Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Médias et sciences humaines

Sciences humaines et bibliothèques : quel avenir

Marianne Pernoo
p. 191-203

Texte intégral

Missions et contradictions des bibliothèques

  • 1 Vermeer de Delft, Le Géographe, 1669, conservé au Städelsches Kunstinstitut, à (...)

1S’il est une association que nul ne songe à remettre en question, c’est bien celle qui s’établit naturellement entre les sciences humaines et les bibliothèques. L’anthropologue, le philosophe, l’ethnologue, l’historien, le géographe, le sociologue et le psychologue, tous ces explorateurs sont gens du livre. À l’image du géographe de Vermeer de Delft1 qui a posé ses livres et son globe non loin de lui sur le haut de l’armoire, leurs voyages sont aussi intérieurs. Arrêtons-nous sur celui-ci : son regard va d’une fenêtre à l’autre. La fenêtre à carreaux qui délimite et quadrille le monde renvoie sa vue et son esprit à celle de la page que mesure le compas. Chaque fois donc, qu’il lève les yeux ou qu’il les baisse, la main fermement posée sur l’objet de sa mesure qui n’est rien moins que l’image du monde, il compose et recompose le livre qu’il appréhende. La bibliothèque, cet univers à la fois parfaitement clos et infiniment ouvert, est depuis toujours et peut-être pour toujours le lieu de cette alchimie.

  • 2 Enquête statistique générale auprès des services documentaires de l’enseignement supérieu (...)

2Parmi les bibliothèques de toutes sortes, de la plus personnelle à la plus institutionnelle, les bibliothèques universitaires jouent un rôle central dans la mise à disposition et la diffusion des savoirs en sciences humaines. Les chiffres des statistiques qui sont en ligne pour l’année 2008 sur le site du ministère de l’Enseignement supérieur et de la Recherche sont à cet égard éloquents2. Certains sont présentés dans l’encadré ci-après, illustrant bien l’idée que la pensée n’existe pas sans accès à la documentation.

Encadré. Les bibliothèques universitaires en quelques chiffres
Public et accueil : les bibliothèques universitaires ont accueilli 1 153 700 lecteurs. Le nombre d’entrées s’établit à près de 59 millions pour 511 sites. Les bibliothèques ont été ouvertes en moyenne 58 heures par semaine et 248 jours par an. Les lecteurs disposent de 123 500 places assises.
Collections et accroissement : les bibliothèques universitaires offrent à leurs lecteurs plus de 34 millions de livres et 500 000 titres de périodiques papier. On dénombre 153 500 abonnements en cours.
Documentation électronique : les bibliothèques universitaires détiennent 865 500 documents numériques, étaient abonnées à 608 000 titres de périodiques électroniques et ont acquis ou actualisé 2 500 bases de données.
Services : le nombre de prêts de documents s’élève à plus de 15 000 000, soit 13 par lecteur en moyenne. La formation aux outils documentaires a touché 165 000 étudiants au sein des différents cursus.
Moyens : sur un budget de fonctionnement de 160 millions d’euros, on en a consacré 97 millions d’euros à l’achat de documentation. 5 310 emplois sont affectés aux bibliothèques universitaires, soit près de 4 agents pour 1 000 étudiants.

3Outre l’approche de l’offre documentaire nationale par les statistiques, d’autres modes d’appréhension peuvent être mis en avant pour donner la mesure de ce que représente cet ensemble de gisements documentaires. La bibliothèque, du simple fait de la présence de ses collections accumulées, propose à la pensée une multiplicité de constructions fécondes d’itinéraires croisés, toujours renouvelés. Face à l’ensemble des collections, l’esprit s’étonne, confronte les approches, découvre des strates d’idées et de styles dans la perspective non seulement synchronique mais aussi diachronique propre aux lieux de conservation. Le bibliothécaire qui, dans un processus de sélection d’ouvrages en magasin, a la curiosité de parcourir d’anciennes éditions conservées, goûte la saveur étrange de pensées datées qui le transportent dans un temps révolu aussi sûrement qu’un ouvrage d’historien. Cet accès à l’épaisseur de l’histoire via la sédimentation des documents académiques est un apport incontestable des bibliothèques universitaires aux sciences humaines, même s’il est moins immédiatement visible.

