Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Être géographe au service de la cité

Anaïs Blanchard
p. 173-186

Résumés

Après avoir insisté sur ma formation, cet article revient sur mon expérience de géographe employée par une administration publique et œuvrant à la prévention et la gestion des risques et des catastrophes. C’est la position du géographe hors de l’institution académique qui est ici interrogée, ainsi que la nature et le statut des savoirs qu’il produit.

Haut de page

Texte intégral

1Je suis géographe de formation, et travaille pour une administration publique depuis trois ans. Après mes études, j’ai décidé de quitter le monde universitaire pour m’investir dans la cité. J’exposerai donc ma formation disciplinaire, et les raisons qui m’ont orientée vers une carrière loin des facultés ; je présenterai ensuite mon métier qui consiste à modéliser l’espace et à gérer les risques. J’insisterai sur mon rôle au sein de mon service, sur les attentes de mes employeurs ; ce sera l’occasion d’interroger les représentations qu’ont mes collègues du métier de géographe et de voir comment je peux jouer de ces représentations.

Une discipline mais deux écoles

2Pourquoi un géographe peut-il préférer s’engager dans la cité plutôt que dans l’enseignement ou la recherche ? Je ne désirais pas être une simple observatrice ; je voulais surtout être une actrice capable d’orienter directement le choix des décideurs. J’ai eu la chance de bénéficier d’une double culture universitaire (française et suisse) : j’ai franchi les Alpes et c’est en Suisse que j’ai parachevé mon troisième cycle. La géographie que j’ai découverte en Suisse était très différente de celle à laquelle j’ai été formée en France. J’ai été formée dans une discipline, mais à deux écoles.

  • 1  Le post-grade est un diplôme de troisième cycle universitaire. Dans mon cas, il s’agissait d’un di (...)

3Après le lycée, très intéressée par la production des savoirs, je me suis inscrite en géographie à l’Université Lumière Lyon 2. Cette discipline me semblait ouvrir de vastes champs de connaissance, aussi bien en sciences humaines qu’en sciences dures. L’année de la maîtrise a été celle de mon premier voyage comme apprentie géographe : j’ai travaillé au nord du Sénégal comme stagiaire du CIRAD (Centre international de recherche agricole pour le développement). Ce stage de recherche de six mois en zone sahélienne portait sur les réorganisations spatiales et les conflits fonciers liés aux productions de nouvelles cultures vivrières. J’étais encadrée par Karine Bennafla en France, géographe qui travaillait à l’époque sur la géopolitique des espaces frontaliers en Afrique centrale ; elle m’a ensuite conseillé de préparer l’agrégation de géographie à l’École normale supérieure Lettres et sciences humaines (Lyon), l’année suivante. J’ai décliné cette proposition – très tentante – au profit d’un post-grade1 en Suisse. L’agrégation, si elle ouvre de nombreuses portes, reste un concours de recrutement de l’enseignement ; je n’ai jamais eu l’envie d’enseigner. Sans compter que la préparation de l’agrégation m’aurait empêchée de rapidement repartir sur le terrain alors que c’était un projet qui me tenait à cœur.

4En Suisse, j’ai découvert un système universitaire et d’enseignement radicalement différent : des rapports professeurs-élèves nouveaux, étonnants d’échange et de partage, des facilités d’échanges avec les autres disciplines ; d’ailleurs, les diplômes de troisième cycle sont fréquemment préparés dans des équipes pluridisciplinaires. Le système helvétique est proche des modèles anglo-saxons : la cité est dans l’université qui accueille à la fois des laboratoires publics et privés. Les échanges, les transferts de technologies sont donc constants. La dimension internationale y est aussi beaucoup plus importante qu’en France : à Lausanne et à Genève, plus d’un étudiant sur quatre est étranger. Enfin, les universités suisses sont presque l’équivalent des grandes écoles françaises : seule une part minime d’une tranche d’âge poursuit une formation universitaire et la sélection y est poussée. L’Université est la voix d’excellence : les subventions dont elle bénéficie sont donc très importantes. Le diplôme que j’ai préparé – dont l’intitulé « Développement durable des espaces et sociétés à fortes contraintes » s’accordait avec l’air du temps – est né d’un partenariat entre les universités de Genève et de Lausanne, l’EPFL (École polytechnique fédérale de Lausanne), et l’IUED (Institut universitaire d’étude du développement, nouvellement Institut des hautes études internationales et du développement) : il est représentatif des échanges et interrelations entre structures universitaires.

