Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traduction

Comment développer des indices moralement convaincants pour mesurer la pauvreté et l’égalité des sexes ? Un programme de recherche

Thomas Pogge

Résumés

On utilise plusieurs indices pour mesurer l’évolution de la pauvreté, du développement et de l’égalité des sexes au sein d’une population. Certains d’entre eux, comme ceux du PNUD (IDH et ISDH) et ceux de la Banque mondiale associés au premier Objectif du millénaire pour le développement, sont devenus extrêmement influents. Cet article affirme que ces indices prédominants présentent de sérieux défauts et que, pour cette raison, ils biaisent nos jugements moraux et empêchent une distribution judicieuse des ressources par les gouvernements, les agences internationales et les ONG. L’examen de ces failles fournit des indications utiles pour développer de meilleurs indices, quand bien même nous aurions besoin d’une étude interdisciplinaire plus conséquente pour aboutir à des résultats significatifs et applicables.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 N.d.t. La traductrice tient à remercier Barbara Turquier pour sa relecture et ses nombreuses remarq (...)

1Pourquoi1 une analyse des indices (ces instruments servant à mesurer l’évolution de phénomènes dans le monde) aurait-elle sa place dans un journal de philosophie ? Pour répondre à cette question, commençons par distinguer trois types d’indices, ou plutôt trois définitions différentes que pourraient en donner ceux qui les créent et les utilisent.

2Premièrement, un indice fournit, tout simplement, un ensemble pratique d’informations. C’est le cas des statistiques au base-ball. La moyenne à la batte, par exemple, regroupe des informations sur ce qui s’est passé pendant un match. On ne la conçoit pas comme la bonne façon d’agréger ces données, mais seulement comme celle qui s’est imposée par l’usage. Ainsi conçus, les indices ne soulèvent pas de problèmes intéressants d’un point de vue philosophique.

3Deuxièmement, un indice peut aussi avoir une fonction explicative et/ou prédictive. L’indice des facteurs de risque de crises cardiaques en est un exemple. Il est calculé et recalculé (sans doute en ajoutant et en supprimant certains paramètres ou en modifiant la formule utilisée pour agréger les informations de chaque paramètre) en vue d’optimiser son pouvoir de prédiction. Cette entreprise est plus ambitieuse intellectuellement, mais elle est de nature empirique et non philosophique : il faut chercher quels sont les risques pertinents et comment ils interagissent pour ajuster l’indice avec précision.

4Enfin, on peut concevoir l’indice comme un critère d’évaluation, dont on fait habituellement un usage normatif. Cette définition s’applique évidemment aussi au cas précédent : un médecin évalue l’hygiène de vie d’un patient et l’exhorte à éviter de fumer ou de manger trop gras. Dans ce cas, cependant, « éviter une crise cardiaque » est un but clairement défini, dont le caractère souhaitable est évident. Il n’en va pas de même pour l’indice d’égalité des sexes, par exemple, qui suppose une étude conceptuelle et normative approfondie pour définir une conception de l’égalité des sexes exprimant au mieux ce qui est souhaitable en elle ; conception sur laquelle on pourra s’appuyer pour identifier et mesurer l’égalité des sexes dans des situations de la vie réelle. Il s’agit là d’un travail philosophique : fournir un critère général à partir duquel on pourrait classer, les uns par rapport aux autres, plusieurs états différents d’une population ainsi que les diverses modifications qui pourraient les affecter. Sur cette base, on pourrait construire des jugements moraux et faire des propositions.

5Dans la mesure où des indices significatifs d’un point de vue moral ont été établis et appliqués, cette analyse s’écarte d’une réflexion philosophique habituelle, et ce à deux égards. Les études philosophiques sur la construction des indices, généralement ignorées par la philosophie morale, ne sont guère menées que par des non-philosophes, dont certains sont éminents, comme les économistes Joan Robinson et Amartya Sen. Contrairement à la plupart des travaux philosophiques, certains indices sont pourtant devenus très influents : ils sont repris et cités par les médias, les politiques et le grand public. C’est doublement malheureux : pour ceux qui subissent les conséquences de ces indices profondément biaisés, et pour la philosophie universitaire, qui se marginalise et manque l’opportunité d’appliquer sa sagesse à des sujets qui comptent véritablement.

  • 2 Recherche financée, notamment, par l’Australian Research Council, Oxfam et l’International Women’s (...)

6Cet article marque le début d’une entreprise de recherche essentielle2, qui vise à poser un regard critique sur les méthodes utilisées pour mesurer l’égalité des sexes, le développement et la pauvreté dans divers environnements naturels et sociaux, et à déterminer celles qu’il faudrait adopter. Ce projet est important dans la mesure où ces indices orientent – et souvent fourvoient – les efforts des gouvernements, des organisations non gouvernementales (ONG) et des agences internationales. En prenant ces indices au sérieux, les acteurs politiques les substituent aux valeurs qu’ils entendent mesurer : les gouvernements utilisent, par exemple, tous les moyens à leur disposition pour abaisser l’indice de pauvreté autant que possible, car ils supposent qu’ils auront ainsi restreint ce qui rend la pauvreté inacceptable ou du moins que c’est ainsi que l’on percevra leurs actes. Dans la mesure où cette supposition est erronée, on gaspille de l’argent et des efforts humains.

  • 3 Par « mondialisation prônée par l’OMC », j’entends le genre de mondialisation que les États-Unis on (...)

7Ce danger est réel. Il l’est, premièrement, parce que l’élaboration d’indices n’a pas reçu l’attention morale et la réflexion systématique qu’elle mérite. Il l’est, deuxièmement, parce que ces indices tendent à souffrir d’une grande inertie : une fois qu’un indice est bien établi et largement connu, on a tendance à continuer à l’utiliser, même si l’on connaît ses défauts, parce qu’il permet des comparaisons avec le passé qui seraient impossibles ou du moins très difficiles s’il était remplacé ou substantiellement révisé. Une troisième raison, sans doute la plus importante, concerne tout particulièrement les indices prédominants que l’on utilise pour l’évaluation et la prescription. D’énormes pressions peuvent être exercées sur l’élaboration, l’amélioration et l’application de ces indices, parce que les résultats qu’ils fournissent peuvent avoir de graves répercussions politiques : ils peuvent, par exemple, servir d’armes dans les débats sur la mondialisation prônée par l’Organisation mondiale du commerce (OMC). Ce fait est bien connu dans le contexte national mais moins largement admis pour les indices internationaux. Quand les gouvernements ou les grandes entreprises jouent des milliards pour façonner et encourager un modèle de commerce international émergent, on comprend qu’ils s’intéressent de près aux outils qui permettent de contrôler ses résultats. Pour réussir à imposer leurs règles, les politiciens et les grandes entreprises doivent s’attirer un soutien politique et désarmer l’opposition politique. Leur succès dépendra en partie du fait que les citoyens et les autres politiques, dans leur pays et à l’étranger, croient que l’OMC fonctionne, notamment dans la lutte contre la pauvreté et pour le développement et l’égalité des sexes3.

  • 4 Un commentaire détaillé de l’indice de la pauvreté humaine (IPH) et de l’indice de la participation (...)

8Les deux parties suivantes illustrent ces points en étudiant l’un des indices les plus influents : l’indice de pauvreté de la Banque mondiale (troisième partie) et l’objectif de « réduire de moitié la pauvreté d’ici 2015 », qui se formule et se comprend sur la base de cet indice (deuxième partie). Je m’intéresserai ensuite à l’indice de développement humain (IDH) et à l’indice sexospécifique du développement humain (ISDH) (quatrième section)4. La dernière section suggère des idées pour améliorer les indices de pauvreté, de développement et d’égalité des sexes.

Réduire de moitié la pauvreté mondiale d’ici à 2015

9Notre conception actuelle de la pauvreté mondiale et de son évolution dans le temps repose principalement sur le nombre de personnes pauvres. Ce décompte est fondé sur une conception étroite de la pauvreté « absolue » ou « extrême », intimement liée à la notion de faim. Ne sont comptés comme « pauvres » que ceux qui tombent sous « le niveau de revenu ou de dépenses au-dessous duquel il est impossible pour l’individu d’obtenir une alimentation adaptée du point de vue nutritionnel et de satisfaire à ses besoins de base non alimentaires » (PNUD, 1995, p. 245).

10Depuis environ vingt ans, la Banque mondiale est responsable de cet exercice de décompte. Elle utilise pour ce faire un seuil de pauvreté international (SPI) que l’on fait généralement correspondre à « 1 dollar par jour ». La Banque mondiale avait initialement défini ce seuil sur la base du pouvoir d’achat équivalent à celui de 1,02 dollar aux États-Unis en 1985, mais elle l’a redéfini trois fois depuis lors. La dernière définition de la Banque se base sur le pouvoir d’achat que procurait 1,25 dollar aux États-Unis en 2005. Une fois que le seuil est fixé, on peut quantifier la pauvreté en comptant le nombre de personnes qui vivent en dessous de cette ligne.

  • 5 Certains doivent penser que la promesse du Roosevelt fictif aurait été bien pire parce que le mal e (...)
  • 6 Dix-neuf réductions consécutives de 3,58 % abaissent la quantité initiale de moitié (1 – 0,0358)19 (...)

