Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

La géographie et la géomatique au crible de la néogéographie

Thierry Joliveau
p. 227-239

Résumés

L’activité nommée néogéographie est née dans les années 2000 avec les outils du web qui permettent aux individus d’annoter l’espace et d’attacher aux lieux les informations personnelles de leur choix. Elle est envisagée dans cet article comme un prisme permettant d’observer le renouvellement de l’interface entre géographie et informatique, assumée depuis plus de vingt ans par la géomatique et les sciences de l’information géographique. En remontant à l’émergence de la néogéographie et en étudiant sa définition et son affirmation, on voit clairement que les géographes sont restés absents des débats alors que la géomatique se trouve nettement mise en cause tant comme activité professionnelle que comme discipline. La conception de la néogéographie proposée par Michael F. Goodchild et relevant du paradigme des sciences de l’information géographique est ensuite exposée et ses limites discutées. La conclusion aborde à partir des pensées très différentes de deux philosophes, Henri Lefebvre et François Dagognet, certains enjeux géographiques théoriques de la néogéographie.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Même si nous sommes dubitatifs sur la pertinence même du néologisme néogéographie, nous avons déci (...)

1L’apparition de Google Maps en 2005 et son succès colossal ont de l’avis général marqué une rupture dans le rapport entre la géographie et l’informatique. Les spécialistes de l’information géographique ont vu leur domaine technique, jusqu’alors spécialisé et largement confidentiel, trouver une reconnaissance aux yeux du grand public. De nouveaux utilisateurs ont inventé des usages inédits. Des opérateurs techniques et industriels ont investi le secteur de l’information géographique sur le web et profondément élargi et bouleversé un domaine d’activité né bien avant Internet. Pour qualifier ce bouleversement et discuter ces nouveaux usages, le mot neogeography s’est imposé parmi les spécialistes, que ceux-ci soient ou non en accord avec la réalité ou la réelle nouveauté du phénomène. Il est assez courant d’entendre des personnes se qualifier de néogéographes et si le domaine de la néogéographie n’est pas vraiment circonscrit, il renvoie à des notions clairement définies. Ce thème nous est apparu adéquat au questionnement ouvert par la revue Tracés dans le volet « géographie » de son enquête « À quoi servent les sciences humaines ? » Il nous semble en effet que les géographes ne devraient pas rester indifférents à l’émergence d’un mouvement qui se propose implicitement de renouveler ou dépasser leur discipline et qui interroge leur rapport aux outils informatiques. C’est pourquoi nous nous arrêtons ici non sur le phénomène lui-même, mais sur les débats qui l’ont accompagné, en tentant de repérer les enjeux géographiques de la néogéographie1.

La géographie est partout, mais où sont les géographes ?

2Cette interrogation, tirée du texte programmatique de la journée de Tracés, est une excellente introduction à notre propos. La néogéographie naît en effet en dehors de la géographie traditionnelle, mais surtout elle se déploie dans un univers technologique très éloigné de celui dans lequel évoluent une majorité de géographes. La néogéographie est le produit d’un peuple de geeks, passionnés d’Internet et de nouvelles technologies et persuadés que les outils cartographiques qu’ils utilisent ou développent sur leurs ordinateurs vont renverser des pratiques archaïques et des idées obsolètes. Prendre comme prisme d’analyse la néogéographie conduit donc à renouer les fils d’un dialogue ancien mais pas forcément bien engagé et en tout cas laissé en plan : celui qu’entretient la géographie avec la géomatique, activité née à la frontière de la géographie et de l’informatique. Le « dialogue » dont il est question mobilise donc en fait trois entités : la géographie, l’informatique et leur enfant putatif et pas forcément désiré, la géomatique.

3Du côté de la géomatique, l’idée que les trois activités sont des disciplines à part entière est assez bien partagée. Certains chercheurs français en géomatique caressent ainsi l’idée d’une reconnaissance académique par l’obtention d’une vraie section géomatique au Conseil national des universités. Du côté de la géographie et de l’informatique, on envisage des rapports plus ancillaires avec la géomatique. Pour nombre de géographes, celle-ci est un ensemble d’outils et de pratiques techniques par nature prosaïques. Elle relève de l’intendance, et non du cœur ou de l’intelligence de la discipline : point d’enjeu théorique ni même conceptuel ; à peine une cuisine et ses divers ustensiles techniques. Rien de très différent, dans la manière dont la discipline informatique envisage la géomatique. Au mieux, une interrogation sur la nécessité d’autonomiser parmi les problèmes que se donne la discipline celui posé par un type particulier de données, celles qui concernent l’espace ; au pire, un doute fondamental sur la nature réellement informatique de recherches qui se commettent dans la résolution de problèmes pratiques et périphériques. Par ailleurs ces liens entre « disciplines » ne doivent pas seulement être réservés au domaine scientifique. La géographie intègre plusieurs types d’activités professionnelles et de multiples pratiques qui ne relèvent pas directement de la science. La néogéographie conduit à poser à nouveau la question des rapportsde la géographie aux outils informatiques, comme l’avait fait l’irruption de la géomatique il y a un quart de siècle, mais dans un contexte socio-technique très différent. L’émergence d’une néogéographie met en jeu autant la question de l’utilité et de l’image sociales de la géographie que sa raison scientifique. Quant à la géomatique, c’est aussi une industrie puissante à l’échelle mondiale, une profession organisée, des filières nationales de formation, toutes choses que les pratiques néogéographiques bousculent et interrogent.

