Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Éditorial

Pragmatismes : vers une politique de l’action située

Cécile Lavergne et Thomas Mondémé
p. 5-22

Notes de la rédaction

Pour des raisons indépendantes de notre volonté et de celle de son traducteur, Danny Trom, chercheur au GSPM (Groupe de sociologie politique et morale), nous n’avons pu publier la traduction de l’article de Charles Wright Mills (1940), « Situated actions and vocabularies of motive ». Nous tenons à signaler que cette traduction paraîtra dans un prochain ouvrage dirigé par D. Trom, chez Economica, dans la collection « Études sociologiques ». Le comité de rédaction regrette l’absence de cette publication.

Texte intégral

  • 1  Nous sommes partis du constat de la diffusion récente en France – depuis une vingtaine d’années – (...)
  • 2  C’est cette impression que la contribution de Romain Pudal discute de façon critique.

1Pragmatisme, approche pragmatique, tournant pragmatique : la terminologie dérivée de pragma se diffuse aujourd’hui massivement en sciences humaines et sociales, à tel point qu’il semble opportun de s’interroger sur les raisons d’être de ce phénomène qui n’a rien d’un simple « effet de mode »1. La « galaxie pragmatiste », ou le « pôle pragmatique » (Dosse, 1995, p. 53-75), a fait son entrée sur la scène intellectuelle française depuis les années quatre-vingt, parallèlement au reflux des « anciens paradigmes » – structuralisme, marxisme, fonctionnalisme – face à la montée en force de la thématique de l’action et de l’acteur. Ce déferlement donne ainsi l’impression qu’émerge un nouveau « courant » au sein des sciences humaines et sociales2. Pourtant, il s’inscrit dans une filiation complexe et largement débattue : qui sont les auteurs canoniques du pragmatisme ? Est-il possible et/ou souhaitable de rechercher une unité de la pensée pragmatiste par-delà ses nombreuses déclinaisons historiques ? Le pragmatisme constitue-t-il un nouveau « paradigme » capable d’aborder une gamme de phénomènes plus large que les « anciens » paradigmes ? Quels rapports entretiennent « pragmatisme » et « pragmatique » ? Autant de questions qu’il nous semblait pertinent d’aborder et d’articuler dans ce numéro.

2Il est devenu habituel, à l’orée d’un développement sur le pragmatisme, de défendre celui-ci contre un certain nombre de raccourcis polémiques qui circulent encore : doctrine grossière, version philosophique de « l’esprit du commerce » (Russell), construction idéologique glorifiant l’Amérique… Autant de poncifs sur lesquels nous ne reviendrons pas, si ce n’est pour préciser une chose au sujet de leur origine. Celle-ci est certainement à isoler dans une certaine façon qu’on a de considérer le pragmatisme ; façon en elle-même bien peu pragmatiste, puisqu’elle postule une unité essentielle à une pensée au contraire ouverte à la variété des usages philosophiques. La question qui se pose est alors la suivante : s’il est apparemment aussi flou, quelle est la positivité théorique, heuristique du pragmatisme ? Il se présente au départ comme une méthode de clarification conceptuelle et de discrimination des problèmes philosophiques. Cependant, on a aujourd’hui l’impression d’un courant qui, pour être extrêmement plastique et changeant, n’en fonctionne pas moins comme un autre paradigme, avec ses thèmes favoris, ses passages obligés et même ses évidences partagées, au moins comme une base de travail commune. On comprendra que la question de la positivité théorique et heuristique du pragmatisme ne puisse être résolue a priori. L’approche proposée dans ce numéro vise justement à éviter cet écueil. En se rendant attentive à la recherche « en train de se faire », elle essaie de saisir les différences apportées par le pragmatisme dans la construction des objets, la pratique des enquêtes, la fabrication des concepts. Bref, au plus près du travail concret. La méthode que nous proposons d’utiliser pour explorer cette pluralité est donc pragmatiste. L’objectif de ce numéro vise en effet à contribuer à la clarification des usages du terme « pragmatisme » en lui appliquant la maxime pragmatiste telle que l’a énoncée son fondateur, Charles S. Peirce (2002), lors de la « première conférence de Harvard », en 1903 :

  • 3  Il faut cependant préciser qu’il a formulé pour la première fois cette « maxime » en 1878, dans «  (...)

Considérer quels sont les effets pratiques que nous pensons pouvoir être produits par l’objet de notre conception. La conception de tous ces effets est la conception complète de l’objet. Pour développer le sens d’une pensée, il faut donc simplement déterminer quelles habitudes elle produit, car le sens d’une chose consiste simplement dans les habitudes qu’elle implique.3

3Il s’agit donc moins de consacrer un numéro à la question des pragmatismes, pour statuer sur l’achèvement d’un hypothétique « tournant pragmatiste », que d’apporter une contribution à l’explicitation des conséquences du (des) pragmatisme(s) (Rorty, 1993). Un tel travail d’explicitation nous semble nécessaire quand on cherche à éviter que le vocabulaire pragmatiste (coopération, expérience, créativité, interaction, transaction, conséquences, etc.) ne se fixe en un réflexe théorique conduisant à enchaîner des concepts sans véritablement prendre la peine d’en interroger la pertinence. Ces conséquences sont abordées d’un point de vue à la fois théorique et méthodologique, sur un échantillon de disciplines aussi large que possible (philosophie, sciences cognitives, sociologie, géographie, sciences du langage, théorie littéraire, histoire, sciences politiques), ce qui constitue sans doute l’originalité la plus immédiatement visible de ce numéro. Nous avons donc souhaité identifier de nouvelles habitudes de recherche, de nouveaux positionnements épistémologiques, de nouveaux outils théoriques, que l’on peut tous considérer comme impliqués par ces usages du pragmatisme.

Pragmatisme(s)/pragmatique(s) : confusion ou « air de famille » ?

