Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Planète Terre : la géographie dans la sphère publique

Sylvain Kahn
p. 217-225

Résumés

Alors que la demande sociale pour la géographie est forte et que les géographes ont un éclairage disciplinaire à faire valoir dans les débats intellectuels, leur absence de la sphère publique étonne. Cet article revient sur la genèse et le fonctionnement de Planète Terre, l’émission de géographie de France Culture, et sur la place qu’elle donne à la géographie et aux géographes dans les médias.

Haut de page

Texte intégral

1C’est depuis un lieu bien identifié que ma contribution se situe : l’espace médiatique, et plus précisément depuis Planète Terre, « l’émission de géographie de France Culture » dont je suis le producteur et l’animateur. Si on parle de géographie dans d’autres émissions – comme Le dessous des cartes ou Thalassa… – Planète Terre est la seule émission à se revendiquer explicitement de la géographie ; c’est à ce titre que je livre quelques réflexions sur la présence de la géographie dans la place publique. C’est du point de vue d’une pratique professionnelle et d’une expérience des médias que je les exprime, et non d’un point de vue théorique élaboré au sein de l’Université.

Sphère, place ou espace ?

  • 1  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)

2La communauté des géographes intervient relativement peu dans le débat public – dès lors qu’on les compare à leurs collègues des autres sciences humaines et sociales, comme à ceux des sciences de la vie et de la Terre. Ce constat n’est pas nouveau, il est répété à l’envi. Qu’en est-il de la place des géographes sur cette place publique ? D’emblée, le titre « La géographie sur la place publique », donné par les organisateurs à la table ronde à laquelle j’ai participé, est significativement amusant. Parler de « La géographie sur la place publique » permet ainsi d’éviter soigneusement d’avoir à choisir de parler de sphère publique voire d’espace public, pour reprendre le titre de l’ouvrage de Jürgen Habermas1 ; c’est peut-être à dessein que les organisateurs de la journée d’étude et la rédaction de Tracés ont évité ce terme d’« espace » qui fait l’objet de tant de débats dans la discipline, au profit d’un terme plus neutre. Toutefois, il faut rappeler que la traduction française du titre d’Habermas – L’espace public – est mauvaise : pour être parfaitement rigoureux, il faudrait plutôt lire « La sphère publique ».

3C’est cette mauvaise traduction qui m’intéresse : la question est justement de savoir pourquoi les géographes sont finalement si peu présents dans la sphère publique – et plus largement de tous les débats de la sphère intellectuelle – alors que leur objet privilégié est l’espace. Il existe naturellement une réponse imparable. Elle est sémantique : la sphère est une réalité métaphorique, figurée. L’espace désigne la réalité spatiale : c’est l’objet des géographes, ou, pour parler en journaliste, leur angle. On peut donc être celui qui comprend l’espace et l’explique, sans pour autant intervenir dans l’espace public, nom communément donné à la sphère publique. Il y a pourtant aujourd’hui des raisons d’interroger la sphère publique d’un point de vue spatial. Car si la sphère publique désigne métaphoriquement la combinatoire des modalités de l’être ensemble, notamment (mais pas uniquement) sur le registre politique et citoyen, l’une des dimensions de la sphère publique requiert l’attention et l’intervention des géographes. Il s’agit de l’organisation des lieux réels qui cristallisent et précipitent la parole sociale et le vivre ensemble – des figures spatiales que prend la sphère publique. Poser la question de la sphère publique sous les angles géographique et spatial n’a jamais été aussi pertinent, dans la mesure où les espaces publics ne cessent de se privatiser. Aujourd’hui, de plus en plus de lieux de rencontre et d’échange sont gérés par des partenariats publics/privé ou relèvent exclusivement du privé : les centres commerciaux en sont un bon exemple. Les interfaces web des réseaux sociaux également, tout comme les aires de repos des autoroutes, les espaces de services et de détente des stations-service autoroutières, les lounge (salons d’attente privatisés) des compagnies aériennes dans les aéroports, ou des aéroports eux-mêmes, les galeries marchandes et les halls de musées, les espaces des fournisseurs de blogs… De nombreuses critiques sont formulées qui observent une disjonction entre cette privatisation et les pratiques collectives, alors même que les politiques d’aménagement prônent les démarches participatives et la proximité. Cette privatisation de l’espace public pose la question de la privatisation de la sphère publique.

