Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Recherche et collectivité locale : un échange gagnant-gagnant. L’exemple de la mission de l’Espace des temps au Grand Lyon

Lucie Verchère-Tortel
p. 197-204

Résumés

Depuis plusieurs années, la mission Espace des temps du Grand Lyon (communauté urbaine de Lyon), récemment devenue « Temps et services innovants », développe une approche des territoires urbains résolument tournée vers l’usage des sciences sociales. Sur les thèmes de la mobilité et des déplacements, traités à travers la prise en compte des temporalités, cette mission travaille en collaboration avec des chercheurs en urbanisme et géographie des universités de Lyon et Grenoble. Ce partenariat s’appuie non seulement sur un comité scientifique, qui a permis à la Mission d’acquérir une réelle légitimité auprès des élus, mais aussi sur des réponses communes à des programmes de recherche. Dans ce cadre, l’échange entre professionnels et chercheurs donne lieu à une réelle co-construction des savoirs. Enfin, les stagiaires des instituts d’urbanisme servent d’intermédiaires entre le milieu professionnel et les instances de recherche.

Haut de page

Texte intégral

  • 1  Le Centre d’étude sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques est (...)

1Je ne suis ni géographe ni urbaniste, mais psychologue de formation, et l’une des rares ingénieures de l’équipement diplômée d’un master de psychologue. Mon parcours atypique ne s’arrête pas aux études, et j’ai tenté à travers les divers postes que j’ai occupés (durant six ans au Certu1, puis, depuis sept ans, au Grand Lyon) de toujours garder une approche de l’aménagement du territoire qui passe par les sciences sociales.

  • 2  Le Grand Lyon est le nom actuel de la communauté urbaine de Lyon. Cette collectivité locale regrou (...)

2Dans cette lignée – les sciences sociales laissent une marque indélébile –, j’ai, depuis toutes ces années, développé une approche spécifique : partir des pratiques et des modes de vie pour revisiter et concevoir le territoire. Au Certu, j’occupais un poste de « psychologue de l’urbanisme », nouvellement créé, afin de travailler sur les pratiques et les modes de vie dans le périurbain, les centres commerciaux, les temps et les rythmes du territoire. C’est pour traiter de cette question que je suis entrée à la mission de l’Espace des temps du Grand Lyon2.

Une approche innovante : la prise en compte des temporalités dans les politiques territoriales

3Le Grand Lyon a mis en place depuis 2003 une mission « Espace des temps » au sein de la Direction de la prospective, lieu privilégié d’une approche pluridisciplinaire de la ville. Cette mission se donne pour objectif de partir du temps et des rythmes des individus, afin de voir quelles sont leurs attentes en termes de besoins de services pour mieux vivre la ville. Après s’être appelée pendant cinq ans « Espace des temps », cette mission, à l’origine assez exploratoire, est tout récemment devenue « Temps et services innovants ». Elle est intégrée à un pôle marketing, pour faire avancer la réflexion sur les services aux usagers du territoire.

4Pour illustrer combien la ville est difficile à appréhender, on fait souvent référence aux nombreux Post-it collés sur le frigo : « aller aux impôts » – aux horaires d’ouverture peu pratiques quand on travaille –, « rendre les livres à la bibliothèque » – malheureusement fermée le dimanche –, s’occuper de « qui va garder les enfants » quand on part en formation durant trois jours, etc. Comme une vingtaine de collectivités en France, le Grand Lyon se pose cette question temporelle, parce qu’elle est essentielle pour concevoir le territoire. D’où les notions d’« urbanisme temporel » et d’« aménagements serviciel », qui sont au cœur de ma mission.

5Qu’est-ce qu’une politique d’« urbanisme temporel » ? Nous partons du constat que, depuis une vingtaine d’années, le rythme des temps des territoires a beaucoup changé, pour des raisons sociétales. Tout d’abord, 80 % des femmes en âge d’avoir des enfants travaillent, ce qui est le taux le plus important en Europe, mais n’empêche pas un fort taux de fécondité. Ensuite, la mise en place, depuis dix ans, des 35 heures (qui concernent 50 % des salariés) permet de vivre la ville différemment. Enfin, on vit plus longtemps, on va à l’école plus longtemps, et on ne sait plus très bien situer l’âge de la retraite.

