Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Notes

Violences en URSS : chantiers historiographiques et enjeux mémoriels

Juliette Denis
p. 141-153

Texte intégral

  • 1  Les campagnes biélorusses ou lettones nous rappellent que les violences de guerre en Europe de l’E (...)

1En Russie, dans les États baltes ou en Ukraine, la seconde guerre mondiale et le stalinisme restent des thématiques sensibles et politisées. L’historiographie riche et dynamique de ces vastes sujets et la réception des ouvrages historiques se détachent tant bien que mal des contextes de concurrences, voire de conflits de mémoires qui secouent les territoires est-européens (Chaumont, 1997 ; Jarausch et Lindenberger éd., 2007). Les excès apparents des expressions mémorielles constituent l’ombre portée d’un siècle de bouleversements politiques et de désastres humains d’une brutalité extrême. La zone ciblée dans la suite de ce texte est au cœur des violences européennes du xxe siècle. De la mer Baltique à la mer Noire, des frontières occidentales de l’Ukraine aux périphéries moscovites, elle représente une marche disputée par les grandes puissances – allemande et russe principalement –, une mosaïque de contacts culturels rarement sereins, qui a connu des changements de souveraineté fréquents via des révolutions et des guerres, et différentes vagues de répressions et d’homogénéisation ethnique, des déplacements forcés de population aux massacres de masse1. Les années de régime stalinien correspondent à un enchaînement de violences très ramassées, dans le temps et dans l’espace. Période marquée par des vagues de répression massives et brutales – de la collectivisation à l’épuration des nouveaux territoires, en passant par la Grande famine d’Ukraine et la Grande Terreur (Werth, 2007) –, les années 1930 et 1940 encadrent également la seconde guerre mondiale dont les violences de guerre se déchaînèrent avec une acuité toute particulière sur le front de l’Est. La période stalinienne invite à questionner aussi bien la continuité, la réactivation et l’enchevêtrement des violences politiques et guerrières, que la spécificité et la caractérisation d’événements paraissant exceptionnels dans leur ampleur et leur brutalité.

2Esquisser une réponse à ces questions suppose de prendre en compte le contexte de la production historiographique et de la catégorisation des violences multiformes (Mayer, 2003). À la proximité géographique et temporelle des épisodes répondent aujourd’hui des modalités de qualification concomitantes et souvent concurrentielles, dans un contexte général d’enjeux économiques et géopolitiques, de tentations populistes et nationalistes qui refaçonnent les anciennes républiques soviétiques depuis la chute de l’URSS. Les usages politiques du passé et plus généralement les consensus ou les affrontements autour des questions de mémoire pèsent à plus d’un titre sur les productions historiques (Rousso, 1990 ; Hartog et Revel éd, 2001). Ils se manifestent par des répercussions directes et immédiatement perceptibles – par exemple, l’accès aux sources reste inégal selon les pays ou les thématiques ciblées – mais aussi via des mécanismes plus opaques – les éventuelles pressions initiées par les porteurs des histoires officielles, et l’atmosphère globale de la recherche et de la réception des ouvrages (Maurel et Mayer éd., 2008). D’autant plus que, répliques ultimes des secousses est-européennes, les milieux scientifiques occidentaux, et surtout français, réagissent à leur tour aux formulations parfois radicales des enjeux mémoriels à l’Est.

3Cette contribution propose quelques pistes d’analyse pour aborder les violences à l’Est et les enjeux liés à leur qualification. Il s’agit de rendre compte d’un enchevêtrement de violences passées auquel répond la surenchère de positionnements politiques présents, reflets déformants d’une période qui a laissé des traces et des traumatismes encore palpables. Trois moments particuliers suscitent une richesse historiographique récente ou renouvelée : la Grande famine d’Ukraine, les significations de la seconde guerre mondiale et de la sortie de guerre, et l’extermination des Juifs soviétiques. Les présenter ensemble permet de rendre compte tout autant de la circulation des motifs de violence que de leur catégorisation, des débats qu’ils suscitent et qui se répondent depuis une période relativement récente, correspondant à l’ouverture de la scène politique soviétique et à la chute de l’URSS.

La Grande famine d’Ukraine : genèses d’un génocide

4Depuis 1991, les tensions politiques et économiques entre la Russie et l’Ukraine sont régulièrement alimentées et exacerbées par de violentes controverses historiques, essentiellement cristallisées autour de la Grande famine d’Ukraine. Cet épisode a suscité un intérêt croissant pour les historiens – ukrainiens, russes ou occidentaux – dans un contexte global de prise de position dans les sphères politiques et sociales, allant de l’indifférence ou du déni en Russie, à l’instrumentalisation politique en Ukraine.

  • 2  Pour une approche rapide de la chronologie de la Grande famine, on recommande la lecture de l’arti (...)
  • 3  Le terme Holodomor est un néologisme formé sur deux mots ukrainiens : holod (faim, famine) et mory (...)
  • 4  L’Ukraine de l’Ouest était alors une région polonaise et donc n’a pas subi la famine, tandis que l (...)