11En invoquant la méthode suivie par la Banque mondiale et les chiffres obtenus, les gouvernements du monde entier ont promis à plusieurs reprises de « réduire de moitié la pauvreté d’ici à 2015 » (FAO, 1996). Cette promesse était au cœur du Sommet mondial de l’alimentation (SMA) de 1996 à Rome, où 186 gouvernements se sont engagés à « parvenir à la sécurité alimentaire pour tous et [à] déployer un effort continu afin d’éradiquer la faim dans tous les pays, avec l’intention immédiate de réduire de moitié le nombre des personnes sous-alimentées d’ici à 2015 au plus tard ». Certes, on ne peut pas vraiment dire d’une disposition « immédiate » qui prend dix-neuf ans pour éradiquer seulement la moitié de la pauvreté mondiale qu’elle est ambitieuse : imaginez Franklin Roosevelt, en 1942, promettre qu’il aurait réduit les maux infligés par les nazis de moitié seulement avant 19615 ! La promesse du SMA a le mérite de paraître réalisable, puisqu’elle n’implique qu’une réduction annuelle de 3,58 % du nombre de personnes pauvres6.

  • 7 Quinze réductions consécutives de 3,35 % abaissent la quantifié initiale de 40 % : (1 – 0,0335)15 = (...)

12Les gouvernements mondiaux ont pourtant rapidement décrété qu’ils s’étaient engagés au-delà de ce qu’ils étaient prêts à donner. En 2000, dans les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD), ils ont déclaré vouloir « réduire de moitié, entre 1990 et 2015, la proportion de la population dont le revenu est inférieur à 1 dollar par jour et la proportion de la population qui souffre de faim » (ONU, 2000, premier objectif). Cette formulation garde l’idée d’une réduction de moitié d’ici à 2015, mais réduit subtilement l’ambition en se concentrant non sur le « nombre » mais sur la « proportion » de personnes pauvres touchées par la faim. Cette proportion est un ratio qui a comme numérateur le nombre de personnes pauvres et comme dénominateur la population mondiale. Comme on prévoit une augmentation de la population mondiale d’environ 120 % entre 2000 et 2015 (ONU, 2007), il suffit que la réduction atteigne 60 % du nombre de pauvres par rapport à 2000 pour diviser cette proportion par deux. En redéfinissant ce qui devait être réduit de moitié, les gouvernements mondiaux ont fait passer le nombre de pauvres jugé tolérable en 2015 de 828 millions (chiffre obtenu si on enlève 50 % au nombre de pauvres en 1996) à 999 millions (chiffre obtenu si on enlève 40 % à la proportion de 2000), selon les statistiques actuelles de la Banque mondiale (Chen et Ravallion, 2008, p. 44). Ils ont également abaissé la réduction annuelle promise du nombre personnes pauvres de 3,58 à 3,35 %7.

13En soulignant cette révision, peu m’importe que les gouvernements se concentrent sur le nombre ou sur la proportion de personnes pauvres. Ce qui me préoccupe, c’est qu’on a voulu noyer l’objectif de 2015 et qu’on a déployé certains efforts pour dissimuler cette volonté. Cette tentative peut s’exprimer de plusieurs façons : il faut réduire le nombre de pauvres de 50 % selon le SMA mais seulement de 40 % selon l’OMD-1. Ou encore : il faut réduire la proportion de pauvres de 58,33 % selon le SMA mais seulement de 50 % selon l’OMD-1. Ces deux formulations montrent qu’on a changé les règles du jeu pour ajouter 171 millions au nombre tolérable de personnes extrêmement pauvres en 2015, quelque 171 millions d’êtres humains supplémentaires pour lesquels « une alimentation adaptée du point de vue nutritionnel » et les conditions pour satisfaire aux « besoins de base non alimentaires » sont hors de portée. Cette révision a été soigneusement cachée au public et tenue à l’écart des médias, en passant subrepticement du « nombre » à la « proportion », tout en maintenant l’idée de réduire la pauvreté de moitié d’ici 2015.

  • 8 Selon la Division de la population des Nations unies.
  • 9 Vingt-cinq réductions consécutives de 1,25 % abaissent la quantité initiale de 27 % : (1 – 0,0125)2 (...)

14Depuis que l’Assemblée générale des Nations unies s’est félicitée de l’avoir adopté, cet engagement a subi deux révisions importantes, entre autres dilutions majeures, apparemment sous l’impulsion d’un petit groupe de hauts responsables. Les Nations unies poursuivent aujourd’hui le premier objectif des OMD en interprétant la pauvreté non plus en termes de « proportion de la population mondiale » mais en termes de « proportion de la population dans le monde en développement » (UNDP, 2008, p. 6-7), en tirant parti du fait que la croissance de ce dénominateur est plus rapide. Ils modifient également la date de référence de façon rétroactive : c’est « entre 1990 et 2015 » et non plus entre « 2000 et 2015 » (ibid.) qu’il faut atteindre cette réduction de moitié. Comme on prévoit que la population dans les pays en développement aura augmenté de 146 % entre 1990 et 20158, on peut désormais considérer que réduire le nombre de personnes pauvres et de personnes touchées par la faim à 73 % de ce qu’il était en 1990 équivaut à réduire de moitié la pauvreté d’ici 2015. En diminuant la réduction exigée et en allongeant à vingt-cinq ans la période durant laquelle il faut l’atteindre, cette révision du premier objectif des OMD abaisse la réduction annuelle promise à 1,25 %9. Elle fait passer à 1 324 millions le nombre acceptable de pauvres en 2015 (soit moins 27 % par rapport à 1990), selon les statistiques actuelles de la Banque mondiale (Chen et Ravallion, 2008, p. 44), et ajoute 325 millions au nombre d’êtres humains dont l’extrême pauvreté serait jugée moralement acceptable en 2015.

15Une des conséquences notables de la modification rétrospective par les Nations unies de la date de référence, c’est de compter la réduction massive de la pauvreté en Chine – le nombre de Chinois touchés par l’extrême pauvreté a décliné de 264 millions en une décennie (Chen et Ravallion, 2008, p. 44) – parmi les succès en vue de la réalisation du premier objectif des OMD. Cette révision a ainsi permis à Kofi Annan, alors secrétaire général des Nations unies, de faire cette remarque tragi-comique lors de l’Assemblée générale : pour la région la plus peuplée du monde (l’Asie de l’Est et le Pacifique), l’objectif de réduction de la pauvreté fixé pour 2015 était déjà atteint en 1999, soit une bonne année avant qu’il soit adopté (ONU, 2002, p. 8 et p. 22) !

TABLEAU 1 : Une promesse revue à la baisse

Année de base Nombre de pauvres (année de base, en millions) Réduction promise en 2015 Cible 2015 (millions) Taux de réduction annuel requis Cible 2005 (millions)
Sommet mondial de l’alimentation 1996 1656 50% 828 3,58% 1193
Objectifs du millénaire 1 (adopté) 2000 1665 40% 999 3,35% 1404
Objectifs du millénaire 1 (révision) 1990 1813 27% 1324 1,25% 1501

16Retracer les révisions sournoises qui ont affecté le grand engagement de Rome et la façon dont les gouvernements mondiaux se sont plus généralement employés à « réduire de moitié la pauvreté mondiale d’ici à 2015 » explique assez bien pourquoi la pauvreté massive ne cesse de perdurer : les pauvres n’ont pas d’amis parmi l’élite internationale. Des centaines de fonctionnaires issus des gouvernements nationaux ou d’agences internationales ont contribué à changer les règles du jeu au détriment des pauvres. Des milliers d’économistes, de statisticiens et d’universitaires comprenaient très bien ce qui se passait. À l’instar des milliers de journalistes qui ont couvert le sommet de Rome et les OMD et dont certains ont expressément refusé de mentionner ces révisions (Pogge, 2002, note 18).

17L’existence, en 2015 et après, d’environ un demi-milliard de personnes supplémentaires dans un état de pauvreté extrême (victimes de malnutrition ou de maladies, sans accès à l’eau potable et à des installations sanitaires) équivaut à attribuer 6 millions de morts par an à la pauvreté. Souvenons-nous de la conférence de Wannsee où les hauts gradés nazis élaborèrent la solution finale et planifièrent la mort de 6 millions de personnes. Il y a bien sûr une différence immense. Les bureaucrates allemands et le Führer, dont ils cherchaient à s’octroyer les faveurs, voulaient se débarrasser des Juifs et d’autres populations qu’ils jugeaient inférieures. Les bureaucrates des Nations unies et les politiciens dont ils dépendent dans leurs pays ne sont pas mal intentionnés envers les pauvres. Mais ils se préoccupent de leur carrière et cherchent à s’attirer notre soutien sans vraiment se soucier du reste. D’un point de vue moral, la différence est subtile du côté des agents. Mais la souffrance et la mort des victimes n’en restent pas moins réelles. La partie suivante, portant sur la quantification de la pauvreté mondiale, en fournit une nouvelle illustration.

Mesurer l’évolution de la pauvreté par le nombre ou la proportion de personnes qui vivent en dessous d’un seuil de pauvreté

181. Le premier problème que pose, à l’évidence, une définition quantitative de la pauvreté est le suivant : elle favorise arbitrairement les personnes situées juste en dessous du SPI. Faire passer ces personnes juste au-dessus du SPI est le moyen le plus facile et le moins coûteux de réduire le nombre de pauvres. Mais pourquoi n’enregistrer comme progrès que le passage de ce seuil ? Il n’y a aucune raison de passer sous silence les évolutions économiques des personnes qui demeurent au-dessous ou juste au-dessus du seuil.

  • 10 PPP (PPA en français) signifie la parité de pouvoir d’achat et 1,25 dollar en PPA de 2005 correspon (...)
  • 11 Un signe négatif dans une case indique que le nombre de pauvres a diminué durant la période indiqué (...)

