Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traduction

La critique des indices de pauvreté par Thomas Pogge

Mathilde Unger
p. 191-199

Texte intégral

Vers des indices multidimensionnels

1L’effervescence des discussions sur l’économie du développement a depuis longtemps balayé le credo libéral d’une corrélation entre l’ouverture des marchés, la croissance et l’éradication de la pauvreté. L’adoption de l’IDH (indice de développement humain) par les Nations unies en 1990 prenait acte de l’insuffisance du traditionnel calcul des revenus pour traduire l’état d’une société en élaborant un indicateur multidimensionnel, qui visait à « replacer les gens au centre du processus de développement » (PNUD, 1990). Inclure parmi les paramètres pertinents le taux d’alphabétisation ainsi que l’espérance de vie s’imposait à la suite, notamment, des travaux d’Amartya Sen. Ses réflexions théoriques (Sen, 1979) avaient en effet souligné les limites d’une définition utilitariste du bien-être et ses études empiriques sur les famines (Sen, 1981) révélaient que la pauvreté ne pouvait s’expliquer par une seule cause objective (l’absence de nourriture, le faible revenu, l’état de santé) mais qu’il fallait la comprendre comme l’état d’un individu privé de sa liberté d’agir autrement appelée « capabilité » (Sen, 1999). Il s’agissait d’identifier les obstacles (politiques, culturels, informationnels) qui empêchaient un individu singulier d’utiliser les moyens à sa disposition pour se réaliser pleinement, une formulation que l’on retrouve dans la définition par les Nations unies du développement comme « création de capacités personnelles », dont l’amélioration du revenu « n’est jamais qu’une aspiration parmi d’autres » (PNUD, 1990, p. 10).

  • 1 La PPA est la parité de pouvoir d’achat. La PPA (absolue) définit un cours de change entre deux mon (...)

2On peut alors s’étonner de voir, quatre ans plus tard, la Banque mondiale fixer le seuil de pauvreté absolue et universelle à 1 dollar par jour en PPA1 de 1985 (Chen et Ravallion, 2001, p. 285), c’est-à-dire choisir un critère binaire (pauvre / non pauvre), unidimensionnel (le revenu) et numérique (le nombre de pauvres) pour décrire l’état de la pauvreté dans le monde. Au souci de recentrer la théorie sur les individus semblait s’opposer celui d’établir un décompte global, adapté à une économie mondialisée, mais aussi de choisir un seuil international et universellement convertible pour pouvoir comparer les résultats entre les pays et l’évolution des chiffres dans le temps. Les deux exigences, apparemment contradictoires, sont portées par deux institutions dépendantes de l’ONU en charge du développement, dont on peut se dire qu’elles défendent deux modèles divergents, voire concurrents.

  • 2 Il est repris dans le quatrième chapitre d’un recueil plus récent (Pogge, 2010).
  • 3 Pogge est Leitner Professor de philosophie et de relations internationales à l’Université de Yale o (...)
  • 4 Les articles constitutifs du débat sont rassemblés dans un ouvrage collectif (Anand et al. éd., 201 (...)
  • 5 Le PNUD est le Programme des Nations unies pour le développement, réseau mondial créé en 1966 et en (...)

3Dans cet article de 20092, Thomas Pogge, philosophe d’origine allemande aujourd’hui professeur à Yale, prend le parti des indices multidimensionnels et souligne, dans la lignée de Sen, les facteurs déterminants que laisse de côté le calcul par le seuil de pauvreté3. N’est-il pas arbitraire de ne compter comme « pauvres » que les personnes vivant avec moins d’1 dollar par jour (certes représentatif d’un pouvoir d’achat converti dans la devise adéquate), sans se soucier de connaître le climat, l’environnement sanitaire, le coût du travail, les contraintes culturelles et tous les autres paramètres qui déterminent le bénéfice qu’un individu peut effectivement en retirer ? Pogge poursuit en outre une discussion sur la méthode de conversion de ce dollar de référence avec leurs fondateurs à la Banque mondiale4 et s’en prend à l’image univoque et déformée qu’elle donne de la pauvreté. À cet argument classique contre les approches quantitatives, il ajoute une critique plus large qui vaut aussi pour les indicateurs utilisés par le PNUD (l’IDH et l’ISDH)5 et accuse la rhétorique auto-complaisante dont font preuve les Nations unies, les ONG et les gouvernements dans leur lutte contre la pauvreté.