5Les études historiques ukrainiennes et occidentales ont mis l’accent depuis plusieurs années sur la spécificité du cas ukrainien dans la « guerre civile » provoquée par la collectivisation dans les campagnes soviétiques, et par la profonde désorganisation et l’ampleur de la répression qui l’accompagnent. La collectivisation a créé un peu partout des cas de disette, mais deux régions ont été particulièrement touchées par la famine : le Kazakhstan, et surtout l’Ukraine où le nombre de morts a été particulièrement élevé en 1932-1933, alors que la situation s’était stabilisée partout ailleurs2. La famine a causé 3 à 4 millions de victimes (morts, déplacés, déportés), soit une perte d’environ 15 % de la population ethnique ukrainienne. Malgré une vaste documentation – les rapports d’ambassadeurs étrangers, de témoins –, cette thématique ne suscite pas de véritable intérêt à l’Ouest avant la perestroïka (Conquest, 1986). Parallèlement, dans l’Ukraine soviétique, un terme spécifique est formé en 1988 pour désigner la Grande famine, le Holodomor 3. Plus récemment, la Révolution orange a popularisé le terme et lui a conféré le statut de « génocide envers le peuple ukrainien » dans la loi du 28 novembre 2006, malgré les remous suscités au parlement ukrainien et à l’opposition de la minorité russophone du pays. La fondation symbolique de l’Ukraine actuelle sur la mémoire de la Grande famine et la demande de reconnaissance internationale, intervenant tardivement par rapport aux faits, font de l’usage du terme génocide une catégorie politique et un langage de dénonciation du voisin russe. La mise en avant de la tragédie ukrainienne devient également un prétexte de solidarisation des Ukrainiens de l’Est, de l’Ouest et de Crimée, dans un pays où les lignes de partage entre les régions restent extrêmement marquées4. Le processus complexe de définition juridique, symbolique et politique, largement étudié pour d’autres génocides, est autant au centre des publications récentes que la spécificité des violences en Ukraine sous Staline (Chigas, 2000 ; Ostriitchouk-Zazulya, 2008).

  • 5  Graziosi distingue le phénomène général à l’échelle de l’URSS, où la disette « spontanée » est ina (...)

6Les historiens se retrouvent malgré eux en position d’« experts » de la famine (Rousso, 2004), explorant les archives ukrainiennes et les sources (moins) accessibles en Russie à la recherche de documents pouvant étayer ou contredire la qualification de génocide. Deux groupes d’historiens en opposition – fort bien décrits par Andrea Graziosi dans un article de référence (2005) – recoupent partiellement des fractures nationales entre la Russie et l’Ukraine ou à l’intérieur de l’Ukraine, mais aussi des oppositions politiques sur la signification globale du stalinisme. Si la gravité de la famine n’est plus contestée que par quelques historiens isolés, le premier groupe considère la famine comme un processus complexe au croisement de divers facteurs et hésite à utiliser le terme de génocide : ainsi les rares historiens russes se prononçant sur la famine en récusent la dimension nationale. Le deuxième groupe soutient la thèse du génocide : ces historiens définissent la famine ukrainienne comme un phénomène organisé artificiellement pour briser les reins de la paysannerie ukrainienne, fondement d’une nation perçue comme potentiellement antisoviétique. Parmi eux, des historiens ukrainiens qui, comme le souligne Nicolas Werth, « ne sont pas dupes de l’instrumentalisation politique du Holodomor et de l’inflation galopante du nombre de victimes » (2010, p. 24) : ils s’attachent surtout à démontrer que la famine a été aggravée volontairement (Shapoval et Vasilev, 2001)5. Le pouvoir stalinien a utilisé la famine sur la base d’une interprétation nationale, en provoquant des pertes quantitatives extrêmement élevées et la destruction ciblée des élites locales et nationales (Graziosi, 2005). L’enjeu des recherches est donc de mettre en avant les spécificités d’un génocide par la faim et son imbrication avec des répressions politiques en Ukraine, tout en le distinguant clairement de la Shoah et des violences déchaînées contre les Juifs pendant la guerre.

7Les cicatrices démographiques et traumatiques de la Grande famine sont encore visibles et vivaces aujourd’hui. Son rôle pour la définition de la nation ukrainienne actuelle s’accompagne aussi de dérives nationalistes, xénophobes antirusses, et antisémites, dont les représentants les plus médiatiques sont toujours prêts à réagir activement aux publications non conformes à l’histoire officielle. Les voix ukrainiennes sur le Holodomor s’entendent également en écho à des débats sur la guerre et la Shoah : la comparaison explicite ou implicite, la mise en perspective des formes de violence accompagnant des raidissements identitaires et une définition de l’expérience ukrainienne qui se construit en opposition avec le génocide des Juifs tout en reprenant des formes mémorielles identiques (Dietsch, 2006 ; Sharfman, 2000). La seconde guerre mondiale et la violence génocidaire qui lía accompagnée restent ainsi une référence explicite ou implicite dans la caractérisation mémorielle et historiographique des formes de violences staliniennes.

