Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les économistes au pouvoir

Les Groupements de créateurs : un exemple de mise en place d’une évaluation aléatoire

Cécile Campy
p. 187-198

Résumés

À contre-courant d’une politique nationale de réduction des moyens dédiés à l’accompagnement des demandeurs d’emploi, les Groupements de créateurs défendent la nécessité d’un accompagnement renforcé, fondé sur l’expression des envies et des projets des personnes, pour permettre leur insertion durable. Cherchant à apporter une caution scientifique aux résultats observés sur le terrain, les Groupements de créateurs ont saisi l’opportunité du Fonds d’expérimentations pour la jeunesse pour se soumettre à une évaluation par randomisation, réalisée par le CREST et JPAL. Les premiers mois de l’expérimentation témoignent de l’importance du partenariat entre praticiens et chercheurs, pour concilier fonctionnement pratique d’un dispositif et contraintes scientifiques.

Haut de page

Texte intégral

Contexte institutionnel et politique

Les missions locales, un service public pour l’insertion des jeunes

  • 1  Voir le site internet de l’organisation : [URL : http://www.groupement-de-createurs.fr], consulté (...)

1Le premier Groupement de créateurs a été conçu en 2000 par la mission locale de Sénart (Seine-et-Marne), présidée par Gérard Bernheim et dirigée par Didier Dugast1. Créées par ordonnance en mars 1982 à la suite du rapport de Bertrand Schwartz, les missions locales remplissent une mission de service public pour l’insertion professionnelle et sociale des jeunes. Parmi les recommandations formulées par Schwartz, il s’agissait de promouvoir un accompagnement global, fondé sur le projet des jeunes. Structures associatives, les missions locales sont financées majoritairement par l’État (39 %) et les collectivités locales (48 %), notamment les communes et les Régions.

2La situation de l’emploi en France a profondément évolué depuis la fondation des missions locales en 1982, avec le développement et la persistance du chômage de masse, qui concerne les jeunes en premier lieu. La légitimité des missions locales a souvent été remise en cause, notamment lors de la mise en place du contrat d’autonomie en 2008, qui a encouragé des opérateurs privés à intervenir sur leur champ de compétences.

3La pression du résultat s’exerce de plus en plus fortement sur les missions locales. Leurs objectifs sont dorénavant formalisés dans le cadre de contrats pluriannuels d’objectifs (CPO) signés avec l’État. L’atteinte de ces objectifs est évaluée par le biais d’un système d’information national (Parcours 3), avec pour principal indicateur le nombre de propositions d’actions de formation ou d’offres d’emploi faites aux jeunes et leur inscription effective dans ces propositions. Ainsi, les conseillers des missions locales sont davantage encouragés à promouvoir l’offre d’actions qu’à prendre en compte la demande des jeunes, ne serait-ce qu’en permettant l’expression de cette demande. Concrètement, un entretien d’une heure permet au conseiller de présenter l’ensemble des offres mais ne laisse pas beaucoup de temps aux jeunes pour s’exprimer.

4Ainsi, les pratiques des missions locales se sont souvent éloignées des principes posés par Schwartz à leur origine : le point de départ du service rendu aux jeunes n’est pas tant leur projet que l’offre d’actions de la mission locale, reflet des besoins du marché du travail.

La valeur ajoutée des Groupements de créateurs

5Dans ce contexte, de nombreuses missions locales ont tenté de maintenir ou de développer une offre alternative de services, qui prenne davantage en compte la demande des jeunes, leurs envies, leurs rêves et leurs projets.

6Parmi elles, la mission locale de Sénart (Seine-et-Marne) a expérimenté en 2000 une démarche spécifique, le Groupement de créateurs. Les Groupements de créateurs ont depuis essaimé sur une vingtaine de sites en France, dont treize sont aujourd’hui en activité, au sein de missions locales, mais aussi de maisons de l’emploi, de Plans locaux pour l’insertion et l’emploi (PLIE), de collectivités locales ou d’autres associations. Dédiés à l’origine aux jeunes accompagnés par les missions locales, les Groupements de créateurs accompagnent également des demandeurs d’emploi de plus de 25 ans, notamment des allocataires du RSA. Les 16-25 ans constituent néanmoins la majorité de leur public (plus de 80 %). La priorité est donnée aux personnes de niveaux V et VI (sans baccalauréat) et résidant dans les quartiers visés par la politique de la ville.