4Abandonnons donc l’idée du pragmatisme comme corps doctrinal unifié. On pourrait reconduire ici la classification de Robert Brandom (Brandom, 2002, p. 40-59) qui distingue différentes versions du pragmatisme (pragmatisme méthodologique, pragmatisme sur les normes, pragmatisme linguistique…) afin de mettre en évidence à la fois les différentes versions locales ou globales qui sont susceptibles de caractériser les doctrines pragmatistes, ainsi que les objets divers sur lesquels elles peuvent porter (les usages linguistiques, les normes sociales, les savoir-faire ou compétences des acteurs, etc.). Néanmoins, nombre d’auteurs le soulignent dans leurs contributions, le recours à une méthode pragmatiste peut s’apparenter à un « label » plus qu’à un véritable renouveau des pratiques de recherche. En particulier, l’extension de cette catégorie pâtit de la fréquente confusion entre approche pragmatique et pragmatisme. Dans le domaine des sciences sociales, la sociologie pragmatique initiée par Luc Boltanski et Laurent Thévenot (1991) ne s’inscrit qu’indirectement dans l’héritage pragmatiste. L. Boltanski l’a récemment explicité, dans la préface au manuel de Mohamed Nachi (2006, p. 10) consacré à ce courant. « Pragmatique » renvoie ici à la fois à une dimension linguistique (attention portée à l’usage du langage, en situation, « prenant au sérieux » la capacité de pertinence des acteurs) et à une dimension juridique, liée à l’étymologie (« pragma » renvoie à l’action en justice). La philosophie pragmatiste ne constitue donc pas un référent immédiat de ce courant. Il semble qu’il y ait plutôt un héritage fait de médiations, dont l’approche pragmatique de l’ethnométhodologie constitue à coup sûr un maillon important, notamment dans son attention aux compétences ordinaires (en particulier, celle de « critique ») que les « acteurs » mettent en œuvre.

5Mais si un certain nombre de chercheurs font le pari de pérenniser le tournant pragmatique qui traverse leur discipline à l’aide d’outils pragmatistes(éventuellement vers un réel « tournant pragmatiste »), cela signifie indéniablement que les deux approches sont au moins compatibles, sinon complémentaires. L’approche pragmatique cultiverait donc plus qu’un « air de famille » avec la pensée pragmatiste : Yaël Kreplak et Cécile Lavergne signalent dans leur contribution l’enracinement de la pragmatique linguistique dans la philosophie du langage ordinaire d’Austin et de Grice, en montrant que si l’on peut chercher à mettre en évidence des zones de convergence épistémologiques entre pragmatique (linguistique) et pragmatisme, c’est au sein de pratiques de recherche nouvelles et ayant connu des développements récents. L’analyse conversationnelle en constitue un très bon exemple, en se proposant de construire un répertoire d’actions conversationnelles possibles sur la base de données naturelles enregistrées et retranscrites. De même, la contribution de Mathieu Berger montre bien la complémentarité possible de ces deux approches : les thèmes traités, la participation et la possibilité de l’organisation d’un public concerné, sont éminemment pragmatistes, mais envisagés à partir d’un outillage précis issu de l’analyse pragmatique des situations, notamment celle du sociologue Erving Goffman.

6De nombreuses contributions s’emploient en effet à montrer qu’entre pragmatique et pragmatisme, les lignes de continuité existent et sont souvent fructueuses, tout comme les points de rencontre avec d’autres disciplines. Les carrières des chercheurs en constituent un premier indice. Gérard Noiriel par exemple, dans l’entretien qu’il nous a accordé, s’appuie sur ses fréquentes conversations avec la philosophie pragmatiste pour questionner sa discipline, ses débats épistémologiques (notamment les tentatives d’un linguistic turn en histoire pour discréditer l’histoire sociale), mais aussi pour asseoir l’idée que dans le métier même d’historien, l’idée de « communauté de compétences » est fondamentale. Cette communauté n’est pas à comprendre dans un sens identitaire et réaliste mais dans un sens sociologique comme support de normes communes et d’un langage commun. C’est d’ailleurs son intérêt pour la philosophie de Richard Rorty qui donne à Gérard Noiriel ce souci du langage comme lien et non comme correspondance à la réalité. Or, il est étonnant de voir que Gérard Noiriel parle de « révélation » quand il aborde ses lectures rortiennes, idée que l’on retrouve sous la thématique de la « conversion » dans l’entretien mené avec Richard Shusterman. Tout d’abord philosophe analytique convaincu, sa conversion au pragmatisme a été « expérientielle » avant d’être « textuelle » : c’est en effet la fréquentation du monde de la danse, avant la relecture de Dewey, qui conduit Shusterman à un tournant dans sa carrière intellectuelle. Si cette révélation, chez Gérard Noiriel, s’est accompagnée d’une fréquentation assidue de la sociologie (d’où une nouvelle discipline en construction, la « sociohistoire »), Richard Shusterman s’est tourné pour sa part vers des techniques d’exploration du corps. De là est née une nouvelle orientation de la philosophie pragmatiste qu’il appelle « soma-esthétique », ayant vocation à replacer le corps non seulement au centre de la réflexion philosophique mais aussi de la pratique même de la philosophie. L’intérêt pour le pragmatisme inciterait donc au « nomadisme disciplinaire » allant de pair avec un certain « floutage » des frontières académiques, comme le prouvent les difficultés rencontrées pour assigner avec précision un lieu institutionnel à la sociohistoire ou à la soma-esthétique.

7Ce dialogue disciplinaire trouve pour une part sa force et son renouveau dans un intérêt global et renouvelé pour la thématique de l’action. Même si le partage des problématiques, la circulation des outils et la connexion des réseaux entre philosophie, linguistique, anthropologie, sociologie et histoire jouèrent un rôle important à l’époque du structuralisme (Dosse, 1992), ce dialogue semble cependant renouvelé dans ses prémisses avec l’émergence, du moins en France, de problématiques d’obédience pragmatique et pragmatiste, ce que montrent clairement, et de façon complémentaire, les contributions de Thierry Dutour et de Simona Cerutti, tous deux historiens, et posant la question de savoir si le pragmatisme n’est pour leur discipline qu’une « tentation » de plus, ou quelque chose de plus fondamental.

  • 4  Ce qu’on ne peut que regretter quand on se rend compte à quel point cet auteur a influencé de nomb (...)