D’où vient le mot néogéographie ?

  • 2  La néogéographie étant une invention du Net, c’est là que les sources se trouvent, plus que dans l (...)

4Le terme est ancien. Dans la petite recherche des origines et des usages du mot neogeography que David Haden a postée sur son blog2 (Haden, 2008), celui-ci remonte jusqu’à 1922. Les premières occurrences sont plutôt anodines et ne renvoient pas à une entreprise coordonnée de fondation d’un nouveau champ d’activité. Plus inattendu est le repérage par Haden du livre que le philosophe François Dagognet a publié en 1977 sous le titre Une épistémologie de l’espace concret et sous-titré Néo-géographie (Dagognet, 1977). Cette référence est intéressante à deux titres. D’abord ce travail philosophique est une tentative de Dagognet pour définir ce qu’il appelle la méthode géographique ou cartographique et qui consiste à étudier comment un phénomène quelconque se dispose et s’étend afin d’en dévoiler sa nature. Il est, selon Dagognet, beaucoup moins utile de s’interroger sur les « êtres » et les essences que sur la disposition des objets et des signes dans l’espace. Il se propose alors de démontrer l’intérêt d’une « science de l’espace, fondée sur l’étude des étalements, des rencontres et des distributions » (ibid., quatrième de couverture). Cette référence est d’autant plus significative que Dagognet termine son livre en insistant sur les opérations fondamentales de sa néogéographie : coder, mettre en mémoire et traiter les choses et leurs traces. Il ne faut pas oublier que deux ans plus tard il fera paraître une réflexion philosophique sur l’informatique (Dagognet, 1979). Le livre n’étant pas traduit en anglais, Haden doit se fier à une citation du livre dans un article. Cela lui fait commettre un contresens absolu quand il voit dans Dagognet un penseur proche d’Henri Lefebvre, qui lui semble être à la source de la néogéographie. En effet celle-ci est formalisée au départ chez des artistes du web, imprégnés des recherches de « psychogéographie » menées par l’Internationale lettriste puis prolongée par les situationnistes. Or on sait que Debord a été fortement influencé dans les années 1950 par La critique de la vie quotidienne de Lefebvre. Si les pensées de Lefebvre et Dagognet sont en réalité très différentes voire opposées, il est très significatif et même très logique, comme on le verra plus loin, qu’elles soient toutes les deux convoquées au-dessus du berceau de la néogéographie.

Google Maps

  • 3  [URL : http://jonudell.net/udell/2005-03-08-annotating-the-planet.html], consulté le 18 avril 2010

5Le déclencheur et le catalyseur de la neogeography est, comme on l’a dit, l’apparition de l’application Google Maps en 2005. Celle-ci permet aux internautes de chercher des adresses et de visualiser des plans et des photographies aériennes sur l’intégralité de la surface terrestre. Mais surtout, comme John Urdell l’a très vite repéré3, Google Maps permet à tout un chacun d’annoter sur le web le monde physique en l’agrémentant du contenu de son choix. Google Maps n’est donc pas une interface cartographique, ni même un service permettant à chacun de placer et de retrouver de l’information par l’intermédiaire de sa localisation, mais une véritable fabrique de services. En effet Google met à la disposition de tous les développeurs une API (Application Programming Interface), c’est-à-dire un outil pour construire à partir de Google Maps des briques logicielles offrant des fonctions nouvelles en ligne. Cela marque l’émergence d’applications informatiques composites (en anglais mashup), qui combinent des données ou des fonctions issues d’applications différentes. L’apparition de Google Maps s’intègre dans une évolution du web, perceptible depuis déjà quelques années auparavant et que les médias ont appelée le Web 2.0. Si sa définition ne fait pas consensus, le Web 2.0 se caractérise par l’apparition de sites dynamiques, dont le contenu n’est pas stocké dans des pages fixes mais dans des bases de données qui sont plus faciles à mettre à jour et à interroger. Il devient dès lors plus facile à un utilisateur d’interagir avec des sites qui deviennent des plates-formes de participation sur lesquelles on peut déposer des remarques, apporter des données ou même effectuer des opérations complexes, comme des calculs ou des traitements cartographiques.

