Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale

Franck Scherrer
p. 187-195

Résumés

Contrairement à un savoir disciplinaire comme la géographie, l’urbanisme est né pour éclairer l’action dans une approche plutôt utilitariste du savoir. L’apparition du champ des études urbaines dans les années 1960-1970 témoignent d’un souci de prise de distance critique vis-à-vis de l’action, mais ce mouvement s’est développé en France en dehors du monde académique. Finalement, la prise de distance critique associée à la proximité avec l’action politique caractérise toujours l’urbanisme et les études urbaines, mais dans un contexte plus complexe où l’objet d’étude est de plus en plus différencié selon les villes.

Haut de page

Texte intégral

1Inviter dans le cadre d’une réflexion collective sur « l’utilité » de la géographie des savoirs, à la fois scientifiques et pratiques, qui définissent le champ de l’urbanisme et des études urbaines, témoigne d’une véritable ouverture d’esprit : on n’imaginerait pas les sociologues, et encore moins les économistes, inviter un urbaniste pour débattre de leur approche disciplinaire. Cela peut d’ailleurs témoigner d’une confusion spécifiquement française entre la géographie, l’aménagement et l’urbanisme. Or, l’urbanisme et les études urbaines se sont constitués de façon totalement différente des savoirs disciplinaires comme la géographie, alors même qu’ils ont en commun (comme l’architecture) le rapport à l’espace.

2La question de l’utilité du savoir scientifique, surtout si elle est posée de manière relativement naïve, est une bonne entrée pour comprendre combien ces approches sont différentes dans leur constitution et partent de cultures différentes. En un mot, on peut dire que les savoirs qui ont constitué les études urbaines, et plus encore ceux qui relèvent de l’urbanisme, sont génériquement liés à une demande sociale de connaissances directement utilisables, et qu’ils se sont progressivement élaborés dans la tension entre le refus de cette position strictement utilitariste et la réponse à une visée réformiste plus ou moins explicite.

3Je reviendrai de façon quelque peu schématique sur deux moments historiques – le lendemain de la Première Guerre mondiale et les années 1970-1980 – qui permettent de mettre en évidence cette tension et d’expliquer en quoi penser l’urbanisme comme un savoir scientifique est problématique. Aujourd’hui, la « demande sociale » de connaissance scientifique ou d’expertise sur la ville et son aménagement – en France, longtemps identifiée à l’État – devient beaucoup plus complexe, différenciée et territorialisée, ce qui introduit de nouvelles questions sur la capitalisation de la connaissance et la distinction toujours un peu arbitraire entre étude et recherche.

La distinction entre urbanisme et études urbaines

4Je reviens tout d’abord sur l’ambiguïté dans l’emploi des termes « urbanisme » et « études urbaines » dans le champ français de l’institution scientifique. Le terme d’« urbanisme » renvoie principalement à un champ de pratiques professionnelles et de compétences, tandis que la notion d’« études urbaines » renvoie plutôt à un champ de connaissances interdisciplinaires appliquées à l’objet qu’est la ville. Historiquement, le premier a connu sa tentation scientiste, notamment dans la première moitié du xxesiècle, tout en se transformant en champ d’affrontement doctrinal. À partir des années 1970, le terme d’urban studies s’est progressivement imposé dans le monde académique occidental et a fait l’unité, en comprenant un sous-champ qui est celui de la recherche sur les pratiques aménagistes et les politiques d’urbanisme, et qui recouvre l’action collective de production, de gestion et de régulation de la ville.

5Mais en France le terme d’urbanisme ne s’est pas défait de son ambiguïté initiale, et le terme d’« études urbaines », quoique très ancien, ne s’est pas imposé – ce qui pose aujourd’hui un problème de lisibilité dans un contexte académique mondialisé. Cela renvoie au fait plus général que les studies en France n’ont pas de statut académique très clair, contrairement au monde anglo-saxon. Employer le terme studies revient à déterminer un champ scientifique par son objet et non par la discipline. Cette manière de faire est très commune à l’extérieur de la France mais n’est pas du tout ici constitutive de l’organisation des sciences humaines et sociales. On parle pourtant de « génies » (civil, hydraulique, thermique, acoustique, etc.) concernant les sciences de l’ingénieur. Les « génies » qui se sont constitués au xixe siècle ne se posent plus trop la question de leur statut épistémologique, alors que les sciences sociales ont jusqu’à présent beaucoup de mal à se définir par rapport aux objets auxquels elles s’appliquent.

