Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

Stratégies culturelles dans l’organisation des diasporas commerçantes

Abner Cohen
Traduction de Guillaume Calafat
p. 159-171

Texte intégral

  • 1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « Cultural strategies in the organization of trading d (...)

1Entre régions éloignées, les échanges commerciaux ne peuvent se poursuivre que si certains problèmes techniques fondamentaux sont résolus : échange régulier d’informations sur l’état de l’offre et de la demande entre négociants1 ; expédition et transport rapides des marchandises, des denrées périssables notamment ; création et maintien de relations de confiance entre un grand nombre de négociants et d’intermédiaires qui entrent dans la chaîne du négoce et institution de modalités régulières de crédit, essentielles à la fluidité des échanges ; organisation d’un système efficace d’arbitrage et d’adjudication en cas de litiges commerciaux ; enfin, établissement et maintien d’une autorité structurée et investie des moyens nécessaires pour assurer l’ordre et faire respecter les contrats et les décisions judiciaires.

Les diasporas commerçantes

  • 2 On a beaucoup critiqué l’utilisation du terme diaspora dans ce contexte, car celui-ci ne (...)

2Dans certaines sociétés préindustrielles, caractérisées par l’hétérogénéité ethnique des groupes engagés dans le négoce, les difficultés techniques – l’absence de moyens de communication réguliers et le manque d’institutions centralisées assurant le respect des contrats – ont été surmontées, souvent, par des hommes d’un groupe ethnique donné ayant la haute main sur la plupart, sinon sur toutes les étapes du négoce de certaines marchandises. Cette mainmise ethnique, ce monopole, s’exerce presque toujours dans un climat de rivalité et d’opposition constantes avec des concurrents appartenant à d’autres groupes ethniques. Ce faisant, le groupe ayant le monopole est forcé de s’organiser sur le plan politique pour faire face aux pressions extérieures, de coordonner les efforts de ses membres en vue de l’intérêt commun et d’établir des réseaux de communication et de soutien entre les membres des communautés d’une même ethnie habitant des localités voisines et engagées dans le réseau commercial. Ainsi se crée une diaspora commerçante2, composée de communautés étroitement liées entre elles, quoique dispersées.

  • 3 Lloyd Fallers (1967) a fait publier une série de textes qui aborde quelques-une (...)

3De nombreuses diasporas commerçantes de ce type ont été signalées dans diverses régions du monde et à des époques différentes : les communautés commerçantes juives et arabes dans le bassin méditerranéen, les commerçants chinois migrants en Asie, les Indiens d’Afrique orientale, etc.3

4Une diaspora de ce genre se distingue des autres groupes sociaux par sa culture et sa structure. Ses membres se différencient sur le plan culturel à la fois de leur société d’origine et des sociétés dans lesquelles ils vivent. Son organisation concilie une structure stable avec un haut degré de mobilité pour les individus. Elle possède une organisation politique informelle, qui garantit la stabilité au sein de la communauté en général et la coordination des activités des diverses communautés membres dans leur lutte perpétuelle contre les pressions extérieures. Elle tend à l’autonomie quant à son organisation judiciaire. Ses membres constituent une communauté morale qui restreint le comportement individuel et assure un haut degré d’adhésion aux valeurs et aux principes communs. Elle possède en outre ses propres institutions de prévoyance et de sécurité sociale. En résumé, une diaspora est une nation de communautés socialement interdépendantes, mais géographiquement dispersées.

5L’organisation de ces diasporas, d’un intérêt pourtant si grand pour les spécialistes de bien des disciplines, a été singulièrement peu analysée. Bon nombre de ces diasporas se sont développées sous les yeux des historiens et il y a certes beaucoup à glaner dans ces documents et publications de types divers, mais on ne possède pas encore de tableau complet sur leur structure sociale ni sur les mécanismes qui leur permettent de se perpétuer.