4Cette perception n’est pas le seul apport du métier. Il en est une autre, plus négative, que j’aimerais évoquer ici, pour poser les jalons d’une réflexion qui tenterait d’y remédier. Ma vie professionnelle scindée – un temps pour l’enseignement puis un temps pour les bibliothèques – m’aura appris que ces deux mondes, qui se côtoient et s’entremêlent de façon apparemment naturelle, nécessitent en réalité, pour se rencontrer vraiment et bénéficier pleinement l’un de l’autre, des dispositifs et des ajustements conscients et concertés. De fait, la bibliothèque est conçue pour ignorer le lecteur, qui lui rend bien cette ignorance. Nous savons par exemple que le lecteur en bibliothèque ne sait plus lire ! Rassurons-nous : je ne veux parler ici que de la lecture des dispositifs de signalétique ! Les affichettes désespérément silencieuses expliquant un classement ou indiquant une marche à suivre resteront lettre morte tant que la parole ne les aura pas relayées. En retour, le bibliothécaire qui sait si bien classer un domaine et documenter un sujet quel qu’il soit, sait à peine communiquer cette familiarité acquise avec le grand tout, et s’étonne qu’elle ne soit pas davantage partagée par les spécialistes qui, par la magie de leur lecture et de leurs concepts, viennent éveiller les fonds dormants. À l’interface de ces deux mondes, celui du lecteur et celui du livre, il y a en réalité place pour de vrais métiers encore méconnus.

5C’est cette méconnaissance que Sandrine Malotaux met en lumière dans un article paru en 2011 dans le Bulletin des bibliothèques de France :

Comment les bibliothèques universitaires participent-elles à la diffusion des savoirs ? Aux yeux des utilisateurs, cette participation est certes indiscutable, mais reste cantonnée au rôle passif de simple lieu d’accès au savoir. Pour faire court, disons que leur conception est celle-ci : le chercheur crée le savoir, l’éditeur le diffuse, la bibliothèque le stocke et contribue à le rendre accessible. Son rôle ne se place qu’en fin de processus, et se réduirait à une simple mise à disposition de contenus. (Malotaux, 2011, p. 54)

6La bibliothèque universitaire aujourd’hui semble en fait n’être jamais exactement à la place qui lui est assignée. En conséquence, a-t-elle une place particulière comme carrefour d’édition et de diffusion ? Lieu d’une documentation associée à l’actualité de la recherche, elle peut atteindre, par la taille de ses collections, une dimension lourde de stockage, en contradiction avec cet objectif premier : du point de vue budgétaire, des moyens dévolus à l’achat d’ouvrages, à leur conservation, à leur traitement, en termes d’espaces, de moyens humains, de prévisions budgétaires, il faut toujours choisir. Lieu de sédimentation paisible de collections imprimées et pérennes, elle est traversée par la précarité du numérique qui impose sa logique de renouvellement continuel et de surveillance attentive des accès, rachetés chaque année. Lieu de silence heureux et de féconde solitude, elle est perçue comme inachevée dans son architecture si elle n’offre pas des espaces de partage et de médiation, voire de convivialité pure et simple. En même temps, lieu de littérature académique, elle peut se trouver héritière de dons d’archives et de fonds de recherche, qui lui imposent une logique de conservation et de valorisation et l’obligent à construire une politique patrimoniale.

7À côté de ces contradictions internes qu’il lui faut traiter tant bien que mal en termes de priorités et de budgets, elle est concurrencée dans son objet même, le texte scientifique, par les pratiques actuelles de production et de diffusion des savoirs. Tant de facilités aujourd’hui sont rendues possibles par la publication en ligne : blogs, revues, archives ouvertes, éditions savantes, conférences, thèses et travaux, organisation et mise en ligne de colloques. La production de l’enseignement supérieur et de la recherche a construit ses réseaux documentaires dont la bibliothèque universitaire n’est qu’un point de passage.

La bibliothèque comme « troisième lieu »

8La bibliothèque universitaire a donc fort à faire sur bien des fronts. Elle doit défendre des budgets cohérents pour les acquisitions d’imprimés, les abonnements aux périodiques demandés par ses lecteurs et chercheurs, la gestion des accès aux ressources numériques. Sa mission première est d’assurer le maintien et l’accroissement de contenus scientifiques et académiques dans une perspective d’égalité d’accès sur l’ensemble du territoire : il faut encore et toujours conserver, communiquer, valoriser des collections dans une mission de service public. Ensuite seulement peuvent venir la parole éclairante, l’interface et le débat contradictoire avec tout le pouvoir que leur confèrent le long silence des salles de lecture où se condense l’écrit, et les kilomètres de rayonnages de pensées stratifiées, opposées ou complémentaires. Serions-nous affirmatifs au point de dire qu’il s’agit là d’une mission prioritaire ?

