Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Avant-propos

Avant-propos. « À quoi servent les sciences humaines » : un dialogue

p. 7-18

Texte intégral

  • 1  Si ce numéro s’ouvre par un avant-propos dont la forme est quelque peu originale par rapport à ceu (...)

1Ce troisième numéro « À quoi servent les sciences humaines » se situe dans la continuité de l’initiative lancée en 2008 par la revue Tracés et de la parution de deux hors-séries (2009 et 2010) auxquels celle-ci a donné lieu1.

2À la lisière de ce numéro, nous avons toutefois décidé d’emprunter une forme d’écriture jusqu’alors inexpérimentée dans le cadre de la revue. Une forme qui, bien que risquée, puisse rendre compte, peut-être mieux que ne le ferait un texte univoque, des discussions qui, depuis deux ans au moins, agitent la rédaction de la revue, et des réactions qu’ont suscitées les conférences et les hors-séries.

3Nous renvoyons aux avant-propos des deux premiers hors-séries celles et ceux qui souhaiteraient prendre connaissance de la méthode et des objectifs du cycle de journées d’étude « À quoi servent les sciences humaines ». Le lecteur ne trouvera ici, en revanche, qu’un dialogue perplexe et inachevé, fidèle aux interrogations que le comité de rédaction souhaite partager.

4Le comité de rédaction de Tracés

5: Je crois que je vais éviter ma famille pendant quelque temps… : Raconte-nous ! Que s’est-il passé ?

6: Je parie que tu as croisé un de tes oncles dans une réunion familiale et qu’il t’a demandé, pour la énième fois, quel métier tu avais finalement choisi après de si longues études…

7: Effectivement, il pense que je suis un éternel étudiant, qui n’est toujours pas sur le marché du travail, et qui, par conséquent, ne sert à rien ni à personne. Pour lui, lire de l’histoire est un loisir, un passe-temps. Mais si tu lui dis que tu veux en faire peut être une véritable profession, il te rit au nez…

8: J’imagine que comme beaucoup de personnes qui ne font pas de recherche ou qui n’enseignent pas, ton oncle ne conçoit pas que la recherche en sciences humaines puisse être un métier. Il est sans doute marqué par des modèles de scientificité plus répandus : celui de la « découverte » en physique par exemple, ou celui du « génie » associé aux mathématiques. Par ailleurs, il faut reconnaître que les applications des sciences humaines, s’il y en a, ne sont pas évidentes à discerner et définir…

9K : Mieux : même lorsque nous avons une discussion, entre nous doctorants, sur l’utilité des sciences humaines, nous avons bien du mal à nous mettre d’accord.

10: De fait, aucun d’entre nous n’a de position véritablement ferme et cohérente. De manière générale, les conversations sur ce sujet me semblent parasitées par deux stéréotypes très forts qu’il est difficile d’éviter. Nous sommes pris en tenaille entre ceux qui pensent qu’une science n’a d’utilité qu’à condition de servir des organisations particulières (la gestion des ressources humaines dans une entreprise, la croissance du PIB d’une société, la défense d’associations militantes, etc.), et ceux qui estiment que les sciences humaines n’ont de valeur que dans la culture générale qu’elles permettent d’acquérir.

11: Je ne suis pas sûr que nos propres divergences de points de vue puissent se résumer ainsi. Il faut entrer un tant soit peu dans le détail de cette question. Pour commencer, parler des « sciences humaines » en général, comme d’un bloc de savoirs qui serait homogène, me paraît discutable. Faire de l’économie n’implique pas le même rapport à la société que faire de l’histoire médiévale ou faire de la philosophie. La demande sociale n’est pas la même. Quelqu’un qui fait de l’économie aura franchement moins de mal qu’un philosophe à trouver des débouchés professionnels hors de l’enseignement et de la recherche.

