Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Entretiens

L’écologie en architecture et urbanisme : entre normes et pratiques. Entretien avec Nicolas Michelin

Propos recueillis et présentés par Yaël Kreplak et Barbara Turquier
Yaël Kreplak et Barbara Turquier
p. 207-226

Texte intégral

  • 1 Cet entretien a été réalisé le 23 septembre 2011 à Paris, dans les locaux de l’agence A (...)
  • 2 Voir Paquot (2010), pour une discussion terminologique.
  • 3 Pour une présentation synthétique mais néanmoins complète de ces différents enjeux, voi (...)
  • 4 On se référera avec profit au site Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/, con (...)

1La ville constitue un objet « écologique » par excellence, depuis les travaux de la première école de Chicago, qui l’ont décrite comme un « milieu » (Joseph et Grafmeyer, 1984), mettant ainsi en évidence les relations d’interdépendance entre les différentes échelles pour rendre compte des dynamiques urbaines et des modes d’« habiter » 1. À leur suite, de nombreux travaux (Berdoulay et Soubeyran éd., 2002 ; Coutard et Lévy éd., 2010 ; Paquot et Younès éd., 2010) cherchent aujourd’hui à prolonger cette approche de la ville comme une « totalité », et à reformuler la perspective de l’écologie urbaine, à l’aune des enjeux environnementaux. Ils tendent ainsi à réarticuler les liens entre ville et environnement, en spécifiant l’acception de certaines notions telles que « milieu », « écosystème », ou « habitat » 2. Plus largement, ces travaux proposent une démarche intégrée, capable de « tenir conjointement compte des composantes naturelles, construites et sociales de la ville », faisant dialoguer différentes disciplines, ce qui a « des impacts non négligeables sur les bases de l’écologie urbaine, sur celle des sciences de la ville et, par voie de conséquence, sur les normes de l’action urbaine » (Lévy, 2010, p. 11) 3. L’objet « ville » apparaît ainsi bien, selon l’expression de Robert Park, comme un « laboratoire » des pratiques, des épistémologies et des politiques 4.

2Au premier plan des pratiques de la ville se trouvent les architectes et les urbanistes, qui s’emparent de ces questionnements, leur donnent forme, voire « produisent » des écologies. En quoi l’urbanisme peut-il être une forme d’« écologie appliquée », pour reprendre les termes de Thierry Paquot (2006, p. 69), et comment l’analyse des pratiques peut-elle nous éclairer sur la compréhension des enjeux écologiques ?

  • 5 Pour une perspective « interne » sur ces questions, voir la revue Ecologik, (...)
  • 6 Cette somme sur l’urbanisme écologique a été réalisée en partenariat avec la Harvard Sc (...)

3De fait, les qualificatifs – « architecture verte », « urbanisme écologique », « architecture durable », entre autres – circulent largement, sans qu’il soit toujours facile de démêler, de distinguer précisément les pratiques et les enjeux 5. En outre, cette requalification « écologique » pourrait laisser entendre qu’il s’agit là d’une évolution récente, d’un paradigme contemporain, alors que l’on peut avancer qu’elle est historiquement au cœur de la démarche architecturale et urbaine – James Steele, dans son « histoire critique » de l’architecture écologique, rappelle que même les projets de Le Corbusier témoignent d’une sensibilité aux enjeux écologiques, totalement gommée par sa réception formaliste (Steele, 2005, p. 11). Il est toutefois certain que la prise de conscience écologique généralisée, du fait de la crise environnementale, invite les praticiens à prendre position et à davantage composer avec les environnements, les ressources, ainsi que les récentes (et nombreuses) réglementations, et à ajuster de ce fait leurs manières de faire. Comme le rappellent Mohsen Mostafavi et Gareth Doherty dans leur introduction à l’ouvrage Ecological Urbanism 6, la crise environnementale, en un sens, est une opportunité pour expérimenter :

  • 7 « In other words we need to view the fragility of the planet and its resources as an (...)

En d’autres termes, nous devons envisager la fragilité de la planète et de ses ressources comme une opportunité pour l’innovation dans la conception, plutôt que comme une forme de légitimation technique à des solutions conventionnelles. Par extension, les problèmes auxquels nos régions et nos villes font face seront l’occasion de définir une nouvelle approche. Imaginer un urbanisme qui ne se résume pas au statu quo, cela requiert une sensibilité nouvelle, qui soit propre à intégrer et à s’adapter aux conditions nécessairement conflictuelles de l’écologie et de l’urbanisme. C’est là le terrain de l’urbanisme écologique 7. (Mostafavi et Doherty éd., 2010, p. 17)

  • 8 Pour un aperçu de l’ensemble de ses réalisations et, plus largement, du travail de l’ag (...)

4C’est ce qui a motivé notre choix de nous adresser à Nicolas Michelin, architecte et urbaniste reconnu pour ses prises de position sur ces questions. Directeur de l’agence ANMA (Agence Nicolas Michelin & Associés) qu’il a fondée en 2000, Nicolas Michelin a également été le directeur de l’École nationale supérieure d’architecture de Versailles, de 2000 à 2009. Parmi ses réalisations récentes, on peut citer notamment le pôle universitaire ARTEM à Nancy (2011), les logements du quartier du Grand Large – Neptune à Dunkerque (2010), un ensemble de bureaux « basse consommation » à Bordeaux (2010), ou encore l’écoquartier de la XIIe escadre d’aviation à Reims (2009) 8. Commissaire invité de la biennale d’architecture, d’urbanisme et de design de Bordeaux, Agora, en 2008, il a ensuite publié l’ouvrage Alerte (2008), suivi de la publication d’Attitudes (2010). Ces deux textes exposent la conception de l’architecture et de l’urbanisme pratiqués par l’ANMA et offrent des pistes de réflexion pour mieux cerner les enjeux soulevés par les préoccupations environnementales et écologiques. Pour cet entretien, nous lui avons demandé de revenir sur ses différentes prises de position, qui dressent un panorama critique de l’architecture et de l’urbanisme écologiques contemporains. Ses réflexions sur les échelles de l’urbanisme écologique, sur l’usage des normes environnementales ou sur le rôle politique de l’architecte apportent ainsi un éclairage pratique, qui nous paraît déterminant pour mettre en perspective les différents enjeux évoqués dans ce numéro.

5 Yaël Kreplak et Barbara Turquier

Définir l’architecture et l’urbanisme écologiques

6Tracés : Les préoccupations écologiques ont une importance croissante dans l’architecture et l’urbanisme contemporains. Les notions, en vogue, d’architecture « écologique » ou « durable » semblent toutefois recouvrir des pratiques et des objets divers. Comment caractérisez-vous ce mouvement contemporain ? Pourriez-vous décrire l’usage que vous faites des notions d’architecture et d’urbanisme écologiques ?