Que cachent les indices de pauvreté ?

4L’originalité de ce texte réside dans la critique systématique des indices de pauvreté, au-delà des oppositions méthodologiques ou institutionnelles traditionnelles. Fidèle aux ambitions de l’ASAP6, l’association pour la recherche académique appliquée à la lutte contre la pauvreté qu’il a créée, Pogge mobilise la philosophie sur ce terrain et entreprend un examen des indices développés par le PNUD et la Banque mondiale. Distinguons, pour ces deux genres d’indices, trois arguments différents qui doivent nous faire douter de leur fiabilité.

  • 7 Les composantes de l’IDH ont changé depuis 2009. La composante « éducation » de l’IDH est maintenan (...)
  • 8 L’IPC est l’indice des prix à la consommation.
  • 9 Le rapport de 2011 sur le développement humain fait état des lacunes dans les comptes nationaux qui (...)

5Premièrement, les indicateurs manquent des informations essentielles pour définir la pauvreté à cause du choix arbitraire des critères (pourquoi mesurer l’alphabétisation7 ? pourquoi s’intéresser au prix de marchandises que ne consomment pas les pauvres ?) et des méthodes de conversion des seuils de référence (par la PPA et l’IPC8). Ils pâtissent également de sources défectueuses (registres nationaux irréguliers, fausses déclarations de revenus9). Deuxièmement, Pogge indique les failles des techniques d’agrégation de ces informations. Les calculs des revenus et de l’I(S)DH prennent le ménage comme première unité de mesure et divisent ensuite le résultat par le nombre de ses membres pour obtenir un résultat per capita. On manque ainsi les inégalités internes et principalement les disparités entre les hommes et les femmes au sein d’un même ménage. Les moyennes arithmétiques souffrent du même défaut pour calculer l’I(S)DH puisqu’elles collectent des informations pour une population sans se soucier de savoir, par exemple, si le revenu national a grimpé parce qu’une poignée de très hauts salaires a triplé ou parce qu’une majorité des salaires moyens a connu une faible augmentation.

6Choisir des informations pour définir les biens pertinents qui définissent l’état des individus et déterminer la règle qui préside à leur répartition sont des questions qui n’ont cessé d’occuper Pogge, ancien étudiant de John Rawls à Harvard. Il reprenait de la Théorie de la justice, l’œuvre majeure de son professeur (Rawls, 1987), l’idée qu’une société juste est une société équitable, régie par deux principes : le premier garantit l’accès égal des individus aux libertés de base et le second n’admet des inégalités sociales qu’à la stricte condition qu’elles profitent aux plus désavantagés. Être fidèle à cet engagement et le « réaliser » pleinement (Pogge, 1989) nécessitait pour Pogge d’actualiser ce dernier principe et de donner priorité aux plus démunis, ce qui se traduisait, en 1989, par une réflexion à l’échelle globale sur l’implication des institutions mondiales dans l’extrême pauvreté (ibid., p. 11 et suiv.). Les relations d’interdépendances qui tenaient autrefois les concitoyens à des devoirs de justice mutuels obligeaient désormais l’ensemble de la communauté internationale, car ses actions avaient des répercussions d’amplitude globale (p. 242). En universalisant le contrat rawlsien, Pogge déplace le problème de la justice vers celui de la pauvreté et axe sa théorie sur l’individu plutôt que sur les institutions (p. 252). « C’est l’appauvrissement des individus qui compte », affirme-t-il, et satisfaire leurs besoins économiques et sociaux élémentaires est le premier droit qu’il faut leur garantir, si bien qu’en vertu d’un argument qu’il admet conséquentialiste, celui-ci justifie tout le reste (p. 274). Ce qui intéresse Pogge, ce sont ces « droits universels » et le devoir qu’ont les institutions de les faire respecter (Pogge, 2002, 2010), d’où la proposition, dans la dernière section du texte, de d’abord rassembler les informations relatives aux individus et d’ensuite les agréger entre elles.