12: Pour le coup, mesurer l’utilité d’une discipline par sa capacité à trouver des débouchés hors de l’enseignement et de la recherche me semble très caricatural. Cette vision-là présuppose d’emblée que l’enseignement et la recherche sont moins utiles que la finance ou l’informatique, par exemple. Elle signifie aussi que l’utilité d’une science se fonde sur le seul critère de l’insertion des chercheurs hors de l’Université, ou sur celui de la rentabilité proprement économique de la discipline. Penser de cette façon, c’est retirer aux chercheurs la possibilité de définir eux-mêmes, de l’intérieur même de leur pratique, la manière dont ils veulent et peuvent être utiles.

13: Si je suis ton raisonnement, les sciences humaines ne serviraient qu’aux chercheurs en sciences humaines ? Et ceux qui n’ont pas le temps, ni la possibilité, ni l’envie de faire ces sciences ne pourraient donc en retirer qu’une simple « culture générale » ?

14: Vous en restez vraiment à une opposition stérile entre débouchés professionnels et culture générale. On oublie trop vite que faire de la recherche peut tout à fait être considéré comme un métier comme un autre qui n’a pas à se justifier par d’éventuelles retombées pratiques. Pourquoi céder à l’injonction de l’autojustification permanente ?

15: Je pense aussi que nous avons tendance à enfermer ces sciences dans une alternative « pourvoyeuses de diplômes rentables sur le marché du travail » versus « filières à chômage ». Or, l’utilité d’une science peut se concevoir de façons diverses. Au sein de chaque discipline les retombées de certaines recherches ne concernent quasi-exclusivement que des chercheurs. Ces retombées peuvent être théoriques, empiriques, méthodologiques, etc. D’autres, en revanche, se situent plus volontiers ou plus facilement à la charnière de ce que les sciences « dures » appellent « recherche fondamentale » et « recherche appliquée ».

16: « Recherche fondamentale » ? En sciences humaines ? Tu veux parler de ces personnes enfermées dans leur tour d’ivoire, coupées de la société, et qui ne font jamais, ou presque, l’effort de se rendre compréhensibles auprès de ceux qui ne font pas la même chose qu’elles ?

17: « Fondamentale » ne veut pas dire ésotérique. Toute recherche et toute science sont en contact avec la société qui les environne, je vous l’accorde. Mais toutes les disciplines ne recherchent pas des applications ! Un philosophe, spécialiste de philosophie morale, ne cherchera pas forcément à influencer la bioéthique, ou bien un historien médiéviste peut refuser de devenir conseiller scientifique pour un film ou un musée. De la même manière, ce n’est pas parce que tu fais de la recherche en économie que tu souhaites que tes modèles ou ta théorie soient utilisés par un gouvernement. Tu peux vouloir faire de la recherche pour elle-même, et éviter ainsi de perdre le contrôle de tes résultats en t’engageant dans des coopérations dont tu ne cernes pas exactement les enjeux.

18: Certes, mais comme tu le dis toi-même : aucune recherche ne peut se trouver hors de la société. En France, une grande majorité des chercheurs sont payés par l’État pour avoir le temps de faire ce qu’ils font. D’autres sont financés par une entreprise ou un institut privé. Par conséquent, refuser de réfléchir aux applications de son travail, lorsqu’une demande ou une attente existent, ne me paraît pas défendable. La demande n’a d’ailleurs pas besoin d’être formulée explicitement, puisqu’elle est présente dans leur statut même de salarié. Cette situation implique, selon moi, que les chercheurs rendent des comptes, en pensant, notamment, aux usages possibles de leurs recherches.

19: Passer ses journées à vérifier l’exactitude des arguments qu’on avance, à viser la rigueur du raisonnement au moyen de concepts, et à échanger avec ses pairs pour s’assurer de la qualité de son travail, n’est-ce pas déjà une façon de rendre des comptes ?

20K : Tu es en train de décrire un monde de l’entre-soi, dont les chercheurs ne sortiraient plus. Ils risquent de devenir alors inintelligibles et inaudibles pour les non-chercheurs.