6Il nous faut connaître non seulement l’identité et la nature des diverses institutions économiques et sociales qui fonctionnent dans ces diasporas, mais aussi comment elles évoluent les unes par rapport aux autres, à la fois sur un plan social et sur un plan biographique. Il nous faut trouver la réponse aux questions fondamentales suivantes : quels sont les critères qui différencient ces diasporas et qui régissent le recrutement de leurs membres ? Comment s’opère l’ajustement démographique entre les sexes et les groupes d’âge ? Comment communiquent entre eux les membres d’une même communauté et les diverses communautés d’une même diaspora ? Comment s’exerce l’autorité, en l’absence de moyens de coercition matériels organisés ? Quelles sont les formes de pouvoir mobilisées pour appuyer cette autorité ? De quelle nature sont les liens de confiance existant entre les divers types d’hommes d’affaires ? Comment le crédit est-il rendu possible et comment est-il régulé ? Par quelles procédures parvient-on à des décisions dans les affaires communes ? Quelles sont les caractéristiques des idéologies qui assurent leur cohésion et comment sont-elles entretenues ? Comment la structure et la culture se modifient-elles en fonction l’une de l’autre au cours de l’évolution historique de ces diasporas ?

7Pour traiter de questions sociologiques de cet ordre, il nous faut des séries de faits concernant la même diaspora, à un moment donné. Une étude contemporaine peut seule permettre de voir comment les divers éléments se conjuguent dans une diaspora considérée comme un système social, tout en évoluant les uns par rapport aux autres. De là viennent les difficultés qu’éprouve le sociologue pour reconstruire l’organisation d’une diaspora à partir du passé. Un grand nombre de données essentielles font communément défaut, et, chose plus grave, sur le plan de la méthode, les fragments d’information dont on dispose se rapportent inévitablement à des époques différentes et ne se prêtent donc pas au type d’analyse que nous recherchons.

8D’où l’importance que revêt l’étude de diasporas en activité actuellement ; or l’Afrique occidentale, aujourd’hui, est l’une des rares régions du monde où l’on en trouve encore en plein essor. La portée économique de ces diasporas pour les économies nationales des États d’une région n’est pas encore pleinement reconnue. À de nombreux détails en effet, on peut déduire que le trafic de biens et de services du secteur dit « vivrier » est bien plus développé que ne le donnent à penser les chiffres officiels ou semi-officiels.

9Je crois que l’analyse des diasporas actives peut mettre pleinement en lumière la structure et le fonctionnement des diasporas anciennes, qu’elles soient d’Afrique de l’Ouest ou d’ailleurs. Non pas parce que les diasporas d’aujourd’hui sont de simples continuations du passé : ce serait faire, me semble-t-il, une grosse erreur méthodologique que de présumer cela. Il s’agit de diasporas contemporaines qui opèrent aujourd’hui aux côtés, voire en réponse à et en interconnexion avec de nouveaux facteurs économico-politiques, si bien que leur organisation et leur fonctionnement ne peuvent être compris qu’en fonction de la situation contemporaine. Les généralisations établies à partir de remarques de nature culturelle ont peu d’intérêt. Il faut davantage chercher à développer des analyses en termes de relations entre variables. Par exemple, le degré de mobilité d’une population en relation avec des institutions telles que la parenté, la stabilité du mariage, l’adoption des enfants, la prostitution et autres. Ou bien, la relation entre la structure d’autorité, en l’absence effective de moyens de coercition organisés (comme dans presque toutes les diasporas), et les croyances et pratiques rituelles. Le but d’une telle analyse est d’isoler des variables et d’étudier la nature de leurs relations. C’est pourquoi l’étude intensive et détaillée d’une seule diaspora peut apporter bien plus d’éléments sur le fonctionnement des autres diasporas, que les vastes descriptions, inévitablement superficielles, de nombre d’entre elles.

10Or, même lorsqu’on se cantonne à l’étude d’une diaspora contemporaine active, demeure un certain nombre de problèmes méthodologiques. Tout d’abord, parce que la diaspora est par définition dispersée, l’enquêteur fait face au problème d’avoir à choisir soit un vaste panorama, inévitablement superficiel, de la diaspora dans son ensemble, proposant des généralisations sur un plan culturel ; soit une étude intensive d’une seule communauté à l’intérieur d’un réseau de communautés qui forment la diaspora. Les deux possibilités ont leurs limites. Se concentrer sur une seule communauté, en effet, peut faire ressortir le caractère singulier de la communauté et, par conséquent, nous apprend peu sur le reste de la diaspora. Il faudrait étudier une institution et ses manifestations dans toute la diaspora, et non simplement dans une seule communauté. La contrainte qui pèse sur le comportement individuel ne provient pas uniquement de la communauté immédiate, mais bien de tout le réseau des communautés. À nouveau, on ne peut comprendre de manière satisfaisante la structure démographique d’une seule communauté, qu’en la rapportant au contexte de la structure démographique de la diaspora tout entière. De nombreux travaux portant sur les diasporas et allant dans cette direction ont ainsi eu tendance à ne décrire qu’une seule communauté, perdant par conséquent de vue leur principal objectif, et se transformant en études de sociologie des minorités.