  • 9 Pour une présentation de leurs projets et réalisations, voir leur site : http://www.tri (...)

7Nicolas Michelin : Effectivement, les définitions sont très variables selon le type de personne auquel vous vous adressez. Si vous interrogez des ingénieurs comme ceux du bureau d’études Tribu 9, qui travaillent depuis plus de vingt ans sur des problèmes environnementaux, vous obtiendrez une définition sensiblement proche de la mienne. Inversement, si vous vous adressez à un ingénieur spécialisé dans la construction de bâtiments « passifs », son approche risque d’être très différente, pour ne pas dire opposée. Par conséquent, il me semble difficile de proposer une définition qui soit un reflet exact, juste, des pratiques contemporaines en architecture et urbanisme : je préfère donc vous proposer une définition, ou des acceptions, qui rendent compte de mes préoccupations, et qui correspondent davantage à ce que je fais.

8Je privilégie à l’expression « architecture écologique », celle d’« architecture bioclimatique », qu’utilisent également des ingénieurs et architectes, qui travaillent à une architecture conçue et élaborée en fonction du climat. Il s’agit de produire, autant que possible, des bâtiments « naturels », peu motorisés, c’est-à-dire auxquels on n’aurait pas ajouté des panneaux, des capteurs, etc., mais qui sont conçus en fonction du vent, de la pluie et du soleil. Il me semble que l’architecture bioclimatique, en ce sens, est une bonne manière de préciser la notion d’architecture écologique, ou du moins, constitue une piste de travail intéressante.

9En ce qui concerne l’urbanisme écologique, la question est plus délicate. On parle souvent d’un urbanisme « environnemental », mais c’est une notion assez complexe, qui pose la question des échelles que l’on souhaite prendre en considération : la ville, le quartier, l’îlot, le bâtiment… Une bonne manière d’entrer dans le problème de l’urbanisme écologique en général, c’est la question de la place et du statut de la nature en ville. Cela peut sembler paradoxal, parce que la ville est souvent appréhendée, précisément, comme le lieu dont la nature, la « vraie » nature, sauvage, non domestiquée, est absente. Pour moi, parler de « la nature en ville », et travailler à redéfinir sa place, cela revient précisément à penser la ville avec sa densité, avec sa complexité : c’est en tout cas en ce sens que j’aborderai la question de l’urbanisme écologique.

10Tracés : Vous semblez assez prudent sur l’emploi de ce lexique. Les termes « milieu » ou « écosystème » sont souvent employés pour décrire la ville, sans que l’on arrive toujours à discriminer l’usage littéral et l’usage métaphorique. Est-ce que vous pourriez nous éclairer sur les usages de ces termes et, éventuellement, en pointer les problèmes ?

  • 10 Pascal Cribier est architecte DPLG et paysagiste, né en 1953. Il a travaillé en France, (...)

11N. Michelin : Ces notions sont très fréquemment employées par les paysagistes qui font de l’urbanisme – c’est devenu une pratique courante, puisqu’il est même arrivé que des paysagistes remportent le Grand Prix d’urbanisme. Je partage les réserves de Pascal Cribier 10, un paysagiste avec lequel je collabore, par rapport à la notion d’écosystème notamment, que l’on emploie souvent dans des argumentaires de projet pour légitimer un projet et justifier un « paysage » dans la ville. Par exemple, pour poursuivre ce que j’évoquais sur la nature en ville, quand on fait une petite mare dans un coin, sous prétexte qu’il y a quatre sauterelles et trois crapauds, on considère qu’on a « réintroduit un écosystème ». Cela me semble faire preuve non seulement d’un usage appauvri de la notion d’écosystème, mais d’un point de vue urbanistique, également d’un usage problématique : réintroduire la nature en ville, cela ne veut pas dire circonscrire un carré bien identifiable, mettre des barrières et considérer que c’est réglé. Au contraire, les choses deviennent intéressantes lorsque ce que nous construisons en ville (des jardins, des nœuds paysagers…) est, dans la mesure du possible, en relation avec des écosystèmes, ou plutôt avec des biotopes d’ailleurs, c’est-à-dire des zones qui peuvent avoir toutes les dimensions d’une vie naturelle.

12Pour développer cela de manière concrète, je prendrai l’exemple du jardin du Luxembourg à Paris. Ce jardin est défendu par tout le monde, y compris par les écologistes, parce que c’est un espace vert, donc valorisé dans une ville extrêmement minérale et où le taux d’espace vert par habitant est très faible. On le décrit même comme un écosystème, voire comme un biotope. Mais si on y regarde d’un peu plus près, on réalise qu’il n’est pas du tout équilibré, qu’il est complètement artificiel, qu’il est beaucoup trop petit, trop minéral, et qu’aucune espèce ne peut s’y reproduire. C’est effectivement un espace vert, ce qui est très bien, mais on ne peut pas parler de biotope à proprement parler. Par contre, si l’on arrivait à relier le jardin du Luxembourg au bois de Boulogne, on créerait alors un véritable biotope, en ouvrant un axe que des chenilles ou des hamsters pourraient emprunter pour se déplacer. C’est une idée qui peut sembler irréaliste, mais c’est quelque chose qui se pratique beaucoup en Angleterre et en Allemagne, notamment, sous le nom de « corridor vert », et qui renvoie à des manières de mettre en relation différents espaces et de favoriser des comportements biotopiques, au sens strict. Par exemple, si l’on observe une carte de la ville de Munich, on voit des forêts aux alentours, puis l’agglomération de Munich, et enfin, d’un coup, des espaces où il n’y a, apparemment, « rien », mais qui sont des espaces de transition, dont on peut observer les traces. Même dans les espaces construits, vous trouvez toujours quelque chose, une ligne verte par exemple, qui matérialise ces « corridors », et qui montre comment les différents espaces verts de la ville sont reliés avec des zones biotopiques. C’est ce genre de démarche qui permet d’expliquer, à Leeds ou Leicester en Angleterre par exemple, la présence de sangliers ou de renards en centre-ville, parce que la terre des jardins urbains est aussi bonne, sinon meilleure, que celle des champs hors de la ville.

13Il s’agit donc là d’un usage précis du terme écosystème, qui ouvre des perspectives de travail stimulantes, qu’il serait intéressant de mettre en œuvre à Paris – une ville totalement enclose dans son périphérique et qui gagnerait à s’ouvrir, par des aménagements de ce type.

Questions d’échelles

14Tracé: Y a-t-il une réflexion écologique propre à chaque échelle (ville, quartier, îlot, bâtiment) du projet architectural ? Comment ces différentes échelles s’articulent-elles pour constituer une approche globale, qui soit satisfaisante d’un point de vue écologique ?

15N. Michelin : C’est une question très importante, qui a directement trait aux manières de coordonner les différents niveaux d’intervention architecturale et urbanistique, et qui renvoie à une forme de planification différente, « douce », comme on devrait la pratiquer plus systématiquement.

