Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Médias et sciences humaines

Penser autrement la place des sciences sociales dans les médias

Cyril Lemieux
p. 151-166

Texte intégral

1Comprendre quelle place, aujourd’hui, dans un pays comme la France, les médias, considérés dans leur diversité, sont prêts à accorder aux savoirs que produisent les sciences sociales, et sous quelles formes ils sont disposés à les utiliser et à en rendre compte : voilà qui requiert sans doute, au titre de préalable, un diagnostic sur les pratiques journalistiques et sur leurs évolutions – diagnostic qu’au demeurant, les sciences sociales, fortes de leur regard et de leurs méthodes d’enquête, sont bien placées pour dresser. Une fois esquissé, un tel diagnostic rend possible la réflexion sur des stratégies d’intervention publique qui, tout en permettant aux chercheurs de s’adresser, par l’entremise des médias, à des audiences citoyennes beaucoup plus larges que leur public habituel, ne les obligent pas à sacrifier leur crédit scientifique ou à sombrer dans le simplisme et la superficialité.

Un diagnostic

2Que nous disent les études sociologiques disponibles, en France comme à l’étranger, à propos des transformations contemporaines du journalisme et des entreprises de presse ? Toutes convergent vers un même constat : dans les pays du Nord, à compter du milieu des années 1980, une vague d’extension du capitalisme sans précédent s’est déployée dans l’ensemble des médias, en suscitant l’introduction dans les rédactions de normes de productivité et de rentabilité inédites (Charron et de Bonville, 1996 ; Champagne éd., 2000 ; Neveu, 2009 ; Lemieux éd., 2010). Le changement s’est traduit sur au moins trois plans.

3En premier lieu, on a assisté à un renforcement de la prise en compte, au cœur même du travail des journalistes, de la compétition entre entreprises de presse. Les résultats de l’activité ont fait l’objet d’une quantification accrue, à travers la généralisation d’instruments de plus en plus précis de mesure d’audience, de ventes, du nombre de clics, de parts de marché publicitaire et de taux de productivité, permettant des comparaisons affinées et plus rapides avec les performances des concurrents directs. Dans ce nouveau contexte, la réduction du temps mis à s’aligner sur l’information publiée par des concurrents (ou « réactivité »), comme le fait d’avoir la primeur de la publication d’une information dont on sait qu’il sera difficile aux concurrents de ne pas la répercuter à leur tour (ou « buzz »), sont devenus des critères essentiels dans l’évaluation du travail et dans la prise de décision au sein des rédactions – un phénomène qui n’a fait que s’accentuer avec le développement, ces dernières années, des sites d’information en ligne et des chaînes d’information en continu. Du point de vue du rapport entre chercheurs en sciences sociales et journalistes, l’effet principal de ces évolutions aura été de conditionner plus strictement la valeur informative du travail des premiers aux soubresauts de « l’actualité » telle que la définissent les seconds : certains chercheurs seront sommés dans l’urgence d’intervenir et de se prononcer, et les professionnels de l’information jugeront leur travail « intéressant », dès lors que le problème social qu’ils étudient fera soudain l’objet d’une forte attention journalistique – a fortiori, d’un emballement médiatique –, quand d’autres, quelle que puisse être la valeur scientifique de leurs enquêtes, resteront très peu et très rarement sollicités, du seul fait que les objets qu’ils étudient ne jouiront d’aucune inscription sur l’agenda médiatique.

  • 1 Ce terme désigne l’économie préétablie de temps et de moyens matériels et humai (...)

4L’évolution s’est traduite, en second lieu, au niveau des formats de production1. Le processus marquant, sur ce plan, est la diminution des effectifs au sein des rédactions accompagnée, très souvent, de l’encouragement à la polyvalence et d’une politique d’externalisation de la production par le recours aux « pigistes » – des phénomènes que systématisent les modèles économiques mis en place ces dernières années dans la presse magazine, les sites d’information en ligne et les chaînes d’information en continu. Ces nouveaux formats productifs ont eu pour conséquences notables le développement du journalisme « assis » (par opposition au journalisme se déplaçant sur le terrain), l’intensification des rythmes de l’activité et un fort turnover des journalistes entre services. Dans certains cas, ils sont allés de pair avec un droit d’ingérence plus important des services non rédactionnels (publicité et marketing) dans le travail journalistique. Les journalistes sont moins spécialisés et travaillent plus vite, au sein d’équipes réduites, avec des moyens rationalisés. Ils ont besoin de réponses dans des délais plus brefs. Plutôt que d’approfondir par eux-mêmes les dossiers qu’ils ont à traiter et de mener des enquêtes longues et fouillées, ils interviewent en quelques minutes, de préférence par téléphone, des « experts » (tel ou tel sociologue, historien ou économiste, par exemple) : un système qui fait gagner du temps et de l’argent à l’entreprise de presse car la production est ainsi externalisée auprès de spécialistes aux compétences certifiées qui sont payés par l’État (les chercheurs) et ne demandent pas, en général, à être rétribués autrement que symboliquement – c’est-à-dire par la mention de leur nom, de celui de leur institution et, éventuellement, des références de leur dernier ouvrage. Cette situation explique qu’être sollicité par un journaliste, y compris pour s’exprimer sur des sujets parfois très éloignés de ses pôles de compétence, est devenu une expérience tout à fait banale pour les chercheurs en sciences sociales, quels que soient leur avancement dans la carrière et le prestige scientifique de leurs travaux.

  • 2 Ce terme renvoie non seulement à la longueur d’un article ou à la durée d’un re (...)