« Explorer la géographie par l’extérieur »

  • 4  [URL : http://placekraft.blogspot.com/], consulté le 18 avril 2010.
  • 5  Voir le site platial.com à cette adresse : [URL : http://platial.typepad.com/news/], consulté le 1 (...)
  • 6  [URL : http://placekraft.blogspot.com/2006/05/what-is-Neogeography-anyway.html], consulté le 18 av (...)
  • 7  Dans un commentaire sur ce billet [URL : http://www.mcwetboy.net/maproom/2006/04/Neogeography.php] (...)

6Google Maps et Web 2.0 trouvent un écho en juin 2006 chez des groupes d’artistes et des théoriciens de l’art liés à deux blogs, Placekraft4 (Randall Szott) et Platial5 (Di-Ann Eisnor). Comme il est écrit sur Placekraft, le terme de neogeography est proposé pour remplacer avantageusement celui trop usé de psychogeography afin de qualifier de manière générale un ensemble de pratiques qui se situent en dehors, à côté ou dans la manière des géographes professionnels. Plutôt que de revendiquer des règles scientifiques, les méthodes néogéographiques s’expriment dans le domaine de l’intuition, de l’expression, du personnel, de l’absurde et/ou de l’artistique, ou peuvent être simplement une application idiosyncratique des « réelles » méthodes de la géographie. Selon ces auteurs, cela ne signifie pas que ces pratiques n’ont pas d’intérêt pour les sciences cartographiques ou géographiques, mais qu’elles ne se conforment habituellement pas aux protocoles professionnels6. On trouve des exemples de ces applications idiosyncratiques dans la présentation du site Werb Platial, lancé par Eisnor au même moment. L’objectif affiché est de fournir des technologies web pour que les internautes puissent gérer toutes les notes qu’ils ont dans « un tiroir de leur cuisine » et qui renvoient à des endroits et à des lieux : articles de magazine conseillant des musées, brochures touristiques, annonces de festivité. L’objectif du site web est d’aider à préserver cette connaissance intime des lieux, et à permettre aux utilisateurs de la partager avec d’autres. Ailleurs, Eisnor décrit son but ainsi : « mémoriser les expériences géographiques et explorer les relations aux lieux »7.

  • 8  [URL : http://placekraft.blogspot.com/2006/04/Neogeography-defined.html], consulté le 18 avril 201 (...)
  • 9  L’auteur pense vraisemblablement à l’ouvrage d’Elizabeth Grosz, Architecture from the Outside : Es (...)

7Placekraft définit un programme d’activités néogéographiques moins orienté vers les individus et plus directement vers la ville et la planification urbaine : « exploration urbaine, land-art, sculpture sur site, geotagging, promenades guidées, cités éphémères, urbanisme imaginaire, cartes modifiées, cartographie radicale » (ibid.), à quoi s’ajoutent ensuite : « architecture illégale, cartographie collaborative, planification urbaine imaginaire, journal de voyage, blogs de photos organisés par lieux »8. Quant à la manière dont toutes ces activités pourront être connectées, la réponse n’est pas simple. Pour Placekraft, elles tombent « tangentiellement » dans le domaine « d’une géographie plutôt humaniste ». Il faut, écrit-il en s’inspirant d’Elizabeth Grosz9, « tenter d’explorer la géographie par l’extérieur ». Ce versant de la neogeography se construit donc à l’articulation de deux mouvements : d’une part la réponse à un besoin technologique d’aide à l’organisation et au partage des notes et des marques personnelles des individus à propos des lieux ; d’autre part une démarche artistique radicale, héritée des situationnistes et intégrée dans les courants de la philosophie du genre et de théories postmodernes qui se positionne de manière décalée par rapport à la géographie savante, mais en référence explicite par rapport à elle.

Dépasser la géomatique

  • 10  Turner a toujours reconnu sa dette envers Platial comme on peut le voir ici : [URL : http://highea (...)
  • 11  [URL : http://openstreetmap.org ], consulté le 18 avril 2010.
  • 12  [URL : http://www.flickr.com], consulté le 18 avril 2010.
  • 13  [URL :http://wikimapia.org], consulté le 18 avril 2010.
  • 14  [URL :http://www.tagzania.com], consulté le 18 avril 2010.

8La deuxième caisse de résonance de la néogéographie est à chercher du côté des développeurs informatiques du web. Le mouvement est lancé par Andrew J. Turner en décembre 2006, soit un an après l’invention du nom par Platial et Plackraft10. Turner publie un livre électronique chez O’Reilly Media, intitulé Introduction to Neogeography (2006). Pour lui, la néogéographie combine les techniques complexes de la cartographie et des SIG (systèmes d’information géographique) pour les mettre à la portée des utilisateurs et des développeurs. Il passe en revue les différents logiciels et matériels informatiques, les formats de données, les langages et les ressources utiles à des non-spécialistes pour créer et partager de l’information géographique sur le web. L’approche de Turner est délibérément technique, mais il prend soin de viser aussi bien un grand public sans compétence informatique, qui peut utiliser des services simples, et les informaticiens susceptibles de développer ces applications à destination de ce même public. Parmi les exemples de projets et services grand public néogéographiques que cite Turner en 2006, la plupart sont toujours en fonctionnement aujourd’hui : par exemple OpenStreetMap11, le projet maintenant très célèbre qui a pour objectif de créer une carte libre et gratuite du monde par contribution des utilisateurs, ou Flickr12, la plate-forme de Yahoo pour le partage et la localisation de photographie, qui compte actuellement des millions d’utilisateurs. À côté de Platial, déjà cité, qui permet à chacun d’élaborer les cartes de ses endroits préférés, Turner mentionne Wikimapia13 et Tagzania14 qui servent à annoter la surface terrestre. Il cite aussi des solutions demandant des compétences informatiques plus développées mais qui permettent de se passer de ces plates-formes propriétaires pour géolocaliser ses données personnelles et les publier sur le web.

