Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Zones sensibles

Notice révisée le 25/05/2012
zones-sensibles

Nous reproduisons ici en guise de présentation le manifeste proposé par l’une des entreprises éditoriales les plus séduisantes du moment, qui vaut autant pour le choix des textes que pour l’élégance des ouvrages : Zones sensibles.

 

Zones sensibles est une nouvelle maison d'édition belge, basée à Bruxelles et spécialisée dans les sciences de l'homme (et fruit de 15 ans d'expérience dans le domaine éditorial). « Sciences de l'homme » désigne ici un vaste domaine se rapportant à l'humain dans ses divers modes d'existence (sociale, artistique, politique, culturelle vs naturelle, etc.), domaine qui peut concerner tout autant l'anthropologie que le roman graphique, les études culturelles que l'histoire de la médecine, les mondes sonores que les atlas géographiques, les constructions urbaines comme les environnements non humains.
Les ouvrages de sciences humaines ont le plus souvent tendance à ne circuler qu'à l'intérieur d'un lectorat directement concerné par telle ou telle discipline. Beaucoup d'éditeurs se contentent d'ailleurs d'une situation où chacun essaie de monopoliser le temps (de lecture) de cerveau disponible en multipliant les publications destinées à tel ou tel (sous-)public (ainsi les sciences de l'homme ont-elles bien du mal à s'ouvrir aux autres). Dans le pseudo-combat entre les « gros » et les « petits » éditeurs, si les premiers ont négligé, depuis une vingtaine d'années, de nombreux sujets relatifs au monde contemporain et/ou les traductions d'ouvrages essentiels, l'important travail accompli sur ce point par les seconds se perd parfois en chemin. Soit parce que ces « petits » éditeurs se donnent une ligne politique dont le combat (et parfois le manque de recul) favorise l'entre-soi de la pensée ; soit parce que l'image même du « petit », pour les lecteurs comme pour les intercesseurs (journalistes, libraires) se doit d'être celle d'un combattant quotidien, militant des causes oubliées par les « puissants » dont il se différencie intellectuellement à défaut de pouvoir obtenir un capital (économique et symbolique) égal.
Libre à chacun de défendre quelque idée que ce soit ; mais il n'y a pas plus de petits que de gros éditeurs (il n'y a que des livres, bons ou mauvais), de même que l'image de l'éditeur publiant peu (mais bien) n'a pas vocation à être celle de l'activiste « passionn » et désargenté luttant contre les monopoles des plus grands (une image qui confine à la commisération).
Les zones sensibles sont justement ces lieux autres, des hétérotopies où s'entrecroisent les disciplines et les sujets récalcitrants, les autochtones et les allochtones, des lieux de décloisonnements et de rapprochements, des zones grises car le monde n'est ni noir, ni blanc ; des zones bariolées (à l'image du zinneke) qui contrastent avec l'homogénéité des milieux de ceux qui « pensent » ou qui « gouvernent » (il n'est pire ghettos que ceux-là) ; des zones sensibles qui sont celles de la société - ni de droite, ni de gauche (mais en faveur du livre-échange), minoritaires et indisciplinées.
Avec un rythme de parution raisonnable (car élargir le lectorat demande du temps) et soutenu par un comité de parrainage scientifique international, zones sensibles offrira des ouvrages aux sujets éclectiques, venant de plumes différentes (universitaires confirmés comme jeunes auteurs) et le plus souvent traduits – les points de vue de l'autre importent autant, sinon plus, que ceux venant de l'intérieur.
Si la ligne éditoriale se veut exigeante sans être élitiste, il en sera de même pour l'objet qu'est le livre. En l'état actuel, le monde numérique ne constitue pas une panacée, compte tenu notamment des guerres industrielles en cours (formats ouverts vs fermés, guerre des plateformes de vente, etc.) et de la jeunesse du pseudo-« livre numérique ». En revanche, donner à lire gratuitement sur Internet ne peut qu'aider à la circulation des savoirs, et grêce à une liseuse les livres (enrichis) pourront être consultables et indexables. La seule valeur ajoutée d'un livre par rapport à son contenu dématérialisable, c'est l'objet qui, lui, est durable, pratique, fonctionne partout et tout le temps, ne gaspille pas d'énergie, etc. Un effort conséquent sera consacré à la fabrication des ouvrages, pour donner au lecteur un objet pratique, facile à ouvrir, incassable, à la longue durée de vie et parfaitement imprimé (le premier tirage de chaque livre, collector, utilise un brochage singulier permettant un confort maximal de lecture, pour un prix identique). Fruit d'un collectif (de l'auteur aux libraires en passant par les typographe, traducteur, imprimeur, etc.), le livre a encore de beaux jours devant lui, pour autant que sa réalisation soit soignée et sa parole nécessaire. Pactum serva.