7Ce détour par le tournant universaliste et conséquentialiste de sa théorie éclaire la troisième critique. Les indices n’échouent pas seulement à traduire l’état de la pauvreté, ils révèlent l’intention de minimiser sa gravité et de limiter les efforts à déployer pour l’éradiquer. Pogge accuse les institutions des Nations unies (PNUD, FAO, Banque mondiale) de dissimuler les chiffres sur la pauvreté pour exagérer leurs succès politiques et ménager leurs efforts. Des glissements lexicaux permettraient de changer les règles du jeu, tromper le public et faire persister la pauvreté. Aussi, la Banque mondiale choisirait à dessein le seuil de pauvreté le plus bas pour réduire le nombre de pauvres enregistrés. Cette accusation répond à l’urgence d’interroger les sous-entendus normatifs contenus dans des indices supposés objectifs et pose les premiers jalons d’un travail critique que Pogge juge indispensable et qu’il entreprend avec une certaine radicalité. On pourrait lui objecter que souligner les insuffisances des indicateurs utilisés par les Nations unies n’implique pas nécessairement d’y déceler l’intention de tromper l’opinion publique ou de se dédouaner de toute responsabilité.

8Il serait cependant illusoire de prétendre distinguer la critique des failles techniques dans les statistiques utilisées et celle des enjeux de pouvoir qu’elles véhiculent nécessairement. L’émergence des mesures sur la pauvreté est contemporaine des politiques visant à l’éradiquer et traduit une volonté de quantification de la population constitutive des États modernes. En Angleterre, c’est au moment où l’éducation des enfants est rendue obligatoire en 1870 que se sont formées des commissions chargées d’identifier les familles londoniennes qui n’avaient pas les moyens d’en payer l’inscription. Elles menèrent alors des enquêtes sur la consommation des ménages afin de fixer un seuil de pauvreté. Le devoir d’assistance a créé le besoin de compter les pauvres, il a substitué un chiffre à une vague définition de l’indigence et forgé une représentation de la pauvreté comme d’un dysfonctionnement marginal que l’on pourrait rectifier (Hacking, 2000, p. 35). « Porter assistance » aux pauvres en comblant l’écart qui les sépare accidentellement d’un seuil, c’est précisément le paradigme que Pogge rejette pour lutter contre la pauvreté (Pogge, 2003), car l’assistance, telle qu’on la sollicite ponctuellement après des catastrophes naturelles, par exemple, n’est pas la réponse adéquate à un problème de justice structurel auquel les pays riches participent activement (Pogge, 2002, p. 141). Il restait à appliquer aux institutions internationales la critique de cette « poursuite d’objectivité » des pouvoirs publics, parfois enclins à se dérober derrière les chiffres (Porter, 1995) aux dépens d’une politique efficace.

À qui profite le crime ?

  • 10 Cette thèse est attaquable tant d’un point de vue méthodologique que d’un point de vue empirique. J (...)
  • 11 Pour une discussion du concept d’aide et d’assistance, voir notamment Patten (2005).