  • 15  [URL :http://highearthorbit.com/neogeography-towards-a-definition], consulté le 18 avril 2010.
  • 16  « How neogeography killed GIS » : [URL : http://www.slideshare.net/ajturner/how-neogeography-kille (...)
  • 17  [URL : http://highearthorbit.com/neogeography-towards-a-definition/], déjà cité.

9Turner remarque que la plupart des outils et techniques informatiques qu’il expose sont nés en dehors de la sphère traditionnelle de la géomatique et des SIG. Les géomaticiens traditionnels utilisent Mapinfo et ArcGIS, les néogéographes emploient Google Maps et World Wind. Les discussions des premiers portaient sur l’intérêt comparé des projections de Mercator et de Mollweide, on discute maintenant des formats GPX ou KML. La géolocalisation se fait par les moyens les plus divers (adresse IP, bornes Wi-Fi, GSM, GéoRSS…) et plus seulement à partir de cartes ou de photographies aériennes. Les dispositifs de saisie sur le terrain sont aussi nouveaux : récepteurs GPS peu coûteux et non différentiels, appareils photographiques, caméras numériques et même téléphones mobiles. Les outils ne sont plus les logiciels classiques installés localement mais ces fameuses applications composites sur Internet, agrémentées depetits outils d’interface graphique (les widgets) qui permettent d’ajouter des fonctionnalités cartographiques à un site Web. La production et la publication des cartes se font à travers les blogs, les wikis ou les réseaux sociaux, et non plus sur des sites spécialisés. Les fournisseurs de données cartographiques de fond et des référentiels sont Google, Microsoft ou Yahoo et non plus directement les agences nationales ou les sociétés privées. Enfin, la production même de la donnée de base se fait en ligne et de manière coopérative. Selon Turner, la néogéographie nécessite même une démarche méthodologique spécifique, possède ses propres communautés d’utilisateurs issues du monde du logiciel libre et organise ses conférences spécifiques. Un an plus tard, Turner donne sur son blog sa définition de la néogéographie : « les outils et techniques géographiques utilisés pour des activités personnelles ou pour l’utilisation par des groupes d’utilisateurs non experts ; ni formelle ni analytique »15. Dans cette acception, la néogéographie se définit uniquement par rapport à la géomatique en prétendant la dépasser. Elle se veut comme une rupture technologique et culturelle radicale par rapport aux approches traditionnelles de l’informatique géographique. Ses outils, ses méthodes et son public sont nouveaux. C’est une déclaration de guerre non déguisée à la géomatique traditionnelle, qui se trouve à la fois ringardisée et réduite à une communauté de spécialistes en voie de disparition. Trois ans après, selon Turner, cette guerre est d’ores et déjà gagnée. Il intitule ainsi sa communication à la conférence 2009 de l’Association for Geographical Information (AGI), organisme qui rassemble l’industrie de l’information géographique britannique : « Comment la néogéographie a tué les SIG »16. Pourtant, la définition de la néogéographie que Turner donne sur son blog fin 2007 se rapproche beaucoup de celle de Platial et Plackraft : « les outils et techniques géographiques utilisés pour des activités personnelles ou pour l’utilisation par des groupes d’utilisateurs non experts ; ni formelle ni analytique »17.

Les réactions des géomaticiens et des géographes

  • 18  [URL : http://apb.directionsmag.com/archives/3703-Neogeography-is-not-GIS ;-not-LI.html], consulté (...)
  • 19  [URL : http://www.vector1media.com/vectorone/ ?p =67], consulté le 18 avril 2010.