192. Cette méthode soulève un deuxième problème, lié au premier : elle rend notre représentation de la répartition et de l’évolution de la pauvreté extrêmement sensible au niveau auquel on fixe le seuil de pauvreté. Cela apparaît très clairement, car les chercheurs de la Banque mondiale en charge du décompte fournissent non seulement un résultat pour le SPI qu’ils ont choisi, c’est-à-dire 1,25 dollar en parité de pouvoir d’achat (PPA) de 2005 (consommation journalière) mais donnent aussi les chiffres qui correspondent à trois autres seuils fixés différemment mais libellés de la même façon (en dollars de 2005) (Chen et Ravallion, 2008, p. 44 et suiv.)10. Comme on peut le voir sur le tableau 2, le pourcentage varie selon le seuil de pauvreté fixé (colonne de gauche) et selon l’année de référence choisie comparée à 2005 (ligne du haut)11. La colonne centrale compare la réduction réelle du nombre de pauvres entre 1990 et 2005 à celle de 17,2 %, qui serait nécessaire pour atteindre la réduction de 27 % exigée par les OMD révisés pour la période 1990-2015.

TABLEAU 2 : Nos succès dans la lutte contre la pauvreté dépendent du SPI

Période 1981-2005 1984-2005 1987-2005 1990-2005 Relativement aux prévisions 1993-2005 1996-2005 1999-2005
$1,00 PPP -42 % -34 % -29 % -32 % 85 % d’avance -29 % -21 % -24 %
$1,25 PPP -27 % -24 % -20% -24 % 40 % d’avance -23 % -17 % -19 %
$2,00 PPP 1 % -2 % -3% -7 % 59 % de retard -9 % -9 % -11 %
$2,50 PPP 13 % 8 % 5% 0,45 % 103 % de retard -3 % -5 % -7 %

20Le tableau 2 montre que les progrès dans les chiffres affichés dépendent essentiellement du SPI fixé. Quelle que soit la période concernée, les chiffres sur la pauvreté sont meilleurs à mesure que l’on abaisse ce seuil. Choisissons par exemple 1990 comme année de référence, comme le font depuis peu les Nations unies : la pauvreté a chuté de près de 32 % entre 1990 et 2005, si on fixe le seuil à 1 dollar en PPA de 2005, réduction bien supérieure aux 17,2 % qui nous permettraient d’atteindre le premier objectif des OMD. Durant cette même période, la pauvreté a augmenté de 0,45 %, si on choisit de fixer le seuil à 2,5 dollars en PPA de 2005, ce qui nous éloigne du chiffre visé par les OMD. Si l’on opte pour l’un des deux seuils les plus bas, le monde est dans les temps pour atteindre l’objectif de réduction de 27 % d’ici à 2015 exigé par l’OMD-1. Si l’on choisit l’un des deux seuils les plus élevés, nous n’avons en revanche aucune chance d’approcher cet objectif.

  • 12 Shaohua Chen et Martin Ravallion utilisent en fait 32,74 dollars en PPA de 1993 par personne et par (...)

21On peut alors se demander sur quels critères la Banque mondiale fixe le niveau du SPI. Elle a successivement défendu, pour chacun de ces quatre seuils, qu’il était le plus apte à saisir ce qu’était la pauvreté dans les pays les plus pauvres du monde (Chen et Ravallion, 2008, p. 2). Comment sait-elle ce qu’est véritablement la pauvreté ? La Banque le déduit d’une seule source d’information : les seuils officiels utilisés par les pays pauvres pour mesurer leur niveau de pauvreté. Le degré d’adéquation entre les chiffres et la réalité est pourtant variable. Lors de ses premières études dans les années 1990, la Banque a choisi le seuil d’1,02 dollar en PPA de 1985 par jour, parce que, disait-elle, il s’approchait de celui qu’avaient fixé huit pays pauvres à l’échelle nationale quand il était converti en PPA de 1985 (Datt etal., 1991, p. 348-349). En 1994, on a « arrondi » ce seuil au fameux 1 dollar par jour en PPA de 1985 (Chen et Ravallion, 2001, p. 285). En 2000, la Banque a encore révisé le SPI à 1,08 dollar en PPA de 1993 parce qu’il correspondait, selon elle, à la médiane des dix seuils fixés par dix pays pauvres à l’échelle nationale puis convertis en PPA de 1993 (ibid.)12. Dans sa dernière étude à l’été 2008, la Banque a dévoilé qu’elle fixait désormais le SPI à 1,25 dollar en PPA de 2005 parce qu’il correspondait cette fois aux outils utilisés par les quinze pays les plus pauvres (ibid., p. 10). Les raisons pour lesquelles il faudrait se fier aux gouvernants et aux bureaucrates d’une poignée de pays pauvres (ibid.) pour déterminer un indicateur de pauvreté fidèle à la réalité ne sont pas très claires. Et l’implication de la Banque mondiale dans l’établissement des seuils de pauvreté nationaux de plusieurs pays pauvres n’augmente pas la fiabilité de ces études : la cohérence interne de leur choix ne dispense pas la Banque d’en donner une justification.

22Ces révisions successives par la Banque mondiale ont réduit le critère de pauvreté dans de nombreux pays et l’ont élargi dans quelques-uns (Reddy et Pogge, 2010). Le cas des États-Unis n’est pas isolé. Si on prend l’indice des prix à la consommation (IPC) pour exprimer ces quatre seuils successifs en dollars de 2005, on obtient :

1,02 dollar en PPA de 1985 = 1,85 dollar en 2005
1,00 dollar en PPA de 1985 = 1,82 dollar en 2005
1,08 dollar en PPA de 1993 = 1,46 dollar en 2005
1,25 dollar en PPA de 2005 = 1,25 dollar en 2005

  • 13 Même 2,50 dollars en PPA de 2005 par jour, c’est-à-dire plus ou moins 1 012 dollars par an en 2009, (...)

23Le SPI qu’on utilise désormais exclusivement correspond à 9,69 dollars par personne par semaine en 2009, soit 42 dollars par mois ou 506 dollars par an (ibid.). Un habitant des États-Unis n’est comptabilisé comme pauvre selon le nouveau critère de la Banque mondiale que si l’ensemble de sa consommation en biens et services est inférieur à 506 dollars. Il ne pourrait pas acheter le minimum dont il a besoin là où il vit avec 506 dollars par an13. Cela peut sembler peu problématique, car 1 dollar permet d’acheter davantage de choses là où vivent les pauvres. Mais cela ne sauve pas le choix de la Banque mondiale, parce que la Banque convertit tous les montants dans la devise locale non sur la base des taux du marché mais sur la base de la PPA. La Banque ne peut donc pas affirmer que si 506 dollars par an est insuffisant pour vivre aux États-Unis, l’équivalent de cette somme en PPA serait suffisant dans les pays les moins développés. Si elle défendait une telle idée, la Banque mondiale minerait sa propre méthodologie qui suppose que la PPA fournit un bon taux de conversion pour comparer les revenus et les dépenses de consommation des pauvres à travers le monde et pour fixer le niveau du SPI.

24Reformulons ce point important : nous savons qu’une dépense de consommation d’1,25 dollar par personne par jour est beaucoup trop basse pour accéder au minimum élémentaire requis pour subsister aux États-Unis en 2005. Il s’ensuit qu’on ne peut pas compter sur la conversion en PPA de 2005 de ce montant dans la devise d’un autre pays pour qu’il suffise à obtenir le minimum requis pour subsister sur son territoire.

25Cela découle de deux possibilités mutuellement exclusives. Supposons que la PPA traduise fidèlement le pouvoir d’achat pour les besoins fondamentaux. Alors tous les équivalents d’1,25 dollar par personne par jour en devise étrangère sont inadéquats, au même titre que l’est cette somme aux États-Unis. Si, au contraire, elle ne le traduit pas fidèlement, alors la situation d’une personne par rapport au SPI, calculé grâce à une conversion en dollars américains sur la base de la PPA, ne nous donne aucune indication sur l’accès à l’ensemble des biens minimaux nécessaires à la subsistance.

26La Banque mondiale ne peut pas décemment dire qu’elle choisit le seuil le plus bas, car il permet, comme nous l’avons vu, d’incliner favorablement la tendance des chiffres et de nous dire en bonne voie pour atteindre le premier objectif des OMD. Cela peut motiver ce choix mais non le justifier.

27On peut potentiellement justifier ce choix en défendant que l’ampleur du problème de la pauvreté dans le monde, tel qu’il est mesuré par le SPI, doit être raisonnablement reliée aux ressources mondiales : il ne faut pas qu’une définition trop large de la pauvreté rende son éradication totalement irréalisable. Elle pourrait décourager les efforts pour réduire la pauvreté, dans les limites du possible, et deviendrait ainsi contre-productive.

28Les informations du tableau 314 montrent que cette inquiétude est exagérée. Si on utilise le SPI choisi par la Banque mondiale et les Nations unies, on remarque que la somme qui manque au 1,38 milliard de personnes vivant en dessous du SPI s’élève à seulement 0,17 % du produit global, c’est-à-dire environ 76 milliards de dollars par an ou à peine un dixième des dépenses militaires américaines15. Les plus privilégiés de ce monde, qui se considèrent profondément engagés dans la lutte contre le problème de la pauvreté, ne la réduisent donc qu’au rythme majestueux d’1,25 % par an.

