Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

La géographie : quelle(s) demande(s) sociale(s) pour quels publics ?

Isabelle Lefort
p. 205-215

Résumés

La triangulation demande sociale/publics/géographie correspond à un système connecté aux champs culturels, scientifiques et politiques. À partir des usages sociaux français de la géographie, l’article analyse la stratification des registres de savoirs et l’évolution de leurs agencements pour analyser la disparité polysémique du terme « géographie » à travers trois enjeux : cognitif, médiatique et politique.

Haut de page

Texte intégral

1La « demande sociale » est une expression complexe qu’il ne s’agit pas ici d’analyser dans ses attendus théoriques ou méthodologiques. Nous ne la reprendrons ici que pour autant qu’elle donne à analyser des pratiques et des usages d’un ensemble de savoirs, en affirmant toutefois a minima qu’il ne saurait exister de demande sociale autonome, latente ou exprimée, dont la sphère scientifique constituerait le symétrique, mécaniste, en termes d’offre. La demande sociale se fabrique continûment, dans une dialectique cumulative question/réponse selon des contextes sociaux, culturels et temporels différenciés. Pour le dire autrement et à propos des savoirs géographiques, il y a fort à parier que la demande sociale en la matière diffère aujourd’hui sensiblement au Sénégal, en Chine et en Allemagne, dans la mesure où leur représentation y est assujettie à des traditions et des pratiques intellectuelles, culturelles et politiques situées. C’est dans le cadre des usages sociaux français de la géographie que cet article abordera la stratification complexe des publics et les enjeux qui en découlent pour la discipline.

Les termes de l’équation : plusieurs inconnues

2Comme l’histoire, la sociologie, l’ethnologie, la numismatique, entre autres, et au-delà du cercle des spécialistes qui en ont fait métier, la géographie séduit des amateurs et des lecteurs. Peut-on pour autant, et légitimement, passer de ces catégories à celle des publics ?

3Considérer ces derniers pour la géographie est sémantiquement problématique mais stimulant. Parce que le terme « public » se réfère à des usages communs et partagés, même partiels, il dessine un/des périmètre(s) collectif(s). Ce qu’une société choisit de collectionner (objets, modalités, visibilité) est indissociable de sa représentation du monde et des collectifs qu’elle y dessine (Micoud, 2003). Pour le dire autrement, l’inventaire d’un monde procède chaque fois d’une invention différente. Or s’il existe des musées d’histoire ou d’ethnographie, où des publics se rassemblent, il n’en existe pas de géographie. Est-ce à dire alors que les collectifs dessinés par les connaissances géographiques font exception à la règle ? Il n’en est bien évidemment rien, sauf que l’évidence géographique est aveuglante et en opacifie les enjeux. C’est ainsi que, au gré des multiples sentiers ou routes thématiques (de la vigne ou des métiers, du calcaire ou du polder…), des connaissances géographiques sont toujours mobilisées, mais incognito, alors que les références aux « scientifiques » (historiens, écologues, géologues…) y sont récurrentes, explicites et fort nombreuses. Il y a là comme une présence/absence de ce que recouvre la géographie, qui illustre pleinement les différents périmètres d’acception du terme.

  • 1  À la question que « faites-vous ? » j’ai souvenir d’avoir répondu « de la recherche en géographie  (...)

4Ainsi, même au sein des sciences humaines et sociales, la référence à la catégorie des publics distingue des disciplines. La remarque n’est pas anodine. Elle renvoie à la représentation sociale de ce que la géographie rassemble comme types hétérogènes d’informations (chiffres et records de toutes natures, conflits et géopolitique, nomenclatures de lieux et de territoires) et de pratiques1. La géographie, ainsi conçue, ne saurait relever de structures culturelles de monstration, son domaine s’écartelant, avec un trop-plein d’évidence, entre étendues connues – banales ou exotiques – et informations constamment évolutives, entre permanence « naturelle » et actualité.

