Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Les économistes au pouvoir

L’affirmation de l’économie comme discipline scientifique : une histoire française particulière

Pascal Le Merrer
p. 163-174

Résumés

L’installation de l’économie dans le paysage académique français a été laborieuse. On peut le vérifier à plusieurs niveaux, celui de l’enseignement, celui de la recherche et celui de l’expertise. Alors que l’actualité des dernières années a conduit à se demander : « à quoi servent les économistes ? », il peut être utile d’identifier la période et les canaux par lesquels cette discipline s’est à la fois normalisée et professionnalisée. Cet article met l’accent sur le rôle des séminaires et instituts de recherche après la Seconde Guerre mondiale.

Haut de page

Texte intégral

1L’installation de l’économie dans le paysage académique français a été laborieuse. On peut le vérifier à plusieurs niveaux, celui de l’enseignement, celui de la recherche et celui de l’expertise ; en sachant que ces trois niveaux interagissent les uns avec les autres, ne serait-ce que par les acteurs qui interviennent à la fois comme enseignants, chercheurs et experts. Alors que l’actualité des dernières années a conduit à se demander « à quoi servent les économistes ? », il peut être utile d’identifier la période et les canaux par lesquels cette discipline s’est à la fois normalisée et professionnalisée.

2Il existe de nombreux travaux, produits par des historiens, des sociologues et des économistes spécialistes d’histoire de la pensée, qui ont travaillé en particulier sur le xixe siècle et la première moitié du xxe siècle (Le Van-Lemesle, 2004 ; Dockès et al. éd., 2000 ; Fourcade, 2009). On s’attardera peu sur cette période pour se concentrer sur la situation au lendemain de la Seconde Guerre mondiale afin de mieux comprendre la relative faiblesse des sciences économiques en France. C’est entre les années 1950 et les années 1980 que se produisent des changements qui vont permettre à la science économique de s’imposer comme une discipline autonome dans l’enseignement supérieur avec un essor rapide de la recherche et le développement de centres d’expertise publics et privés. Cet article met l’accent sur le rôle des séminaires, des instituts et centres de recherche dans ce processus.

3Ensuite, des années 1980 à aujourd’hui, on peut identifier le passage d’une étape à une autre : la normalisation de la discipline fait place à sa professionnalisation. Ces processus de normalisation et de professionnalisation sont à la source de tensions s’incarnant dans des initiatives qui contestent cette dynamique. L’enjeu aujourd’hui n’est certainement pas de refuser les évolutions qui sont en fait la vie de la discipline, mais plutôt de peser sur les choix possibles dans le cadre de ces transformations.

Une histoire particulière ?

4Les qualificatifs pour décrire l’état de la science économique en France au xixe et dans la première moitié du xxe siècle ne sont pas encourageants. Marion Fourcade analyse « les mondes éclatés de l’économie politique française » (Fourcade, 2002, p. 29) et parle de la difficulté pour que s’impose un statut de l’économie en France (Fourcade, 2009, p. 186). De nombreuses résistances politiques et institutionnelles ont retardé l’autonomisation de l’économie comme discipline en France, et il faut rappeler qu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale, elle n’est qu’une discipline annexe dans les facultés de droit. En outre, il existe des résistances culturelles fortes, notamment en raison des influences catholiques, très présentes dans les facultés de droit, qui vont contribuer à développer une approche critique de l’utilitarisme et du caractère égoïste et mécanique de l’homo œconomicus auquel est opposée la notion de personne humaine. L’influence du catholicisme social est ainsi un phénomène majeur à prendre en compte si l’on veut comprendre le positionnement des économistes universitaires français jusqu’aux années 1960.

  • 1  On peut citer par exemple : « Le rôle économique de l’État » en 1922 ; « Les nouvelles conditions (...)
  • 2  Expression utilisée par l’Association des amis de François Perroux.

