Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Art contemporain et sciences humaines : usages réciproques

Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! Retour sur une recherche collaborative

Christelle Alin et Céline Chazalviel
p. 67-78

Résumés

En revenant sur l’exposition Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre, qui s’est tenue à la Villa Arson de février à mai 2010, nous essaierons de spécifier le fonctionnement d’un projet de recherche dans le domaine de la création artistique. La description de la mise en place de l’exposition (définition du sujet, sélection des œuvres, séminaire) et de son déroulement (médiation, résidences, événements, rédaction du catalogue) nous permettront d’éclairer les différentes collaborations instaurées pour ce projet et de faire un bilan de leur intérêt pour notre travail de médiation.

Haut de page

Texte intégral

1La Villa Arson a la particularité de réunir au sein d’une même institution un Centre national d’art contemporain, une École nationale supérieure d’art, des résidences d’artistes et une médiathèque, soit un contexte favorable pour expérimenter les articulations entre pratiques artistiques, pratiques théoriques et pratiques de transmission. Cependant, l’institution de cadres collaboratifs entre ces différentes entités autour d’un projet commun a davantage valeur d’exception que de règle. De fait, un artiste invité pour une résidence ou une exposition, un commissaire d’exposition, un enseignant et un étudiant en école d’art sont autant d’acteurs de la recherche artistique qui entretiennent des relations constantes. Les collaborations se mettent en place de manière souvent empirique et les questions de méthodologie, de formalisation, de restitution de la recherche ne sont pas collectivement débattues et partagées. Nous proposons donc ici de revenir sur la spécificité de Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! en décrivant l’organisation et la conceptualisation générale du projet, et en rendant compte des différents cadres collaboratifs qui ont été institués tout au long de l’exposition.

Le projet de recherche

  • 1  Ce terme est d’ailleurs communément partagé par les enseignants et les étudiants pour qualifier le (...)

2Le terme de « recherche »1 est sans doute défini avec plus de précision dans le champ universitaire : dans le contexte qui est le nôtre, on pourrait énoncer que le projet de recherche s’apparente à une ou plusieurs problématiques établies à partir d’une analyse de la scène artistique et des enjeux théoriques contemporains. Il s’agit d’expliciter et de documenter des questionnements, de les mettre en débat, de faire émerger une multiplicité de points de vue, plutôt que de chercher à arrêter une position ou d’aboutir à une réponse. Se saisir de cette recherche, c’est accepter de naviguer entre les formes de l’oralité, de l’écriture et de l’espace d’exposition.

La définition du projet

3Le projet Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! est singulier à plusieurs titres : il a réuni pour la première fois autour d’une recherche l’équipe du centre d’art, des enseignants et des étudiants de l’école d’art, des artistes, et des invités issus du monde universitaire (principalement mais pas exclusivement) ; il s’est inscrit dans la durée (novembre 2008 - février 2011) ; il s’est déployé en plusieurs formats : séminaire, expositions, workshops, événements publics, publications. Concernant le service des publics, il a permis d’initier des collaborations inédites, de poser les questions relatives à la médiation au sein du projet artistique et de concevoir des dispositifs spécifiques. En quelques mots, l’objet de la recherche était l’étude des paradoxes de la communication et de la traduction (malentendus, altérations, incompréhensions, apories, confusions, ratages et autres contresens) dans le champ de la création contemporaine. Le point de départ était un projet d’exposition d’Éric Mangion, directeur du Centre national d’art contemporain de la Villa Arson, auquel Sébastien Pluot, enseignant à l’école supérieure d’arts d’Angers, et Dean Inkster, auteur et enseignant à l’école régionale des beaux-arts de Valence, ont été associés en tant que commissaires, du fait d’une convergence d’intérêts autour de ces problématiques. Le titre retenu pour cette exposition juxtapose des références qui permettent de donner un aperçu de l’ancrage théorique du projet, comme cet extrait du communiqué de presse permet d’en prendre la mesure :