Violences de guerre en URSS

  • 6  Rappelons que le coût humain de la guerre en URSS a été extraordinairement lourd, puisqu’en inclua (...)

8L’expérience cardinale de la seconde guerre mondiale pour l’URSS est aujourd’hui remise à l’honneur dans l’historiographie. L’étude des violences à l’Est a en partie bénéficié des réflexions entreprises depuis les années 1990 sur l’histoire des sociétés occidentales en guerre, sur les continuités entre violences de guerre et violences politiques (notamment Mosse, 1999), même si la continuité entre les violences des années 1930, en particulier la Grande Terreur, et les violences de l’occupation allemande reste un champ de recherche à approfondir. L’influence des approches en termes de culture et de violence de guerre a redonné son épaisseur historique à la période et a questionné la place de l’histoire soviétique dans l’histoire européenne (Mazower, 2005). Deux chantiers – guerre et sortie de guerre – sont menés de front. Des études récentes ressort la très grande diversité des violences multiformes et des expériences et interprétations immédiates des conditions de combat, d’occupation, de libération ou de reconquête des territoires. Les circonstances et les implications politiques et symboliques de la victoire sont décisives pour la reprise en main des territoires soviétiques et la redéfinition de l’URSS tout entière6.

  • 7  Le musée d’Histoire contemporaine de Moscou, héritier du musée de la Révolution, en est un bon exe (...)
  • 8  Plusieurs journées d’émeutes ont vu s’affronter nationalistes estoniens et russes, à Tallinn princ (...)

9Les influences historiographiques n’expliquent pas à elles seules le dynamisme de ces questions. Les études récentes s’intègrent dans le contexte d’une production extrêmement volumineuse dans les pays de l’Est – savante et non savante – pour lesquels les événements datant de plus de soixante ans conservent une actualité déterminante dans les enjeux politiques contemporains. La mobilisation de la mémoire de la seconde guerre mondiale disparaît et réapparaît au gré des bouleversements de la scène politique soviétique puis russe. Depuis une dizaine d’années, la victoire est au cœur de la redéfinition de l’identité russe qui réinvestit les symboles de courage et de sacrifice de la nation, piliers de la victoire. Les commémorations s’accompagnent d’une réhabilitation – dont il reste difficile de mesurer la portée – de la figure de Staline, considéré comme le grand vainqueur du fascisme. La « Grande Guerre patriotique », qui couvre la période 1941-1945, de l’opération Barbarossa à la victoire et à la Libération, et qui a induit une expansion de la puissance soviétique, se confond alors avec un stalinisme triomphant et n’autorise guère de positions discordantes. La radicalité apparente des positions russes se comprend à l’aune de l’antagonisme qui les oppose, à différents titres, à d’autres ex-républiques soviétiques socialistes, les États baltes et l’Ukraine principalement, elles aussi créatrices de commissions historiques nationales, et promoteurs de commémorations et de discours rivaux (Onkel, 2007 ; Sherlock, 2009). Ainsi, les musées historiques russes passent très rapidement sur les deux premières années du conflit mondial, durant lesquelles l’URSS était l’alliée de l’Allemagne nazie, et donc sur le pacte germano-soviétique, qui a initié l’expansion de la puissance soviétique à l’Ouest7. Les nouveaux territoires annexés (les régions polonaises intégrées dans l’Ukraine et la Biélorussie, les républiques baltes et la république moldave) connurent un processus de soviétisation accéléré, marqué par l’élimination – par la relégation ou le meurtre – des élites bourgeoises. Pour ces pays, il ne fait aucun doute que la guerre a bien commencé en 1939, bien que leur expérience se distingue nettement de celle de la France ou de la Belgique – ils vivent une « drôle de paix » marquée par l’imposition du régime soviétique et des vagues de répression (Cathala, 1981, p. 37 ; Gross, 2002). De même, la fin de la guerre n’est pas considérée comme une libération, mais comme la réoccupation d’un autre régime totalitaire (Bayou, 2005). Les conflits de mémoire nés d’interprétations concurrentes de la guerre se matérialisent dans des batailles juridiques ou diplomatiques, allant parfois jusqu’à des affrontements de rue, comme les émeutes estoniennes d’avril 2007 (Brüggemann et Kasekamp, 2009)8. Les volontaires lettons et estoniens des légions SS enrôlés, de force pour la plupart d’entre eux, dans l’armée allemande, et aujourd’hui considérés comme d’héroïques défenseurs de la nation face à l’Armée rouge, sont les figures actuellement les plus controversées de la période de guerre.