5Si l’on examine, par exemple, les publications des Semaines sociales de France qui sont lancées en 1904 par une première session tenue à Lyon, on constate que les sujets économiques occupent une large place1. Au fil des différentes sessions, on retrouve les noms de nombreux économistes, surtout après 1945, comme Daniel Villey, André Piettre, Maurice Byé, Gérard Marcy, Alain Barrère, Robert Goetz-Girey, Henri Guitton, Henri Ardant, François Perroux, Henri Bartoli… Ces universitaires publient aussi des livres qui font le lien entre la religion et l’économie (Guitton, 1945 ; Piettre, 1950 ; Fyot, 1952). Ces économistes catholiques veulent contribuer à « l’élaboration et à l’expression d’une conception humaine de l’économie : une économie au service des hommes et non pas l’inverse »2.

6Il y a deux manières d’interpréter cette situation française : certains, prenant en compte la tradition, iront jusqu’à parler d’une école française ; d’autres considèrent cette situation comme l’expression d’une relative fermeture intellectuelle, les économistes universitaires français étant jusqu’aux années 1960 relativement en marge des travaux de recherche conduits dans le monde anglo-saxon. Aux États-Unis, qui deviendront la référence après 1945, on observe ainsi une tradition très différente, notamment par son rapport à la pratique et son usage des théories. Marion Fourcade explique en effet :

Le professionnalisme scientifique des économistes américains, c’est-à-dire le fait que l’économie est bel et bien une profession en prise constante sur la pratique (celle de l’État, bien sûr, mais aussi celle du marché) s’articule ainsi assez bien avec le scientisme professionnel au cœur de la discipline. (Fourcade, 2005, p. 6).

7Contrairement à la situation française d’après guerre, les économistes américains développent leurs outils théoriques et techniques dans un usage qui ne se limite pas à la recherche académique et à l’expertise au service de l’État mais qui est aussi valorisé dans des activités de conseil dont la logique est explicitement marchande.

La recherche sauvée par les séminaires

8Dès le deuxième tiers du xixe siècle on assiste à une prise de conscience des faiblesses du système universitaire français. Comme le montre Christophe Charles (1994, p. 21 et suivantes),la référence est alors l’exemple allemand qui véhicule un modèle d’organisation de la recherche fondé sur la spécialisation des professeurs, l’existence de séminaires où se forment les futurs chercheurs, et la multiplication des instituts de recherche. La pratique du séminaire sera introduite en France avec la création de l’École pratique des hautes études en 1868. Mais l’économie politique n’y trouve sa place qu’en 1907, dans la section des sciences historiques et philologiques avec la création d’une chaire d’histoire des doctrines économiques occupée par Adolphe Landry (une seconde chaire est créée pour François Simiand en 1924, intitulée « Histoire et statistique économique »). Il reste que ces séminaires n’ont touché qu’un public très restreint composé d’agrégatifs et de curieux (Le Van-Lemesle, 1985, p. 256).

9Pendant l’entre-deux-guerres, seules deux institutions, qui correspondent à des initiatives isolées, vont produire des travaux originaux en économie : le Centre polytechnicien d’études économiques créé en 1931 et l’Institut scientifique de recherches économiques et sociales créé en 1933.

Le Centre polytechnicien d’études économiques (1931-1939)

10Le groupe X-Crise est né en 1931, avec pour fondateurs Gérard Bardet, André Loizillon et John Nicoletis. Ce groupe de réflexion devient deux ans plus tard le Centre polytechnicien d’études économiques (CPEE). L’essor de ce que l’on peut appeler une société de pensée entre 1933 et 1939 sera remarquable (environ 2000 membres en 1939) mais son fonctionnement et ses objectifs ne sont pas ceux d’un centre de recherche. Jacques Branger définit le CPEE dans le Bulletin d’octobre-novembre 1935 en ces termes :

Le CPEE ne vise ni à élaborer, ni à défendre certaines doctrines, ni à être un institut de recherches statistiques pures. Il doit tenter de rassembler et critiquer les travaux de ces organismes en vue d’organiser leur application à la vie économique réelle qu’il est, par ailleurs, particulièrement à même d’analyser objectivement. (cité dans X-Crise, 1982, p. 20)

  • 3  À l’exception d’une étude de John Nicoletis dans le Bulletin du centre en juin 1933 (Dard, 1998, p (...)