L’expression double bind seréfère ici à la « double contrainte » que toute traduction, selon le philosophe Jacques Derrida, impose comme impératif : la nécessité et l’impossibilité sont contenues dans tout énoncé linguistique, de la transposition d’une langue dans une autre. Si un énoncé fait nécessairement appel à la reconnaissance, la compréhension, et l’interprétation (sa traductibilité), il demande également que l’on respecte ce qui en lui échappe à la traduction, la part intraduisible qu’il recèle et qui constitue son caractère propre ou unique, son idiome. L’injonction Arrêtez d’essayer de me comprendre ! se réfère au psychanalyste Jacques Lacan et à la réponse qu’il aurait faite à l’un de ses auditeurs trop soucieux de vouloir saisir le sens de chacun de ses propos. Il s’agit, en l’occurrence, d’un exemple classique du Double Bind tel quel’a théorisé l’anthropologue Gregory Bateson dans les années 1950 : le destinataire d’une telle injonction, ne pouvant y répondre sans y déroger, est placé dans une situation de dilemme et d’incertitude.

Le séminaire (novembre 2008 - mars 2010)

  • 2  Ce séminaire a bénéficié du soutien du ministère de la Culture et de la Communication – Délégation (...)

4Éric Mangion a initié un séminaire à destination de l’équipe du centre d’art et d’un groupe d’une dizaine d’étudiants de l’école d’art, avec l’intention de mettre en place les conditions d’un accompagnement théorique de l’exposition, ou plutôt des expositions2. En effet, dès le lancement du séminaire, il a été proposé aux étudiants impliqués de concevoir des pièces en écho aux enjeux du projet en vue d’une exposition en galerie d’essais (espace expérimental pour les accrochages des étudiants), programmée en parallèle de celle du centre d’art. Ce séminaire a été piloté par des enseignants de la Villa Arson, Éric Duyckaerts et Joseph Mouton, ainsi que par Sébastien Pluot, commissaire de l’exposition. Le choix des intervenants s’est fait de manière collégiale, mêlant universitaires, auteurs, artistes, et cette diversité d’approches a été une richesse du séminaire.

5Ainsi, Jean-Pierre Cometti, professeur des universités et directeur du département de philosophie de l’Université de Provence (Aix-Marseille 1), a proposé une intervention sur le rapport au langage du point de vue de la philosophie analytique, ou comment la littérature (la lecture de Robert Musil) peut dénouer la philosophie (celle de Wittgenstein). Yves Winkin, professeur des universités en sciences de l’information et de la communication et directeur délégué adjoint à la recherche à l’École normale supérieure de Lyon, a discuté l’héritage du double bind de Gregory Bateson. Éric Duyckaerts, artiste et professeur à l’École nationale supérieure d’art de la Villa Arson, a proposé une introduction à la théorie des types logiques de Bertrand Russell, ou comment le double bind de Gregory Bateson est une infraction à cette théorie. Joseph Mouton, auteur et professeur d’esthétique à l’École nationale supérieure d’art de la Villa Arson, a partagé une réflexion sur la notion de double bind appliquée à l’enseignement de l’art et à l’art en général, puisque l’on peut considérer qu’il s’agit d’un univers à intelligibilité variable. Joris Lacoste, artiste, a explicité un principe d’écriture consistant à retrouver un rapport à l’anglais qui précéderait l’apprentissage de la langue. Il a également présenté Hypnose, un projet développé depuis 2004. Antoine Poncet, artiste, a présenté son Anthologie du charabia et des langues contrefactuelles. Fabien Vallos, écrivain, philosophe et éditeur, professeur à l’école des beaux-arts de Bordeaux, à l’école supérieure des beaux-arts d’Angers et à l’École nationale supérieure de photographie d’Arles, a proposé le modèle d’une herméneutique matérielle. Marcella Lista, historienne de l’art et responsable de la programmation en art contemporain et architecture à la direction de l’auditorium du Louvre, a analysé les pratiques de conversion des images en sons ou inversement chez Raoul Hausmann, László Moholy-Nagy, Oskar Fischinger et Rudolf Pfenninger. Fabrice Reymond, auteur, a livré une histoire de la partition, du chemin de croix à l’art conceptuel.