5L’évolution s’est répercutée, en dernier lieu, au niveau des formats de diffusion2. Elle conduit, sur ce plan, au raccourcissement des durées et des longueurs, et, corrélativement, à une intensification des rythmes d’exposition : davantage de sujets sont traités dans le même laps de temps ou le même espace, et les sujets sont plus souvent décomposés en une série d’éléments fractionnés, de « fenêtres » et d’encadrés. Elle se traduit également par un recours plus systématique à l’information visuelle et par l’adoption de styles langagiers plus directs et plus « libérés ». Les nouveaux formats de diffusion visent à rendre la restitution des faits au public toujours plus « sexy » et « punchy » – selon les expressions en vigueur à la télévision – afin de capter et de maintenir au maximum l’attention du public. Tel reportage télévisé devra faire une minute quinze (pas une seconde de plus ou de moins) et les « sons » (extraits d’entretiens) qu’il comportera ne devront pas excéder les 10 secondes (mais comment un chercheur en sciences sociales peut-il faire passer une pensée complexe en 10 secondes ?). De même, telle interview, en presse écrite, devra se mouler dans la forme d’un « trois questions » (trois : non pas deux ni quatre) et les réponses auront à être soigneusement raccourcies et « rewritées » afin d’aller plus directement à l’essentiel et de montrer du tranchant, quitte à gommer certaines nuances ou réserves réputées brouiller la lisibilité du propos. Dans cette perspective, les journalistes sont à la recherche des « bons clients », c’est-à-dire des interviewés qui savent se plier d’eux-mêmes aux formats de diffusion. Inversement, ceux qui ne savent ni « faire simple », ni « faire court » ne sont pas réinvités.

Trois expériences

  • 3 Pour un débat autour de ces enjeux, voir Lemieux et al. (2010).

6Il est fréquent de déplorer ces évolutions. De fait, elles tendent très souvent à entraver la capacité des journalistes à respecter leurs règles de distanciation professionnelle (Lemieux, 2000). On ne saurait négliger, néanmoins, qu’elles peuvent aussi, dans certains cas, plus rares, rendre cette même distanciation professionnelle plus aisée. Surtout, on soutiendra ici que leur analyse systématique par les moyens de l’enquête sociologique doit nous inviter à passer du stade de l’indignation morale face aux « dérives » de l’information à celui de la réflexion politique sur les moyens de corriger la situation. Une telle réflexion porte sans doute d’abord sur les dispositifs organisationnels et juridiques les mieux à même de sauvegarder et d’accroître l’autonomie professionnelle des journalistes et d’améliorer, de ce seul fait, la façon dont nous, membres du public, sommes informés. Mais elle doit aussi, indissociablement, porter sur les moyens, pour les chercheurs, d’entretenir avec les médias des liens coopératifs d’un type différent, permettant non seulement que les savoirs produits par les sciences sociales soient restitués au public avec moins de dénaturation que ce n’est le cas actuellement, mais encore que les journalistes les utilisent davantage pour élaborer leur travail en s’en servant comme de ressources méthodologiques et conceptuelles3. Cet effort d’imagination politique ne se situe pas seulement dans l’ordre de la pensée. Il demande aussi à être accompli dans l’ordre de l’action collective, à travers la mise en œuvre d’expérimentations et de tentatives de collaboration effectives. C’est dans cette perspective que prennent place trois expériences auxquelles j’ai pris part, et que la revue Tracés m’a demandé ici d’exposer et de commenter. Elles visaient à tester la possibilité, pour les chercheurs, d’œuvrer à l’intérieur de formats de production et de diffusion imposés par les médias tout en gardant la main sur les contenus produits et sur la façon de se rapporter au monde social et de le problématiser. Précisons-le tout de suite : si ce test s’avéra plutôt positif, c’est que les médias concernés ne comptaient pas parmi les plus orientés vers le « grand public » et que leur audience était essentiellement composée de membres des classes moyennes-supérieures intellectuelles, assez favorablement disposés à l’égard des sciences sociales.

  • 4 Pour une analyse de cette expérience et de ses limites, ainsi que du type d’éch (...)

7La première expérience a débuté à la fin de l’année 2006. À cette époque, les responsables du site internet du quotidien Le Monde m’ont contacté pour me proposer de tenir un « blog invité » durant les quelques mois qui nous séparaient de l’élection présidentielle de mai 2007. Ils espéraient constituer un pool d’« experts » qui commenteraient au jour le jour les évolutions de la campagne électorale, le rôle qui m’était destiné étant plus spécifiquement d’analyser la façon de travailler des médias et leur rôle dans la dynamique de la compétition entre les candidats. Le dispositif envisagé était typique d’une externalisation de la production : on invitait des chercheurs à produire gratuitement des « expertises », en comptant qu’ils fabriquent ainsi un produit qu’on espérait « d’appel », susceptible de constituer un avantage distinctif par rapport à l’offre des sites concurrents. Je fus le seul des chercheurs contactés à accepter. L’expérimentation me semblait en effet intéressante à mener. Non pour l’argent, donc : elle n’était pas rémunérée. Mais parce qu’on m’accordait une autonomie technique et éditoriale complète, tout en m’offrant la possibilité de me confronter à un public « profane » assez large, celui des internautes du Monde.fr, non entièrement conforme par ses caractéristiques sociales à mes interlocuteurs universitaires habituels. Au total, mon « blog invité » reçut plus de 380 000 visites. Les nombreux commentaires qui y furent déposés au fil des semaines me permirent de mesurer le vif intérêt que sont capables de susciter, auprès de publics non totalement avertis, les raisonnements et les savoirs des sciences sociales, mais ils me montrèrent aussi les limites et les malentendus que suscite un tel intérêt – comme lorsqu’un internaute trouva attentatoire à sa liberté mon rappel qu’il existe des déterminants sociaux du vote ou qu’un autre me reprocha ma grande naïveté pour avoir prétendu qu’il était inutile d’attribuer aux hommes politiques un comportement en permanence cynique (au sens d’Erving Goffman) pour rendre leur comportement explicable et prévisible4.