11À l’opposé, une vaste étude de toute la diaspora risque d’être superficielle. L’étude de Winder sur les Libanais en Afrique de l’Ouest constitue en cela un cas d’espèce, car l’auteur nous y présente un tableau éclectique, construit sur des données éparses tirées de différents lieux (Winder, 1962). Dès lors, on ne sait rien d’éléments d’organisation aussi fondamentaux que les processus démographiques, la structure d’autorité, la nature des contraintes morales opérant dans la communauté, la forme de la communication politique non seulement au sein de la communauté locale, mais aussi entre les différentes communautés de la diaspora.

12Une combinaison des deux approches s’avère nécessaire, de même qu’il est possible, grâce à certaines procédures méthodologiques, de tirer des enseignements macrosociologiques à partir d’une étude approfondie des processus socioculturels à l’œuvre dans une zone restreinte.

13Pour contrôler ensuite les variables, nous rencontrons cependant le problème de la différenciation interne. Nombre de diasporas font en effet commerce de plus d’un seul produit ; or, pour chacun de ces produits, le commerce a sa propre organisation, sa propre politique, et son propre impact sur la structure des communautés locales et sur l’organisation de l’ensemble de la diaspora.

La diaspora commerçante hausa en pays yoruba

  • 4 Pour un récit détaillé, voir Cohen (1969) ; voir également Cohen (1965 ; 1966 et 1968).

14J’ai essayé d’affronter ces problèmes méthodologiques et sociologiques dans une étude de la diaspora commerçante hausa aujourd’hui active en pays yoruba4. Je cherchais à comprendre l’organisation et le fonctionnement de l’ensemble de la diaspora et, à cet effet, j’ai travaillé sur la plupart de ses communautés. Toutefois, en raison de diverses considérations méthodologiques, j’ai, jusqu’à présent, présenté des conclusions qui ne concernaient principalement que la communauté d’Ibadan. Je souhaite ici faire de brèves observations sur l’organisation de toute la diaspora. Ma principale question porte sur la manière dont une diaspora développe des solutions afin de répondre à quelques problèmes d’organisation fondamentaux.

Le problème du caractère distinctif

15Une diaspora doit définir ses membres et son champ d’opération en définissant conjointement son identité et ses critères d’exclusivité en fonction du contexte contemporain. Cela s’avère essentiel pour prévenir l’infiltration en son sein d’étrangers, susceptibles de dissoudre son monopole commercial. Cela est également essentiel afin de créer un esprit de corps et une capacité à agir de manière unifiée vis-à-vis des étrangers.

16Les critères choisis pour définir ce caractère distinctif dépendent d’une variété de facteurs : démographiques, politiques, économiques, culturels, etc. Dans certains cas, deux groupes ethniques ou plus peuvent s’unir contre un groupe plus grand en vertu de symboles communs, comme c’est le cas des groupements « supra-tribaux », ou en vertu d’une religion commune. En revanche, un groupe qui commerce au sein d’une catégorie ethnique plus large devra définir son caractère distinctif de manière à pouvoir exclure les autres membres et les autres groupes appartenant à la même catégorie tribale.

17Les Hausas en pays yoruba ont toujours affirmé, en interaction avec les Yorubas, que leurs coutumes différaient ; il est par conséquent naturel, d’après eux, qu’on les distingue aussi bien socialement que culturellement. Dans leurs interactions avec les Hausas du Nord, les Hausas de la diaspora affirment qu’ils sont Hausas, et que les négociants du nord peuvent donc leur confier leur commerce. Or, l’« hausaisme » de la diaspora est en réalité une culture distincte, différente des cultures du nord et du sud parce que développée au cours de la dispersion dans des conditions sociales et politiques particulières. En outre, les Hausas de la diaspora se distinguent très nettement des masses de migrants annuels venus du pays hausa, de même que de ces migrants qui vivent dans les villes yorubas mais qui ne prennent pas part à la communauté morale de la diaspora hausa locale.