10Directement provoqués par Turner, les industriels de l’information géographique et de la géomatique traditionnelle réagissent rapidement. Mike Hickey, PDG de Pitney Bowes Software, l’éditeur de Mapinfo, un des logiciels de SIG les plus vendus dans le monde, enflamme la blogosphère en déclarant en décembre 2007 que la néogéographie n’a rien à voir avec la géomatique18. Elle ne crée pas de données et ne fait pas d’analyse spatiale, contrairement aux SIG. Pour lui, la néogéographie relève essentiellement de la visualisation de données et a eu surtout l’intérêt d’élargir l’utilisation des SIG des utilisateurs pionniers à une population plus vaste. Si cette déclaration démontre une ignorance de ce qu’est la néogéographie pour ses initiateurs, c’est-à-dire la fourniture à des non-experts des moyens de créer les données qui les intéressent personnellement, elle lance un débat parmi les spécialistes sur le caractère réellement novateur des usages et des outils de la néogéographie et de l’intégration ou non de celle-ci dans la géomatique professionnelle. En décembre 2007, le magazine GIS World interroge les industriels membres de son conseil pour savoir si la néogéographie aide ou pénalise l’industrie géospatiale. La conférence de l’AGI de 2007 organise un débat sur le thème : « La néogéographie va-t-elle étouffer la géomatique professionnelle ? »19

  • 20  Voir notre billet sur : [URL : http://mondegeonumerique.wordpress.com/2007/11/13/geomatique-20], c (...)
  • 21  Il y a d’ailleurs une contradiction interne entre l’annonce de Turner sur la mort des SIG et l’ajo (...)

11On pouvait s’interroger dès cette époque sur le caractère artificiel de la coupure entre ces approches prétendument opposées20. Il nous semblait par exemple que la néogéographie devait plutôt s’envisager comme une nouvelle version de la géomatique. La nouvelle panoplie d’outils n’était pas en rupture si complète avec les outils déjà utilisés. L’orientation opensource des logiciels utilisés paraissait aussi aller dans le sens d’une inflexion de trajectoire déjà entamée par les professionnels des SIG, qui s’appropriaient ces outils. Dans les réseaux professionnels de la géomatique, des spécialistes des nouvelles API étaient déjà apparus, en plus et non à la place des spécialistes des logiciels propriétaires. Et les « opérateurs historiques » des SIG avaient déjà fait évoluer leurs pratiques pour dialoguer avec les nouveaux acteurs et intégrer leurs nouveaux outils. En conclusion, si les applications dites néogéographiques semblaient réellement nouvelles, leur articulation avec les méthodes traditionnelles et une ouverture de la géomatique à une nouvelle culture nous semblaient plus probables que le remplacement de l’une par l’autre21.

12Si les géomaticiens se sont sentis bousculés par l’offensive néogéographique venant du côté des développeurs informatiques, les géographes n’ont pas réagi à ce qu’ils auraient pu – à tout le moins – considérer comme une usurpation d’intitulé. Ils ne se sont guère positionnés par rapport à ce qui pouvait les concerner directement et qui était porté par le versant plus artistique de la néogéographie : la possibilité pour les individus de gérer sur le web leurs expériences géographiques et d’y explorer leurs relations aux lieux. La position la plus articulée est celle de Michael Goodchild, dans un numéro spécial du Journal of Location Based Services (Rana et Joliveau, 2009). Pour Goodchild, géographe et spécialiste très connu des SIG et de l’analyse spatiale, la question centrale posée par la néogéographie est celle de l’expertise géographique. Toute distinction entre un scientifique et un novice est liée à la complexité du sujet traité. Si l’on peut parler de néogéographie faite par les amateurs, alors qu’une néophysique nucléaire ou une néoagronomie ne serait pas concevable, c’est que l’objet géographique est familier à tout un chacun, que tout individu a l’impression de le pratiquer quotidiennement. Goodchild pense que l’apparition du terme néogéographie est l’expression de l’échec des géographes savants qui n’auraient pas réussi à convaincre les citoyens qu’un ensemble théorique solide existait pour rendre compte de la distribution des phénomènes à la surface de la Terre et qu’il nécessitait des méthodes et outils analytiques dépassant les simples observations brutes. Trop souvent la tâche perçue des géographes par les profanes est géo-graphique. Elle consiste à dresser un portrait graphique de la surface de la Terre sous forme de cartes. Or cette fonction de description cartographique est précisément celle que les néogéographes – ou prétendus tels – entendent justement assumer. Goodchild propose une nouvelle conceptualisation des différentes formes de l’expertise géographique, qui prend acte de l’émergence des nouveaux outils et usages personnels de l’information géographique. Sa réponse est assez significative de la posture épistémologique des sciences de l’information géographique (Longley, Goodchild, Maguire et Rhind 2001), le versant « scientifique » de la géomatique. Elle mérite une analyse et une discussion approfondies, que nous ne pouvons malheureusement pas mener ici, faute de place.