  • 11 Les Fuseaux de Saint-Dizier, conception d’un centre culturel doté d’une salle de 2 000  (...)

16Pour commencer, on peut distinguer trois échelles : celle du quartier, celle de l’îlot et celle du bâtiment. Au niveau du quartier, je dirais que la préoccupation écologique est cruciale. L’enjeu, à cette échelle, est de tenir compte des parcs et percées existants, et de ne pas refermer ces possibles corridors verts. Pour cela, il faut aussi penser à l’eau, au vent, au sol. C’est donc une préoccupation qui doit intervenir très en amont et qui se matérialise dès le tracé du projet. Par exemple, pour le projet de centre culturel sur lequel nous travaillons actuellement à Saint-Dizier 11, nous avons porté une attention particulière à la présence de l’eau, en évitant de construire là où elle vient se poser naturellement, pour éviter les inondations, et en rouvrant un cours d’eau qui avait été fermé, pour mieux articuler une pénétrante verte dans le projet.

17L’urbaniste intervient généralement au niveau de l’îlot et des rues, et cherche à mieux gérer l’articulation entre ces différents niveaux. Dans une ville dense comme Paris, on travaille plus souvent au niveau de la parcelle, c’est-à-dire des limites de propriété. L’habitude veut que l’on construise les uns à côté des autres : on a un cahier des charges, on fait sa petite cour, on est obligé de planter un arbre, donc on plante un arbre, mais de l’autre côté, l’immeuble voisin n’est pas obligé, donc il n’en plante pas. C’est une approche forcément très morcelée de laquelle on tend, depuis une dizaine d’années, à se défaire. Cette évolution est liée notamment à la réhabilitation d’espaces comme d’anciennes zones ferroviaires, des friches industrielles ou d’anciennes casernes militaires, qui ouvrent une nouvelle perspective sur la ville et qui imposent, pour réaliser des projets intéressants, de raisonner d’abord en termes de territoire, puis d’îlot. Pour vous donner une idée, on considère qu’en moyenne, un îlot fait une superficie de 100 mètres sur 100, ce qui veut dire que dessus, il va y avoir plusieurs types de constructions. Au lieu de donner des règlements immeuble par immeuble (en disant « il faudra mettre des lumières sur le toit, il faudra qu’il y ait un retrait de tant de mètres par rapport au voisin, etc. »), on donne des règles communes, et on raisonne sans limites entre les parcelles, mais avec un cœur d’îlot qui doit être ouvert sur l’extérieur, ou refermé, planté ou non, en terre, etc. Je dirais que c’est de cette manière que se matérialisent, à l’heure actuelle, les préoccupations écologiques au niveau urbanistique.

18À l’échelle du bâtiment, naturellement, ces préoccupations sont différentes et concernent, principalement, son isolation thermique et sa consommation énergétique.

19Tracés : Vous parliez de l’évolution des modes de planification, et évoquiez le principe d’une « planification douce », pourriez-vous nous en dire davantage ?

20N. Michelin : Il s’agit d’une évolution assez récente, qui tend à modifier les manières de concevoir les projets. Le principe d’une planification « douce », pour le formuler simplement, c’est qu’elle ne repose pas que sur elle-même, au sens où elle prend en compte ce qui peut se passer une fois le projet réalisé. Elle permet aux constructions d’évoluer, voire elle peut évoluer elle-même au cours du projet. Cette façon de faire est directement liée à ces questions d’interdépendance entre les échelles. Précisément, si vous concevez un quartier, les problèmes écologiques vont ensuite se poser au niveau de l’îlot, puis du bâtiment. Il s’agit donc de faire en sorte que ce que l’on fait au niveau de l’îlot ou du bâtiment aura des conséquences à grande échelle.

21Pour vous donner un exemple, si, dans un projet, on projette de tracer un parc, linéaire, parce que l’on considère que l’orientation nord / sud serait la plus adéquate, on va ensuite essayer d’avoir des ramifications vertes sur les côtés, c’est-à-dire faire en sorte que les îlots soient construits avec une vue sur le parc. Si on « rate » ces îlots, le parc aura nécessairement beaucoup moins de valeur, le plaisir de la vue sera amoindri, on n’aura pas de traversée d’air frais – et de fait, on pense rarement aux vents et à l’importance des courants d’air dans les villes pour le rafraîchissement naturel. Donc si jamais ces îlots sont mal réalisés, mal orientés, c’est l’ensemble, le corridor vert lui-même, qui perd de sa valeur. Mais si on change le projet, en construisant des îlots perpendiculaires à l’axe du parc, peut-être que certains jardins attenants seront, du coup, privés, mais s’ils sont bien agencés, ils participeront à la fraîcheur ou à la qualité de l’espace vert lui-même.

22Ce que je veux montrer par là, c’est que la planification douce implique, en premier lieu, de ne pas être « violent », c’est-à-dire de ne pas créer de rupture mais, au contraire, de prendre en compte l’environnement existant autour d’un site et s’y adapter. Plus largement, il s’agit de ne plus aborder la planification comme quelque chose qui soit gravé dans le marbre, et de faire en sorte qu’il n’y ait plus de plan-guide : certes, un plan donne des invariants, des grandes idées, mais il doit pouvoir ensuite s’améliorer. On doit pouvoir laisser la place à des changements non prévus. Cela revient à accepter – et c’est quelque chose que les urbanistes font tout à fait – de revoir sa copie tous les six mois, de retravailler et de s’adapter à ce qui s’est construit autour.

23De fait, le temps, l’usage, les habitants, modifient souvent les premières idées des urbanistes. Il faut néanmoins garder la main sur le projet, pour que les choses ne se stérilisent pas. Beaucoup de projets partent avec de bonnes intentions, de grandes idées, puis se déforment. Prenez l’exemple du Forum des Halles : on projetait d’y faire un parc immense, des ramblas, et puis les contraintes, les plaintes des uns et des autres (il faut une allée pour les chiens par exemple) font qu’en fin de compte, on aura trois arbres alignés sur le trottoir… Je pense que beaucoup de plans se déforment par souci de rapidité, d’économie de projet et de simplification, pour des questions budgétaires aussi, alors qu’on ferait mieux de partir d’idées géographiques plus simples, pour évoluer vers une sophistication, ou vers du « sur-mesure » : pour moi, l’objectif est de faire en sorte qu’à la fin, le quartier participe si parfaitement du lieu qu’on a l’impression qu’il a toujours été là.

24Tracés : Pour poursuivre sur cette question d’échelle, quelle est votre conception de l’écoquartier ? Vous avez réalisé le quartier du Grand Large à Dunkerque en 2010, et avez en cours d’étude l’écoquartier de la XIIe escadre d’aviation à Reims (1 200 logements), le quartier Grand-Est à Dijon, le quartier Vauban Neppert à Mulhouse, le secteur des Bayonnes à Herblay. Certaines de ces réalisations revendiquent le terme « d’écoquartier », d’autres mettent en avant les préoccupations écologiques sans revendiquer cette appellation. L’écoquartier vous semble-t-il une bonne échelle pour travailler ces questions ?

