Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Médias et sciences humaines

Quand la radio fabrique de l’histoire

Séverine Liatard
p. 179-190

Texte intégral

Renouveler l’histoire à la radio

1La Fabrique de l’histoire a été créée en 1999 sur l’antenne de France Culture sous la forme d’une émission hebdomadaire de 2 h 30, diffusée tous les lundis après-midi. À son arrivée à la tête de France Culture au début de l’année 1999, afin de concevoir une nouvelle grille de programmes, Laure Adler a réuni quatre ateliers de réflexion auxquels participent les producteurs de la chaîne dont Emmanuel Laurentin. Ce dernier est alors producteur de l’émission L’Histoire en direct, composée d’un documentaire sonore suivi d’un débat enregistré en public chaque mois. Cette émission bimensuelle avait été créée par Patrice Gélinet qui part animer une émission quotidienne d’histoire sur France Inter : 2 000 ans d’histoire. Un des ateliers est alors présidé par l’historien et coproducteur des Lundis de l’histoire, Jacques Le Goff. Le thème de cette séance de réflexion portait sur les rapports conflictuels entre histoire et mémoire. En 1988, le médiéviste avait publié Histoire et mémoire, et ses collègues, Pierre Nora, Henry Rousso, François Bédarida ou Philippe Joutard, après avoir reconnu le rôle d’incitation à l’histoire de la mémoire, tenaient cependant à rappeler la fonction critique de l’histoire face aux dérives parfois ritualisantes et inquisitoriales de la mémoire (Delacroix et al., 2003, p. 207). Selon cette perspective, l’historien est confronté au travail de mémoire, à la manière d’un travail de deuil incontournable. Sans abandonner le devoir de mémoire, l’opération historiographique relèverait donc davantage du devoir de vérité.

2Nous sommes après la saison des grands procès liés à la seconde guerre mondiale (Klaus Barbie en 1987, Paul Touvier en 1994, puis Maurice Papon en 1997) avec ces problématiques qui avaient également mobilisé toute l’attention de la profession historienne : que pouvait signifier pour un historien et pour le respect des règles de son métier le fait d’être convoqué à la barre d’un tribunal pour jouer le rôle d’expert et de témoin ? Certains chercheurs et acteurs de la Résistance avaient également mis en cause l’action des époux Aubrac dans l’arrestation de Jean Moulin au cours d’une table ronde organisée par le journal Libération (mai 1997). Un débat très vif avait suivi sur la faillibilité du témoignage et la rigueur accrue dont devaient faire preuve les historiens face aux souvenirs des acteurs de l’histoire.

3Par nécessité, d’une certaine manière liée à la demande sociale, la nouvelle émission va mettre au cœur de son projet cette tension entre mémoire et histoire, entre témoin et historien, mais aussi l’idée que le passé n’est jamais écrit une fois pour toutes puisque l’histoire est une construction intellectuelle, un récit en phase de réécriture permanente. Cette prévalence donnée à la part interprétative de l’histoire ne signifie pourtant pas qu’elle est pure fiction. Elle reste un discours qui a valeur d’objectivité parce qu’il doit toujours être orienté par l’exigence de vérité.

4Ces problématiques du récit historique et du rapport que l’histoire entretient avec la fiction se posent en permanence, à deux titres au moins, dans le cadre d’une émission de radio comme La Fabrique de l’histoire. D’une part, nous mettons effectivement constamment en récit des événements, des faits sociaux ou des problématiques historiques lorsque nous réalisons des documentaires sonores. D’autre part, nous débattons également régulièrement de la manière dont la fiction (la fiction des autres : cinéastes, romanciers, auteurs de BD, dramaturges…) met en scène l’histoire.

5Une autre référence à laquelle Emmanuel Laurentin aime à se reporter est cet ouvrage publié à la fin des années 1990, intitulé La fabrique des héros dirigé par Pierre Centlivres, Daniel Fabre et Françoise Zonabend (Centlivres et al. éd., 1998). Il s’agissait de s’interroger sur la construction des héros et des identités nationales en Europe pour tenter de tracer un portrait-robot du héros contemporain et traiter dans le même temps des usages politiques du passé à travers notamment l’invention de traditions. Ces problématiques surviennent de manière éclatante après la chute du mur et la désintégration du bloc de l’Est.