13Les géographes non géomaticiens se sont, eux, peu manifestés face à ce qu’ils auraient pu percevoir comme une appropriation indue d’un label. Cela s’explique par le fait que les deux versants de la néogéographie mettent plus l’accent sur les outils que sur la dimension cognitive de leur utilisation. Du point de vue des géographes, c’est évidemment moins cette dimension informatique ou informationnelle qui importe que la conceptualisation de l’espace, des lieux et des territoires associée à ces outils et à leur usage. Cette dimension peut être de nature cognitive, psychologique ou socio-géographique. Elle renvoie aussi aux contextes organisationnels dans lesquels ces outils sont mis en œuvre. Mais les géographes ne se sont guère positionnés par rapport à ce qui pouvait les concerner directement et qui était porté par le versant plus artistique de la néogéographie : la possibilité pour les individus de gérer sur le web leurs expériences géographiques et d’y explorer leurs relations aux lieux. Cette indifférence s’explique aussi en partie par les lieux du débat. Ce n’est pas sur le Net et encore moins sur les blogs que les géographes universitaires s’expriment le plus naturellement, ce qui est très certainement une faiblesse de la discipline.

Conclusion

14Revenons pour conclure sur les deux philosophes dont les noms sont cités dans le dossier de la néogéographie. Même si leurs options philosophiques ne les rapprochent guère, Henri Lefebvre et François Dagognet ont en commun de penser l’espace depuis l’extérieur de la géographie.

15Les travaux d’Henri Lefebvre du début des années 1970 et surtout son livre La production de l’espace (Lefebvre, 2000) ont eu un impact considérable sur les études urbaines mais ils ne font pas ou plus partie de la littérature habituelle des géographes français, comme le signale Jean-Yves Martin (2006). David Haden (2008) faisait l’hypothèse que la pensée de Lefebvre fournissait des clés théoriques pour une analyse de la néogéographie des pratiques artistiques ou de type « psychogéographique ». Certes, la néogéographie est à l’heure actuelle largement dominée par une consommation intense et connaît une croissance rapide de services localisés personnels ou sociaux, fournis par des opérateurs privés et complètement intégrés dans la sphère marchande. Cela n’empêche pas que vienne toujours s’y greffer une activité très minoritaire mais innovante, créative, expérimentale, ludique, proche de celle qu’avaient imaginée ses initiateurs. À la liste potentielle de Szott citée plus haut, Haden ajoute d’autres activités néogéographiques plus récentes : cartographie des émotions (Nolde, 2005) et des sentiments, enregistrement de sons, relevés de traces ou d’objets inattendus, géocaching, œuvres d’art à partir de traces GPS, créations littéraires localisées, cartographies provocatrices, design urbain (Abrams et Hall, 2006)… Les principales catégories des géographes (paysage, espace, territoire) sont-elles bien adaptées pour penser ce type d’objets ? La triplicité de l’espace chez Lefebvre, qui distingue espace physique, espace mental et espace social, n’offre-t-elle pas des pistes plus riches pour en rendre compte théoriquement ? Et cela d’autant plus que sa pensée dialectique et complexe s’astreint à ne jamais dissocier ces trois espaces mais à les penser ensemble. On peut prendre l’exemple des travaux d’Edward Soja (1996), très inspirés de Lefebvre, et son refus d’un dualisme traditionnel opposant l’espace concret des objets matériels et physiques et celui des constructions mentales et des représentations idéelles. Ses théories sur le troisième espace (Thirdspace) et les lieux réels-et-imaginés (real-and-imagined places) sont utiles par exemple pour penser la mobilisation grâce à des techniques géomatiques mobiles d’univers fictionnels et artistiques dans le cadre de pratiques touristiques (Joliveau, 2009).

  • 22  [URL : http://www.floatingsheep.org], consulté le 18 avril 2010.
  • 23  [URL : http://tagmaps.research.yahoo.com/], consulté le 18 avril 2010.
  • 24  [URL : http://www.walkscore.com], consulté le 18 avril 2010.

16Quant à François Dagognet, si ses réflexions sur le paysage sont connues des géographes (Dagognet, 1982 ; Dagognet, Guéry et Marcel, 1982), son approche néogéographique l’est moins. Laissant de côté une recherche vaine des essences cachées derrière les apparences, il s’intéresse aux surfaces et à leur disposition : « Ne quittons pas le sol, c’est-à-dire l’inscription, l’habitat, le paysage, là où s’implantent les vivants, les matériaux, les données, sinon même les sociétés » (Dagognet, 1977, p. 124). Il s’agit donc de capter, mémoriser, cartographier et agréger les signes et les traces des phénomènes pour en étudier les distributions. Quand les objets sont numériques, cette tâche relève traditionnellement de la géomatique. Mais ceux produits par les individus et les groupes avec leurs outils néogéographiques, qu’ils soient professionnels ou amateurs, libres ou propriétaires, sont très différents des objets que traitaient habituellement les SIG et l’analyse spatiale. Il s’agit maintenant d’avis, de messages, de pratiques, d’œuvres, voire de souvenirs, de sentiments ou même de désirs et de rêves. Or cette cartographie est déjà mise en œuvre par des analystes qui agrègent et analysent les annotations spatialisées laissées par les Internautes. L’exemple le plus élaboré est certainement celui du site Floatingsheep22 qui, à partir des informations géolocalisées par les utilisateurs de Google Maps (les placemarks), produit des cartes des phénomènes les plus divers : les références à la religion, la grippe, les sujets politiques… Le site TagMap Research23 de Yahoo constitue un autre exemple de visualisation systématique des données fournies par les utilisateurs, qui concernent cette fois les tags associés aux photographies. Enfin dans un autre genre, on peut citer le site Walk Score24 qui, par l’application d’un algorithme sur la proximité des commerces et d’équipements autodéclarés dans Google Maps, calcule automatiquement pour une adresse son indice d’aménité piétonnière, indiquant si l’on peut y vivre sans voiture. On voit à travers ces exemples qu’une nouvelle génération d’utilisateurs et d’outils apparaît qui produit des analyses géographiques à partir des données personnelles mises en ligne par les utilisateurs. Leurs résultats sont à interroger et critiquer mais leur démarche s’intègre bien dans cette néogéographie que Dagognet anticipait et qu’il voyait s’étendre d’« une science des paysages et des indices » à « l’examen des rapports souterrains, des chemins insoupçonnés et des communications sociales » (Dagognet, 1982, quatrième de couverture). Ces analystes sont-ils des géographes, des néogéographes ou des géomaticiens ? Ils doivent en tout cas combiner la maîtrise des nouveaux outils géographiques du web, des méthodes d’analyse spatiale et une solide culture géographique pour replacer leurs analyses dans celles produites par la discipline à partir de données plus classiques.