6Ce que l’on appelle donc ici l’urbanisme est un champ de connaissances qui a du mal à se positionner, entre la dépendance à l’égard des savoirs disciplinaires, et la référence à des pratiques professionnelles, dont la définition est en elle-même un vrai casse-tête, tant ces dernières sont hétérogènes. On a tenté naguère, sans beaucoup de succès, de l’appeler « urbanistique ». Cet insuccès traduit bien la difficulté de cerner ce champ de connaissances selon des critères ontologiques, puisque ce champ n’est jamais que la résultante à la fois des critiques des modèles mobilisateurs de l’action, et des demandes utilitaristes liées à la fameuse « crise des villes ».

7Pour ma part, je suis professeur d’urbanisme ; j’enseigne donc un savoir qui vise à former des urbanistes professionnels, et qui s’appuie sur les outils des sciences sociales pour analyser les pratiques et les acteurs de l’urbanisme, avec un appareillage scientifique qui relève des études urbaines. Ma culture professionnelle d’universitaire est imprégnée de deux « évidences » implicites qu’il est difficile de faire partager avec des collègues plus académiques : l’assujettissement de la production de connaissances scientifiques à l’exigence d’amélioration des pratiques professionnelles d’une part ; contrebalancé par le refus d’une formulation strictement utilitariste des commanditaires de connaissances nouvelles, d’autre part.

La tension entre l’assujettissement à l’action et le refus de l’utilitarisme

8De ce point de vue, l’argumentaire de cette journée, qui avance l’hypothèse que ce n’est pas tant la science qui se met au service de l’action que l’action qui instrumentalise la science, ne représente pas un dilemme nouveau pour les études urbaines. La question de l’instrumentalisation, ou plutôt de son refus, est présente sui generis dès l’institution des études urbaines. L’idée même que la science puisse « se mettre au service » de l’action est naïve et répandue, notamment dans la jeune recherche en sciences sociales. Je vois beaucoup de thèses ayant permis de développer telle ou telle méthode d’analyse du spatial ou de l’urbain qui, alors même qu’elles ne se référaient pas à une demande précise ni se situaient dans un contexte décisionnel, prétendaient être utiles à l’action et à la prise de décision.

9Or, la connaissance ne se met pas au service de l’action : elle lui est consubstantielle. L’action publique ou l’action collective se fondent sur des représentations du monde qui sont le résultat de la transformation de connaissances scientifiques par le biais de « médiateurs ». Le rôle du GIEC (Groupe d’experts intergouvernemental de recherche sur l’évolution du climat) dans la production, à partir de connaissances scientifiques sorties de leur domaine de validation, d’une représentation du monde soumis à l’irréversibilité du réchauffement climatique, pour finalement servir de référence dominante à une gouvernance internationale du développement durable, en est une illustration presque caricaturale. Pour agir, il faut se représenter le monde. Or les sciences sociales apportent des hypothèses qui sont susceptibles de devenir des croyances dès lors qu’elles sont adoptées au-delà de leurs limites par tous ceux qui, pour agir, ont besoin de se justifier au regard de cette vision du monde.

10Le principal problème qui se pose, pour les études urbaines comme pour les sciences appliquées en général, est donc que les connaissances, qui sont maniées avec de grandes précautions par les scientifiques, peuvent se transformer en croyances. De surcroît, l’action urbanistique a besoin de ces références, aujourd’hui davantage qu’hier. Auparavant, il n’y avait, pour le dire simplement, qu’un seul grand décideur. L’État désignait l’intérêt général qui était ensuite mis en application, dans le domaine de l’aménagement de l’espace et de l’urbanisme, par les ingénieurs des Ponts et Chaussées. L’argument scientifique venait donc relayer l’argument d’autorité. Aujourd’hui, tout le monde a des représentations divergentes (acteurs locaux, acteurs intermédiaires, société civile), d’où la nécessité d’un jugement aiguisé sur la construction des opinions collectives. Les effets de croyance sont devenus d’autant plus mobilisateurs que l’argument d’autorité ne fait plus recette. De ce fait, la tension est de plus en plus forte entre ce que l’on peut produire comme connaissances critiques et la façon dont ces connaissances sont ensuite utilisées.

11Cette situation nouvelle est évidemment loin d’être propre au champ des études urbaines et de l’urbanisme. En revanche, il s’est constitué dès l’origine à partir de son rapport à l’action, et les études urbaines se sont progressivement détachées, de manière critique, de leur fonction initiale qui consistait à produire des références pour l’action.