25N. Michelin : Oui, l’écoquartier est une échelle intéressante, car il permet de tenir ensemble ces différents niveaux de préoccupations. Pour parler d’écoquartier, il faut déjà qu’il y ait une superficie suffisante, disons 100 hectares, et donc la possibilité de construire 1 000, ou 1 500 logements – 600 minimum en tout cas. J’évoque ces chiffres non pas pour poser des critères de définition stricts, mais simplement pour souligner le fait que, pour qu’il y ait quartier à proprement parler, il faut qu’une vie sociale puisse s’y installer. Il faut donc qu’il y ait plusieurs rues, des places, et qu’on s’inscrive dans un quartier de la ville. Quand on prend les critères de durabilité des villes, on pourrait presque en conclure – même si ce n’est pas totalement vrai au sens strict – que Paris est essentiellement composée d’écoquartiers : le 10e, le 9e, le 8e, le 7e… C’est le cas également pour des villes comme Barcelone ou Madrid. Ainsi, un écoquartier est avant tout un « quartier » à part entière, il est construit en fonction du site, et intégré à la ville : ce serait là sa première qualité. À notre époque « ascétique », où il nous faut construire avec moins, il s’agit de concevoir des écoquartiers qui ne sont pas tape-à-l’œil, qui se glissent dans le déjà-là, mais conçus d’une façon où il y a peu d’énergie développée et beaucoup d’espaces partagés, des cours ouvertes, des rues plus plantées, moins de voitures… Ils se posent dans la ville, mais ils sont pleinement raccordés : en somme, faire des écoquartiers aujourd’hui, c’est simplement faire mieux que ce que l’on faisait avant. D’ailleurs, si l’on pouvait dire « quartier du xxisiècle » plutôt qu’écoquartier, pour qualifier ce type de réalisations pensées en fonction de tous les critères de l’écologie, sans souligner l’effet de rupture, cela m’irait très bien.

Figures 1 et 2 : écoquartier de 1 200 logements, quartier de la XIIe escadre d’aviation, Reims © Charles Wallon

26Tracés : Une des principales critiques adressées au modèle de l’écoquartier porte sur son cloisonnement par rapport aux autres espaces de la ville, et sur le fait que l’on peut y voir une simple vitrine écologique, dissociée du tissu urbain et dédiée à une population bien spécifique (catégorie socioprofessionnelle élevée, dotée de moyens financiers, etc.). Comment vous positionnez-vous par rapport à ces critiques ?

27N. Michelin : C’est effectivement une limite des écoquartiers, ou du moins de certaines réalisations. La question de la rupture est centrale selon moi, et se pose à un double niveau : rupture dans le tissu urbain (visibilité de certains quartiers, de certaines constructions par rapport à d’autres) et rupture sociologique. Or, il me semble que la ville d’aujourd’hui ne doit plus procéder par rupture. La rupture des grands ensembles a été un véritable traumatisme. La rupture du pavillonnaire a été tout aussi horrible. La rupture des centres commerciaux, ou celle des zones franches, également. On peut même parler de la rupture des zones de bureaux : tout d’un coup, vous vous trouvez dans un quartier de bureaux, ce qui est un phénomène assez bizarre. Aujourd’hui, les urbanistes travaillent beaucoup sur ce qu’on appelle la « mixité », qu’il faut comprendre dans un triple sens : fonctionnelle, programmatique et sociale. C’est pour cela que j’insiste sur l’intégration de l’écoquartier dans la ville. Effectivement, certains écoquartiers allemands ou hollandais s’apparentent plus à du condominium qu’à de la mixité sociale. Certes, on y trouve des logements sociaux, mais disons que ce sont des quartiers où vous êtes tout de suite repérés quand vous n’êtes pas un « indigène » – on a parfois presque l’impression qu’il faudrait y laisser ses tongs à l’entrée ! Bien sûr, on peut réaliser des villes qui soient de véritables parcs écologiques, mais il m’apparaît plus intéressant de travailler à développer des idées simples, peu coûteuses mais vraiment efficaces : la rue peut être poursuivie, elle peut être plus large, on peut considérer que la rue est encore un espace de sociabilité, il faut donc qu’elle soit donnée aux piétons, que les voitures soient discrètes, il est préférable d’avoir une adresse sur rue que dans une résidence… En somme, on pourrait résumer cela comme ça : l’écoquartier contre le quartier résidentiel ou la gated community, ultra-sécurisée, qui se développe même en France aujourd’hui. C’est dans cette perspective-là qu’il me semble intéressant de travailler.

Normes, normativité, normalisation

28Tracés : Vous avez pris position contre la multiplication actuelle des normes écologiques : labels Haute performance énergétique, Haute qualité environnementale, Passivhaus, Minergie, Bâtiment de basse consommation, réglementations thermiques RT 2000, RT 2005 puis RT 2012… Pourriez-vous expliciter ce qui est problématique à vos yeux dans cette évolution ?

29N. Michelin : C’est en effet mon principal cheval de bataille, disons, mais c’est une question compliquée, et plusieurs points sont à préciser.

30Tout d’abord, il ne s’agit pas de dire que les normes ne servent à rien, que les Grenelle I et II n’ont rien apporté : au contraire, tout cela a permis l’émergence d’une véritable conscience écologique, ce qui est très bien, évidemment. Aujourd’hui, un promoteur immobilier peut commander un bâtiment basse consommation (BBC), alors qu’avant, il n’en voulait pas parce que c’était trop cher : les subventions, qui vont avec l’imposition de ces normes, ont rendu cela plus accessible. Le problème, à mes yeux, c’est que certains promoteurs font construire des bâtiments basse consommation, mais bas de gamme : certes, ils consomment moins d’énergie, mais ils utilisent de nombreux moteurs, et n’ont pas ce que j’appelle une « haute qualité d’usage », ils y mettent des moteurs partout, ce qui n’empêche pas qu’il soit quand même certifié « haute qualité environnementale » (HQE) par l’organisme de certification. C’est cette dérive qui me semble problématique. Bien sûr qu’au départ, l’idée que les bâtiments doivent être plus économes, que la haute qualité environnementale est première, qu’il faut savoir gérer l’eau, avoir des espaces en pleine terre, est très bonne. On nous donne désormais l’objectif, qui est celui de faire des bâtiments basse consommation : c’est même la loi, depuis le Grenelle. Mais le problème des règles, c’est moins ce sur quoi elles portent que la façon dont on les décline : on vous donne non seulement l’objectif, mais aussi la façon d’y arriver.