  • 2  Le site de la revue fournit des informations marketing tout à fait intéressantes : « Grand mensuel (...)

5Dans son opposition au terme « clientèle », le terme « publics » exprime par ailleurs l’idée d’un rapport « gratuit » : ainsi la sphère culturelle (musées, salles de spectacles…) a des publics (même si elle ne peut faire l’économie d’un rapport marchand), tandis que la sphère touristique a des clients. Si la visibilité se mesure à l’aune du marché, la géographie alors rassemble de vastes clientèles. On peut aisément en apprécier l’existence par les tirages de magazines au titre explicite (Géo, National Geographic) ou aux contenus possiblement identifiables comme « géographiques » (Détours en France, Ushuaia…). Ces publications mobilisent des bassins sociologiques de chalandise dont les lectorats manifestent, indéniablement, une véritable curiosité, assimilable à une demande sociale, quantitativement évaluable. Mais ce qui est dans ce cas identifié comme géographique ne l’est guère selon les canons actuels de la discipline académique. L’analyse des sommaires, des textes ou de l’iconographie montrent à l’envi que ce que l’on y trouve ne ressemble que de très loin à ce que produisent les géographes académiques (Labinal, 2009). Bref, que l’on aborde la question par le statut du public ou par la nature des discours développés, l’équation demande sociale/public/géographie demeure problématique. La visibilité de cette discipline reste faible, mal circonscrite, bancale par rapport à ce qu’elle prétend recouvrir académiquement, sa dimension scientifique elle-même souffrant d’une très médiocre appréciation médiatique. Alors qu’historiens ou économistes sont régulièrement appelés sur les plateaux de télévision ou à l’antenne des émissions radiophoniques, les géographes en sont quasi absents, à quelques rares exceptions, le plus souvent d’ailleurs spécialistes de géopolitique. Les presque 5 millions de lecteurs de chaque numéro de Géo 2, ou la notoriété du Dessous des cartes sont donc fort paradoxaux et, bien qu’ils valident l’idée d’un socle médiatique solvable, ils ne sauraient à eux seuls confirmer une demande sociale de « discipline » géographique. Tout du moins renvoient-ils à une dernière remarque d’étymologie (populus : peuple) qui rappelle que la question des publics n’est pas étrangère à celle de la popularisation/vulgarisation et des traductions nécessaires pour rendre ces savoirs accessibles aux lecteurs non avertis (Elissalde et Rhein, 1983).

La géographie : bien plus qu’une « discipline »

  • 3  Une caractéristique supplémentaire du cas français est la très grande longévité de ces programmes, (...)

6On s’entend en effet, traditionnellement, à distinguer quatre grands domaines où circulent des savoirs géographiques : savant (universitaire et de recherche), scolaire (système éducatif), professionnel (usages à visée opérationnelle) et « grand public » (Chevalier, 1997). Quantitativement, les publics n’en sont guère commensurables. Le public le plus vaste est le public scolaire, le plus économiquement rentable aussi en termes de marché. Dans le système français – les agencements de programmes peuvent être très différents selon les pays (Chevalier, 2000) – toutes les classes d’âge suivent un apprentissage géographique durant l’ensemble de leur scolarité, de l’enseignement primaire au baccalauréat, et selon des programmes nationaux. Le périmètre directement inférieur est celui de la géographie grand public, puis viennent les géographes professionnels et académiques. L’identification collective de la « géographie » est donc en France particulièrement lestée par l’apprentissage scolaire, qui délimite un socle commun de connaissances et une représentation mentale de ce que la discipline recouvre circulant dans l’ensemble du corps social3.

7Analyser des savoirs pourvoyeurs de représentations du monde et de socialisation requiert nécessairement de la profondeur historique ainsi qu’une contextualisation sociale, culturelle et politique. Cette typologie mérite donc d’être interrogée de façon plus approfondie dans la mesure où chacun de ces registres, alors même qu’ils circulent tous simultanément dans la société française, correspond à des contenus et à des temporalités différents.