6Au final, nous ne passons que 14 % de notre vie au travail, ce qui laisse beaucoup de temps libre. Le temps de travail, lui, se fait de plus en plus en horaires décalés. Il faut aussi prendre en compte les NTIC (nouvelles technologies de l’information et de la communication), tels que les ordinateurs et les téléphones portables, qui brouillent les frontières entre ce qui relève du travail et ce qui relève du privé : on travaille dans le train, on résout ses problèmes personnels au bureau ou dans le bus, etc.

7Par conséquent, la ville doit s’adapter. La dimension temporelle est au cœur des préoccupations de la mission de l’Espace des temps du Grand Lyon. Notre axe majeur de travail repose sur la mobilité et les déplacements, avec un travail de diagnostic temporel ; par exemple, la distinction heures creuses / heures de pointe est devenue obsolète. Comme l’a montré une enquête de Kéolys (opérateur privé de transport public, en charge des transports en commun lyonnais), de plus en plus de gens circulent hors des heures de pointe au point d’être plus nombreux que ceux en heures de pointe. Ces changements de rythme incitent à s’interroger sur les temporalités et sur les services à mettre en place. Dès lors, les services de mobilité doivent s’adapter.

8Nous avons donc décidé de prendre en charge ces changements sociétaux pour traiter le problème de l’accessibilité des services, dans le but de rendre la ville plus égalitaire – la question des temporalités spatiales étant fondamentalement inégalitaire. De ce fait, cette question croise aussi celle du développement durable, autour de la recherche de villes plus durables mais aussi plus accessibles.

Le conseil scientifique : un vecteur de légitimité auprès des élus

  • 3  Professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et directeur de l’Institut d’urbanisme de Lyon.

9Les liens que nous entretenons avec la recherche et l’Université sur ces thèmes sont nombreux. Cela passe en premier lieu par le Comité scientifique, composé d’universitaires locaux (Franck Scherrer3 en est le président), et que l’Espace des temps a constitué il y a sept ans. Dans la mesure où le bilan du mandat précédent est très satisfaisant, le Comité scientifique exerce, aujourd’hui, plutôt une activité de veille.

10La question des temporalités est très récente : il y a des « bureaux des temps » dans une vingtaine de collectivités depuis à peine dix ans. Pour être crédible, il a donc fallu « faire ses preuves ». Aussi, lors du précédent mandat, pour persuader les élus des 57 communes du Grand Lyon, les techniciens, et nos partenaires, de la pertinence de la question des temporalités, nous avons choisi de nous appuyer non pas sur la « philosophie du temps », mais sur des expérimentations concrètes. Il se trouve que nous avons bénéficié d’une écoute attentive de la part des institutions liées à la mobilité. Par exemple, suite au travail que nous avons fait sur la mobilité nocturne, le Sytral (Syndicat mixte des transports pour le Rhône et l’agglomération lyonnaise) a mis en place les « navettes pleines » il y a trois ou quatre ans. Il en va de même pour l’encouragement à la mise en place de services dans les pôles d’interconnexion lors du travail sur le PDU (Plan de déplacements urbains), conformément aux préconisations de nos travaux.

11Notre chance est d’avoir été écoutés par les acteurs économiques, ce qui était très important si nous voulions donner une dimension concrète à notre démarche. C’est ainsi que nous avons engagé, avec près de 400 entreprises du territoire du Grand Lyon, plusieurs actions de « mobilité plus durable ».

12La collaboration avec les chercheurs, à travers un comité scientifique interdisciplinaire (urbanistes, sociologues, etc.) monté dès le début de la mission, a constitué une aide précieuse pour « faire nos preuves » auprès des décideurs de la collectivité locale. Nous avons en effet choisi de tout mener de front : travail de terrain et réflexion sur les temporalités. Ainsi, nous avons réalisé des entretiens auprès des élus des 57 communes du Grand Lyon. Nous ne voulions pas nous limiter aux questions très pratiques que les élus soulèvent. À l’inverse, nous ne voulions pas non plus traiter de façon trop théorique le temps et les temporalités – si nous nous en étions tenus à cet aspect de recherche pure, nous aurions rapidement perdu l’écoute des élus, comme cela a pu se produire dans d’autres « bureaux des temps ». Nous avons donc essayé d’être à l’écoute à la fois des élus et des acteurs locaux, tout en donnant de la consistance à nos recherches sur les temporalités. Le fait d’avoir construit un comité scientifique a été un vrai « plus » pour nous. Au-delà du comité scientifique, c’est l’établissement de cette relation particulière avec le monde de la recherche qui est reconnu. Lors du précédent mandat, ce comité scientifique réunissait notamment des universitaires lyonnais et grenoblois, interpellés par la nouvelle approche temporelle que nous promouvions, et désireux de croiser leurs problématiques avec nos axes de travail.