5La géographie, selon les influences et l’histoire de chaque université, ne trouve pas la même place dans la structuration des maquettes d’enseignement : n’oublions pas que la Suisse est un pays fédéral où le canton est partie prenante du système éducatif. Ainsi à l’Université de Genève, la géographie fait partie de la faculté des sciences économiques et sociales, au cœur du Centre universitaire d’écologie humaine et des sciences de l’environnement (CUEH). A contrario, à Lausanne, la géographie relève de la géographie physique : l’Institut de géographie de l’université de Lausanne (IGUL) appartient à la faculté des géosciences et de l’environnement ; la géographie et la géologie y sont qualifiées de « piliers ».

  • 2  La Suisse, hors Union européenne, ne permettait pas d’obtenir des bourses d’étude, ni d’aide finan (...)

6Après trois années en Suisse et un post-grade en poche, j’ai décidé de me lancer dans le monde du travail : mes différentes expériences – mon terrain de maîtrise, mais surtout le stage au Mali que j’ai fait durant mon post-grade – m’y ont poussée. Mon diplôme m’a conduit à évaluer et expliquer l’échec relatif d’un programme de développement cofinancé par l’IUED. À l’époque, j’aurais pu préparer une thèse et rester dans le milieu universitaire, même si c’était un moment où les conditions d’accueil des étudiants étrangers étaient devenues moins favorables2. Mais j’ai choisi de retourner à l’un des fondements de la géographie : son utilité pratique.

Ma mission : expertise et cartographie

7Quitter l’Université et rejoindre une institution, munie d’une expérience universitaire (en dépit de mes deux stages en Afrique de l’Ouest), oblige à se lancer dans une nouvelle forme de réflexion « pratique », à même de répondre à une demande sociale. Comment rendre intelligibles auprès de mes nouveaux collègues, mais aussi du public les méthodes et les savoirs acquis à l’Université ? Ce sont ces réflexions que je vais présenter en même temps que mon poste, mes compétences et mes tâches.

  • 3  Citation d’un discours de présentation du SZDS par le conseiller de défense d’Île-de-France.

8J’ai été recrutée comme chargée de mission défense dans le cadre de la lutte contre le bioterrorisme au Service zonal de défense et sécurité (SZDS) à la DRASS (Direction régionale des affaires sanitaires et sociales) d’Île-de-France (anciennement « Cellule risques exceptionnels »). J’ignorais l’étendue de la mission lorsque j’ai répondu à cette annonce parue sur le site de l’APEC (Agence pour l’emploi des cadres). Le SZDS est un « outil, au service du délégué de zone pour dessiner les axes d’une politique commune régionale afin d’être en mesure de produire une réponse unique et fédérée pour tout événement sanitaire dont les potentialités peuvent conduire à une crise sanitaire »3.

  • 4  L’état-major de la zone de défense est dirigé par le préfet délégué pour la défense et la sécurité (...)

9Le territoire métropolitain est découpé en sept zones de défense ; les services zonaux coordonnent les actions de plusieurs régions, sauf en Île-de-France où la zone de défense coïncide avec la région. Mon service – placé sous l’autorité du préfet de zone – a pour mission de préparer et gérer les situations de crise. Le délégué de zone dispose d’un Service zonal de défense et de sécurité. Suivant les directives des instances ministérielles ce service a pour mission la mise en œuvre de la politique de défense et de sécurité auprès de tous les acteurs impliqués dans les réponses aux situations d’urgence sanitaire au sein de la région. Il fait également appliquer les directives, et en coordonne les modes d’actions organisationnels et logistiques pour tous types de situations ou événements catastrophiques. Il conduit toutes les démarches nécessaires pour fédérer les planifications. Enfin, il veille à leur cohérence en menant des actions de contrôle et en organisant des exercices. Il inscrit les plans de secours sanitaires et sociaux dans le dispositif ORSEC (Organisation de la réponse de sécurité civile) défini par l’état-major de zone4. Six personnes composent notre service : un conseiller de défense (médecin militaire), un conseiller sanitaire (médecin civil), un inspecteur, un chargé de mission défense (moi) et deux secrétaires.