Encadré 1. Extrait du « blog invité » tenu sur Lemonde.fr
Pierre Bourdieu / Ségolène Royal : même combat ?
Personnaliser la vie politique ne veut pas dire nécessairement la psychologiser. Dans leur numéro de cette semaine, Les Inrockuptibles en apportent la preuve, en nous donnant à lire de Ségolène Royal une interview qui détone par son allure « sociologisante » [pour un bon exemple de la façon psychologisante dont les journalistes questionnent généralement les candidats quant à leur « personne », voir l’interview de la même Ségolène Royal par Estelle Denis dimanche dernier sur M6]. Les sempiternels « Qui décide au sein de votre couple ? » ou « Y a-t-il des moments où vous avez craqué ? » sont ici remplacés par d’inattendus « Enfant, y avait-il des livres à la maison ? » ou « Enfant, alliez-vous au musée, au cinéma ? » qui fleurent bon, au nez d’un sociologue, leur Bourdieu-Passeron.
Il y a quelques mois circula sur Internet une vidéo tournée au tout début des années 2000 où Pierre Bourdieu, justement, jugeait que la « femme de Hollande », bien que s’autodéclarant « de gauche », avait un habitus qui en faisait irrémédiablement quelqu’un « de droite ». Ce bout de film et sa circulation sur le Web ont donné des usages politiques de la sociologie bourdieusienne une image assez consternante, à laquelle heureusement ces usages ne se résument pas. Une tout autre façon de se servir de la sociologie bourdieusienne consisterait par exemple à tenter de lire l’interview des Inrockuptibles avec les outils conceptuels qu’elle nous livre.
Force serait alors de constater que les réponses qu’apporte Mme Royal aux questions des journalistes des Inrocks signalent assez que si elle appartient indéniablement à la bourgeoisie (son patrimoine dont nous parlait récemment Le canard enchaîné en donne un solide indicateur), elle n’est pas pour autant une héritière : issue d’une famille de la petite bourgeoisie provinciale au capital économique modeste et au capital culturel tout aussi limité (sa mère, par exemple, n’a pas le bac), famille animée cependant de la « bonne volonté culturelle » qui caractérise ce type de milieux sociaux (son père avait une collection de livres… de poche ; sa mère faisait des herbiers), elle conserve aujourd’hui encore un rapport scolaire, et donc peu propice à la distinction sociale, à la Culture (ses morceaux préférés : les Concertos brandebourgeois de Bach et le Requiem de Mozart). La boursière qui vécut toute son enfance en milieu rural et s’arracha progressivement à sa condition grâce à l’école républicaine, se retrouvant finalement à l’ENA au milieu des « fils d’énarques et des enfants de gens de la haute fonction publique », au début « pas très consciente de l’incongruité de sa présence dans ce milieu ». Cela rappellera certaines choses à tous ceux qui connaissent la propre biographie de Pierre Bourdieu.
Au fond, la distance sociale entre Ségolène Royal et Pierre Bourdieu était peut-être bien moindre que le second semblait l’envisager dans cette fameuse vidéo. Deux bourgeois (terme technique qui n’a rien ici de péjoratif), même si leur « structure de capital » les opposait (elle : capital économique ++ ; lui : capital culturel ++) ; deux individus à la libido dominandi développée (briguant, elle, ce qu’il y a de plus haut dans nos institutions politiques ; lui, ce qu’il y a de plus élevé dans les institutions académiques) ; et enfin, du fait de leur ascension spectaculaire et pleinement réussie, deux individus portés à cultiver en même temps qu’un certain sens de l’ordre (à travers ce que leur ascension a exigé d’eux comme effort de conformation à cet ordre) le souci de ne pas se contenter de le reproduire (à travers ce que le souvenir des injustices vécues au cours de cette trajectoire ascensionnelle a impulsé chez eux).
14 mars 2007
Référence : Pierre Bourdieu, La distinction, Paris, Minuit, 1979.

8L’élection présidentielle passée, les responsables du site, jugeant que mon blog avait « très bien marché », me proposèrent de le prolonger. Je déclinai cette proposition, attendu que dès le départ, l’expérience n’avait pour moi de sens que strictement limitée à la période de la campagne électorale – tout simplement, je ne me voyais pas continuer à consacrer autant de mon temps à une telle activité. Peu après, cependant, je fus contacté par le journaliste Sylvain Bourmeau qui me proposa de transposer l’expérience du blog sur le terrain radiophonique, en me confiant une chronique dans son émission hebdomadaire consacrée à l’actualité des sciences sociales, La suite dans les idées, sur France Culture. L’objectif qui m’était fixé était de tenter d’analyser un fait d’actualité en 4 minutes, en l’éclairant par une théorie, un concept ou une étude sociologiques. Pour les producteurs de l’émission, ce dispositif visait, entre autres, à rendre le format de diffusion de l’émission plus vivant et plus rythmé, en introduisant une rupture de ton et une « fenêtre d’ouverture ». Par rapport au blog du Monde.fr, l’éventail des phénomènes sociaux qu’on me proposait d’analyser s’élargissait considérablement : à la politique et aux médias, je pouvais adjoindre maintenant l’économie, les arts et la culture, les relations internationales, le sport, l’éducation, la religion, la santé, ou encore l’environnement. J’y voyais l’occasion d’évoquer dans leur plus grande diversité la sociologie mais aussi des disciplines sœurs, l’anthropologie et l’histoire au premier chef, et de montrer leur pertinence par rapport aux évolutions du monde contemporain comme vis-à-vis de nos problèmes les plus ordinaires. L’expérience était rémunérée : environ 100 euros par chronique. Surtout, une totale liberté éditoriale m’était accordée. Il me revenait entièrement de déterminer le choix des thèmes traités dans ma chronique, ainsi que le contenu. Si, pour des raisons techniques évidentes, les retours du public furent beaucoup moins nombreux et immédiats que dans le cas du Monde.fr, il se trouva néanmoins un nombre non négligeable d’auditeurs pour prendre leur plume et me demander le texte d’une chronique – ce fut le cas notamment d’enseignants du secondaire qui voulaient s’en servir comme matériel pédagogique. C’est ce qui m’incita, l’expérience terminée, à regrouper l’ensemble des chroniques sous forme d’un ouvrage (Lemieux, 2010b).