29Si on doublait le SPI, le nombre de pauvres et leur distance moyenne par rapport au seuil de pauvreté augmenteraient considérablement. Il faudrait multiplier par sept le pourcentage du produit global pour arriver au 1,13 % requis afin d’éradiquer la pauvreté ainsi définie. Pourtant, cette augmentation ne serait pas trop forte, si l’on songe que la pauvreté cause 18 millions de morts prématurées par an (OMS, 2008, p. 54-59), c’est-à-dire à peu près deux fois plus que la Seconde Guerre mondiale pendant ses pires années. Gagner cette guerre a coûté la vie à 15 millions de soldats alliés ainsi que la moitié ou plus du produit intérieur brut (PIB) des États-Unis, du Royaume-Uni et de l’URSS pendant les années de guerre (Harrison, 1988, p. 184). Nul besoin d’envoyer des jeunes gens au combat pour éradiquer la pauvreté. Et cela n’affecterait pas profondément l’économie des pays riches, même si l’on prenait les 2,50 dollars en PPA de 2005 comme seuil de référence.

TABLEAU 3 : Comment l’écart de pauvreté mondial varie avec le SPI

SPI en $, PPA 2005, par personne et par jour Personnes pauvres en 2055 Dépassement du SPI en % du revenu mondial
Nombre en milliards Dépassement moyen du SPI à PPA au taux de change de marché
$1,25 1,38 30% 0,33% 0,17%
$2,00 2,56 40% 1,28% 0,66%
$2,50 3,08 45% 2,20% 1,13%

303. Le décompte des pauvres par la Banque mondiale soulève un troisième problème : elle porte exclusivement son attention sur le contrôle des revenus et des dépenses de consommation et exclut des facteurs pertinents pour définir la pauvreté telle qu’on la conçoit communément. Celui qui travaille pour survivre dans un climat froid, ce qui exige des dépenses additionnelles pour maintenir une certaine température, est plus pauvre que celui qui gagne le même revenu sans avoir à supporter ces coûts supplémentaires. Il en va de même pour quelqu’un qui est confronté à des dépenses additionnelles à cause de facteurs sanitaires locaux ou d’autres problèmes imposés par l’environnement naturel ou social.

31La charge de travail est un autre facteur essentiel : celui qui doit travailler 70 heures par semaine pour atteindre le SPI est plus pauvre que celui qui ne doit travailler que 20 heures par semaine, avec les mêmes dépenses de consommation. Pour être crédible, n’importe quelle mesure de pauvreté devrait prendre en compte le temps de travail nécessaire, en n’incluant pas seulement le temps de travail rémunéré mais aussi les exploitations agricoles familiales, le ménage, l’éducation des enfants qui sont emblématiques d’un travail non payé et accompli en grande majorité par les femmes et les jeunes filles.

324. Les enquêtes de la Banque mondiale soulèvent un quatrième problème : elles cherchent à déterminer la valeur totale, en devise locale, de la consommation et des revenus pour un foyer. Elle se contente ensuite de diviser ce montant par le nombre de membres du foyer pour déterminer la situation économique de chacun d’entre eux. Elle ignore que les besoins varient au cours de l’existence et qu’à l’instar des conditions requises pour éviter la pauvreté, ils évoluent avec l’âge. La Banque devrait pourtant prendre en compte la structure par âges d’un foyer lorsqu’elle juge que ses dépenses de consommation sont suffisantes. Cette simple division ne fait pas non plus attention à la division du travail à l’intérieur de chacun des foyers et néglige systématiquement l’inégalité (entre les sexes notamment) dans la répartition des tâches et la distribution de la nourriture, de l’éducation et des soins de santé. Une étude plus détaillée révélerait souvent ce que cette méthode est a priori incapable de montrer : que certains membres du foyer, notamment les femmes, sont plus pauvres que d’autres (Okin, 2003, p. 284-286 et p. 305).

335. Un cinquième problème tient à la façon dont les enquêtes sur la consommation des foyers – dont les résultats sont exprimés dans les devises d’années et de pays différents – sont comparées au SPI. Comment la Banque mondiale décide-t-elle si la consommation d’un ménage indien en 1987, par exemple, exprimée en une certaine somme de roupies de 1987 par personne et par jour, est au-dessus ou au-dessous du seuil d’1,25 dollar à la parité de pouvoir d’achat de 2005 (PPA 2005) ?

34La Banque effectue deux conversions pour effectuer ce calcul. Elle utilise la PPA de l’année de base pour convertir son SPI en montants de toutes les autres devises de la même année de base (en roupies de 2005 pour l’Inde par exemple). Elle utilise ensuite l’indice des prix à la consommation (IPC) de chaque pays pour convertir le résultat en montant de devises nationales pour les autres années (en roupies de 1987 pour l’Inde par exemple).

35Cette méthode de conversion, fondée sur l’IPC et la PPA, ne produit pourtant pas des résultats fiables. La comparaison des prix entre années (pour un même pays) et entre pays (pour une même année) conduit à des résultats différents pour un certain nombre de produits : le prix des ordinateurs peut baisser alors même que le prix du riz augmente, et un même montant en dollars aux États-Unis peut permettre d’acheter plus de pain et moins de service de ménage qu’un montant équivalent en Chine. L’IPC et la PPA agrègent en effet des données de prix très diverses, en donnant un poids aux prix de chaque bien en fonction de son rôle dans les dépenses de consommation nationale (pour l’IPC) et internationale (pour la PPA). En conséquence il n’est pas justifié d’utiliser l’IPC et la PPA pour mesurer la pauvreté puisque les profils nationaux et internationaux de consommation ne reflètent en rien les besoins de consommation des plus pauvres. Le prix de la nourriture de base, par exemple, est beaucoup plus important pour la vie des plus pauvres que leur poids dans le calcul de l’IPC et la PPA. Si le prix de la nourriture de première nécessité est multiplié par deux entre 2006 et 2008, cela aura un impact bien moindre sur l’IPC national, et donc sur le taux officiel de pauvreté national, que sur la vie des pauvres qui dépensent bien plus de la moitié de leur revenu en nourriture de première nécessité. À l’inverse, le prix des automobiles ou des services a un poids bien plus important dans le calcul de l’IPC et de la PPA que dans la vie des plus pauvres.

36Pour illustrer ce point, imaginons un monde simple avec seulement trois types de biens : les biens de première nécessité, les biens non essentiels et les services (toujours dans cet ordre). Si les prix de ces biens n’évoluent pas de manière parallèle, l’IPC reflétera une moyenne pondérée des mouvements de ces prix, fondée sur le profil national des dépenses. En se fondant sur l’IPC, la Banque mondiale perd donc la trace des biens de première nécessité. Une diminution du prix des biens non essentiels (les appareils électroniques grand public par exemple) peut entraîner une diminution de l’IPC même si l’augmentation de la demande en biocarburants fait également augmenter le prix de la nourriture. Les personnes pauvres, avec un revenu constant, deviennent alors en réalité plus pauvres relativement à ce qu’elles doivent acheter (les biens de première nécessité), alors même que, dans les calculs de la Banque mondiale, elles deviennent plus riches (relativement à ce que la population de leur pays consomme).

37L’utilisation de la PPA entraîne des erreurs semblables, comme nous pouvons le montrer avec un exemple chiffré. Supposons que le prix de chacun de nos trois biens définis précédemment est, en pesos, égal à 5, 6 et 1 dans un pays pauvre et égal, en dollars, à 3, 4 et 9, aux États-Unis. Quelle est alors la PPA ? La réponse dépend du profil des dépenses dans chaque pays. Supposons que ce profil est de 30 % / 50 % / 20 % dans un pays pauvre et de 10 % / 50 % / 40 % aux États-Unis. En utilisant la manière habituelle de calculer la PPA, on obtient une PPA bilatérale de 1,55, c’est-à-dire que chaque peso est équivalent en pouvoir d’achat à 1,55 dollar. (Dans cet exemple, notre peso hypothétique a une forte valeur en dollars, car il permet d’acheter neuf fois plus de services et les services constituent une large part – 40 % – de dépenses de consommation des États-Unis.) Mais cette PPA bilatérale n’est pas adaptée pour déterminer les revenus des plus pauvres, qui concentrent et doivent concentrer leurs dépenses de consommation sur les biens de première nécessité – pour lesquels 1 peso ne vaut que 0,6 dollar (5 pesos permettent d’acheter autant de biens de première nécessité dans le pays étranger que 3 dollars aux États-Unis). Encore une fois, beaucoup parmi les plus pauvres – relativement à ce qu’ils ont besoin d’acheter en réalité – n’apparaîtront pas comme pauvres dans les statistiques de la Banque mondiale.

38Le problème est plus grave encore lorsque plusieurs pays entrent dans le calcul. Les PPA bilatérales calculées sans comparaison avec les autres pays ne satisfont pas la condition de transitivité, c’est-à-dire la condition suivante :

Pour tout pays A, B ou C : PPA (A, B) x PPA (B, C) = PPA (A, C).

39La condition de transitivité n’est pas vérifiée, car la partie gauche de l’équation est fortement influencée par le profil de consommation du pays B, tandis que la partie droite ne l’est pas. Il est pourtant fortement souhaitable que la PPA soit transitive afin de s’assurer que le calcul de la PPA soit cohérent avec le choix du pays de base. Autrement, la relation entre le seuil de pauvreté de deux pays changera en fonction du choix de la devise de conversion et par rapport à laquelle il est comparé. Afin de garantir la transitivité, il est d’usage d’inclure dans le calcul des PPA une étape finale qui ajuste toutes les PPA bilatérales les unes aux autres. Cette dernière étape fait que la PPA de chaque devise locale se retrouve affectée par les prix et les profils de consommation, non seulement de son pays et des États-Unis (qui sert de pays de base), mais également de tous les autres pays. Ainsi, dans la méthode de la Banque mondiale, le classement de chaque personne comme pauvre ou non pauvre est influencé non seulement par l’argent qu’elle possède et les prix auxquels elle achète, mais également par les prix et les profils de consommation de tous les pays qui sont inclus dans le calcul de la PPA.

