Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Traductions

L’éco-gouvernance en Algérie française

Diana K. Davis
Traduction de Hakim Bourfouka
p. 189-204

Texte intégral

  • 1 Ce texte est la traduction de l’article de Diana K. Davis, « Eco-governance in French A (...)
  • 2 Précisons également que la traduction française, par Grégory Quenet, de son ouvrage Res (...)

1Diana K. Davis est professeure associée au Département d’histoire de l’Université de Californie à Davis, où elle enseigne l’histoire environnementale 1. Titulaire d’un doctorat de médecine vétérinaire ainsi que d’un doctorat de philosophie de la géographie de l’Université de Berkeley, ses premiers travaux s’inscrivaient dans le domaine de la géographie de la santé, de l’ethnomédecine vétérinaire et de l’histoire de l’environnement et du colonialisme, notamment en Orient et Afrique du Nord. Depuis une dizaine d’années, elle travaille plus spécifiquement dans le champ de l’écologie historique et politique, courant de recherche interdisciplinaire qu’illustre le texte que nous publions dans ce numéro. L’article « L’éco-gouvernance en Algérie française », grâce auquel Diana K. Davis a remporté le Millstone Prize en 2004, nous a en effet semblé particulièrement représentatif du renouvellement induit par la prise en compte des enjeux écologiques dans l’histoire coloniale, ainsi que de la portée critique des analyses qui peuvent en émerger. Nous remercions vivement Diana K. Davis d’avoir accepté de rédiger une introduction inédite à son texte, à l’occasion de sa publication dans ce numéro. Par cette traduction, nous espérons ainsi contribuer à la diffusion de ces perspectives de recherche en France, où elles ne pourront manquer de susciter l’intérêt 2.

2 Yaël Kreplak

3Lorsque l’on s’intéresse à ce que peuvent apporter les sciences sociales à l’analyse de l’écologie, il ne faut pas négliger l’influence majeure que des récits écologiques (ou des histoires environnementales) ont pu exercer sur le « développement » de millions de personnes dans le monde, et ce depuis plusieurs siècles. Comme mon article tente de le démontrer, le récit produit durant la période de la colonisation française en Algérie sur l’écologie locale et sur sa destruction par les populations indigènes a occasionné des transformations multiples sur le plan social, économique, politique et juridique, autant que sur les modes de production. Élaboré au nom de la protection, ou d’une meilleure gestion, de l’environnement, ce récit a ainsi contribué à façonner un certain modèle de développement colonial, qui s’est révélé particulièrement inégalitaire.

  • 3 Voir Goldman (2005).
  • 4 Pour rendre compte de ce processus, Tania Li (2007) utilise les notions de « problemati (...)

4Cette histoire environnementale coloniale de l’Afrique du Nord a constitué une forme d’« éco-gouvernementalité » ; en qualifiant les pratiques indigènes de gestion du territoire de destructrices et d’aberrantes, elle était censée justifier l’intervention d’« experts » coloniaux, munis d’outils et de savoirs spécialisés 3. Une telle « problématisation » de l’enjeu, « technicisé » pour reprendre les termes de Tania Li (2007), a permis aux experts français – spécialistes des forêts, de botanique, d’élevage, d’agriculture, et plus tardivement, au début du xxe siècle, d’écologie – de gouverner l’environnement 4.

5Autrement dit, on a attribué aux Nord-Africains la responsabilité de soi-disant problèmes de déforestation, de surexploitation, de dessiccation – entre autres. Les experts coloniaux ont ensuite prescrit des solutions, telles que les lois forestières, la criminalisation des usages traditionnels de la terre, la privatisation des terres communales, ou la limitation des pratiques de pâturage extensif, qui ont appauvri et détruit de nombreuses communautés locales en Afrique du Nord.

  • 5 Pour une analyse détaillée de l’histoire environnementale de l’Afrique du Nord et de (...)

6Pourtant, et de manière plus significative peut-être, cette histoire environnementale coloniale, malgré son inexactitude, s’est institutionnalisée dans le champ de l’écologie au début du xxe siècle et influence, encore aujourd’hui, la recherche et l’enseignement scientifiques, ainsi que les programmes pour l’environnement et le développement 5. L’Afrique du Nord, par exemple, n’a jamais été massivement boisée au cours des trois derniers millénaires et les taux de déforestation calculés durant la période coloniale ont été considérablement exagérés. Pourtant, les représentations et les constructions scientifiques de l’écologie du Maghreb produites pendant la période coloniale, telles que les cartes de la (potentielle) végétation naturelle, étaient fondées sur ce récit colonial, et représentaient de vastes régions du Maghreb comme des espaces déboisés, ou du moins dégradés. Ces cartes de la végétation potentielle furent ensuite utilisées pour calculer « scientifiquement » les taux de déforestation et estimer le degré d’érosion et de désertification des sols. Elles ont ainsi eu une influence néfaste sur les lois et les mesures relatives à ces questions, depuis le début du xxe siècle. Aujourd’hui, de nombreux programmes pour l’environnement et le développement reposent ainsi sur des fondements écologiques inexacts tels que celui-ci, et ne parviennent généralement pas à améliorer l’environnement, tout en causant du tort aux populations des régions concernées.

  • 6 Pour de plus amples développements sur l’écologie historique et politique, voir Davis ( (...)