  • 5 N.d.t. Régime britannique d’administration coloniale indirecte qui consiste (...)

18Les Hausas ont développé, consolidé et maintenu leur caractère distinctif grâce à une variété de mécanismes socioculturels : en limitant leurs relations primaires (comme l’amitié) à l’intérieur de leur propre communauté, en maintenant strictement une endogamie hausa, et en œuvrant à l’homogénéisation rapide d’une culture diasporique qui rassemble des personnes provenant pourtant de différentes parties du pays hausa. En raison de l’effondrement de l’Indirect Rule aux débuts des années 19505, ainsi que de la montée d’un nationalisme nigérian opposé au tribalisme, les Hausas du pays yoruba connurent une métamorphose culturelle rapide, résidant dans la reformulation, en de nouveaux symboles religieux, de ce qui fonde leur caractère distinctif.

Le problème de l’ajustement démographique continu

19Une diaspora commerçante en activité est une organisation socioculturelle instrumentale dont l’efficacité pour mener à bien ses activités repose sur une structure démographique appropriée. À ce titre, le problème du caractère distinctif réside notamment dans la question du recrutement. Il faut en effet remplacer les générations mourantes par de nouvelles générations, et si la diaspora poursuit simultanément son extension géographique, il faut y admettre de nouveaux membres. Dans les deux cas, il convient de fixer des règles et des procédures strictes de recrutement. Au sein des Hausas du pays yoruba, l’origine est définie de manière bilatérale, de sorte qu’un bon citoyen de la diaspora est une personne née d’une femme hausa et d’un homme hausa. Les hommes hausas dans la diaspora n’épousent que des femmes hausas. Un migrant hausa venu du nord ne peut prétendre faire partie de la diaspora que s’il endosse tour à tour toute une série de rôles qui marquent son passage du statut d’« étranger » à celui d’« implanté ».

20La diaspora hausa a su adapter différentes coutumes et institutions traditionnelles hausas en autant de mécanismes d’ajustements démographiques rapides entre les sexes et les âges. Du fait de l’institution traditionnelle de la prostitution, de nombreuses femmes hausas quittèrent le Nord d’où elles étaient originaires ; devenues mobiles à l’intérieur de la diaspora, nombre de pionniers hausas les prirent ensuite pour femmes. Une fois mariées, ces femmes libres durent faire face à une autre institution, celle du strict confinement des femmes au foyer ; elles furent dès lors astreintes à des fonctions économiques, biologiques et sociales importantes. La grande instabilité du mariage chez les Hausas rendit possible cette grande « fluidité » dans la mobilité des femmes. De manière similaire, l’évitement entre parents et enfants (tout particulièrement des aînés) chez les Hausas, ainsi que la pratique largement répandue de l’adoption ont profondément contribué à l’ajustement démographique continu de la diaspora hausa. Enfin, en exploitant l’institution de la mendicité, qui assure une relative sécurité en cas de vieillesse ou de chômage, la diaspora hausa a pu consolider la stabilité de son implantation.

Le problème de la communication

21L’exploitation d’un certain nombre de mécanismes informels a permis d’organiser la communication d’informations commerciales, cruciales lorsqu’on échange des denrées périssables. Les parkings de camions dans les quartiers hausas des villes yorubas, les hangars de cola dans les gares locales, de même que les marchés aux bestiaux : tous ces lieux se sont avérés stratégiques pour assurer l’échange continu et régulier de l’information commerciale. De plus, l’emploi d’une seule langue a rendu possible la communication entre tous les hommes engagés dans la chaîne du commerce : les marchands, les négociants, les acheteurs, les vendeurs, les conducteurs de bestiaux, les camionneurs, les conditionneurs, les porteurs, les agents de toutes sortes, ainsi que les hommes appartenant à d’autres catégories de métier.