6Revenons, dans cette contribution, sur les modalités d’intervention propres aux deux universitaires que sont Yves Winkin et Jean-Pierre Cometti. Chacun a été invité à intervenir selon deux modalités différentes : l’une était une séance informelle destinée aux participants du séminaire autour d’une table, et l’autre était une conférence en amphithéâtre destinée à l’ensemble des étudiants. Précisons qu’en amont de leur venue, nous avions été incités à lire quelques textes de ces chercheurs qui avaient été préalablement acquis par la médiathèque. Dans le cadre de la séance du séminaire (d’une durée de trois heures), nous avons pu constater que la parole circulait, que des questions étaient soulevées, des points de vue énoncés, des expériences contées, etc. Les deux intervenants ont aussi exprimé leur implication personnelle dans leurs recherches, relatant des éléments biographiques pour éclairer l’évolution de leurs parcours, de leurs objets d’intérêt et de pensée. Lors de la conférence, nous étions dans une transmission de connaissances adaptée au dispositif frontal, le mode d’adresse était plus anonyme, et malgré la qualité des interventions, elles n’ont pas donné suite à des échanges, comme cela peut être couramment constaté dans ce type de contexte. Nous avons ainsi pu mesurer l’écart existant entre participer à un séminaire et assister à une conférence. Au terme du séminaire, pour tenter d’objectiver les apports distinctifs des intervenants, il nous a semblé qu’avec les artistes invités, qui ont ensuite participé au projet d’exposition, il s’agissait d’approfondir notre problématisation du projet d’exposition, par une meilleure connaissance de leur travail, tandis que les interventions d’universitaires nous ont davantage permis d’élargirle champ théorique général, de manière complémentaire.

  • 3  [URL : http://seminairedoublebind.blogspot.com/], consulté le 6 janvier 2011.

7Entre ces différentes interventions, les étudiants ont pris part à l’animation du séminaire en proposant des exposés sur des pratiques artistiques en lien avec les problématiques explorées. Un blog-archive3 ainsi qu’une liste de diffusion favorisaient les mises en commun et les échanges d’informations et de références entre les participants, pendant la durée du séminaire.

Les expositions

L’exposition des étudiants : Hein ? (5-29 février 2010)

8Les étudiants ayant suivi le séminaire, et d’autres les ayant rejoints, ont présenté une exposition en écho à celle du centre d’art. Il s’agissait d’utiliser la matière théorique collectée à l’occasion des interventions comme un nouveau répertoire pouvant alimenter la pratique de chacun des étudiants. Les œuvres présentées étaient toutes réalisées spécifiquement pour le projet mais sans proposition curatoriale englobante. Il s’agissait davantage d’une somme de réponses possibles à ce contexte. Un fanzine, édité pour le vernissage, fédérait les approches en réunissant des sources, productions textuelles, sonores et iconographiques des étudiants.

L’exposition du centre d’art : Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! (5 février - 30 mai 2010)

9Pour les commissaires Dean Inkster, Éric Mangion et Sébastien Pluot, la question de la traduction, et des possibles vertus des incompréhensions, pouvait être entendue dans différents domaines et selon plusieurs entrées. Sans apparaître explicitement dans l’accrochage, ces axes ont guidé le travail de sélection des œuvres. Selon les commissaires, « la traduction peut être entendue dans le discours, comme dans le passage d’une langue, d’un médium ou d’une technologie à une autre. Les œuvres soulignent toutes l’écart entre le signe et le référent, inhérent au langage » (extrait du communiqué de presse). La traduction est donc à comprendre « au sens large, comme ce qui désigne non pas un simple outil de transmission inter-linguistique, mais un processus formel, voire un moyen créatif, dans la conception et l’interprétation de l’œuvre » (ibid.).