7On a construit et raconté des histoires environnementales de ce type dans bien d’autres régions du monde, particulièrement dans les anciens territoires coloniaux, avec des conséquences sur le développement tout à fait similaires. La perspective adoptée dans cet article, celle de l’écologie historique et politique, fournit des outils pertinents pour analyser les relations contemporaines entre la nature et la société, relations que l’on peut en général faire remonter au passé impérial et colonial 6. L’écologie politique constitue une sous-discipline de la géographie, et l’écologie historique et politique est l’un de ses principaux axes de recherche, que l’on nomme également « histoire critique de l’environnement ». L’écologie historique trouve ses fondements en histoire, en économie politique et en sciences de la terre, et interroge directement les politiques actuelles de l’environnement et du développement. Elle inclut également l’étude des forces politiques et économiques impliquées dans les changements environnementaux, ainsi que l’étude de la production de récits environnementaux, envisagés de façon complémentaire aux causes sociales et culturelles. Ce faisant, elle offre une compréhension élaborée et approfondie des récits environnementaux et des problèmes écologiques, en évaluant les effets locaux de forces nationales et mondiales, telles que l’économie internationale, l’idéologie, l’impérialisme, la résistance, les interventions étatiques, ainsi que le rôle des institutions – y compris scientifiques – dans le temps. L’écologie politique et historique permet ainsi de mettre en lumière la nature souvent complexe et politique des problèmes environnementaux, alors qu’on les présente généralement comme des problèmes écologiques apolitiques, dont les solutions sont simplement techniques.

8En interrogeant la construction même de notre savoir écologique et environnemental, qu’il soit scientifique ou non, l’écologie historique et politique est particulièrement à même de distinguer ce qui « marche » de ce qui ne « marche pas », lorsque ce savoir est mis en pratique sur le terrain. Il me semble que l’on peut en tirer un gain considérable lorsqu’on interroge, comme c’est l’objet de ce numéro, les relations entre écologie et sciences sociales.

9 Diana K. Davis

10Les spécialistes du colonialisme connaissent bien les nombreux changements que les administrations coloniales ont imposés aux populations indigènes du monde entier. Des historiens français tels que Charles-Robert Ageron (1968), Charles-André Julien (1964) et André Nouschi (1961) ont particulièrement bien étudié les différentes manières dont l’administration française a facilité la confiscation des terres, des forêts et des ressources naturelles algériennes durant toute la période coloniale. Ce qui, jusqu’à présent, a été en revanche moins exploré, est la manière dont l’histoire environnementale de l’Afrique du Nord et les politiques coloniales liées à l’environnement ont été instrumentalisées pour permettre l’appropriation des ressources et pour améliorer le contrôle social.

11Au cours des deux premières décennies de l’occupation française en Algérie, un discours environnemental a émergé, qui accusait les populations indigènes, et particulièrement les tribus nomades, de détruire des paysages censés avoir été fertiles et couverts de forêts. Ce discours, très discutable, a été utilisé pour justifier l’appropriation de la plupart des territoires boisés par exemple, au nom de la protection de l’environnement. Il fut aussi mobilisé lors de l’accaparement de la grande majorité des terres arables ainsi que des meilleures terres de pâture pour la production coloniale. Cependant, de récentes études d’écologie historique ont remis en question une grande partie du déboisement et de la désertification supposés par le discours colonial français.

  • 7 N.d.t. Nous traduisons « the making of the modern rational subject and […] (...)

12Cet article soutient que l’utilisation de cette histoire environnementale construite de toutes pièces ainsi que les politiques qui lui ont été associées ont fonctionné comme des formes de ce que Michael Goldman a appelé l’éco-gouvernementalité. D’après lui, ce concept intègre « la construction moderne du sujet rationnel et […] l’intensification de la régulation des relations entre ces sujets et leur territoire naturel » 7 (Goldman, 2001, p. 500). Ces « relations productives de gouvernement » (productive relations of government) sont particulièrement importantes pour toute étude sur l’Algérie au xixe siècle, une période où la production de subsistance a systématiquement été convertie en production de biens, un processus qui requérait de grandes quantités de terres, de ressources naturelles et de force de travail. Le discours de la dégradation environnementale élaboré sous l’occupation française participa de cette transformation, en décrivant le système indigène d’utilisation des terres comme irrationnel, destructeur, et comme nécessitant d’être amélioré, corrigé et régulé.

L’Algérie et l’Afrique du Nord dans l’imaginaire colonial français

13Bien longtemps avant que la conquête d’Alger en 1830 ne lance le projet colonial français, l’Algérie et l’Afrique du Nord avaient la réputation, en France et en Europe, d’être des territoires fertiles. Durant les deux premières décennies de l’occupation, cette image de fertilité servit de base à l’élaboration d’un certain récit qui justifia et renforça par la suite la légitimité de la colonisation française dans ces régions. Il fut tout d’abord le fait des militaires, des administrateurs coloniaux, du lobby colonial composé d’exploitants forestiers, de colons et d’hommes d’affaires. Ce récit fantaisiste était à la fois politique et scientifique – fondé sur une vision complexe de l’histoire environnementale des deux derniers millénaires. S’inspirant de sources classiques, dont ils étaient familiers, comme Hérodote, Pline, Strabon et Ptolémée, les auteurs français commencèrent à représenter l’Afrique du Nord comme « la contrée la plus fertile du monde » (Christian, 1846, p. 315).

  • 8 Ces trente-neuf volumes furent publiés sur une période de vingt-trois ans à partir de 1 (...)
  • 9 Pour une bonne étude du développement du mythe du grenier romain et de ses effets, nota (...)
  • 10 Pour comprendre pourquoi cette idée de grenier romain en Algérie est un mythe, voir Swe (...)