  • 16 Cela est également proposé dans Deaton et Dupriez (2009). Les auteurs choisissent la roupie comme d (...)

40Le fait que les calculs de la PPA dépendent des profils de consommation de tous les autres pays et de prix de biens qui sont sans rapport avec l’évitement de la pauvreté fausse le travail de mesure de la pauvreté de la Banque mondiale. Ce biais pourrait être réduit si les pays riches étaient exclus du calcul de la PPA. Pour calculer le nombre de pauvres, la Banque se concentre uniquement sur les pays les moins développés, en faisant l’hypothèse réaliste qu’aucune personne dans un pays riche ne vit avec moins d’1,25 dollar en PPA de 2005 par jour. Mais la Banque inclut pourtant les pays riches dans son calcul de la PPA, permettant ainsi aux prix des biens de première nécessité d’être noyés au milieu des biens non essentiels et des services qui ont une place beaucoup plus importante dans la consommation des pays riches que dans celle des pays pauvres. La Banque ferait ainsi mieux d’exclure également les pays riches de son calcul de la PPA, et d’utiliser la devise d’un pays en voie de développement comme base plutôt que le dollar, même si une telle modification ne pourrait que réduire et non éliminer complètement l’erreur16.

41Le cinquième problème de la méthode de la Banque mondiale est donc qu’elle utilise une base d’informations beaucoup trop vaste. Pour établir si une personne est pauvre ou non, la Banque prend en compte, à juste titre, les prix locaux des biens de première nécessité : nourriture, abris, eau, vêtement, services collectifs et soin médical de base. Mais elle marginalise ces informations en intégrant beaucoup trop d’informations qui ne sont pas pertinentes : le prix local des autres biens, le prix des autres biens dans d’autres pays, et le profil national de consommation des autres pays. En intégrant toutes ces informations au travers des conversions des IPC et PPA, la Banque déforme la représentation que nous avons de la pauvreté mondiale, sans que celle-ci ait été vraiment analysée.

  • 17 Ces deux PPA, chacune exprimée dans l’équivalent, en devise locale, d’1 dollar, sont présentées côt (...)

42On peut exposer un aspect important de cette déformation en comparant la PPA 2005 pour les « dépenses de consommation individuelle par foyer », telles qu’elles figurent dans le calcul de la pauvreté par la Banque mondiale, et l’indicateur plus étroit de PPA 2005 pour « la nourriture et les boissons non alcoolisés »17.

  • 18 N.d.t. Le texte original présente un tableau avec les chiffres pour un grand nombre de pays. Ces do (...)

43Le prix de la nourriture et des boissons non alcoolisés est plus élevé que le prix des « dépenses de consommation individuelle par foyer » dans l’ensemble des 88 pays au monde qui ont une incidence élevée de la pauvreté, une différence de 50 % en moyenne18. Cela signifie que les foyers vivant en 2005 avec ce que la Banque mondiale considère comme équivalent à 1,25 dollar par jour pourraient – s’ils concentrent uniquement leurs dépenses sur la nourriture – acheter autant de nourriture que ce qui pourrait être acheté aux États-Unis avec 0,84 dollar par personne et par jour. Cette différence est particulièrement importante dans les pays (principalement africains) qui comptent la plus forte proportion de pauvres. Dans le cas du Nigeria par exemple, 78,58 nairas sont censés avoir le même pouvoir d’achat qu’1 dollar aux États-Unis en 2005. Mais, la même année, 159,02 nairas sont en réalité nécessaires pour avoir le même pouvoir d’achat de nourriture qu’1 dollar aux États-Unis. Pour les prix de la nourriture, la PPA de la consommation individuelle du Nigeria surestime donc le pouvoir d’achat du naira nigérian par un facteur de 2,024, c’est-à-dire de 102 %.

44La différence constatée entre les types de biens s’explique par le fait bien connu que les différences internationales sur le prix d’un bien se réduisent d’autant plus que ce bien est échangeable sur le marché international. Lorsqu’un bien peut être facilement échangé par-delà les frontières, son prix à un taux de change donné tend à être le même partout – si le prix est plus (ou moins) élevé à un endroit, l’offre tend à se rapprocher (ou à s’éloigner) de cet endroit. Si tous les biens étaient parfaitement échangeables, alors la PPA serait proche du taux de change qui prévaut entre deux pays. Le fait que les PPA des pays pauvres diffèrent de leur taux de change – souvent par un facteur de trois ou plus – est dû à la différence dans les prix de biens qui, comme la terre, ne peuvent s’échanger entre pays, ou qui, comme les services, ne peuvent traverser les frontières qu’en petite quantité et à un coût élevé. En tenant compte des prix de tous les biens consommés par les foyers, échangeables et non échangeables, on peut s’attendre à ce que les PPA des pays pauvres surestiment les prix des biens non échangeables par rapport à ceux des biens échangeables comme la nourriture.

45Nous avons vu que l’IPC et la PPA prennent mal en compte les biens dont les personnes pauvres ont besoin et que les PPA surestiment en outre systématiquement les possibilités de consommation des aliments de base par les personnes pauvres. Des comparaisons plausibles dans le temps et l’espace ne peuvent donc pas être établies si l’on utilise l’IPC et la PPA pour convertir une somme, quels qu’en soient l’année et la devise, en étalon commun du SPI.

466. La meilleure preuve que l’on peut sans doute avancer contre une méthodologie est que son application peut engendrer des résultats radicalement divergents. Les deux notions d’équivalence invoquées dans les calculs de l’ICP et la PPA reposent sur des profils de dépenses très différents (nationaux et internationaux). En conséquence, la comparaison de deux montants selon les années et les pays varie avec l’année de base choisie pour la conversion de la PPA. Par exemple, on peut utiliser l’IPC de deux pays pour convertir en montants de 1993 et ensuite les comparer avec leur PPA de 1993, ou on peut faire la même opération pour une autre année. On peut alors obtenir autant de résultats différents qu’il y a d’années de base possibles.

  • 19 On se souvient de la lithographie Montée et descente de Maurits Cornelis Escher datant de 1960 [en (...)

47Une façon simple de présenter le problème est de prendre une somme exprimée en une devise nationale – en yuan chinois de 1993 par exemple – et de la soumettre à une série de conversions : la convertir en taka du Bangladesh avec la PPA 1993, puis en taka de 1985 à l’aide de l’IPC du Bangladesh, puis en yuan de 1985 avec la PPA et enfin, à nouveau, en yuan de 1993 avec l’IPC de la Chine. Le résultat final de cette série de conversions est très différent du montant initial : 31 % plus élevé avec cet exemple (Reddy et Pogge, 2010, Tableau 3.1)19. La raison d’une telle différence est que les conversions avec l’IPC ou la PPA reposent sur des notions très différentes de l’équivalence des pouvoirs d’achat, fondée sur des profils de consommation différents. La comparaison entre une somme en yuan de 1993 et une somme en taka de 1985 variera selon qu’elle est effectuée par la PPA 1993 puis l’IPC du Bangladesh ou par la PPA 1985 et l’IPC de la Chine. Utiliser 1993 plutôt que 1985 comme année de base augmente tous les montants chinois (prix, revenus, etc.), pour toutes les années, de 31 % par rapport aux montants bangladais des mêmes années.

48Le choix de l’année de base a donc un impact très important sur la position relative du seuil de pauvreté de chaque pays, souvent bien supérieur à 31 % (ibid.). Condamné à être arbitraire, le choix de l’année de base par la Banque change la catégorisation – pauvre ou non pauvre – de centaines de millions de personnes, bien que certains de ces effets s’annulent évidemment entre eux puisque la pauvreté est ainsi déplacée d’un continent ou d’un pays à l’autre.

497. Spontanément, on qualifie les individus de pauvres et on détermine leur niveau de pauvreté selon qu’ils ont accès ou non aux biens et aux services requis pour satisfaire à leurs besoins de base dans leur environnement naturel et social, au prix d’une quantité de travail raisonnable. Pour déterminer cette capacité, il faut connaître les besoins spécifiques à chaque âge et les facteurs environnementaux pertinents (comme le climat, les maladies) qui déterminent les conditions alimentaires et non alimentaires requises pour répondre à ces besoins, ce que coûte le moyen le plus abordable d’y satisfaire sans heurter les mœurs culturelles et la quantité de travail nécessaire pour avoir accès à ces biens et à ces services indispensables.

  • 20 Une autre raison empirique de remettre en question l’optimisme de la Banque mondiale sur le déclin (...)

50La méthode qui permet à la Banque mondiale d’observer le niveau de pauvreté fonde ses résultats binaires (pauvres / non pauvres) sur le montant de consommation d’un foyer divisé par le nombre de personnes qu’il compte. Elle ne prend pas en compte la composition du foyer (en âge et en sexe), sa répartition interne, le travail nécessaire, la culture et d’autres facteurs environnementaux. Et elle marginalise les prix locaux des biens nécessaires en les noyant dans une masse d’informations inutiles : sur le prix de marchandises qui n’ont aucune pertinence pour la lutte contre la pauvreté, sur le coût de toutes les marchandises dans les autres pays et pour toutes les années, sur la part de dépenses que chaque population du monde alloue à certaines marchandises. Il y a de bonnes raisons de douter que cette méthode soit fiable pour identifier les pauvres, mesurer leur niveau de pauvreté ou révéler si la pauvreté mondiale décline et, si c’est le cas, dans quelle proportion20.