4Dans le même temps – si l’on continue d’observer ces phénomènes d’un point de vue géographique – on est frappé par la « domestication » de l’espace public, qui s’oppose justement à sa privatisation. Une bonne partie de ce qui survient dans la sphère publique ne se déroule plus dans des espaces ouverts au public (comme les places, les salles de spectacle, les amphithéâtres…). Les échanges et les partages de savoirs ou d’expériences se font de plus en plus depuis chez soi. Ce qui rend possible cette évolution, c’est la réticulation de plus en plus importante du savoir et de la circulation des informations. Dans ce réseau, le lieu central est l’ordinateur : on est de plus en plus devant son ordinateur pour naviguer sur Internet, envoyer des messages, contribuer à des forums de discussion ou encore participer à des réseaux sociaux. On observe donc un repli de ces processus de socialisation dans les espaces domestiques. Aujourd’hui, un changement de taille intervient : l’ordinateur se transporte et se connecte partout à la toile en Wi-Fi et les smartphones permettent de rester connecté. La sphère domestique envahit l’espace public : s’il veut s’exprimer dans l’espace public, le public assemblé dans un amphithéâtre peut aussi bien intervenir oralement ou alors poursuivre ses activités grâce à son ordinateur. Cette percussion entre l’espace public privatisé et la domestication de l’espace public est révélatrice des changements qui affectent aujourd’hui les modalités de prise de parole et d’échange des connaissances dans la sphère publique.

  • 2  Voir le site d’Étienne Chouard : [URL : http://etienne.chouard.free.fr/], consulté le 3 avril 2010

5Ces évolutions accompagnent l’augmentation des connaissances géographiques, elle-même liée à l’essor des mobilités. On a là les deux versants d’un même phénomène. Cela va bien sûr avec la multiplication des formes de publicité au sens où les façons de rendre public un fait se diversifient et sont de plus en plus nombreuses. Et cela favorise aussi une explosion des formes de citoyenneté, entendue comme la prise de position dans les espaces public et politique. Ce changement a été bien mis en évidence par la stratégie de campagne du candidat Barack Obama qui a minoré les habituels et principaux relais institutionnels d’opinion (partis politiques, presse…) au profit d’un lien direct avec des individus issus d’une base qu’il a su mobiliser derrière lui. Lors de la campagne référendaire de 2005 sur la ratification du traité constitutionnel européen, un blogueur, Étienne Chouard2, a réussi à devenir un leader d’opinion : alors qu’il n’était pas un spécialiste du sujet mais un citoyen engagé, son site est devenu l’un des plus consultés et des plus prescripteurs du moment.

6On tient là un paradoxe : alors que l’on observe une explosion et une multiplication des formes et des structurations des espaces publics, les individus restent confinés dans l’entre-soi. Plus les lieux de sociabilisation sont nombreux, plus l’espace public offre de possibilités d’interventions et d’échanges, plus les individus se regroupent dans des enclaves virtuelles où la diversité est absente. La distance n’y fait rien : sur les réseaux sociaux, les gens ont tendance à se retrouver entre eux. Le géographe est particulièrement outillé pour saisir cette évolution très importante des sociétés contemporaines.

7Il faut à présent envisager le rôle des médias dans cette évolution. Pour mémoire, il n’est pas inutile de rappeler que le sociologue des médias – c’est ainsi qu’il se présente – Dominique Wolton a proposé le même type d’analyse dans les années 1990 quand il s’est élevé contre le projet franco-allemand de création d’une chaîne de télévision culturelle. Il allait alors à contre-courant de l’opinion, alors favorable à ce projet. Selon lui, la création d’Arte allait conduire à enfermer la culture dans un ghetto télévisuel ; il dénonçait la segmentation de l’offre télévisuelle et l’enclavement de certaines formes de consommation. De fait, l’offre s’est étoffée et n’a cessé de se segmenter par la création de chaînes thématiques rendues possibles par l’essor du satellite, du câble, de la TNT ou des webTV.