9En réalité, ce n’est pas si évident, et il nous faut défendre cette approche, qui a quelque chose à voir avec la notion de « troisième lieu », notion souvent interrogée ces derniers temps et présente dans différents travaux de nos jeunes collègues conservateurs :

C’est dans ce contexte qu’émerge l’idée de la bibliothèque comme troisième lieu. Forgé dans les années 1980 par le sociologue américain Ray Oldenburg pour désigner des lieux où « des gens peuvent se réunir et entrer en interaction », il est à distinguer du premier lieu (le foyer) et du second lieu (le travail). Les troisièmes lieux sont, toujours selon Oldenburg, des éléments essentiels pour la cohésion sociale. Son idéal-type est le café, descendant des cafés du siècle des Lumières et de l’agora de l’Antiquité. […] Toutefois, des critiques se sont parfois demandés si ce concept était réellement applicable aux bibliothèques. Pour Oldenburg, elles ne rentrent pas dans cette catégorie. Pour son confrère Robert Putnam, les bibliothèques sont bel et bien génératrices de lien social. Kate Meyrick estime aussi qu’elle remplit tous les critères et lui promet un bel avenir en tant que pierre angulaire de la communauté. Pour l’historien Alistair Black, les bibliothèques modernes sont des troisièmes lieux depuis leur création. L’absolu du silence est souvent avancé pour contredire ces affirmations, puisque le concept se fonde lourdement sur l’idée de conversation. Pourtant, la bibliothèque serait l’un des derniers lieux proposant des opportunités de rencontres et de mixité sociale. […] Pour reprendre la conclusion de Mathilde Servet (2009), « le concept de bibliothèque troisième lieu paraît être en mesure de caractériser toute une nouvelle génération de bibliothèques ». (Caraco, 2012, p. 48-49)

10Cette notion de troisième lieu donne en ce moment naissance à de nombreux projets architecturaux associés aux bibliothèques publiques comme celle de Metz ou de Saint-Malo, sur lesquels les universités peuvent réfléchir (Collignon et Gravier éd., 2011).

11Les universitaires ne sont pas tous convaincus du bien-fondé de ce lieu de diffusion parascientifique, qui leur paraît utile mais périphérique et de toute façon sujet à caution : ce n’est pas là que se joue la production validée des savoirs. Cette dimension si particulière et si hétérodoxe de « troisième lieu » pour une bibliothèque universitaire est à défendre tout de même à l’heure où les centres de recherche sont tous réorientés par une exigence de production, et de production spécialisée. Existe-t-il aujourd’hui un seul centre de recherche qui ne soit pas soucieux de faire évaluer sa production scientifique ? La bibliothèque, elle, n’a rien à prouver de semblable, les évaluations dont elle fait l’objet ne portent pas sur sa production scientifique. Elle peut donc devenir lieu de débat et de résonance désintéressé des productions scientifiques les plus immergées dans leurs propres exigences. Le lieu se substitue aux livres et la parole au silence mais il s’agit bien de la même vocation : donner à lire cette production accumulée, favoriser la construction de parcours de lecture au sein d’approches multipliées. Nous ne sommes pas dans l’exacte logique de la production mais plutôt dans une logique de médiation. Et encore cette médiation est-elle plus légère et indicative que purement pédagogique : elle se contente de flèches directionnelles et de suggestions. La bibliothèque, quand elle parle, parle en bibliothèque. Le discours est le moins normatif possible : il se doit de rester allusif et pluriel.

Un exemple de médiation : les journées d’étude « Psychiatrie et prison »

  • 3 La bibliothèque interuniversitaire de lettres et sciences humaines de Lyon (BIU Lsh) « dé (...)

12Nous en avons un exemple récent avec les deux journées d’étude « Psychiatrie et prison, la question du soin aux personnes détenues », liées à l’actualité de l’implantation à Lyon de la première UHSA (unité d’hospitalisation spécialement aménagée) de France. Comment une bibliothèque peut-elle penser un tel événement ? Sous l’impulsion bienveillante du directeur de la BIU Lsh3, M. Charles Micol, la bibliothèque a avancé une réponse en faisant parole de son silence : ce lieu spécifique de recueillement et de recul a vocation à accueillir et à confronter tous les discours, et à parler à voix plurielles, dans une démarche éminemment libre et citoyenne. Je rappelle le propos que j’avais rédigé pour la plaquette de présentation de ces deux journées, les 3 et 4 février 2011 :

La bibliothèque interuniversitaire de recherche en lettres et sciences humaines (BIU Lsh) et le laboratoire Triangle mettent en place au sein de l’Université de Lyon des journées d’étude conçues comme un carrefour et un lieu d’échanges entre l’actualité médicosociale et les sciences humaines, dans le contexte de l’ouverture officielle à Lyon en 2010 de la première UHSA de France (UHSA : unité d’hospitalisation spécialement aménagée) sur le site du centre hospitalier Le Vinatier (CHV) de Lyon-Bron.