9La tâche du philosophe serait alors de démêler les normes que les indices charrient implicitement. L’objet ne lui est pas étranger : classé parmi les signes, l’indice a la particularité d’être affecté par ce qu’il représente (Peirce, 1960, p. 143) et nous fait remonter à lui comme on retrouverait un animal en suivant la trace de ses pas. Où nous emmènent les indices de pauvreté ? S’ils ont perdu tout ce qui reflétait l’état de privation réelle des individus, ils gardent, selon Pogge, la trace d’une intention délibérée qu’il formule précisément en termes de causalité. La violence de sa comparaison chiffrée entre la responsabilité des riches envers les pauvres et les crimes nazis ne se comprend qu’à la lumière de ce concept moral. Parce que la communauté internationale participe activement à l’injustice mondiale, qu’elle la cause véritablement, elle a l’obligation d’en protéger ses victimes (Pogge, 2002, p. 134). Ce sont les conséquences de nos actes qui créent des devoirs moraux, et ceux qui nous obligent envers les pauvres sont « négatifs » dans la mesure où y manquer reviendrait à leur infliger de graves préjudices (ibid., p.130). Cette thèse se justifie par l’argument historico-hypothétique selon lequel les pays en développement ont pâti des réglementations de l’OMC (p. 17) et auraient pu s’épargner des millions de morts liées à la pauvreté s’ils n’avaient subi les conséquences de l’ouverture inéquitable des marchés10. Le déséquilibre des forces à l’œuvre dans l’élaboration des règles qui ont dessiné l’ordre économique global rend les pays les plus puissants directement responsables de ce drame et les tient au devoir moral de tout faire pour les éviter (p. 19). Ce n’est pas un devoir positif d’assister les plus démunis mais un devoir négatif de ne pas leur faire de mal11.

  • 12 Voir Anand et al. éd. (2010) pour une vue d’ensemble de ce débat.

10La question de savoir ce qui cause la pauvreté est au cœur du débat sur les mesures de la pauvreté globale. Les Objectifs du millénaire pour le développement (OMD) imposaient pour la première fois à l’ONU un résultat chiffré (réduire le nombre de pauvres d’ici à 2015) et supposaient pour le mesurer de développer des techniques adaptées, aussitôt devenues sujettes à controverses (Anand et al. éd., 2010) : si on commence le décompte en 1990, l’objectif aurait déjà été atteint grâce à la croissance des économies indienne et chinoise et aucun effort supplémentaire ne serait requis. Selon le seuil choisi, les modes de conversion retenus, la définition absolue ou relative de la pauvreté, l’ONU est en bonne ou en mauvaise voie pour y arriver. Mais qui viendra la punir si elle ne tient pas ses promesses ? La véhémence de ces querelles mathématiques s’explique plutôt par un enjeu politique : les chiffres sur la pauvreté mondiale sanctionnent l’efficacité d’une forme de développement et l’arsenal technique déployé par Pogge pour montrer que la Banque mondiale sous-estime l’augmentation du nombre de pauvres dans les années 1990 ne relève pas d’un exercice de décompte mais de la profonde remise en cause du modèle économique que ces succès viendraient consolider12.

  • 13 Wherry (2004) insiste par exemple sur la lisibilité de l’IDH pour expliquer son succès.

11Les enjeux sont énormes et Pogge montre que le choix des indices est soumis à des pressions considérables. Il faudrait néanmoins compléter cette accusation par un examen des rapports de force diplomatiques à l’œuvre dans le choix des indicateurs. Frederick Wherry a par exemple suivi l’adoption de l’IDH aux dépens du PIB dans les rapports officiels et s’étonne que les pays influents l’aient soutenu alors qu’il ne leur profitait pas directement. Les États-Unis voyaient leur position chuter dans les nouveaux classements et devaient supporter de voir Cuba gagner 44 places (Wherry, 2004, p. 165). Les pays en développement se montraient eux réservés à l’égard des nouveaux indicateurs et des conversions en PPA, car, ces derniers les faisant figurer en meilleure position, ils craignaient de voir leurs aides baisser. Cela nous invite à nuancer la realpolitik que déplore Pogge par d’autres facteurs qui expliquent le succès de l’IDH13 et nous autorise à distinguer deux critiques dans l’article : les intentions conservatrices qui président à l’élaboration des indices et leurs effets politiques pervers. Des gouvernements peuvent en effet gonfler leur ISDH en augmentant le salaire de quelques femmes cadres pour redorer leur image ou au contraire maintenir leurs indices bas pour profiter des aides internationales. Cela n’invalidera pas la valeur scientifique des techniques de mesure choisies. Pogge n’approfondit malheureusement pas la question de l’instrumentalisation politique des indices notamment parce qu’il sous-estime l’impact des facteurs nationaux sur le niveau de pauvreté. Il refuse en effet « l’explication nationale » (Pogge, 2002, p. 139 et suiv.) selon laquelle les gouvernements seraient, même en partie, responsables de la misère de leurs pays de peur qu’elle ne disculpe les institutions internationales. C’est sans doute une des limites du raisonnement de l’auteur de sacrifier au concept moral de responsabilité une étude sur les causes et un véritable examen des faits (Cohen, 2010, p. 21 et suiv.).