8Dominique Wolton a eu à la fois raison et tort. Il a eu raison parce que cette segmentation poussée de l’offre a permis à des gens de se retrouver virtuellement entre eux, dans un petit groupe : ils regardent le même type d’émissions, sur le même type de chaînes et ne s’ouvrent pas à la diversité de la société. Cette évolution s’amplifie par le satellite : dans un pays étranger, vous pouvez continuer à regarder vos chaînes de télévision nationales. Dans le même temps, Dominique Wolton a eu tort ; avec les nouvelles technologies (à commencer par la télécommande, puis Internet), chacun peut composer sa carte d’émissions : les podcasts permettent de construire sa propre grille de programmes, totalement indépendante des chaînes. Aujourd’hui, chacun est en mesure de composer sa propre sphère publique ; on observe donc une très grande fluidité dans la manière de se situer et d’agir dans le débat public.

La géographie dans l’espace public

  • 3  Laurent Cailly, « L’étrange silence des géographes », Le Monde, 10 décembre 2009. Disponible en li (...)

9L’espace public (entendu au sens de sphère publique) n’a jamais été aussi justiciable d’une analyse géographique : il est donc surprenant de voir si peu de géographes intervenir dans les médias. Un exemple survenu récemment montre à quel point les géographes en sont absents. Alors que le débat faisait rage sur la suppression de l’histoire-géographie en terminale, et au moment où la place de cette discipline dans l’enseignement était discutée, le combat était mené quasi exclusivement par des historiens. Un seul géographe a touché le grand public : Laurent Cailly – qui se présentait comme membre du jury du CAPES d’histoire-géographie – a publié une tribune dans Le Monde3. Son propos expliquait en quoi, bien que la géographie soit pertinente pour comprendre les évolutions des sociétés, les géographes n’intervenaient pas et laissaient aux historiens le soin de s’emparer du débat dans les médias. Ce même jour commençait le sommet de Copenhague sur le réchauffement climatique : aucun média (et pas même dans Le Journal du dimanche, qui a consacré sa une à ce sommet le jour même où il publiait la pétition des historiens) n’a fait le lien entre le débat sur le réchauffement et la nécessité, pour le comprendre et en discuter, de disposer d’une culture scientifique et technique suffisante qui passe notamment par l’apprentissage de la géographie. Or, s’il est un thème dont les géographes peuvent s’emparer dans la sphère publique, c’est bien ce qui a trait à l’environnement, au développement durable, aux risques, à la résilience ou au climat. Sans parler d’autres sujets, où le géographe semble moins directement associé et où il a pourtant beaucoup à dire, comme les conflits, les inégalités, les élections, etc.

10Si les géographes étaient plus présents dans l’espace public, davantage d’émissions seraient consacrées à la géographie dans les médias. Voire, ils seraient davantage présentés comme des géographes, ce qui n’est pas toujours le cas aujourd’hui. C’est leur voix que j’essaie de faire entendre sur France Culture. Planète Terre se place dans le registre de la vulgarisation scientifique : l’émission souhaite permettre à un nombre certain d’auditeurs amoureux de voix et de paroles de goûter aux délices et plaisirs du savoir géographique. Elle sollicite l’intervention des géographes des différentes générations, des doctorants aux professeurs émérites, dans le débat public.

Planète Terre et l’intuition géographique

  • 4  Le site de l’émission : [URL : http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/plane (...)