8Tout d’abord, la géographie savante française, comme toute la géographie occidentale, hérite d’une longue histoire scientifique, scandée de grandes périodes dont l’institutionnalisation, dans la seconde moitié du xixe siècle et dans le cadre de la refondation positiviste de l’Université républicaine, constitua un tournant décisif dans la définition du périmètre géographique. La volonté d’établir une science géographique a nécessairement accompli une distinction entre scientifique et non-scientifique, les géographes académiques demeurant dans leur ensemble peu soucieux d’intervenir à l’extérieur de leur champ.

  • 4  Ainsi, la géographie anglaise sous l’autorité de Mackinder développe une géopolitique appuyée sur (...)

9La géographie « professionnelle », dont l’appellation marque la reconnaissance dans les années 1960 de sa possible/souhaitable dimension opérationnelle (elle sert à l’aménagement des territoires, à la gestion des rivières…), relève en fait d’une tout aussi longue tradition : les informations géographiques ont successivement servi à baliser un monde connu, à s’approprier et à mieux connaître ses richesses à des fins d’exploitation augmentée (carte des feux et lieux, enquêtes départementales sous le Premier Empire, expansion coloniale…). L’articulation de ces deux premiers registres, le savant et l’opérationnel politique, permet d’ailleurs de mieux saisir les logiques nationales qui furent celles des élites scientifiques géographiques des grandes puissances du xixe siècle quand elles firent le choix – en termes d’objectifs et de paradigmes – des différentes écoles nationales (Wallerstein, 2006). Les cultures géographiques anglaise, allemande, française et américaine ne répondirent ainsi pas aux mêmes lectures géopolitiques internationales, ni aux mêmes enjeux nationaux4. Plus généralement, il est banal de le rappeler, le monde n’est pas le même, selon qu’il est appris en France, en Italie, en Chine ou aux États-Unis.

10En revanche la géographie scolaire et la géographie de l’honnête homme marquent l’avènement de la modernité mais ne se généralisent que dans la seconde moitié du xixe siècle. D’abord réservée au cursus moderne des filières commerciales (moins noble et rompant avec la formation des élites par les humanités), la géographie scolaire s’installe définitivement dans le système éducatif national avec la construction républicaine dont elle constitue un élément du socle idéologique (Lefort, 1992). La stabilisation précoce des programmes, les enjeux politiques qu’ils comportent ont fabriqué une image/représentation de la discipline fortement normée, d’inculcation mémorielle (« savoir sa géographie ») qui contribua longtemps à identifier la géographie avec des « objets » : réseaux hydrographiques, altitudes sommitales et chefs lieux de département. L’objectif visait explicitement l’inculcation de l’heureuse « harmonie » des formes et des composantes d’un territoire recouvrant « naturellement » les frontières d’un État-nation.

11Le quatrième registre, qui se dessine en creux des trois précédents, est sans doute le plus problématique et le plus complexe. Les dénominations de géographie « grand public » ou de « paragéographie » font, toutes deux, problème. Celle-ci, proposée par un géographe universitaire (Chevalier, 1989), n’a guère été reprise, même si on voit bien qu’elle essaye de recouvrir ce qui relève de la géographie en dehors de la sphère académique. Le terme, scientifico-centré, suggère des analyses par écart à la référence savante. L’expression générique « grand public » délimite quant à elle assez formellement un périmètre de culture générale ou de vulgarisation scientifique, selon des références sociologiquement normées, mais jamais vraiment discutées. Cette expression en chausse-trappe soulève bien plus de questions qu’elle n’en résout. D’autres qualificatifs sont possibles (géographie commune, profane…) ; tous montrent bien l’ambiguïté voire l’absence de délimitation/définition de ce quatrième domaine.