17On bouclera avec la question du début : où sont les géographes quand on parle de néogéographie ? Peut-être pas où il faudrait. Ceux qui disposent des compétences techniques n’ont pas forcément les outils théoriques pour interroger les phénomènes. Et réciproquement ceux qui ont une culture géographique s’intéressent encore trop rarement à ces nouvelles données. Sans doute est-il temps de combler le hiatus ancien qui existe entre la pensée géographique et les outils techniques de traitement de l’information. Ceux-ci ne sont-ils pas, aussi, des outils de la pensée ?

Haut de page

Bibliographie

Des DOI (Digital Object Identifier) sont automatiquement ajoutés aux références par Bilbo, l'outil d'annotation bibliographique d'OpenEdition.
Les utilisateurs des institutions abonnées à l'un des programmes freemium d'OpenEdition peuvent télécharger les références bibliographiques pour lesquelles Bilbo a trouvé un DOI.
Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Abrams Janet et Hall Peter éd., 2006, Else/Where. Mapping New Cartographies of Networks and Territories, Minneapolis, University of Minnesota Press.

Dagognet François, 1977, Une épistémologie de l’espace concret. Néo-géographie,Paris, Vrin.

— 1979, Mémoire pour l’avenir. Vers une méthodologie de l’informatique, Paris, Vrin.

Dagognet François éd., 1982, Mort du paysage ? Philosophie et esthétique du paysage, Seyssel, Champ Vallon.

Dagognet François, Guéry François et Marcel Odile, 1982, « Mort et résurrection du paysage ? », La théorie du paysage en France (1974-1994), A. Roger éd., Seyssel, Champ Vallon, p. 133-141.

Haden David, 2008, « A short enquiry into the origins and uses of the term “neogeography” » [en ligne], [URL : http://www.d-log.info/on-neogeography.pdf], consulté le 18 avril 2010.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Joliveau Thierry, 2009, « Connecting real and imaginary places through geospatial technologies : examples from set-jetting and art-oriented tourism » [en ligne], Cartographic Journal, vol. 46, no 1, p. 36-45.
DOI : 10.1179/000870409X415570

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Lefebvre Henri, 2000 [1974], La production de l’espace, Paris, Anthropos.
DOI : 10.3406/homso.1974.1855

Longley Paul, Goodchild Michael F., Maguire David et Rhind David éd., 2001, Geographic Information Systems and Sciences, Chichester, John Wiley & Sons.

Martin Jean-Yves, 2006, « Une géographie critique de l’espace du quotidien » [en ligne], Articulo, vol. 2, [URL : http://articulo.revues.org/index897.html], consulté le 18 avril 2010.

McCloy Keith R., 1995, Resource Management Information Systems. Process and Practice, Londres, Bristol, Taylor & Francis.

Nolde Christian, 2005, « The Greenwich emotion map project » [en ligne], [URL : http://www.emotionmap.net.], consulté le 18 avril 2010.

Rana Sanjay et Joliveau Thierry, 2009, numéro thématique « Neogeography », Journal of Location Based Service, vol. 3, no 2.

Format
APA
MLA
Chicago
Le service d'export bibliographique est disponible pour les institutions qui ont souscrit à un des programmes freemium d'OpenEdition.
Si vous souhaitez que votre institution souscrive à l'un des programmes freemium d'OpenEdition et bénéficie de ses services, écrivez à : access@openedition.org.

Soja Edward W., 1996, Thirdspace. Journeys to Los Angeles and Other Real-and-Imagined Places, Malden - Oxford, Blackwell.
DOI : 10.1177/030981689806400112

Turner Andrew J., 2006, Introduction to Neogeography, Londres, O’Reilly Media.