10Pour aborder quelques pistes, commençons par évoquer la phrase de Jacques Lacan « Arrêtez d’essayer de me comprendre ! », qui met sur la voie des limites du langage, sur la notion d’incommunicabilité, que l’on retrouve dans l’exposition avec, entre autres, Mel Bochner et son Language Is Not Transparent (1966-1973) et Bas Jan Ader dans sa vidéo I’m Too Sad To Tell You (1971), dont les titres sont explicites. L’idée du « fantôme dans la machine » (« Ghost in the machine ») nous amène sur le terrain des avancées technologiques (télégraphie, téléphonie, internet etc.), qui convoque La condition postmoderne de Jean-François Lyotard, et de manière plus ciblée encore Telephone Book, Telephony, Schizophrenia, Electric Speech d’Avital Ronell. On pense alors à la Black Box du Cercle Ramo Nash, dont le principe est d’adresser une série de questions au visiteur via l’interface informatique pour tenter de dresser le portrait de l’artiste idéal tandis qu’Extended Phone,sculpturede Christian Marclay, renvoie au leurre de la communication par téléphone : se sentir dans l’intimité de son interlocuteur alors que l’on est physiquement éloigné. Avec la théorie des correspondances et les paramétrages computationnels, le principe de traduction peut aussi être envisagé comme la transposition d’un médium vers un autre. L’artiste Ma Chong par exemple proposait, avec Ville invisible, une sculpture pour laquelle ont été mises en relation les données chiffrées de la superficie de l’espace habitable et de la population de la ville de Shanghai depuis 1980. Il s’agissait d’une mise en volume, sous la forme d’une volée d’escaliers, de deux courbes dont l’évolution asymétrique donnait des marches très inclinées et assez peu praticables. Si des données peuvent être traduites en sculpture, des œuvres existantes peuvent aussi être réinvesties, réinterprétées par d’autres artistes. C’est ce qui pourrait correspondre à la question de l’original et son double, qui renvoie assez largement aux pratiques appropriationnistes depuis les années 1960-1970, non représentées dans l’exposition mais dont certaines œuvres, relevant d’une pratique de citation, d’interprétation, et renvoyant à l’idée de critique institutionnelle, pourraient se revendiquer. On pense alors à Yann Serandour qui a fait dialoguer son chat avec celui de Marcel Broodthaers à partir de l’enregistrement d’une interview de ce dernier avec son propre chat en 1970. Interview With a Cat devient en 2010 New Interview With a Cat,alors diffusée, non pas dans les galeries, mais depuis un buisson du jardin. L’interprétation des rêvesest un domaine qui trouve un prolongement dans les expériences hypnotiques, médiumniques et télépathiques. Avec la Dreamachine de Brion Gysin et Ian Sommerville, le visiteur était invité à s’installer, fermer les yeux et sentir (voir) s’animer la lumière. Ce système plonge dans un demi-sommeil, un rêve éveillé et coloré, tandis que La Maison fantôme de Christophe Berdaguer et Marie Péjus convoque l’esprit de Le Corbusier via un médium, afin de dessiner les plans d’une maison. Ces exemples, non exhaustifs, permettent de dessiner un champ élargi de ce que l’on entend ici par traduction, et de la façon dont cette question a été mobilisée dans le choix des œuvres exposées.

Les résidences et le week-end de clôture : développement et prolongement de la réflexion

  • 4  Les résidences d’A Constructed World, Jérôme Allavena et Joris Lacoste ont bénéficié du soutien du (...)

11En lien avec l’exposition, le programme de résidence4 de l’année 2010 (de janvier à juin) a permis d’accueillir des artistes participant à l’exposition et dont les propositions étaient amenées à évoluer ou à se construire pendant cette période, prolongeant la recherche sur les questions fédératrices de l’exposition.

  • 5  « Il s’agit d’une lecture qui parcourt des histoires culinaires et leurs conséquences philosophiqu (...)
  • 6  Voir sa pièce sonore présentée dans l’exposition, Au musée du sommeil, qui consiste en la restitut (...)
  • 7  Les jeux W sont des performances où chacun est libre de participer, soit comme spectateur, soit co (...)

12Les artistes d’A Constructed World (Jacqui Riva et Geoff Lowe) ont conçu un programme d’interventions dans le cadre de leur projet Explaining Contemporary Art to Live Eels, les anguilles ayant un mode de communication par impulsions électriques qui reste assez mystérieux. Autour du bassin des anguilles sont intervenus un spécialiste de la génétique du développement normal ou pathologique, une architecte, une chorale, des artistes et des critiques d’art. Le temps de l’exposition était envisagé comme celui du contact entre les anguilles et l’art contemporain avant qu’elles soient relâchées dans leur milieu naturel. Les artistes mènent ainsi ce projet comme une véritable expérience. Ils ont également accompagné des visiteurs dans l’écriture de commentaires sur des œuvres de leur choix dans l’exposition, l’idée étant de recueillir des paroles singulières, de ne pas se cantonner aux discours des spécialistes. Erick Beltrán a poursuivi ses recherches sur la synesthésie notamment afin de préparer un « banquet synesthétique » pour la clôture de l’exposition5. La résidence de Joris Lacoste a été l’occasion de mener des séances dans le cadre de son vaste projet Hypnose, où il explore la manière dont les sujets hypnotisés assimilent les récits qu’il propose pendant les séances6. L’activation d’un des jeux W (conçus par Joris Lacoste et Jeanne Revel), le jeu du Tombeau, a pris la forme d’un workshop réunissant des étudiants de l’école d’art et nous-mêmes7. Si parmi les différents jeux proposés, le choix s’est porté sur le jeu du Tombeau, c’est qu’il repose sur une situation archétypale de double bind : créer de la disjonction dans une conversation qui doit toutefois être fluide et sembler naturelle et spontanée. Il a été présenté à l’occasion de la clôture de l’exposition, sous sa forme performantielle. Une équipe de joueurs s’est donc relayée pendant quatre heures, en public.