14Les documents produits par la Commission scientifique de l’Algérie entérinèrent l’idée selon laquelle cet environnement avait été un paysage d’une exceptionnelle fertilité sous l’Empire romain. Sur les ordres du gouvernement français, la Commission mena une étude scientifique sur l’Algérie entre la fin des années 1830 et le début de la décennie suivante. Il en résulta la publication des trente-neuf volumes de l’Exploration scientifique de l’Algérie (Périer, 1847) 8. En 1847, un colon, médecin de profession, y écrivait : « Cette terre alors l’objet d’exploitations puissantes, n’était ni aussi déboisée, ni dépeuplée comme nous la voyons aujourd’hui, […] elle était le grenier d’abondance de Rome » (Périer, 1847, p. 29). À partir de la seconde moitié du xixe siècle, la diffusion des volumes de l’Exploration scientifique de l’Algérie et de nombreuses publications officielles achevèrent d’ancrer fermement dans l’esprit des Français l’idée que l’Afrique du Nord avait été, par le passé, le grenier à blé de Rome 9. Cette représentation biaisée était étayée par la présence d’indices archéologiques de ruines romaines, dont des aqueducs et d’autres systèmes d’irrigation, ainsi que des villages et des pressoirs à olives, qui semblaient accréditer la thèse d’une région de forte production agricole 10.

  • 11 Voir par exemple Verne (1869). La France ne fut évidemment pas la seule à développer de (...)
  • 12 N.d.t. Nous traduisons « the concept of the Roman legacy as integral to the Western tra (...)
  • 13 N.d.l.r. Cette image est reproduite avec l’aimable autorisation des éditions Armand Col (...)

15L’affirmation selon laquelle les Romains avaient exploité avec succès la fertilité naturelle de l’Afrique du Nord s’accompagnait de l’histoire de la destruction consécutive de cet environnement par les hordes d’Arabes nomades et leur bétail vorace, qui se traduisit par le déboisement et la désertification 11. Les écrits populaires comme les publications officielles du gouvernement répétaient fréquemment que « les profondes agitations qui ont ébranlé le pays depuis l’ère romaine – le passage des armées arabes et plus tard l’invasion des Hilaliens […] – en ont fait un désert parsemé de ruines qui attestent cependant de son ancienne prospérité » (Service des Affaires indigènes, 1931, p. 13). Face à l’histoire de ce déclin, la restauration de l’Afrique du Nord apparut comme le devoir et l’honneur des Français : « Il dépend de nous de relever l’Algérie de sa chute, et de lui rendre sa gloire ancienne » (Périer, 1847, p. 30). Ainsi, comme Patricia Lorcin l’a affirmé, dès 1860, « la notion selon laquelle l’héritage romain faisait partie intégrante de la tradition occidentale qui liait la France à l’Algérie avait pris forme » (Lorcin, 2002, p. 327) 12. Durant toute la période coloniale, de nombreuses illustrations servaient régulièrement à renforcer ces idées (figure 1) 13.

Figure 1 – La monumentale arche romaine à Cuicul, Algérie.

  • 14 Voir aussi Rivière et Lecq (1928).

16Une part importante des preuves de la fertilité de l’Afrique du Nord reposait notamment sur l’affirmation de l’existence passée de vastes forêts giboyeuses. Ces descriptions de forêts étendues étaient, la plupart du temps, tirées de sources grecques et latines. Ainsi, en 1846, un auteur français citait Strabon pour prouver que « toute la partie [de l’Afrique du Nord] située entre Carthage et les colonnes d’Hercule (depuis Tunis jusqu’à l’Océan [Atlantique]) est d’une extrême fertilité », et Pline à propos des « grandes forêts dont ses flancs [des montagnes de l’Atlas] sont couverts » (Christian, 1846, p. 52-53) 14. On pensait que ces forêts recouvraient non seulement les montagnes du Nord mais aussi de nombreuses régions désertiques du Sud. Un inspecteur forestier écrivait à propos de ses observations dans le Sud de l’Algérie :

On est donc en droit de conclure que la cause principale de la sécheresse actuelle est la disparition des massifs boisés qui couvraient autrefois toute la contrée, et que leur restauration ramènerait les conditions générales qui ont permis le développement de l’agriculture, du commerce et de l’industrie sous la domination romaine. (Reynard, 1880, p. 6)

17C’est de la répétition officielle de telles affirmations que les politiques françaises tirèrent leur justification, tant en matière d’agriculture que d’activités pastorales, d’élevage ou de sylviculture.

  • 15 Plusieurs auteurs ont soutenu que cette interprétation d’Ibn Khaldoun était biaisée et (...)

18Si les Français tiraient les preuves de cette abondance passée des sources classiques, ils puisaient par ailleurs dans les écrits des historiens médiévaux arabes les éléments permettant de lier le déclin de la région à l’arrivée des tribus nomades et de leurs troupeaux. Les textes d’Ibn Khaldoun devinrent ainsi la source de référence pour dénoncer la ruine causée par les Arabes à la suite de l’« invasion » du xie siècle. À partir de 1850, il devint courant de trouver chez les auteurs de longues descriptions des destructions causées par ces tribus venues de l’Est. En 1869, Henri Verne, un colon, ardent partisan du projet colonial, professait par exemple que « quand les Arabes envahirent le Nord de l’Afrique […] les villes furent anéanties, l’incendie détruisit les récoltes, les plantations, les forêts, et une société nouvelle s’établit sur cette terre dévastée » (Verne, 1869, p. 20). Les descriptions faites par Ibn Khaldoun des Arabes comme des sauterelles qui ont « dévasté tous les jardins et coupé tous les bois » (Bernard et Lacroix, 1906, p. 24) étaient systématiquement citées de la seconde moitié du xixe siècle jusqu’aux premières décennies du xxe siècle. De nombreux auteurs s’appuyaient aussi sur le philosophe médiéval pour démontrer que « les Arabes ont été funestes […] par leur genre de vie et leurs habitudes ; ce sont leurs moutons, leurs chameaux, leurs chèvres qui ont ruiné l’Afrique du Nord » (ibid., p. 26) 15.