10Mon rôle est d’apporter une expertise scientifique et technique – souvent sous forme de cartes – pour aider le conseiller zonal de défense et le délégué de zone à prendre les bonnes décisions. Mes collègues sont formés pour résoudre des problèmes, et non pour les modéliser. Mes compétences techniques, associées à une autre formation intellectuelle, apportent donc un éclairage nouveau, ce qui permet de soulever d’autres problèmes sur une thématique donnée. Mes tâches sont donc très spécifiques au sein de l’équipe ; j’ai d’ailleurs plus des rapports de collaboration que des rapports hiérarchiques avec mes chefs de service.

  • 5  Exemples de quelques formations suivies : « Diplôme d’université de coordination des soins face à (...)

11Dans mon travail, je m’appuie principalement sur les ressources que j’ai appris à manipuler : la documentation scientifique (et principalement des thèses) et la participation à des colloques qui me permet de me tenir au courant des avancées de la recherche et de nouer des contacts avec des chercheurs. Je conserve ainsi un lien très fort avec le monde universitaire grâce à cette veille scientifique qui constitue une bonne partie de mes tâches. Je m’efforce de traduire ces savoirs académiques très pointus en des techniques adaptées à l’administration (les médecins, les cadres de santé, les cadres des préfectures), ce qui n’est pas toujours facile, surtout quand, comme moi, on débute dans un poste sans la culture du ministère de la Santé ou de la Défense civile. En effet, lors de mon embauche, il me manquait certaines connaissances et surtout les raisonnements et les techniques spécifiques aux agents cadres de santé formés à l’École des hautes études en santé publique (EHESP) de Rennes. Mon cursus universitaire en géographie n’est donc pas suffisant et je dois régulièrement enrichir mes connaissances, surtout dans les champs extérieurs à la géographie. J’ai donc suivi de multiples formations5 sur les risques terroristes ou NRBC (nucléaire, radiologique, biologique, chimique) et sur la médecine d’urgence (diplôme universitaire en gestion des catastrophes). Je continue également à me former en cartographie et géomatique (les outils de traitement et de représentation de l’information géographique par ordinateur).

12Mon intégration dans ce service répond à une volonté très forte de la DRASS d’Île-de-France et de la préfecture de zone de perfectionner le volet santé du plan zonal inondation : l’enjeu est de se préparer à une inondation analogue à celle de 1910 (voire plus forte) et de gérer les conséquences sur les services de santé et médico-sociaux, et plus largement sur la vie des populations.

13Pour le centenaire de la grande crue de 1910, la ville de Paris et les préfectures de police et de zone se mobilisent : expositions, émissions de radio, communication dans la presse, organisation de colloques et exercice zonal dans lequel le volet santé est très important. Les inondations sont donc à l’origine de la création de mon poste : c’est en effet par la cartographie que l’on peut établir un premier diagnostic de la situation globale de l’impact d’une telle catastrophe. Quel serait l’état de l’offre de soins si une inondation comme celle de 1910 touchait de nos jours le territoire le plus peuplé de France, mais aussi le plus stratégique économiquement et politiquement ? Quels seraient les impacts sur les structures médicales mais aussi médico-sociales (établissements pour handicapés ou pour personnes âgées) ? Qu’adviendrait-il de l’approvisionnement en médicaments ou en fluides et oxygène ? Quels seraient les impacts sur le personnel soignant ? Un tel risque nous pousse à nous questionner sur le fonctionnement global du territoire qu’il concerne : état du réseau électrique et des réseaux de communication, déplacement des populations, approvisionnement en carburant, en nourriture et en eau potable. Mon rôle de géographe est de trouver une solution pour passer d’outils complexes à un outil facilement utilisable par les décideurs en temps de crise. La préparation de ce plan passe en premier lieu par le diagnostic des vulnérabilités de chaque établissement si l’eau venait à monter : accessibilité de l’établissement, parties inondées, état des réseaux, etc.