10Les oppositions sur le front de la mémoire formatent-elles la production historique ? Face à l’absolutisation des oppositions ethniques, face à des historiographies nationales qui, bien qu’elles aient souvent pris l’initiative de déblayer considérablement des sujets sensibles (Nollendorfs et Oberländer éd., 2005), proposent souvent des visions hagiographiques ou victimaires de l’histoire nationale, les enjeux mémoriels ont incité les historiens à mettre en lumière la pluralité des trajectoires et des situations locales. L’analyse des sorties de guerre en URSS se penche sur les formes de guérilla antisoviétique enracinées dans les circonstances du conflit mondial à l’Est, ou sur les gigantesques déplacements de population occasionnés par la reprise en main des territoires occidentaux, redonnant ainsi au conflit en URSS son épaisseur chronologique et sa dimension continentale (Anušauskas éd., 2000 ; Burds, 2001 ; Statiev, 2005 ; Gousseff, 2006). Par ailleurs, les publications interrogent, dans des territoires ayant connu différentes souverainetés, les modalités d’imposition des régimes nazi et soviétique et la pertinence de l’assimilation du processus complexe de soviétisation à une « occupation » (Mertelsmann éd., 2003 ; Swain, 2004 ; Zubkova, 2008). Au-delà de l’étude des territoires occupés, l’analyse du choc meurtrier entre les puissances nazie et soviétique offre des perspectives analytiques susceptibles de dépasser la comparaison terme à terme des deux grands régimes totalitaires européens (Rousso éd., 1999 ; Fitzpatrick et Geyer éd., 2009). Enfin, les analyses de la seconde guerre mondiale dans cette aire géographique supposent de revenir sur les figures communément admises des victimes et des bourreaux, solidement enracinées dans l’histoire du conflit et de son apprentissage, et de s’écarter de ce langage simplifiant à l’extrême la complexité des acteurs et des sociétés de la période de guerre.

L’extermination des Juifs soviétiques : la « redécouverte » du génocide à l’Est

11Dans cette nébuleuse de questions, la Shoah continue de cristalliser les tensions les plus vives et constitue un enjeu mémoriel qui dépasse largement les limites de l’Europe de l’Est. L’attention portée à la seconde guerre mondiale à l’Est reste aujourd’hui largement focalisée sur le génocide des Juifs et la collaboration des locaux aux massacres. L’extermination des Juifs soviétiques n’a pas trouvé sa place dans l’historiographie et la mémoire de guerre en URSS, malgré des recherches magistrales mais rapidement censurées alors que l’antisémitisme d’État (à travers la « lutte contre le cosmopolitisme ») progressait à partir de 1947 (Ehrenbourg et Grossman, 1995). Depuis la chute de l’URSS, la situation n’a pas fondamentalement changé en Russie, et dans d’autres États post-soviétiques, la Shoah reste, au mieux, à côté des interprétations nationales de la guerre et de l’après-guerre, à la différence que les répressions staliniennes envers les groupes nationaux éponymes suscitent bien plus d’investissements de la part de la recherche académique et de l’opinion publique que la politique exterminatrice nazie. L’attention – nécessaire – que l’historiographie balte ou l’historiographie ukrainienne invitent à porter sur une histoire européenne méconnue des Occidentaux est corrélée à des formes de marginalisation du nazisme afin de mieux faire ressortir l’expérience du stalinisme – considérée comme autant voire plus criminelle que les années d’occupation allemande. L’usage du terme même de « génocide » pour désigner les répressions staliniennes des années 1940 est popularisé dans des musées ou des ouvrages historiographiques (voir, par exemple, le musée du Génocide à Vilnius, consacré aux répressions staliniennes). Il rappelle paradoxalement que la mémoire de la Shoah, qui s’est imposée comme modèle venu de l’Occident pour la mémoire de l’ensemble des violences staliniennes, est absente, voire plus ou moins sciemment exclue, des discours sur les significations de la seconde guerre mondiale.

  • 9 Une bibliographie abondante sur la question est donnée dans Ingrao et Solchany (2009).
  • 10  La Commission a conduit des enquêtes systématiques dans tous les territoires libérés (décompte des (...)
  • 11  Je tiens à signaler également l’existence d’un chef-d’œuvre cinématographique méconnu, Requiem pou (...)

12À l’inverse, la Shoah à l’Est est au cœur de nombreuses recherches européennes ou américaines, qui s’appuyaient, jusqu’à récemment, essentiellement sur la documentation nazie9 (Hilberg, 1988). Durant ces toutes dernières années, l’extermination des Juifs soviétiques dans les premières années de la guerre par les commandos nazis et leurs supplétifs locaux a suscité des productions diverses. L’ouverture des archives soviétiques, et en particulier les sources de la Commission extraordinaire d’État10 relative aux crimes nazis apportent une documentation volumineuse et extrêmement riche sur les formes de violences en URSS occupée. Ces sources montrent en particulier l’imbrication des formes de massacre des populations en territoires occupés, des cibles et victimes de la répression nazie au sein desquelles se dégage sensiblement le génocide des Juifs (Moine, 2008)11. Des réalisations diverses ont contribué à populariser ces interrogations : une entreprise mémorielle, un ouvrage de fiction, un ouvrage autobiographique retraçant une enquête personnelle, un documentaire (Desbois, 2007 ; Littell, 2006 ; Mendelsohn, 2007 ; Prazan, 2009) qui s’appuient sur la bibliographie et les sources citées précédemment, mais mobilisent également sources orales et enquête de terrain. Ces productions rendent compte de l’intérêt porté à ces questions, et apportent une photographie contemporaine de la mémoire de la Shoah au niveau local. Elles incitent également les historiens à se positionner vis-à-vis de la pertinence des recherches effectuées.