51Étant donné l’importance politique croissante de la mesure, de l’évolution et de la féminisation de la pauvreté à la suite de l’OMD-1, et les débats passionnés sur la mondialisation prônée par l’OMC, il est grand temps de définir et d’éprouver une approche alternative qui ferait appel à une base d’informations solide et qui combinerait ces données de façon convaincante. Les résultats précieux d’une telle approche ne fourniraient pas seulement une vision plus complète de la pauvreté mondiale et de son évolution mais enrichiraient nos connaissances empiriques sur le sujet et nous permettraient de nous y attaquer plus efficacement.

Utiliser l’indice de développement humain (IDH) pour mesurer le développement et l’indice sexospécifique de développement humain (ISDH) pour mesurer l’inégalité entre les sexes

  • 21 On calcule E à partir de deux facteurs, le taux d’alphabétisation de la population adulte (compte p (...)

52L’IDH du Programme des Nations unies pour le développement (PNUD) vise à évaluer le niveau de développement dont jouit une population. Pour le calculer, on fait la moyenne pondérée de trois indicateurs, chacun étant normalisé sur une échelle de 0 à 1 : l’espérance de vie à la naissance nationale (L), l’éducation (E)21 et le PIB par habitant (P). Chaque pays (c) reçoit un score pour chacune des trois variables et l’IDH total est la moyenne des trois. En voici la simple équation :

IDHc = (Lc + Ec + Pc) / 3

  • 22 La moyenne harmonique de deux nombres, disons a et b, équivaut à 2 / (1/a + 1/b). La moyenne harmon (...)

53L’ISDH utilise les trois mêmes indicateurs. La seule différence, c’est qu’ils sont calculés d’une façon un peu plus complexe. On divise d’abord la population en deux sous-populations : les hommes et les femmes. On mesure les trois indicateurs séparément pour chacune d’entre elles comme on le faisait pour l’ensemble de la population pour calculer l’IDH. L’ISDH utilise donc, pour chaque élément, la moyenne harmonique pondérée des résultats obtenus par les hommes et par les femmes. Plus ils sont inégaux, plus la moyenne harmonique chute en dessous de la moyenne arithmétique et impose une pénalité en raison de la disparité entre les sexes22.

  • 23 Si la population n’est pas composée d’une moitié d’hommes et d’une moitié de femmes, le calcul devi (...)

54Prenons l’exemple d’un pays dont l’indicateur d’éducation s’élève à 0,6. On introduit directement cette valeur dans le calcul de l’IDH. Pour calculer l’ISDH, en revanche, on examine les résultats des deux sexes séparément. Supposons que les hommes et les femmes constituent chacun 50 % de la population et que leur score en matière d’éducation corresponde respectivement à 0,3 et 0,9. Dans ce cas, l’ISDH fait la moyenne harmonique pondérée de ces deux valeurs pour calculer le niveau d’éducation de la population, ce qui fait 0,45. Dans ce domaine, le résultat de l’ISDH est de 0,15 en dessous de celui de l’IDH et cet écart pénalise l’inégalité entre les sexes23.

  • 24 Un numéro spécial (Klasen, 2006a) offre une discussion féconde de certaines des critiques qui suive (...)

55Ces deux méthodes sont utiles, car elles complètent le revenu par d’autres facteurs. Mais la façon dont on les choisit et dont on les agrège (leur normalisation et leur poids relatif) reste plutôt arbitraire. En évaluant la contribution de l’espérance de vie, de l’éducation et du revenu dans le développement d’une société, ces indices ont une implication sur la façon dont les années de vie, les gains éducatifs et l’argent sont liés entre eux. Mais il n’y a pas d’analyse ou d’examen plus poussés de ces corrélations. De plus, l’IDH et l’ISDH présentent de graves défauts, dont il va maintenant être question24.

561. Le premier problème et le plus général, c’est qu’ils se concentrent sur les pays et se présentent comme des indicateurs de réussite pour les pays. C’est un pas en arrière par rapport aux mesures de la Banque mondiale qui comptent le nombre de pauvres dans le monde (même s’ils fournissent également un décompte par pays et par région). Choisir cette échelle revient à considérer que c’est l’appauvrissement des individus qui compte et que la responsabilité d’éviter une telle pauvreté incombe au monde entier. L’IDH et l’ISDH s’intéressent, au contraire, au classement des pays et conforte l’idée courante et très appréciée parmi les pays riches selon laquelle les pays pauvres sont responsables de leur propre sous-développement.

  • 25 Remarquons qu’en ce qui concerne l’espérance de vie, l’ISDH considère que l’égalité entre les sexes (...)

572. Pour le premier et le troisième indicateur, c’est-à-dire deux indices sur trois, le curseur s’éloigne clairement de l’individu. On fait simplement la moyenne parmi une population, ou une sous-population masculine et féminine, pour obtenir l’espérance de vie et on rejette l’idée que des informations sur sa répartition puissent être pertinentes. C’est pourtant difficile à croire tant toute conception moralement acceptable du développement devrait prendre en compte les inégalités d’espérance de vie non seulement entre hommes et femmes, mais entre les individus plus généralement. On ne peut donc pas se féliciter d’une augmentation globale de l’espérance de vie dans une société comme d’un progrès vers le développement quand elle s’explique par le gain de quelques années pour une population riche au-dessus de 80 ans, qui l’emporte légèrement sur la perte de quelques années pour une population pauvre en dessous de 50 ans25.

58Ce raisonnement s’applique encore plus clairement au dernier indicateur, parce que les inégalités qui ne sont pas comptabilisées par les deux indices sont encore plus grandes pour le revenu que pour l’espérance de vie. L’IDH utilise le PIB par habitant, qui résulte d’une moyenne de l’ensemble du pays, tandis que l’ISDH divise le PIB (en proportion des parts de PIB pour les hommes et les femmes) pour calculer séparément un PIB masculin et féminin. Ils ignorent totalement les inégalités à l’intérieur de la population ou de la sous-population. L’IDH ne voit aucune différence de développement entre une société dans laquelle une élite concentre tous les revenus en laissant la majorité de la population dans une pauvreté désastreuse et une société au PIB par habitant identique, mais dont les revenus seraient largement distribués pour que personne ne souffre d’une pauvreté sévère. Pour une hausse du PIB par habitant donnée, l’IDH considère qu’elle contribue de la même façon au développement, que la majorité la plus pauvre de la population gagne ou perde du terrain.

59De la même façon, ce qui importe pour l’ISDH, c’est le revenu moyen des femmes relativement à celui des hommes. Peu importe que l’inégalité de revenus entre les sexes soit due au salaire exorbitant d’une poignée de femmes en haut de l’échelle sociale ou aux opportunités de travail dont jouissent des femmes issues de toutes les strates de la société ainsi qu’à l’équilibre entre leurs salaires et celui de leurs homologues masculins.

60Il est moralement invraisemblable de négliger totalement cette répartition. Et, ce qui est plus grave encore, cela crée des effets pervers. Quand les responsables politiques veulent améliorer l’IDH de leur pays, ils vont chercher à accroître le PIB sans regarder si le revenu supplémentaire profite aux riches ou aux pauvres. Ils peuvent bien prendre exemple sur l’Angola, qui a réalisé une forte hausse de son PIB par habitant entre 2001 et 2007 grâce à l’augmentation de la production et des prix du pétrole brut, sans s’inquiéter de voir ce revenu additionnel perçu par des étrangers ou détourné par un petit clan au pouvoir. De la même façon, dans la mesure où ils cherchent à réduire la pénalité de disparité entre les sexes dans leur pays, ils essayeront d’incliner la répartition des revenus en faveur des femmes, sans chercher à savoir si ce sont des femmes riches ou pauvres qui en profitent. L’ISDH encourage donc de tels dirigeants à gonfler le chiffre de leur pays en doublant le salaire de 10 000 femmes cadres jusqu’à 200 000 dollars si cela leur est légèrement plus facile que de doubler le salaire d’un million de domestiques pour élever le salaire de ces femmes à 2 000 dollars. Cet indice incite à doubler le salaire d’une femme riche en l’augmentant de 100 000 dollars plutôt que de doubler celui de femmes pauvres, alors même qu’il y a beaucoup plus d’enjeux pour elles, en termes de besoins humains comme de désavantages liés à leur condition de femmes.