13Le Grand Lyon est ainsi souvent cité comme un exemple réussi d’échanges particuliers avec le monde de la recherche.

Travailler avec les chercheurs dans le cadre de concertations sur des projets concrets

  • 4  Le ministère de l’Équipement change régulièrement de nom. Le dernier en date est ministère de l’Éc (...)
  • 5  Il s’agit d’enquêtes réalisées auprès des ménages qui permettent d’avoir une « photographie »

14Nous traitons cette question de la mobilité et des déplacements depuis maintenant quatre ou cinq ans, en étroite collaboration avec les Instituts d’urbanisme de Lyon et Grenoble (IUL et IUG). Au départ, nous avons étudié les territoires économiques, à travers les Plans de déplacement inter-entreprise (PDIE). Historiquement, le Grand Lyon est la première communauté urbaine à avoir développé des PDIE en concertation avec des entreprises et des experts en mobilité/déplacement, en partant d’une approche pratique des modes de vie. Lorsque nous rencontrons les chefs d’entreprise (quelle que soit la taille de l’entreprise), ils nous parlent de l’expérience de leurs salariés. Depuis quinze ans que je travaille cette question au (feu) ministère de l’Équipement4 ou au Grand Lyon, j’ai acquis la conviction qu’il faut travailler le territoire avec le « vécu » des usagers et des habitants, car une simple réponse technique ne suffit plus – on pourrait d’ailleurs dire la même chose des « Enquêtes ménages déplacements »5, qui ne suffisent plus pour étudier cette question de service à la mobilité.

15Dans ce cadre, les déplacements domicile-travail retiennent particulièrement notre attention : comment améliorer la qualité de vie des salariés lorsqu’ils vont travailler et lorsqu’ils rentrent chez eux ? Comment intégrer les questions de « mobilité plus durable » en essayant de réduire la part de l’automobile dans les déplacements domicile-travail ou celle des nuisances afférentes ? Nous menons par exemple une concertation sur les déplacements des salariés qui travaillent dans le secteur des services à la personne, c’est-à-dire principalement des femmes qui font deux heures de ménage par-ci, deux heures de ménage par-là, qui ont peu ou pas de moyens, n’ont pas de voiture, ni le permis, et qui travaillent en horaires décalés. Tous ces éléments rendent extrêmement difficiles leurs déplacements jusqu’à leur lieu de travail, ce qui, in fine, freine l’accès à l’emploi (en particulier si elles n’ont pas de voiture ou de moyen de se rendre au travail). C’est la raison pour laquelle nous répondons au prochain appel de l’Agence nationale des services à la personne. Notre but est de travailler avec celle-ci sur un plan de déplacement pour les filières de services à la personne.

16Un autre exemple est celui de la réflexion que nous menons sur la nouvelle façon d’organiser les lieux de travail, dans le cas de Charly (une commune du Grand Lyon). Un élu de cette commune périphérique est venu nous voir l’an passé, excédé que ses administrés traversent toute l’agglomération chaque jour et passent autant de temps dans les embouteillages pour aller travailler. Il voulait savoir si les gens concernés pouvaient faire de moins longues distances pour se rendre sur leur lieu de travail, en travaillant soit depuis chez eux, soit depuis des lieux collectifs. Il se trouve que la commune réhabilite une grosse maison bourgeoise ; cet élu nous a donc demandé de l’aider à en faire un centre de télétravail collectif. Cela nous a paru être une bonne idée, dans la mesure où de nombreuses études ont été faites il y a longtemps sur les centres de télétravail ruraux, et ont montré qu’il s’agissait une solution viable. La résistance majeure réside dans la mentalité des chefs d’entreprise et les formes de gestion des entreprises. Depuis six mois, la mission « Temps et services innovants » fait donc des études de faisabilité pour voir comment les entreprises locales réagissent. Mais ce choix ne serait pas anodin en termes d’aménagement du territoire : cette commune, dortoir en journée, reprendrait ainsi du dynamisme, redeviendrait attractive.