22De la même façon, la communication politique est établie à l’aide de tout un ensemble de mécanismes. Elle s’effectue indirectement, tout d’abord, lors d’échanges d’informations commerciales, et, de manière générale, dès qu’il y a des interactions sociales entre les hommes de la diaspora. La communication régulière entre les chefs des vingt-cinq communautés de la diaspora constitue, quant à elle, un mécanisme bien plus formel et direct. Au début des années 1950, en effet, les Hausas durent faire face à une féroce compétition des Yorubas pour le contrôle du commerce de cola, en même temps que les nouvelles forces du nationalisme nigérian menaçaient le caractère distinctif de la diaspora ; les Hausas formèrent alors officiellement une fédération dirigée par un conseil des chefs, qui élut à sa tête le chef d’Ibadan.

  • 6 N.d.t. Hommes versés dans les études coraniques.

23Les malams6, enfin, composent une chaîne plus subtile, mais régulière et cruciale pour la communication politique. Les profanes expriment leurs anxiétés quotidiennes lors de sessions divinatoires avec les malams, les fonctionnaires religieux. Au cours de rencontres régulières, les malams discutent des problèmes quotidiens qui affectent le peuple. Les grands malams discutent à leur tour de ces problèmes avec les principaux négociants dans le cadre de conférences rituelles. Lors de fréquentes consultations avec le chef de la communauté locale, on recueille ensuite les informations concernant ces différents problèmes. Ainsi, une partie de la communauté est au courant de ce qu’il se passe chez l’autre.

Le problème de l’organisation de la confiance et du crédit

24Le crédit est essentiel à chaque étape d’une transaction. Dans les sociétés industrielles, le crédit et la confiance sont régulés par des contrats formalisés, que des tribunaux centralisés, adossés au pouvoir de l’État, garantissent et font respecter en dernière instance. Cependant, dans une diaspora commerçante, on ne recourt pas à de tels mécanismes formels. En revanche, il est possible d’exploiter tout un ensemble de mécanismes moraux et rituels.

25Chez les Hausas, on évalue ainsi la solvabilité d’un négociant à son capital immobilier. Le négociant ne peut disposer de son capital sans la médiation du chef de la communauté. Le chef agit également en tant qu’arbitre lors d’éventuels litiges commerciaux. Un propriétaire ne peut donc vendre ses maisons du jour au lendemain et abandonner la communauté après avoir détourné l’argent des marchands. Par ailleurs, lorsque cela semble nécessaire, le chef peut insister pour qu’un négociant en difficulté vende une partie de ses propriétés afin d’honorer ses obligations auprès des autres marchands.

26Je crois que l’étude de l’organisation de la confiance et du crédit dans ces diasporas peut éclairer d’un jour nouveau le fonctionnement d’institutions et de pratiques similaires dans les sociétés industrielles. Une telle étude met bien en relief les mécanismes informels, non contractuels, utilisés en coulisse dans les systèmes économiques industriels. Des recherches récentes sur ceux-ci indiquent qu’une grande partie des échanges commerciaux s’appuie moins en réalité sur le strict respect des contrats, que sur la « bonne foi », la « parole d’honneur », la poignée de main, ou encore « l’honnêteté et la décence communes » (Macauley, 1963 ; Lupton et Wilson, 1959).

Le problème de l’organisation de l’autorité

  • 7 N.d.t. Le tidjanisme est une confrérie soufie fondée en Afrique du Nord, à la fin du xv (...)