8Le texte de T. Dutour revient sur les rapports problématiques entre sociologie et histoire à l’époque du marxisme triomphant ; ceci, pour mieux en montrer les « malentendus » et les impasses. L’auteur apporte un éclairage stimulant sur ce dialogue interdisciplinaire, qu’il ancre pour partie dans une posture pragmatiste inspirée d’une figure encore peu connue en France : celle de George H. Mead4. Si le présupposé commun au nouveau rapprochement qui se dessine aujourd’hui n’est plus celui de la domination ou de la nécessaire prééminence des structures sociales sur les individus, mais bien l’attention à l’action, à ses dimensions incertaines, collectives et processuelles et à sa nécessaire inscription dans des relations réciproques, alors le temps devient une catégorie essentielle de l’analyse. En effet, l’auteur montre bien comment la conception habituelle, chez les sociologues, du changement social – conception fondée sur la rupture entre « tradition » et « modernité » –, est solidaire d’une conception systémique de la société : si la société « traditionnelle » était tenue par une reproduction mécanique de la coutume, la société « moderne », celle de toutes les ruptures, est possible grâce à une liaison systémique entre les divers individus. La remise en cause d’une vision caricaturale des périodes antérieures à la Révolution permettrait aux sociologues non seulement d’adopter un regard plus fin sur les périodes passées, mais aussi de mieux appréhender le phénomène même du changement social. Réciproquement, les historiens seraient plus à l’aise pour faire usage des concepts sociologiques (moins figés dans des systèmes anhistoriques) et pourraient ainsi prendre en compte la nécessité d’une réflexion épistémologique sur les cadres d’analyse des actions des individus, en s’inspirant du renouveau que la sociologie connaît dans ce domaine depuis une vingtaine d’années.

  • 5  Courant qui est revenu à l’individu et à ses stratégies après les grandes fresques structurales de (...)

9Simona Cerutti, l’une des actrices majeures de la « deuxième génération » de la microstoria5, nous livre quant à elle un retour critique sur les diverses tensions et les présupposés implicites qui existent au sein même de ce courant, pour clairement afficher un héritage double, renvoyant à la fois aux travaux de Carlo Ginzburg et à la sociologie pragmatique (en particulier aux travaux de Boltanski). Le dialogue interdisciplinaire engagé entre histoire et sociologie est alors des plus excitants. La posture pragmatique y apparaît comme un garde-fou contre l’anachronisme. L’historien doit s’atteler à rester au plus près de l’expérience des individus qu’il étudie, donc à devenir réflexif et extrêmement vigilant vis-à-vis des catégories d’analyse qu’il emploie pour décrire et interpréter le passé. La conséquence méthodologique de cette perspective pragmatique, elle-même héritière sur ce point du courant ethnométhodologique, est explicite : la source n’est plus simplement un contenu informatif qu’il s’agirait de catégoriser avec un vocabulaire théorique préexistant, mais une action dont il importe de suivre le déroulement et les effets.

  • 6  Nous pouvons également signaler le travail de Deirdre N. McCloskey (The Rhetoric of Economics, Mad (...)

10Si le pragmatisme apparaît donc comme générateur de conversations disciplinaires, nous resterons prudents et ne statuerons pas sur sa vocation à créer de nouvelles « transdisciplinarités ». Contentons-nous de noter que certains champs théoriques, du moins en France, restent à l’écart du raz de marée pragmatiste. L’économie en est un parfait exemple. Malgré l’existence d’un courant dit « hétérodoxe » autour de l’économie des conventions (Dupuy et al., 1989)6, elle reste largement dominée par une orthodoxie fondée sur le paradigme de l’homo economicus maximisateur, une conception utilitariste de l’agir et l’usage de modèles économétriques. Le champ de la théorie littéraire français semble encore plus imperméable. C’est ce déséquilibre qu’ont voulu pointer et en partie compenser Florent Coste et Thomas Mondémé dans leur contribution. Partant du constat d’un « retour du même », et en particulier de l’esthétique romantique dans la théorie littéraire alors qu’un lieu épistémique nouveau semblait s’ouvrir, les auteurs proposent, à partir d’une lecture des textes de Rorty, « une esthétique des usages ». La notion d’usage évite l’écueil d’une fossilisation de l’œuvre littéraire dans une essence anhistorique sans pour autant penser qu’elle ne peut survivre au public qui la consomme. Cette approche présuppose donc, dans la filiation de Dewey, de placer l’expérience esthétique ou littéraire dans la continuité de l’expérience ordinaire, cognitivement chargée. Les      sconséquences de tels partis pris pourraient être importantes puisqu’il s’agit de redéfinir la littérature comme « mode d’action » et de repenser conjointement ses outils d’analyse sur le mode de l’expérimentation.

Les conséquences des pragmatismes : fin de la « rupture épistémologique » et éthique de l’expérimentation

11Faire la généalogie des pragmatismes en sciences humaines et sociales nécessiterait d’identifier les raisons qui justifient le recours ou bien à des concepts pragmatistes, ou bien à des méthodes pragmatistes, ou encore à un « tournant pragmatiste ». Ce travail est hors de notre portée, dans la mesure où ce numéro ne prétend à aucune exhaustivité dans l’examen des usages. Pour autant, nous pouvons esquisser un tableau de ce qu’impliquent ces choix, autrement dit des conséquences des usages du pragmatisme, à la fois sur le plan théorique mais aussi méthodologique.

  • 7  Elle se fonde sur de larges enregistrements audio et vidéo permettant d’étudier précisément des sé (...)

12Un des traits saillants des contributions concernant l’importation des méthodes pragmatistes consiste dans le refus de reconduire une prétendue « rupture épistémologique » – pour reprendre la terminologie de Bachelard – entre chercheur et objet de recherche, entre enquêteur et enquêté. L’enquêteur accorde alors autant d’objectivité à son discours qu’au discours des enquêtés, il n’y a plus de différence de nature entre la compétence scientifique et la compétence commune. Ce parti pris aura de nombreuses conséquences sur un plan méthodologique, notamment sur les techniques d’entretien et d’enquêtes qui vont accorder une place plus grande à l’ethnographie, et corrélativement, nuancer le statut des résultats issus de la mise en œuvre des méthodes statistiques. La contribution de Mathieu Berger revient sur une définition de l’action compétente comme « influx de pertinence » qui implique une théorisation très précise de la situation fondée sur la perspective goffmanienne. On retrouve un mouvement similaire dans l’importance accordée à la définition du contexte en analyse conversationnelle (voir la contribution de Yaël Kreplak et Cécile Lavergne), qui met en place des outils ethnographiques extrêmement raffinés comme l’analyse multimodale7, afin de saisir les interactions dynamiques entre les acteurs et leur environnement immédiat.