31Pour prendre un exemple concret : vous construisez un bâtiment. Pour qu’il soit BBC, il doit consommer 50 kilowattheures par mètre carré par an. Alors on vous dit plus ou moins comment vous y prendre : il faut qu’il n’y ait pas trop de fenêtres, pas trop de façades exposées, des bouches qui résistent à l’humidité… On passe ainsi du problème des objectifs au problème des moyens, et, en France, on nous dicte beaucoup de choses. Notamment, des normes de confort ont émergé ces dernières années qui me paraissent hautement contestables, voire franchement en contradiction avec les objectifs écologiques. Au niveau du confort thermique, par exemple, on exige beaucoup de choses, coûteuses : pour formuler le problème simplement, est-ce insupportable d’avoir un peu trop chaud dix jours pendant l’été, et est-ce que ça ne vaut pas mieux que d’installer un climatiseur ? Est-ce si terrible de mettre un pull pour travailler en hiver, plutôt que d’augmenter le chauffage ? Pour le confort acoustique, c’est sensiblement la même chose : il faudrait ne rien entendre du voisin, pas même lorsqu’il arrive sur le palier et met ses clés dans la serrure de sa porte. Quant au confort visuel – tout ce qui a trait à l’éclairage, la lumière –, c’est pareil : le facteur « lumière de jour » est devenu une norme à part entière, qui pèse sur la construction.

32J’y vois plusieurs problèmes : d’une part, on est loin de l’architecture bioclimatique que j’évoquais tout à l’heure, et qui me semble pourtant une bonne manière de faire de l’écologique efficace à moindre coût. D’autre part, cela donne lieu à une véritable surenchère qui fait que, selon moi, on s’éloigne encore plus de ces objectifs. On peut parler, à l’heure actuelle, d’un véritable lobby de l’énergie verte, qui déplace le problème vers des enjeux politiques et économiques. Le Plan Climat à Paris, aujourd’hui, par exemple, c’est : zéro consommation d’énergie, uniquement des bâtiments positifs… Je prends l’exemple de Paris, parce qu’il y a clairement un enjeu politique derrière ces mesures, qui est celui de se placer comme ville leader sur ces questions. Mais Paris n’est pas un cas isolé : à Grenoble, quand vous participez à un concours, on vous donne aussi toute une pile de normes à respecter. Dans l’absolu, c’est intéressant de travailler la lumière, la fraîcheur, l’espace, mais ces normes cumulées sont contre-productives, voire contradictoires : vous ne pouvez pas avoir beaucoup de lumière si vous n’avez pas de fenêtres, vous ne pouvez pas avoir beaucoup d’espace si on vous impose de construire un bâtiment compact, etc.

33Je crois – et c’est un sentiment partagé par bon nombre d’architectes, même si le problème n’est pas exposé publiquement – qu’on est aujourd’hui dans une véritable impasse. Les coûts de construction « écologique » ont réduit ces dernières années, mais cela a pour conséquence qu’on produit des bâtiments qui sont non seulement horribles, mais aussi désagréables à vivre. J’en viens à privilégier aujourd’hui la construction de bâtiments à « très haute qualité énergétique » plutôt que basse consommation – ce qui n’est pas une position facilement acceptée, car on reçoit des subventions spécifiquement allouées pour respecter ces critères. Mais entre une consommation de 80 kilowattheures par mètre carré et par an (comme je le fais dans les bâtiments HQE) et une consommation de 50 (comme c’est le cas dans le BBC), qui fait la différence ? Qu’est-ce que cela change, et de toute façon, où va toute l’énergie économisée par la ville de Paris par exemple ? Tout cela est trop abstrait : c’est comme si vous aviez une notion sociologique, que personne ne comprend mais que tout le monde utilise à tort et à travers. La prise de conscience écologique généralisée, c’est formidable, mais sa réalisation me fait très peur.

34Tracés : On voit effectivement les ambivalences qui peuvent caractériser les applications politiques et/ou commerciales des questions écologiques, ce qui peut donner l’impression qu’on est passé d’une pratique écologique initialement militante, à une approche nettement plus technique, du fait de ces différentes régulations. Pour préciser ces points, pourriez-vous nous éclairer sur les différents modes d’imposition de ces normes : on parle effectivement de normes, de labels, de certifications, mais est-ce que tout cela renvoie à la même chose et pose les mêmes problèmes ?

35N. Michelin : Oui, c’est une évolution inquiétante, mais il est effectivement important de distinguer ces différents niveaux. Je dirais qu’il faut prendre la norme comme une orientation générale, qui permet de normaliser les choses, au sens de rendre des pratiques de construction routinières. Mais ces normes exercent des contraintes, qui ne me paraissent pas être les bonnes solutions au problème écologique. La norme est nécessaire, si tant est qu’on puisse la remettre en question pour la faire évoluer.

36La certification, par contre, c’est autre chose. Seul un organisme, le CERQUAL (Certification Qualité Logement), peut délivrer la certification, ce qui signifie qu’il n’y a pas de mise en concurrence. Pour être certifié, cela implique qu’un certain nombre de calculs soient effectués et que le résultat soit satisfaisant, à l’aune des critères de cet organisme. Deux problèmes se posent alors : ces critères peuvent ne pas convenir à tous les bâtiments, mais ils sont fixes – c’est donc à vous de vous adapter aux critères et non l’inverse. Par conséquent, ce type de dispositif entrave toute innovation, toute expérimentation.

37Par exemple, dans notre agence, nous développons des bâtiments en ventilation naturelle : or, ce dispositif n’est pas reconnu par le CERQUAL et ne figure pas sur leur formulaire d’évaluation du bilan thermique. Donc, pour construire un bâtiment comme cela, c’est très long, très compliqué : il faut demander un avis expérimental, déroger à la loi, etc. Et on finit par devoir climatiser un bâtiment, faute d’adaptabilité de ces critères.

  • 12 Un projet d’encadrement des écoquartiers est pourtant à l’étude au ministère du Logemen (...)

38Pour reprendre le cas des écoquartiers, j’espère vraiment qu’ils ne feront jamais l’objet d’un label et qu’on ne nous dira jamais « l’écoquartier, c’est comme ça et pas autrement, il faut qu’il y ait tel système de ventilation, tant d’espace minéral, tant d’espace végétal, zéro rejet, des BBC… » 12. Si cela devait arriver, cela entraînerait de nouveau un appauvrissement du génie de la conception qui va avec le génie du lieu, et cela ne me semble pas être ce à quoi doit nous inviter la prise de conscience écologique.

39Tracés : Précisément, vous avez proposé, dans vos ouvrages, vos propres critères d’un projet écologique : l’ultra-contextualité, la légèreté, l’adaptabilité, et la notion d’« ordinaire extra-ordinaire ». Ces critères ont-ils vocation à éviter de reconduire une pensée normative et a priori de la « bonne forme urbaine » et à favoriser l’expérimentation de nouvelles manières de faire ?