27Dans une diaspora comme dans n’importe quel autre type de groupements sociaux, l’autorité est essentielle. Elle sert en particulier à faire respecter les principes et les décisions qui se révèlent vitaux pour le fonctionnement même de la diaspora. L’autorité est l’exercice légitime du pouvoir. Ce pouvoir est toujours composite et dérive de plusieurs types de relations. Dans les États organisés, l’autorité peut en dernier ressort s’appuyer sur la coercition physique. Dans certaines diasporas, on utilise une coercition de tel ou tel type au nom de l’autorité. Ainsi, Maurice Freedman (1960) indique que, dans la Singapour du xixe siècle, les immigrants chinois exerçaient une violence physique par le biais des sociétés secrètes, sans doute dans le but de forcer les individus à se conformer aux principes de la communauté. Dans la diaspora hausa en pays yoruba, en revanche, on ne rencontre aucune société de ce type. Durant la période de l’Indirect Rule, le chef hausa local était en mesure d’arrêter ou de contraindre les individus malhonnêtes. Or, avec l’effondrement de l’Indirect Rule, de nouveaux mécanismes moraux et rituels ont été élaborés pour pallier cette vacance du pouvoir. Au début des années 1950, les Hausas de toute la diaspora en pays yoruba se tournèrent vers l’ordre mystique tidjane7. Le principe d’intercession qu’introduit le tidjanisme, de même que la concentration de toutes les forces mystiques de l’univers en Allah, confèrent aux malams un pouvoir rituel considérable. Les malams devinrent les seuls et uniques intermédiaires entre les profanes et les pouvoirs surnaturels d’Allah. Grâce à leurs fonctions de professeurs, d’interprètes des dogmes, de maîtres rituels, de devins, de magiciens, de guérisseurs et d’officiants lors des rites de passage, les malams ont accru leur pouvoir sur les profanes et, à travers la hiérarchie de l’autorité rituelle instituée par le tidjanisme, ce pouvoir s’est finalement retrouvé concentré entre les mains des Grands Malams. En outre, à la faveur de leurs multiples relations avec les principaux négociants et avec le chef, les Grands Malams ont commencé à faire partie de l’establishment de la diaspora. Ils conseillent à la fois les négociants et les chefs locaux, de même qu’ils participent formellement à l’énonciation des problèmes, aux délibérations, aux prises de décision, ainsi qu’à la coordination des actions en matière de politique générale.

28Ainsi, les malams constituent un ordre autonome en soi, qui traverse la relation patron-client dans chaque communauté de la diaspora. Leurs fonctions rituelles et les liens qu’ils ont avec le sommet de la hiérarchie à l’intérieur de l’ordre les dotent d’une autorité politique à part entière. Aujourd’hui, l’autorité politique au sein de la diaspora hausa est légitimée par un système de croyances et de pratiques, par des idées, désormais profondément enracinées, sur l’ordre ultime de l’univers et le sens de la vie. Cette autorité tire sa source des anxiétés des hommes, de leurs afflictions quotidiennes et des activités rituelles qui y sont associées.

Trames symboliques pour l’organisation de la diaspora

29Il apparaît clairement, en somme, que la création d’une diaspora commerçante requiert la mobilisation de différents types de relations sociales, l’utilisation de toute une série de mythes, de croyances, de normes, de valeurs et de motifs, de même que l’emploi de plusieurs moyens de pression et de sanction. Ces divers éléments qui permettent à la diaspora de se développer sont à ce point interdépendants qu’ils ont tendance à être considérés sous la forme d’un schéma idéologique intégré, lié aux problèmes fondamentaux de l’homme, à sa place dans la société et dans l’univers.

30Une idéologie consiste en un système de symboles cognitifs, affectifs et conatifs. Il s’agit d’une trame qui sert à organiser une entité politique en dispersion. Les idéologies diffèrent dans leur complétude, leur flexibilité et dans la force de leurs symboles. Une diaspora peut développer sa propre idéologie. On a alors affaire à un long processus d’essais et d’erreurs, d’innovations culturelles, de méditation et de formulation symbolique émanant d’experts.

31Toutefois, pour mener à bien des échanges commerciaux sur de longues distances dans un contexte de sous-développement, les groupes ethniques se livrent une intense compétition pour la mainmise sur les positions stratégiques nécessaires au commerce ; cela requiert en conséquence la constitution très rapide d’un réseau de communautés organisées et étroitement interconnectées, avec leurs propres institutions économiques, politiques ou encore sociales. Déterminer quel est le groupe ethnique qui réussira à contrôler tel type de commerce dans telle zone spécifique dépend d’un certain nombre de facteurs : historiques, écologiques, économiques, sociaux et culturels. Toutes choses égales par ailleurs, le succès dans cette compétition dépendra de la rapidité avec laquelle un groupe ethnique peut construire un réseau de communautés organisées, placées de manière stratégique à chaque étape des échanges. Cela nécessite de trouver des solutions efficaces concernant les divers problèmes d’organisation (caractère distinctif, communication, autorité, etc.), de telle manière que la diaspora puisse ramifier et établir des structures institutionnelles stables qui favorisent le haut degré de mobilité du personnel exigé par le commerce.

32On ne peut accomplir une telle tâche qu’à l’aide d’une idéologie bien développée, d’une trame symbolique complexe et complète. C’est la raison pour laquelle, me semble-t-il, la plupart des grandes diasporas sont associées à une civilisation « universelle » ou à une religion : le judaïsme, l’hindouisme, le confucianisme et, en Afrique occidentale, l’islam.