19Ce scénario du grenier à blé de Rome dévasté par les « invasions » arabes permit entre autres aux Français de doter le projet colonial d’une justification et d’un impératif. Ils se convainquirent, et le monde avec eux, qu’ils devaient sauver l’Afrique du Nord des « indigènes destructeurs » en restaurant la gloire passée et la fertilité agricole de l’époque romaine (Lorin, 1908). André Fribourg, député et membre du Conseil supérieur des colonies, illustra de manière caractéristique cette tâche dans son livre L’Afrique latine. Dans la partie intitulée « La France, héritière de Rome », il déclarait : « Voici tracé le rôle de la France dans l’île fortunée [l’Afrique du Nord] : reprendre l’œuvre interrompue depuis quinze cents ans, faire renaître la civilisation, par l’ordre et la paix » (Fribourg, 1922, p. 16).

20Des recherches contemporaines ont cependant montré que ces terres ne produisaient pas davantage durant la période romaine qu’elles ne le font aujourd’hui. Des études sur l’écologie des régions arides et d’autres sur le pastoralisme ont également remis en question le caractère destructeur des usages traditionnels de la terre qu’ont dépeints les discours de la dégradation (Shaw, 1981 ; Ballais, 2000 ; Barker, 2002). Plusieurs experts ont conclu au contraire que la surexploitation romaine fut suivie d’une « phase de relative consolidation des sols et de régénération végétale permise par le nomadisme arabe et le système d’utilisation des terres qui l’accompagne » (Messerli et Winiger, 1992, p. 332). De récentes études paléo-écologiques fondées sur des analyses de pollens fossiles couvrant plusieurs milliers d’années n’ont pas davantage mis en évidence de déboisement massif au cours des deux derniers millénaires, tel que cela a pu être régulièrement affirmé durant toute la période coloniale (Ritchie, 1984 ; Rognon, 1987 ; Lamb et al., 1989 ; Lamb et al., 1991). Pire, les phases de déboisement les plus lourdes eurent en fait lieu au cours de l’occupation elle-même (Shaw, 1981).

21Les techniques contemporaines, telles que les analyses de pollens fossiles, n’étaient évidemment pas envisageables au xixe siècle. Seule la végétation résiduelle permettait de déduire les états de végétation précédents. Cette méthode impliquait un certain nombre de choix subjectifs quant à l’interprétation des indices environnementaux et de leurs liens avec les populations indigènes de l’Algérie. L’interprétation de l’environnement comme celle des populations locales avaient des ramifications politiques.

  • 16 Pour une bonne explication de ce phénomène au Maroc et de ses précédents en Algérie, vo (...)

22Associée à cette histoire environnementale de l’Algérie, une vision tout aussi binaire des indigènes se développa dès le début de l’occupation française. L’administration coloniale considérait les « Berbères » comme les habitants originaux de l’Algérie tandis que les « Arabes » étaient présentés comme les envahisseurs nomades 16. Les Berbères étaient dépeints en bons – ou du moins meilleurs – gardiens de l’environnement, étant sédentaires et cultivateurs. Lorsque cette représentation s’articula à l’histoire de la destruction environnementale causée par les nomades, on en vint à la conclusion « rationnelle » que ces derniers devaient être « immobilisés et civilisés ». La citation suivante illustre assez bien cette conclusion :

Ainsi s’avancera la civilisation. […] De tout ce qui précède, il résulte que l’établissement de la propriété individuelle et l’extension de la colonisation sont indispensables aux Arabes ; que l’autorité militaire maintient l’indigène dans un état d’immobilité qui amènera fatalement sa disparition. Un peuple barbare ne peut pas se trouver en face d’une haute civilisation sans qu’un duel à mort ne s’engage. La civilisation doit vaincre la barbarie ou périr elle-même. Travaillons donc à transformer cette race : là est notre intérêt, là est aussi son salut. (Verne, 1869, p. 36)

  • 17 Pour une bonne illustration des Berbères en gardiens de l’environnement, voir Boudy (19 (...)

23Ce parti pris anti-nomade, allié au récit de la destruction environnementale, entraîna une politique de sédentarisation agressive et quasi idéologique. Les nomades et leurs troupeaux étaient accusés de détruire les forêts et de créer les déserts. La nécessité de contrôler leurs activités supposées destructrices et irrationnelles aida à structurer l’action de l’administration coloniale. L’impact de ce discours environnemental sur la politique coloniale en Algérie, et plus tard en Tunisie puis au Maroc, toucha de nombreux domaines. Au nom de la protection de l’environnement, il justifia l’appropriation des forêts par l’État, l’expropriation de grandes quantités de terres cultivées et de pâturages, le développement de politiques agricoles de grande ampleur, et le placement sous contrôle des populations pastorales nomades 17.

Gagnants et perdants : l’art de l’éco-gouvernementalité

24Alors qu’il est difficile d’identifier précisément les premiers auteurs de cette histoire environnementale complexe, il est cependant possible de repérer la plupart de ceux qui en ont fait usage et de comprendre dans quel but. L’évaluation des conséquences du recours à ce discours permettrait ainsi de dévoiler qui furent les gagnants et les perdants de sa mise en œuvre. Au cours de la période coloniale, ce discours visait trois principaux objectifs : l’appropriation des terres et des ressources, le contrôle social (incluant la mise à disposition d’une force de travail bon marché) et la transformation de la production de subsistance en production de biens destinés au commerce. Dans ces trois domaines, l’intérêt impérial prima systématiquement sur les intérêts indigènes. Les plus puissants utilisèrent le discours environnemental pour gouverner les plus faibles.