  • 5 Les articles que j’ai publiés dans Alternatives économiques sont consultables s (...)

9À la rentrée 2009-2010, un terme fut mis à l’expérience. La suite dans les idées était maintenant diffusée à une heure de bien meilleure écoute – le samedi midi plutôt que le mardi en fin de matinée. Mais cela, au prix d’une modification importante de son format de diffusion : réduction de moitié de sa durée (d’une heure à une demi-heure) et suppression des discutants et des chroniqueurs (la volonté étant de « personnaliser » l’antenne en instaurant un dispositif plus intime, où le producteur Sylvain Bourmeau échangerait seul avec son invité). Cet arrêt de ma collaboration à l’émission n’avait pas que des inconvénients à mes yeux : il me permettait notamment de retrouver un peu de respiration dans mon emploi du temps. Bientôt cependant, la rédaction en chef du mensuel Alternatives économiques me contacta pour me proposer de tenir dans ses colonnes une chronique qui serait conçue sur le même modèle que celle que j’avais tenue sur France Culture. Me serait allouée une page entière du magazine, représentant un texte de 3 500 caractères environ, agrémenté d’une illustration. Ce travail serait rémunéré au tarif conventionnel (92 euros nets par chronique). J’acceptai la proposition. Un des intérêts que j’y voyais était que le tempo de la production qui m’était demandée, était beaucoup moins pressant que celui de la chronique de France Culture. En revanche, la latitude dont je disposais était un peu moins complète, quoique encore très large, le choix du thème de mes chroniques devant être validé préalablement par la rédaction en chef (essentiellement pour éviter les doublons avec les dossiers traités par ailleurs dans le même numéro) et certains éléments de « ma » page étant réalisés par d’autres que moi (principalement, le texte du chapeau de la chronique et le choix de l’illustration)5.

Quatre enjeux

10Quoique sensiblement différentes, ces expériences d’intervention régulière dans les médias font apparaître des enjeux communs. Le premier est très certainement celui d’essayer de briser – auprès de certains membres du public comme de certains journalistes – le préjugé selon lequel les sciences sociales constitueraient un savoir académique et livresque, coupé des réalités concrètes. À rebours de cette vision, il convient de montrer à quel point ces sciences ont le pouvoir de nous faire pénétrer au cœur des problèmes pratiques qui font la trame de nos existences à titre individuel et collectif. Des mécanismes sociaux qui alimentent la crise financière ou qui aggravent le réchauffement climatique au prénom que nous ont donné nos parents, en passant par le fait d’être témoin, dans notre entourage, d’inégalités de santé, de souffrances au travail ou de discriminations racistes, de nous indigner du dopage dans le sport, des atteintes aux droits de l’homme en Chine ou des rémunérations exorbitantes des traders, de subir ou d’exercer avec nos proches la domination masculine, ou encore, de nous interroger sur le choix d’un futur lieu de vacances, l’achat d’une bouteille de vin ou l’acquisition d’un animal de compagnie, il importe de révéler que la prise que ces sciences ont avec nos préoccupations et nos expériences vécues est souvent étonnamment directe. Façon de rappeler en quoi, loin que le social constitue un domaine déterminé de la vie, c’est la vie qui, de part en part, est sociale.

11Se fait jour alors un deuxième enjeu : celui de montrer en quoi les sciences sociales peuvent avoir des effets émancipateurs. Elles en ont, d’abord, en ce qu’elles nous permettent de prendre nos distances avec la façon dont les médias produisent et interprètent l’actualité – à savoir, très souvent, en individualisant, en naturalisant et en psychologisant à outrance les phénomènes dont ils rendent compte. Elles en ont, ensuite, en ce qu’elles nous offrent la possibilité d’analyser réflexivement nos réactions face à cette actualité médiatique comme face aux événements qui font irruption dans notre quotidien. De ce point de vue, il paraît crucial de souligner une très nette différence avec le positionnement et les discours de l’expertise : reconnaître que les sciences sociales ont une fonction émancipatrice, que n’a précisément pas l’expertise, implique pour le chercheur de renoncer à s’imposer aux « profanes » par l’emploi d’arguments d’autorité. Cela lui interdit également de se fixer l’objectif de rendre certains choix indiscutables, ce qui est souvent le but pratique que se donnent les experts. Au contraire, son ambition ne peut être que de provoquer parmi ses concitoyens, sur les sujets où elles n’existent pas assez, des réflexions collectives, et de susciter, chez autrui comme chez lui-même, un effort de distanciation nouveau. Tel est le point commun des trois types d’interventions médiatiques rapportées ici : elles ne visaient pas à asséner des vérités ; elles entendaient plutôt proposer des expériences. Y était envisagée la possibilité pour l’internaute, l’auditeur ou le lecteur de s’exercer, en même temps que l’auteur, à regarder le monde social à travers les lunettes fournies par les sciences sociales, afin de vérifier, ensemble, si cela change quelque chose à notre vision des choses.