Cette ouverture de l’UHSA Simone Veil s’accompagne d’une couverture médiatique importante. Le dispositif national semble nouveau et pose question : ce lieu de soins psychiatriques pour personnes détenues relève-t-il de l’hôpital ou de la prison ? Comment rester médecin et soignant au service de l’individu au sein d’un dispositif contraignant qui va dans le sens d’une régulation de l’ordre social ? Pour le moins se dessine un conflit des normes, produisant un sujet hybride, mi-patient mi-détenu, et un reste probable : sa souffrance et la parole de sa souffrance.

Pour répondre à ces questions, il faudra certainement interroger le projet UHSA lui-même, dans son actualité mais aussi par des mises en perspective historiques et philosophiques. Les réponses que l’on peut apporter à ces questions relayées par les médias sont si complexes qu’il y a tout intérêt à les donner à travers une rencontre interdisciplinaire et un croisement de regards, dans une approche qui convoque à la fois les acteurs directement impliqués (équipes de soin psychiatrique, juristes, administration pénitentiaire) et des équipes de recherche universitaire dans les domaines des sciences de l’homme et de la société ainsi que des créateurs artistiques et des interprètes, pour un dialogue à multiples facettes.

Il s’agit moins au terme de ce dialogue de juger un fait de société ou de lui proposer une réponse unique, que de juxtaposer et de confronter des points de vue pour mieux faire percevoir l’implicite des enjeux et des discours relatifs à la création de l’UHSA. La recherche en sciences humaines et sociales apportera la richesse de ces analyses indispensables à une vraie profondeur de pensée sur un sujet sensible et très vite amplifié par les médias. Sur un sujet de société aussi lourd et dans la proximité géographique d’une telle structure, il semble en outre important aux porteurs du projet qu’une bibliothèque de lettres et sciences humaines soit le lieu pour accueillir des formulations sereines et croisées concernant ces questionnements de fond.

13Un mot sur l’organisation de ce carrefour. Conformément à nos principes de constitution d’un comité scientifique pour les journées d’étude que nous mettons en place, nous l’avons d’emblée construit en relation avec un laboratoire de recherche du CNRS, ici le laboratoire Triangle (UMR 5206) et son directeur, M. Jean-Claude Zancarini, que nous remercions encore pour son active collaboration. Un autre laboratoire a été sollicité dans l’organisation de ce colloque, le centre de recherche LIRE (UMR 5611). Nous avons également bénéficié du soutien fort du comité éditorial de Criminocorpus, plateforme francophone de publication scientifique en ligne sur l’histoire de la justice, des crimes et des peines, toujours en lien avec le CNRS. Toutes ces équipes qui couvrent le champ des sciences humaines et sociales ont construit le discours de leurs interventions en relation avec le monde professionnel de la santé, de la justice et du barreau. Nous voulions que des interrogations mutuelles puissent naître de cette confrontation entre chercheurs en sciences humaines et professionnels impliqués dans de très lourdes questions de santé et de société. Le résultat a été quasiment atypique en termes d’assistance : plus de 400 inscriptions sur ces 2 jours, avec une forte participation des publics de professionnels de la santé, venus chercher semble-t-il ce croisement de regards et d’approches pour une mise en perspective de leur quotidien. L’amphithéâtre du site Descartes n’y suffisant pas, nous avons dû organiser une captation directe dans une salle supplémentaire. Notre souci, je le rappelle, n’était pas tant de faire avancer la recherche fondamentale que de ménager au sein de notre bibliothèque un temps et un lieu de partage des approches institutionnelles et universitaires. La présence massive et même débordante d’un public professionnel que nous n’attirons pas en temps ordinaire tendrait à prouver que la parole des sciences humaines est attendue à parité avec la parole professionnelle lorsqu’elle s’inscrit dans une démarche d’intellectuel engagé, selon l’expression liminaire de Jean-Claude Zancarini à l’ouverture de ces deux journées. Malgré cela, les limitations actuelles de l’agencement architectural de notre bibliothèque nous interdisent de renouveler trop souvent cette expérience de bibliothèque universitaire comme « troisième lieu », puisque nous ne disposons pas en interne d’un espace propre d’échanges autour de sujets de société. Le recours nécessaire aux salles de conférences de l’ENS de Lyon donne inévitablement à ces carrefours une solennité qu’un espace interne modulable pourrait éviter.

14C’est ainsi que nous avons tenté d’illustrer par l’action les propos d’Emmanuèle Payen sur l’action culturelle en bibliothèque (Huchet et Payen éd., 2008), dont elle propose une synthèse dans un article de 2011 :

À en croire la doxa professionnelle, la bibliothèque est en passe de faire sa petite révolution : de pourvoyeuse de contenus (entendons d’ores et déjà contenus documentaires, qu’elle abrite, fournit et procure au public, dont elle prend en charge l’approvisionnement et la mise à disposition, en tant que puissance contenante), elle relèverait actuellement le défi de devenir une productrice de contenus, au même titre que d’autres institutions ou établissements culturels.