Conclusion

  • 14 Le principal défenseur de cette thèse est William Easterly (2006) qui défend l’idée que les aides f (...)

12Ce décryptage minutieux des normes contenues dans ces indices dresse un portrait sans complaisance de la complicité des institutions internationales dans la persistance de la pauvreté. Convaincu que des transferts financiers, peu coûteux pour les pays riches, suffiraient à réduire considérablement la misère, Pogge refuse l’argument dissuasif selon lequel toute action ne serait jamais qu’une goutte d’eau dans l’océan. Il rejoint sur ce point les économistes Abhijit Banerjee et Esther Duflo (2012), qui ont récemment démontré le succès de certaines méthodes de lutte contre la pauvreté et ont explicitement démenti la thèse d’une aide au mieux inutile, au pire nuisible et paternaliste14.

13Ces deux auteurs attaquent le fondement de l’argument anti-paternaliste, qui repose sur l’idée qu’une action extérieure viendrait entraver les choix des pauvres, comme s’il existait une situation initiale dans laquelle un agent serait libre de choisir parmi différentes options disponibles, alors qu’il s’avère que les choix sont toujours déjà déterminés par l’environnement et souvent faits par défaut. Cet argument est tout aussi valable pour les pays riches, à la différence que leurs choix par défaut sont régulés par des politiques publiques qui les dispensent de choisir s’ils veulent ou non rendre leur eau potable ou se faire vacciner (Duflo, 2012). Pogge ne renierait pas cet argument : il souligne, dans le même but, l’influence du milieu sur des décisions supposées libres (Pogge, 2002, p. 34 et suiv.) et, en rejetant le concept d’assistance, il balaye tout argument anti-paternaliste puisqu’il s’agit pour les pays développés de prévenir des crimes et non de s’ingérer dans les affaires des pauvres.

  • 15 Le principal représentant de cette position est Jeffrey Sachs, professeur d’économie à Columbia et (...)
  • 16 Pogge n’a pas directement critiqué cette absence d’ambition de réforme globale des institutions che (...)

14Pogge appartient, à cet égard, au camp des partisans de l’aide internationale15, dans un débat sur lequel Duflo et Banerjee refusent de trancher abstraitement, préférant, de leur aveu, observer les effets d’actions aussi triviales que la distribution gratuite de moustiquaires et en évaluer l’efficacité dans des contextes particuliers plutôt que de régler de grandes questions théoriques (Banerjee et Duflo, 2012, p. 3). Le raisonnement de Pogge est en cela aux antipodes de celui des deux économistes : il déduit nos obligations envers les pauvres de l’injustice de l’ordre international en remontant aux racines coloniales du déséquilibre des forces économico-politiques et il envisage nos devoirs comme le strict pendant de notre responsabilité. Et comme il l’aborde du point de vue moral d’une réparation ou d’une prévention de préjudices commis, le remède à ce dysfonctionnement global ne peut venir que d’une réforme globale des institutions (Pogge, 2010, p. 24) et non d’ajustements ponctuels ou de politiques ciblées16. Si Pogge a certainement raison, dans cet article, de chercher le diable dans les détails, il reste cependant à savoir ce que nous réserverait la justice globale qu’il appelle de ses vœux.