Encadré 2. Une chronique tenue sur France Culture
Plaignons les riches
Il existe des Français qui ne partiront pas en vacances cet été. Ni cet été, ni cet hiver. En fait, ils ne partiront en vacances à aucun moment de l’année. Ce sont « les Français qui ne partent pas en vacances ». Une catégorie dont on ne parle guère mais qui représente malgré tout plus de 35 % de la population, si l’on en croit l’INSEE. Soit plus de 20 millions de personnes. Si vous avez plus de 70 ans, vous avez plus de chances que les autres de faire partie de ces 20 millions de personnes. Mais ce qui est plus déterminant encore que votre âge, c’est votre niveau social. Par exemple, si vous êtes agriculteur ou ouvrier, vous avez une chance sur deux d’en faire partie. Mais si vous êtes cadre ou membre d’une profession intellectuelle supérieure, vous n’avez plus qu’une chance sur dix ! De manière plus générale, si vous faites partie du quart de la population qui a les revenus les plus élevés, vous n’aurez, cette année encore, qu’une petite chance sur sept de faire partie de ce groupe des « Français qui ne partent pas en vacances ». En revanche, si vous appartenez au quart de la population aux revenus les plus bas, vos chances remonteront à plus de 50 %.
On peut ajouter que même quand ils partent en vacances, les ménages les plus modestes ont des pratiques bien différentes des ménages les plus fortunés. D’abord, ils partent moins longtemps : en moyenne ils s’absentent de leur domicile un peu moins de 11 jours par an contre plus de 26 jours pour les ménages les plus riches. Autre différence : les ménages les plus pauvres sont seulement un dixième à partir à la fois en hiver et en été, alors que c’est la règle dans la moitié des ménages les plus riches. Enfin, les ménages les plus riches se rendent plus souvent à l’étranger et fréquentent volontiers l’hôtel et les locations de vacances, quand ce n’est pas leur résidence secondaire. Tandis que pour les ménages pauvres, partir en vacances veut dire, deux fois sur trois, se rendre chez des parents ou des amis, qui les hébergent.
Chiffres éloquents, qui nous rappellent qu’il ne suffit pas qu’il existe des congés payés pour que nous devenions égaux devant les loisirs. C’est ce qu’avait bien compris le sociologue et économiste américain Thorstein Veblen, lorsqu’en 1899, il publia un livre retentissant intitulé Théorie de la classe de loisir. Dans cet ouvrage, il caractérisait les élites sociales, non par la propriété des moyens de production à la façon des marxistes, mais par la capacité à pouvoir ne pas travailler, et à pouvoir s’adonner à des loisirs dispendieux de toutes sortes. Pour Veblen, la domination sociale passe en effet par les loisirs en tant qu’ils sont une démonstration de puissance sociale et pécuniaire. Par exemple, plus nous prenons de vacances, et surtout, plus nous dépensons d’argent au cours de nos vacances, plus nous affirmons notre statut social supérieur par rapport à tous ceux qui sont obligés de travailler, et quand ils sont en vacances, d’être économes. Pour Veblen, voilà qui explique pourquoi la classe de loisir prend autant de soin et de temps à gaspiller son argent, en s’inventant des dépenses toujours plus inutiles et extravagantes, en s’entichant pour la dernière mode et les objets les plus chers, et en donnant des fêtes onéreuses. Un tel comportement, irrationnel économiquement, est justifié par sa fonction sociale : il sert à prouver aux autres qu’on appartient bien à la classe de loisir, c’est-à-dire qu’on a effectivement les moyens de s’adonner à des loisirs coûteux. C’est ce que Veblen appelle la « consommation ostentatoire ». Comme il le précise, il arrive souvent que des vacances dites de milliardaire soient en réalité un calvaire d’ennui et de contraintes, et qu’elles ne procurent à ceux qui les prennent, aucun réel plaisir. Mais là n’est pas le problème : l’important est dans la consommation ostentatoire que ces vacances représentent, c’est-à-dire dans le fait qu’elles démontrent à tout le monde que ceux qui les prennent ont les moyens de les prendre.
Veblen va plus loin encore : il suggère que les milieux modestes attendent eux aussi des riches une telle consommation ostentatoire. Ils ne leur pardonneraient pas, par exemple, de prendre des vacances ordinaires dans la station balnéaire de Monsieur-tout-le-monde, en essayant, comme tout le monde, de faire des économies sur tout. Les pauvres, selon Veblen, attendent des riches qu’ils leur fassent vivre par procuration les loisirs de rêve auxquels eux-mêmes ne peuvent pas accéder. C’est d’ailleurs pourquoi les riches font si volontiers de leurs vacances un divertissement à destination des masses. Déjà à l’époque de Veblen et plus encore aujourd’hui grâce à des magazines comme Voici ou Gala, les couches populaires peuvent en effet tout savoir de l’endroit où les riches passent leurs vacances, des fêtes qu’ils y donnent, et des excès auxquels ils s’y livrent. En rendant ainsi publics leurs comportements dispendieux, les membres de la classe de loisir entretiennent auprès des classes populaires leur pouvoir de fascination. C’est en quoi, selon Veblen, cette presse qui nous parle des loisirs des riches, joue en fait un rôle éminemment politique : elle entretient la domination sociale.
Ah, plaignons donc les riches : ils vont encore devoir passer cet été des vacances affreuses où ils s’obligeront à consommer des choses inutiles, et à se donner en spectacle, pour se prouver à eux-mêmes qu’ils sont riches et aussi pour que des plus pauvres qu’eux puissent continuer à les envier et à rêver aux loisirs dont ils sont privés. Comme ces 20 millions de Français qui ne peuvent pas partir en vacances, mais à qui Gala ou Voici proposeront généreusement, une fois encore, de visiter un yacht de milliardaire ou de s’introduire dans les coulisses de la jet-set de Saint-Tropez.
15 juillet 2008
Référence : Thorstein Veblen, Théorie de la classe de loisir [1899], Paris, Gallimard, 1970.
  • 6 Sur ce point, voir notamment Lemieux (2010b, p. 309-310).