21M : Toute la difficulté est là : sortir de la recherche par la recherche, autrement dit parvenir à dialoguer avec des non-chercheurs sans renoncer aux exigences propres à une recherche de qualité. Or, face à ce défi, je ne pense pas que toutes les sciences humaines forment un ensemble homogène et puissent être considérées à partir des mêmes critères. Par exemple, la sociologie et les sciences politiques, qui sont des sciences empiriques, et, généralement, des sciences du temps présent, s’ancrent plus immédiatement dans la cité. Quant aux chiffres des économistes, ils me semblent plus aisément utilisables et manipulables par des personnes qui ne sont pas dans la recherche, que les concepts de la philosophie de l’esprit ou les éditions de textes anciens.

22: Tu penses donc que toutes les sciences humaines et sociales n’ont pas le même type de retombées en dehors de la recherche ?

23: Oui. Un sociologue, lui, peut répondre directement à une commande. Admettons qu’une association lui demande de comprendre comment des ménages cohabitant dans un logement insalubre et trop petit parviennent à survivre et au prix de quels efforts. J’imagine qu’en travaillant ainsi en lien direct avec des dirigeants et militants associatifs, il donne des éléments pour justifier une nouvelle politique du logement, tout en pouvant développer une réflexion théorique, d’ordre anthropologique, sur les façons d’habiter un espace. Mais le théoricien littéraire ? Le philosophe des mathématiques ? Ils seront sans doute peu amenés à collaborer directement avec des non-chercheurs. Peut-on dire pour autant qu’ils sont moins utiles ?

24: Non, je ne pense pas. Il est certes plus facile de voir les lieux dans lesquels les usages des sciences humaines sont institutionnalisés, que de discerner les influences diffuses que les sciences peuvent avoir. Mais je suis certaine qu’elles peuvent, par exemple, innerver les pratiques militantes d’individus ou de collectifs. En tout cas, la plupart du temps, l’utilité des sciences humaines n’est pas directe. Leurs usages ne sont pas visibles dans des coopérations de personne à personne ; ils se font en privé et passent par des canaux souterrains.

25: C’est-à-dire ? Comment penses-tu que les sciences humaines se diffusent, si ce n’est par l’enseignement ou par des coopérations directes ?

26: Tu peux tout à fait concevoir qu’un chercheur qui publie habituellement des articles dans des revues scientifiques puisse avoir une influence qui déborde le monde universitaire. Pense, par exemple, à un historien qui montrerait que l’accueil des immigrés dans la France de la fin du xixe siècle était complexe. Les Italiens émigrés notamment, accusés de voler le travail des Français, ont subi des violences. Imagine maintenant que ce chercheur soit confronté, dans un cadre privé, à un sympathisant du Front national qui justifie son positionnement politique par le caractère « particulier » de l’immigration maghrébine. Selon ce sympathisant, ce serait parce que les Maghrébins pratiquent l’islam qu’ils seraient difficiles à assimiler. L’historien dont je parle pourra le contredire en faisant référence à son travail argumenté et vérifié par des sources, montrant que l’« intégration » des Italiens, bien que catholiques, a rencontré de fortes résistances. Il peut ainsi contribuer à modifier un jugement politique, en se faisant le relais de travaux spécialisés. Les résultats des sciences humaines empruntent parfois, et à mon avis le plus souvent, ce genre de sentiers souterrains.

27: Qu’il faudrait davantage étudier, en se penchant sur les façons dont les sciences humaines sont reçues en dehors du monde universitaire et dont elles peuvent influencer des opinions et des jugements.

28: C’est un bon exemple. Cela étant, ce sont plutôt les « expertises » sur un temps court qui, aujourd’hui, se multiplient, et écrasent les usages plus labiles des sciences humaines, dont les temporalités sont souvent bien plus extensibles. Les entreprises, par les « baromètres sociaux » récurrents qu’elles commandent, les institutions publiques, prises dans la culture de l’évaluation, ou les associations, dont la légitimité repose en partie sur leur capacité d’expertise, font de plus en plus appel, en sollicitant des rapports, à des sociologues, des psychologues, des économistes, ou des philosophes.