7Comme leur nom l’indique, les Groupements de créateurs fondent leur accompagnement sur les envies de création d’activité des jeunes, qu’il s’agisse d’une association, d’un événement ponctuel, d’une entreprise, d’une nouvelle activité dans une structure déjà existante ou de son propre emploi.

  • 2  Disponible sur le site internet Groupement de créateurs [URL : http://www.groupement-de-createurs. (...)

8Il s’agit ainsi de passer d’une culture de la prise en charge, dans laquelle les jeunes sont orientés et assistés, à une culture du projet où ils sont acteurs de leur parcours d’insertion. Au-delà d’une question de méthode, l’enjeu des Groupements de créateurs est de changer le regard des pouvoirs publics et de la société sur les jeunes et les demandeurs d’emploi, ainsi que l’expriment les valeurs de leur charte2.

9L’accompagnement des Groupements de créateurs est organisé en deux phases. La phase d’émergence a d’abord pour objectif d’accompagner la personne dans la définition et la validation de son idée, dans le cadre d’entretiens individuels et d’ateliers collectifs. Cette phase permet aux personnes de mieux se connaître en identifiant leurs compétences professionnelles et personnelles, leurs aptitudes mais aussi leurs motivations et leurs valeurs. Les personnes travaillent également à définir précisément leur idée, notamment dans ses aspects concrets, et à découvrir l’environnement économique de leur projet. L’objectif est de vérifier ou de construire l’adéquation entre la personne, son projet et l’environnement de son projet.

10La phase de formation permet ensuite d’acquérir les connaissances de base nécessaires à la gestion d’une activité, une fois que la personne a validé son idée. Accessible aux non-bacheliers, cette formation est reconnue par un diplôme d’université de créateur d’activité (DUCA). Elle est dispensée par le Groupement de créateurs et une université, en partenariat avec d’autres acteurs de la création d’activité.

11En 2009, les Groupements de créateurs ont accompagné 924 personnes en phase d’émergence et 159 personnes en phase de formation au DUCA. Le réseau des Groupements de créateurs est animé par l’Association nationale des Groupements de créateurs (ANGC).

La recherche d’une caution scientifique

Des financeurs de plus en plus exigeants en matière d’évaluation

12Les Groupements de créateurs, ne bénéficiant pas de financements spécifiques ciblés sur leur action, s’inscrivent dans différents dispositifs existants, que ce soit à l’échelle européenne (action du Fonds social européen en faveur des personnes éloignées de l’emploi), nationale (action de l’État en faveur de l’emploi, de la politique de la ville, de la cohésion sociale), régionale (action des conseils régionaux en faveur de la formation professionnelle), départementale (action des conseils généraux pour l’accompagnement des allocataires du revenu de solidarité active) et communale (action en faveur des quartiers visés par la politique de la ville ou du développement économique).

13Dans un contexte de rationalisation des financements publics, les différents financeurs des Groupements de créateurs deviennent plus exigeants d’année en année, leur demandant d’apporter la preuve de leur efficacité.

Un dispositif complexe à évaluer

14À l’instar de tous les dispositifs d’insertion, l’efficacité des Groupements de créateurs est complexe à évaluer. Tout d’abord, chaque financeur poursuit des objectifs spécifiques, avec des indicateurs d’évaluation différents.

15Ensuite, l’impact des Groupements de créateurs ne peut se mesurer dans l’immédiat et demande un recul de trois ans au minimum. Or les informations sur la situation des personnes sont difficiles à obtenir, soit parce que les personnes ne sont pas joignables (changement de domicile ou de coordonnées téléphoniques), soit parce qu’elles ne voient pas l’intérêt de transmettre des informations à la structure qui les a accompagnées, d’autant plus si elles ont trouvé un emploi et n’ont plus besoin de cet accompagnement.

16Lorsque l’on parvient à collecter des informations, leur interprétation est complexe : à partir de quelle durée minimale de CDD et de quelle durée hebdomadaire de travail peut-on considérer qu’une personne est « insérée » ? Comment mesurer la qualité et la durabilité des situations, l’adéquation entre leur situation et leurs motivations, leurs qualifications, leurs attentes en termes de mobilité professionnelle et de conditions de travail ?