13Yann Sérandour a assuré, avec la complicité de Coline Sunier et Charles Mazé, la direction artistique de la publication depuis le début de sa résidence. Plutôt que d’un catalogue d’exposition, il s’agit d’un prolongement de l’exposition ayant vocation à une certaine autonomie. Avec une dimension anthologique et encyclopédique, cette publication entend baliser les champs de réflexions des commissaires et des artistes, créer des connexions entre les références et les œuvres, mais aussi témoigner de la sélection des œuvres et de leur mode d’exposition. Il s’agit d’organiser un ensemble de contributions des artistes du projet, car certaines œuvres présentées sous forme d’édition (celles de Mel Bochner, One Language to Another de Lawrence Weiner, Telepathic Piece de Robert Barry et Second Index des parenthèses de Raphaël Zarka) retrouveront tout naturellement leur place dans une publication et d’autres sont un prolongement spécifique pour le support imprimé (Mark Geffriaud, Erick Beltrán, Sylvia Kolbowski). C’est aussi l’occasion de réunir un corpus de textes de référence pour la question de la traduction (Walter Benjamin, Jacques Derrida, Friedrich Daniel ErnstSchleiermacher, Paul de Man), et, dans la mesure où il s’agit de textes déjà éprouvés (lus et annotés) par les commissaires et artistes, ils seront publiés dans leur mise en forme originale. Cela s’accompagne de textes rédigés par les commissaires pour développer certains axes de la problématique ou opérer un retour critique sur l’exposition, mais aussi de contributions d’artistes et d’auteurs (Fabien Vallos, Marcella Lista, Peter Tracey Connor, Nicholas Knight, Fabrice Reymond). Cette publication est envisagée comme un niveau d’interprétation supplémentaire du projet.

  • 8  Programme complet consultable à l’adresse suivante : [URL : http://www.villa-arson.org/index.php ? (...)

14Enfin, le week-end No comprendo (29 et 30 mai 2010)8 clôturait l’exposition par une invitation faite à des artistes et des théoriciens de proposer des situations, des dispositifs, des performances mettant en jeu des formes d’échanges et de transmission qui manifestaient les vertus des malentendus, des injonctions paradoxales et autres incompréhensions. Jusqu’à la fin donc, l’exposition a mobilisé des intervenants variés, invités à prolonger la réflexion par divers formats (lectures, performances, projections…) – autant d’aspects qui trouveront une pérennisation dans la publication du catalogue, où textes théoriques et propositions artistiques se jouxteront, donnant la mesure de leur imbrication constante tout le long du projet.

La médiation : collaborations et expérimentations

Les artistes prennent part à la médiation de l’exposition

  • 9  Alice 1.0 Beta, du nom du premier texte manipulé de la sorte par l’artiste, Alice au pays des merv (...)
  • 10  Ainsi, la vidéo A Tank Translated d’Omer Fast, qui présente le témoignage de quatre soldats de l’a (...)