  • 12  Voir par exemple l’émission La fabrique de l’Histoire, « Après le scandale… retour sur les débats (...)
  • 13  Certains faits récents inversent le vocabulaire et la mémoire de guerre ayant habituellement cours (...)

13La popularité relativement forte de cette thématique historique réactive des controverses anciennes. Certaines recherches faisant de la Shoah à l’Est un sujet inédit ou tabou ont suscité des réactions du milieu scientifique afin de montrer l’ancienneté des questions soulevées (Ingrao et Solchany, 2009), néanmoins il n’est pas excessif d’affirmer que l’ouverture des anciennes républiques soviétiques et de leurs archives a considérablement renouvelé les interrogations depuis deux décennies. Des controverses historiographiques ont eu lieu en France l’année dernière, touchant principalement à la question de la responsabilité des locaux dans la Shoah12, et réagissant à la banalisation de la collaboration qui semble se dégager des publications et manifestations mémorielles dans les pays de l’Est (Prazan, 2008). Ce n’est certainement pas un hasard : la France, elle aussi, a dû et doit encore se confronter à des mémoires de guerre (seconde guerre mondiale, Indochine, Algérie) loin d’être débattues sereinement. Par ailleurs, la redécouverte de la Shoah à l’Est s’inscrit, avec l’ouverture de l’espace Schengen et la réapparition de la Russie sur la scène internationale, dans une redécouverte de l’Europe de l’Est en général dont des pans entiers de l’histoire restent méconnus. Je formulerai ici l’hypothèse selon laquelle on assiste à une résurgence de débats enracinés dans l’après-guerre, suscités alors par une ouverture partielle entre l’Est et l’Ouest, dans le cadre de l’afflux des réfugiés soviétiques dans les zones d’occupation occidentales de l’Allemagne, puis de l’émigration dans certains États occidentaux (États-Unis, Canada, Royaume-Uni). Les questions de la collaboration des Européens de l’Est, alors largement non résolues dans le contexte de la guerre froide naissante, avaient été étouffées. On s’interroge aujourd’hui sur le rôle des locaux et leur participation aux crimes nazis, en omettant parfois le contexte d’occupation étrangère dans lequel ils évoluaient, mais aussi, et avant tout, sur leur degré de repentance et le faible investissement des pays de l’Est dans l’histoire de la Shoah aujourd’hui13. La très forte ambiguïté de la mémoire de la Shoah, du refoulement à la justification, dans les territoires de l’Est, finit par devenir l’objet principal de l’attention au détriment, parfois, du questionnement relatif au déroulement des massacres durant la guerre.

14La violence des événements historiques, de leur mémoire et des querelles scientifiques qu’ils suscitent sont trois niveaux bien distincts qui pèsent inégalement mais inévitablement sur les travaux historiques – dont on ne peut s’extraire mais dont la prise en considération peut éclairer les recherches récentes. Ces travaux portant sur différents épisodes se répondent entre eux, et s’intègrent dans des productions plus vastes relevant de différentes sphères – artistique, politique, juridique. Au-delà des controverses agressives entre représentants de groupes ou de pays, les projecteurs mis sur la question des violences interrogent également les possibilités de dialogue entre l’Est et l’Ouest européens, dialogue qui, malgré l’ouverture politique officielle, continue à rencontrer des obstacles multiples, fréquemment relancés par des positions radicales sur des thématiques historiques et les réactions tout aussi radicales qu’elles suscitent.

Haut de page

Bibliographie

Anušauskas Arvydas éd., 2000, The Anti-Soviet Resistance in the Baltic States, Vilnius, Du Ka.

Bayou Céline, 2005, « États baltes - Russie, 1er mai 2004 - 9 mai 2005 : un authentique dialogue de sourds », Le Courrier des pays de l’Est, vol. 2, no 1048, p. 15-29.

Brüggemann Karsten et Kasekamp Andreas, 2009, « Identity politics and contested histories in divided societies : the case of Estonian war monuments », Identity and Foreign Policy. Baltic-Russian Relations and European Integration, E. Berg et P. Ehin éd., Aldershot, Ashgate, p. 51-63.

Burds Jeffrey, 2001, The Early Cold War in the Soviet West Ukraine, 1944-1948, Pittsburgh, University of Pittsburgh Press.

Cathala Jean, 1981, Sans fleur ni fusil, Paris, Albin Michel.

Cerovic Masha, Denis Juliette, Fiesler Beate et Moine Nathalie éd., 2008, numéro thématique « Sortie de guerre : l’URSS au lendemain de la Grande Guerre patriotique », Cahiers du monde russe, vol. 49, no 2-3.