17Enfin, le simple indicateur de l’insertion professionnelle ne permet pas de rendre compte de l’impact global que les Groupements de créateurs constatent au quotidien : les personnes prennent confiance en elles, envisagent l’avenir de façon plus positive, se prennent en main, se libèrent des pressions de leur entourage, deviennent plus autonomes, s’impliquent dans la vie de leur territoire, retournent voter, voire, dans certains cas, deviennent élus de leurs communes. Comment mesurer ces effets qualitatifs sur l’autonomie des personnes ?

Une opportunité d’évaluation : le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse

18Dans ce contexte de rationalisation budgétaire, les Groupements de créateurs cherchent depuis plusieurs années les moyens de démontrer de façon objective et scientifique l’effet global de leur accompagnement. Or les possibilités de financement d’évaluations sont rares en France, voire inexistantes. Aussi l’ANGC s’est-elle rapidement saisie de l’opportunité initiée par Martin Hirsch, alors haut-commissaire à la Jeunesse, lors de la création du Fonds d’expérimentation pour la jeunesse en décembre 2008.

  • 3  Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, « Vade-mecum à l’attention des porteurs de projets » [en (...)

19Le Fonds d’expérimentation a été conçu afin de financer « des expérimentations qui constituent une valeur ajoutée par rapport à des actions ou dispositifs existants, s’inscrivent dans les perspectives d’évolution des politiques sociales et proposent l’essaimage d’une expérimentation existante dans de nouveaux territoires »3.

20L’objectif du Fonds est de tester une politique dans des conditions permettant de mesurer son efficience selon un protocole précis, prévu à l’avance. Aussi, l’expérimentation doit être constituée d’un partenariat entre un porteur de projet et un évaluateur, légitimant ainsi l’intervention d’évaluateurs dans le processus de prise de décision politique.

21La méthode d’évaluation est sinon imposée, du moins fortement recommandée par le Fonds d’expérimentation pour la jeunesse :

  • 4  Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, « Guide méthodologique pour l’évaluation des expérimenta (...)

Au sein des méthodes quantitatives, qui permettent de se prononcer sur l’efficacité du programme, il y a lieu de hiérarchiser les approches qui peuvent être retenues. Les méthodes les plus fiables, celles qui apportent la mesure la plus précise et la plus robuste de l’impact du programme sur les variables d’intérêt (outcomes), sont les méthodes d’évaluation randomisée.4

22L’évaluation par randomisation consiste à mesurer l’effet d’un dispositif sur une population test, ayant bénéficié du dispositif, par comparaison avec une population témoin, n’ayant pas bénéficié du dispositif. Les populations test et témoin sont composées par tirage au sort. Cette méthode a été développée aux États-Unis où elle a fait ses preuves dans le domaine médical, puis a été appliquée à d’autres objets, notamment à l’évaluation des politiques sociales. En France, l’évaluation par randomisation était peu répandue dans le domaine des politiques publiques avant la mise en place du Fonds d’expérimentation.

Un exemple de collaboration entre praticiens et chercheurs

Les conditions de la rencontre entre l’ANGC et le CREST-JPAL

23Le partenariat avec un évaluateur étant une condition d’éligibilité au Fonds d’expérimentation, l’ANGC s’est rapidement rapprochée d’un chercheur en économie, Bruno Crépon, dont l’expérience correspondait aux besoins du projet.

24Tout d’abord, l’évaluateur devait maîtriser la méthode de randomisation, méthode peu répandue en France. Chef du Département de la recherche au CREST (Centre de recherche en économie et statistique) et chercheur associé du réseau JPAL (Jameel Poverty Action Lab), Crépon a conduit de nombreuses évaluations randomisées de programmes publics : accompagnement des jeunes diplômés, accompagnement des demandeurs d’emploi ayant un risque de chômage de longue durée, etc.

25Les Groupements de créateurs souhaitaient par ailleurs que l’évaluateur ait une connaissance des problématiques d’insertion des jeunes, ce qui était le cas de Crépon, qui a collaboré à plusieurs reprises avec des missions locales sur l’évaluation de dispositifs liés à la santé des jeunes et à la création d’entreprise (Créajeune). Ayant déjà participé à des évaluations dans le cadre du Fonds d’expérimentation, Crépon bénéficiait en outre d’une légitimité institutionnelle utile au projet.