29: Parler d’expertise, de coopération, d’usages par des non-chercheurs, d’influences souterraines est certes important pour comprendre l’utilité des sciences humaines. Mais encore une fois, vous passez trop rapidement sur le fait que la recherche nourrit aussi ses propres fins. Elle ne répond en fait que très rarement à des commandes extérieures, et tente surtout de se développer en écho aux questions qui sont posées par d’autres chercheurs. Les chercheurs, pourrait-on dire, servent les intérêts de la recherche…

30: Entièrement d’accord. L’expertise contraint les sciences humaines à se conformer à des demandes et à des situations particulières. Or, bon nombre de chercheurs revendiquent la liberté de choisir les objets et les terrains qu’ils estiment prioritaires, l’inutilité immédiate de leurs travaux ou la gratuité de leurs résultats, ne serait-ce que pour résister à une injonction diffuse selon laquelle toute activité devrait être économiquement rentable. J’y vois, pour ma part, un signe de bonne santé, dans la mesure où les sciences humaines et sociales servent avant tout l’intérêt général, et non les intérêts particuliers.

31: Sans doute, si l’on considère que les intérêts de la recherche correspondent à l’intérêt général. Et je le crois. Les chercheurs participent finalement au « progrès de la connaissance », compris dans le sens le plus général possible. Je ne vois aucun inconvénient à ce que cet idéal, que vous trouvez peut-être un peu vieillot, soit financé. Je préfère cela plutôt que de voir la recherche en sciences humaines et sociales aliénée à des logiques économiques qui lui sont étrangères, et qui souvent se fondent sur une conception étroite de ce que doit être la « croissance ».

32J : Mais, qu’entends-tu par « intérêt général » ? La recherche sert toujours des « intérêts » particuliers, qu’ils soient individuels ou collectifs, et les chercheurs sont toujours pris dans des rapports de pouvoir et de domination vis-à-vis desquels ils doivent prendre position. Il est par ailleurs illusoire de penser que le savoir ne subit pas les influences des logiques économiques.

33: Je pense, moi aussi, qu’il faut rendre justice à cet idéal des Lumières – je dirais même à l’argument humaniste selon lequel les « humanités » constituent un moyen pour l’homme d’élever son esprit et assumer ainsi sa condition.

34: Vous vivez donc dans l’illusion que les sciences humaines peuvent contribuer à moraliser l’homme pris en dehors de tout contexte ! Moi pas. Et les logiques économiques que vous évoquez ne sont absolument pas incompatibles avec un encouragement et un financement de la recherche en sciences humaines. Aux États-Unis, les humanités trouvent plus facilement des bailleurs de fonds du côté des acteurs du privé que du côté du public et de l’État. Pour autant que tu acceptes de définir les humanités comme un ensemble de pratiques intellectuelles et de techniques pédagogiques créant des capacités d’esprit critique, d’ouverture empathique, et de compréhension de la diversité des cultures.

35: Finalement, tu ne t’éloignes guère de notre position humaniste, puisque, selon toi, les sciences humaines contribuent à rendre les individus et les institutions plus compréhensifs les uns avec les autres. Elles auraient donc pour effet de favoriser le partage d’un monde commun.

36: Disons que j’aimerais y croire, mais en l’absence d’enquêtes précises sur les effets des sciences humaines, je vois plutôt dans ces propos une belle pétition de principe. Dans les faits, les sciences humaines sont au pire vues comme un vernis de culture, au mieux utilisées comme pourvoyeuses de contenus objectifs. Surtout quand elles peuvent fournir du chiffre !

37: Ce sont déjà des usages… Au moins est-il devenu impossible d’affirmer qu’elles ne servent à rien. En revanche, ce qui m’inquiète un peu dans la défense de la recherche pour elle-même, c’est que les chercheurs ne parviennent pas à se faire comprendre en dehors de la « communauté des chercheurs ». Cela explique en partie les questions de nombreuses personnes qui ne cernent pas ce que sont les sciences humaines.

38: Tu veux dire que les chercheurs ne valorisent pas assez ce qu’ils font ? Qu’ils ne vulgarisent pas assez leurs travaux ?

39: « Vulgariser » connote un rapport de supériorité entre chercheurs et non-chercheurs. Je préfère le terme de « traduction », pour désigner le passage d’un vocabulaire de spécialiste à un langage de non-spécialiste.