Si l’on considère que l’identité de la bibliothèque se construit autour de ses collections documentaires, qui offrent déjà, par le seul fait de leur structuration et de leur agencement, un certain regard sur le monde, quelles stratégies mettre en place pour valoriser ces contenus, les diffuser, comme le font déjà de nombreux établissements ; comment articuler la valorisation avec la production des savoirs, qui instaure alors la bibliothèque comme producteur culturel ? L’action culturelle ne joue-t-elle pas déjà un rôle essentiel dans cette chaîne ? Avec quelles limites ? La possibilité donnée dorénavant aux bibliothèques de numériser ne peut-elle pas nous permettre de mieux faire connaître nos contenus documentaires et de renouer ainsi avec une posture culturelle forte, plus axée sur la mise en valeur des contenus que sur la gestion des supports ? (Payen, 2011, p. 20)

Les bibliothèques au défi du numérique

15Si cette notion de troisième lieu est si importante à interroger et à explorer, c’est que l’interrogation fondamentale me semble être, elle aussi, ailleurs : c’est une interrogation qui porte sur la production des contenus de lettres et sciences humaines et sur les conditions de leur élaboration.

16Cette production transforme et déborde le livre (Dacos et Mounier, 2010). Elle interroge donc la bibliothèque, lieu traditionnel des livres, c’est-à-dire d’une pensée classée, découpée, segmentée, cataloguée, offerte selon un mode discontinu et référencé. Quelle place la bibliothèque, lieu d’ordre et d’organisation segmentée du savoir, conserve-t-elle dans ce débordement généralisé ? Nous emprunterons les premiers éléments de notre réponse à Bruno Latour :

La machine bibliothèque fusionne avec les salles de classe et les centres de recherche.
Les centres de recherche produisaient des données, puis publiaient leurs études. Certaines de ces études finissaient en livres et en articles. Les bibliothèques les archivaient, les référençaient, puis les tenaient à la disposition du public et des étudiants en les aidant à s’orienter dans les rayonnages et à consulter les différents fichiers. Dans les salles de classe, les enseignants citaient certains de ces documents, les photocopiaient souvent (les photocopillaient parfois) mais exigeaient toujours des étudiants qu’ils les lisent et les commentent. Certains étudiants allaient ensuite à la bibliothèque pour en trouver d’autres grâce aux efforts des bibliothécaires et des documentalistes.

Cette répartition des tâches n’a plus grand sens aujourd’hui. Qu’on soit hors de la bibliothèque ou à l’intérieur, le poste de travail est peu ou prou le même (aux codes d’accès près) : un écran, un accès wifi, un groupe de travail, une table, un café ou un coca et ça y est, on est soit en bibliothèque, soit en salle de cours. Où est l’enseignant ? Derrière le groupe d’élèves, sur un poste de travail, en train de chercher lui aussi, à travers les documents, comment se représenter visuellement ce dont il est en train de parler. S’ils pénètrent dans les murs de la bibliothèque, ce n’est plus seulement pour trouver des livres ni même pour avoir accès à d’autres documents. C’est pour rencontrer des spécialistes du formatage de la lecture et de l’écriture, de la visualisation et de la simulation, de l’archivage et de l’exploration.

Mais d’où viennent ces spécialistes que l’on hésite encore à appeler « bibliothécaires » et qu’il faudrait appeler formateurs – ils donnent forme à l’océan des informations – ou chercheurs – ils apprennent à naviguer sur la mer des données ? Mais alors, est-ce une bibliothèque ou un centre de recherche ? Autre distinction qui n’a plus guère de sens. La production, l’archivage, l’orientation, la consommation, le rafraîchissement des données, leur visualisation, leur synthèse et leur bornage, sont devenus des tâches aussi nouvelles que la lecture, l’écriture ou le calcul. (Latour, 2011, p. 36)

17Encore faut-il que les usages rencontrent l’offre. Or les années 2010-2020 sont présentées par les économistes comme celles de l’explosion mondiale annoncée du livre numérique et des « liseuses », obligeant les bibliothèques à s’interroger sur leur place dans ces nouveaux dispositifs et circuits de lecture.

  • 4 Communiqué de presse « Microsoft Announces New Software for Reading on Screen » (...)