  • 8  Il serait trop long ici de faire une généalogie de cette approche aux conséquences méthodologiques (...)

13On peut trouver les racines théoriques de ce parti pris à la fois dans la pensée de Dewey et dans la tradition ethnométhodologique (elle-même reprenant les perspectives de la phénoménologie sociale initiée par Alfred Schütz8). En effet, dès ses premiers textes, Dewey critique la solution de continuité traditionnellement admise entre sens commun et rationalité scientifique. Ce serait en outre leur force corrosive à l’encontre des vieilles dichotomies qui donnerait au pragmatisme et à l’interactionnisme cet étonnant « air de famille ». En effet, le pragmatisme se définit au départ comme une entreprise de clarification conceptuelle « permettant de résoudre ou dissoudre les problèmes de la philosophie » (Putnam, 1975, p. 272), et en particulier les dualismes traditionnels qui enferment la pensée philoso-phique dans de faux problèmes (Rorty, 2003, p. 13). Comme le note Pierre Steiner, dans le domaine spécifique des sciences cognitives, les consé-quences du pragmatisme se traduisent par la relativisation de l’étanchéité de certainesdistinctions : perception/action, esprit/monde, forme/matière, mental/-corporel. Mais au-delà, la grande originalité du pragmatisme, qui peut rendre compte de l’enthousiasme des chercheurs en sciences sociales à son égard, tient essentiellement au fait que le caractère opératoire d’un concept ne se mesure plus à sa complétude analytique, mais aux effets pratiques que son usage produit dans le réel : la maxime pragmatiste de Peirce revient à associer les produits de la pensée aux dispositions qu’ils induisent, c’est-à-dire aux habitudes d’action qu’ils seraient censés provoquer.

  • 9  James Bohman, « Realizing deliberative democracy as a mode of inquiry : pragmatism, social facts a (...)

14S’il est permis d’invoquer sans mépris une « doxa pragmatiste » traversant les sciences humaines, c’est du côté d’une pensée de l’expérimentation et de l’enquête qu’il faut chercher. « Expérimentation » signifie que la recherche est pensée comme un procès dynamique dans lequel la théorie n’est pas première mais résulte du travail d’enquête qui, dans un premier temps, peut constituer une fin (de connaissance), mais qui dans un second temps, ne servira que de moyen, que ce soit dans le domaine éthique et individuel, dans le domaine politique et moral ou encore dans le domaine de la recherche. Autrement dit, son usage par des publics différents pourra avoir des effets de connaissance, en retour. Un « tournant pragmatiste » séduit donc un grand nombre de chercheurs, en tant qu’il permettrait de véritables révisions conceptuelles. Elles concernent au premier chef une revalorisation de la créativité de l’agir (Joas, 1999) allant de pair avec une conception plurielle et dynamique de l’identité des acteurs. Or, un changement conceptuel a des effets rétroactifs sur les concepts périphériques et à ce titre, c’est aussi une redéfinition du social qu’implique le recours au pragmatisme : comme le rappelle James Bohman dans le texte traduit par Charles Girard9, adopter la conception du social propre à Dewey, c’est accepter que les faits sociaux ne soient pas uniquement pensés comme des contraintes mais doivent être déterminés dans leur double fonction d’obstacles et de ressources, c’est-à-dire comme des problèmes qui contiennent également les conditions rendant possible la transformation de la situation.

  • 10  Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il faille définitivement considérer ces concepts comme dénué (...)

15Ainsi, une des conséquences visibles de la dissémination de la pensée pragmatiste en sciences sociales réside dans la remise en cause d’un réseau conceptuel dominant et devenu académique : structure, domination, aliénation, habitus10, sont remplacés par des concepts jugés plus souples comme acteurs, interactions, processus de coopération et de compétition, communication, etc. Ce refus du système, de l’explication globalisante, doit être rapproché d’une critique majeure impulsée par le pragmatisme (en particulier de Dewey) : les théories n’ont de portée ni universelle, ni fondationnelle dans le champ des sciences sociales. James Bohman affirme ce principe avec conviction : l’enquête critique « ne conçoit plus les théories générales comme complètes. Elles deviennent plutôt des interprétations qui sont validées dans la mesure où elles introduisent de nouvelles perspectives et ouvrent de nouvelles possibilités d’action qui demandent elles-mêmes à être vérifiées par l’enquête démocratique ». Ainsi, c’est l’enquête démocratique qui apparaît comme l’instance discriminante validant les interprétations des sciences humaines. Il ne faut pas se méprendre sur le sens de cette affirmation : loin de vouloir placer le chercheur sous le contrôle et le diktat d’une majorité silencieuse, c’est bien plutôt la figure de l’expert que Bohman cherche à évacuer en montrant que la portée d’une théorie se mesure à sa capacité à produire de nouveaux débats et de nouvelles habitudes d’action dans la sphère publique démocratique. Le pragmatisme contribue donc à interroger à nouveaux frais les rapports et interactions entre recherche et sphère publique, dès lors que l’on envisage la démocratie elle-même comme « forme expérimentale de la pratique de l’enquête » (Bohman).

  • 11   Nous nous permettons de signaler que ces questions seront de celles qu’abordera le cycle de confé (...)

16Revenons alors sur une spécificité de ce numéro, qui mêle certaines études reposant sur le postulat ethnométhodologique de symétrie des compétences entre enquêteurs et enquêtés, et certains soupçons envers ce même principe (notamment chez Noiriel). Sans chercher en de si courtes lignes à trancher une question importante de la recherche académique, il est intéressant de relever les incertitudes qui persistent à ce sujet. Partons du constat, visible dans l’entretien avec Gérard Noiriel, qu’une pratique scientifique fondée sur la « rupture épistémologique » peut aller de pair avec une attitude pragmatiste vis-à-vis de la pratique de son métier de chercheur, notamment de son inscription dans l’espace public. G. Noiriel concilie les deux en s’appuyant sur une notion importante : la « traduction ». Le passage de l’espace académique à l’espace public (politique, médiatique etc.) nécessite de réfléchir sur la façon de vulgariser les connaissances. À l’inverse, on peut être frappé par l’extrême complexité (théorique et empirique) de nombreux textes d’obédience ethnométhodologique, dont la proximité avec le sens commun, revendiquée aux niveaux épistémologique et théorique, n’apparaît pas de façon immédiate. Bien sûr, le problème est plus complexe que ne le sous-entend ce simple croisement, mais il faut souligner que les conséquences politiques de cette épistémologie impliquent de réfléchir au statut des sciences humaines au sein de « la société », ou, pour employer un vocabulaire pragmatiste, de considérer leur positionnement vis-à-vis de leurs publics potentiels, et ce à l’encontre non seulement des « catégories » utilisées dans le travail d’analyse mais également de leurs régimes de diffusion11.