26Le champ d’action des Groupements de créateurs correspondant à son domaine de recherche, Crépon a répondu positivement à la sollicitation des Groupements de créateurs dès le mois de novembre 2009.

Une implication partenariale dès le montage du dossier

27L’association entre le porteur de projet et l’évaluateur étant une condition d’éligibilité au Fonds d’expérimentation, le partenariat entre les Groupements de créateurs représentés par l’ANGC et l’évaluateur a rapidement pris forme dès l’élaboration du projet. Crépon a constitué une équipe de recherche associant des chercheurs du CREST, de JPAL, de Sciences-Po, de l’Université de Louvain et de l’École d’économie de Paris. De son côté, l’ANGC a proposé à l’ensemble du réseau de participer.

28Neuf Groupements de créateurs sur les treize existants se sont portés candidats : l’Orne (61), Paris (75), Sénart (77), Val-d’Orge (91), Pantin / Les Lilas / Le Pré-Saint-Gervais (93), Val-de-Marne (94), Guadeloupe (971) et la Réunion (974). Les raisons pour lesquelles les quatre autres Groupements de créateurs n’étaient pas candidats sont diverses : fragilité du dispositif faute des financements locaux nécessaires, public essentiellement composé d’adultes. Dans un cas (pays de Redon), les financeurs locaux ont refusé l’expérimentation pour des raisons déontologiques : selon eux, la sélection par tirage au sort n’était pas compatible avec le principe de service public, qui doit garantir que toute personne du territoire ait accès au dispositif financé par la collectivité locale. Par la suite, alors que l’expérimentation était lancée, le Groupement de créateurs du Val-de-Marne (94), porté par la mission locale des Bords-de-Marne, s’est finalement retiré en décembre 2010. Le directeur de la mission locale a jugé que le tirage au sort créait une injustice entre les jeunes, d’autant plus que sur le territoire, aucun dispositif alternatif ne pouvait être proposé aux jeunes sélectionnés dans le groupe de contrôle.

29Une première ébauche du projet a été présentée en janvier 2010 au haut-commissariat à la Jeunesse, qui a validé le projet sur le principe. L’ANGC, le CREST et JPAL ont ensuite transmis en février 2010 une première version du dossier de candidature complet, selon le format imposé par le Fonds d’expérimentation sociale, pour une évaluation conduite sur un volume de 1 200 jeunes au total, soit 600 jeunes dans le groupe test et 600 jeunes dans le groupe témoin.

30Le projet a traversé une période de flottement lors de la transition entre Martin Hirsch, qui a quitté ses fonctions de haut-commissaire à la Jeunesse en mars 2010, et Marc-Philippe Daubresse, nouveau ministre de la Jeunesse et de la Vie associative. Les Groupements de créateurs bénéficiant d’une reconnaissance des services du ministère de la Jeunesse, l’instruction du dossier a été reprise courant avril 2010.

31Le projet des Groupements de créateurs ayant été déposé en dehors des appels à projet du Fonds d’expérimentation, il ne pouvait pas être financé par des fonds publics. Aussi, il a été posé comme condition que le projet soit financé par l’un des deux partenaires privés du Fonds d’expérimentation, à savoir l’Union des industries et des métiers de la métallurgie (UIMM) et la fondation Total. L’ANGC et le CREST-JPAL se sont tournés en premier lieu vers l’UIMM, qui a immédiatement témoigné de l’intérêt pour le projet, car la démarche du Groupement de créateurs faisait écho à une réflexion menée avec leurs adhérents sur la question de l’orientation professionnelle et de l’insertion des jeunes.

32Ensuite a suivi une période de négociation du budget du projet. Lors de cette phase, le partenariat entre l’ANGC, le CREST et JPAL a été également déterminant, en particulier pour défendre le financement du dispositif lui-même et non seulement son évaluation.