40: Pourtant, ce ne sont pas les moyens qui nous manquent aujourd’hui. Entre les médias, anciens comme la radio, ou nouveaux, comme les blogs ou les journaux numériques, la diffusion de la recherche est permise, voire encouragée.

41: Sans oublier que la « valorisation de la recherche » – l’expression désormais consacrée pour désigner ce que tu appelles « travail de traduction » – fait partie des critères actuels d’évaluation des chercheurs.

42: Oui, mais j’ai plutôt l’impression qu’avec le système de notation individuelle et la concurrence instaurée entre les universités au niveau mondial par les classements en tous genres, les chercheurs sont soumis à des injonctions contradictoires, qui ont des conséquences néfastes sur leur participation à la sphère publique. Ils doivent montrer qu’ils sont utiles socialement, donc participer à la « valorisation de la recherche », en même temps qu’ils doivent justifier leur excellence à l’intérieur de la sphère académique, tout en devant assurer des enseignements de qualité et participer à de multiples commissions. Face à l’ampleur de ces tâches, la plupart finissent par réduire leurs interventions dans l’espace public. Ils ne prennent pas ou plus le temps d’y exposer et d’y traduire les problèmes que leurs recherches leur ont permis de formuler, parce qu’ils préfèrent, ou sont obligés de privilégier d’autres enjeux. Que ceux-ci relèvent de la pédagogie, de leur carrière administrative, ou de leurs intérêts individuels de recherche.

43: Nous sommes donc loin, selon toi, d’une recherche qui parviendrait à participer à des controverses publiques. J’aimerais pourtant que la recherche soit un « bien public », saisissable à tous moments par tous ceux qui, dans leurs métiers ou dans leurs autres activités, se posent un problème et ont besoin de clés pour l’analyser et peut-être même le résoudre.

44: Certes, mais, à votre avis, comment faire de la recherche en sciences sociales une ressource commune, un bien collectif qui dépasse la seule communauté des chercheurs ?

45: Si l’on veut commencer à répondre à cette épineuse question, partons des usages les plus facilement observables – même si ceux-ci ne résument pas tous les effets qu’ont les sciences humaines dans la société. Je pense que les usages les plus visibles sont ceux qui impliquent une coopération entre chercheurs et non-chercheurs sur un projet précis : entre un artiste et un sociologue ou un théoricien littéraire, entre un économiste et un juge, entre un géographe et des militaires… En exhibant la diversité de ces utilisations des sciences humaines, nous pourrions peut-être faire comprendre que tout le monde, sans exceptions de classe, de genre, d’âge, etc., doit pouvoir participer à la recherche. Et, réciproquement, qu’il faut que la recherche participe aux questions que les gens se posent.

46: J’ai l’impression que ce projet suppose que tous les usages sont valables. En gros, tant qu’il y a des usages, tout va bien ! Or, certaines formes institutionnelles empruntées par ces sciences, ou certaines de leurs méthodes, peuvent ternir et fragiliser les pratiques extérieures à la recherche avec lesquelles elles sont en contact. Par exemple, les relations entre l’art et les sciences ne sont pas toujours heureuses… Plus généralement, les sciences sociales peuvent modifier les domaines d’activité qu’elles infiltrent, dans un sens qui ne convient pas toujours aux acteurs concernés. Ces derniers cherchent alors à s’émanciper du discours tenu sur eux par les sciences humaines et sociales.

47: Je trouve que cette question des effets, pris globalement, tend à effacer tous les rapports de force et les enjeux éthiques qui traversent l’usage des sciences. Il faut politiser tout cela ! Tous les usages de la recherche en sciences humaines ne sont pas souhaitables et positifs en soi. Il en existe de problématiques, pour ne pas dire de condamnables, moralement et politiquement.

48: Bien sûr, je suis d’accord avec toi pour dire qu’il existe de mauvais usages, mais je crois que ceux-ci dépendent finalement des conditions, matérielles et intellectuelles, dans lesquelles la recherche a été menée, en particulier du temps dont elle dispose pour se faire. Au fond, il n’y a pas de mauvais utilisateurs a priori : les étudiants, les photographes, les militants associatifs, les acteurs politiques ou les patrons d’entreprise doivent tous pouvoir se servir de la recherche. On ne peut donc diagnostiquer les mauvais usages qu’à partir de cas très précis et localisés de coopération de personne à personne.