18Indicateurs, contours de l’offre, tout témoigne de la rapidité des évolutions outre-Atlantique, et maintenant en Europe, selon une logique hautement prévisible dès qu’on l’interprète comme dictée par l’économique. Elle a été annoncée dès 1999 par Microsoft4 ! Les usages s’implantent, à grands coups de marketing, de concentrations verticales des trois « -le » – Apple, Google et Amazon Kindle – (du contenu au terminal en passant par la plateforme), d’offres alléchantes avec « une tarification à la cocaïne » selon l’expression reprise par Robert Darnton (2011) : les premières prises ne coûtent rien ou presque à l’acheteur, jusqu’à obtention de l’effet d’addiction qui le soumettra à toutes les « offres ». Où se place la bibliothèque dans cette logique de mise en place de structures directes d’approvisionnement en contenus culturels, qui privilégient la proximité, l’immédiateté, voire l’instantanéité ?

19La bibliothèque pourrait survivre au nom d’une de ses missions fondamentales, celle qui garantit l’accès public au savoir. Elle s’installe alors sur un front de gratuité immédiatement situé entre le terminal et le lecteur, dans un bandeau où coexistent son nom et le mot de passe de son lecteur inscrit. Mais cette forme fondamentale de prestation peut aussi se négocier à échelle nationale. Le lieu physique de la bibliothèque, son identité propre, n’ont plus grand rapport avec ce genre de service de diffusion négociée des savoirs et de la culture.

20Par ailleurs, l’environnement numérique n’est pas seulement celui de l’avènement de nouvelles structures d’édition. Il s’accompagne d’un bouleversement profond, qui est celui du décloisonnement entre processus et contenu. De l’internet au livre et réciproquement, on assiste à un va-et-vient entre deux formes de diffusion de la recherche, parfaitement analysé par Marin Dacos et Pierre Mounier (2010).

21De ce fait, la place du livre reste irréductible, comme un moment figé, on pourrait dire capturé, de la recherche et de la pensée. On pourrait parler de snapshot, de flash. Mais s’il est saisi un instant, c’est pour être relâché, pour retourner dans le courant, pour continuer à féconder d’autres moments et d’autres pensées. C’est ce que reflètent la souplesse de la licence Creative Commons et toutes les formes de travail collaboratif issues du Web 2.0. Par ailleurs, l’offre s’étoffe, dictée par les opportunités techniques (évolutions du format epub, intégrant maintenant le multimédia) et par les contraintes économiques. Le géant Apple, suivi d’autres, devient innovant dans la définition du livre à travers la diffusion de ses catalogues et applications, en mettant au point des ouvrages qui tiennent compte de la réalité augmentée, qu’il s’agisse d’ouvrages documentaires, de manuels numériques ou de livres d’art. Pour toutes ces raisons, le livre peut désormais être défini comme en mouvement. Le livre numérique deviendrait-il alors un objet irréductible au livre imprimé (Soccavo, 2011) ? Nous n’osons plus nous interroger sur sa place en bibliothèque, sensibles au fait que cette question mérite d’être immédiatement retournée : quelles sont la définition et la place des bibliothèques, lieu du figé par nature et histoire, face à ce nouveau produit de la pensée, aux limites incertaines et mouvantes ?

22Pour y répondre, interrogeons non plus les contenus mais les espaces de lecture abrités par les bibliothèques. C’est une dimension de la réflexion sur l’accès aux savoirs qui a toujours préoccupé les politiques et les architectes.

23Gratuité et multiplicité des accès, conservation et strates historiques des collections, tout cela constitue-t-il une offre spécifique ? Oui, si l’espace est pensé. Plusieurs livres à la fois sur la table, autant que l’on veut. Libre accès, catalogues, encouragement à la circulation et au feuilletage, gratuité, confort, lumière, silence, temps immobile, dédié, préservé.

24Quelles transpositions sont aujourd’hui possibles de cet environnement de travail si bien lié au livre ? D’abord la multiplicité, la redondance, la juxtaposition : des multifenêtres, multi-écrans, avec des tablettes autour des écrans, des livres et des feuilles à côté des tablettes, une organisation et un confort de lecture, des espaces dédiés au silence et au murmure. Nous pouvons nous référer au travail architectural sur les learning centres, tel qu’il est présenté par exemple dans un rapport de l’Inspection générale des bibliothèques (Jouguelet, 2009). Entre crayon et clavier, la bibliothèque peut alors continuer à jouer son rôle, qui est celui d’un lieu d’élaboration de la pensée, d’un atelier de l’intime, entre singulier et collectif, d’une cuisine avec ses mijotements de la réflexion, ses monte-charges et ses passe-plats.

Les bibliothèques à leur juste place

25La bibliothèque a donc bien sa juste place, celle qui n’appartient qu’à elle, dans les nouveaux processus d’édition et de diffusion. Encore faut-il qu’elle prenne soin de la définir, à un triple niveau.