12La question effective des publics ne se pose de fait que pour ce seul dernier registre. Les lecteurs de récits de voyage à la Renaissance, de guides touristiques et de Jules Verne au siècle du chemin de fer sont les ancêtres des lecteurs de Géo, de Détours en France, d’Alpes magazine… voire des surfeurs de toile comme sur Google Earth. La demande sociale de géographie est en effet indissociable des pratiques de mobilité, des grandes découvertes aux coprésences virtuelles. Le fonds commun de savoirs géographiques, capitalisés par le système scolaire et par les médias successifs, a ainsi joué un rôle essentiel dans la passation intergénérationnelle d’une représentation de la géographie comme savoir composite, alliant localisation/repérage, dépaysement et connaissances sur des lieux. Les revues de découverte, du monde et des régions françaises, dont l’explosion éditoriale est spectaculaire durant les trois dernières décennies, ont embrayé sur cette tradition, produisant et alimentant en même temps le marché renouvelé des pratiques touristiques et culturelles de la société française.

13Ces quatre registres fonctionnent donc en système, largement ouvert sur les mutations sociologiques et les pratiques sociales. Les acteurs (producteurs/publics), les temporalités et les usages sociétaux de ces savoirs sont distincts, sensiblement hétérogènes, et leurs interconnexions complexes. Ainsi, entre pratiques d’apprentissage et pratique touristique : la maison Hachette a longtemps couvert, selon les mêmes principes d’exposition et des contenus identiques, marché scolaire (manuels et guides départementaux utilisés dans les classes de certificat d’études) et marché grand public (guide Joanne). Inversement, les travaux en didactique ont dévoilé l’autonomie du champ scolaire et explicité l’écart qui existe entre géographie enseignée et géographie savante (Marbeau et Audigier, 1988) quand ce ne sont pas les programmes qui, à l’encontre de la géographie académique, découplent, à partir des années 1980, la géographie physique intégrée aux sciences de la vie et de la Terre de la géographie des hommes. De même enfin, avec l’institutionnalisation de leur discipline, les géographes devenus « scientifiques » se sont clairement éloignés de la vulgarisation, même si, ponctuellement, quelques-uns en ont gardé le souci. Entre géographie savante et géographie appliquée, les rapports se sont accrus durant le dernier demi-siècle, mais selon des procédures et des transferts de contenus qu’il reste encore largement à explorer.

14Ce système enregistre aujourd’hui une mue importante, sans doute un véritable tournant dans le rapport que la société dans son ensemble entretient avec les savoirs géographiques. La toile expérimente des pratiques d’utilisation mais également de production de connaissances connectées à des lieux et des territoires (blogs, Web 2.0) qui modifient en profondeur le rapport à et la nature même de l’information. Les publics de la géographie deviennent ainsi, eux aussi, des producteurs d’informations, au gré de réseaux démultipliés qui excèdent et transmutent les canaux traditionnels de diffusion. L’individualisation de ces pratiques, le fait que chacun puisse désormais rendre publiques et partager ses connaissances, ses cartes, ses photographies – de son environnement quotidien comme de ses voyages – dessinent un nouvel agencement du rapport à l’espace et à la définition de ce que recouvre la « géographie ». Derrière les publics et la demande sociale, on retrouve l’ombre portée de la définition même de cette discipline dont l’étymologie exprime la mise en ordre par le critère de la norme collective, scolaire et universitaire.

Des registres de savoirs aux enjeux sociaux

  • 5  Son retrait accompagnerait alors une dévaluation de la discipline, bien paradoxale en ces temps de (...)