11L’idée de proposer une émission de géographie repose sur deux intuitions. Depuis les années 1989-1991, j’avais le sentiment que la demande sociale pour les sciences humaines consistait plus en une demande de repères qu’en une demande généalogique. Des questions comme « Comment les lignes de clivage ont-elles bougé ? », « Où vivons-nous ? », « Comment faisons-nous espace ? » étaient devenues des questions plus importantes que la classique « D’où venons-nous et où allons-nous ? » Dans les médias, il y a beaucoup d’émissions d’histoire, de philosophie politique, de sociologie mais ces disciplines ne répondaient pas à ce qui m’apparaissait être effectivement cette demande sociale-là. Pour répondre à ce type de questionnement diffus– mais prégnant – il fallait faire une émission de géographie. La seconde intuition est, d’une certaine manière, plus évidente : les décennies 1990 et 2000 ont montré la place croissante qu’occupe dans la sphère publique la question très importante des relations que nous entretenons avec la nature et l’environnement. C’est ce qui m’a poussé à proposer à France Culture la création d’une émission spécifiquement consacrée à la géographie : c’est ainsi que Planète Terre, émission de trente minutes diffusée chaque mercredi de 14 heures à 14 h 30, est née sur les ondes à la rentrée 20064.

12La fabrique de Planète terre reste largement artisanale. Je pars de mes intuitions – que j’essaie de faire partager à mes auditeurs – et de ma perception de l’actualité. Je scrute donc la planète géographique : je balaie Internet, les sorties d’ouvrages, les sites des revues, les catalogues des éditeurs. Mais cette phase n’intervient qu’ensuite, mes intuitions restant premières. L’émission telle qu’elle est conçue se déploie sur quatre fronts.

13Une fois par mois (voire toutes les six semaines), je propose une émission notionnelle qui permet de faire le point sur une notion ou un concept. C’est une manière de porter à la connaissance du public des débats très riches qui posent un regard renouvelé sur nos sociétés. C’est cette multiplicité des débats que j’essaie de mettre en avant grâce à la diversité des thèmes que j’aborde. Ainsi des émissions ont-elles mis en lumière des thèmes aussi variés que la justice spatiale (avec Philippe Gervais-Lambony et Bernard Bret), les mobilités migratoires (avec Laurent Faret, Olivier Clochard et Emmanuel Ma Mung), la place de la nature dans les milieux géographiques (avec Paul Arnould et Patrick Blandin), la géohistoire de la mondialisation (avec Christian Grataloup) ou le genre (avec Claire Hancock et Francine Barthe-Deloisy). Ces émissions peuvent aussi être l’occasion d’inviter des spécialistes d’autres disciplines, comme lors de l’émission intitulée « Le catastrophisme est-il durable ? » avec le littéraire Yves Citton.

  • 5  Cette émission intitulée « Le volcanisme de point chaud » a été annoncée par erreur « Les points c (...)

14Planète Terre aborde aussi les questions liées à la « nature » : cela fait explicitement partie du cahier des charges fixé par France Culture. Certes, il existe déjà sur la grille des émissions consacrées à l’environnement – comme celles de Ruth Stégassy, Terre à Terre, tous les samedis matin – mais il ne faut pas oublier que Planète Terre est sur la case scientifique de la station. Je tiens donc à ce positionnement scientifique et, de fait, j’invite rarement des militants, quelquefois des acteurs, mais plutôt ceux qui fabriquent ces savoirs, donc des universitaires et des chercheurs, tout en cherchant à varier leurs profils : je fais ainsi appel aux spécialistes des disciplines proches (la glaciologie, la climatologie, la géologie, la géophysique…). Pour ces émissions, il est important de faire des mises au point, de permettre aux auditeurs de réfléchir de manière un peu plus froide aux phénomènes naturels et sur la relation que les sociétés ont avec eux. Je cherche à montrer en quoi les faits de nature sont aussi des phénomènes sociaux qui intéressent donc la vie des hommes et leur espace : quand Marie Augendre est venue parler du risque volcanique au Japon, elle a surtout expliqué les réponses de la société japonaise face à un risque qui lui est familier et qu’elle a appris à maîtriser. J’essaie donc, une fois par mois en moyenne sur l’année, de faire une émission qui fasse le point sur un phénomène naturel, comme la mousson (avec Thierry Rebel et Pascal Terray), le recul des glaciers (avec Madeleine Griselin et Emmanuel Le Meur), les rifts et les marges continentales (avec Sylvie Leroy), le volcanisme de point chaud (avec Raphaël Paris)5 ou encore l’érosion (avec Christian France-Lanord). Je m’amuse parfois à faire des émissions qui me font penser au temps où je faisais de la géomorphologie, et j’ai une pensée pour les étudiants qui en ont souffert. J’essaie de montrer qu’on peut écouter avec un réel plaisir une émission sur ce thème, même sans cartes et sans coupes !