11Le groupe X-Crise porte un jugement peu flatteur sur l’économie politique et les professeurs d’économie des facultés de droit, ce qui sera une source de tension. Même si l’on peut citer la conférence de Gaëtan Pirou du 12 janvier 1937 sur « les méthodes de l’économie politique » ou l’amorce de contacts entre Jean Coutrot et René Courtin en 1939, il semble que dès cette période la coupure entre les économistes polytechniciens et les professeurs de la Faculté de droit est une réalité. Pourtant les centres d’intérêt des deux groupes ne sont pas sensiblement différents. Pendant les années 1920 et 1930, l’essentiel des articles de la Revue d’économie politique est consacré aux problèmes économiques français ou étrangers et aux discussions de politique économique. Comme le constate Marc Pénin (1996, p. 187) la place réservée à la théorie économique est fort limitée. De même, si l’on considère, par exemple, la diffusion des analyses de Keynes, elle semble aussi faible du côté des travaux du CPEE3 que du côté des universitaires.

12L’approche formalisée de l’analyse économique trouve sa place dans les réflexions du CPEE. François Divisia qui était professeur d’économie politique à l’École polytechnique fait une conférence en décembre 1933 au CPEE intitulée « Travaux et méthodes de la société d’économétrie », qui est un bref résumé des travaux engagés et, surtout, une liste des questions économiques qui appellent un traitement économétrique. Jean Ullmo et Robert Gibrat chercheront aussi à montrer dans les assemblées du CPEE l’intérêt de l’utilisation des mathématiques en économie, alors que les frères Guillaume amorcent des travaux sur l’« économie rationnelle ».

L’Institut scientifique de recherches économiques et sociales

13Jean-Marcel Jeanneney rappelle ces faits dans sa présentation de l’origine de l’Observatoire français de conjoncture économique (OFCE) :

Charles Rist, économiste de réputation internationale, avait en 1933, au moment de sa retraite de professeur à la faculté de droit, créé à Paris, au 4 de la rue Michelet, un Institut de recherches économiques et sociales, grâce à une généreuse donation de la Fondation Rockefeller. Lorsqu’en 1952, alors doyen de la Faculté de Grenoble, je fus élu à une chaire d’économie à la Faculté de droit de Paris, Charles Rist me demanda de lui succéder à la direction de cet Institut. C’était le seul centre universitaire de recherche économique existant en France. (Jeanneney, 2007, p. 3).

  • 4  Le conseil de l’ISRES est composé d’Aftalion, Augé-Laribé, Bouglé, Divisia et Simiand. Laufenburge (...)

14Cet Institut scientifique de recherches économiques et sociales (ISRES)4 avait pour objectif de développer l’information sur la situation de l’économie française ainsi que sur le contexte international. Il se partageait en deux sections, l’une consacrée aux recherches, l’autre à la réunion de documents. Le rôle joué par la fondation Rockefeller de 1931 à 1949, et dans une moindre mesure par la fondation Ford ensuite, est à rattacher à la volonté de ces fondations de développer la recherche en sciences sociales en France et au modèle que Charles Rist adopte en se référant au National Bureau of Economic Research.

15L’institut publie notamment des enquêtes comme celles sur le chômage en 1935, 1942 et 1949, la formation des prix ou les budgets ouvriers, qui sont réalisées par de jeunes chercheurs parmi lesquels on peut citer Schwob, Marjolin, Gaussel, Bérard ou encore Costa. L’institut est aussi un centre qui accueille des étudiants comme Jeanneney ou Bartoli.

16L’originalité de cet institut tient certainement à cette volonté de Rist d’en faire à la fois un centre de recherche indépendant des organismes officiels qui s’engage dans des recherches longues, un organisme qui collecte et traite l’information économique et sociale, un lieu d’accueil pour les jeunes chercheurs, et un organisme en relation avec des économistes et des institutions étrangères. Cette philosophie inspirera profondément Jeanneney tant dans la conduite du Service d’activité économique et sociale à partir de 1952 que dans la mise en place de l’OFCE en 1981.