15La médiation a été entièrement conçue en relation aux questions soulevées par l’exposition, notamment les multiples logiques d’interprétation des œuvres. Les outils habituels de la médiation (cartels, édition d’accompagnement, Audioguide, espace de documentation) ont fait l’objet de productions confiées à des artistes invités dans le cadre du programme de résidence. L’ensemble de ces œuvres spécifiques étaient exposées dans l’espace de la galerie carrée conçue dès lors comme la « boîte noire » de l’exposition, lieu de stockage d’informations in progress, convoquant la mémoire et les capacités d’appropriation du visiteur. Trois artistes ont plus spécifiquement participé à la médiation écrite. Jérôme Allavena a réalisé un dessin mural de 17 mètres de large, consistant en une vaste carte de l’exposition, qui se voulait être une interprétation par le dessin de toutes les œuvres présentées, 90 au total. Il a également réalisé, à l’aide d’un logiciel de cryptage9, les cartels des œuvres : les notices de présentation sont ainsi devenues de petits et complexes graphiques. Antoine Poncet a proposé des extraits de son Anthologie du charabia sous la forme d’un audioguide. Les deux pièces d’Aurélien Mole, présentées dans l’exposition, avaient une importante charge réflexive liée au contexte général de l’exposition, l’une étant une bande originale mutique de l’exposition, l’autre de faux cartels infiltrés dans l’accrochage. Ces notices descriptives, dont l’artiste était l’auteur, parsemées d’éléments de pure invention avec toutefois un souci de crédibilité et d’inscription dans l’environnement de la Villa Arson, parasitaient habilement le dispositif conventionnel d’accompagnement d’une exposition10. Cette proposition dépasse largement la conception habituelle consistant à faire du lieu muséal, de l’institution et de l’œuvre d’art présentée, le vecteur de transmission unilatérale d’une connaissance à l’attention du visiteur. Ces codes étant déjoués, le visiteur étant mis sur la mauvaise voie, il est question du rôle que celui-ci a à jouer dans sa relation à l’œuvre.

  • 11  L’entretien était constitué d’une dizaine de questions envoyées simultanément aux trois commissair (...)

16Enfin, le graphisme du projet (signalétique de l’exposition et conception de la publication) a été confié à Coline Sunier et Charles Mazé. L’idée était de ne pas encombrer l’espace d’exposition avec une somme d’informations liées aux œuvres, pour que le visiteur ne soit pas détourné de l’expérience des œuvres par un volume trop important de textes à lire, compte tenu du grand nombre d’œuvres présentées. Ce choix n’a pour autant pas freiné la production de littérature en lien avec les œuvres. Un texte sur chaque œuvre et un entretien à l’aveugle11 avec les trois commissaires, mené par nos soins, était à disposition du public dans la galerie carrée. Ce plateau de 300 mètres carrés était une périphérie de l’exposition réunissant des œuvres appelées à évoluer, d’autres fonctionnant comme mémoire de l’exposition, des espaces de travail d’artistes en résidence, les médiateurs accueillant les visiteurs et la bibliothèque des commissaires et autres dossiers documentaires. L’espace dédié à la documentation et à l’accueil des visiteurs par les médiateurs (des étudiants de l’école d’art) habituellement situé à l’entrée du centre d’art avait été intégré au display de l’exposition. C’est sous une apparence encyclopédique, avec une cimaise recouverte, recto et verso, de ce qui prenait l’allure de deux grandes pages de dictionnaire que tout le contenu lié au projet et aux œuvres était proposé à la lecture, comme prologue et/ou épilogue à la visite. Chaque mention d’une œuvre renvoyait à un numéro dans le dessin mural de Jérôme Allavena, le visiteur avait alors accès à une interprétation des œuvres par le dessin et une autre par l’écrit, les deux se faisant face.