6La médiatisation de ces débats sur l’articulation entre histoire et mémoire, les théories du récit dans le champ historiographique proviennent de la création de l’Institut d’histoire du temps présent (IHTP) à la fin des années 1970, puis de ce contexte mémoriel déjà diagnostiqué comme une névrose dans Leslieux de mémoire de Pierre Nora, parus au milieu des années 1980 : une société déracinée qui feint de sacraliser le passé parce qu’elle ne posséderait plus le sens du sacré.

7Constatant qu’il y a un laps de temps d’environ une vingtaine d’années entre la recherche scientifique et la mise en débat de ces problématiques – mémoire / histoire, fiction / histoire, usages politiques du passé – dans l’espace public, La Fabrique de l’histoire va se donner alors pour ambition de « raccourcir le cycle » en portant au plus vite auprès des auditeurs les dernières recherches des historiens, afin de rapprocher davantage deux mondes qui ne se croisent finalement pas. Il s’agit dès lors de débattre publiquement d’un passé submergé par des mémoires contrariées concernant la Shoah, la guerre d’Algérie, le communisme ou l’esclavage, en donnant l’occasion aux universitaires de mettre à distance ces fièvres mémorielles et d’analyser ensuite la manière dont l’opinion s’approprie ou non cette interprétation critique des usages du passé. Dans un tel contexte de tension entre mémoire et histoire, il apparaît difficile de proposer à entendre à la radio un dialogue enregistré en direct entre témoins et historiens. L’expérience avait montré, dans le cadre de débats de L’Histoire en direct, que ce genre de dispositif rendait la discussion, certes spectaculaire, mais pas toujours riche au niveau du contenu. L’émission crée donc deux espaces distincts : une « salle des mémoires » à l’intérieur de laquelle seront diffusées différentes formes documentaires comme les « cascades de mémoires » ou les « grands discours » et un « laboratoire » au sein duquel les chercheurs professionnels peuvent débattre entre autres des mémoires collectives diffusées justement dans le documentaire.

8Depuis la fin des années 1990, l’histoire a le vent en poupe dans les médias alors que paradoxalement, par ailleurs, son enseignement à l’école est jugé facultatif. À la télévision, de nombreux programmes documentaires sont proposés aux téléspectateurs : le docufiction a fait son apparition, et TF1 a même créé sa chaîne d’histoire. Sur France Inter, à partir de 1996, Patrice Gélinet anime une émission quotidienne d’histoire centrée sur le xxe siècle, Les Jours du siècle, à laquelle succède l’émission 2 000 ans d’histoire. Son principe consiste à faire le récit d’un événement ou le portrait d’un acteur de l’histoire à travers des documents sonores explicités par un témoin privilégié ou un historien. En 2009, 2 000 ans d’histoire, diffusée après le journal de la rédaction, de 13 h 30 à 14 heures, est aussi l’émission la plus podcastée de la radio de service public. Aujourd’hui, le créneau a été repris par Jean Lebrun (ancien producteur de France Culture) qui anime La Marche de l’histoire. Le principe est identique mais les sujets choisis sont différents, et les questions historiographiques ne sont pas absentes de la ligne éditoriale. À France Culture, à la fin des années 1990, outre La Fabrique de l’histoire, deux autres émissions d’histoire sont produites par la chaîne. Concordance des temps, créée par l’historien et ancien directeur de Radio France, Jean-Noël Jeanneney, est diffusée le samedi matin. Il s’agit de débusquer dans le passé des similitudes avec nos conjonctures contemporaines, de rechercher des résonances inattendues entre le passé et le présent en replaçant les événements ou les faits sociaux, politiques ou culturels dans une longue durée pour ainsi mieux les interpréter. L’émission procède ainsi à des allers-retours en compagnie d’un historien à travers divers documents, comme des archives sonores, extraits de films, musiques et chansons d’époque. Il y a enfin Les Lundis de l’histoire qui a fêté ses 45 ans en avril 2012. Chaque semaine, un ou plusieurs historiens viennent présenter, sous la forme d’un entretien d’une heure, leur travail et l’intérêt historiographique de leurs recherches. Cette émission hebdomadaire a toujours été animée par des universitaires.

