoin de savoir qu’elle ou il fait partie de cette longue histoire »9.

Haut de page

Bibliographie

Ali Zahra, 2012a, « Introduction », Féminismes islamiques, Z. Ali éd., Paris, La Fabrique, p. 13-36.

— 2012b, « Droits des femmes, renouveau de la pensée islamique et mouvement pacifiste en Syrie », Z. Ali éd., Féminismes islamiques, Paris, La Fabrique, p. 203-218.

Bennabi Malek, 2009 [1949], Les conditions de la renaissance, Alger, El Borhane.

Diagne Souleymane Bachir, 2001, Islam et société ouverte. La fidélité et le mouvement dans la philosophie de Muhammad Iqbal, Paris, Maisonneuve et Larose.

Durant William J., 1935-1975, The Story of Civilization, New York, Simon and Schuster.

Iqbal Muhammad, 1996 [1955], Reconstruire la pensée religieuse de l’Islam, Paris, Éditions du Rocher - UNESCO.

Moreno Jacob Levy, 1987 [1965], Psychothérapie de groupe et psychodrame, Paris, PUF.

Wells Herbert G., 1920, The Outline of History, New York, Garden City Publishing.

Haut de page

Notes

1 Ce récit est issu d’échanges avec Hanane al Laham et Nusayba Hilal, en anglais et en arabe, par téléphone et par mails, entre janvier et mars 2013. Merci à elles d’avoir accepté ces échanges dans ces conditions, ainsi qu’à celles et ceux qui les ont rendus possibles : Luc Chauvin par ses traductions ; Marine Trégan, Hourya Bentouhami et Marc Lenormand par leurs relectures, et Maria al Abdeh pour son aide précieuse à chaque étape du projet.

2 Courriel de Hanane al Laham, 28 janvier 2013.

3 Respectivement britannique et américain, Wells et Durant ont en commun d’avoir eu une expérience d’enseignant dans le système scolaire traditionnel, puis de l’avoir abandonné au profit d’un travail d’écriture visant à la popularisation et à la diffusion des connaissances. Durant a également enseigné à la Ferrer Modern School de New York, une école fondée sur le modèle de celles créées par le pédagogue anarchiste catalan Francisco Ferrer. Ces deux auteurs ont par ailleurs tous deux connu une influence des principes socialistes, Wells militant au sein du parti travailliste, cependant que Durant en venait progressivement à formuler une pensée progressiste mêlant préoccupation sociale et principes moraux issus du christianisme.

4 Courriel de Hanane al Laham, 21 février 2013.

5 Témoignage de Khadija Al Said, transmis dans un courriel de Nusayba Hilal, 30 janvier 2013.

6 Interview de Hanane al Laham diffusée sur la chaîne MBC (Middle East Broadcasting Center, groupe saoudien de diffusion de programmes audiovisuels arabophones par satellite), 2010, [URL : http://www.youtube.com/watch ?v=EEDPgL3k5kQ], consultée le 20 juillet 2013.

7 Voir notamment la Déclaration mondiale sur l’éducation pour tous et le Cadre d’action pour répondre aux besoins éducatifs fondamentaux, adopté à Jomtien en Thaïlande en 1990, ou le Cadre d’action « L’Éducation pour tous : tenir nos engagements collectifs » de Dakar, déterminé en 2000.

8 L’arabe littéraire désigne l’arabe classique tel qu’il apparaît notamment dans le Coran, et la forme moderne standardisée de la langue surtout pour l’écrit, par opposition à l’arabe dialectal, une pluralité de langues vernaculaires surtout orales, en l’occurrence l’« arabe syrien ».

9 Interview de Hanane al Laham diffusée sur la chaîne MBC, 2010 (voir note 6).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Damien Simonin, « Récit d’une expérience : l’école Nadi al Toufoula (Damas, 1993-2012) », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 25 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://traces.revues.org/5850 ; DOI : 10.4000/traces.5850

Haut de page

Auteur

Damien Simonin

Doctorant en sociologie au Centre Max Weber (École normale supérieure de Lyon)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page