15Les quatre domaines de savoirs géographiques sont traversés de trois enjeux sociaux fondamentaux et répondent conséquemment à trois modalités de demande sociale : politique, médiatique et cognitive. Ces dernières sont partagées entre les registres, selon des agencements différant eux-mêmes en fonction des périodes. L’enjeu politique participe de la géographie professionnelle (expertise), constitue un domaine spécifique de la géographie savante mais circule aussi dans la géographie grand public (succès du Dessous des cartes). Il atteint également la géographie scolaire, dont le lestage idéologique est consubstantiel à son installation et à son évolution : fabrication du socle républicain (1870-1940), affirmation d’une lecture du monde selon la trame des puissances (programme de terminale en 1905), alourdissement des horaires d’une géographie nationalo-centrée sous Vichy (Lefort, 1992), construction européenne et reformatage des échelles régionales (à partir des années 1980) jusqu’à la fin annoncée de la géographie (et de l’histoire) dans les programmes des classes terminales scientifiques, sociologiquement les plus valorisées (2009)5. L’enjeu médiatique et plus largement culturel connaît aujourd’hui une amplification évidente dans le cadre des mutations des pratiques sociales ludiques et récréatives. Conjointement à la globalisation des mobilités, des flux et des images, on distingue clairement depuis au moins trois décennies en France une inflation de la demande culturelle dont la composante patrimoniale a fait resurgir des désirs de territoires qui ne peuvent se promouvoir qu’en mettant en valeur (marchande, directement ou indirectement) les spécificités de leurs environnements, de leurs milieux, de leurs cultures, c’est-à-dire en mobilisant des connaissances géographiques.

  • 6  Circulaire du 8 juillet 2004, BO no 28, 15 juillet 2004, et circulaire du 29 mars 2007, BO no 14, (...)

16La création des parcs naturels régionaux (PNR) y a joué un rôle déterminant, relayé et généralisé ultérieurement dans toutes les espèces d’espaces. Il est tout à fait remarquable de constater qu’en la matière, ce sont le plus souvent des savoirs géographiques « classiques » (entendus en référence à la géographie vidalienne et à celle apprise dans les classes) qui se retrouvent exploités. On retrouve dans les manuels d’interprétation du paysage les composantes en tiroir de la géographie classique, comme si cet héritage disciplinaire perdurait, fortement ancré dans les mémoires et permis par la permanence des programmes (et des manuels) d’enseignement professionnel (BTS tourisme par exemple). Au gré des « paysages du dimanche », sur les géomorphosites ou les sentiers d’interprétation, les paysages reprennent du service, et leur médiation doit beaucoup aux modes de lecture et d’interprétation déployés traditionnellement par les géographes (Lewis, 1988) : un peu de géologie et de géomorphologie, un peu de structures agraires, un peu de genre de vie, jusqu’à « l’esprit des lieux » qui constitue aujourd’hui la pointe avancée des techniques de médiation territoriale (Lefort, 2004 ; Carter, 2005). S’y greffe de surcroît, pour répondre à une « demande sociale » médiatico-politique pressante, une volonté éducative citoyenne, qui s’ajoute aux injonctions scolaires (éducation au développement durable6).

  • 7  Ainsi, les panneaux disposés sur les linéaires autoroutiers ont volontairement pour double fonctio (...)