9Pour sa part, l’équipe de La Fabrique de l’histoire, version hebdomadaire, est composée d’un producteur coordonnateur, d’une productrice déléguée et de producteurs extérieurs qui s’occupent de réaliser des documentaires sonores sans intervenir généralement sur la ligne éditoriale de l’émission. Une attachée de production et deux chargés de réalisation travaillent également à temps plein pour l’émission. Une autre personne est chargée d’écouter et sélectionner les archives INA susceptibles d’intéresser tels documentaires ou débats. Depuis que l’émission est devenue quotidienne en 2004, l’équipe s’est naturellement élargie et est désormais animée par une dizaine de personnes, toutes professions confondues. L’équipe de production dans son ensemble possède une formation d’historien. Seul Emmanuel Laurentin est diplômé d’une école de journalisme. Notre statut n’est d’ailleurs pas celui de journalistes mais de producteurs / auteurs d’émissions. Journaliste d’histoire ou journaliste spécialisé en histoire semble être le qualificatif qui corresponde le mieux à notre travail.

10Nous devons transmettre une discipline tout en faisant de la radio : l’émission organise des débats contradictoires d’historiens mais propose aussi des formes radiophoniques plus élaborées comme le documentaire sonore avec ses multiples variantes. De tels formats s’inscrivent d’emblée dans des problématiques d’écriture historique puisqu’il s’agit de mettre en récit différents témoignages concernant tels moments de l’histoire ou des analyses d’historiens, sociologues ou anthropologues sur une thématique donnée. Ce matériau est, qui plus est, agrémenté d’archives sonores ou de lectures de textes, de musique et des fonds sonores qui contribuent également à raconter cette histoire.

Les différentes formes d’histoires racontées à La Fabrique de l’histoire

11Pour répondre dans un premier temps à cette présence prépondérante des mémoires dans la société, l’émission va donc créer les « cascades de mémoires », dans lesquelles trois ou quatre générations d’une même famille évoquent séparément un événement historique ayant marqué la mémoire familiale. Ces témoignages sont ensuite présentés par nos soins, mélangés les uns aux autres à travers de constants allers-retours générationnels susceptibles de dire aussi les différentes manières de vivre et d’appréhender un événement, la manière dont il a été transmis et comment il s’inscrit ou non dans une sorte de patrimoine familial.

12La « salle des discours », quant à elle, consiste à présenter une longue archive sonore – généralement un discours officiel comme ceux de François Mitterrand à Cancun (1981), Patrice Lumumba devant le roi des Belges (1960) ou André Malraux sur les Maisons de la culture (1966) – étayée par le souvenir de trois ou quatre témoins auxquels nous demandions toujours de ne pas réécouter cette séquence sonore afin de rendre audibles cette problématique de la mémoire et les modes de sélection qu’elle opère. Il s’agissait en tout état de cause de donner ainsi une forme radiophonique à ces préoccupations historiennes concernant la faillibilité de la mémoire tout en permettant à l’auditeur d’écouter à nouveau ou de découvrir une archive à part entière, matière première du chercheur. Ces séquences étaient d’ailleurs ensuite explicitées et mises en perspective par des historiens au cours d’un débat en direct.

13En 2004, La Fabrique de l’histoire change de rythme en devenant quotidienne. Elle est également programmée à une heure d’écoute plus favorable, le matin de 10 heures à 11 heures, puis juste après la matinale de 9 heures à 10 heures. Il y a sans doute plusieurs raisons à ce changement : les retours positifs suscités par la version hebdomadaire de l’émission, l’intérêt porté à l’histoire par la directrice de France Culture, Laure Adler, elle-même historienne, et enfin un aménagement de la grille qui tend à s’horizontaliser en créant des quotidiennes. Ce nouveau rythme va obliger toute l’équipe, et son créateur en particulier, à repenser l’objet « émission d’histoire » en termes de semaine, tout en gardant cette exigence de variabilité des dispositifs radiophoniques. Il s’agit de médiatiser l’histoire sous plusieurs formes. Dans sa première version journalière, Emmanuel Laurentin se propose d’échafauder cette nouvelle temporalité sous une forme pyramidale : le lundi, une mémoire individuelle, c’est-à-dire un grand entretien avec un acteur de l’histoire ; le mardi, une mémoire collective dont le récit est construit à partir de témoignages ou de savoirs scientifiques et d’archives sonores et/ou de lectures de textes ; le mercredi, le lieu de mémoire consiste à faire de la radio en extérieur en proposant une lecture de l’histoire à travers façades, mobilier urbain, monuments, statuaire ou musées ; enfin, le jeudi, débat historiographique en compagnie de chercheurs en sciences sociales. Cette semaine de 4 jours est construite autour d’un thème généralement en écho avec l’actualité politique, sociale, culturelle ou patrimoniale, le vendredi étant consacré à la recherche en train de se faire : colloques, documentaires d’histoire ou revues, parution d’ouvrages historiques, information éclairée par l’histoire.