25Lors de l’arrivée des Français, la majeure partie des populations indigènes était pastorale ou agropastorale. Ainsi, presque tous les habitants vivant hors des villes élevaient du bétail (Bedrani, 1991 ; Ruedy, 1992). Une des techniques les plus répandues pour la production de fourrage et la préparation des terres était le brûlis semi-contrôlé (Nouschi, 1959). Dans tout le pays, les aires forestières étaient régulièrement utilisées comme pâtures pour le bétail. Il s’agissait d’une technique propre à l’économie de subsistance, centrée sur les plantes et les animaux, de laquelle dépendaient la plupart des indigènes. L’administration coloniale eut tôt fait de qualifier cette utilisation des terres d’irrationnelle et de destructrice.

26Au moment de la conquête d’Alger, de nombreux Algériens étaient extrêmement mobiles et transhumaient régulièrement à l’aide de leurs chevaux et de leurs chameaux. Une partie de la population combattit ardemment l’occupation française. Il fallut environ trente années de guerre, jusqu’en 1857, pour finalement parvenir à « pacifier » ces rebelles. Il n’est donc pas surprenant que les militaires, comme les administrateurs coloniaux, aient eu recours les premiers au discours de la dégradation environnementale pour justifier la guerre contre les tribus belliqueuses, la sédentarisation des nomades et la criminalisation des pratiques agropastorales traditionnelles. Il était largement admis que « la vie nomade des Arabes est un obstacle à notre domination comme elle en est un à l’action civilisatrice que nous devons exercer » (Moll, 1845, p. 85-86).

  • 18 Centre des archives d’outre-mer, CGA, 8H/10, « Lettre du capitaine Lapasset du Bureau a (...)

27Dès 1845, les militaires mirent à exécution ces idées en construisant un village modèle pour « fixer progressivement les nomades au sol » 18. Le prélèvement des impôts, payables en monnaie exclusivement, et non en nature, était un autre moyen par lequel l’administration française exerça un contrôle social et économique sur les Algériens. Tandis qu’ils se retrouvaient engagés dans l’économie numéraire par la nécessité de payer les taxes, la criminalisation des pratiques forestières et rurales indigènes sapa les bases de leur économie de subsistance, les condamnant toujours un peu plus au salariat (voir Julien, 1964). De cette manière, la demande croissante de force de travail bon marché était satisfaite.

  • 19 Voir Battistini (1937) et Prochaska (1986).

28L’appropriation des terres et des ressources par les intérêts impériaux empêcha aussi dans une large mesure la reproduction sociale des Algériens. Les terrains boisés furent parmi les premiers à être confisqués. Toutes les forêts furent déclarées propriété de l’État dès 1830 et le Code forestier de 1827 leur fut appliqué (Boudy, 1948 ; Ageron, 1991). Beaucoup justifièrent ces actes par l’impérieuse nécessité de protéger l’environnement et de reboiser. Mais c’est l’application du Code, avec ses nombreuses révisions au fil des ans, qui criminalisa les usages traditionnels de la forêt. Tandis que les raisons environnementales, climatologiques et sanitaires étaient invoquées en faveur de la régulation forestière, les intérêts économiques que représentaient le liège et le bois de construction restaient la raison principale de l’éradication des pratiques indigènes en forêt. La première des nombreuses concessions forestières de l’État en faveur d’intérêts privés date de 1848 et bénéficia à un homme d’affaires parisien (Julien, 1964 ; Ageron, 1991) 19. La création de concessions transforma les ressources d’une économie de subsistance en espaces de production intensive de liège, de bois et d’autres produits forestiers à valeur marchande.

  • 20 N.d.t. En français dans le texte.

29Deux ans avant la création de la première concession forestière, une loi fut votée qui permit de classer les terres non cultivées en terres abandonnées et autorisa leur appropriation sans versement d’indemnités, au nom de l’effort colonial. De vastes étendues de terres de pâture furent ainsi perdues par les indigènes en vertu de cette loi de 1846, tout comme de nombreuses jachères (Julien, 1964 ; Ageron, 1991). En 1848, l’Algérie devint une partie officielle du territoire français. Cette loi fut immédiatement suivie par une politique de délimitation des terres indigènes (cantonnements 20) au cours des années 1850. Cela marginalisa un peu plus les pasteurs que l’État dépouillait de leurs terres au prétexte qu’ils n’étaient pas capables de toutes les cultiver (Ageron, 1991, p. 31 et 35 ; Ruedy, 1992, p. 71). Une autre justification employée pour la confiscation de terres algériennes consistait à affirmer qu’elles portaient sur des terrains où l’environnement avait été dégradé par les populations locales. Selon un expert agricole, la couverture végétale aurait été détruite par « le pâturage […] et surtout les incendies que, chaque année, les Arabes allument dans tous les terrains qu’ils destinent à la culture des céréales ou à la nourriture de leurs bestiaux » (Moll, 1845, p. 206). Cet auteur accusait aussi les indigènes de ce qu’il appelait l’épuisement des sols algériens par « dix siècles de barbarie et d’abandon » (ibid., p. 132).

30La mise en cause des pratiques agropastorales dans le déboisement et la désertification s’intensifia au cours de l’occupation française. Ce récit étaya d’importantes lois foncières en 1863, 1873 et 1887, qui attaquaient directement le régime indigène de propriété collective pour lui substituer la propriété privée et individuelle, empêchant ainsi de nombreux Algériens d’accéder à leurs propres terres (Julien, 1964 ; Ageron, 1991). Plutôt que de décroître à mesure que la politique de sédentarisation portait ses fruits, ces accusations ne cessèrent de se diversifier, rendant les pratiques pastorales responsables d’une grande variété de problèmes. En 1906, un des plus éminents experts de l’Afrique du Nord, Augustin Bernard, déclarait que « le nomadisme, avec ses troupeaux, tend sans cesse à élargir son domaine, à stériliser des régions de plus en plus vastes, […] l’insécurité favorise leur progrès, […] le nomade doit disparaître devant l’agriculteur » (Bernard et Lacroix, 1906, p. 5 et 7, nous soulignons).