17Si l’une des conséquences majeures du pragmatisme est de remettre en cause frontalement les différences de nature entre types d’énoncés (sens commun/science, faits/valeurs), la traduction de Morthon White proposée dans ce numéro par Gaël Kervoas revient sur celle qui sépare éthique et physique. En reprenant la thèse de Quine selon laquelle, entre les deux énoncés « c’est rouge » et « c’est scandaleux », il n’y aurait que des degrés d’observationalité, White affirme que toutes les vérités, au rang desquelles les vérités logiques, ontologiques, mais aussi éthiques, dès lors que l’on élargit l’expérience pour y inclure les sentiments moraux, peuvent faire l’objet d’expérimentation. Cela revient à rompre avec une vision qui exclut les énoncés éthiques du champ de l’observation. Morton White rejoint ainsi une position de Dewey, explicite dans la traduction proposée par Alexandra Bidet d’un extrait de Theory of valuation. Ce texte, emblématique d’une conception pragmatiste de l’action, montre que la genèse des valeurs est bien immanente à l’agir, ce qui contribue à abolir la dichotomie fins/moyens qui a gouverné la formalisation de l’action dans les versions antérieures et traditionnelles de l’éthique. Il permet ainsi d’amorcer la critique d’une conception trop étroite de l’intérêt et du cadre utilitariste de l’action. Ainsi, l’intérêt n’est pas ce qui définit un individu isolé, mais bien ce qui le fait entrer en transaction avec d’autres individus, et ce pas uniquement à l’aune d’une maximisation ou d’une optimisation univoques. Ce qui ouvre potentiellement, comme le montre la présentation d’Alexandra Bidet, sur une remise en cause radicale des présupposés de nombre de théories économiques orthodoxes, et ce qui interdit toute réduction du pragmatisme à une forme grossière d’utilitarisme qui valorise « ce qui est utile ». Parce que « ce qui est utile » ne peut plus être considéré ni comme une fin en soi (cette « fin » peut être considérée comme un moyen pour faire autre chose), ni comme un fait « nécessaire » (parce que ce « fait » est aussi associé à des actions, à des usages, donc à des valeurs, qui sont discutables à l’aune d’autres faits, donc d’autres usages).

18La revendication épistémologique de continuité entre moyens et fins, entre faits et valeurs, recouvre finalement l’orientation normative du pragmatisme, qui valorise la démocratie des publics contre la démocratie technocratique. C’est sur ce point que le mur épistémologique, qui sépare savoir expert et savoir profane, peut se fissurer. Car l’effet de cette posture porte sur la place réservée au savoir expert dans la démocratie. Le discours savant ne peut plus s’appuyer sur sa seule autonomie pour réclamer une autorité mécanique arc-boutée sur la vérité scientifique et la rupture avec le sens commun, si ce n’est au risque de rester inefficace, parce qu’illégitime voire arbitraire. Une entrée dans un processus de « communication » (coopérative ou conflictuelle), de mise en commun, avec les divers acteurs concernés (individuels, collectifs et institutionnels) paraît constituer l’horizon normatif du programme politique de la philosophie pragmatiste (essentiellement chez Peirce, Mead et Dewey).

Reformulation d’une question politique ancienne : démocratie, participation et publics12

  • 12  Pour rester en cohérence avec le rappel effectué par la contribution de Thierry Dutour, il nous fa (...)

19Si l’analyse pragmatique permet de saisir les dimensions les plus fines de l’action, non réductible à une simple articulation moyens-fins, la question politique du « vivre ensemble », de la coexistence (conflictuelle, indifférente ou coopératrice) de collectifs pourrait sembler passer à la trappe. La focalisation sur l’échelle micro et le décorticage des conditions de l’action sont parfois vilipendés pour leur apolitisme revendiqué, ou du moins, pour leur incapacité supposée à saisir les phénomènes politiques. Or, certains auteurs pragmatistes, et au premier chef John Dewey, ont frontalement abordé la question de la démocratie (Dewey, 2003), dans un conflit ouvert avec Walter Lippmann, comme l’analyse la contribution de Joëlle Zask. Quelle est la compétence du citoyen ? La question est en fait mal posée. La compétence du citoyen n’est pas donnée une fois pour toutes ; elle doit entrer dans un processus de croissance en étant liée à l’éducation, mais surtout à la possibilité de participer pleinement à la résolution des problèmes qui affectent sa vie, directement ou indirectement. La conception active du « public » l’oppose radicalement à une conception de la démocratie régie par des élus, dont l’action s’appuierait exclusivement sur le savoir d’experts censés être plus compétents que les citoyens. Les sciences sociales ont largement repris ce cadre d’analyse pour décrire et interpréter les mutations actuelles de l’espace public (Callon, Lascoumes, Barthe, 2001 ; Cefaï, Pasquier, 2003 ; Latour, Weibel, 2005). Le « public » ne peut donc pas être pensé en termes de « masse » inerte ni en termes de « peuple » homogène.

20C’est justement la question qu’aborde l’article de Joëlle Zask : si le concept de masse renvoie au plus bas degré de sociabilité, dans le peuple, malgré l’absence de réflexivité des rapports sociaux, les volontés se coordonnent en un point commun qui les transcende. D’où l’intérêt d’interroger la notion de public à l’aune de ces deux concepts afin de mesurer ce que la conception deweyienne a de novateur pour penser à nouveaux frais la « compétence » des citoyens. Le public n’est pas une condition préalable, mais le résultat d’une expérience sociale et politique pendant laquelle, pour devenir actif, un public doit s’instruire. Comme le résume Joëlle Zask, « pas de connaissance sans le développement d’une communauté et pas de communauté sans le développement de connaissances partagées. »

  • 13  Marion Tillous et Rémi Clot consacrent leur contribution à la figure d’Isaac Joseph : très proche (...)