Le CNRS et l’économétrie

17La naissance du Centre national de la recherche scientifique (CNRS) en 1939 marque un tournant déterminant en France ; comme le note Antoine Prost : « l’histoire du CNRS est celle de la professionnalisation de la recherche » (Prost, 1990, p. 6). À l’origine, l’économie occupe une place très limitée au CNRS à l’exception de l’économétrie. Quelques hommes joueront un rôle décisif dans cet amarrage institutionnel de l’économétrie au CNRS : le mathématicien Georges Darmois qui a déjà participé à la création de l’Institut de statistique de l’Université de Paris (ISUP), François Divisia qui est directeur du laboratoire d’économie industrielle du Conservatoire national des arts et métiers (CNAM) et membre fondateur de la Société internationale d’économétrie, René Roy qui occupe à partir de 1931 la chaire d’économétrie à l’ISUP, et Maurice Allais qui est nommé professeur d’analyse économique à l’École des mines en 1944 et qui met en place un groupe de recherches économiques et sociales.

18Les efforts de Divisia pour obtenir, à partir de 1938, la création d’un laboratoire d’économétrie vont tout d’abord aboutir en 1940 à la mise en place d’un comité d’économétrie rattaché à la section de la recherche appliquée du CNRS puis, en décembre 1946, à la Commission d’économétrie du CNRS qui est composée de Allais, Bunle, Darmois, Divisia, Dubourdieu, Dumontier, Fréchet, Huber, Lutfalla, et Roy. On décide alors de la création d’un Centre de travail et laboratoire d’économétrie, et de la mise en place de trois séminaires d’économétrie (le premier confié à Allais, le deuxième à Roy, et le troisième, à Lyon, à Eyraud).

19Les trois séminaires fonctionnaient selon des logiques très différentes. Allais cherchait à développer les questions théoriques à partir de problèmes économiques concrets d’actualité comme la tarification de l’énergie ou la coordination du rail et de la route (Bungener et Joël, 1989). Le séminaire Roy avait un fonctionnement plus universitaire (étude d’articles récents, développement des équations au tableau), mettait en place des cycles de conférences supplémentaires sur des sujets spécifiques confiés à des spécialistes et donna lieu à deux séries de publications : en 1951, Les cahiers du séminaire, et en 1958, Les monographies du centre d’économétrie. Les thèmes abordés dans ces séminaires sont très variés (ibid., p. 81), de « séances théoriques relatives à la détermination de l’optimum et à la théorie de la valeur », à « l’exposé de tentatives d’application des méthodes économétriques ».

  • 5  Service des études économiques et financières créé par Claude Gruson.

20Les travaux en économétrie seront stimulés par les commandes du Plan et d’organismes comme le CORDES, le CREDOC et le SEEF5. Il faut d’ailleurs signaler que c’est du côté des hauts fonctionnaires engagés dans l’élaboration de la comptabilité nationale comme Marjolin, Gruson ou Nora, et non à l’université, que l’on trouve le plus grand intérêt pour les travaux récents d’économistes comme Keynes (Rosanvallon, 1987).

21Du côté universitaire, l’ISEA créé par François Perroux en 1944 fait figure d’exception. Cet institut sera pendant quelques années un centre de recherche très dynamique, mais il sera confronté à diverses tensions internes au début des années 1950, ce qui entraînera le départ d’une partie des chercheurs de l’équipe.

Trois séminaires particuliers

22Il faut attendre les années 1960, et les initiatives d’étudiants qui sont à l’origine de la création de trois séminaires, pour que s’engage un changement significatif dans l’organisation de la recherche en économie dans le cadre des facultés. C’est un moment charnière pour la discipline, car ces séminaires sont l’expression d’une rupture avec une ancienne génération d’universitaires qui privilégiaient l’enseignement en reléguant l’activité de recherche à un travail isolé de rédaction d’ouvrages ou d’articles relativement en marge des travaux des chercheurs anglo-saxons qui pendant les années 1950-1960 sont au cœur de la science économique moderne qui s’affirme.

23Le séminaire de théorie économique Jean-Baptiste Say, créé en 1962 sous la forme d’une association rattachée à la Faculté de droit et des sciences économiques de Paris, est le premier des trois séminaires d’économistes universitaires qui voient le jour pendant la première moitié des années 1960. Son responsable, Daniel Pilisi, qui venait de terminer son troisième cycle, avait découvert lors d’un séjour effectué à Uppsala en 1957-1958 l’intérêt de la réflexion collective dans le cadre des séminaires. Le groupe est constitué en 1960-1961. Les principaux participants sont : Daniel Pilisi, Emil M. Claassen, Pascal Salin, Claude Meidinger, Jean-Claude Milleron, Alain Wolfelsperger, Claude Vedel, Pierre Salmon et Annie Vinokur (Rueff a lui aussi assisté au séminaire).