Les dispositifs de médiation

17Joris Lacoste a contribué à la conception et la mise en œuvre de dispositifs de médiation spécifiques à l’exposition, associé à Grégory Castéra (curateur et codirecteur des Laboratoires d’Aubervilliers). Nous les avons invités pour leur intérêt avéré pour les pratiques participatives dans le champ de la création. Étant donné les enjeux de l’exposition, la question du langage et de la traduction recouvrant celle du langage de l’art et de l’interprétation des œuvres comme traduction, le rapport à l’œuvre et les conditions d’accueil des visiteurs ne pouvaient être laissés au hasard. Ainsi, trois dispositifs de médiation ont été expérimentés. Misguided Tour consistait en la prise de parole d’un médiateur afin de présenter l’œuvre d’un artiste en présence d’une œuvre d’un autre artiste. L’idée était alors de décaler le moment de la découverte de l’œuvre par le visiteur et celui du commentaire, le réflexe étant fréquemment d’écouter le discours du spécialiste (le médiateur) sans faire l’expérience personnelle de l’œuvre. Celle qui était réellement commentée apparaissait plus loin dans le parcours de l’exposition, ce qui donnait alors l’occasion de faire le rapprochement entre le commentaire entendu et l’œuvre sur laquelle il portait. Le lien entre les deux pièces choisies par le médiateur pouvait être plus ou moins ténu, porter sur une proximité liée à la mise en espace ou les enjeux du travail. Un groupe d’étudiants du master Médiation et ingénierie culturelle (dirigé par Paul Rasse) de l’Université de Nice Sophia Antipolis, ayant suivi le projet Double Bind dès sa phase de conception, a activé ce dispositif en proposant aux visiteurs lors d’une nocturne à la Villa Arson plusieurs Misguided Tour en simultané dans l’exposition. Prédictions prenait la forme d’une séance divinatoire collective qui, en préalable à la visite, permettait de formuler ce que les visiteurs attendaient et/ou devinaient de l’exposition. Les participants étaient conviés, dans un espace dédié, à s’asseoir, à former un cercle en se tenant les mains (incluant le médiateur) et à fermer les yeux. Le propos se construisait en groupe, guidé par le médiateur qui jouait avec les modes d’adresse et un ton de voix empruntés à la figure du médium. Ce dispositif s’est avéré créer des passerelles avec l’exposition, certaines salles ou œuvres décrites pouvant se référer à un moment précis de l’exposition ou alors s’en éloigner franchement. La découverte de l’exposition, dans un second temps, se faisait en lien avec les énoncés de la séance. Ce dispositif s’est aussi révélé favorable à la prise de contact avec le groupe de visiteurs, et permet d’avoir une idée des représentations que les visiteurs ont de l’art en général et de l’exposition à visiter – en supposant qu’ils aient eu des informations préalables. Ma rétrospective était une visite de l’exposition menée par un artiste y participant, comme s’il s’agissait de son exposition personnelle. Il devait ainsi s’approprier et présenter le travail d’autres artistes. Les participants, eux, jouaient le jeu en connaissance de cause. Une seule visite de ce type a été menée par l’artiste Julien Bouillon, qui a procédé à une visite de type conférence en choisissant une douzaine d’œuvres le long de son parcours. Ses propos sur les œuvres consistaient à prendre à son compte les intentions des artistes sans ménager certains anachronismes ou bien à leur attribuer des histoires inventées de toutes pièces.

18La dimension de projet donnée à l’exposition Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! a avant tout été l’occasion du renouvellement d’une méthode de travail. Notre statut de participantes, au séminaire et au workshop des jeux W, a bien évidemment augmenté notre degré d’implication dans la préparation de l’exposition. Le temps de la recherche, bien supérieur au temps coutumier d’organisation d’une exposition, était pour nous la possibilité de partager des lectures avec les autres personnes impliquées, de préparer la venue de chaque intervenant et, chemin faisant, d’approfondir une réflexion et de la réorienter si nécessaire. Outre le travail collectif, la présence de collaborateurs a été l’occasion de renouveler le regard porté sur le contexte et la teneur du travail de médiation. La présence de Yaël Kreplak, pour qui la Villa Arson est devenu le terrain d’une recherche de thèse sur les situations interactionnelles de communication dans le secteur de l’art contemporain, a permis d’objectiver les situations de prises de parole (visites de groupes, accueil de visiteurs individuels mais aussi réunion d’équipe, accrochage de leurs œuvres par les artistes, etc.). Le principe d’invention prévalait à la conception de l’accompagnement de cette exposition, et il nous a semblé opportun de prendre une réelle distance avec nos dispositifs habituels : ainsi, les expériences du travail collectif et la volonté de déplacer certaines attentes de Joris Lacoste et Grégory Castéra ont eu, pour nous, un rôle émancipateur. Les perspectives ouvertes par le projet sont donc à la fois de multiplier et approfondir des projets conjoints avec l’école d’art, de reconduire cette réflexion sur le travail de préparation et d’accompagnement des expositions, mais aussi de poursuivre le travail en collaboration avec certains acteurs du projet. La Villa Arson accueillera d’ailleurs Des récits ordinaires, un projet curaté par Grégory Castéra, avec la participation de Yaël Kreplak, lié à la circulation des œuvres par la parole et l’idée que des récits puissent devenir des partitions des œuvres évoquées. La mise en exposition de l’Encyclopédie de la parole sera bientôt l’occasion d’une nouvelle invitation de Joris Lacoste. Enfin, ce sont véritablement les interventions de spécialistes et la mise à disposition d’outils théoriques relevant des sciences humaines combinées à des propositions artistiques qui ont pour nous constitué l’apport fondamental de ce projet de recherche : la nature d’un projet d’exposition problématisé et envisagé notamment comme un outil de réflexion suppose en effet une parfaite articulation des formes et des idées.