33Il existe un cliché bien connu selon lequel islam et commerce iraient de pair en Afrique de l’Ouest. On raconte souvent à ce propos que des marchands musulmans entreprenants arrivent dans de nouvelles localités pour commercer et contribuent ainsi à disséminer ou diffuser, plus ou moins intentionnellement, la connaissance de l’islam. Il s’agit là, bien entendu, d’une assertion naïve et très vague, qui ne tient nullement compte de la complexité des structures en jeu. Malheureusement, très peu d’auteurs ont tenté de dépasser ce cliché. Certains ont soulevé le rôle important pour le commerce de l’alphabétisation introduite par l’islam. Cette explication paraît plausible, mais, d’après mon expérience avec les Hausas, la plupart des négociants et des intermédiaires ne conservent aucun registre, et quand bien même le feraient-ils, ces registres ne seraient certainement pas écrits en arabe.

34Selon moi, l’islam a accompagné le commerce à longue distance en Afrique occidentale parce qu’il fournissait une véritable trame pour l’établissement de réseaux de communautés. Plusieurs auteurs ont affirmé qu’à certaines époques, l’Afrique de l’Ouest présenta une unité économique, consistant en une série de marchés organisés en cercles concentriques, les marchés locaux exportant leurs surplus vers les marchés plus éloignés (Skinner, 1964). Le commerce à longue distance alimentait le rayon le plus large, le marché international. De toute évidence ces échanges économiques complexes sont assurés par des communautés commerçantes spécialisées, auxquelles l’islam donne une trame symbolique. Au sein de ce vaste réseau de communautés commerçantes islamiques, on retrouve des petits groupes de diasporas plus localisées et, partant, plus particularistes (tels les Hausas ou les Malinkés), qui adaptent la grande tradition de l’islam aux traditions culturelles et aux structures locales.

35Je tiens à préciser que je ne m’intéresse pas ici à l’histoire de l’expansion de l’islam en Afrique de l’Ouest. L’islam s’est propagé dans cette zone en raison d’un grand nombre de facteurs. Toutefois, parce qu’elle est étroitement liée au commerce, la propagation de l’islam n’est pas un épiphénomène, mais bien la trame d’une organisation politico-économique qui a permis de surmonter les nombreux problèmes techniques fondamentaux du commerce. Les marchands indigènes deviennent musulmans pour participer à la même communauté morale que les autres marchands. À Ibadan comme à Freetown, presque la moitié de la population est chrétienne. Pourtant, dans ces deux villes, tous les bouchers, sans exception, se sont convertis à l’islam, parce que c’est là la seule manière de s’insérer dans la chaîne du commerce en bestiaux qui se déploie de la savane aux forêts tropicales.

36On peut postuler en effet qu’il existe aujourd’hui, en Afrique occidentale, trois secteurs socioculturels correspondant à trois secteurs économiques, chacun d’entre eux étant associé (toutes choses égales par ailleurs) à une idéologie religieuse différente. On trouve tout d’abord le secteur vraiment vivrier, situé principalement dans des lieux lointains et isolés, où persistent les religions indigènes locales. Il y a, ensuite, un vaste secteur, également décrit dans les manuels et les documents officiels comme vivrier, mais caractérisé en réalité par un haut degré de circulation des biens et des services ; une circulation organisée de manière indigène et traditionnelle, sans recours systématique aux institutions modernes et centralisées. Ce secteur est structuré par l’islam. On trouve enfin le secteur moderne, qui tient une place prééminente dans les textes officiels, mais qui n’est en comparaison qu’un petit secteur, confiné sur la côte. On a tendance à associer ce dernier au christianisme.

  • 8 N.d.t. Titre honorifique accolé au nom d’une personne qui a effectué le pèlerin (...)

37Si on laisse de côté le vrai secteur vivrier, qui perd rapidement de son importance, on a aujourd’hui affaire en Afrique de l’Ouest à deux civilisations qui se font face, l’une chrétienne, l’autre musulmane. Dans le premier secteur, l’homme accompli fait une brillante carrière de fonctionnaire, de professionnel ou d’homme d’affaires, et a reçu une éducation à l’européenne. Dans le second, l’homme accompli est un commerçant prospère, bon connaisseur de l’islam, pour qui une vie couronnée de succès suppose un pèlerinage à La Mecque et l’acquisition du titre de hâjjî8.