24D’après Salin, ce séminaire, qui à l’origine a bénéficié du soutien de Byé et de Guitton, était perçu comme une provocation par les « économistes universitaires français chrétiens-démocrates », car ses travaux leur paraissaient trop centrés sur les recherches anglo-saxonnes. Les documents de travail produits par les membres du séminaire sont nombreux et abordent des thèmes variés comme les modèles néoclassiques de croissance ou la controverse des changes flexibles. Un ouvrage collectif est publié en 1965, qui réunit une série de contributions sur la théorie du revenu permanent (Pilisi et al., 1965). En 1967 Pilisi et Salin rédigent un document sur « l’enseignement et la recherche en science économique », dans lequel ils insistent sur la « contribution à peu près nulle » des facultés françaises à la recherche internationale tant au niveau de la théorie économique que dans le domaine des méthodes d’application (Pilisi et Salin, 1967).

25Deux autres séminaires vont se mettre en place au milieu des années 1960 avec la même volonté de pallier l’absence de structure d’accueil pour les jeunes chercheurs en science économique : le séminaire Aftalion et le séminaire Goezt-Girey.

26Créé en 1964, sous l’impulsion de Dominique Taddéi par un groupe de thésards, le séminaire Aftalion devient rapidement le plus important numériquement (environ 70 participants), car il occupe une place stratégique entre la chaire d’Henri Guitton et les Salles d’études économiques et statistiques (SEES) dirigées par Alain Barrère. Les collaborateurs techniques du séminaire étaient Jean Cartelier, Dominique Taddéi, Ghislain Deleplace Jean-Pierre Séréni et Daniel Vitry. Dès 1965, le séminaire se structure en groupes thématiques autour d’un responsable : « monnaie » (Cartelier), « répartition » (Frydman), « économie publique » (Chatelus), « politique économique » (Taddéi), « firme » (Marschenay). À partir de 1967, les groupes se restructurent autour du thème de la croissance : « croissance et commerce extérieur » (Valier, Gaubert, Benetti, Salama) ; « croissance et progrès technique » (Bramoulé, Deleplace, Cartelier) ; « croissance et besoins » (Gillard, Hénin, Mozère) ; « profit-investissement » (Berthomieu, Vitry, Sollogoub, Guillaume). À partir de 1970, le fonctionnement des groupes s’épuisa avec le départ de nombreux agrégés. Ensuite l’Équipe de recherche associée (ERA) du GEREI (Groupe d’étude des relations économiques internationales) sous la direction de Bernard Ducros draina une partie des effectifs ainsi que le groupe (informel) Épistémologie de Serge Latouche. Le dernier groupe du séminaire Aftalion (celui de Lucien Gillard) se dissout au début de 1972. Guitton va alors reprendre un séminaire Conjoncture qui va être reconnu par le CNRS comme unité de recherche associée (URA), Conjoncture analytique. D’un autre côté, Bartoli va appuyer la constitution d’un groupe qui commençait à travailler sur les fondements microéconomiques de la macroéconomie, en liaison avec le Centre d’économétrie (on parlera de la phase « mic-mac »). Les premiers participants sont Blondel, Hénin, Pollin, Béraud, Favereau et d’Autume. Le Centre d’économétrie, copiloté par Guitton et Hénin, va fusionner le groupe « mic-mac » et le séminaire de conjoncture analytique pour créer le CAD (Conjoncture et analyse des déséquilibres). Le CAD se transformera en MAD (Macroéconomie et analyse des déséquilibres) qui sera, sous l’impulsion d’Antoine d’Autume, le centre de recherche qui formera toute une nouvelle génération d’économistes.