Au lendemain de la Première Guerre mondiale : la constitution des études urbaines

12Pour comprendre cela, il nous faut remonter à l’origine, aux alentours de 1914, quand apparaît un mouvement réformiste très disparate dans plusieurs pays et particulièrement en France. Ce mouvement rassemble le patronat social qui réfléchit au logement, des réformateurs à gauche de l’échiquier politique, dans la tradition du catholicisme social comme du radicalisme municipaliste, des architectes qui s’interrogent sur la croissance de la ville, mais aussi des médecins et des ingénieurs qui posent la question hygiéniste. Tous se retrouvent autour du mot « urbanisme » qui va faire la synthèse de questions disparates, auxquelles seule la réforme politique sert de trait d’union.

13En France, un cercle de réflexion, le Musée social, réunit des réformateurs, des députés, des architectes, des ingénieurs – des gens d’origines très diverses et souvent un peu marginaux. Ils représentent une certaine élite intellectuelle réformiste de la France et portent la création des études urbaines et des études en urbanisme. L’Institut des hautes études urbaines est en effet créé en 1919, en même temps qu’est promulguée la loi Cornudet qui instaure les premiers plans d’urbanisme.

14Ce n’est pas une coïncidence : cet institut est créé à l’instigation du département de la Seine, parce que le préfet veut créer un organisme pour former des hommes de l’art capables d’appliquer la loi Cornudet, dans un département qui est le seul en France à être presque complètement urbanisé. En 1924, cet institut devient l’Institut d’urbanisme de Paris (IUP). À la même époque, est créée au sein de celui-ci une École de l’administration municipale, toujours à l’instigation du département de la Seine.

15On assiste donc à la rencontre d’un mouvement d’intellectuels qui veulent réformer la ville et la façon dont on la fait, et d’une demande politique claire et cruciale (la question de la région capitale), qui convergent dans le but de former des personnes chargées de développer des pratiques innovantes au service de l’action publique. Par la suite, cet Institut d’urbanisme de Paris connaît un rayonnement mondial, échappe au département de la Seine et forme de nombreux étrangers. L’urbanisme, à cette époque, se diffuse dans le monde entier et l’IUP est l’un des seuls endroits où se former à l’urbanisme (Coudroy de Lille, 2002).

16Il fournit une tribune à un certain nombre de penseurs de la ville tels que Marcel Poëte, archiviste, bibliothécaire en chef de la bibliothèque historique de la Ville de Paris. Il n’a pas une position universitaire évidente, car ce n’est pas un historien très « moderniste ». Mais il fabrique une théorie de l’histoire de l’évolution des villes, très organiciste – la naissance, l’adolescence, l’âge mature et l’obsolescence des villes –, qui connaît un succès certain dans le petit monde de l’urbanisme de l’entre-deux-guerres. L’autre personnage central dans l’histoire de l’IUP est Henri Sellier, promoteur inlassable du logement social. L’IUP s’ouvre également à l’enseignement de praticiens de très haut niveau, chefs de file de l’École française d’urbanisme : Louis Bonnier, Léon Jaussely, et plus tard Robert Auzelle. Dans cette école, on bricole un savoir à la fois tiré des enseignements de la pratique et d’éléments disciplinaires. Pour Viviane Claude, ces savants de l’urbanisme « vivent des miettes de l’épistémologie du jour, celle de la veille, tout en tenant une place dominante dans les institutions de formation professionnelle ». Ils récupèrent, actualisent et articulent les savoirs distincts en braconnant et en bricolant dans cette perspective (Claude, 2006, p. 85).

17Cela explique le rejet dont ils sont victimes, que ce soit de la part des historiens ou des géographes. Il ne faut donc surtout pas présupposer l’existence d’une discipline scientifique appelée l’urbanisme. L’analyse de ces opérations de bricolage reste sur le plan qui est le sien – et qui n’a pas moins de valeur que celui de la science – à savoir une sorte d’intrication entre l’art et la science, entre le savoir pratique et le savoir théorique. L’urbanisme n’a donc pas cette origine disciplinaire noble que le positivisme scientiste se cherche dans la première moitié du xixe siècle. Il se constitue bel et bien en marge de l’institution universitaire.

18Que reste-t-il de cette époque ? Certainement pas l’épistémologie bricolée par Poëte, tombée à peu près dans l’oubli. On peut identifier trois éléments :

19–des méthodes pédagogiques : aujourd’hui comme dans les années 1920, les instituts d’urbanisme ont une culture pédagogique centrée sur l’atelier professionnel, sur le mélange des apports professionnels et universitaires, sur des exercices pratiques, des croisements interdisciplinaires à partir de l’objet ville, et de l’action urbaine.

  • 1  Nom qu’elle a eu de sa création dans les années 1960 – pour favoriser l’émergence des huit métropo (...)
  • 2  Créée dans cinq des huit métropoles d’équilibre.