14Certaines formes radiophoniques – cascades de mémoires, grands discours – deviennent de plus en plus rares, voire sont progressivement abandonnées au profit d’autres formes. La mémoire de groupe de 25 minutes suivie d’un débat d’une même durée est remplacée par le documentaire sonore classique de 52 minutes. Les « lectures de façades » sont toujours présentes, mais de manière ponctuelle, et diffusées dans la case documentaire du mardi. Des débats en compagnie de chercheurs construits autour d’archives sonores ou de documents écrits lus en direct par un comédien sont désormais proposés le mercredi. Lorsque débute cette nouvelle Fabrique quotidienne, des séquences plus courtes sont également créées comme les « bibliothèques d’historiens » qui consistent à demander à un chercheur de nous parler des lectures qui ont marqué son cheminement intellectuel. De cette façon, nous pouvions revenir sur certains fondamentaux ou sur des ouvrages non traduits ou l’ayant été très tardivement en France. Ces « bibliothèques d’historiens » étaient alors diffusées sous la forme de feuilletons : 5 minutes chaque jour de la semaine. Il y eut également un temps pour les commémorations : chaque matin, quelques minutes sonores nous rappelaient ce contexte intense de « commémorite ». Ces pastilles impliquaient en outre tout un travail de réalisation puisqu’elles se présentaient comme un objet radiophonique à part entière. Il parut toutefois nécessaire, à un moment donné, de prendre un certain recul par rapport à cet exercice en analysant ce que cette kyrielle de célébrations anniversaires disait sur la mise en scène contemporaine du souvenir. Certaines de ces commémorations précédemment diffusées furent donc regroupées par thématiques, puis analysées lors d’une semaine spéciale en compagnie d’historiens. L’année suivante, le principe du feuilleton en début ou en fin d’émission fut abandonné à la demande de la direction de France Culture.

15Dans le documentaire d’histoire, l’entrelacement entre les notions d’histoire et de fiction et les rapports qu’elles entretiennent entre elles pour créer du sens et atteindre, ou répondre plus exactement, à la part de vérité nécessaire à tout récit historique, sont en permanence mis à l’épreuve. Cette forme d’écriture de l’histoire doit renoncer à la quête illusoire de l’objectivité totale et répondre à plusieurs contraintes radiophoniques. Le temps de fabrication est primordial puisqu’un producteur régulier de l’émission réalise un documentaire toutes les 5 à 6 semaines et ne consacre pas tout son temps à cette tâche. Il se doit de trouver un sujet susceptible d’être traité sous cette forme, se constituer une documentation, retrouver les acteurs et les interviewer, monter ces entretiens avec un chargé de réalisation et ensuite construire un récit généralement étayé d’archives sonores disponibles à l’INA qui donnent à entendre, elles aussi, une restitution du passé. Cette fabrication de « fiction historique documentaire », selon l’expression de Jacques Rancière (Véray, 2011, p. 25), n’a donc rien d’une démarche exhaustive, et l’événement relaté ou la problématique traitée est un point de vue exprimé à un moment, et avec des moyens limités. Une présentation du sujet est couramment énoncée au début du documentaire et des mises en perspective historiques contribuent à clarifier et à articuler ce récit radiophonique. Le documentaire d’histoire à la radio oblige son auteur à réfléchir sur la manière dont les faits et/ou les idées peuvent être agencés avec plausibilité en tenant toujours compte des contraintes discursives propres à ce média. Ces dernières résident par exemple dans le fait de ne pas pouvoir multiplier les entretiens au-delà de sept ou huit ou de ne pas disposer d’un éventail équilibré des interprétations du sujet ou de l’évènement traités, de devoir généralement faire le deuil de certaines problématiques ou subtilités trop complexes à aborder dans le cadre d’un documentaire, de répondre au souci de mise en récit radiophonique qui passe par une certaine esthétique comme le rythme, la réalisation musicale mais aussi la construction d’une intrigue ou tout au moins d’une histoire avec un début et une fin. Il y a cette volonté d’intéresser immédiatement l’auditeur et de le retenir pour qu’il reste à l’écoute.