27Le séminaire Goetz-Girey se présentait, quant à lui, dans un projet de charte daté de 1966 comme « un groupe universitaire de réflexion théorique et de recherche économique ». Il est clairement précisé que « la ligne générale qui a présidé à la fondation du séminaire porte sur les finalités de la science économique, notamment par rapport à la politique économique » ; il est même ajouté :

  • 6  Séminaire Goetz-Girey, « Charte du séminaire », 1966. Cette charte est disponible sous forme de do (...)

L’économie est une science politique, elle doit avoir pour tâche première d’informer les agents dont les capacités de décision retentissent de façon particulière sur tout ou partie de la population. […] À ce titre, elle reste une science de l’homme : l’Économique ne peut se limiter à l’étude de cet « homo-œconomicus » dont le postulat de rationalité fonde de façon si contraignante la majeure partie de nos analyses. Elle doit tenter d’intégrer les théories du comportement que psychologie et sociologie élaborent actuellement.6

28Parmi les membres de ce séminaire, on peut citer : Édith Archambault, Michèle Fardeau, Michel Vernieres, Xavier Greffe et Jérôme Lallement. Les documents de ce séminaire permettent d’identifier les sujets abordés : le modèle d’équilibre général avec l’intervention des biens publics ; l’analyse de l’optimum de second ordre ; les biens collectifs purs, l’économie des services publics, l’étude appliquée au logement, l’articulation entre le plan et le budget, l’intégration des services collectifs dans la comptabilité nationale, les approches contemporaines de l’économie de l’éducation, la bureaucratie, etc.

29Il est clair que la division entre les trois séminaires de recherche recouvre en partie des découpages idéologiques, mais dans chacun des séminaires se trouvent des partisans d’une science économique modélisée et abstraite. On retrouvera dans les nouvelles facultés de sciences économiques qui sont créées après 1968 beaucoup des membres de ces trois séminaires. C’est la génération des universitaires qui conduira le processus de normalisation de l’enseignement et de la recherche en sciences économiques en France pendant les années 1970-1980.

30Ajoutons que cette dynamique des séminaires va s’étendre au-delà de l’Université. On peut donner comme exemple la mise en place, au début des années 1970, du service économétrique de la Banque de France, qui va contribuer au renouvellement de la pensée monétaire en France, avec un rôle central joué par Gérard Maarek et Vivien Levy Garboua. À l’INSEE, un séminaire est organisé en 1974-1975 autour des recherches de Michel Aglietta à partir de sa thèse soutenue en 1974 et publiée quelques années plus tard (Aglietta, 1997) ; ce sera le début des travaux de l’école de la régulation.

L’essor tardif des centres d’expertise et la professionnalisation de la discipline

31La figure de l’économiste comme expert est révélatrice de la capacité à professionnaliser une discipline. C’est un enjeu qui est apparu de plus en plus clairement aux économistes français depuis les années 1980-1990. La position des experts était auparavant d’ordre institutionnel : ils étaient identifiés par l’école d’origine et l’appartenance à un corps de l’administration. Les économistes ingénieurs ont occupé une place centrale dans ce travail d’expertise économique à l’INSEE, à la Direction de la prévision, au Commissariat général au Plan.

32La professionnalisation des économistes s’est accélérée avec l’organisation des économistes par champs comme la finance, la santé, les transports, l’environnement, l’énergie, etc. Dans chacun de ces domaines, l’analyse économique a développé des outils pour aider les décideurs publics et privés à mettre en œuvre de nouvelles organisations (création de marchés ou nouvelles régulations sectorielles, expérimentations pour évaluer l’impact d’une réforme, etc.). On est entré dans l’ère de l’economic designcomme l’écrit Hal Varian (2002) dans un article du New York Times.

33Ce processus a pris une ampleur particulière aux États-Unis, car les services publics mobilisent des conseillers qui ne sont pas des fonctionnaires et qui doivent donc s’appuyer sur une légitimité professionnelle combinant la position académique et l’insertion dans les réseaux de décideurs qui font appel aux experts. Nouriel Roubini est un exemple emblématique d’économiste très médiatisé qui a développé son propre cabinet de conseil (RGE Monitor).

  • 7  Voir par exemple le rapport de Philippe Aghion (2010).

