Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon

Volume!

Notice révisée le 21/12/2011
volume

Volume ! La revue des musiques populaires est une revue semestrielle à comité de lecture des éditions Seteun, fondée en 2002 par Samuel Étienne, Gérôme Guibert et Marie-Pierre Bonniol. La revue offre un espace autonome aux chercheurs souhaitant développer des recherches spécifiques consacrées à l'étude pluridisciplinaire des musiques populaires, en croisant les apports méthodologiques et théoriques français (musicologie, ethnomusicologie, sociologie de la culture, histoire culturelle etc.) avec ceux des "cultural" et "popular music studies". La revue a été publiée sous le titre Copyright Volume ! de 2001 à 2008.

Derniers articles

S'abonner à ce flux
  • > Conçues pour durer. Perspectives francophones sur les musiques hip-hop

    Retrouver toutes les informations sur le colloque ici : http://colloquehh.hypotheses.org

    Télécharger le programme

    Argumentaire

    Depuis 40 ans, les musiques hip-hop portent des esthétiques fondées sur de nouvelles technologies musicales (dJing, sampling, mao…) et des innovations dans les techniques de voix (interprétations rappées, ragga, human beatboxing…). Souvent données pour des modes éphémères, ces pratiques artistiques se sont avérées non seulement pérennes, mais inf...

  • > Le cadavre est-il encore chaud ?

    Cette contribution interroge le punk non comme registre musical mais comme pratique de résistance à l’industrie culturelle. En effet le punk Do It Yourself porte dès le départ un ensemble de valeurs morales et de pratiques de l’autonomie qui révèlent une conflictualité politique dont la musique serait le média. Néanmoins, en France, on a pu au cours de l’histoire observer que le discours politique s’est émietté. Cette enquête empirique basée sur des entretiens auprès d’acteurs et actrices pas...

  • > Des origines de la grotte punk, de la conservation de l’os à l’errance des sentiments

    À Lefre, Gigue, Papi, La Veuve qui ont disparu parmi les ombres.

    « I never believed » Steve Bators

    Je me suis toujours considéré punk. Même sans doute avant le punk. Le punk était composé d’un mélange de facteurs qui devait correspondre avec ce que j’étais et que je n’avais pas encore vraiment identifié comme tel. Il y avait les fondations d’une confrontation entre deux univers distincts, l’un mélancolique et l’autre provocateur ; sans doute aussi l’idée détonante du refus de se c...

  • > La scène punk en France et la « défonce » (1976-1984)

    Dans la seconde moitié des années 1970, le courant punk s’est inséré dans le paysage musical français grâce à quelques groupes ou artistes phares. Mais ces artistes recherchaient et promouvaient la « défonce », si caractéristique du nihilisme punk, dans la surconsommation d’alcool et d’amphétamines (speed), voire d’héroïne, ce qui invite à réfléchir aux modalités par lesquelles la scène punk a pu transmettre son rapport particulier aux drogues à d’autres catégories de population et être à la ...

  • > Des ondes radioélectriques

    « Ce qui m’intéresse, c’est : qu’est-ce qui arrive quand on écoute du rock ? Le rock est une musique qui dit oui même quand elle est contestataire. Je l’écoute, je jouis, je danse, je pogote. »
    Bégaudeau, 2014, p. 18

    Étant né au début des années 1980, depuis vingt ans, je me suis construit une culture punk étroitement liée à des émissions radiophoniques punk. En effet, dans les années 1990, la programmation musicale majoritairement rock-grunge de Fun Radio m’a amené à découvrir des grou...

  • > Territorialité et publicité : la trajectoire multiscalaire d’OTH (1978-1991)

    Groupe phare du punk-rock sudiste des années 1980, OTH construit progressivement l’image d’un groupe de scène aux performances marquantes. La trajectoire temporelle du groupe se traduit aussi par une mutation de ses territorialités. D’abord très ancré dans un périmètre restreint, autour de Montpellier et de l’Hérault, où il joue un rôle leader dans la scène rock locale, la réception d’OTH connaît une extension croissante dans l’ensemble du sud de la France puis, selon des modalités différente...

  • > Au tout début du punk parisien : du lycée Charlemagne au Club 100

    Cet article s’attache à décrire le tout début du punk parisien, présente ses acteurs principaux : les groupes Strike Up et Loose Heart, Denis Quilliard (futur Jacno), le groupe Angel Face, Patrick Eudeline (futur chanteur d’Asphalt Jungle), et évoque l’environnement culturel de la France de cette époque (de 1972 à 1977). Il tente de restituer le sentiment d’urgence vécu par cette génération de musiciens parisiens sensibles au message porté par les New York Dolls (1971-1977) et par l’émergence...

  • > Le corps punk, de la transgression à l’innovation (1976-2016)

    L’émergence de la musique punk dans les années 1970 est associée à un style de vie, une manière de paraître et d’agir, en d’autres termes à une culture. Pour la saisir, l’entrée retenue consiste à interroger le corps punk et la dimensions transgressive qui lui est associée. La stylistique punk génère dans un premier temps de la stupeur et de l’inquiétude. De même, le corps punk est un corps stigmatisé et qui semble s’autodétruire sous l’effet des drogues ou de l’alcool. Pourtant, la corporéit...

  • > Punkitude et vie quotidienne dans le Paris de la fin des années 1970

    L’Entrée en ethnologie

    Je suis originaire du Finistère Nord, mais j’ai très peu vécu en Bretagne, même si j’ai passé du temps là-bas pendant les vacances. Mon père, qui a commencé à travailler très jeune comme mousse dans la Marine, est parti ensuite en Algérie où j’ai vécu jusqu’à mes huit ans, en 1957. Oh, c’est une histoire classique d’une famille bretonne ! Mon grand-père a été gazé pendant la guerre de 1914-1918, donc mon père a été orphelin relativement jeune… Et comme il a fait u...

  • > L’émergence du punk en France : entre dandys et autonomes (1976-1981)

    Les années d’émergence du punk en France sont souvent présentées comme divisées en deux premières vagues : la première serait marquée par un dandysme et une proximité avec les Beaux-Arts ; la seconde serait quant à elle militante et issue de milieux plus populaires. Cette interprétation recoupe deux visions d’une « histoire en train de se faire » du punk en France : une première se focalisant sur Paris et sur les aspects esthétiques relatifs à ce genre, une seconde décentralisée, plus populai...