16Concernant les thèmes traités : nous avons beaucoup abordé la première et la seconde guerre mondiale, à travers justement l’événementiel puis leurs problématiques mémorielles, leurs interprétations conflictuelles autour, par exemple, de la notion de « culture de guerre » qui s’éloigne d’une certaine victimisation des acteurs pour se diriger vers l’idée d’un consentement à la guerre voire d’une disposition à la violence inégalée jusque-là et assumée par ceux qui la dispensent, puis enfin les différentes manières de patrimonialiser ces moments à travers leur monumentalisation, leur muséification ou leur mise en fiction cinématographique ou littéraire. La Fabrique de l’histoire relaie pour les auditeurs les modes historiographiques. Elle reste en contact permanent avec la recherche en train de se faire par l’intermédiaire des historiens, des revues, des séminaires et des colloques ou des soutenances de thèse. Si elle ne se situe pas à l’avant-garde de la recherche universitaire, elle a réussi parfois à anticiper la mise en place de séminaires à l’université comme celui dirigé, par exemple, par Paul Dietschy et Patrick Clastres à l’IEP de Paris, « Sport, culture et société ». L’émission cherche toujours à être en concordance avec la discipline. D’une histoire sociale en vogue durant les années 1970-1980 (histoire ouvrière, de la famille, de la jeunesse, de la ruralité), nous avons davantage pratiqué une histoire socioculturelle (cinéma, théâtre, gastronomie, corps, tourisme et loisir) pour nous diriger ensuite vers une histoire des sensibilités (odeurs, paysages, bruits, climat…). L’histoire politique a aussi beaucoup mobilisé La Fabrique de l’histoire et la mobilise encore aujourd’hui, mais axée plutôt autour des représentations du pouvoir, notamment durant des périodes plus anciennes comme le xviiie siècle ou l’Antiquité. L’histoire du genre a dès le début fait l’objet d’émissions dont les problématiques s’orientent aujourd’hui vers l’histoire des sexualités ou le travestissement des identités. Nombre de semaines se construisent autour de thématiques à partir d’une série d’émissions sur un grand historien (Jules Michelet, Marc Bloch, Michel Foucault) ou de problématiques comme celles de l’ego-histoire ou de l’hypothèse en histoire. Enfin, les thèmes choisis donnent à entendre une histoire plus européenne et même mondialisée avec l’« histoire globale » ou world history qui correspondent à la mise en place dans la recherche d’un processus de mondialisation pour mettre un terme à un certain européocentrisme. D’autres sources et d’autres interprétations de l’histoire sont alors mobilisées. À l’occasion de la sortie du collectif Histoire du monde au xve siècle, dirigé par Patrick Boucheron en 2009, La Fabrique de l’histoire a consacré par exemple une semaine au xve siècle dans le monde. Quelques semaines dites de « carottage » ont également été conçues dans cet esprit. Il s’agit de travailler à partir d’une contrainte – une date – à déployer à travers une histoire mondiale. La semaine 511, diffusée en 2011, se décomposait par exemple comme suit : un grand entretien consacré aux églises d’Orient à travers la figure de Sévère d’Antioche, un documentaire sur les commémorations du baptême de Clovis réalisé en 1996, un débat sur la dynastie Gupta, et un autre sur le royaume d’Axoum au début du vie siècle. Ce dispositif nous permet ainsi d’explorer des espaces inédits comme l’Éthiopie ou l’Inde, rarement traités dans l’émission, qui plus est, dans cet exemple, à des périodes anciennes.

  • 1 Pour avoir un aperçu des multiples thèmes traités à La Fabrique de l’histoire d (...)