Le nécessaire travail de traduction

14La gestion des inondations – qui constitue l’essentiel de ma mission – ne m’empêche pas de gérer d’autres types de risques qui peuvent survenir. Ainsi ai-je participé durant l’hiver 2009-2010 à la gestion de la crise liée à la grippe H1N1. Là encore, j’ai mis mes compétences au service de la cité. Les cadres de santé, décideurs ou non, ont besoin de l’information la plus claire et la plus lisible possible, surtout quand il s’agit de gérer les crises. Pour cette crise, j’ai produit de nombreuses cartes. L’intérêt de ces documents – quand on sait les lire – est de croiser un grand nombre de données en les spatialisant. Pourtant, quand j’ai préparé le plan, je n’ai pas pu cartographier plus de trois ou quatre données, ce qui est peu au regard des possibilités d’un tel outil. Néanmoins, ces cartes – même réduites à quelques données essentielles (densité de population, mobilités, localisation et capacité d’accueil des centres de vaccination, accessibilité…) –  étaient jugées trop complexes. On m’a alors demandé de faire des cartes qui ne présenteraient que la localisation des centres de vaccination (voir cartes p. 170-171 : Dispositif de vaccination H1N1-Paris ; Centre de vaccination H1N1-Paris). Dès lors, les cartes produites étaient très simples et n’utilisaient pas toutes les possibilités du langage cartographique, mais ces cartes – grâce à leur simplicité même – ont eu un certain écho et ont été reprises dans les médias (Le Parisien, journaux télévisés de TF1). L’adaptation, même si elle est parfois teintée d’une certaine frustration pour le géographe, reste essentielle pour répondre à la demande des décideurs mais aussi à celle du public, les cartes ayant trouvé leur place dans les sites d’information à la population dès le début de la campagne de vaccination. Durant la crise, j’ai donc utilisé deux jeux de cartes : les cartes complexes, représentant beaucoup de données qui m’ont permis de mener des analyses poussées, ont été complétées par des cartes très simples, destinées à mes collègues ou aux décideurs qui ne savent pas lire ces documents. Ce travail de traduction/simplification est indispensable, même si l’on perd de l’information.

Comment voit-on le géographe dans la cité ?

15Ce double jeu de cartes renvoie aux ambivalences de l’image du géographe dans la cité : la géographie est partout mais où est le géographe ? Dans la cité, ce dernier n’existe pas, effacé par d’autres spécialistes : démographe, aménageur, cartographe, urbaniste, environnementaliste, etc. L’image que renvoie le géographe reste souvent floue ; il est parfois associé à la carte, mais pour beaucoup la géographie se limite à la nomenclature des préfectures et des cours d’eau. Ce point de vue me paraît d’autant plus intenable qu’en Afrique occidentale – le terrain de mes premières recherches – le géographe sert à saisir toutes les dynamiques de la société (il faut peut-être y voir un héritage de la colonisation et du rôle qu’y ont joué les géographes). Rien de tel ici : c’est donc la spécialité acquise en troisième cycle qui détermine le « métier » auquel on peut prétendre à la sortie du monde universitaire. Ainsi me suis-je positionnée comme spécialiste des risques socio-sanitaires.

  • 6  Yves Lascoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

16Qu’en est-il dans mon service ? Comment mes collègues et employeurs perçoivent-ils les compétences du géographe ? « La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre. »6 Cette formule choc et volontairement polémique d’Yves Lacoste n’en reste pas moins vraie : les militaires avec qui je travaille ont des représentations assez justes du géographe et de ses compétences. S’ils nous associent volontiers à la cartographie, ils sont également sensibles à notre vision générale de l’espace et des sociétés, qui permet d’analyser l’organisation et le fonctionnement d’un territoire. Pour eux, la géographie est un savoir stratégique.