49: Tu opères une division entre, d’un côté, la recherche qui, en soi, ne donne jamais raison à personne, et, de l’autre, les usages qui peuvent en être faits, et qui, eux, sont contestables politiquement ?

50: Pour moi en effet, la recherche ne donne raison à personne. Elle cherche à rendre intelligibles des relations, entre concepts, entre phénomènes, ou entre divers acteurs, individuels ou collectifs.

51: Je crois au contraire que l’idée d’un tel dégagement de la recherche vis-à-vis de ses usages est illusoire. Si tu acceptes le caractère structurant du conflit entre dominants et dominés, entre capital et travail, il est inconcevable que la recherche ne soit pas critique. Elle a le devoir de prendre position par rapport à ce conflit global, et se retrouve contrainte de choisir de servir les intérêts des dominés ou ceux des dominants. Autrement dit, elle contribue soit à dévoiler les mécanismes de domination, soit à les renforcer.

52: Je ne souhaite pas que les sciences humaines renoncent à leur charge critique, mais je pars d’un a priori théorique et idéologique un peu différent de celui que tu exposes. À première vue, cette posture va sans doute te sembler consensualiste, parce qu’elle ne présuppose aucun contenu politique. Selon moi, le chercheur n’a pas à postuler une vision, qu’il considérerait comme la seule vraie, et qui diviserait le monde social entre les « bons » et les « méchants », entre les « bourreaux » et les « victimes ». Ce sont en effet les personnes que nous étudions qui ont la charge de définir le contenu politique de leurs actions. Le chercheur, lui, ne vise qu’à favoriser une dynamique de confiance générale, en rendant publics ses travaux.

53: Moi, je crois surtout que ce credo de la confiance est l’opium néo-capitaliste actuel, qui endort les citoyens et laisse agir ceux qui se disent compétents et détiennent le pouvoir, tout en faisant croire à une improbable « participation ».

54: Non, car la confiance n’est jamais acquise, et la véritable participation toujours à conquérir ! Cette dynamique renvoie à un processus auto-entretenu de coopération et de critique publiques. Ce qui se traduit ainsi dans la recherche : au lieu de mettre d’abord l’accent sur ce qui sépare les personnes que nous étudions, à savoir leurs intérêts calculateurs donnant lieu à des stratégies qu’il faudrait dévoiler, le chercheur privilégie les moments où elles sont amenées à coopérer et à ouvertement se disputer. Et cela vaut autant pour les « dominants » que pour les « dominés ».

55: Je ne comprends pas comment cela se manifeste dans la recherche en sciences humaines et sociales.

56: L’enquête – qui constitue peut-être la clé de voûte de toutes les sciences humaines – doit fournir des outils pour rendre accessibles, à tous, les conditions de la coopération et de la critique. Si elle se fixe comme règle de méthode de ne favoriser personne et de faire comme si tous les acteurs étaient égaux dans leur possibilité d’émettre des critiques, la recherche en sciences humaines pourra montrer que l’égalité n’existe pas dans les configurations sociales qu’elle explore. Par la manière dont elle se fait, l’enquête est donc déjà critique, voire révolutionnaire.

57: Révolutionnaire ? Le terme me semble vraiment exagéré.

58K : Oui, car cette révolution ne passe pas par la violence ; elle se fait progressivement, suivant une dynamique de transformation sociale. Mais elle n’en exige pas moins un partage du pouvoir par tous, sans attendre que les élites se réforment par elles-mêmes ! En rendant publiques les inégalités et les asymétries de points de vue, elle offre des moyens aux acteurs de dénoncer ces inégalités. Ce n’est donc pas au chercheur de dénoncer. Il a simplement la tâche de « déposer » dans l’espace public des analyses que les acteurs sont ensuite libres d’utiliser. En cela, la recherche permet de critiquer le monde tel qu’il existe.