20–une marginalité universitaire assez durable : lors de la seconde vague de création des instituts d’urbanisme dans les années 1970, l’histoire de la création de l’Institut des hautes études urbaines par le département de la Seine se répète mutatis mutandis. Ainsi, l’Institut d’urbanisme de Grenoble (IUG) est créé, entre autres, à l’initiative de la mairie de Grenoble ; l’Institut d’aménagement régional d’Aix (IAR) à celle de la DATAR (Direction à l’aménagement du territoire et à l’action régionale)1 par le biais de l’OREAM (Organisation d’études d’aménagement des aires métropolitaines)2, etc. Cette marginalité a aujourd’hui néanmoins disparu, parce que les formations sont entrées dans le moule universitaire. Une normalisation a eu lieu. Mais cette histoire spécifique, liée à l’action et aux acteurs, a marqué l’urbanisme : il en reste un dialogue pas toujours évident au sein des institutions universitaires.

21–le bricolage épistémologique : à ceci près que s’il pouvait être largement stigmatisé à l’époque de la structuration disciplinaire de la science, il est au contraire aujourd’hui la base d’une l’interdisciplinarité revendiquée et valorisée.

Le second temps fort : les années 1960-1970

22Dans les années 1960-1970, les études urbaines se sont réinventées de façon pluridisciplinaire dans tous les pays développés, à partir d’un point central : la croissance urbaine généralisée posait une série de problèmes sociologiques et économiques, à une action publique interventionniste plus ou moins inspirée par le keynésianisme. Autrement dit, un champ de recherche a été généré par une demande étroitement liée à l’action. En France, le champ des études urbaines a été structuré par ce que l’on a appelé la recherche « incitative » ; ce qui a été le cas, à peu près à la même époque, aux États-Unis et en Allemagne (où ces dispositifs ont d’ailleurs souvent disparu ou se sont amoindris, alors qu’en France, ils ont été conservés plus longtemps). Cette recherche incitative reposait sur des dispositifs liés au Commissariat général au Plan, chargé d’encadrer la croissance nationale, mais aussi des dispositifs d’incitation à la recherche, comme la Mission de la recherche urbaine au ministère de l’Équipement ou celle du ministère des Affaires sociales. Ces institutions commanditaient de la recherche à des chercheurs, généralement non universitaires, et leur demandaient explicitement de répondre aux problèmes que posait leur action.

23Entre cette époque et aujourd’hui, les études urbaines ont connu des périodes de gloire et de misère, selon que l’action urbaine est traitée comme un grand problème national (encadrement de la croissance, politique nationale d’aménagement du territoire, politique de la ville…), ou comme un problème secondaire, soumis aux impératifs de la régulation économique et du maintien de la paix sociale.

24Malgré ces aléas, le savoir scientifique des études urbaines s’est essentiellement constitué à partir de commandes de recherche, de valorisation de connaissances multidisciplinaires et de « recherches-actions ». À la différence de l’expertise, la recherche-action a deux objectifs contradictoires : s’immerger dans un jeu d’acteurs innovants, tout en changeant les cadres de la commande, et ajouter des questions, là où il y avait apparemment déjà des réponses toutes faites – posture ambivalente qui n’est pas toujours bien vue des financeurs. Ce type de recherches était porté par des chercheurs qui n’étaient pas dans l’Université, mais travaillaient plutôt dans des associations ou des coopératives de recherche. Ce savoir-faire s’est un peu perdu avec l’intégration d’une partie de ces chercheurs dans le monde universitaire.

  • 3  La spécificité de cette radicalité commanditée est bien résumée dans l’ouvrage de Michel Amiot qui (...)

25L’autre changement qui s’est produit depuis les années 1970 concerne la posture intellectuelle de la recherche urbaine. Portées par l’ébullition de la sociologie, les études urbaines des années 1960-1970 se sont figées dans une posture de « dialogue radical ». Les chercheurs répondaient aux questions de l’État par une remise en cause des fondements de l’action planificatrice. Aux interrogations que se posait le ministère de la Construction sur l’efficacité de la réponse des grands ensembles aux besoins réels de la population, les chercheurs répondaient, dans la lignée de Paul Chombart de Lauwe, par la dénonciation de l’imposition d’un modèle petit-bourgeois de l’habiter ou de la dictature du confort, puis du mythe – déjà présent – des vertus de la mixité sociale. La réforme de la planification urbaine de 1967 s’est ainsi vu opposer l’analyse marxiste de l’assujettissement de l’action publique aux intérêts du capitalisme3.