21Mais comment ce cercle vertueux de la création d’un public se produit-il ? Il faut pour cela doter les citoyens de méthodes d’enquêtes. On trouve des pistes de réflexion à ce sujet dans le texte de James Bohman, dont l’objectif est de renouveler les théories de la démocratie délibérative à l’aide du pragmatisme de Dewey et de sa conception dynamique du social. Il faut en ce sens identifier le savoir pratique et les méthodes d’enquête nécessaires pour promouvoir « la démocratisation des relations sociales inégales et hiérarchisées. » (Bohman) C’est dans ce but que Bohman analyse les phéno-mènes qui ont rendu caducs les idéaux et institutions démocra-tiques, en particulier le pluralisme et la mondialisation. Le pragmatisme et la théorie de la démocratie délibérative pourraient s’équilibrer pour permettre le dépassement de leurs apories respectives, ainsi que le remarque Charles Girard dans sa présentation : « La démocratie délibérative serait ainsi la solution aux difficultés d’institutionnalisation de la politique pragmatiste, et le pragmatisme répondrait aux risques de domination dont est porteuse la délibération politique, quand elle exclut ces publics mêmes qui devraient en être les premiers acteurs. » Un des enjeux de l’importation du pragmatisme en sciences sociales est donc aussi de comprendre l’acteur, à l’image d’Isaac Joseph13, comme « catégorie du public ».

22C’est précisément le point d’entrée de l’analyse « ethnopragmatique » proposée par Mathieu Berger. Comment des citoyens, non désignés comme experts, parviennent-ils tout de même à « répondre » à l’appel à participation ? L’auteur montre toutes les compétences nécessaires pour intervenir en tant que « citoyen ordinaire » dans des assemblées de type participatif, compétences qui reviennent à « suivre » l’évolution des débats (tant au niveau d’une réunion qu’au niveau de l’ensemble du processus participatif), et surtout, à manifester, de façon pertinente, que l’on parvient à suivre. Cette analyse s’inscrit dans le débat académique et politique concernant la réelle portée démocratique de ces dispositifs participatifs, mais en partant d’une analyse des différences et, disons-le, de l’asymétrie, des contraintes de pertinence qui pèsent sur les différents acteurs du dispositif pour prendre la parole en public. Si on se permet d’interpréter en termes normatifs cette description (ce que ne fait pas l’auteur), on peut en voir toute la portée critique. Les descriptions pragmatiques permettent ainsi de repérer, dans le menu détail des interactions, ce qui pourrait être fait dans une visée de facilitation toujours plus grande de la participation (et ici, en l’occurrence, de la réduction des contraintes qui pèsent sur les « citoyens ordinaires »). C’est bien la preuve qu’une analyse « ethnopragmatique », encore trop souvent réduite à des échelles dites « micro », permet d’aborder des problèmes politiques de portée générale.

Enquête sur les pragmatismes : manifeste contre la fossilisation des usages

23Ce numéro peut donc se présenter, en termes pragmatistes, comme une enquête, collective mais dispersée, sur certaines conséquences, théoriques et méthodologiques, de l’adoption d’une posture pragmatiste. Nous pouvons alors revenir finalement sur un constat, qui semble largement partagé par la plupart des observateurs depuis une vingtaine d’années maintenant : la focalisation sur l’action située, l’approche pragmatique et les orientations pragmatistes ne constituent (toujours) pas un « paradigme » unifié. « Galaxie », « nébuleuse », « air de famille » semblent des expressions encore pertinentes pour qualifier les travaux en cours. Mais si ces expressions ont pu apparaître comme des descriptions « en creux » d’une situation présente qui apparaissait « moins » unifiée que la période passée, manifestant une sorte d’attente, se vivant comme une transition vers une période où il y aurait une « plus forte » unification, il nous paraît important de souligner la fécondité de cette pluralité vive. Pour le dire clairement, au lieu de s’en désoler, nous nous réjouissons de cet état labile, mouvant et non stabilisé de ces approches « pragmatiques » et « pragmatistes », puisque le maintien de ces rapports en termes d’air de famille semble être une garantie contre le dogmatisme et la sclérose. En tout cas, il serait bon de le garder à l’esprit et dans la pratique, avant qu’un « courant » unifié et radical ne parvienne à s’imposer de façon hégémonique dans le domaine universitaire et éditorial. Il ne s’agit pas, de notre point de vue, d’une position « molle » ou mollement consensuelle. Il s’agit au contraire d’un positionnement « dur », parce que difficile à maintenir. Il paraît en effet beaucoup plus simple de s’engager tous azimuts sous un étendard que de conserver une ouverture à diverses postures potentiellement heuristiques et critiques pour l’analyse des phénomènes sociaux, littéraires et philosophiques. Posture que nous semblent permettre, précisément, les pragmatismes. Mais qui dit état labile, « vague » pour reprendre le mot de William James, n’équivaut pas à absence d’explicitation et de clarification. C’est bien l’enjeu de ce numéro : contribuer à l’explicitation de rapports conceptuels, a priori vagues, qui se clarifient et sont explicités au contact d’un terrain empirique ou d’un problème théorique.Ce qui a pour implication de préciser les présupposés endossés et surtout d’expliciter les changements que ceux-ci engendrent, autant en termes théoriques et conceptuels qu’en termes méthodologiques.

24Pourquoi alors privilégier l’un des termes, « pragmatismes », pour qualifier ce numéro ? Parce que la littérature se revendiquant des approches pragmatistes nous semble à la fois épistémologiquement compatible avec les diverses perspectives pragmatiques (notamment portant sur le langage) et conceptuellement plus étendue. Précisons ce dernier point. Le « questionnaire » pragmatiste concerne autant le statut du langage et de l’action qu’il pointe vers des horizons politiques. Disons qu’il a notre préférence, à l’échelle de ce numéro, au sens où il tient compte des conséquences politiques et morales de la conversion à une conception pragmatique du langage et de l’action. Il construit ainsi des ponts qui permettent des discussions avec des questions privilégiées par d’autres courants, en particulier celle de la posture critique.

Haut de page

Bibliographie

Bohman James, 2001, Pragmatic Turn and Critical Theory, Cambridge, The MIT Press.

Boltanski Luc et Thévenot Laurent, 1991, De la justification. Les économies de la grandeur, Paris, Gallimard (NRF essais).