Haut de page

Bibliographie

ANAND Sudhir, SEGAL Paul et STIGLITZ Joseph éd., 2010, Debates on the Measurement of Global Poverty, Oxford, Oxford University Press.

BANERJEE Abhijit et DUFLO Esther, 2012 [2011], Repenser la pauvreté, Paris, Le Seuil.

BHALLA Surjit, 2002, Imagine There’s No Country : Poverty Inequality and Growth in the Era of Globalization, Washington DC, Institute for International Economics.

CHEN Shaohua et RAVALLION Martin, 2001, « How did the world’s poorest fare in the 1990s ? », Review of Income and Wealth, vol. 47, p. 283-300.

COHEN Joshua, 2010, « Philosophy, social science, world poverty », Thomas Pogge and his Critics, A. Jaggar éd., Cambridge, Polity, p. 18-45.

DUFLO Esther, 2012, « Human values and the design of the fight against poverty » [en ligne], The Tanner Lectures on Human Values, [URL : economics.mit.edu/files/7904], consulté le 20 mars 2013.

EASTERLY William, 2006, The White Man’s Burden, New York, Penguin Press.

HACKING Ian, 2000, « Façonner les gens : le seuil de pauvreté », L’ère du chiffre, J.-P. Beaud et J.-G. Prévost éd., Montréal, Presses universitaires du Québec.

PATTERN Alan, 2005, « Should we stop thinking about poverty in terms of helping the poor ? », Ethics & International Affairs, vol. 19, p. 19-27.

PEIRCE Charles S., 1960, Collected Papers of Charles Sander Peirce, C. Hartshorne et P. Weiss éd., Cambridge, Harvard University Press.

PNUD, 1990, Rapport sur le développement humain, New York.

— 2011, Rapport sur le développement humain, New York.

POGGE Thomas, 1989, Realizing Rawls, Ithaca, Cornell University Press.

— 2002, World Poverty and Human Rights, Cambridge, Polity Press.

— 2003, « Porter assistance aux pauvres du monde », Raison publique, no 1, p. 104-108.

— 2010, Politics as Usual, Cambridge, Polity Press.

PORTER Theodor, 1995, Trust in Numbers : the Pursuit of Objectivity in Science and Public Life, Princeton, Princeton University Press.

RAWLS John, 1987 [1971], Théorie de la justice, Paris, Le Seuil.

REDDY Sanjay G., 2013, « Randomise this ! On poor economics », Review of Agrarian Studies, vol. 2, no 2.

SEN Amartya, 1979, « Equality of what ? », The Tanner Lectures on Human Values, Salt Lake City, University of Utah Press.

— 1981, Poverty and Famines. An Essay on Entitlement and Deprivation, Oxford, Oxford University Press.

— 1999, Development as Freedom, Oxford, Oxford University Press.

WHERRY Frederick, 2004, « International statistics and social structure. The case of the Human Development Index », International Review of Sociology, vol. 14, p. 151-169.

Haut de page

Notes

1 La PPA est la parité de pouvoir d’achat. La PPA (absolue) définit un cours de change entre deux monnaies. On la détermine en divisant le prix d’un panier de consommation dans un pays par le prix d’un panier semblable dans un autre pays. Elle est souvent très différente du taux de change qui prévaut sur les marchés. En effet, contrairement au taux de change qui établit seulement le prix auquel s’échange une devise contre une autre, la PPA permet de mesurer combien une devise permet d’acheter de biens et services dans des pays étrangers. La PPA est donc utilisée pour effectuer des comparaisons internationales de niveau de vie. Le texte de Thomas Pogge que nous traduisons critique longuement l’usage de cette méthode de comparaison.

2 Il est repris dans le quatrième chapitre d’un recueil plus récent (Pogge, 2010).

3 Pogge est Leitner Professor de philosophie et de relations internationales à l’Université de Yale où il dirige un programme sur la justice globale. Toutes les informations sur ses publications sont disponibles sur son site [en ligne] [URL : http://pantheon.yale.edu/~tp4/index.html.], consulté le 20 mars 2013.