Tableau 4 : l’ISDH échoue à rendre compte de disparités importantes entre les sexes qui affectent la plupart des femmes

Premier scenario Second scenario
Femme (moy.) Homme (moy.) Part du revenu gagné par les femmes Femme (moy.) Homme (moy.) Part du revenu gagné par les femmes
0 43 0 Décile 1 44 43 0,506
0 96 0 Décile 2 99 96 0,508
13 148 0,081 Décile 3 147 148 0,498
77 202 0,276 Décile 4 204 202 0,503
129 294 0,305 Décile 5 292 294 0,498
189 383 0,330 Décile 6 385 383 0,501
288 519 0,357 Décile 7 520 519 0,501
449 731 0,381 Décile 8 711 731 0,493
979 1293 0,431 Décile 9 1192 1293 0,480
6180 6441 0,490 Décile 10 4710 6441 0,422
830 1015 0,45 MOYENNE 830 1015 0,45

61Les données du tableau 4 illustrent deux scénarios hypothétiques qui entraînent les mêmes pénalités de disparités entre les sexes selon l’ISDH. Si on regarde le rapport entre les salaires des hommes et ceux des femmes décile par décile, on remarque que le premier scénario comporte des désavantages importants pour une grande majorité de femmes, alors que dans le second scénario, ils sont moins importants et ne touchent qu’une minorité de femmes au sommet de l’échelle socio-économique. À première vue, la disparité entre les sexes paraît clairement bien pire dans le premier scénario. L’ISDH leur donne pourtant le même classement et amène alors les responsables politiques à préférer celui-ci, même s’il n’est que très légèrement moins coûteux à réaliser que le second. C’est parce que l’ISDH donne un poids égal à toutes les unités de revenu plutôt qu’à chaque femme prise individuellement qu’on en arrive à une conclusion aussi absurde. Implicitement, l’indice accorde donc plus d’importance aux désavantages et aux gains en pourcentage qui affectent les revenus des femmes riches qu’à ceux qui affectent celui des femmes pauvres.

623. La façon dont ces indices agrègent des informations pour obtenir un seul et même chiffre révèle le même désintérêt pour les individus. Ils rassemblent en effet les informations relatives à chacun des trois indicateurs pour une population, pour ensuite faire la moyenne de ces trois résultats. Ils ne prennent donc pas en compte la corrélation entre les différents aspects de la misère. C’est irrecevable, car lorsque quelqu’un souffre de diverses privations cumulées, c’est plus grave moralement, et elles s’aggravent l’une l’autre plutôt que de s’atténuer entre elles.

63L’ISDH hérite de ces problèmes. Il en soulève un autre en laissant de côté les effets mutuels des disparités entre les sexes. Il calcule en effet la pénalité pour chaque indicateur pris séparément, puis les additionne simplement sans se demander si les femmes subissent des préjudices dans les trois domaines ou si, par exemple, l’un des deux sexes est défavorisé dans deux d’entre eux et l’autre sexe dans le troisième.

64Pour promouvoir le développement, les gouvernements, les agences internationales et les ONG devraient, toutes choses étant égales par ailleurs, donner priorité à ceux qui en ont le plus besoin. Mais pour parvenir à les identifier, tout indice multidimensionnel devrait procéder dans l’ordre inverse : agréger les données d’abord pour un individu en recoupant les indicateurs, puis agréger ces résultats à l’échelle de la population.

Vers de nouveaux indices de développement, de pauvreté et de disparité entre les sexes

65Aujourd’hui, ces trois indices souffrent au moins d’un des défauts suivants :

661) L’absence de tout raisonnement moral, ce qui induit le choix de certains aspects du développement ou de la disparité entre les sexes aux dépens d’autres éléments, sans que rien justifie de leur accorder une plus grande valeur substantielle ou instrumentale ;

672) Une fausse universalité : l’accent mis sur les privations qui, comme le faible revenu, affectent indifféremment tout le monde, s’accompagnant d’un relatif désintérêt pour celles qui affectent chaque individu de façon différenciée en fonction de son sexe, de son âge et de son environnement ;

683) Une partialité en faveur des plus riches, qui se manifeste par :

    • 26 Je fais ici une allusion à l’indice de la participation des femmes (IPF) créé par le PNUD, que je n (...)

    l’intérêt pour des indicateurs qui concernent principalement les plus privilégiés, comme la part de femmes au Parlement26 ou dans l’enseignement supérieur, facteurs importants mais moins essentiels que des obstacles beaucoup plus importants pour un très grand nombre de femmes et de jeunes filles ;

  • les calculs irrecevables qui laissent par exemple de côté la corrélation entre plusieurs formes de privation, ou qui comparent la somme des revenus des hommes et des femmes, ce qui donne ainsi implicitement plus de poids aux inégalités entre les plus hauts revenus ;

694) L’absence de cohérence, lorsqu’on présente plusieurs indices partiels les uns à côté des autres sans fournir aucune indication sur la façon de résoudre les contradictions qui peuvent exister entre eux concernant les programmes et les politiques à adopter préférentiellement.

70Parce que ces indices défaillants induisent les responsables politiques en erreur et produisent des effets pervers, il est essentiel d’envisager la possibilité d’en construire de meilleurs. C’est l’objectif d’un projet de recherche que j’ai commencé à mener avec un groupe de chercheurs (dont fait partie Alison Jaggar) et des ONG.

71Nous partons de deux grandes idées constructives à cet égard. Tout d’abord, traiter correctement des problèmes distributifs requiert de mesurer globalement la misère individuelle. Un indice est censé fournir une synthèse d’informations sur un groupe. Pour ce faire, il doit mesurer comment se porte chacun de ses membres. Il y parvient beaucoup mieux lorsqu’il rassemble les résultats pour chaque individu en dernier, après avoir évalué séparément l’ensemble des aspects pertinents de la situation d’une personne. En effet, la signification des paramètres de cette situation dépend de l’âge et du sexe, et ceux-ci sont étroitement liés. Si c’est la vie individuelle qui prime au bout du compte, nous devons nous occuper de ces interdépendances. Un indice de développement acceptable doit par exemple savoir si des progrès d’alphabétisation affectent des propriétaires terriens ou des sans-terre, si l’amélioration des soins de santé profite à des enfants ou à des personnes âgées, si ce sont plutôt des étudiants privilégiés ou les enfants des bidonvilles qui expliquent une augmentation des inscriptions à l’université, si l’allongement de l’espérance de vie concerne l’élite ou les plus marginaux, si l’amélioration de la sécurité physique bénéficie aux hommes ou aux femmes.

  • 27 Les quantiles sont des segments d’une population, de taille égale mais non déterminée, dont les mem (...)

72La seconde idée, c’est que les informations recueillies pour décrire globalement la misère individuelle, fondées sur une conception raisonnable des capacités ou des besoins humains fondamentaux, peuvent être agrégées de différentes manières selon les études. La pauvreté d’une population, ou son niveau de développement, peut alors être définie comme le niveau moyen de pauvreté individuelle. Et on peut définir l’inégalité entre les sexes à l’intérieur d’un groupe comme la différence moyenne entre les différents quantiles de la population (à partir de la moyenne du rapport homme/femme calculé pour chacun d’entre eux)27. Ces idées ne sont bien sûr que des remarques préliminaires et rudimentaires. Mais elles montrent au moins, dans les grandes lignes, comment l’on peut créer des indices meilleurs, qui permettraient d’asseoir des jugements crédibles sur la question de savoir, par exemple, si la mondialisation de l’OMC a encouragé le développement ou si elle a alimenté la féminisation de la pauvreté.

Glossaire

  • PNUD : programme des Nations unies pour le développement
  • IDH : indice de développement humain
  • ISDH : indice sexospécifique de développement humain
  • OMD : objectifs du millénaire pour le développement
  • OMD-1 : premier objectif des OMD
  • SMA : sommet mondial de l’alimentation
  • SPI : seuil de pauvreté international
  • IPC : indice des prix à la consommation
  • PPA : parité de pouvoir d’achat
Haut de page

Bibliographie

Banque mondiale, 2008, Global Purchasing Power Parities and Real Expenditures : 2005 International Comparison Program, Washington D.C.

CHEN Shaohua et RAVALLION Martin, 2001, « How did the world’s poorest fare in the 1990s ? », Review of Income and Wealth, vol. 47, no 3, p. 283-300.

— 2008, « The developing world is poorer than we thought, but no less successful in the fight against poverty », World Bank Policy Research Working Paper WPS, no 4703, Washington DC, The World Bank.

DATT Gaura, RAVALLION Martin et Van de Walle Dominique, 1991, « Quantifying absolute poverty in the developing world », Review of Income and Wealth, no 37, p. 345-361.

DEATON Angus et DUPRIEZ Olivier, 2009, « Global poverty and global price indices », mimeo, Princeton University.

DIJKSTRA Geske, 2006, « Towards a fresh start in measuring gender equality : a contribution to the debate », Journal of Human Development, vol. 7, p. 275-283.

FAO, 1996, Déclaration de Rome [en ligne], Sommet mondial de l’alimentation, [URL : http://www.fao.org/docrep/003/w3548f/w3548f00.htm], consulté le 20 mars 2013.

HARRISON Mark, 1988, « Resource mobilization for World War II : The U.S.A., U.K., U.S.S.R., and Germany, 1938-1945 », Economic History Review, vol. 41, p. 171-192.

KLASEN Stephan, 2006a, « Special issue », Journal of Human Development, no 7.

— 2006b, « UNDP’s gender-related measures : some conceptual problems and possible solutions », Journal of Human Development, vol. 7, p. 243-274.

OKIN Susan M., 2003, « Poverty, well-being, and gender : what counts, who’s heard ? », Philosophy and Public Affairs, vol. 31, no 3, p. 280-316.

OMS, 2008, Global Burden of Disease : 2004 Update [en ligne], Genève, [URL : http://www.who.int/healthinfo/global_burden_disease/2004_report_update/en/index.html], consulté le 20 mars 2013.

ONU, 2000, Déclaration du millénaire des Nations unies [en ligne], New York, [URL : http://www.un.org/french/millenaire/ares552f.htm], consulté le 20 mars 2013.

— 2002, Implementation of the United Nations Millennium Declaration : Report of the Secretary-General (A/57/270, July 31, 2002) [en ligne], [URL : http://www.un.org/millenniumgoals/sgreport2002.pdf], consulté le 20 mars 2013.