12Un troisième enjeu mérite d’être mentionné : celui de suggérer la grande diversité de la sociologie, et plus globalement, des sciences sociales, en même temps que leur profonde unité. Il importait, en ce sens, de mobiliser le spectre le plus large d’auteurs – des sociologues bien sûr, mais aussi bien des historiens (Ariès, Duby, Geremek, Llyod, Barrows, Tilly, Audoin-Rouzeau…) et des anthropologues (Malinowski, Dumont, Lévi-Strauss, Caillois, Gluckman, Balandier, Geertz, Douglas, Turner, Godelier, Bailey…) ; des auteurs représentant la tradition française (comme Mauss, Halbwachs, Aron, Crozier, Mendras, Boudon, Bourdieu…) mais aussi, bien entendu, d’autres s’inscrivant dans des traditions nationales différentes (tels Simmel, Elias, Adorno ou Habermas pour l’Allemagne, ou Hughes, Lazarsfeld, Merton, Wright Mills, Goffman, Becker, Gusfield, Olson ou Hirschman pour les États-Unis) ; les pères fondateurs de la discipline sociologique, bien entendu (de Marx à Weber, en passant par Durkheim, Simmel, Tarde ou Veblen), mais tout autant les auteurs les plus contemporains, qu’ils soient connus (comme Giddens, Beck, Boltanski, Callon, Burt ou Latour) ou moins célèbres (comme ces nombreux jeunes auteurs dont j’ai eu l’occasion de mobiliser les travaux). Dans cet éventail de références se déploient des trésors de concepts, ainsi que les théories les plus variées et parfois les plus antagoniques. L’ensemble de ces travaux permet d’éclairer sous des angles divers, et à différentes échelles d’analyse, le monde social et témoigne, de ce fait, de l’absence, sinon de l’impossibilité en sciences sociales d’un langage unifié et d’un cadre théorique fédérateur. Sans doute était-il impératif de faire admettre et de valoriser cette diversité. Dans le même temps cependant, elle ne devait pas faire oublier l’unité et la cumulativité des sciences sociales, dont la démarche s’avère commune sous au moins un rapport : le refus de voir dans l’individualisme une description adéquate de la façon dont vivent et pensent les individus. C’est ce refus que j’ai pris le parti de mettre régulièrement en scène dans mes chroniques, afin de rappeler le caractère nécessairement intempestif et parfois même choquant des sciences sociales dans des sociétés comme les nôtres, dominées par l’idéologie individualiste6.

  • 7 Principes que j’ai essayé par ailleurs d’analyser (Lemieux, 2010c).

13Un dernier enjeu s’est fait jour dans cette perspective : celui de trouver les moyens de faire mieux connaître, mais aussi mieux aimer, les sciences sociales à ceux que les raisonnements de ces sciences mettent mal à l’aise ou laissent indifférents. Ici se pose de manière cruciale la question de l’écriture et se révèle l’intérêt, pour les chercheurs, de s’exercer à faire entrer leurs discours dans les formats de diffusion des médias, à compter du moment, du moins, où ceux-ci ne les mutilent pas à l’excès. S’exprimer dans les limites de 3 500 caractères ou de 4 minutes d’antenne peut s’avérer une façon enrichissante de s’interroger sur les contraintes qu’imposent d’ordinaire aux chercheurs l’écriture académique et ses conventions. Ce peut être, du même coup, une manière de s’affranchir de ces contraintes, en s’exerçant, pour une fois, à un style plus vivant, plus alerte et plus clair – et donc plus plaisant à ceux des lecteurs que l’académisme rebute ou impressionne. Il est évident que ces formes d’expression tournées vers la diffusion des idées sociologiques auprès du plus grand nombre ne sont pas appelées à se substituer à celles qui sont requises pour la communication scientifique entre pairs et qui réclament le respect scrupuleux de certains principes7. Néanmoins, les pratiquer de temps à autre pourrait être un bon moyen de renouveler l’écriture scientifique entre pairs, en discriminant entre ce qui y relève de la rigueur et d’une nécessaire technicité et ce qui tient plutôt à un penchant pour la complication et l’obscurité non seulement inutiles mais en réalité contraires à l’esprit de clarté qui doit présider au raisonnement scientifique et à son exposition.

Encadré 3. Une chronique publiée dans Alternatives économiques
Steve Jobs : la mort d’un « pur » inventeur ?
Steve Jobs fut un inventeur de génie : qui le nierait ? Pas sûr pourtant qu’en se focalisant sur ses seuls dons personnels, les hommages posthumes qui lui ont été rendus nous aient permis de comprendre le fondement de ce génie.
Imitation – L’œuvre de Gabriel Tarde peut s’avérer, à ce propos, d’un précieux secours. Selon cet auteur, qui fut le premier à proposer, à la fin du xixe siècle, une théorie sociologique de l’inventivité, si chacun d’entre nous est conduit à devoir inventer, c’est dans la mesure même où il lui faut constamment imiter (ses parents et ses éducateurs, et plus tard, ses amis, ses collègues, ses concurrents, etc.). Loin de s’opposer à l’imitation d’autrui, l’invention personnelle en est ainsi le pendant direct : elle résulte de la façon dont chacun tente de s’approprier ce que les autres font et inventent. De sorte, dit Tarde, que « tout n’est socialement qu’inventions et imitations ». Pour comprendre pourquoi Steve Jobs fut si inventif, nous devrions donc nous pencher d’abord sur tout ce qu’il fut amené à imiter : son père adoptif, bricoleur habile de ses mains, que, très jeune, il essaya de copier ; plus tard, l’informaticien Bill Hewlett, du groupe Hewlett-Packard, qu’il admira, ou son ami Steve Wozniak, dont il fit sienne la double passion pour Bob Dylan et l’électronique.
Invention pure – Au xxe siècle, l’anthropologue et préhistorien André Leroi-Gourhan ira dans le même sens que Tarde en affirmant qu’il faut exclure par principe « la possibilité de l’invention pure, telle qu’on se la représente par commodité, en prêtant à tel homme la création de tel objet ». On suggérera, dans cette perspective, que ce n’est pas Jobs qui, à lui seul, a inventé en 1984 le premier micro-ordinateur à interface graphique, le fameux Macintosh. Car à l’origine de toute innovation se trouve, nous dit Leroi-Gourhan, « la préexistence dans le matériel ou les traditions du groupe (ou d’un groupe voisin) d’éléments de départ ». (On sait, par exemple, que c’est dans le réservoir de l’informaticien Xerox que Jobs piocha la fameuse « souris » dont il eut l’idée de munir ses Macintosh.) Et Leroi-Gourhan de préciser : « la part du génie individuelle n’est pas entamée par le fait qu’il trouve où fonder sa pensée créatrice ». Tant il est vrai qu’aucun génie individuel ne verrait le jour s’il n’héritait pas d’un milieu et d’une culture technologiques qui le dépassent et dont il n’est pas l’auteur.
Depuis les années 1980, les sociologues Bruno Latour et Michel Callon ont poursuivi les intuitions tardiennes. Nombreux cas empiriques à l’appui, ils ont montré qu’il ne suffit pas d’être un inventeur techniquement doué pour voir son innovation réussir : encore faut-il que celle-ci soit imitée (« traduite », disent-ils), c’est-à-dire réappropriée pour de nouveaux usages, que l’inventeur lui-même ne prévoyait pas et qui témoignent de l’inventivité des usagers. Échouent les innovations qui ne parviennent pas à stimuler l’invention, et par conséquent l’imitation, de ceux à qui elles se proposent. Le véritable génie de Steve Jobs se situa peut-être avant tout sur ce plan : il pensa ses inventions non en termes purement techniques mais en termes sociotechniques – autrement dit, en cherchant à rendre toujours plus aisé aux usagers de se les approprier et d’en user en laissant libre cours à leur inventivité personnelle.
Novembre 2011
En savoir plus : Gabriel Tarde, Les lois de l’imitation, Paris, Kimé, 1993 [1890] ; André Leroi-Gourhan, Milieu et techniques, Paris, Albin Michel, 2002 ; Bruno Latour, Aramis ou l’amour des techniques, Paris, La Découverte, 1992.