34Aujourd’hui, en France, avec la mise en place d’agences, de conseils, de cabinets d’analyse, de job market, de think tanks, on assiste aussi à ce mouvement de professionnalisation des économistes, qui participent de plus en plus à un marché international des experts. On constate d’ailleurs que la question de la professionnalisation est au cœur de nombreuses réflexions sur la performance des universités7 ou sur le statut des universitaires (Gary-Bobo et Trannoy, 2009a et 2009b). On pourrait multiplier les exemples où les économistes recourent à leurs outils d’analyse pour penser ces sujets qui traitent de la professionnalisation.

35On peut avoir plusieurs lectures de cette transformation qui touche à la fois l’enseignement, la recherche et les carrières des économistes français. La première interprétation peut se faire en termes de valorisation : les économistes, pour développer leurs recherches, doivent à la fois s’adresser au réseau académique, aux diverses agences qui font de l’expertise économique, et aux fondations qui soutiennent les programmes de recherche. Une deuxième lecture repose sur une interprétation critique des rapprochements de la profession avec les acteurs politiques et économiques, car les réseaux « non scientifiques » seraient de plus en plus influents dans les déroulements de carrière des chercheurs et dans l’orientation des analyses produites par les économistes. Enfin, une troisième vision relève du constat : les économistes travaillent sur des sujets qui n’échappent pas à la logique de la mondialisation ; il y aurait donc entre les objets d’étude, les réseaux de chercheurs et les organisations en charge du travail d’expertise une grande tendance à la normalisation internationale. Il serait simpliste de choisir une seule explication, le véritable problème est dans la compréhension des interactions entre les différentes forces à l’œuvre.

36Si les trente dernières années ont été marquées par une normalisation de la discipline avec une professionnalisation des économistes français qui ont adopté des standards internationaux, cette transformation ne s’est pas opérée sans résistances ni débats. On peut citer, par exemple, l’Association pour la critique des sciences économiques et sociales, créée en 1973 sous l’impulsion de Michel Beaud et Claude Servolin, le mouvement étudiant Autisme-économie lancé en 2000 avec une pétition de soutien de professeurs (voir Fitoussi éd., 2001), la création récente de l’Association française d’économie politique (AFEP), initiative d’économistes qui défendent « la pluralité des approches ». À signaler également, à l’international, la création de l’Institut of New Economic Thinking(INET) en 2009. Hélène Rey, qui participait à la conférence inaugurale de cet institut, rappelait à cette occasion :

Les travaux de recherche en économie sont loin de constituer un bloc monolithique qui serait porteur du message dogmatique habituel : les marchés sont efficients et s’autorégulent. En fait, une grande partie de la recherche en économie des dix ou vingt dernières années s’est focalisée sur les problèmes informationnels et les imperfections des marchés. (Rey, 2010)

37Avec la crise économique on a vu se multiplier les tables rondes sur des sujets comme : « à quoi servent les économistes ? » C’est l’opportunité de développer une réflexion constructive sur les formations en économie, l’organisation de la recherche et le développement de l’expertise.

Haut de page

Bibliographie

Aghion Philippe, 2010, L’excellence universitaire et l’insertion professionnelle. Leçons des expériences internationales, rapport à Mme Pécresse, ministre de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, Paris.

Aglietta Michel, 1997 [1976], Régulation et crises du capitalisme, Paris, Odile Jacob.

Bungener Martine et Joël Marie-Ève, 1989, « L’essor de l’économétrie au CNRS » [en ligne], Cahiers pour l’histoire du CNRS, no 4, [URL : http://www.histcnrs.fr/BunJo.pdf], consulté le 30 mars 2011.

Charles Christophe, 1994, La république des universitaires, 1870-1940, Paris, Le Seuil.

Dard Olivier, 1998, « Économie et économistes des années trente aux années cinquante : un tournant keynésien ? », Historiens et géographes, no 361, p. 173-196.

Dockès Pierre, Frobert Ludovic, Klotz Gérard et Potier Jean-Pierre éd., 2000, Les traditions économiques françaises (1848-1939), Paris, CNRS.

Fitoussi Jean-Paul éd., 2001, L’enseignement supérieur de l’économie en question, Paris, Fayard.

Fourcade Marion, 2002, « Les économistes français et leurs discours : traditions nationales et science universelle », Sciences de la société, no 55, p. 29-39.