Chaumont Jean-Michel, 1997, La concurrence des victimes. Génocide, identité, reconnaissance, Paris, La Découverte.

Chigas George, 2000, « The politics of defining justice after the Cambodian genocide », Journal of Genocide Research, vol. 2, no 2, p. 245-265.

Conquest Robert, 1986, The Harvest of Sorrow. Soviet Collectivization and the Terror Famine, Oxford, Oxford University Press.

Desbois Patrick, 2007, Porteur de mémoires. Sur les traces de la Shoah par balles, Paris, Michel Lafon.

Dietsch Johan, 2006, Making Sense of Suffering. Holocaust and Holodomor in Ukrainian Historical Culture, Lund, Lund University Press.

Edele Marc, 2008, Soviet Veterans of the Second World War. A Popular Movement in an Authoritarian Society, 1941-1991, Oxford - New York, Oxford University Press.

Ehrenbourg Ilya et Grossman Vassili, 1995, Le livre noir, Paris, Actes Sud.

Fitzpatrick Sheila et Geyer Michael éd., 2009, Beyond Totalitarianism. Stalinism and Nazism Compared, Cambridge, Cambridge University Press.

Glantz David, 2005, Colossus Reborn. The Red Army at War, 1941-1943, Lawrence, University Press of Kansas.

Gousseff Catherine, 2006, « Des migrations de sortie de guerre qui reconfigurent la frontière : ouverture et refermeture de l’URSS avant la guerre froide », Frontières du communisme, S. Cœuré et S. Dullin éd., Paris, La Découverte, p. 428-442.

Graziosi Andrea, 2005, « Les famines soviétiques de 1931-1933 et le Holodomor ukrainien », Cahiers du monde russe, vol. 46, no 3, p. 453-472.

Gross Jan T., 2002 [1988], Revolution from Abroad. The Soviet Conquest of Poland’s Western Ukraine and Western Bielorussia, Princeton, Princeton University Press.

Hartog François et Revel Jacques éd., 2001, Les usages politiques du passé, Paris, EHESS.

Hilberg Raul, 1988, La destruction des Juifs d’Europe, Paris, Fayard.

Ingrao Christian et Solchany Jean, 2009, « La “Shoah par balles” : impressions historiennes sur l’enquête du père Desbois et sa médiatisation », Vingtième siècle, no 102, p. 3-18.

Jarausch Konrad H. et Lindenberger Thomas éd., 2007, Conflicted Memories. Europeanizing Contemporary Histories, New York, Berghahn books.

Littell Jonathan, 2006, Les bienveillantes, Paris, Gallimard.

Manley Rebecca, 2009, To the Tashkent Station. Evacuation and Survival in the Soviet Union at War, Ithaca, Cornell University Press.

Maurel Marie-Claude et Mayer Françoise éd., 2008, L’Europe et ses représentations du passé. Les tourments de la mémoire, Paris, L’Harmattan.

Mayer Françoise, 2003, Les Tchèques et leur communisme, Paris, EHESS.

Mazower Mark, 2005, Le continent des ténèbres. Une histoire de l’Europe au xxe siècle, Bruxelles, Complexe.

Mendelsohn Daniel, 2007 [2006], Les disparus, Paris, Flammarion.

Meridale Catherine, 2005, Ivan’s War. The Red Army, 1939-1945, Londres, Faber and Faber.

Mertelsmann Olaf éd., 2003, The Sovietization of the Baltic States, 1940-1956, Tartu, Kleio.

Moine Nathalie, 2008, « La commission d’enquête soviétique sur les crimes de guerre nazis : entre reconquête du territoire, écriture du récit de la guerre et usages justiciers », Le Mouvement social, vol. 1, no 222, p. 81-109.

Mosse George L., 1999, De la Grande Guerre aux totalitarismes. La brutalisation des sociétés européennes, Paris, Hachette.

Nollendorfs Valters et Oberländer Erwin éd., 2005, The Hidden and Forbidden History of Latvia under Soviet and Nazi Occupations 1940-1991, Riga, Institute of History of Latvia.

Onkel Eva-Clarita, 2007, « The politics of finding historical truth : reviewing baltic history commissions and their work », Journal of Baltic Studies, vol. 38, no 1, p. 109-116.

Ostriitchouk-zazulya Olha, 2008, « L’Holodomor : pierre d’achoppement de la nouvelle identité ukrainienne », Traumatisme collectif pour patrimoine. Regards sur un mouvement transnational, V. Auzas et B. Jewsiewicki éd., Québec, Presses de l’Université de Laval, p. 199-236.

Prazan Michaël, 2008, « L’Ukraine, “pays européen” ? Pas évident », Le Monde, 15 septembre.

Rousso Henry, 1990 [1987], Le syndrome de Vichy de 1945 à nos jours, Paris, Le Seuil.

— 2004, « Das dilemma eines europäischen gedächtnisses », Zeithistorische Forschungen / Studies in Contemporary History, no 1, p. 362-378.

Rousso Henry éd., 1999, Stalinisme et nazisme. Histoire et mémoire comparées, Bruxelles, Complexe.