33Le Fonds d’expérimentation est destiné à financer essentiellement l’évaluation des dispositifs, et non les dispositifs évalués. Néanmoins, les Groupements de créateurs ne pouvaient prendre le risque d’être évalués s’ils n’étaient pas assurés de pouvoir assurer la continuité de leur accompagnement, sachant que les financements pour les années à venir étaient incertains. Un cofinancement de 300 euros par jeune accompagné en phase d’émergence a été obtenu, avec un mode de versement permettant d’identifier, parmi les jeunes du groupe test, ceux ayant bénéficié d’un volume d’accompagnement considéré comme minimal : pour recevoir le financement, le Groupement de créateurs doit avoir accompagné le jeune lors de quatre entretiens individuels ou deux entretiens individuels et un atelier collectif, au minimum.

34Par ailleurs, l’ANGC, mais aussi le CREST et JPAL ont défendu la nécessité pour les Groupements de créateurs de conduire des actions de mutualisation de pratiques en amont et pendant l’expérimentation pour garantir l’homogénéité du dispositif entre les différents sites évalués. En effet, si les Groupements de créateurs partagent une charte de valeurs commune et ont des pratiques d’accompagnement semblables, il existait une certaine hétérogénéité en termes de publics visés (plus ou moins qualifiés, plus ou moins avancés dans leur projet), de nature de projets (création d’entreprise ou d’activité au sens large) et de pédagogie (interventions de prestataires extérieurs, recours aux ateliers collectifs). Ainsi un budget a été prévu pour réunir les Groupements de créateurs participants lors de deux semaines de mutualisation. L’ANGC a également obtenu des moyens pour mener des actions de communication nécessaires à la mobilisation des jeunes. En effet, la participation à l’expérimentation implique que les Groupements de créateurs atteignent deux fois plus de jeunes que d’habitude, sachant que seulement la moitié des jeunes seront accompagnés et que certains jeunes refuseront l’expérimentation.

35Pour la partie du budget concernant l’évaluation en tant que telle, au-delà des charges habituelles nécessaires à la formation des Groupements de créateurs au protocole d’évaluation, la conception, la conduite et l’analyse des enquêtes, l’ANGC, le CREST et JPAL ont prévu un financement de 100 euros par jeune, versé aux missions locales pour qu’elles garantissent l’actualisation des coordonnées des jeunes dans leurs bases de données et permettent ainsi la bonne conduite des enquêtes.

36Le dossier final a été voté le 5 juillet 2010 par le conseil de gestion du Fonds d’expérimentation sociale.

La conception et la mise en œuvre de l’évaluation

37Le partenariat entre l’ANGC et le CREST-JPAL a été également nécessaire lors de la conception du protocole d’évaluation, pour optimiser la faisabilité opérationnelle du projet, que ce soit lors de la définition du calendrier et de la période d’inclusion des jeunes, de l’estimation du volume global de jeunes ou du calendrier de réalisation des enquêtes.

38L’équipe d’évaluation a également associé les conseillers des Groupements de créateurs à la rédaction du questionnaire d’entrée, afin de tenter de mettre en évidence l’ensemble des effets des Groupements de créateurs sur les jeunes, au-delà des simples indicateurs d’insertion professionnelle. Ainsi, le questionnaire aborde notamment les questions d’autonomie financière, de maîtrise de la langue, d’estime de soi, d’aptitudes face aux difficultés, de capacité à mener un projet, de motivation à l’égard de la création d’une activité et d’attitudes vis-à-vis de l’avenir.

39Il a été délicat de définir comment mesurer le développement de l’autonomie, domaine encore peu exploré par la recherche, que ce soit en économie ou en psychologie.

40Le questionnaire a été testé à plusieurs reprises auprès de jeunes de missions locales portant des Groupements de créateurs, afin non seulement de vérifier la bonne compréhension des questions mais aussi d’identifier si des questions paraissaient trop intrusives et risquaient de provoquer l’abandon.

41Le partenariat entre l’ANGC et le CREST-JPAL est essentiel pour concilier les contraintes scientifiques de la méthode de randomisation et le fonctionnement pratique des Groupements de créateurs.