15Un troisième type d’émissions porte sur le front des avancées de la recherche. Les émissions se font alors l’écho, dans un esprit d’université populaire, des avancées scientifiques, comme lors de la série d’émissions sur la géographie de la sexualité (« Les territoires de l’homosexualité » avec Marianne Blidon et Stéphane Leroy ; « Le sexe dans l’espace urbain : quelle géographie ? » avec Emmanuel Redoutey et Baptiste Coulmont) ou la géographie post-coloniale et sa démythification de l’exotisme (avec Jean François Staszak).

  • 6  Cette émission s’inscrivait dans une semaine consacrée par France Culture à ce pays, à l’occasion (...)

16Enfin, une fois par mois environ, l’émission est explicitement en écho avec l’actualité. Ces émissions visent à montrer que la science géographique permet de se positionner dans un contexte social. C’est le cas de l’étude sur « Katrina, deux ans après » (avec Julie Hernandez et Jean Marc Zaninetti), la Pologne avec François Bafoil6 ou la série de trois émissions de 2008 sur « l’Europe mise en cartes ». J’ai proposé plusieurs émissions sur le changement climatique au moment des conférences internationales sur ce sujet, avec des géographes (Martine Tabeaud, Claude Kergomar, Jean-Pierre Vigneau, Augustin Fragnière) et des climatologues venus d’autres disciplines scientifiques (Claude Lorius, Jean Jouzel, Hervé Letreut), et un politiste (Urs Luterbacher).

17L’actualité peut aussi être éditoriale : Michel Lussault est ainsi venu parler de son ouvrage L’homme spatial dès sa sortie en 2007. Dans la mesure où il est tellement avant-gardiste, c’est le seul moyen de l’inviter à parler de ses travaux : faire une émission sur l’urbain, c’est courir le risque d’aborder un concept qu’il est encore le seul à travailler. C’est donc à la faveur de son actualité éditoriale – plus que dans le cadre d’une émission notionnelle – que je l’ai invité. L’actualité éditoriale offre aussi des opportunités de regard croisé inattendu, que j’ai plaisir à provoquer. En juillet 2009, j’ai invité Béatrice Giblin, qui venait de publier son Dictionnaire des banlieues ; à cette occasion, j’ai réinvité Michel Lussault qui venait de publier De la lutte des classes à la lutte des places dans lequel il pose un regard spécifique sur des thématiques également abordées par Béatrice Giblin.

18L’actualité peut également être politique. Il m’arrive de faire des émissions en écho à des élections comme la série de géographie électorale – avec Jacques Lévy et Vincent Tiberj – qui a permis de décoder les scrutins de 2007 ; celle sur le vote aux États-Unis, avec Frédéric Salmon, quelques jours avant l’élection présidentielle de 2008 ; celle sur l’Iran, quelques jours avant le premier tour de l’élection présidentielle de 2009, avec Bernard Hourcade. Un mois après le premier tour des régionales 2010, une émission avec Philippe Subra et Martin Vanier donne des clés de lectures géographiques sur la région comme réalité politique.

De la planète au globe

  • 7  Voir le blog à cette adresse : [URL : http://franceculture-blogs.com/globe/], consulté le 3 avril (...)
  • 8  [URL : http://www.geoclip.fr/fr/], consulté le 3 avril 2010.