  • 5 Voir également la contribution de Marin Dacos.

26En amont du lecteur, d’abord, il s’agit d’organiser une veille obligatoire sur les évolutions de la production et de la diffusion des savoirs. On est loin de l’image du bibliothécaire savant splendidement isolé dans sa propre érudition. On ne le sait pas assez, mais il y a souvent eu abandon de la part des personnels des bibliothèques – Vigny dirait qu’ils ont « fait abnégation » – d’une connaissance initiale et d’un intérêt premier, justement pour les lettres, les arts et les sciences humaines le plus souvent, au profit d’une vigilance soutenue – presque missionnaire – quant aux nouveaux chemins et tracés du savoir en train de se construire. Ah ! Ces chercheurs, par où passeront-ils, et comment les accompagner, les aider à construire et à diffuser leur recherche ? Quel vade-mecum élaborer avec eux, quels outils leur emprunter et leur offrir pour les processus d’autopublication et d’édition partagée qu’ils attendent ? Quels nouveaux espaces physiques et virtuels de conservation, d’accès, de signalement, de valorisation mettre à leur disposition, dans un univers en pleine mutation, où l’archive ouverte côtoie le blog de recherche et la revue payante ? N’est-il pas dans le rôle des bibliothèques de se voir confier la sélection, le catalogage et le signalement d’un ensemble de ressources et de flux qui font sens dans une discipline ou dans le mouvement d’une recherche interdisciplinaire, quels que soient les chaînes et les formats de production de ces ressources ? Se retrouve alors la notion familière aux bibliothécaires de « collections » à constituer, à offrir, à valoriser et à préserver. Je crois que nous rejoignons là une intuition de l’Open Access Freemium, qui veut rapprocher le monde de la production coopérative universitaire et celui des bibliothèques5.

27Face aux lecteurs, ensuite, il faut élaborer une réflexion sur les usages, et construire en bibliothèque un croisement original et signifiant des offres imprimées et numériques. La bibliothèque doit être le lieu où l’offre numérique et l’offre imprimée s’interpénètrent harmonieusement, de façon fluide. Il faut inventer des espaces, des dispositifs, donc participer à la construction des usages.

28Cela se fera-t-il par une juxtaposition de contenus et d’appareils de lecture, ou par le développement de guides, d’interfaces et d’expérimentations (à l’instar de la prospective menée par la Bibliothèque nationale de France autour de l’offre de contenus de Gallica, sa bibliothèque numérique en ligne), ou encore par le déploiement d’espaces internes de libre parole ? Quelle charte inventer pour que la bibliothèque demeure cet atelier de l’intime, ce lieu d’appropriation et de circulation des savoirs, ce scriptorium nécessaire dans l’éclatement et l’individualisation des pratiques de production écrite ?

29En aval enfin, c’est-à-dire à distance, il faut construire l’extériorisation des catalogues et des références, et tous les environnements numériques nécessaires à une délocalisation cohérente et totalement organisée des contenus. Quelques réalisations peuvent servir de modèles : le portail des services de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (l’ABES), le patrimoine numérisé des bibliothèques nationales européennes présenté sous Europeana, l’intégration des archives ouvertes dans le catalogue mondial Worldcat, le moissonnage sous Isidore des sites et ressources relatifs aux sciences de l’homme et de la société.

30Il faut de toute façon construire et expliciter le projet, avec une charte documentaire d’un nouveau genre, qui présente et justifie l’offre numérique en l’inscrivant dans une perspective de production éditoriale et une pédagogie des usages.

31En guise de conclusion, nous pourrions ouvrir la réflexion sur une dimension propre à l’internet : les sciences humaines n’ont-elles pas sous les yeux de nouveaux territoires d’investigation et de nouveaux champs exploratoires, ceux de l’Internet (Le Crosnier, 2010) ? Comme les explorateurs, cartographes et ethnologues des siècles passés, qui avaient notre planète à transcrire jusqu’à ce que toutes les « terrae incognitae » aient été répertoriées. Quelles seront les nouvelles représentations capables de rendre compte de ces nouvelles découvertes ? Quel nouveau géographe un Vermeer de Delft pourrait-il peindre ? Et quelle place tiendront la bibliothèque et l’ordre du livre dans la production et la diffusion de ces nouvelles analyses ?

32Comme tous les champs du savoir, ces explorations de l’humain produisent de nouveaux documents et donc de nouvelles collections à pérenniser, organiser, communiquer, valoriser. L’internet constitue bel et bien un nouveau territoire d’exploration pour les sciences de l’homme et de la société : chaque discipline est sollicitée pour interpréter ces nouveaux espaces humains. Toutes les cartographies prennent sens.