Comment aller plus loin ?

14Les trois expériences dont il a été fait mention se heurtent à d’évidentes limites. La plus flagrante tient au fait que les médias dans lesquels elles ont eu lieu ont en commun de recruter leurs publics, de façon privilégiée, au sein des classes moyennes-supérieures intellectuelles. Ceci a une conséquence directe sur le type de liberté laissée au chercheur. En effet, même si, comme on l’a dit, l’externalisation de la production est un procédé aujourd’hui généralisé qui favorise, dans tous les médias, la sollicitation des chercheurs en sciences sociales et le recueil de leur parole, les modalités de leur intervention et le rôle qui leur est attribué n’en restent pas moins très variables. Ainsi, dans les médias les plus commerciaux, les chercheurs sont le plus souvent invités à s’exprimer au titre d’« experts » ou de « spécialistes » d’une question déterminée. Leur discours est alors inséré dans des formats de diffusion très contraignants, dont ils n’ont pas la maîtrise. En revanche, dans les médias plus « élitistes », à l’audience relativement plus restreinte, ils peuvent être plus facilement admis comme les « auteurs » d’une œuvre ou d’une recherche personnelle. Ils sont également soumis, alors, à des formats beaucoup moins mutilants, dont ils peuvent même se voir confier la maîtrise de certains aspects – comme ce fut mon cas dans les trois expériences ici relatées. Il reste en ce sens bien difficile d’extrapoler, à partir de ces trois expériences, des stratégies à faire valoir au sein de médias plus commerciaux, pour tenter d’y faire mieux entendre, et de façon plus autonome, la voix des sciences sociales. Or, c’est bien dans cette direction qu’il serait très certainement utile d’œuvrer du point de vue politique.

15Cette dernière remarque invite à ne pas perdre de vue qu’une réflexion sur la vulgarisation des sciences sociales qui s’enferme dans la question des médias court le risque d’être insuffisante. En effet, la perspective de cette vulgarisation – ou plus exactement, de la conversion des « profanes » au point de vue que ces sciences adoptent sur le monde social – n’a quelque chance de se généraliser dans les médias, notamment les moins « élitistes », que si une demande de regard sociologique émane du public le plus large. Aussi est-ce au niveau de la formation scolaire des citoyens – plus précisément encore, à travers la place accordée aux sciences sociales dans les programmes de l’enseignement secondaire – que se joue sans doute l’essentiel. Plus nombreux seront demain les « amateurs » de sociologie, d’anthropologie et d’histoire, plus importante sera l’inclination des entreprises de presse et des journalistes à intégrer dans leur traitement de l’information les raisonnements et les travaux de ces disciplines. C’est pourquoi, plutôt que de s’en tenir au huis clos des rapports entre chercheurs et journalistes, il convient de ne pas oublier que la promotion des sciences sociales auprès des médias passe aussi, et peut-être d’abord, par le travail que peuvent accomplir, en bout de chaîne, ces « montreurs » de science sociale que sont les enseignants du secondaire. Il se pourrait, de ce point de vue, que ce soit sur le terrain de la définition des cursus scolaires, beaucoup plus que sous les sunlights des plateaux télévisés, que se jouent aujourd’hui le prestige social et le rayonnement politique des sciences sociales.

16Les trois expériences qu’on a présentées ici rencontrent au moins une seconde limite de taille : elles n’ont engagé qu’un seul chercheur. De ce fait, elles peuvent être comprises comme une stratégie personnelle plutôt que comme la manifestation d’une politique collective. À n’en pas douter, il faudrait, pour que des expériences de ce genre aient davantage de poids, qu’elles soient l’objet de coordinations entre chercheurs et fassent intervenir des collectifs. À quand, par exemple, une agence de presse sociologique qui alimenterait les médias en éclairages sur les faits d’actualité – non pas, une fois encore, sous forme d’expertises rendant la réalité indiscutable mais plutôt à travers l’indication de théories, de concepts et de débats scientifiques la rendant plus discutable qu’elle n’est ?

  • 8 Une présentation du séminaire est disponible sur le site internet de l’EHESS : « L’enquêt (...)
  • 9 Les objectifs et programmes de ces deux séminaires peuvent être consultés sur le site int (...)