17Rien de tel pour mes collègues de la DRASS ou des DDASS (Directions départementales des affaires sanitaires et sociales). Les postes de géographe ou de géomaticien n’existent pas dans les concours de la fonction publique : la géographie est donc peu visible, et les compétences qu’elle requiert sont souvent peu connues ou reconnues. Pour une partie de mes collègues, principalement les médecins, je demeure totalement invisible ; c’est sans doute une forme de mépris à l’égard de quelqu’un qui n’appartient pas à leur caste. Cependant, et paradoxalement, suite à une crise, mes compétences ont pu être mises en lumière : ils se sont fait leur propre représentation de mon métier, et, par conséquent, j’accède à la reconnaissance et donc à la visibilité au sein de mon institution. Ma spécificité s’affirme, comme lors d’une formation assurée par le SAMU à l’intervention d’urgence et principalement destinée aux médecins urgentistes. Ces derniers n’ont pas compris pourquoi je suivais cette formation et ce que je pouvais apporter au groupe. Pourtant, lors des deux exercices virtuels, j’ai sauvé mon équipe de secours, et donc aussi quelques patients : alors que les médecins cherchaient à accéder le plus vite possible auprès des victimes sans chercher à comprendre le danger qui les menaçait, mes analyses m’ont permis de cerner la nature réelle du risque et les dangers immédiats (risque d’explosion, déplacement des nuages toxiques…). La vision globale de l’événement ou du territoire est de ma compétence, pas de la leur. La démonstration leur était faite que nos métiers sont complémentaires.

18Je suis la première géographe à travailler à la DRASS d’Île-de-France, il n’est donc pas facile d’exister dans la mesure où la culture de l’institution ne fait pas de place à ma discipline. Pourtant je revendique mon identité de géographe, notamment par l’usage des cartes, l’attribut le plus commun de la discipline. J’essaie en effet de structurer un réseau de cartographie au niveau régional avec d’autres services dépendants du ministère de la Santé, ce qui n’est pas toujours facile dans la mesure où les agents qui manipulent les SIG (systèmes d’information géographique) ont reçu des formations très hétérogènes : médecins, ingénieurs, secrétaires administratifs, etc. Selon les politiques et les orientations des différents services, des moyens variés ont été engagés dans la formation des agents. Si certains maîtrisent l’outil technique, tous ne maîtrisent pas les questionnements qu’il implique, qui sont une compétence propre du géographe. De plus, chacun de ces agents formés aux raisonnements géographiques n’a pas la même position dans l’institution ni le même poids auprès des décideurs.

19Paradoxalement, si au sein de la DRASS, je suis rarement individualisée comme géographe mais presque toujours associée au service zonal, j’ai facilement des correspondants géographes au sein d’autres institutions comme la préfecture de zone ou la préfecture de police. Je tisse alors de réels échanges, que ce soit par la mutualisation de nos données ou par des réflexions concernant des sujets communs ou transversaux. C’est un petit réseau de géographes au service de la demande sociale qui se structure au sein de différentes administrations.

20Cette image un peu floue et ce manque de visibilité me donnent aussi une grande liberté d’initiative, d’action et de possibilité de formation : j’ai de nombreux champs d’étude (géographie et médecine), et je fréquente de nombreux corps de métier. Je suis parfois jugée un peu trop académique alors même que je ne le suis plus assez pour le monde universitaire ! Ainsi, je conserve certains travers, comme le géocodage systématique de mes données, et je continue de présenter le plan que je vais suivre au début de chacune de mes interventions. Pourtant, je ne suis plus si extérieure à ce monde et j’en ai intégré les codes de rédaction et de communication : je suis désormais habituée à rédiger des notes de deux pages pour développer une pensée. Ce sont des notes rapides, très réactives, efficaces pour une prise de décision immédiate pour la gestion de crise. La question de l’image se retourne alors contre moi : est-ce que je me considère encore comme une géographe ? Est-on géographe parce qu’on réalise des cartes ou est-on géographe parce qu’on est capable de mener un raisonnement géographique ?

Le géographe est-il soluble dans son institution ?