Brandom Robert, 2002, «Pragmatics and Pragmatisms», Hilary Putnam: Pragmatism and Realism, J. Conant et U. M. Zeglen éd., Londres, New York, Routledge.

Callon Michel, Lascoumes Pierre et Barthe Yannick, 2001, Agir dans un monde incertain. Essai sur la démocratie technique, Paris, Le Seuil (La couleur des idées).

Cefaï Daniel et Joseph Isaac éd., 2002, L’héritage du pragmatisme. Conflits d’urbanité et épreuves de civisme, La Tour d’Aigues, L’Aube.

Cefaï Daniel et Pasquier Dominique éd., 2003, Les sens du public. Publics politiques, publics médiatiques, Paris, PUF.

Chauviré Christiane, 1995, Peirce et la signification. Introduction à la logique du vague, Paris, PUF.

Delacroix Christian, Dosse François et Garcia Patrick, 2007 [1999], Les courants historiques en France, Gallimard (Folio histoire).

Descombes Vincent éd., 1991, « Sciences humaines : sens social », Critique, n° 529-530, juin-juillet.

Dewey John, 2003 [1927], Le public et ses problèmes, trad. J. Zask, Pau, Farrago/Léo Scheer.— 1966, Democracy and Education : an Introduction to the Philosophy of Education, New York, Free Press.

Dosse François, 1992, Histoire du structuralisme, Paris, La Découverte.

— 1995, L’empire du sens. L’humanisation des sciences humaines, Paris, La Découverte.

Dumez Hervé éd., 2007, « Pragmatisme et recherche sur les organisations », Libellio d’AEGIS, vol. 3, n° 4, novembre.

Dupuy Jean-Pierre, Eymard-Duvernay François, Favereau Olivier, Orlean André, Salais Robert et Thévenot Laurent éd., 1989, « L’économie des conventions », Revue économique, vol. 40, n° 2, mars.

Joas Hans, 1993, Pragmatism and Social Theory, Chicago, The University of Chicago Press.

— 1999 [1992], La créativité de l’agir, Paris, Le Cerf.

Karsenti Bruno et Quéré Louis éd., 2004, La croyance et l’enquête. Aux sources du pragmatisme, Paris, EHESS (Raisons pratiques), n° 15.

Lapoujade David, 1997, William James. Empirisme et pragmatisme, Paris, PUF.

L’art du comprendre, 2007, « W. James, C. S Peirce, J. Dewey… Tradition et vocation du pragmatisme », n° 16.

Latour Bruno et Weibel Peter éd., 2005, Making Things Public. Atmospheres of Democracy, Cambridge, The MIT Press.

Laugier Sandra, 1999, Recommencer la philosophie : la philosophie américaine aujourd’hui, Paris, PUF.

— 2004, Une autre pensée politique américaine. La démocratie radicale d’Emerson à Stanley Cavell, Paris, Michel Houdiard.

Lepetit Bernard éd., 1995, Les formes de l’expérience, Paris, Albin Michel.

Mead George H., 2006 [1934], L’esprit, le soi et la société, trad. D. Cefaï et L. Quéré, Paris, PUF.

Nachi Mohamed, 2006, Introduction à la sociologie pragmatique, Paris, Armand Colin (Cursus).

Peirce Charles S., 2002 [1903], « La maxime du pragmatisme », Pragmatisme et pragmaticisme, Œuvres I, C. Tiercelin et P. Thibaud éd., Paris, Le Cerf.

Revel Jacques éd., 1996, Jeux d’échelles. La micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard/Le Seuil.

Revue internationale de philosophie, 1999, « Le pragmatisme / Pragmatism », n° 1, mars.

Rorty Richard, 1993, Conséquences du pragmatisme, trad. J.-P. Cometti, Paris, Le Seuil (L’ordre philosophique).

Shusterman Richard, 1992, L’art à l’état vif, la pensée pragmatiste et l’esthétique populaire, Paris, Minuit (Le sens commun).

— 2007, Conscience du corps, Pour une soma-esthétique, trad. N. Vieillescazes, Paris, L’Éclat.

Tiercelin Claudine, 1993, C. S. Peirce et le pragmatisme, Paris, PUF.

— 2005, Le doute en question. Parades pragmatistes au défi sceptique, Paris, L’Éclat.

Wright Mills Charles, 1940, «Situated actions and vocabularies of motive», American Sociological Review, vol. V, n° 6, p. 904-913.

Haut de page

Notes

1  Nous sommes partis du constat de la diffusion récente en France – depuis une vingtaine d’années – des ouvrages fondateurs de la philosophie pragmatiste, grâce notamment aux travaux pionniers de traduction, de commentaires, de critique de Gérard Deledalle (sur Peirce, James et Dewey), et plus récemment à ceux initiés par une équipe de chercheurs rassemblés autour de Jean-Pierre Cometti. Ajoutons à cela les travaux de Jacques Bouveresse, de Sandra Laugier et de Christiane Chauviré sur Wittgenstein notamment, de Vincent Descombes, de Claudine Tiercelin et Pierre Thibaud sur Peirce, de David Lapoujade sur William James. Sans parler de l’importance actuellement accordée à certains penseurs dits « néo-pragmatistes » comme Rorty, Putnam, Brandom ou Shusterman. Mais le pragmatisme a aussi irrigué, soit explicitement, soit de façon plus larvée, certains courants sociologiques récents, comme le GSPM, à l’École des Hautes études en sciences sociales, fondé par Luc Boltanski et Laurent Thévenot, les études tournées vers l’ethnométhodologie et la sémantique de l’action d’Isaac Joseph et Louis Quéré, ou encore les études novatrices de sociologie des sciences de Bruno Latour et Michel Callon. Certains historiens, dans le sillage des sociologues déjà cités, ont entrepris de tirer des enseignements du pragmatisme pour fonder une histoire des pratiques (voir Lepetit, 1995). Enfin, on peut relever, ces dernières années, un nombre croissant de revues ou de collections ayant consacré un numéro à ce courant philosophique et à ses implications en sciences humaines : Critique (1991), la Revue internationale de philosophie (1999), la collection « Raisons pratiques » (2004), L’art du comprendre (2007), AEGIS (2007).