59: J’ai l’impression que vous n’entendez pas « critique » de la même manière. Il y a, d’un côté, la critique comme révélation, et de l’autre, la critique comme enquête réflexive. D’un côté, les sciences humaines permettent de démystifier certaines réalités, de « dénaturaliser » certains objets, de les rendre moins évidents, donc d’en contester l’arbitraire. Le problème est que, dans ce cadre-là, une poignée de personnes – les intellectuels – expliquent aux autres pourquoi le monde est injuste. Autrement dit, lutter contre la domination suppose l’existence de personnes qui, elles-mêmes, dominent par le savoir qu’elles détiennent.

60: C’est une objection courante, qui est largement biaisée. Je pourrais te répondre que la plupart des gens n’attendent pas, pour se révolter et pour réfléchir, que des « intellectuels » leur disent ce qui est juste et ce qui est injuste, ni pourquoi le monde est injuste ! Tu es en train de réduire l’attitude critique à une sorte de bréviaire moral, alors qu’il s’agit avant tout de produire un savoir qui puisse alimenter les luttes conduites par des individus et des groupes sociaux.

61: Soit. Mais rassure-toi, l’autre sens du mot « critique » est tout aussi problématique, selon moi. L’enquête « réflexive » s’intéresse aux usages des sciences sociales, donc à leur possible prise sur des réalités locales. Elle considère que l’utilité de ces sciences n’est pas de pallier les déficits critiques des acteurs, puisque ces derniers sont tous des enquêteurs, au moins en puissance.

62: Je ne vois pas où est le problème…

63: Je crois que tu prends le risque de dé-professionnaliser la recherche en sciences humaines et sociales. Si tout le monde peut être un enquêteur, toutes les versions sont aussi vraies les unes que les autres. Dans ces conditions, je me demande ce qu’apportent spécifiquement les travaux des sciences humaines.

64: Moi de même. J’ajouterais qu’une telle démarche suppose que tout le monde ait le temps et les moyens de prendre de la distance par rapport à ses pratiques, de les analyser, et d’en rendre compte avec justesse. Or, je ne suis pas sûr que les chercheurs aient tous envie de se prêter à ce jeu. Ensuite, il y a sans doute beaucoup de personnes pour lesquelles cette injonction à la « réflexivité » n’a pas de sens. Enfin, il y a celles et ceux qui en comprennent le sens mais n’en voient pas du tout la nécessité, voire considèrent qu’elle rentre peu ou prou, et selon des modalités variées, en contradiction avec l’efficacité ou les valeurs de leur propre pratique.

65: On doit donc se livrer à un véritable jeu d’équilibriste : faire sortir les sciences humaines de leurs cadres académiques en laissant la parole à des personnes qui ne sont pas des chercheurs professionnels, tout en évitant le double danger de l’instrumentalisation et de la dé-professionnalisation des sciences humaines. Sans doute que pour emprunter ce chemin semé d’embûches avec plus d’assurance, nous faut-il encore prolonger et diversifier l’enquête sur les usages des sciences humaines.

Haut de page

Notes

1  Si ce numéro s’ouvre par un avant-propos dont la forme est quelque peu originale par rapport à ceux des deux numéros précédents de 2009 et 2010, son contenu conserve sa structure habituelle. Il restitue les contributions des deux journées « Art contemporain et sciences humaines. Usages réciproques : création, médiation, exposition » (21 mai 2010) et « Les économistes au pouvoir : les usages de l’économie dans l’action publique » (7 octobre 2010), qui ont eu lieu à l’ENS de Lyon dans le cadre du cycle de conférences organisé par Tracés sur le thème « À quoi servent les sciences humaines » entre 2008 et 2011. Nous tenons à remercier nos partenaires dans cette exploration des multiples usages des sciences humaines : l’ENS de Lyon, qui finance l’ensemble du cycle et nous prête ses locaux, le site La vie des idées (www.laviedesidees.fr) et le magazine Sciences humaines.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

« Avant-propos. « À quoi servent les sciences humaines » : un dialogue », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #11 | 2011, mis en ligne le 01 décembre 2011, consulté le 25 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/5238

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page