4 Les articles constitutifs du débat sont rassemblés dans un ouvrage collectif (Anand et al. éd., 2010).

5 Le PNUD est le Programme des Nations unies pour le développement, réseau mondial créé en 1966 et engagé dans la lutte contre la pauvreté, la gouvernance démocratique, la prévention des crises, l’environnement et le développement durable. L’ISDH est l’indice sexospécifique de développement humain. Il s’agit d’une sous-catégorie de l’IDH « pondéré » par les inégalités entre les sexes ; voir la section 4 de l’article traduit.

6 Academics Stand Against Poverty. Voir [en ligne] [URL : http://academicsstand.org/], consulté le 20 mars 2013.

7 Les composantes de l’IDH ont changé depuis 2009. La composante « éducation » de l’IDH est maintenant mesurée en termes d’années de scolarisation des adultes âgés de 25 ans et en termes d’années de scolarisation escomptées pour les enfants d’âge scolaire. Ils peuvent être ajustés selon les pays. Voir [en ligne] [URL : http://hdr.undp.org/fr/statistiques/idh/], consulté le 20 mars 2013.

8 L’IPC est l’indice des prix à la consommation.

9 Le rapport de 2011 sur le développement humain fait état des lacunes dans les comptes nationaux qui servent de sources principales aux études sur la pauvreté en raison de l’absence d’enquêtes menées à intervalle régulier, du délai entre les enquêtes et les rapports et de l’absence de documentation sur les méthodes analytiques utilisées à l’échelle nationale (Rapport sur le développement de 2011). Les enquêtes rapportent généralement des déclarations de revenus à la baisse notamment pour les plus riches qui craignent de s’attirer des ennuis fiscaux (Anand et al., 2010).

10 Cette thèse est attaquable tant d’un point de vue méthodologique que d’un point de vue empirique. Joshua Cohen déplore par exemple sa dimension spéculative (2010, p. 20) et la faiblesse du scénario hypothétique envisagé par Pogge pour prouver que seules les institutions internationales sont en cause du point de vue des sciences sociales (p. 25). Il critique également l’idée même que tous les pays pauvres ont souffert de ces réglementations internationales en prenant l’exemple de la Chine, des tigres asiatiques, du Botswana et de l’Inde qui ont connu une croissance rapide sous leur empire (p. 32). Plusieurs économistes, comme Surjit Bhalla (2002), considèrent que les pauvres sont les grands gagnants de la mondialisation.

11 Pour une discussion du concept d’aide et d’assistance, voir notamment Patten (2005).

12 Voir Anand et al. éd. (2010) pour une vue d’ensemble de ce débat.

13 Wherry (2004) insiste par exemple sur la lisibilité de l’IDH pour expliquer son succès.

14 Le principal défenseur de cette thèse est William Easterly (2006) qui défend l’idée que les aides font plus de tort que de bien et qu’elles réactivent une attitude paternaliste digne de l’époque coloniale envers les pays en développement.

15 Le principal représentant de cette position est Jeffrey Sachs, professeur d’économie à Columbia et consultant spécial auprès du secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-moon.

16 Pogge n’a pas directement critiqué cette absence d’ambition de réforme globale des institutions chez Banerjee et Duflo mais on peut trouver une critique de cet ordre chez l’économiste Sanjay Reddy avec lequel Pogge a co-écrit ses articles sur les mesures de pauvreté (Reddy, 2013).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Mathilde Unger, « La critique des indices de pauvreté par Thomas Pogge », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #13 | 2013, mis en ligne le 01 janvier 2017, consulté le 23 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/5753 ; DOI : 10.4000/traces.5753

Haut de page

Auteur

Mathilde Unger

Doctorante en philosophie au laboratoire Normes, Sociétés, Philosophies (NoSoPhi, Université Paris 1)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page