— 2007, Perspectives de la population mondiale : révision de 2006 [en ligne], New York, [URL : http://www.un.org/esa/population/publications/wpp2006/French.pdf], consulté le 20 mars 2013.

POGGE Thomas, 2002, World Poverty and Human Rights, Cambridge, Polity Press.

PNUD, 1995, Rapport mondial sur le développement humain [en ligne], New York, [URL : http://hdr.undp.org/fr/rapports/mondial/rdh1995/chapitres/francais/], consulté le 20 mars 2013.

— 2008, The Millennium Development Goals Report [en ligne], New York, [URL : http://www.un.org/millenniumgoals/pdf/The Millennium Development Goals Report 2008.pdf], consulté le 20 mars 2013.

REDDY Sanjay et POGGE Thomas, 2010, « How not to count the poor », Debates in the Measurement of Global Poverty, S. Anand, P. Segal et J. Stiglitz éd., Oxford, Oxford University Press.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. La traductrice tient à remercier Barbara Turquier pour sa relecture et ses nombreuses remarques ainsi qu’Éric Monnet pour la traduction de certains passages d’économie.

2 Recherche financée, notamment, par l’Australian Research Council, Oxfam et l’International Women’s Development Agency.

3 Par « mondialisation prônée par l’OMC », j’entends le genre de mondialisation que les États-Unis ont promue depuis environ trente ans et qui se manifeste très clairement dans la politique de l’OMC. Dans les débats qui opposent les partisans et les opposants à la mondialisation, il faut garder à l’esprit qu’elle aurait pu être conçue très différemment et qu’elle pourrait encore être substantivement restructurée aujourd’hui.

4 Un commentaire détaillé de l’indice de la pauvreté humaine (IPH) et de l’indice de la participation des femmes (IPF) créés par le PNUD aurait été pertinent dans ce travail mais je les ai laissés de côté pour des raisons de place, j’espère toutefois le développer ailleurs.

5 Certains doivent penser que la promesse du Roosevelt fictif aurait été bien pire parce que le mal en question enfreignait activement des devoirs négatifs. Mais ce sont les Allemands et leurs alliés qui l’infligeaient activement, sans l’implication des États-Unis. Ne pas intervenir ne leur faisait manquer à aucun devoir négatif. Ils ont en revanche activement conçu et continuent à défendre, en accord avec les autres pays riches, des institutions internationales qui aggravent très vraisemblablement la pauvreté mondiale (Pogge, 2002). Le vrai Roosevelt s’est engagé non seulement à contrer la menace nazie, mais également à éradiquer la pauvreté mondiale. Dans son Discours sur l’état de l’Union du 6 janvier 1941, il énonçait les principes directeurs pour dessiner les contours d’un monde postfasciste à la portée « de notre temps et de notre génération » dans ces termes : « être libéré du besoin – ce qui, sur le plan mondial, suppose des accords économiques susceptibles d’assurer à chaque nation une vie saine en temps de paix pour ses habitants – partout dans le monde ».

6 Dix-neuf réductions consécutives de 3,58 % abaissent la quantité initiale de moitié (1 – 0,0358)19 = 0,5.

7 Quinze réductions consécutives de 3,35 % abaissent la quantifié initiale de 40 % : (1 – 0,0335)15 = 0,6.

8 Selon la Division de la population des Nations unies.

9 Vingt-cinq réductions consécutives de 1,25 % abaissent la quantité initiale de 27 % : (1 – 0,0125)25 = 0,73.

10 PPP (PPA en français) signifie la parité de pouvoir d’achat et 1,25 dollar en PPA de 2005 correspond au pouvoir d’achat que procurait 1,25 dollar aux États-Unis en 2005.

11 Un signe négatif dans une case indique que le nombre de pauvres a diminué durant la période indiquée par la colonne correspondante et selon le seuil fixé par la ligne correspondante.

12 Shaohua Chen et Martin Ravallion utilisent en fait 32,74 dollars en PPA de 1993 par personne et par mois.

13 Même 2,50 dollars en PPA de 2005 par jour, c’est-à-dire plus ou moins 1 012 dollars par an en 2009, est une somme d’argent dérisoire, bien inférieure à ce dont une personne a besoin pour satisfaire ses besoins les plus élémentaires aux États-Unis. Pour une estimation de ce que coûte une alimentation adaptée d’un point de vue nutritionnel aux États-Unis pour un usage à court terme ou dans l’urgence, voir [en ligne] [URL : http://www.cnpp.usda.gov/usdafoodcost-home.htm], consulté le 20 mars 2013.

14 On trouve ces chiffres dans Chen et Ravallion (2008, p. 27 et p. 42-46).

15 Ces informations sont disponibles sur le site [en ligne] [URL : www.cdi.org/PDFs/DM-MarchApril08.pdf], consulté le 20 mars 2013.

16 Cela est également proposé dans Deaton et Dupriez (2009). Les auteurs choisissent la roupie comme devise de base.

17 Ces deux PPA, chacune exprimée dans l’équivalent, en devise locale, d’1 dollar, sont présentées côte à côte dans Banque mondiale (2008, Tableau 1, p. 28-37).

18 N.d.t. Le texte original présente un tableau avec les chiffres pour un grand nombre de pays. Ces données proviennent d’un rapport de la Banque mondiale intitulé Global Purchasing Power Parities and Real Expenditures : 2005 International Comparison Program [en ligne], [URL : http://siteresources.worldbank.org/ICPINT/Resources/icp-final.pdf], consulté le 20 mars 2013.

19 On se souvient de la lithographie Montée et descente de Maurits Cornelis Escher datant de 1960 [en ligne], [URL : http://en.wikipedia.org/wiki/Ascending_and_Descending], consulté le 20 mars 2013.

20 Une autre raison empirique de remettre en question l’optimisme de la Banque mondiale sur le déclin de la pauvreté provient de l’évolution du nombre de personnes qui souffrent de sous-alimentation chronique, qu’a enregistré l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture. Ce chiffre, qui s’élevait à « plus de 800 millions » selon la Déclaration de Rome, a récemment dépassé la barre du milliard pour la première fois dans l’histoire humaine ; voir « 1,02 milliard d’êtres humains souffrent de la faim » [en ligne], 19 juin 2009, [URL : http://www.fao.org/news/story/fr/item/20690/icode/], consulté le 20 mars 2013. Le nombre de ceux qui en sont ponctuellement victimes est substantiellement plus élevé. La réduction de la faim est la deuxième cible de l’OMD-1.

21 On calcule E à partir de deux facteurs, le taux d’alphabétisation de la population adulte (compte pour deux tiers) et le taux de scolarisation dans le primaire, le secondaire et le supérieur (compte pour un tiers). Des notes techniques expliquent comment calculer ces indices dans les rapports du PNUD [en ligne], [URL : http://hdr.undp.org/fr/statistiques/idh/], consulté le 20 mars 2013.N.d.t. Les composantes de l’IDH ont changé depuis 2009 et peuvent être ajustées selon les pays. Voir [en ligne] [URL : http://hdr.undp.org/fr/statistiques/idh/], consulté le 20 mars 2013.

22 La moyenne harmonique de deux nombres, disons a et b, équivaut à 2 / (1/a + 1/b). La moyenne harmonique de 6 et 12 est donc égale à 2 / (1/6 + 1/12) = 8.

23 Si la population n’est pas composée d’une moitié d’hommes et d’une moitié de femmes, le calcul devient un peu plus complexe. Chaque ISDH est alors calculé par la moyenne harmonique pondérée des sous-scores pour les hommes et les femmes séparément, et le score de l’IDH serait la moyenne arithmétique pondérée de ces deux scores.

24 Un numéro spécial (Klasen, 2006a) offre une discussion féconde de certaines des critiques qui suivent, et d’autres encore.

25 Remarquons qu’en ce qui concerne l’espérance de vie, l’ISDH considère que l’égalité entre les sexes est réalisée lorsque l’espérance de vie des femmes est de cinq ans supérieure à celle des hommes. Cela pénalise donc une société dans laquelle elle serait de 26 ans pour les hommes et de 30 ans pour les femmes, car cela désavantagerait ces dernières. L’ISDH encourage alors une telle société à transférer les ressources des hommes aux femmes afin d’approcher ce différentiel idéal de cinq ans. Sen n’a pas expliqué en quoi cela s’accordait avec son approche par les capacités, selon laquelle l’égalité suppose que ceux qui sont les moins bien dotés par la nature reçoivent des ressources supplémentaires pour atteindre le même niveau de liberté d’action. Pour une analyse de ce sujet, voir Klasen (2006b) et Dijkstra (2006).

26 Je fais ici une allusion à l’indice de la participation des femmes (IPF) créé par le PNUD, que je ne développe pas pour des raisons de place.

27 Les quantiles sont des segments d’une population, de taille égale mais non déterminée, dont les membres sont ordonnés par des mesures ou d’autres caractéristiques. Ces segments peuvent être des centiles, des déciles, des quintiles, dont chacun représente respectivement un centième, un dixième, un cinquième de cette population.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thomas Pogge, « Comment développer des indices moralement convaincants pour mesurer la pauvreté et l’égalité des sexes ? Un programme de recherche », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 29 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/5755 ; DOI : 10.4000/traces.5755

Haut de page

Auteur

Thomas Pogge

Professeur de philosophie et d’affaires internationales à l’Université de Yale et directeur du Global Justice Program

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page