Sakharov Andrej Nikolaevich, 2005, Rossija v XX veke. Vojna 1941-1945 sovremennye podhody, Moscou, Nauka.

Sevost’Janov Grigorij Nikolaevitch éd., 2004, Vojna i obshchestvo, 1941-1945, Moscou, Nauka.

Shapoval Juri et Vasilev Valerij, 2001, Komandiry velikoho holodu. Poïdky V. Molotova i L. Kaganovycha v Ukraïnu ta na pivnichnyi Kavkaz, 1932-1933, Kiev, Geneza.

Sharfman Glen, 2000, « The quest for justice : the reaction of the Ukrainian-American community to the John Demjanjuk trials », Journal of Genocide Research, vol. 2, no 1, p. 65-87.

Sherlock Thomas, 2009, « Unhealed wounds : the struggle over the memory of World War II », Ab Imperio, no 3, p. 459-471.

Statiev Alexander, 2005, « Motivations and goals of Soviet deportations in the western borderlands », Journal of Strategic Studies, vol. 28, no 6, p. 977-1003.

Swain Geoffrey, 2004, Between Stalin and Hitler. Class War and Race War on the Dvina 1940-1946, Londres - New York, Routledge - Curzon.

Weiner Amir, 2001, Making Sense of War. The Second World War and the Fate of Bolshevik Revolution, Princeton, Princeton University Press.

Werth Nicolas, 2007, La terreur et le désarroi. Staline et son système, Paris, Perrin.

— 2008, « The great Ukranian famine of 1932-1933 » [en ligne], Online Encyclopedia of Mass Violence, [URL : http://www.massviolence.org/The-1932-1933-Great-Famine-in-Ukraine], consulté le 18 juin 2010.

— 2010, « Y a-t-il eu génocide en Ukraine ? », L’Histoire, no 350, p. 24-25.

Zubkova Elena, 2008, Pribaltika i Kreml’, Moscou, Rosspen.

Filmographie

Klimov Elem, 1985, Idiismotri(Requiem pour un massacre).

Prazan Michaël, 2009, Einsatzgruppen. Les commandos de la mort.

Haut de page

Notes

1  Les campagnes biélorusses ou lettones nous rappellent que les violences de guerre en Europe de l’Est remontent bien avant le xxe siècle : les clairières sont parsemées de cimetières militaires français ou de hameaux dénommés « Parizh » – fondés par les déserteurs de la Grande Armée napoléonienne en l’honneur de leur pays natal. L’ouest de l’empire russe a été très fortement secoué par des révoltes paysannes dont les plus importantes accompagnèrent la guerre russo-japonaise et la révolution de 1905. La première guerre mondiale sur le front de l’Est s’est poursuivie jusqu’au début des années 1920 à travers des guerres civiles et des guerres d’indépendance qui lui confèrent une épaisseur significative dans ces régions.

2  Pour une approche rapide de la chronologie de la Grande famine, on recommande la lecture de l’article de Nicolas Werth (2008), sur le site www.massviolence.org, qui propose par ailleurs d’excellents articles de synthèse et études de cas sur les violences au xxe siècle.

3  Le terme Holodomor est un néologisme formé sur deux mots ukrainiens : holod (faim, famine) et moryty (affamer, tuer par privations). Ce terme, qui souligne le caractère intentionnel de la famine, a été utilisé pour la première fois par l’écrivain ukrainien Oleksa Musienko dans un rapport à l’Union des écrivains de Kiev en 1988.

4  L’Ukraine de l’Ouest était alors une région polonaise et donc n’a pas subi la famine, tandis que la Crimée appartenait à la Russie. Grâce à une pirouette historique, le pouvoir a associé aux commémorations de la Grande famine les victimes de la guérilla antinationaliste de l’Ouest et de la déportation des Tatars de Crimée.

5  Graziosi distingue le phénomène général à l’échelle de l’URSS, où la disette « spontanée » est inattendue par le pouvoir, de la spécificité ukrainienne. La famine est alors concomitance d’un impératif politique : l’Ukraine devient à partir de l’été 1932 la « principale question » soulignée par Staline, selon lequel le Parti, l’État et les organes de sécurité ukrainiens seraient infestés d’« agents nationalistes » et d’espions polonais (Graziosi, 2005, p. 463). Le pouvoir central a tout à fait conscience que les campagnes représentent l’épine dorsale du pays : en voulant casser les reins de la paysannerie, il soumet la nation ukrainienne à la volonté du centre.

6  Rappelons que le coût humain de la guerre en URSS a été extraordinairement lourd, puisqu’en incluant les morts au combat, les prisonniers de guerre ainsi que les civils, l’URSS a perdu plus de 25 millions d’habitants, sans parler des destructions et des privations extrêmes occasionnées par le conflit jusque dans les profondeurs de l’arrière soviétique. Voir, dans une vaste bibliographie, sur la guerre et l’occupation : Glantz, 2005 ; Manley, 2009 ; Meridale, 2005 ; Sakharov, 2005 ; Sevost’yannov éd., 2004 ; et sur la sortie de guerre : Edele, 2008 ; Cerovic et al. éd., 2008 ; Weiner, 2001.