17Les thèmes de l’immigration (italienne, polonaise, grecque…), de la colonisation et de la décolonisation à travers la guerre d’Algérie entre autres mais aussi des indépendances africaines ont fait l’objet d’émissions régulières. Les polémiques soulevées par l’histoire de l’esclavage et ses usages contemporains (Bordeaux, ville du commerce triangulaire, la loi Taubira de 2001, ou la plainte à l’encontre de l’historien Olivier Pétré-Grenouilleau) ont été traitées. Ces problématiques sont davantage appréhendées aujourd’hui à travers une attention portée aux post-colonial studies1.

18De manière générale, La Fabrique de l’histoire a donc voulu se greffer sur les débats de son temps tout en se tenant au plus près de la recherche en train de se faire avec les tensions et les conflits qui la composent. L’émission revient régulièrement sur des expositions, ouvrages d’histoire ou de fiction, problématiques historiographiques qui font débat et sortent de la sphère confinée des universitaires : Aristote au mont Saint-Michel. Les racines grecques de l’Europe chrétienne de Sylvain Gouguenheim ; l’exposition « La Shoah par balles » et les controverses suscitées par les recherches du père Patrick Dubois ; l’exposition organisée par la mairie de Paris sur « Les Parisiens et l’Occupation » photographiés par André Zucca.

19Ce croisement entre histoire et fiction peut susciter parfois des polémiques mais surtout il interroge les professionnels de l’histoire. Quels sont les sujets d’histoire abordés et comment le sont-ils par les divers créateurs (écrivains, cinéastes, dramaturges…) ? L’émission s’y intéresse en organisant chaque mois des tables rondes en compagnie des historiens Arlette Farge, Pascal Ory et Fabrice d’Almeida. Films, romans, BD, pièces de théâtre sont choisis par nos soins pour tenter de décrypter ces usages faits de l’histoire dans la fiction.

20Une attention est également davantage portée à l’histoire immédiate et à la présence pesante du passé. Au moment des commémorations du génocide au Rwanda en avril 2009, une série d’émissions sont réalisées sur place pour tenter de comprendre le regard des Rwandais et des Français sur ce moment traumatique et la manière dont il est vécu au jour le jour. Des victimes du génocide, des acteurs humanitaires mais aussi des historiens comme Stéphane Audoin-Rouzeau, spécialiste de la violence de guerre, sont sollicités pour composer cette semaine. Que peut nous dire l’histoire sur, par exemple, une révolution en train de se dérouler ? Deux heures d’émission consacrées aux années Bourguiba sont proposées aux auditeurs au moment de la chute de Ben Ali en 2011. Est-ce pour répondre à une demande du public potentiellement friand d’informations et d’actualités, avec cette idée que l’histoire doit jouer son rôle d’éclaireuse du présent ? Dans ces choix d’émissions préparées la plupart du temps dans l’urgence, il y a à La Fabrique de l’histoire une sorte de mélange entre la conviction que ce regard de l’histoire sur l’événement en train de se faire est une nécessité, parce qu’il permet de comprendre en amont, et l’obligation de répondre à une des lignes éditoriales de la chaîne. France Culture organise effectivement régulièrement des « 24 heures », c’est-à-dire des journées où la majeure partie des émissions se consacrent à l’événement en question.

Entre amateurs et professionnels d’histoire

21Comment ces propositions sont-elles reçues par les premiers auditeurs de la Fabrique ? Ils sont peu nombreux à l’origine. L’émission est alors diffusée de 15 heures à 17 h 30 le lundi, une heure creuse pour la radio, à une époque où France Culture n’est pas encore sur Internet et le podcast n’existe pas. La Fabrique de l’histoire met en place son site en 2002. Cet espace propose alors un résumé de l’émission avec des compléments bibliographiques et la possibilité pour les auditeurs d’exprimer rapidement leurs avis. Nous connaissons la position de certains d’entre eux lorsque le traitement d’un sujet froisse leur vision du passé sur des sujets sensibles, comme l’histoire du communisme ou la guerre d’Algérie. Ils nous accusent de fabriquer – au sens de trafiquer – l’histoire. Les auditeurs critiquent parfois, mais aujourd’hui plus rarement, une histoire qu’ils ne jugent pas assez événementielle. Ces accusations se sont estompées au fil des années. L’émission a réussi à faire connaître et reconnaître ces « nouveaux objets d’histoire » traités dans les laboratoires de recherche. Les diatribes qui surviennent à nouveau sont généralement celles suscitées par des sujets déjà polémiques dans la société. La semaine consacrée à l’histoire de la chasse a, par exemple, fait l’objet d’abondantes critiques de la part des opposants à la chasse. Le documentaire sur le Trésor du Félibrige de Frédéric Mistral a pour sa part provoqué nombre de commentaires hostiles à l’émission jugée pro-occitaniste, puis le débat parfois violent s’est poursuivi, sur le site de La Fabrique de l’histoire, entre militants occitanistes et militants provençaux.