Haut de page

Notes

1  Même si nous sommes dubitatifs sur la pertinence même du néologisme néogéographie, nous avons décidé de ne pas le mettre entre guillemets parce que : 1) aucun autre nom ne s’impose ; 2) il est revendiqué par un groupe de professionnels et accepté comme étiquette dans certaines sphères.

2  La néogéographie étant une invention du Net, c’est là que les sources se trouvent, plus que dans la littérature, même grise. Le travail de David Haden est précieux et rigoureux, comme nous avons pu le vérifier en suivant ses traces. Il n’a jamais été publié dans une revue académique. Voir aussi Rana et Joliveau (2009).

3  [URL : http://jonudell.net/udell/2005-03-08-annotating-the-planet.html], consulté le 18 avril 2010.

4  [URL : http://placekraft.blogspot.com/], consulté le 18 avril 2010.

5  Voir le site platial.com à cette adresse : [URL : http://platial.typepad.com/news/], consulté le 18 avril 2010. Ce site, le plus ancien ayant revendiqué dans son intitulé le terme de néogéographie, vient de fermer, ce qui illustre peut-être le vieillissement de la néogéographie elle-même.

6  [URL : http://placekraft.blogspot.com/2006/05/what-is-Neogeography-anyway.html], consulté le 18 avril 2010.

7  Dans un commentaire sur ce billet [URL : http://www.mcwetboy.net/maproom/2006/04/Neogeography.php], consulté le 18 avril 2010. Le texte anglais est : « memorializing experiences geographically and exploring relationship to place. » [N.d.l.r. Toutes les traductions sont de l’auteur].

8  [URL : http://placekraft.blogspot.com/2006/04/Neogeography-defined.html], consulté le 18 avril 2010.

9  L’auteur pense vraisemblablement à l’ouvrage d’Elizabeth Grosz, Architecture from the Outside : Essays on Virtual and Real Space, Cambridge, MIT Press, 2001.

10  Turner a toujours reconnu sa dette envers Platial comme on peut le voir ici : [URL : http://highearthorbit.com/platial-and-the-Neogeography-of-the-web/]. C’est d’ailleurs la société qu’il a créée Géocommons ([URL : http://geocommons.com/], consultés le 18 avril 2010), qui a repris les données des utilisateurs de Platial quand le site a fermé.

11  [URL : http://openstreetmap.org ], consulté le 18 avril 2010.

12  [URL : http://www.flickr.com], consulté le 18 avril 2010.

13  [URL :http://wikimapia.org], consulté le 18 avril 2010.

14  [URL :http://www.tagzania.com], consulté le 18 avril 2010.

15  [URL :http://highearthorbit.com/neogeography-towards-a-definition], consulté le 18 avril 2010.

16  « How neogeography killed GIS » : [URL : http://www.slideshare.net/ajturner/how-neogeography-killed-gis ?src =embed], consulté le 18 avril 2010.

17  [URL : http://highearthorbit.com/neogeography-towards-a-definition/], déjà cité.

18  [URL : http://apb.directionsmag.com/archives/3703-Neogeography-is-not-GIS ;-not-LI.html], consulté le 18 avril 2010. Les commentaires à ce billet sont particulièrement intéressants pour comprendre le débat entre géomaticiens et néogéographes.

19  [URL : http://www.vector1media.com/vectorone/ ?p =67], consulté le 18 avril 2010.

20  Voir notre billet sur : [URL : http://mondegeonumerique.wordpress.com/2007/11/13/geomatique-20], consulté le 18 avril 2010.

21  Il y a d’ailleurs une contradiction interne entre l’annonce de Turner sur la mort des SIG et l’ajout qu’il fait à sa définition de 2005 pour mieux préciser sa pensée : « Si vous utilisez Tagzania [un outil d’annotation cartographique] pour mesurer la biodiversité de la seiche, vous faites du SIG. Si vous utilisez ArcGIS pour faire une carte de vos vacances d’été, vous faites de la néogéographie. » Si ce n’est pas l’outil qui distingue néogéographie et géomatique traditionnelle, pourquoi ne s’hybrideraient-elles pas ?

22  [URL : http://www.floatingsheep.org], consulté le 18 avril 2010.

23  [URL : http://tagmaps.research.yahoo.com/], consulté le 18 avril 2010.

24  [URL : http://www.walkscore.com], consulté le 18 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Thierry Joliveau, « La géographie et la géomatique au crible de la néogéographie », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 27 mai 2016. URL : http://traces.revues.org/4847 ; DOI : 10.4000/traces.4847

Haut de page

Auteur

Thierry Joliveau

Professeur de géographie à l’université Jean Monnet - Saint-Étienne, chercheur au laboratoire « Environnement, ville, société » (CNRS, ENS de Lyon, ENTPE, Université Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Étienne, INSA) et membre du programme ANR Médiagéo.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page