42La méthode de randomisation prive des jeunes, ceux qui ont été tirés au sort pour appartenir au groupe témoin, d’un accompagnement dont ils ont besoin et qu’ils souhaitent, alors qu’ils sont déjà en difficulté. Pour limiter les éventuels effets négatifs du tirage au sort, le CREST-JPAL et l’ANGC accompagnent les Groupements de créateurs dans l’identification des solutions alternatives à proposer aux jeunes du groupe témoin, afin de ne pas les laisser dans une situation frustrante. Par ailleurs, le CREST-JPAL et l’ANGC forment les Groupements de créateurs dans le cadre de temps de rassemblement et de visites sur place afin qu’ils puissent expliquer en toute transparence les enjeux de l’expérimentation aux jeunes : permettre la pérennité et l’élargissement du dispositif, s’il est efficient, pour que davantage de jeunes puissent en bénéficier. Il s’agit ainsi d’intégrer les contraintes de l’expérimentation à la pédagogie du Groupement de créateurs. Par ailleurs, pour éviter des situations injustes, toute exception a été exclue : tous les jeunes souhaitant être accompagnés par le Groupement de créateurs sont soumis au tirage au sort.

43Promouvoir l’accompagnement du Groupement de créateurs auprès de jeunes alors que la moitié n’y aura pas accès (groupe témoin) met les professionnels dans une situation délicate : pourquoi présenter l’offre du Groupement de créateurs aux jeunes qu’ils accompagnent, alors que ceux-ci n’auront qu’une chance sur deux d’en bénéficier ? En temps normal, le conseiller détient lui seul l’expertise nécessaire pour juger de la pertinence pour un jeune de bénéficier d’un dispositif. Ainsi, s’en remettre à un tirage au sort revient à nier l’expertise professionnelle des conseillers et à modifier leurs pratiques. De plus, si les jeunes sont tirés au sort dans le groupe témoin, ils risquent d’être démotivés, rendant la mission de leur conseiller plus complexe. Sensibiliser les conseillers des missions locales est donc primordial pour assurer leur adhésion. Pour ce faire, le CREST-JPAL et l’ANGC organisent et animent ensemble des rencontres avec les équipes de toutes les missions locales porteuses ou partenaires des Groupements de créateurs. Ils se mettent à la disposition des professionnels chargés de proposer le Groupement de créateurs aux jeunes pour les aider à présenter de façon précise les enjeux et le fonctionnement de l’expérimentation. La présentation insiste notamment sur le risque de voir les financements s’interrompre si les Groupements de créateurs ne peuvent prouver leur efficacité, ce qui impliquerait que plus aucun jeune ne pourrait en bénéficier. Le CREST et JPAL expliquent le principe de la randomisation en exposant en toute transparence les problèmes éthiques qu’il soulève et les changements de pratiques qu’il requiert au sein de la mission locale. Enfin, l’ANGC, le CREST et JPAL aident les conseillers à identifier les dispositifs alternatifs qui pourront être proposés aux jeunes retenus dans le groupe témoin, afin de limiter les effets négatifs du tirage au sort. Ces rencontres, dont la plupart ont été réalisées à ce jour, ont un impact fort sur l’adhésion des conseillers à l’expérimentation :

44– les conseillers prennent confiance en l’équipe d’évaluation, parce qu’ils se rendent compte que les évaluateurs ont appris à connaître et valoriser leur métier, qu’ils sont conscients des problèmes posés par l’expérimentation et concernés par le sort des jeunes du groupe témoin qui sont exclus du dispositif ;

45– ils comprennent pourquoi on doit passer par la constitution d’un « contrefactuel » pour obtenir une population ayant la même motivation, alors que la plupart n’en comprenaient pas l’intérêt au départ, pensant qu’il suffisait de comparer un groupe de bénéficiaires et un groupe de jeunes n’ayant jamais souhaité bénéficier du Groupement de créateurs ;

46– ils se rendent compte que leur solidarité est nécessaire pour construire les conditions de la survie du Groupement de créateurs, dispositif auquel ils tiennent, même si cela suppose une réorganisation temporaire de leur fonctionnement ;

47– la possibilité d’accompagner seulement la moitié des personnes intéressées par la démarche suppose de doubler le nombre de personnes sensibilisées. L’expérimentation demande donc des efforts de communication supplémentaires aux conseillers des Groupements de créateurs, alors que ceux-ci sont déjà très occupés par l’accompagnement.

48Dans un premier temps, les Groupements de créateurs ont partagé leurs expériences lors d’une semaine de mutualisation de pratiques en octobre 2010 : quels sont les outils qui fonctionnent pour intéresser les jeunes au Groupement de créateurs ? Quels sont les prescripteurs et autres relais d’information à sensibiliser ?