17Cet exemple illustre la porosité accrue entre dimensions médiatique et cognitive : les formes de mise à disposition publique de connaissances sur le mode récréatif, ludique parfois, ont pour fonction de situer les individus, de les aider à se géolocaliser7, de sensibiliser des citoyens… À leur interface, les questions socialement orchestrées de la durabilité, de la bonne gestion des environnements et des cadres de vie impulsent un déversement du savoir scolaire sur des pratiques collectives. Ces équipements (centres et panneaux d’interprétation, signalétique de localisation ou de médiation), en réponse à la demande ubiquiste des acteurs politiques et institutionnels (marchandisation des territoires), mobilisent et remonétisent donc des savoirs de nature géographique. Ces résurgences ne sont pas anodines : elles illustrent la persistance d’un périmètre de géographicité – ce qui est considéré comme géographique – composite et hétérogène et traduisent une identification labile de la « géographie » qui n’est pas sans réinterroger le périmètre d’une science-carrefour ou de synthèse. Même si les changements de paradigmes en ont dénoncé le caractère « attrape-tout » pour le remplacer par de nouveaux contrats scientifiques, c’est bien cette représentation collective de la discipline qui perdure… Mais aussi, avec elle, une géographie qui séduisait par les dépaysements et les étonnements qu’elle nourrissait. Une géographie qui suscitait la rêverie et la curiosité comme l’illustre aujourd’hui le profil socioculturel et socio-économique du lectorat de Géo, connu pour ses pratiques de mobilité et de voyages. Au demeurant et au-delà des enjeux cognitifs et médiatiques, l’enjeu politique lato sensu est évidemment essentiel, alors même qu’il demeure sans doute le moins visible et le moins explicite, et ce dans l’ensemble des quatre registres : aucun savoir sur l’espace n’est anodin. Il est toujours lesté de représentations idéologiques (représentations de l’autre, de son territoire, de ses « richesses »…).

18Il existe donc des géographies, des demandes sociales et des publics. La pluralité fait exploser la référence univoque à une géographie qui se déclinerait simplement selon des niveaux de complexité et des instrumentalisations différentes. Le primat de la géographie savante ne vaut ni en termes quantitatifs de publics (les plus réduits), ni en termes de sources de savoirs. On ne saurait donc accréditer l’agencement simpliste d’un système qui ferait de la géographie savante la pourvoyeuse de savoirs appelés à se diffuser en cascades et à percoler dans la société. Chaque élément du système bénéficie d’une certaine autonomie (qu’il reste encore largement à explorer), liée à son historicité et/ou aux modalités de son lestage idéologique, qui complexifie singulièrement l’ensemble.

19Science et culture géographiques circulent simultanément et se posent bien plus en s’ignorant qu’en s’opposant. Leurs champs ne sont superposables ni en projets cognitifs, ni en usages sociaux, ni en registres de connaissances. Ainsi de la culture géographique « grand public » qui correspond à un périmètre de géographicité d’avant la différenciation disciplinaire (Lefort, 1997), dessinant un continuum de savoirs où s’entremêlent littérature et récits de voyage, cultures humaniste et scientifique. Mais comme cette géographie s’identifie à un savoir total, sur l’ici ou l’ailleurs, englobant de façon labile descriptions, sociétés et milieux, paysages et flux, le tout servi par une écriture qui offre un plain-pied et donc un accès réaliste au monde (Orain, 2009), elle a pu s’alimenter également aux sources de la géographie française classique, qui n’avait pas complètement fait le deuil du sensible et de l’écriture réaliste ! La « géographie » des magazines puise dans ces mémoires en en exacerbant les ressorts : l’altérité et l’exotisme sont immédiatement saisissables – l’écriture, les cadrages iconographiques, le poids des mots et le choc des photos – et exploités pour toucher au sensible en mobilisant bien davantage l’affect que le concept. Cette géographie réifie les espaces, les milieux, les paysages, les donne à voir avec évidence. Elle ne saurait donc aujourd’hui parler la même langue qu’une géographie savante dont l’objectif est, par nature, de mettre à distance l’évidence du donné. Le raccord entre les instances ne peut s’effectuer que par un désapprentissage de cette même évidence : on peut faire l’hypothèse qu’il doive s’ancrer dans la transformation continuée des pratiques scolaires (le public le plus vaste et potentiellement le plus prescripteur) si on souhaite faire acquérir de la visibilité sociale à une géographie contemporaine, autrement que comme accompagnement au voyage ou précaution narcissique de son propre cadre de vie.

***

  • 8  Laurent Cailly, « L’étrange silence des géographes », Le Monde, 9 décembre 2009.