2  C’est cette impression que la contribution de Romain Pudal discute de façon critique.

3  Il faut cependant préciser qu’il a formulé pour la première fois cette « maxime » en 1878, dans « Comment rendre nos idées claires » (ibid., p. 237-260, et notamment p. 248).

4  Ce qu’on ne peut que regretter quand on se rend compte à quel point cet auteur a influencé de nombreux travaux importants, que ce soit ceux de la tradition sociologique de Chicago aux États-Unis (Joas, 1993) ou ceux du renouvellement de la théorie critique en Allemagne, en particulier ceux de Jürgen Habermas (Théorie de l’agir communicationnel) et d’Axel Honneth (La lutte pour la reconnaissance). Ce retard a commencé à être comblé par la réédition de la traduction (entièrement retravaillée) de son ouvrage le plus célèbre, L’esprit, le soi et la société (2006 [1934], avec une préface importante signée Daniel Cefaï et Louis Quéré).

5  Courant qui est revenu à l’individu et à ses stratégies après les grandes fresques structurales de l’histoire économique et sociale. Il a ainsi constitué un moment important de ce « tournant critique » au sein des études historiques, et principalement l’histoire moderne (Delacroix, Dosse et Garcia, 2007, p. 494-525). La « première génération », fondatrice, regroupe principalement des auteurs comme Giovanni Levi, Carlo Ginzburg et Edoardo Grendi, avec des approches somme toute très différentes.

6  Nous pouvons également signaler le travail de Deirdre N. McCloskey (The Rhetoric of Economics, Madison, University of Wisconsin Press , 1985, ou If You’re So Smart… : The Narrative of Economic Expertise, Chicago, The University of Chicago Press, 1990), dont un extrait a été traduit par Ludovic Frobert dans « Si vous êtes si malins… » McCloskey et la rhétorique des économistes (Lyon, ENS Éditions, 2004). McCloskey a livré une critique pragmatiste des travaux économiques, tout en s’inscrivant dans le courant « orthodoxe ». Nous remercions Éric Monnet de nous avoir signalé cette référence.

7  Elle se fonde sur de larges enregistrements audio et vidéo permettant d’étudier précisément des séquences de gestes et de paroles.

8  Il serait trop long ici de faire une généalogie de cette approche aux conséquences méthodologiques et politiques importantes. Nous renvoyons dans un premier temps le lecteur intéressé aux œuvres de Schütz et à leurs commentaires (en particulier Alfred Schütz, Le chercheur et le quotidien, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1987, et Daniel Cefaï, Phénoménologie et sciences sociales. Alfred Schutz, naissance d’une anthropologie philosophique, Genève, Droz, 1998). Dans un second temps, la lecture des travaux de Harold Garfinkel, fondateur de l’ethnométhodologie, pourra être faite en tant que mise en œuvre empirique de la pensée schützienne, à partir d’une critique des présupposés communs aux sociologues Émile Durkheim et Talcott Parsons (Recherches en ethnométhodologie, Paris, PUF, 2007). Enfin, pour un état des travaux et des débats posés par ce courant, on pourra consulter l’ouvrage collectif dirigé par Michel de Fornel, Albert Ogien et Louis Quéré, L’ethnométhodologie. Une sociologie radicale (Paris, La Découverte, 2001).

9  James Bohman, « Realizing deliberative democracy as a mode of inquiry : pragmatism, social facts and normative theory », Journal of Speculative Philosophy, vol. XVIII, n° 1, 2004, p. 23-43. Cette traduction été réalisée avec le soutien du Projet Delicom (ANR JC05). Une traduction de ce texte est proposée dans la version numérique de la revue disponible sur le site http://traces.revues.org

10  Ce qui ne signifie pas pour autant qu’il faille définitivement considérer ces concepts comme dénués de portée heuristique, comme en témoigne le récent retour critique de Luc Boltanski sur la notion de domination (voir la conférence qu’il a donnée à l’ENS LSH, à paraître dans le hors série de Tracés 2008, Présent et futurs de la critique). Mais ces concepts sont abandonnés en tant qu’ils étaient incorporés dans des théories fondationnelles qui avaient vocation à donner la clé d’une totale intelligibilité du réel.

11   Nous nous permettons de signaler que ces questions seront de celles qu’abordera le cycle de conférences « À quoi servent les sciences humaines ? » organisé par la revue Tracés, avec le soutien de l’ENS LSH de Lyon et du magazine Sciences humaines, de 2008 à 2010. Il devrait donner lieu à la publication de deux numéros hors-série (en 2009 et en 2010).

12  Pour rester en cohérence avec le rappel effectué par la contribution de Thierry Dutour, il nous faut bien reconnaître qu’une telle formulation repose encore sur des présupposés qui associent facilement « modernité » (opposée à « tradition »), « démocratie » et « public ». Or le concept de « public » pourrait tout à fait être opératoire pour des périodes antérieures au xviiie siècle (et notamment aux révolutions américaine et française, pour ne parler que d’elles), comme le suggère le travail de l’historien médiéviste Peter von Moos (voir Entre histoire et littérature. Communication et culture au Moyen Âge, paru en 2005, en particulier le chapitre 12 : « Public et privé au cours de l’histoire et chez les historiens »). Nous remercions Arnaud Fossier pour ce rappel et cette référence.

13  Marion Tillous et Rémi Clot consacrent leur contribution à la figure d’Isaac Joseph : très proche dans ses méthodes d’enquête de la sociologie interactionniste, il aurait contribué, selon les auteurs, à une « humanisation de l’espace des réseaux », notamment par l’introduction d’outils conceptuels deweyiens comme la catégorie de public. À l’interface de la recherche universitaire et de la recherche-action, il a travaillé longtemps en déplacement auprès de la RATP, et a ainsi contribué à transformer la vision des réseaux de transport pour leur donner la dimension sociale d’un espace urbain.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Lavergne et Thomas Mondémé, « Pragmatismes : vers une politique de l’action située », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 15 | 2008, mis en ligne le 01 décembre 2008, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/583

Haut de page

Auteurs

Cécile Lavergne

Doctorante en philosophie à l’Équipe d’accueil sociologie et philosophie politiques (SOPHIAPOL), et AMN à l’Université Nanterre – Paris 10

Articles du même auteur

Thomas Mondémé

Doctorant en lettres modernes au Centre de recherche sur les relations entre littérature, philosophie et morale, et AMN en littérature, Université Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page