49Sur cette base, un cahier des charges des actions de sensibilisation a été établi, définissant une liste d’actions à mener par chaque Groupement de créateurs sur son territoire, que ce soit directement en direction des jeunes, ou indirectement, auprès des prescripteurs. Ce cahier des charges a ensuite été annexé à la convention relative à la participation du Groupement de créateurs à l’expérimentation.

50Ensuite, les Groupements de créateurs ayant manifesté le besoin d’outils de communication à destination des jeunes et des prescripteurs lors de leur atelier d’octobre 2010, l’ANGC a conduit la conception et la réalisation de ces supports avec une agence de communication, en veillant à consulter les Groupements de créateurs lors du choix du visuel et du slogan, « Donne à tes rêves les moyens d’exister ». L’ANGC a également veillé à ce que les supports soient testés auprès des jeunes ciblés, par l’intermédiaire des animateurs des Groupements de créateurs.

51Les supports ont été finalisés et livrés aux Groupements de créateurs début janvier 2011, soit un mois et demi après le démarrage de l’expérimentation. Chaque Groupement de créateurs a reçu 3 000 plaquettes et 200 affiches destinées aux jeunes et 500 plaquettes destinées aux prescripteurs.

52Par ailleurs, sur les conseils d’agences de communication et de professionnels de l’accompagnement des jeunes, une page Facebooka été développée, avec un onglet permettant aux jeunes intéressés par la démarche de prendre contact avec l’ANGC, qui relaie ensuite au Groupement de créateurs concerné. Cette page vient d’être lancée, ainsi qu’une campagne de publicité visant les jeunes de moins de 25 ans sur les territoires concernés par l’expérimentation.

53La mobilisation des jeunes étant cruciale pour la réussite de l’expérimentation, deux visites sur place sont prévues dans chaque Groupement de créateurs pour que l’ANGC puisse vérifier que le cahier des charges des actions de sensibilisation est bien mis en œuvre et que les supports de communication sont effectivement diffusés.

54Ainsi, le partenariat entre le porteur de projet et l’évaluateur est essentiel pour garantir la bonne application de la méthode de randomisation en aidant les Groupements de créateurs à intégrer les contraintes de la méthode à leur fonctionnement. Il est impératif que le porteur de projet soit solidaire de l’équipe d’évaluation quant à la rigueur d’application de la méthode.

Les perspectives

55La période d’inclusion des jeunes de dix-huit mois a commencé en novembre 2010 et se terminera en avril 2012. Un nombre de 1 200 jeunes est prévu, réparti entre les Groupements de créateurs d’Île-de-France, de Basse-Normandie, de Guadeloupe et de la Réunion. Les enquêtes sont menées à l’entrée dans l’expérimentation, puis neuf mois et dix-huit mois après. Elles seront complétées par des données extraites du système d’information national des missions locales (Parcours 3). Les résultats finaux de l’évaluation devraient être communiqués en avril 2014.

Haut de page

Notes

1  Voir le site internet de l’organisation : [URL : http://www.groupement-de-createurs.fr], consulté le 18 avril 2011.

2  Disponible sur le site internet Groupement de créateurs [URL : http://www.groupement-de-createurs.fr/charte.html], consulté le 12 avril 2011.

3  Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, « Vade-mecum à l’attention des porteurs de projets » [en ligne], 2009, p. 1 [URL : http://www.experimentationsociale.fr/IMG/pdf/Vademecum_AP4-2.pdf], consulté le 30 mars 2011.

4  Fonds d’expérimentation pour la jeunesse, « Guide méthodologique pour l’évaluation des expérimentations sociales à l’intention des porteurs de projets » [en ligne], 2009, p. 5 [URL : http://www.experimentationsociale.fr/IMG/pdf/guide-pour-l-evaluation-des-experimentations.pdf], consulté le 30 mars 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Cécile Campy, « Les Groupements de créateurs : un exemple de mise en place d’une évaluation aléatoire », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5327 ; DOI : 10.4000/traces.5327

Haut de page

Auteur

Cécile Campy

responsable du développement pour l’Association nationale des Groupements de créateurs

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page