17La mission a lancé la même réflexion sur les centres-villes (à la Part-Dieu en particulier) : comment aborder tous ces nouveaux lieux collaboratifs qui concentrent du télétravail, une pépinière d’entreprises high-tech et des échanges événementiels ?

Le partage des tâches sur un cas concret : l’appel à projet du PREDIT GO3 « Transports, territoires et individus »

  • 6  Le Programme de recherche et d’innovation sur les transports terrestres est un dispositif de progr (...)

18Nous venons de répondre à deux appels à projet du PREDIT6, dont l’un concerne les nouvelles façons d’envisager les observations sur la mobilité. Je pense qu’aujourd’hui les « Enquêtes ménages déplacement » ne sont plus des outils pertinents. Quand nous travaillons avec l’agence d’urbanisme de Lyon sur les déplacements la nuit, l’Enquête ménages ne nous sert pas, parce que les données qu’elle fournit ne sont pas suffisamment significatives. Il n’en existe par ailleurs aucune sur le dimanche ! Comme si le dimanche, la ville s’arrêtait, situation impensable pour un urbaniste ou un géographe.

19Nous avons donc proposé une réponse commune en associant, d’une part, la mission « Temps et services innovants » du Grand Lyon, et, d’autre part, des chercheurs, géographes et urbanistes. L’équipe a souligné que, manifestement, il y avait de nouvelles politiques de mobilité, de nouvelles demandes de connaissance sur les mobilités pour alimenter ces politiques, mais que les instruments classiques ne pouvaient répondre à ce fait. Le questionnement des chercheurs s’articule donc autour de deux axes : Quelles sont les nouvelles connaissances qui émergent de l’expertise profane ? Quelle pourrait être la demande de connaissance de ces nouvelles politiques ? Simultanément, l’équipe mène une réflexion méthodologique, pour montrer que les Enquêtes ménages n’offrent pas une connaissance spatio-temporelle de la mobilité qui permettrait de répondre à ces questions.

20Franck Scherrer explique, dans sa contribution, que les urbanistes n’auraient pas pu répondre sans les géographes. C’est pourquoi ils ont fait appel à des spécialistes de l’analyse spatio-temporelle de la mobilité, membres de l’équipe grenobloise de Sonia Chardonnel et Laure Charleux. Ils peuvent ainsi proposer une exploitation secondaire des Enquêtes ménages et obtenir, grâce aux moyens scientifiques qui sont mis en œuvre par les géographes, une meilleure connaissance des situations sociales de disparité d’accès à la ville. Ils partent de données individuelles que ne produisent pas – en raison de leur coût très élevé – les services du ministère de l’Équipement, ou les agences d’urbanisme (qui ont des commandes précises). La sollicitation de chercheurs en géographie apporte incontestablement des innovations méthodologiques.

21Un tel partage des tâches est nécessaire. Une institution aussi légère que la mission de l’Espace des temps ne dispose pas, en effet, des ressources humaines suffisantes pour répondre à ces questions. Elle ouvre donc ses portes aux chercheurs, et, grâce à eux, reformule les questions de départ. Par ailleurs, comme dans toute recherche en sciences sociales, la production est essentiellement le fait de doctorants, tandis que les enseignants-chercheurs ont un rôle de coordination, de production, et de mise en place de protocoles innovants. La production de données est plutôt le fait de nos partenaires universitaires, mais les questionnaires utilisés au cours des entretiens sont entièrement co-construits.

Le stagiaire : intermédiaire de choix entre la collectivité locale et le monde de la recherche

22J’ai l’habitude de dire qu’on « utilise », au sens noble du terme, de nombreux stagiaires des différents instituts universitaires régionaux, toujours dans un rapport « gagnant-gagnant ». Je mets les stagiaires en situation professionnalisante ; en retour, ils m’apportent le savoir-faire et la matière grise dont j’ai besoin pour conduire ces expérimentations. Autrement dit, j’apporte le terrain de la « recherche-action » (sur des questions très opérationnelles), et j’attends du stagiaire-urbaniste un savoir-faire réel, ainsi qu’un échange privilégié avec son directeur de recherche à l’université. Ces interactions nous font avancer pour parvenir à des expérimentations concrètes.