31À la fin de la période coloniale, les effets de la politique coloniale sur la population algérienne étaient indéniables. La proportion de pasteurs et de nomades, estimée à 65 % environ de la population totale en 1830, fut réduite à 5 % au moment de l’indépendance (Boukhobza, 1992). La quantité de bétail possédée et élevée par les Algériens diminua quasiment de moitié entre 1875 et 1954. L’État possédait et gérait 75 % des terres boisées (Saint-Germes, 1955). En 1954, les Européens représentaient 11,5 % des 9,5 millions de la population totale, et 75 % des terres irriguées appartenaient aux colons européens (Saint-Germes, 1955 ; Ruedy, 1992, p. 94). Bien que représentant seulement 3,5 % de la population agricole en 1954, les colons possédaient 22 % des meilleures terres de culture à raison de 90 hectares par personne en moyenne. La moyenne pour les Algériens était de 13 hectares (Saint-Germes, 1955, p. 157-158). Les problèmes de la concentration foncière et de la misère rurale ne cessaient de s’aggraver. En 1953, le revenu annuel moyen par Algérien était approximativement de 19 000 francs, tandis que celui des Européens atteignait les 227 000 francs, soit vingt fois plus.

32Bien que la structure inégalitaire de la société algérienne avant la guerre d’indépendance dépende de nombreux facteurs, on a pu démontrer ici que le discours de la dégradation environnementale participa pleinement à renforcer les intérêts européens durant toute la période coloniale. Pendant plus de cent trente ans, administrateurs, militaires, forestiers, colons et hommes d’affaires fabriquèrent et instrumentalisèrent une vision dépréciative des indigènes, déboiseurs et bourreaux du grenier à blé de Rome, pour justifier et faciliter leurs actions. L’appareil colonial s’efforça de représenter les pratiques agraires que les Algériens mettaient en œuvre avec succès depuis des siècles, comme des usages de la terre, irrationnels et destructeurs, entravant tout progrès. L’administration coloniale consacra beaucoup d’énergie, de temps et d’argent pour faire la preuve de l’efficacité d’un modèle d’agriculture et d’utilisation des ressources plus rationnel d’un point de vue écologique et économique – soit un modèle plus éco-rationnel. Ce projet s’accompagna de mesures répressives et coercitives élaborées pour éradiquer toutes les pratiques indigènes soi-disant dangereuses. De cette manière, le discours et les politiques qui lui étaient liées fonctionnèrent comme une forme d’éco-gouvernementalité qui se prolongea durant toute la période coloniale. Bien que les faits scientifiques contredisent clairement aujourd’hui les faits historiques sur lesquels se fonda ce discours environnemental, il n’en demeure pas moins que certains de ces éléments narratifs persistent encore dans des textes portant sur l’Algérie et l’Afrique du Nord. Ces images demeurent, malgré l’établissement de preuves convaincantes, du fait que la majeure partie de ces régions ne fut jamais ni entièrement boisée, ni significativement déboisée au cours des trois derniers millénaires.

  • 21 Voir par exemple le Rapport national sur la mise en œuvre de la Convention des Nations (...)

33Le discours environnemental colonial se sédimenta à travers les nombreuses publications officielles que furent les histoires et les traités de botanique, ou encore les manuels d’agriculture et de sylviculture, rédigés sous l’occupation française (Battandier et Trabut, 1898 ; Boudy, 1955). Cette histoire environnementale, tout comme les politiques environnementales qui lui furent associées, eurent une influence considérable sur l’éducation, la recherche, l’administration et les pratiques développées par la suite. Elle fut largement acceptée par les gouvernements post-coloniaux de l’Algérie, mais aussi par ceux de la Tunisie et du Maroc, et semble aujourd’hui constituer le discours environnemental post-colonial dominant, toujours en usage 21. Bien que l’Algérie ait été longtemps présentée comme un « modèle d’installation coloniale » (Chevalier, 1930, p. 2) ayant permis l’émulation du projet colonial français sur d’autres territoires, les spécialistes sont souvent passés à côté de l’analyse du rôle de ces discours dans cette histoire. Mes recherches interdisciplinaires sur l’Algérie m’ont suggéré au contraire que l’influence de ces récits environnementaux a été sous-estimée, et qu’il faudrait en poursuivre l’exploration dans toutes les autres possessions françaises en Afrique. En examinant ces discours et leurs effets négatifs et injustes sur le social (mais aussi sur l’environnement), on devrait être en mesure d’identifier et de modifier certaines assertions anachroniques, certains biais, certaines erreurs qui continuent encore aujourd’hui de générer des effets néfastes tant sur le plan de la nature que sur celui de la culture.

Haut de page

Bibliographie

Ageron Charles-Robert, 1968, Les Algériens musulmans et la France (1871-1919), Paris, PUF.

— 1991, Modern Algeria. A History from 1830 to the Present, Londres, Hearst & Co.

Ballais Jean-Louis, 2000, « Conquests and land degradation in the eastern Maghreb during classical antiquity and the Middle Ages », The Archaeology of Drylands, G. Barker et D. Gilbertson éd., Londres, Routledge, p. 125-136.

Barker Graeme, 2002, « A tale of two deserts : contrasting desertification histories on Rome’s desert frontiers », World Archaeology, no 33, p. 488-507.

Battandier Jules Aimé et Trabut Louis Charles, 1898, L’Algérie. Le sol et les habitants, Paris, J.-B. Baillière et fils.

Battistini Eugène, 1937, Les forêts de chêne-liège de l’Algérie, Alger, Victor Heintz.

Bedrani Slimane, 1991, « Legislation for livestock on public lands in Algeria », Nature & Ressources, no 27, p. 24-30.