Qui sait, hors de la discipline et des quelques sciences connexes avec qui elle a appris à travailler, ce que font les géographes ? Et pourtant, ils travaillent. Ils sont également bien outillés pour analyser la complexité des réalités et des enjeux démocratiques qui s’articulent aux différentes échelles, au sein d’un monde globalisé. Et l’on ne peut qu’être surpris entre une « demande de géographie », toujours plus pressante (dans le débat public, au sein des collectivités locales, par exemple) et l’érosion des effectifs à l’université, en licence de géographie. N’est-ce pas la preuve d’un manque de lisibilité ? Les géographes ne devraient pourtant pas avoir de difficulté à promouvoir et à défendre l’enseignement de leur discipline au nom de la culture générale comme de la formation citoyenne. C’est dans leur intérêt.8

20Ce texte, paru dans les pages du Monde en décembre 2009, à la suite des protestations contre la réforme des programmes d’enseignement d’histoire-géographie en classes de terminale scientifique, épingle l’évolution paradoxale entre demande politique accrue et multiforme et decrescendo universitaire/scolaire de la discipline. Les arguments avancés – culture générale et formation citoyenne – convoquent la demande sociale comme condition même du maintien de la géographie savante. Autrement dit, la visibilité valorisante de la géographie dans le système scolaire conditionne son devenir savant, autrement appelé à connaître une érosion régressive que les géographes connaissent bien.

21La géographie qui circule au sein d’une société n’a pas uniquement vocation à inviter aux voyages ni à réparer des territoires : ce qu’elle dit, en raison, des relations sociétés/milieux, des enjeux de gouvernance comme de durabilité, des inégalités spatiales comme des risques rassemble des savoirs et des questionnements par nature problématiques, voire dérangeants. Elle n’a donc pas uniquement vocation à cosmétiser la mise en spectacle des lieux et des territoires : elle doit fournir, comme tout savoir sur les sociétés, pour être audible et collectivement légitime, des analyses contrevenant aussi à l’évidence de la demande. Plus enclins à ranger le monde qu’à le déranger, nous n’interrogeons et ne réfléchissons pas assez la forte polysémie sociale de notre discipline. Pour faire que de « bonasse » (Lacoste) elle devienne aussi un « sport dangereux », nous devons sans doute répondre à la demande sociale en lui résistant.

Haut de page

Bibliographie

Carter James, 2005, L’esprit des lieux. Programmer l’interprétation d’un territoire, trad. N. Cliquot, Montpellier, ATEN.

Chevalier Jean-Pierre, 1997, « Quatre pôles dans le champ de la géographie ? » [en ligne], Cybergeo, art. 23, [URL : http://cybergeo.revues.org/index6498.html], consulté le 14 mars 2010.

2000, « La géographie dans les programmes scolaires en Europe » [en ligne], Cybergeo, art. 130, [URL : http://cybergeo.revues.org/index213.html], consulté le 14 mars 2010.

Chevalier Michel, 1989, « Géographie et paragéographies », L’espace géographique, vol. 18, no 1, p. 5-17.

Elissalde Bernard et Rhein Catherine, 1983, « Quelle vulgarisation pour la géographie ? », Intergéo, nº 72.

Labinal Guilhem, 2009, La géographie des médias. Une analyse iconologique et textuelle des magazines, thèse de doctorat de géographie, Université Paris 1.

Lefort Isabelle, 1992, La lettre et l’esprit, géographie scolaire, géographie savante, 1870-1970, Paris, CNRS.

1997, « Des usages sociaux à la production de géographies topiques », L’état de la géographie. Autoscopie d’une science, R. Knafou éd., Paris, Belin, p. 19-23.

2004, « Analyse comparée des modèles d’évaluation du patrimoine naturel dans le cadre de la valorisation touristique », Regards croisés sur le patrimoine dans le monde à l’aube du xxie siècle, M. Gravari-Barbas et S. Guichard-Anguis éd., Presses de l’Université de Paris-Sorbonne, p. 817-826

Lewis Williams J., 1988, Manuel de formation à l’interprétation pour les visiteurs des parcs, trad. J.-M. Petit, Montpellier, ATEN.