26Cette posture finalement assez confortable a aujourd’hui totalement disparu, car il n’y a presque plus, sauf à l’état résiduel, de commande de recherche appliquée soucieuse de générer une remise en cause des fondements de l’action publique ou collective à laquelle elle s’applique. Pour le dire simplement, l’État n’est plus là et la demande de recherche incitative qui dans le domaine des études urbaines devrait logiquement venir des villes, « acteurs collectifs » de leur développement, n’a pas pris le relais. Nous sommes face à un défi compliqué à relever : tant qu’on avait une demande mandatée par l’État, on pouvait avoir l’illusion d’un questionnement unitaire. Mais aujourd’hui, il est très difficile de répondre à dix, quinze, vingt appels d’offres qui ne sont pas construits de façon coopérative. En France, il y a bien eu des tentatives pour créer des agences qui mettent en commun les commandes de recherche des villes, à l’instar du DIFU en Allemagne (Deutsches Institut für Urbanistik), mais ce genre d’initiatives était sans doute trop précoce au regard de la décentralisation.

27La culture de commande de recherche urbaine dans les collectivités locales est donc encore largement à inventer. À l’Institut d’urbanisme de Lyon, avec des partenaires comme le Grand Lyon et l’Espace des temps et services innovants, nous avons été sans doute précurseurs. Nous avons également été pionniers pour développer des thèses de recherche-développement en urbanisme de type CIFRE (Convention industrielle de formation par la recherche), avec l’Agence d’urbanisme de Lyon par exemple, ce qui représente effectivement une façon innovante de produire de la connaissance avec un organisme professionnel. Aujourd’hui, ce type de proposition abonde brusquement sous l’effet d’aubaine des financements, mais nous n’avons pas forcément toutes les clés ni l’appareil heuristique et épistémologique qui permette d’agir dans de bonnes conditions. Plus encore, la posture proche mais critique qui a bien fonctionné avec l’État est difficile à reproduire face à un pouvoir urbain incarné par des maires charismatiques. Ces derniers sont en effet de grands consommateurs de mythes mobilisateurs, dans leur démarche de marketing et de stratégie compétitive, et apprécient peu le désenchantement que peut produire la recherche urbaine. Aussi n’est-il pas facile pour les chercheurs de se situer par rapport à une demande aussi éclatée, en tant que chercheurs et universitaires, c’est-à-dire de se placer en position de réflexivité critique par rapport à des commandes très localisées, voire idiosyncrasiques. Plus encore, l’enjeu fondamental de « l’utilité » des études urbaines à venir résidera dans la capacité collective à capitaliser une connaissance généralisable à partir d’une multitude d’études de cas d’actions urbaines contextualisées.

Haut de page

Bibliographie

Amiot Michel, 1986, Contre l’État, les sociologues. Éléments pour une histoire de la sociologie urbaine en France (1900-1980), Paris, EHESS.

Claude Viviane, 2006, Faire la ville, les métiers de l’urbanisme au xxesiècle, Marseille, Parenthèses.

Coudroy de Lille Laurent, 2002, « Histoire de l’Institut d’urbanisme de Paris. Éléments chronologiques »[en ligne], [URL : http://urbanisme.u-pec.fr/presentation/histoire/], consulté le 3 avril 2010.

Haut de page

Notes

1  Nom qu’elle a eu de sa création dans les années 1960 – pour favoriser l’émergence des huit métropoles d’équilibre – à 2005, date à laquelle elle est devenue la DIACT – Délégation interministérielle à l’aménagement et à la compétitivité des territoires. Depuis 2009, on parle de nouveau de DATAR, mais le sigle signifie désormais Délégation interministérielle à l’aménagement du territoire et à l’attractivité régionale.

2  Créée dans cinq des huit métropoles d’équilibre.

3  La spécificité de cette radicalité commanditée est bien résumée dans l’ouvrage de Michel Amiot qui analyse finement cette histoire : les sociologues contre l’État, c’est-à-dire aussi « tout contre » (Amiot, 1986).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Franck Scherrer, « Le contrepoint des études urbaines et de l’urbanisme : ou comment se détacher de l’évidence de leur utilité sociale », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4805 ; DOI : 10.4000/traces.4805

Haut de page

Auteur

Franck Scherrer

Professeur d’urbanisme à l’Université Lumière Lyon 2, chercheur au laboratoire « Environnement, ville, société » (CNRS, ENS de Lyon, ENTPE, Université Lyon 2, Université Lyon 3, Université de Saint-Étienne, INSA), directeur de l’Institut d’urbanisme de Lyon et président de l’APERAU (Association pour la promotion de l’enseignement et de la recherche en aménagement et urbanisme).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page