7  Le musée d’Histoire contemporaine de Moscou, héritier du musée de la Révolution, en est un bon exemple. Le pacte germano-soviétique du 23 août 1939, et ses clauses secrètes, sont évoqués au début de la nouvelle salle consacrée à la Grande Guerre patriotique, sur un panneau discret qui témoigne cependant d’une volonté de rompre avec l’histoire officielle soviétique. Un fac-similé du pacte signé par Ribbentrop et Molotov, avec les protocoles secrets, est affiché. Cependant, aux côtés du pacte sont exposées des photographies représentant la liesse de la population lors de l’entrée de l’Armée rouge dans les territoires passés sous l’ère d’influence soviétique. La présentation de cette attitude, non majoritaire, tend à justifier a posteriori les protocoles secrets du pacte comme ayant permis la réalisation d’une incorporation souhaitée. Sont également présentées les « révolutions simultanées » des États baltes et la joie des signataires de la demande de rattachement à l’URSS, mais l’exposition reste silencieuse sur les déportations de juin 1941.

8  Plusieurs journées d’émeutes ont vu s’affronter nationalistes estoniens et russes, à Tallinn principalement. Les troubles furent déclenchés par le déplacement d’un monument, le « soldat de bronze », édifié en 1947 à la gloire des soldats de l’Armée rouge, « libérateurs » de l’Estonie occupée. Le démontage du monument soviétique fut décidé suite aux controverses nées d’un autre monument, cette fois-ci à la gloire des soldats estoniens enrôlés dans l’armée allemande, et qui avait suscité depuis sa mise en œuvre et son érection de vives protestations de la communauté internationale. En 2007, la protestation de la minorité russophone, soutenue par Moscou, dégénéra rapidement en combats de rue. On compta un mort (un russe d’Estonie poignardé), 1 200 interpellations, 51 mises en examen. Tandis que l’Union européenne tentait de calmer le jeu, les jeunesses du parti présidentiel pro-Poutine organisaient le siège de l’ambassade d’Estonie à Moscou, et l’Estonie subissait une agression de hackers de grande ampleur, paralysant pendant quelques jours ce petit pays à la pointe des activités virtuelles. Ces événements constituent la manifestation la plus visible des expressions concurrentes des mémoires de la guerre et des traumatismes liés aux années de régime soviétique aussi bien qu’à sa chute.

9 Une bibliographie abondante sur la question est donnée dans Ingrao et Solchany (2009).

10  La Commission a conduit des enquêtes systématiques dans tous les territoires libérés (décompte des biens, témoignages, localisation des fosses, etc.). Bien que jugées sévèrement par certains (cette commission a présenté Katyn comme un crime nazi), les archives de la Commission constituent un matériel édifiant qui rend compte à la fois des conditions de vie dans les territoires occupés, des exécutions nazies, mais également de l’importance accordée à la guerre par le pouvoir dès l’immédiat après-guerre. Entre autres, les témoignages récoltés entre 1943 et 1945 évoquent, quelques mois avant la censure, la Shoah au niveau local et le choc immense qu’a constitué le massacre des Juifs dans les territoires occupés.

11  Je tiens à signaler également l’existence d’un chef-d’œuvre cinématographique méconnu, Requiem pour un massacre (titre original : Idi i smotri (Va et regarde), une citation de l’Apocalypse) qui donne à voir avec une grande subtilité l’imbrication des violences en territoire occupé. Le film d’Elem Klimov retrace l’apprentissage de la violence d’un jeune partisan biélorusse. La deuxième partie du film restitue notamment en temps réel le massacre de villageois biélorusses par les Allemands et leurs auxiliaires locaux (Klimov, 1985).

12  Voir par exemple l’émission La fabrique de l’Histoire, « Après le scandale… retour sur les débats de l’année en histoire (3/4) : la Shoah par balles, une redécouverte ? », France Culture, 27 mai 2009.

13  Certains faits récents inversent le vocabulaire et la mémoire de guerre ayant habituellement cours dans le monde occidental. Ainsi, les poursuites intentées pour crime contre l’humanité par la justice lituanienne contre des rescapés du ghetto ayant rejoint les partisans et ayant combattu les collaborateurs, ont très récemment suscité des réactions diverses et relancent une fois de plus le débat sur l’assimilation entre nazisme et stalinisme. Voir notamment les articles publiés sur le site http://www.holocaustinthebaltics.com, consulté le 10 juin 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Juliette Denis, « Violences en URSS : chantiers historiographiques et enjeux mémoriels », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], 19 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4913 ; DOI : 10.4000/traces.4913

Haut de page

Auteur

Juliette Denis

Doctorante en histoire au HAR (Histoire des arts et représentations, Université Paris Ouest) et à l’IHTP (Institut d’histoire du temps présent, CNRS), ATER à l’Université Paris Ouest Nanterre La Défense.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page