21En trois ans, j’ai donc acquis une certaine culture en santé. C’est une nécessité, dans la mesure où je suis un agent contractuel : si ma capacité d’adaptation n’est pas développée, mon contrat annuel risque de ne pas être renouvelé. Si je n’ai pas de réelle reconnaissance de l’originalité de mon métier dans l’institution, c’est pourtant l’institution qui m’a aussi offert l’opportunité d’élargir mes compétences par des formations variées. Ont-elles altéré ma vision globale de géographe ? Suis-je encore une géographe ? Pour moi, la question ne se pose plus sous cet angle : mon objectif est toujours de comprendre les risques sanitaires et leur gestion et je fais feu de tout bois. C’est plutôt ma formation universitaire en sciences sociales qui m’a donné le goût de comprendre la société. Dans cette perspective, les formations reçues – indépendamment des disciplines dont elles relèvent – sont un atout qui me permet d’approfondir mes connaissances et d’étendre mes compétences.

  • 7  Loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux te (...)

22Cependant, à l’égard de mes collègues et employeurs, je continue de me revendiquer comme géographe, en en donnant une image volontairement faussée. L’image que je renvoie joue sur la distorsion entre mes compétences nouvellement acquises, spécifiques à mon institution, et ma formation initiale : le monopole des cartes complexes, une vision globale des territoires et de la société. Je suis la seule géographe à la DRASS d’Île-de-France : même si je suis chargée de mission, je revendique mon statut de géographe. C’est même pour cela que je revendique ce titre de géographe, j’en fais une stratégie personnelle, propre à me faire reconnaître et identifier au sein de mon institution. Avec les grandes réformes et la création des Agences régionales de santé7 ainsi que la refonte des institutions de santé régionales et départementales, j’ose espérer qu’une place reconnue et valorisée sera faite à la géographie.

Haut de page

Notes

1  Le post-grade est un diplôme de troisième cycle universitaire. Dans mon cas, il s’agissait d’un diplôme en trois ans : une année de cours, une année de stage en institution et une année de rédaction.

2  La Suisse, hors Union européenne, ne permettait pas d’obtenir des bourses d’étude, ni d’aide financière de la France.

3  Citation d’un discours de présentation du SZDS par le conseiller de défense d’Île-de-France.

4  L’état-major de la zone de défense est dirigé par le préfet délégué pour la défense et la sécurité, assisté du chef d’état-major. L’état-major de zone est une structure mixte de civils et de militaires au service du préfet.

5  Exemples de quelques formations suivies : « Diplôme d’université de coordination des soins face à un risque sanitaire exceptionnel », faculté de médecine d’Amiens ; « Menaces et modes opératoires d’actions terroristes », HCFDC (Haut comité français pour la défense civile) ; « Formation risques nucléaire-radiologique-biologique-chimique », HCFDC ; « La cartographie des risques », AFGRIF (Association française des gestionnaires de risques sanitaires) ; Colloque « Vulnérabilités sociales, risques et environnement », Université de Toulouse ; Séminaire « De la mesure des expositions à l’évaluation des conséquences pour la santé : le traitement spatial des données », ORS (Observatoire régional de santé).

6  Yves Lascoste, La géographie, ça sert, d’abord, à faire la guerre, Paris, Maspero, 1976.

7  Loi du 21 juillet 2009 portant réforme de l’hôpital et relative aux patients, à la santé et aux territoires. Cette loi affiche l’ambition de réorganiser et de moderniser l’ensemble du système de santé. Elle comprend quatre titres consacrés respectivement à l’hôpital, à la répartition des médecins et à l’accès aux soins de villes, aux mesures de santé publique et à la prévention, enfin à la création des Agences régionales de santé (ARS) chargées de coordonner dans un cadre territorial l’ensemble des politiques de santé (hôpital, médecine de ville, santé publique et prévention).

Haut de page

Table des illustrations

URL http://traces.revues.org/docannexe/image/4781/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
URL http://traces.revues.org/docannexe/image/4781/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Anaïs Blanchard, « Être géographe au service de la cité », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4781 ; DOI : 10.4000/traces.4781

Haut de page

Auteur

Anaïs Blanchard

Géographe, chargée de mission défense-biotox au sein du Service zonal de défense et sécurité, Agence régionale de santé d’Île-de-France.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page