Bernard Augustin et Lacroix Napoléon, 1906, L’évolution du nomadisme en Algérie, Alger, Adolphe Jourdan.

Boudy Paul, 1927, L’arbre et les forêts au Maroc, Rabat, Imprimerie Elgaly & Jacquet.

— 1948, Économie forestière nord-africaine, t. 1, Milieu physique et milieu humain, Paris, Larose.

— 1955, Économie forestière nord-africaine, t. 4, Description forestière de l’Algérie et de la Tunisie, Paris, Larose.

Boukhobza Muhammad, 1992, Monde rural. Contraintes et mutations, Alger, Office des publications universitaires.

Burke III Edmund, 1972, « The image of the Moroccan state in French ethnological literature : a new look at the origin of Lyautey’s Berber policy », Arabs and Berbers. From Tribe to Nation in North Africa, E. Gellner et C. Micaud éd., Lexington, Lexington Books, p. 175-179.

Charvolin Florian, 2011, « Compte rendu de Political Ecology par Paul Robbins », Annales.Histoire. Sciences sociales, vol. 1, no 66, p. 289-290.

Chevalier Auguste, 1930, L’agronomie coloniale et le Muséum national d’histoire naturelle. Premières conférences du cours sur les productions coloniales végétales et l’agronomie tropicale, Paris, Laboratoire d’agronomie coloniale.

Christian Pierre, 1846, L’Afrique française, l’empire du Maroc et les déserts de Sahara, Paris, A. Barbier.

Davis Diana, 2007, Resurrecting the Granary of Rome. Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa, Athens, Ohio University Press (Les mythes environnementaux de la colonisation française au Maghreb, Seyssel, Champ Vallon, à paraître en 2012).

— 2009, « Historical political ecology : on the importance of looking back to move forward », Geoforum, vol. 3, no 40, p. 285-286.

Fribourg André, 1922, L’Afrique latine, Paris, Plon.

Goldman Michael, 2001, « Constructing an environmental state : eco-governmentality and other practices of a “Green” World Bank », Social Problems, no 48, p. 499-523.

— 2005, Imperial Nature. The World Bank and Struggles for Social Justice in the Age of Globalization, New Haven, Yale University Press.

Heffernan Michael, 1991, « The desert in French orientalist painting during the nineteenth century », Landscape Research, no 16, p. 37-42.

— 1994, « An imperial utopia : French surveys of North Africa in the early colonial period », Maps and Africa, J. Stone éd., Aberdeen, Aberdeen University African Studies Group, p. 81-107.

Jacoby Karl, 2001, Crimes Against Nature. Squatters, Poachers, Thieves, and the Hidden History of American Conservation, Berkeley, University of California Press.

Julien Charles-André, 1964, Histoire de l’Algérie contemporaine, t. 1, La conquête et les débuts de la colonisation, 1827-1871, Paris, PUF.

Lacoste Yves, 1984, Ibn Khaldun. The Birth of History and the Past of the Third World, Londres, Verso.

Lamb Henry F., Eicher U. et Switsur V. Roy, 1989, « An 18 000-year record of vegetation, lake-level and climate change from Tigalmamine, Middle Atlas, Morocco », Journal of Biogeography, vol. 16, no 1, p. 65-74.

Lamb Henry F., Damblon Freddy et Maxted R. W., 1991, « Human impact on the vegetation of the Middle Atlas, Morocco, during the last 5 000 years », Journal of Biogeography, vol. 18, no 5, p. 519-532.

Li Tania M., 2007, The Will to Improve. Governmentality, Development and the Practice of Politics, Durham, Duke University Press.

Lorcin Patricia M. E., 1995, Imperial Identities. Stereotyping, Prejudice and Race in Colonial Algeria, Londres, I. B. Tauris.

— 2002, « Rome and France in Africa : recovering colonial Algeria’s Latin past », French Historical Studies, vol. 25, no 2, p. 295-329.

Lorin Henri, 1908, L’Afrique du Nord. Tunisie, Algérie, Maroc, Paris, Armand Colin.

Messerli Bruno et Winiger Mathias, 1992, « Climate, environmental change, and resources of the African mountains from the Mediterranean to the equator », Mountain Research and Development, vol. 12, no 4, p. 315-336.

Ministère de l’Agriculture - Direction des forêts, 2002, Rapport national sur la mise en œuvre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification, Alger.

Moll Louis, 1845, Colonisation et agriculture de l’Algérie, Paris, Librairie agricole de la Maison rustique.

Neumann Roderick P., 1998, Imposing Wilderness. Struggles over Livelihood and Nature Preservation in Africa, Berkeley, University of California Press.

Nouschi André, 1959, « Notes sur la vie traditionnelle des populations forestières algériennes », Annales de Géographie, vol. 68, no 370, p. 525-535.

— 1961, Enquête sur le niveau de vie des populations rurales constantinoises de la conquête jusqu’en 1919. Essai d’histoire économique et sociale, Paris, PUF.

Périer Jean-André-Napoléon, 1847, De l’hygiène en Algérie, t. 1, Exploration scientifique de l’Algérie, sciences médicales, Paris, Imprimerie royale.

Prochaska David, 1986, « Fire on the mountain : resisting colonialism in Algeria », Banditry, Rebellion and Social Protest in Africa, D. Crummey éd., Londres, J. Currey, p. 229-252.

Reynard Joachim-Mathieu, 1880, Restauration des forêts et des pâturages du Sud de l’Algérie (Province d’Alger), Alger, Typographie Adolphe Jourdan.

Ritchie James C., 1984, « Analyse pollinique de sédiments holocènes supérieurs des hauts plateaux du Maghreb oriental », Pollen et spores, no 26, p. 489-496.