17La dimension collective mérite d’être recherchée également du côté d’alliances plus poussées avec les journalistes. En effet, autant les chercheurs ont un rôle peu efficace et peu pertinent à jouer au cours de 10 secondes d’interview qui seront insérées dans un reportage à l’inspiration générale a-sociologique (voire, parfois, carrément anti-sociologique), autant ils peuvent avoir un impact utile à leur discipline en intervenant sur la façon même dont les journalistes problématisent le monde social au seuil de leurs enquêtes – en les amenant à envisager les phénomènes dont ils ont à rendre compte en termes sociologiques plutôt que naturalisants, psychologisants ou individualisants. C’est dans cet esprit que j’ai animé en 2011 avec le journaliste Sylvain Bourmeau un séminaire mensuel à l’EHESS consacré à « L’enquête en journalisme et en sciences sociales »8. Le principe en était de faire dialoguer sur leurs pratiques respectives des journalistes et des chercheurs enquêtant sur les mêmes objets – qu’il s’agisse de la corruption, de la révolution tunisienne, des professionnels de la politique ou des « banlieues ». Il s’agissait aussi de voir comment les uns pouvaient s’inspirer des techniques des autres – qu’il s’agisse des méthodes d’immersion dans des milieux sociaux, de nouvelles façons de recourir à l’information chiffrée (par exemple le data journalism) ou de nouveaux procédés d’écriture et de mise en scène des résultats de l’enquête (grâce, notamment, au multimédia). J’ai tenté en 2012 de prolonger ce type d’expérience en consacrant un séminaire au traitement médiatique de la campagne pour l’élection présidentielle, organisant dans ce cadre plusieurs échanges entre journalistes politiques et chercheurs en science politique, tandis que, parallèlement, j’engageai avec de jeunes collègues et une vingtaine d’étudiants une enquête collective dans cinq rédactions, enquête dont les résultats seront discutés dans les mois prochains avec les journalistes concernés9. L’utopie qui se profile dans ces expérimentations balbutiantes se revendique des débuts de l’École de Chicago, lorsque autour de la figure emblématique de Robert E. Park, le journalisme inspira le renouvellement des méthodes de la sociologie, tandis qu’un esprit sociologique se mit à souffler sur les journalistes et sur leur compréhension du monde social (Bourmeau, 1988).

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Bourmeau Sylvain, 1988, « Robert Park, journaliste et sociologue », Politix, no 3, p. 50-61.
DOI : 10.3406/polix.1988.1351

Champagne Patrick éd., 2000, numéro thématique « Le journalisme et l’économie », Actes de la recherche en sciences sociales, no 131-132.

Charron Jean et Bonville Jean (de), 1996, « Le paradigme du journalisme de communication », Communication, vol. 17, no 2, p. 51-98.

Dagiral Éric et Parasie Sylvain, 2009, « Intervenir autrement : Cyril Lemieux, sociologue-blogueur pendant la campagne présidentielle de 2007 », Terrains & Travaux, no 15, p. 51-79.

Lemieux Cyril, 2000, Mauvaise presse. Une sociologie compréhensive du travail journalistique et de ses critiques, Paris, Métailié.

2010a, Un président élu par les médias ? Regard sociologique sur la présidentielle de 2007, Paris, Presses des Mines.

2010b, La sociologie sur le vif, Paris, Presses des Mines.

2010c, « L’écriture sociologique », L’enquête sociologique, S. Paugam éd., Paris, PUF, p. 379-402.

Lemieux Cyril éd., 2010, La subjectivité journalistique. Onze leçons sur le rôle de l’individualité dans la production de l’information, Paris, Éditions de l’EHESS.

Lemieux Cyril, Mucchielli Laurent et Neveu Érik, 2010, « Le sociologue dans le champ médiatique : diffuser ou déformer ? », Sociologie, no 2, p. 287-299.

Neveu Erik, 2009, Sociologie du journalisme, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1 Ce terme désigne l’économie préétablie de temps et de moyens matériels et humains, qui détermine, dans une entreprise de presse, la production des nouvelles (Lemieux éd., 2010).

2 Ce terme renvoie non seulement à la longueur d’un article ou à la durée d’un reportage mais encore à son angle, son rythme, son ton, ses schémas narratifs, sa mise en scène, le mode de distribution des tours de parole qui y prévaut, ou encore la distance aux protagonistes qui y est instaurée. C’est à travers le respect de formats de diffusion qu’ils n’ont généralement pas conçus eux-mêmes – ce travail de définition revenant le plus souvent aux supérieurs hiérarchiques aidés de professionnels du marketing – que s’exercent pour les journalistes « de base » les contraintes commerciales de leur activité (Lemieux éd., 2010).

3 Pour un débat autour de ces enjeux, voir Lemieux et al. (2010).

4 Pour une analyse de cette expérience et de ses limites, ainsi que du type d’échanges en ligne engagés avec les internautes, voir Dagiral et Parasie (2009). Le blog a aujourd’hui été effacé du site du Me.fr. Son contenu a cependant été publié, entre-temps, sous forme d’ouvrage (Lemieux, 2010a).

5 Les articles que j’ai publiés dans Alternatives économiques sont consultables sur Cairn.info.

6 Sur ce point, voir notamment Lemieux (2010b, p. 309-310).

7 Principes que j’ai essayé par ailleurs d’analyser (Lemieux, 2010c).

8 Une présentation du séminaire est disponible sur le site internet de l’EHESS : « L’enquête en journalisme et en sciences sociales : regards croisés », [URL : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2010/ue/322], consulté le 17 avril 2012.

9 Les objectifs et programmes de ces deux séminaires peuvent être consultés sur le site internet de l’EHESS : « Les formes du jugement journalistique à l’épreuve de l’élection présidentielle », [URL : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/494], consulté le 17 avril 2012 ; « Présidentielle 2012 : les médias font-ils l’élection ? », [URL : http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2011/ue/555], consulté le 17 avril 2012.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cyril Lemieux, « Penser autrement la place des sciences sociales dans les médias », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #12 | 2012, mis en ligne le 29 octobre 2014, consulté le 25 septembre 2016. URL : http://traces.revues.org/5527 ; DOI : 10.4000/traces.5527

Haut de page

Auteur

Cyril Lemieux

directeur d’études à l’EHESS et membre de l’Institut Marcel Mauss (EHESS, CNRS)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page