40N. Michelin : C’est tout à fait ça. L’idée que l’on pourrait créer des règles sur les écoquartiers est erronée, parce que la « bonne » forme urbaine n’existe pas, elle ne peut pas être la même à Paris et à Strasbourg. Il est vrai que je critique les règlements, au point qu’on m’a un jour demandé : « Mais qu’est-ce que vous proposez ? » En fait, je crois à un urbanisme de projet. Cela signifie qu’au lieu de se baser sur des règles, sur des codes – que ce soit celui de l’urbanisme, le Code civil, ou le code écologique –, on se dise : à tel endroit, je dois arriver à tels objectifs, mais pour y arriver, je ne sais pas du tout comment je vais faire. Cela change beaucoup les manières de faire. Faire de l’urbanisme de projet, c’est demander aux politiques de laisser par endroits des zones où c’est le projet qui prouvera qu’on a atteint un certain nombre d’objectifs, peut-être pas tous, et auxquels on sera arrivé d’une façon particulière.

41Pour le quartier Grand-Est à Dijon (2011), par exemple, nous n’avons pas fait ce qui se fait partout en ce moment, à savoir des parkings silos. Nous ne l’avons pas fait parce qu’il fallait penser aux usages qu’ont les habitants du quartier de leurs voitures. Dans un quartier isolé du centre, vous n’allez pas garer votre voiture à 500 mètres de chez vous. En outre, la voiture en ville, lorsqu’elle roule doucement, ne me gêne pas ; et puis, on va finir par venir à la voiture électrique, il faut laisser le temps aux choses de se faire et bâtir en pensant à ces évolutions.

  • 13 Sur ce point, voir la présentation qu’en fait Benoist Apparu dans l’entretien suivant : (...)

42Aujourd’hui, les services de la ville sont extrêmement normatifs, en partie parce qu’ils pensent à leur responsabilité juridique : à Lille, je collabore avec l’agence Lacaton & Vassal pour la réalisation d’une salle de concert en centre-ville. Nous avions prévu une salle semi-intérieure, et de faire monter un parc sur son toit. Cela aurait pu être magnifique, mais, après qu’on a remporté le concours avec ce projet, la ville a finalement jugé cela trop dangereux, parce que des gens risquaient de sauter, ou simplement de tomber, du toit, et ne voulait pas prendre ce risque. Or, c’est la ville qui construit le parc, c’est donc sa responsabilité, son assurance, etc. Il y a donc à la fois un problème de normes, mais aussi d’habitudes, voire de paresse : or, selon moi, l’écologie doit nous obliger à inventer, à changer nos manières de faire. La réflexion que mène en ce moment le secrétaire d’État chargé du Logement, Benoist Apparu 13, pour passer d’un urbanisme de normes à un urbanisme de projet, me semble, indépendamment des couleurs politiques, être une bonne piste parce qu’elle rendra possibles ces dérogations au Code de l’urbanisme aux fins des projets particuliers.

Ce que l’écologie change aux pratiques

43Tracés : Votre conception d’une architecture écologique obéit à plusieurs principes : la prise en compte première du contexte et du « génie du lieu », le recours à des dispositifs bioclimatiques plutôt qu’à des solutions excessivement techniques, et l’attention à la capacité d’adaptation et de changement des réalisations, comme fondement d’une véritable durabilité. Comment en êtes-vous arrivé à formuler de tels critères ? Vos propres positions ont-elles évolué sur ces questions depuis le début de votre carrière ?

  • 14 Les murs Trombe captent l’énergie solaire durant la journée pour la restituer la nuit. (...)

44N. Michelin : J’ai reçu plusieurs électrochocs, qui m’ont amené à développer les principes que vous évoquiez et à travailler comme je le fais aujourd’hui. Dans les années 1970, quand j’ai commencé ma formation, je m’intéressais beaucoup à l’architecture Trombe 14, des bâtiments dans lesquels vivaient d’ailleurs principalement des « babas cool ». Ensuite, j’ai consacré mon diplôme à un bâtiment totalement autonome, avec des capteurs qui se ferment. J’étais totalement fasciné par le principe qu’on a beaucoup d’énergie qui arrive sur la Terre, sous forme de photons, d’électricité puis de chaleur, et par le fait que cette énergie considérable soit à disposition.

  • 15 Nicolas Michelin et Finn Geipel ont collaboré au sein de LABFAC (Laboratory for Archite (...)

45Ensuite, les problèmes écologiques sont massivement entrés en scène, avec la question du réchauffement climatique. Avec mon associé de l’époque, Finn Geipel 15, nous avons commencé à travailler sur la légèreté, c’est-à-dire sur le principe d’utiliser le minimum de matière pour faire le maximum de choses. C’est dans ce cadre que l’on a réalisé la couverture des arènes de Nîmes : plutôt que de construire une nouvelle salle de spectacle, nous avions proposé de réutiliser le bâtiment des arènes pendant l’hiver, en les couvrant avec un ballon. On était en dérogation tout le temps, et la technique nous permettait déjà beaucoup de choses. À mes yeux, la technique doit être un atout, mais elle ne suffit pas : c’est précisément le sens de l’architecture bioclimatique que de savoir exploiter ces différentes ressources, techniques et naturelles, au service de l’économie d’énergie. De fait, je continue ces recherches, et ma pratique continue d’évoluer, mais l’orientation générale de mon travail s’est décidée avec ces premières réalisations.

46Tracés : Plus largement, du point de vue de l’histoire des pratiques architecturales et urbanistiques, qu’est-ce que change cette prise en compte des enjeux écologiques ? Est-ce que, selon vous, des courants « écologiques » identifiables se dégagent, et quels en seraient les critères ?

47N. Michelin : Il est assez difficile d’avoir à la fois un point de vue intérieur et extérieur sur ces questions. Je dirais qu’à l’heure actuelle, grosso modo, il y a deux manières de faire. D’un côté, on trouve les architectes qui travaillent sur l’ordinaire, qui regardent d’abord le bâtiment qu’ils ont en face d’eux, en portant une attention particulière aux toitures, aux matériaux, aux couleurs, et qui conçoivent le leur en fonction, pour qu’il s’intègre, qu’il joue avec son environnement. De l’autre côté, on trouve les architectes qui cultivent leur « style » : qui font toujours la même façade, les mêmes murs blancs, des rayures, etc. Bien sûr, cela peut produire de très belles choses, mais c’est une autre manière de procéder. À l’agence, clairement, nous nous inscrivons dans la première tradition, qui consiste à toujours produire des bâtiments différents. Je vous mets au défi de me dire quel est le style de l’agence ANMA. Entre Rouen, Créteil, les logements de Nancy, ce que les bâtiments partagent, c’est une démarche, ce que j’appelle le « sur-mesure ».