Rivière Charles et Lecq Hippolyte, 1928, Traité pratique d’agriculture pour le Nord de l’Afrique, Paris, Société d’éditions.

Rognon Pierre, 1987, « Late quartenary climatic reconstruction for the Maghreb (North Africa) », Palaeogeography, Palaeoclimatology, Palaeoecology, no 58, p. 11-34.

Ruedy John D., 1992, Modern Algeria. The Origins and Development of a Nation, Bloomington, Indiana University Press.

Saint-Germes Jean, 1955, Économie algérienne, Alger, La Maison des livres.

Service des Affaires indigènes - Résidence générale de France à Tunis, 1931, Historique de l’annexe des affaires indigènes de Ben-Gardane, Bourg, Imprimerie Victor Berthod.

Shaw Brent D., 1981, « Climate, environment and history : the case of roman North Africa », Climate and History. Studies on Past Climates and their Impact on Man, T. Wigley, M. Ingram et G. Farmer éd., Princeton, Princeton University Press, p. 379-403.

Swearingen Will D., 1987, Moroccan Mirages. Agrarian Dreams and Deceptions, 1912-1986, Princeton, Princeton University Press.

Verne Henri, 1869, La France en Algérie, Paris, Charles Douniol.

Haut de page

Notes

1 Ce texte est la traduction de l’article de Diana K. Davis, « Eco-governance in French Algeria ». Il a été traduit et publié avec l’aimable autorisation de la revue Proceedings of the Western Society for French History, vol. 32, 2004, p. 328-345.

2 Précisons également que la traduction française, par Grégory Quenet, de son ouvrage Resurrecting the Granary of Rome. Environmental History and French Colonial Expansion in North Africa (2007), est prévue en 2012 aux éditions Champ Vallon.

3 Voir Goldman (2005).

4 Pour rendre compte de ce processus, Tania Li (2007) utilise les notions de « problematization » et de « rendering technical ». En d’autres termes, une fois que le problème est « problématisé », c’est-à-dire lorsque les défauts à rectifier sont identifiés, il faut le « techniciser », ce qui suppose un ensemble de pratiques (collectes d’informations, représentation du problème, définition des limites et des frontières, propositions de solutions…), qui contribuent à donner l’apparence d’un simple problème technique à ce qui, en réalité, est un problème politique.

5 Pour une analyse détaillée de l’histoire environnementale de l’Afrique du Nord et de l’institutionnalisation de la science écologique, voir Davis (2007).

6 Pour de plus amples développements sur l’écologie historique et politique, voir Davis (2009) et Charvolin (2011).

7 N.d.t. Nous traduisons « the making of the modern rational subject and […] the intensified regulation of the relation of these subjects to their natural territory » [l’auteur souligne].

8 Ces trente-neuf volumes furent publiés sur une période de vingt-trois ans à partir de 1844. Pour une excellente analyse de la Commission scientifique et de la complexité des arguments français pour ou contre la colonisation de l’Algérie, voir Heffernan (1994).

9 Pour une bonne étude du développement du mythe du grenier romain et de ses effets, notamment au Maroc, voir Swearingen (1987). Pour l’Algérie, voir Heffernan (1991).

10 Pour comprendre pourquoi cette idée de grenier romain en Algérie est un mythe, voir Swearingen (1987), Barker (2002) et Shaw (1981).

11 Voir par exemple Verne (1869). La France ne fut évidemment pas la seule à développer des récits environnementaux stigmatisant les indigènes. Des histoires similaires ont existé à propos de l’Ouest américain et des possessions britanniques en Afrique. Voir Jacoby (2001) et Neumann (1998).

12 N.d.t. Nous traduisons « the concept of the Roman legacy as integral to the Western tradition that bound Algeria to France had taken shape ». Cette auteure propose une profonde réflexion sur l’appropriation de l’héritage romain par la France en Algérie. Voir aussi Heffernan (1991), qui détaille plusieurs manières à travers lesquelles cet héritage fut invoqué et utilisé en Algérie.

13 N.d.l.r. Cette image est reproduite avec l’aimable autorisation des éditions Armand Colin (première parution dans Clément Alzonne, L’Algérie, Paris, Fernand Nathan, 1937).

14 Voir aussi Rivière et Lecq (1928).

15 Plusieurs auteurs ont soutenu que cette interprétation d’Ibn Khaldoun était biaisée et qu’elle servait directement l’impérialisme français. Voir Lacoste (1984) ; Shaw (1981).

16 Pour une bonne explication de ce phénomène au Maroc et de ses précédents en Algérie, voir Burke III (1972) et Lorcin (1995).

17 Pour une bonne illustration des Berbères en gardiens de l’environnement, voir Boudy (1927, p. 17). Pour la compréhension des politiques berbères au Maroc, voir Burke III (1972) ; et pour la conception française de cet héritage romain, voir Lorcin (2002) et Périer (1847).

18 Centre des archives d’outre-mer, CGA, 8H/10, « Lettre du capitaine Lapasset du Bureau arabe au duc d’Aumale, gouverneur général d’Algérie », 12 janvier 1848.

19 Voir Battistini (1937) et Prochaska (1986).

20 N.d.t. En français dans le texte.

21 Voir par exemple le Rapport national sur la mise en œuvre de la Convention des Nations unies sur la lutte contre la désertification (Ministère de l’Agriculture - Direction des forêts, 2002).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://traces.revues.org/docannexe/image/5474/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Diana K. Davis, « L’éco-gouvernance en Algérie française », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 22 | 2012, mis en ligne le 21 mai 2014, consulté le 30 mars 2017. URL : http://traces.revues.org/5474 ; DOI : 10.4000/traces.5474

Haut de page

Auteur

Diana K. Davis

professeure associée au Département d’histoire de l’Université de Californie (Davis)

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page