2005, « Les économistes américains entre professionnalisme scientifique et scientisme professionnel » [en ligne], actes du colloque Traditions nationales en sciences sociales, Amsterdam, 6 et 7 mai, [URL : http://www.espacesse.org/files/ESSE1129720289.pdf], consulté le 30 mars 2011.

2009, Economists and Societies. Disciplines and Profession in the United States, Britain and France, 1890s-1990s, Princeton, Princeton University Press.

Fyot Jean-Louis, 1952, Dimensions de l’homme et science économique, Paris, PUF.

Gary-Bobo Robert et Trannoy Alain, 2009a, « Première partie : analyse économique de la tenure », Commentaire, no 127, p. 653-668.

2009b, « Deuxième partie : pour une réforme du statut des enseignants-chercheurs », Commentaire, no 128, p. 991-995.

Guitton Henri, 1945, Le catholicisme social, Paris, Publications techniques.

Jeanneney Jean-Marcel, 2007, « La création de l’OFCE », Revue de l’OFCE, no 102, p. 11-14.

Le Van-Lemesle Lucette, 1985, « Les professeurs d’économie politique et la notion de recherche (1896-1939) », Le personnel de l’enseignement supérieur en France aux xixe et xxe siècles, C. Charles et R. Ferré éd., Paris, CNRS, p. 250-274.

2004, Le juste ou le riche. L’enseignement de l’économie politique, 1815-1950, Paris, CHEFF.

Pénin Marc, 1996, « La Revue d’économie politique », Les revues d’économie en France (1751-1994), L. Marco éd., Paris, L’Harmattan, p. 157-196.

Piettre André, 1950, Humanisme chrétien et économie politique, Strasbourg, F.-X. Le Roux.

Pilisi Daniel, Salin Pascal, Milleron Jean-Claude, Wolfelsperger Alain et Claassen Emil, 1965, Une contribution à la théorie du revenu permanent, Paris, PUF.

Pilisi Daniel et Salin Pascal, 1967, « L’enseignement et la recherche en science économique : la situation française », document ronéoté.

Prost Antoine 1990, « Préface », La république des savants. La recherche française et le CNRS,J.‑F. Picard éd., Paris, Flammarion.

Rey Hélène, 2010, « Les économistes en sortie de crise », Les Échos, 21 avril.

Rosanvallon Pierre, 1987, « Histoire des idées keynésiennes en France », Revue française d’économie, vol. 2, no 4, p. 22-56.

Varian Hal, 2002, « Avoiding the pitfalls when economics shifts from science to engineering », New York Times, 29 août.

X-Crise, 1982, De la récurrence des crises économiques, son cinquantenaire, 1931-1981, Paris, Economica.

Haut de page

Notes

1  On peut citer par exemple : « Le rôle économique de l’État » en 1922 ; « Les nouvelles conditions de la vie industrielle » en 1929 ; « Le désordre de l’économie internationale et la pensée chrétienne » en 1932 ; ou « Les exigences humaines de l’expansion économique » en 1956.

2  Expression utilisée par l’Association des amis de François Perroux.

3  À l’exception d’une étude de John Nicoletis dans le Bulletin du centre en juin 1933 (Dard, 1998, p. 178).

4  Le conseil de l’ISRES est composé d’Aftalion, Augé-Laribé, Bouglé, Divisia et Simiand. Laufenburger remplacera Simiand, décédé en 1936. Perroux y entre en 1941, suivi par Jeanneney, Marjolin et Lemaître.

5  Service des études économiques et financières créé par Claude Gruson.

6  Séminaire Goetz-Girey, « Charte du séminaire », 1966. Cette charte est disponible sous forme de document ronéoté dans les archives personnelles du séminaire confiées à l’auteur.

7  Voir par exemple le rapport de Philippe Aghion (2010).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Pascal Le Merrer, « L’affirmation de l’économie comme discipline scientifique : une histoire française particulière », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 24 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/5313 ; DOI : 10.4000/traces.5313

Haut de page

Auteur

Pascal Le Merrer

professeur agrégé (PRAG) en économie à l’ENS de Lyon, responsable du site DGESCO et directeur général des Journées de l’économie

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page