48Plus précisément, je dirais qu’il s’agit de se poser autrement la question de la durabilité. Il ne s’agit pas de penser le bâtiment dans son programme à l’instant T, mais de faire en sorte qu’il ressemble encore à quelque chose quand il aura changé de fonction. Un palais de justice, par exemple, peut devenir un immeuble d’habitations, il faut y penser quand on commence à travailler. Les beaux bâtiments, selon moi, ce sont ceux qui résistent à l’outrage du temps. Un bâtiment qui tient à la couleur du mur, c’est risqué. J’essaie de faire des bâtiments durables, dans le sens où ils peuvent évoluer, accepter d’autres usages.

L’architecte et le politique

49Tracés : Deux manières de concevoir le rôle de l’architecte et de l’urbaniste semblent émerger : d’un côté, une conception de l’architecte comme « artiste », qui fait œuvre avec ses bâtiments, et de l’autre, un rôle nettement plus politique. Comment vous situez-vous par rapport à cela ? Dans la mesure où vous avez enseigné et dirigé une école d’architecture, quelle approche privilégiez-vous et quelle vision de votre métier essayez-vous de transmettre ?

50N. Michelin : Il me semble qu’être architecte, c’est clairement jouer un rôle politique. Bien sûr, la part de créativité est essentielle, et il faut avoir des compétences techniques, comme savoir dessiner, voir dans l’espace, être capable d’imaginer un bâtiment. Mais, contrairement à ce que l’on enseigne le plus souvent aux étudiants, on ne peut limiter notre travail à cette dimension. Un architecte, très concrètement, c’est quelqu’un qui travaille pour faire en sorte que les gens vivent bien. Le cœur de notre travail, c’est de donner du sens à notre projet, ce qui implique de comprendre ce qui se passe autour de nous, d’avoir un regard sur notre société, et de savoir lire, analyser…

51Tracés : L’architecte et l’urbaniste, par leur activité même, sont amenés à projeter des formes de sociabilité, des modes de relations entre les habitants, ce qui est effectivement un rôle éminemment politique. Concrètement, comment endossez-vous ce rôle ? Par exemple, le développement de pratiques écologiques vous semble-t-il favoriser l’émergence de nouvelles formes de prises de décision, comme la consultation des usagers ?

52N. Michelin : En ce qui concerne les projets urbanistiques, la concertation est une obligation légale, ce n’est pas propre aux projets écologiques. Dans la mesure où ce n’est pas notre métier, nous faisons appel à des bureaux d’études, pour assurer cette partie de la mise en place du projet. Je préciserai en outre qu’il existe deux formes de concertation, qui ne présentent pas le même intérêt. En concertation « classique », l’enjeu principal est souvent simplement de savoir si vous allez avoir un immeuble haut devant vous. Dans une concertation moins classique, on nous raconte des choses, l’histoire du lieu, de ses habitants, ce qui peut vraiment donner des idées. En somme, une concertation qui vise simplement à faire passer un projet est clairement moins stimulante qu’une concertation franche, où l’on cherche vraiment à connaître la perception des gens et où l’on se donne les moyens et le temps d’agir en conséquence.

53J’ai grand plaisir à travailler avec la ville de Bordeaux par exemple, et les Services de la direction générale de l’aménagement, qui développent un travail participatif extrêmement intéressant. Nous travaillons en ce moment sur le quartier des bassins à flots, ainsi que sur un projet qui s’appelle Bordeaux Recentre, dans les quartiers anciens. On y mène un travail vraiment participatif avec les gens, on rencontre les associations, on leur demande ce dont ils ont besoin, on les aide à trouver des locaux… C’est un travail énorme, et j’ai des équipes qui ne font que ça. De fait, en travaillant sur l’ultra-contextualité, nous sommes nécessairement amenés à travailler avec les habitants. Malheureusement, ce n’est pas toujours facile à mettre en place, du fait de la temporalité des projets, mais j’aimerais pouvoir développer cela de manière plus systématique.

54Tracés : Dans Attitudes, vous regrettez le peu de visibilité des architectes et des urbanistes, au-delà de leurs réalisations. Vous avez pris publiquement position sur les enjeux écologiques, que ce soit par le biais de vos ouvrages, ou par l’organisation de la biennale Alerte à Bordeaux en 2008. Cette diversification des formats (réalisations concrètes, publications, conférences, événements…) est-elle nécessaire pour rendre vos conceptions, vos positions, plus visibles ? Cela vous semble-t-il être le moyen de constituer véritablement l’écologie en problème public ?

55N. Michelin : Ces différents formats me semblent indispensables. Lorsque je donne des conférences, je me rends compte que les gens sont très demandeurs. On m’a même dit : « je ne me rendais pas compte que les architectes pensaient » ! Les architectes pensent, mais ils se réfugient trop souvent dans le quant-à-soi, ils sont souvent obnubilés par leur œuvre. Dans une conférence, on vous dit : « j’ai fait ci, puis j’ai fait ça ». Il est rare qu’un architecte explique vraiment les raisons qui l’ont amené à concevoir tel bâtiment, ou les difficultés qu’il a rencontrées, et je trouve vraiment dommage que les réalisations architecturales et urbanistiques ne soient pas davantage mises en débat.

56Mais, plus largement, je dirais que tout ce que l’on fait est un geste politique : lorsque l’on fait un bâtiment dans une rue, s’il est fermé sur lui-même dans un quartier, c’est une déclaration de guerre, tandis qu’un bâtiment ouvert, qui communique, c’est pacifiant. Je réalise aujourd’hui le ministère de la Défense. C’est très intéressant car un ministère représente l’État, et je me suis bien évidemment posé la question du sens de ce bâtiment : quelle est sa fonction, comment le dessiner, est-ce que c’est un bunker, un pentagone ? Ma meilleure réponse a été de travailler avec un artiste. Il va produire une œuvre dont je ne peux pas encore parler en détail, qui sera dans l’entrée du ministère, et qui dira quelque chose de très profond sur l’armée. Pour ma part, je conçois ce ministère comme le ministère de la paix et j’ai essayé de le dessiner en ce sens : 60 % de l’intérieur du ministère seront constitués par un jardin, tout fonctionnera naturellement. C’est un bâtiment qui offrira un paysage un peu insolite, qui sera évidemment fermé parce qu’il doit être hyper-sécurisé, mais qui essaiera d’être un petit peu aimable par rapport à Paris. Donc c’est une démarche d’abord politique, qui soulève la question du sens que je donne à un bâtiment. Je vous ai pris un exemple extrême, mais c’est la même chose pour un bâtiment ordinaire. Je pense que le regard que l’on porte sur notre société, et la prise de position que l’on a face à elle, guident notre travail d’architecte et, à plus forte raison, celui d’urbaniste.

Haut de page

Bibliographie

Agence Nicolas Michelin & Associés, 2008, Cinq sur cinq, dix projets sur mesure, Paris, Archibooks.