Marbeau Lucile et Audigier François éd., 1988, Actes du colloque savoirs enseignés-savoirs savants, 2, 3 et 4 mars 1988, INRP.

Micoud André et Dupré Lucie, 2003, « Des collections et des collectifs : les savoirs en jeu dans la gestion des sites Natura 2000 », Recherche pour et sur le développement régional, t. 2, Paris, INRA, p. 77-92.

Orain Olivier, 2009, De plain-pied dans le monde. Écriture et réalisme dans la géographie française au xxe siècle, Paris, L’Harmattan.

Wallerstein Immanuel, 2006, Comprendre le monde. Introduction à l’analyse des système-monde, Paris, La Découverte.

Haut de page

Notes

1  À la question que « faites-vous ? » j’ai souvenir d’avoir répondu « de la recherche en géographie » : l’étonnement non feint de mon interlocuteur – diplômé d’une grande école de commerce et ayant donc fréquenté la discipline pendant plusieurs années après le baccalauréat – était de toute évidence fort grand : « Mais je croyais que l’on avait tout trouvé ! »

2  Le site de la revue fournit des informations marketing tout à fait intéressantes : « Grand mensuel de photojournalisme, GEO rapporte du monde entier des photographies et des textes qui font référence. Donner du sens à travers l’histoire et la géographie, chercher en contrechamp de l’actualité une meilleure connaissance des enjeux liés aux pays, aux gens et aux événements qui les bouleversent, inscrit ce titre voyageur dans une démarche éditoriale résolument contemporaine, relayée par le site internet (URL : www.geo.fr). Aujourd’hui, les gens veulent aller au-delà de l’actualité, car ils vivent dans un monde complexe. Les plus grands photojournalistes, grands reporters, écrivains de voyage ou chercheurs collaborent à GEO. » La « géographie » est citée une fois et les géographes sont absents.

3  Une caractéristique supplémentaire du cas français est la très grande longévité de ces programmes, qui a assuré un « comun » intergénérationnel, durant un long siècle d’enseignement, des années 1880 aux années 1980.

4  Ainsi, la géographie anglaise sous l’autorité de Mackinder développe une géopolitique appuyée sur une approche internationale de la puissance, évidemment en relation avec l’économie de son Empire. L’école allemande promeut une lecture du monde également géopolitique mais bien davantage centrée sur les enjeux de son périmètre national, en construction durant la seconde moitié du xixe siècle. À l’inverse et durant la même chronologie, la géographie française met l’accent sur la légitimation naturelle de son État-nation en s’intéressant médiocrement aux échelles géopolitiques internationales.

5  Son retrait accompagnerait alors une dévaluation de la discipline, bien paradoxale en ces temps de mondialisation, sauf à penser que la différenciation du monde et de ses usages ne relève pas des formations d’excellence.

6  Circulaire du 8 juillet 2004, BO no 28, 15 juillet 2004, et circulaire du 29 mars 2007, BO no 14, 5 avril 2007.

7  Ainsi, les panneaux disposés sur les linéaires autoroutiers ont volontairement pour double fonction de faciliter une localisation/repérage et de participer à l’attractivité/notoriété des territoires, alors même que ces infrastructures traversent des espaces devenus, par l’effet tunnel, illisibles et invisibles.

8  Laurent Cailly, « L’étrange silence des géographes », Le Monde, 9 décembre 2009.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Isabelle Lefort, « La géographie : quelle(s) demande(s) sociale(s) pour quels publics ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4828 ; DOI : 10.4000/traces.4828

Haut de page

Auteur

Isabelle Lefort

Professeur de géographie à l’Université Lumière Lyon 2, chercheuse au laboratoire « Environnement, ville, société » (CNRS, ENS de Lyon, ENTPE, Université Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Étienne, INSA) et membre du programme ANR Médiagéo.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page