22C’est un fait que le site internet, avec son adresse mail et son espace de discussion, auxquels s’ajoute aujourd’hui celui des « Amis de La Fabrique » sur le réseau social Facebook, nous permettent d’avoir de plus nombreux retours des auditeurs sur l’émission. Ces retours aujourd’hui abondants mais écrits souvent de manière hâtive ne sont pas tous de même nature : cela va de la critique argumentée suite à une écoute attentive, avec des propositions de sujets à venir, à de vagues impressions jetées sur la Toile après 5 minutes d’écoute ou tout simplement des demandes de références musicales. Procéder cependant à l’analyse détaillée de ces messages et à leur classification – ainsi que des désormais rares courriers que nous recevons – nous permettrait peut-être de mieux comprendre la manière dont cette émission est écoutée, et les caractéristiques de l’efficacité de notre rôle de médiateur d’histoire. Cependant, comme dans toute communication, le mystère de sa réception reste souvent entier. Malgré ces échanges via Internet, nous connaissons mal nos auditeurs, d’autant que ceux qui nous écrivent ne sont pas forcément les plus représentatifs.

  • 2 France Culture est considérée comme une radio de complément. Elle totalise envi (...)

23Les chiffres des podcasts nous disent certes l’intérêt croissant suscité par cette émission en sachant pertinemment qu’une émission podcastée n’est pas nécessairement écoutée – on estime que sept podcasts sur dix sont écoutés. L’existence de sites pour chaque émission et la possibilité de réécouter (pendant 1 000 jours) et de podcaster les émissions (pendant une semaine) reste cependant une véritable opportunité pour une radio comme France Culture2, parce qu’elle se fait ainsi mieux connaître. Le site de la chaîne a enregistré des records de fréquentation avec 2,5 millions de visites pour le mois de janvier 2012 et plus de 4 millions de téléchargements. Pour sa part, La Fabrique de l’histoire est la deuxième émission la plus podcastée après Les Nouveaux Chemins de la connaissance : une hausse de 11 % avec 240 808 téléchargements.

24Notre ambition est de vulgariser certaines problématiques et pratiques historiennes sans les simplifier à outrance, de rendre accessibles des recherches plutôt austères à un public plus large. Le format du documentaire sonore, comme nous l’avons évoqué précédemment, plus proche des acteurs de l’histoire que de l’historiographie, faisant appel à la mémoire, à la nostalgie de l’archive puis mis en scène de manière à constituer un récit, répond presque de manière intrinsèque à cette ambition de rendre accessible l’histoire à tout un chacun. Peu d’historiens sont généralement sollicités dans ce genre d’exercice. En revanche, ces derniers viennent exposer leurs recherches au cours de tables rondes lors desquelles il s’agit d’éclairer une problématique simple généralement cadrée chronologiquement. La discussion entre chercheurs est dirigée de manière à ce que celle-ci ne devienne jamais une querelle de spécialistes pointilleux, ce que doivent être a priori des historiens. L’obligation du direct devient à ce titre un avantage. La parole doit aller et venir, ne pas être monopolisée par un seul, et le sujet doit être traité en temps réel sans possibilité de coupes ultérieures. Or, cette confrontation de points de vue mis en débat à la radio n’est pas courante pour des chercheurs qui discutent ensemble, certes, mais dans des espaces habituellement confinés. Surtout, ici, dans le cadre d’une émission de radio, ils ne se choisissent pas mais sont choisis par nous. Nous avons d’ailleurs pris le parti de justement faire se rencontrer des historiens qui ne dialoguent pas habituellement ensemble parce que, par exemple, spécialistes de périodes éloignées. Parfois, certaines thématiques les obligent même à réfléchir sur des objets anachroniques.

