Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Volume!

Notice révisée le 21/12/2011
volume

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture des éditions Seteun, fondée en 2002 par Samuel Étienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l'étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des "cultural" et "popular music studies". La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.

Derniers articles

S'abonner à ce flux
  • > L’échantillonnage comme choix esthétique. L’exemple du rap

    La musique hip-hop est aujourd’hui l’une des musiques populaires qui rencontrent le plus de succès sur l’ensemble de la planète. Elle a à ce titre réussi à imposer le procédé de composition musicale qu’est l’échantillonnage, ou sampling, malgré certaines critiques féroces et un système juridique et commercial basé sur le droit d’auteur et peu enclin à ce type de pratique. Ce procédé existe dans d’autres genres musicaux, mais il faut admettre que la musique hip-hop est celle qui l’a rendu popu...

  • > Le jazz jamaïcain, sur l'île et à l'étranger

    Le jazz n’est pas le genre musical le plus immédiatement associé à la Jamaïque. Pourtant, vivace dès les années 1920, il réunit un groupe – limité mais brillant – d’instrumentistes jamaïcains, notamment dans l’après-guerre. Ces jazzmen jamaïcains, tels Ernest Ranglin, Monty Alexander ou Douglas Ewart, participeront aux premiers pas de la musique de l’île, et apporteront une touche irréductiblement jamaïcaine aux sonorités et aux évolutions du jazz, que ce soit au Royaume-Uni ou aux États-Unis...

  • > Langue, musique et crise de la nation jamaïcaine

    Cet article s’intéresse à l’évolution de pratiques linguistiques rivales dans les musiques populaires jamaïcaines, des années 1950 à nos jours. Deux langues coexistent et rivalisent en effet en Jamaïque : l’anglais, héritage linguistique de l’époque coloniale, et langue officielle de l’État jamaïcain postcolonial, dispute sa place dans les paroles des chansons avec la langue jamaïcaine (le créole jamaïcain, ou Patois). Ce dernier est la langue maternelle de la vaste majorité de la population,...

  • > L’explicite, l’implicite et le mineur : deux blues obscènes de Lucille Bogan

    La biographie de Lucille Bogan est particulièrement lacunaire, mais la chanteuse nous a laissé une soixantaine de morceaux enregistrés dans lesquels les thèmes de l’alcool et de la prostitution sont évoqués de manière particulièrement explicite, notamment dans deux blues restés longtemps inédits. L’objet de cette étude est de montrer comment cette artiste met au jour une dimension obscène ancrée de longue date dans la culture afro-américaine. Mais Lucille Bogan bouscule de surcroît les codes ...

  • > Jamaica: A State of Language, Music and Crisis of Nation

    The paper examines the evolution of language use in popular Jamaican music over six decades, between the two coexisting and simultaneously competing languages of Jamaica. English, a colonial linguistic inheritance, the official language of the post-colonial Jamaican State, competes for a place in music lyrics with the Jamaican Language (Jamaican Creole, Patwa). This is the native language of the mass of the population and the de facto national language. The paper discusses how this battle pla...

  • > Jazz in Jamaica, at Home and Abroad

    Jazz is not the first genre to come to mind when one thinks of Jamaican music. However, already quite lively in the 1920s, jazz gathered a limited but brilliant group of musicians, especially after the war. These Jamaican jazzmen, such as Ernest Ranglin, Monty Alexander or Douglas Ewart, will play their role in the first steps of their island’s music, and will bring their irreducible Jamaican feeling to the sounds and evolutions of jazz, in the United Kingdom or in the United States. This ess...

  • > A Popular Culture Research Methodology: Sound System Outernational

    This paper explores an innovative practice-as-research methodology that brings popular culture practitioners and aficionados together with academic researchers in the shared space of symposia on reggae sound system culture. As organizers, we describe what made the symposia different from the normal academic conference in terms of the range of participants, discussion topics, workshops, demonstrations, exhibitions, film showings and the sound system sessions from Roots Injection and Young Warr...

  • > Terrible et terrifiant. Le reggae jamaïcain au prisme des mémoires

    « Capture Land » est à la fois une chanson tirée du deuxième album de Chronixx (2014), un clip vidéo et un court métrage réalisé par Nabil Elderkin sorti la même année. Une analyse textuelle et contextuelle est appliquée à ces matériaux afin d’étudier les mémoires collectives qui y sont mises en scène. Il apparaît que l’esclavage reste la matrice à partir de laquelle la Jamaïque comprend les conditions socio-économiques actuelles de la majorité de sa population. La condamnation morale de l’es...

  • > La méthode du riddim : esthétique, pratique et propriété dans le dancehall jamaïcain

    La scène et l’industrie du disque jamaïcaines, des années 1950 jusqu’à nos jours, ont une manière bien particulière d’aborder les notions de composition, d’œuvre originale et de propriété. Prolongeant une tradition où la performance live implique l’utilisation de disques (et influence en retour leur production), la relative autonomie, dans ce système, des riddims et des parties vocales [voicings] remet en cause les idées habituelles sur ce qui constitue l’identité d’une chanson. Cette autonom...

  • > Le vinyle, le reggae et les soirées sound system. Une écologie médiatique

    Ce texte est consacré, dans le contexte français, à l’analyse du maxi 45-tours de reggae roots et des soirées sound system dans lesquelles il est diffusé. Dans cette optique nous suivons le parcours d’un acteur de ce courant musical, dont nous voyons que la passion du vinyle de reggae roots s’épanouit dans un agencement collectif qui lui donne sa raison d’être. Au sein de cet agencement nous nous focalisons ensuite sur l’écologie médiatique du vinyle de reggae roots, en abordant tout d’abord ...