Berdoulay Vincent et Soubeyran Olivier éd., 2002, L’écologie urbaine et l’urbanisme. Aux fondements des enjeux actuels, Paris, La Découverte.

Coutard Olivier et Levy Jacques éd., 2010, Écologies urbaines, Paris, Economica.

Geipel Finn et Michelin Nicolas éd., 1999, LABFAC. Laboratory for Architecture, Paris, Éditions du Centre Georges Pompidou.

Joseph Isaac et Grafmeyer Yves, 1984, L’école de Chicago. Naissance de l’écologie urbaine, Paris, Aubier.

Lévy Jacques, 2010, « Ville et environnement : pour un changement de paradigme », Écologies urbaines, O. Coutard et J. Lévy éd., Paris, Economica, p. 3-14.

Mostafavi Mohsen et Doherty Gareth éd., 2010, Ecological Urbanism, Baden, Lars Müller Publishers.

Michelin Nicolas, 2008, Alerte. Et si on pensait un peu plus à elle ?, Paris, Archibooks.

— 2010, Attitudes. Propos sur l’architecture, la ville, l’environnement, Paris, Archibooks.

Paquot Thierry, 2006, « Éco-urbanisme », Urbanisme, no 348, p. 66-70.

— 2010, « “Environnement” et “milieu(x) urbain(s)”, enquête étymologique », Philosophie de l’environnement et milieux urbains, T. Paquot et C. Younès éd., Paris, La Découverte, p. 19-42.

Paquot Thierry et Younès Chris éd., 2010, Philosophie de l’environnement et milieux urbains, Paris, La Découverte.

Steele James, 2005, Architecture écologique. Une histoire critique, Arles, Actes Sud.

Haut de page

Notes

1 Cet entretien a été réalisé le 23 septembre 2011 à Paris, dans les locaux de l’agence ANMA. Nous tenons à remercier Nicolas Michelin, ainsi que les autres membres de l’agence, pour leur accueil et leur disponibilité. Un grand merci également à Laurent Hodebert pour ses précieux commentaires et suggestions lors de la préparation de cet entretien.

2 Voir Paquot (2010), pour une discussion terminologique.

3 Pour une présentation synthétique mais néanmoins complète de ces différents enjeux, voir les dossiers de la revue Urbanisme, en particulier ceux consacrés aux écoquartiers (2006, no 348) et à la ville durable (2008, no 363).

4 On se référera avec profit au site Métropolitiques, http://www.metropolitiques.eu/, consulté le 7 décembre 2011, qui offre une riche perspective sur la « ville » contemporaine, par des textes critiques et des entretiens avec des architectes et urbanistes.

5 Pour une perspective « interne » sur ces questions, voir la revue Ecologik, consacrée à l’architecture et l’urbanisme éco-responsables, dirigée par Dominique Gauzin-Müller, qui présente dans chacun de ses numéros différentes réalisations contemporaines, propose des dossiers thématiques, des comptes rendus d’ouvrages, etc. Pour une présentation détaillée, voir le site http://www.ecologik.org, consulté le 7 décembre 2011.

6 Cette somme sur l’urbanisme écologique a été réalisée en partenariat avec la Harvard School of Design et présente un grand nombre de projets – réalisés ou non – et de textes critiques. Pour un aperçu de l’ouvrage, et plus largement des recherches en cours, voir http://ecologicalurbanism.gsd.harvard.edu, consulté le 7 décembre 2011.

7 « In other words we need to view the fragility of the planet and its resources as an opportunity for speculative design innovations rather than as a form of technical legitimation for promoting conventional solutions. By extension, the problems confronting our cities and regions would then become opportunities to define a new approach. Imagining an urbanism that is other than the status quo requires a new sensibility – one that has the capacity to incorporate and accomodate the inherent conflictual conditions between ecology and urbanism. This is the territory of ecological urbanism. » [Nous traduisons.]

8 Pour un aperçu de l’ensemble de ses réalisations et, plus largement, du travail de l’agence, voir son site : http://anma.fr, consulté le 7 décembre 2011. Certains de ses projets sont également décrits dans Cinq sur cinq, dix projets sur mesure (Agence Nicolas Michelin & Associés, 2008).

9 Pour une présentation de leurs projets et réalisations, voir leur site : http://www.tribuarchitecture.ch, consulté le 29 novembre 2011.

10 Pascal Cribier est architecte DPLG et paysagiste, né en 1953. Il a travaillé en France, en Angleterre et aux États-Unis et a notamment suivi la transformation du domaine des Tuileries (avec François Roubaud, Louis Benech, Monique Mosser et Giuseppe Penone). Il a organisé l’exposition Les racines ont des feuilles à l’espace EDF Electra (Paris) en 2008.

11 Les Fuseaux de Saint-Dizier, conception d’un centre culturel doté d’une salle de 2 000 places (2011).

12 Un projet d’encadrement des écoquartiers est pourtant à l’étude au ministère du Logement, avec une échéance en 2012. Il s’agirait à ce jour de créer un « référentiel ÉcoQuartier », plutôt qu’un label.

13 Sur ce point, voir la présentation qu’en fait Benoist Apparu dans l’entretien suivant : http://esi.lemoniteur.fr/133-amenagement/imprimer/855093-construire-plus-et-mieux-benoist-apparu-explique-sa-reforme-de-l-urbanisme, consulté le 7 janvier 2012.

14 Les murs Trombe captent l’énergie solaire durant la journée pour la restituer la nuit. Ils sont constitués de matériaux à forte inertie tels le béton ou la pierre, et doublés d’un panneau de verre qui crée un effet de serre.

15 Nicolas Michelin et Finn Geipel ont collaboré au sein de LABFAC (Laboratory for Architecture) dans les années 1990. Pour une présentation de leurs travaux, voir Geipel et Michelin éd. (1999).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://traces.revues.org/docannexe/image/5478/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/5478/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 174k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Yaël Kreplak et Barbara Turquier, « L’écologie en architecture et urbanisme : entre normes et pratiques. Entretien avec Nicolas Michelin », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 21 mai 2014, consulté le 22 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5478 ; DOI : 10.4000/traces.5478

Haut de page

Auteurs

Yaël Kreplak

doctorante en sciences du langage au laboratoire ICAR (Interactions, corpus, apprentissages, représentations, CNRS, Université Lyon 2, ENS de Lyon) et au CEMS-IMM (Centre d’études des mouvements sociaux - Institut Marcel Mauss, CNRS, EHESS)

Articles du même auteur

Barbara Turquier

doctorante en littérature et civilisation des mondes anglophones au LARCA (Laboratoire de recherche sur les cultures anglophones, Université Paris-Diderot) et au CICLAHO (groupe de recherche sur le cinéma classique hollywoodien, Université Paris Ouest)

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page