33Les humanités numériques ne se construisent pas uniquement sur l’héritage culturel du passé. Elles sont en action sur le champ de l’internet, qui n’est pas seulement le lieu de l’économique. La bibliothèque se doit donc de pérenniser ce champ et cette recherche par un signalement et par une conservation des territoires et des parcours numériques.

34Qui sait, peut-être aussi sous forme de débats et de livres ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Caraco Benjamin, 2012, Bibliothèque de sciences humaines et sociales. Quelles particularités dans le contexte du xxıe siècle ?, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, Enssib.

Collignon Laure et Gravier Colette éd., 2011, Concevoir et construire une bibliothèque. Du projet à la réalisation, Paris, Le Moniteur.

Dacos Marin et Mounier Pierre, 2010, L’édition électronique, Paris, La Découverte.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Darnton Robert, 2011 [2009], Apologie du livre. Demain, aujourd’hui, hier, Paris, Gallimard.
DOI : 10.4000/lettre-cdf.1243

Huchet Bernard et Payen Emmanuèle éd., 2008, L’action culturelle en bibliothèque, Paris, Éditions du Cercle de la librairie.

Jouguelet Suzanne, 2009, Les Learning centres. Un modèle international de bibliothèque intégrée à l’enseignement et à la recherche, Paris, Rapport pour le ministère de l’Enseignement et de la Recherche.

Latour Bruno, 2011, « Plus elles se répandent, plus les bibliothèques deviennent centrales », Bulletin des bibliothèques de France, no 56 (1), p. 34-36.

Le Crosnier Hervé, 2010, Internet, la révolution des savoirs, Paris, La documentation française.

Malotaux Sandrine, 2011, « Pour des bibliothèques engagées dans la diffusion des savoirs de l’université », Bulletin des bibliothèques de France, no 56 (1), p. 54-59.

Payen Emmanuèle, 2011, « Action culturelle et production de contenus », Bulletin des bibliothèques de France, no 56 (1), p. 20-25.

Servet Mathilde, 2009, Les bibliothèques troisième lieu, Mémoire d’étude pour le diplôme de conservateur de bibliothèque, Enssib.

Soccavo Lorenzo, 2011, De la bibliothèque à la bibliosphère. Les impacts des livres numériques sur les bibliothèques et leur évolution, Andrézieux-Bouthéon, Morey Éditions.

Haut de page

Notes

1 Vermeer de Delft, Le Géographe, 1669, conservé au Städelsches Kunstinstitut, à Francfort-sur-le-Main. Pour une reproduction, voir http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:The_Geographer.jpg, consulté le 26 juillet 2012.

2 Enquête statistique générale auprès des services documentaires de l’enseignement supérieur (ESGBU), les bibliothèques universitaires en chiffres, données de synthèse, disponibles à l’adresse suivante : [URL : https://www.sup.adc.education.fr/asibu/synth_BU.htm], consulté le 20 avril 2012.

3 La bibliothèque interuniversitaire de lettres et sciences humaines de Lyon (BIU Lsh) « développe des collections pour un public de chercheurs, débutants ou confirmés. Le socle des collections, hérité de l’ancienne bibliothèque droit-lettres comme l’existence d’une carte documentaire définie par les universités, explique aujourd’hui sa vocation à acquérir majoritairement des publications dans les domaines suivants : l’histoire, les lettres et les langues, la philosophie et également les sciences du langage, la géographie. La bibliothèque interuniversitaire s’attache à rassembler les sources, les instruments, les résultats de la recherche et elle accentue sa présence sur les ressources numériques. Ainsi la bibliothèque rassemble 360 000 documents, s’enrichit chaque année de 5 500 ouvrages, des livraisons de 520 titres de périodiques dont 370 étrangers ainsi que de bases de données, de périodiques électroniques et de documents numériques ». Présentation disponible à l’adresse suivante : [URL : http://www.bibliotheque-diderot.org/informations-pratiques/la-bibliotheque-denis-diderot-121163.kjsp], consulté le 25 avril 2012.

4 Communiqué de presse « Microsoft Announces New Software for Reading on Screen », 30 août 1999, disponible à l’adresse suivante : [URL : http://www.microsoft.com/en-us/news/press/1999/Aug99/SeyboldPR.aspx], consulté le 25 avril 2012.

5 Voir également la contribution de Marin Dacos.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marianne Pernoo, « Sciences humaines et bibliothèques : quel avenir », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 24 mai 2016. URL : http://traces.revues.org/5532 ; DOI : 10.4000/traces.5532

Haut de page

Auteur

Marianne Pernoo

adjointe au directeur de la BIU Lsh, Bibliothèque Denis Diderot, responsable des collections et de la valorisation

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page