Haut de page

Notes

1  Ce terme est d’ailleurs communément partagé par les enseignants et les étudiants pour qualifier le travail de ces derniers – on évalue notamment un étudiant sur la conduite de sa recherche – et les notions de « laboratoire », d’« expérimentation » sont souvent convoquées par les acteurs de l’art contemporain.

2  Ce séminaire a bénéficié du soutien du ministère de la Culture et de la Communication – Délégation aux arts plastiques (DAP).

3  [URL : http://seminairedoublebind.blogspot.com/], consulté le 6 janvier 2011.

4  Les résidences d’A Constructed World, Jérôme Allavena et Joris Lacoste ont bénéficié du soutien du conseil général des Alpes-Maritimes, et celles d’Erick Beltrán et Yann Sérandour de la DRAC Provence - Alpes - Côte d’Azur.

5  « Il s’agit d’une lecture qui parcourt des histoires culinaires et leurs conséquences philosophiques en s’appuyant sur un programme gastronomique. Les plats choisis ont tous connu des changements au cours de leur histoire (traduction de leur recette, passage d’une culture à l’autre). Ils sont retenus en raison de l’histoire de leur conception ou de leur contexte de dégustation (l’histoire du goût), des connexions possibles entre ingrédients et présupposés philosophiques ou littéraires voire idéologiques. Cette œuvre s’inscrit dans la tradition des cérémonies de symbolisation de la nourriture partant du principe que la dégustation, la description d’un plat et l’assimilation de nutriments peuvent être concomitants au processus intellectuel » (nous rapportons ici les propos de Beltrán).

6  Voir sa pièce sonore présentée dans l’exposition, Au musée du sommeil, qui consiste en la restitution d’une expérience, énoncée par les personnes hypnotisées par l’artiste alors que celui-ci leur contait une déambulation dans un musée.

7  Les jeux W sont des performances où chacun est libre de participer, soit comme spectateur, soit comme joueur. Pour une présentation exhaustive, et plus particulièrement pour les règles du jeu du Tombeau, voir [URL : http://www.1110111.org/], consulté le 6 janvier 2011.

8  Programme complet consultable à l’adresse suivante : [URL : http://www.villa-arson.org/index.php ?option =com_content&view =article&id =129 %3Ano-comprendo&catid =98 %3Aservices-des-publics-archives&Itemid =200&lang =fr], consulté le 6 janvier 2011.

9  Alice 1.0 Beta, du nom du premier texte manipulé de la sorte par l’artiste, Alice au pays des merveilles.

10  Ainsi, la vidéo A Tank Translated d’Omer Fast, qui présente le témoignage de quatre soldats de l’armée israélienne (commandant, artilleur, chargeur et conducteur de tank) ayant combattu sur le site de la bande de Gaza, était accompagnée d’une notule précisant qu’il s’agissait de joueurs racontant leur expérience de trente-six mois sur Second Life à « se relayer pour incarner un mercenaire virtuel ».

11  L’entretien était constitué d’une dizaine de questions envoyées simultanément aux trois commissaires qui étaient invités à y répondre sans se consulter, l’idée étant de faire émerger les orientations propres à chacun afin de rendre perceptibles à la fois les complémentarités et les divergences.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Christelle Alin et Céline Chazalviel, « Double Bind – Arrêtez d’essayer de me comprendre ! Retour sur une recherche collaborative », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2013, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/5260 ; DOI : 10.4000/traces.5260

Haut de page

Auteurs

Christelle Alin

responsable du service des publics au Centre national d’art contemporain de la Villa Arson

Céline Chazalviel

chargée du public et du suivi des éditions au Centre national d’art contemporain de la Villa Arson

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page