25Ce lieu est désormais connu dans le milieu des universitaires. Beaucoup d’entre eux sont d’ailleurs des conseillers réguliers de l’émission. Généralement, ils acceptent avec plaisir de participer à La Fabrique de l’histoire, et nous n’avons jamais de refus pour incompatibilité avec la ligne éditoriale de l’émission. Il arrive cependant, mais rarement, que certains refusent de venir en présence d’un collègue avec qui ils estiment le débat impossible. Ils viennent à La Fabrique de l’histoire pour plusieurs raisons. Ils estiment que cet espace respecte la plupart des exigences intrinsèques au métier d’historien : le temps et la liberté de parole, l’impossibilité de déformer leurs propos et la confrontation avec des interlocuteurs sérieux. Ils souhaitent aussi se faire connaître davantage, diffuser leurs recherches en venant parler de leurs dernières publications, en drainant un nouveau public au colloque qu’ils ont organisé ou à l’exposition qu’ils ont coordonnée. De son côté, l’institution universitaire n’est pas insensible à cette tribune pour l’histoire. Nombre d’enseignants-chercheurs ou de postulants à ces fonctions intègrent dans leur curriculum vitæ leur passage à l’émission sous la rubrique « Communication des recherches ».

  • 3 Emmanuel Laurentin (dir.), À quoi sert l’histoire aujourd’hui ?, Paris, Bayard (...)

26D’autre part, La Fabrique de l’histoire est aussi un espace au sein duquel l’historien peut exercer son rôle d’expert et d’intellectuel engagé dans la cité lorsque la discipline se sent directement concernée et menacée par une réforme ou une initiative ministérielle. Les lois mémorielles qui ont d’ailleurs engendré des clivages au sein même de la profession historienne ont fait l’objet de plusieurs émissions. Les polémiques créées autour de la Cité de l’immigration ou du Musée d’histoire de France, les réformes successives du CAPES ou de l’enseignement de la discipline dans le secondaire sont régulièrement traitées. À chaque fois, il s’agit de donner la parole aux deux parties. L’émission ne se contente pas de médiatiser des connaissances historiques, elle informe sur le rôle social et politique de l’histoire et de ses praticiens aujourd’hui. Pour ses 10 ans, en 2009, La Fabrique de l’histoire a d’ailleurs demandé à ses historiens, toutes générations et spécialisations confondues, de répondre en 4 minutes 30 à cette question : « au fait, à quoi sert l’histoire ? »3.

Haut de page

Bibliographie

Centlivres Pierre, Fabre Daniel et Zonabend Françoise éd., 1998, La fabrique des héros, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme.

Delacroix Christian, Dosse François et Garcia Patrick, 2003, Histoire et historiens en France depuis 1945, Paris, ADPF éditions.

Véray Laurent, 2011, « L’histoire peut-elle se faire avec des archives filmiques ? », Les Cahiers d’histoire, no 115, p. 17-32.

Haut de page

Notes

1 Pour avoir un aperçu des multiples thèmes traités à La Fabrique de l’histoire dans sa version hebdomadaire et quotidienne, se reporter au site de l’émission : [URL : http://www.franceculture.fr/emission-la-fabrique-de-l-histoire], consulté le 19 avril 2012 ; et au site Internet suivant : [URL : http://fabriquedesens.fr/index.php?title=La_Fabrique_de_l’Histoire], consulté le 19 avril 2012.

2 France Culture est considérée comme une radio de complément. Elle totalise environ un million d’auditeurs sur une semaine toutes émissions confondues.

3 Emmanuel Laurentin (dir.), À quoi sert l’histoire aujourd’hui ?, Paris, Bayard - France Culture, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Séverine Liatard, « Quand la radio fabrique de l’histoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 08 décembre 2016. URL : http://traces.revues.org/5530 ; DOI : 10.4000/traces.5530

Haut de page

Auteur

Séverine Liatard

productrice déléguée de l’émission radiophonique La Fabrique de l’histoire (France Culture)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page