19Pour conforter cet éclairage spécifique que la géographie porte sur l’actualité, j’ai créé « Globe », le blog de Planète Terre, hébergé sur le site de France Culture7. La complémentarité entre le web et la radio est, en effet, optimale – bien plus qu’avec la presse écrite ou la télévision – et permet de prolonger les réflexions présentées à l’antenne. Après les régionales de 2010, j’ai recueilli les analyses du scrutin, cartes à l’appui (ce qui n’est pas possible à la radio), formulées par des géographes spécialisés dans l’analyse du politique et de la géographie électorale, comme Jacques Lévy, Michel Bussi, Béatrice Giblin ou Philippe Subra. Plus largement, j’ai proposé, dès le lendemain midi du second tour, avec l’équipe du site Géoclip8, une série de cartes inédites ou en première exclusivité. Ce blog est aussi une manière d’envisager le making of des émissions : cela me permet d’expliquer l’origine des intuitions qui me poussent à inscrire tel ou tel thème au programme de l’édition et d’inviter les auditeurs-internautes dans l’atelier où se fabriquent les émissions. Enfin, le blog est une manière de prolonger la relation avec l’auditeur, en lui proposant des pistes de réflexion après les émissions, et de recueillir ses commentaires et donc de nouvelles intuitions pour de prochaines émissions.

20Le regard géographique – le point de vue géographique – se porte sur des objets scientifiques très variés : en termes de programmation radiophonique, j’y vois la possibilité d’une très large palette de thèmes d’émission. La radio s’écoute par plaisir. Et par choix. L’approche et la sensation sont autant sensorielles, pour ne pas dire sensuelles, qu’intellectuelles. L’émission est donc un processus de médiation, voire d’alchimie : je pars d’un objet et de discours scientifiques ; à l’arrivée, Planète Terre, l’espace de trente minutes, propose à des non-géographes, des profanes, les auditeurs de France Culture, de prendre du plaisir à découvrir que leurs représentations sont biaisées. Ce dévoilement est une découverte. L’esprit et le ton sont ceux d’une université populaire. Et les géographes en sont les acteurs.

Haut de page

Notes

1  Jürgen Habermas, L’espace public. Archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1978.

2  Voir le site d’Étienne Chouard : [URL : http://etienne.chouard.free.fr/], consulté le 3 avril 2010.

3  Laurent Cailly, « L’étrange silence des géographes », Le Monde, 10 décembre 2009. Disponible en ligne, avec la retranscription de Planète Terre sur l’enseignement de l’histoire-géographie du 6 janvier 2010, sur Geofac : [URL : http://geofac.over-blog.com/article-la-geographie-une-matiere-sans-histoire-au-lycee--42781265.html], et sur Clioweb : [URL : http://clioweb.free.fr], consultés le 3 avril 2010.

4  Le site de l’émission : [URL : http://sites.radiofrance.fr/chaines/france-culture2/emissions/planete/index.php], consulté le 3 avril 2010.

5  Cette émission intitulée « Le volcanisme de point chaud » a été annoncée par erreur « Les points chauds du volcanisme » par le service de communication de la chaîne. Grâce à ce lapsus, j’allais vraiment pouvoir remplir mon cahier des charges d’émission scientifique et faire découvrir un phénomène bien inventorié que les gens croient connaître et qu’en réalité ils ne connaissent pas du tout.

6  Cette émission s’inscrivait dans une semaine consacrée par France Culture à ce pays, à l’occasion des élections.

7  Voir le blog à cette adresse : [URL : http://franceculture-blogs.com/globe/], consulté le 3 avril 2010.

8  [URL : http://www.geoclip.fr/fr/], consulté le 3 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Sylvain Kahn, « Planète Terre : la géographie dans la sphère publique », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 26 mai 2017. URL : http://traces.revues.org/4837 ; DOI : 10.4000/traces.4837

Haut de page

Auteur

Sylvain Kahn

Producteur de l’émission Planète Terre sur France Culture.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page