Haut de page

Bibliographie

Cohen Abner, 1965, « The social organization of credit in a West African cattle market », Africa, vol. 35, no 1, p. 8-20.

— 1966, « Politics of the kola trade », Africa, vol. 36, no 1, p. 18-36.

— 1968, « The politics of mysticism in some local communities in newly independent African states », Local Level Politics : Social and Cultural Perspectives, M. Swartz éd., Chicago, Aldine Publishing Company.

— 1969, Custom and Politics in Urban Africa, Londres, Routledge & Kegan Paul.

Fallers Lloyd A. éd., 1967, Immigrants and Associations, La Haye - Paris, Mouton.

Freedman Maurice, 1960, « Immigrants and associations : Chinese in nineteenth-century Singapore », Comparative Studies in Society and History, vol. 3, no 1, p. 25-48.

Lupton Tom et Wilson C. Shirley, 1959, « The social background and connections of ‘top decision-makers’ », The Manchester School, vol. 27, no 1, p. 30-51.

Macauley Steward, 1963, « Non contractual relations in business : a preliminary study », American Sociological Review, vol. 28, no 1, p. 55-67.

Skinner Elliott P., 1964, « West African economic systems », Economic Transition in Africa, M. J. Herskovits et M. Harwitz éd., Evanston, Northwestern University Press.

Winder R. Bayly, 1962, « The Lebanese in West Africa », Comparative Studies in Society and History, vol. 4, no 3, p. 296-333.

Haut de page

Notes

1 N.d.t. Ce texte est la traduction de « Cultural strategies in the organization of trading diasporas », paru dans The Development of Indigenous Trade and Markets in West Africa: Studies Presented and Discussed at the Tenth International African Seminar at Fourah Bay College, Freetown, December 1969, C. Meillassoux éd., Londres, International African Institute - Oxford University Press, 1971, p. 266-278. Nous avons repris, en la modifiant par endroits, la traduction française des trois premières pages de l’article (p. 279-281) qui servaient de résumé français dans le volume. Pour plus d’informations sur le texte d’Abner Cohen et sur sa réception, nous invitons le lecteur à se référer à l’introduction de Claude Markovits, « Des diasporas commerçantes aux circulations marchandes », publiée dans ce numéro de Tracés et qui précède ce texte. Nous remercions Marc Lenormand pour son aide précieuse dans la révision de ce texte. Nous publions cette traduction avec l’aimable autorisation de l’International African Institute (Londres).

2 On a beaucoup critiqué l’utilisation du terme diaspora dans ce contexte, car celui-ci ne serait censé s’appliquer qu’à un cas historique bien précis. Le problème se pose de la même manière dans la controverse au sujet de la pertinence de l’emploi du terme caste pour parler des systèmes de stratification que l’on trouve en dehors de l’Inde. Ces dernières années, le terme réseau a été utilisé comme terme de substitution à diaspora afin de couvrir différents phénomènes sociologiques, mais son utilisation dans ce contexte est susceptible de prêter à confusion. Je considère en effet que le terme « diaspora » permet d’appréhender plus aisément un groupe ethnique en dispersion que le terme réseau.

3 Lloyd Fallers (1967) a fait publier une série de textes qui aborde quelques-unes de ces diasporas.

4 Pour un récit détaillé, voir Cohen (1969) ; voir également Cohen (1965 ; 1966 et 1968).

5 N.d.t. Régime britannique d’administration coloniale indirecte qui consiste à déléguer le gouvernement de la colonie aux chefs locaux.

6 N.d.t. Hommes versés dans les études coraniques.

7 N.d.t. Le tidjanisme est une confrérie soufie fondée en Afrique du Nord, à la fin du xviiie siècle, par Ahmed at-Tijâni.

8 N.d.t. Titre honorifique accolé au nom d’une personne qui a effectué le pèlerinage de La Mecque.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Abner Cohen, « Stratégies culturelles dans l’organisation des diasporas commerçantes », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 23 | 2012, mis en ligne le 19 novembre 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/5562 ; DOI : 10.4000/traces.5562

Haut de page

Auteur

Abner Cohen

anthropologue (1921-2001)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page