23Par exemple, l’an passé, un apprenti de l’IUG qui travaille sur le management de la mobilité m’a totalement épaulée pour le montage d’un portail de covoiturage – aujourd’hui opérationnel –, grâce à une bonne interaction avec les experts du Certu et avec son directeur de recherche. Nous menions alors une collaboration avec les entreprises, les experts, les universitaires, l’ADEME (Agence de l’environnement et de la maîtrise d’énergie), et le Sytral – en somme, tous les institutionnels concernés –, sur un dispositif de covoiturage. Nous réfléchissions à une autre façon de se déplacer, et voulions trouver une solution pour réduire l’utilisation de la voiture « autosoliste », donc les émissions de gaz à effet de serre. Ce n’est pas simple, mais nous sommes en passe de réussir le pari que nous nous étions lancé : nous avons mis en place une base de covoiturage grâce à l’animation d’entreprise et à la concertation. Les 2 500 inscrits sont un gage de réussite de l’opération.

24Le travail de ce stagiaire nous est encore très utile aujourd’hui au Grand Lyon. Il nous a donné l’occasion de réfléchir à la question du Conseil en mobilité tel que prévu au PDU. On peut même dire que ce lien interactif, entre Université (stagiaires) et mission fonctionne presque naturellement aujourd’hui. Les réponses aux divers appels d’offres et les différentes collaborations nous ont beaucoup appris, nous beaucoup aidés, dans une interaction très positive avec les domaines de l’urbanisme et de l’aménagement. Cette entrée sociologique de l’Espace des temps permet de dépasser la seule approche technique. J’étais volontairement provocatrice au Certu auprès de mes collègues ingénieurs. Je ne cessais de leur dire : « Cessez d’avoir ce seul regard technique sur la ville, arrêtez de considérer mobilité et déplacement avec la seule approche de la voirie. » Il ne faut en effet jamais perdre de vue que les déplacements et la mobilité sont avant tout le fait des gens, des usagers, des habitants, des étudiants. C’est pourquoi il faut partir de ces pratiques pour aborder la question, plutôt que de la largeur des trottoirs et des voiries. En sept ans, j’ai vu les choses progresser, sur le territoire du Grand Lyon, dans le sens d’une approche de l’aménagement et de l’urbanisme qui soit pluridisciplinaire, moins « technique », c’est-à-dire plus proche des modes de vies des utilisateurs du territoire. Pour conforter cette dynamique, je suggère que l’enseignement de certaines disciplines, jusque-là tournées vers la seule technicité, s’ouvre à cette approche sociale et sociétale.

Haut de page

Notes

1  Le Centre d’étude sur les réseaux, les transports, l’urbanisme et les constructions publiques est chargé de conduire des études pour le compte de l’État ou des collectivités territoriales. Le Certu est rattaché au ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer.

2  Le Grand Lyon est le nom actuel de la communauté urbaine de Lyon. Cette collectivité locale regroupe 57 communes de l’aire urbaine lyonnaise.

3  Professeur à l’Université Lumière Lyon 2 et directeur de l’Institut d’urbanisme de Lyon.

4  Le ministère de l’Équipement change régulièrement de nom. Le dernier en date est ministère de l’Écologie, de l’Énergie, du Développement durable et de la Mer.

5  Il s’agit d’enquêtes réalisées auprès des ménages qui permettent d’avoir une « photographie »

 des déplacements réalisés par les habitants d’un périmètre donné, un jour moyen de la semaine. En trente ans, plus de 70 enquêtes ont été réalisées dans près de 40 agglomérations françaises. Les EMD sont réalisées tous les dix ans à peu près ; la dernière réalisée dans l’agglomération lyonnaise date de 2006.

6  Le Programme de recherche et d’innovation sur les transports terrestres est un dispositif de programmation et de suivi défini par un protocole interministériel, qui finance des programmes de recherche pluriannuels.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Lucie Verchère-Tortel, « Recherche et collectivité locale : un échange gagnant-gagnant. L’exemple de la mission de l’Espace des temps au Grand Lyon », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4815 ; DOI : 10.4000/traces.4815

Haut de page

Auteur

Lucie Verchère-Tortel

Chargée de mission « Temps et services innovants » au Grand Lyon, direction de la prospective.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page