Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
À quoi sert la géographie ?

Du statut de chercheur au statut d’expert

Marc-Jérôme Hassid
p. 151-160

Résumés

La question « À quoi sert la géographie ? » m’a conduite à une réflexion post-doctorale et à une définition des conditions de la réussite d’une création d’entreprise dans le domaine de la géographie. La création d’une entreprise et l’obtention des premiers contrats passent initialement par la constitution d’un réseau qu’il convient de mettre en mouvement. La recherche appliquée semble nécessaire pour faire ressortir des attentes qui ne sont pas toujours clairement formulées.

Haut de page

Texte intégral

1Les organisateurs de la journée d’étude « À quoi sert la géographie ? » m’ont invité à une réflexion post-doctorale et à une définition des conditions de la réussite d’une création d’entreprise. Ils m’ont clairement signifié leurs attentes : décrire mon parcours et la création de la société Alternimpact, puis citer un exemple d’étude pour un client, afin de cerner les enjeux de la demande sociale de géographie. Les organisateurs souhaitent donc du concret. La difficulté est de ne pas tomber dans des considérations personnelles ou de retracer une évolution de carrière par dates, mais bien, en partant d’un cas, d’une expérience personnelle, de faire apparaître des éléments-clefs pour la création d’une entreprise dans le domaine de la géographie.

L’insertion professionnelle par le doctorat

Un parcours non conventionnel (1998-2003)

2J’ai débuté en 1998 un DEUG en Sciences de la vie et de la terre avec pour objectif d’intégrer la maîtrise des Sciences de l’environnement de l’Université Lyon 1, ce qui passait par la réalisation d’une licence en Sciences de la terre. Ce parcours m’a permis de travailler dans des conditions privilégiées (effectifs réduits et professeurs attentionnés pour la plupart). La maîtrise des Sciences de l’environnement de Lyon 1 était reconnue pour son côté professionnalisant : elle nécessitait la validation d’un stage en entreprise. J’ai choisi un stage au sein du CEMAGREF de Grenoble (Centre d’étude du machinisme agricole des eaux et forêts), ce qui m’a plongé dans l’univers de la recherche. Comme de nombreux doctorants du CEMAGREF de Grenoble, j’ai ensuite intégré le DEA « Gestion des espaces montagnards : sociétés et environnement » de l’Université Grenoble 1.

3Mais ne pouvant réaliser une thèse à Grenoble, j’ai effectué mon mémoire de DEA au sein du laboratoire Biogéo de l’ENS LSH de Lyon et j’ai poursuivi en doctorat sous la direction de Paul Arnould et Stanislas Wicherek, à l’ENS LSH (École normale supérieure Lettres et sciences humaines). Cette rencontre a été décisive dans l’orientation de mes travaux de recherche et le sera certainement pour la suite de ma carrière professionnelle : je ne pouvais prétendre rivaliser avec des chercheurs en sciences « dures » de l’Institut national de la recherche agronomique (INRA), du CNRS ou du CEMAGREF, qui développent notamment des modèles informatiques complexes. Il fallait que je donne une dimension « sociale » à mes travaux.

4Je n’ai donc pas suivi un parcours conventionnel. Je ne suis ni complètement géographe ni complètement biologiste ou géologue, mais plutôt un « hybride », piochant dans les outils de différentes disciplines.

Une recherche indépendante (2003-2006) ?

5Mon doctorat engagé au sein du laboratoire Biogéo en septembre 2003 s’intitule : Alpage, boue et eau en montagne : les enjeux de la végétalisation des pistes de ski dans les stations alpines. Parallèlement, je me suis engagé, au côté de jeunes chercheurs de l’ENS LSH, dans un ensemble de réflexions sur nos pratiques de recherche. Les doctorants du laboratoire Biogéo, regroupés sous l’appellation « Grain de géo », proposaient en effet des séminaires sur des thèmes spécifiques à la géographie (« Le terrain : cas d’école ou cas à part ? », « Le territoire : un espace à identifier ») ou des thèmes relatifs à l’épistémologie de la recherche (« La recherche en sciences humaines : pourquoi, pour qui ? », « L’interdisciplinarité : les passeurs de frontière »). Quant au laboratoire junior « Pradis » (Pratiques et discours du développement durable), auquel je participais aussi, il regroupait des jeunes chercheurs, économistes, historiens, géographes, désireux de développer l’approche des questions environnementales et du développement durable dans leurs disciplines.

6La journée d’étude « L’expertise en situation d’incertitude scientifique » s’est fait l’écho de notre réflexion. Des questions importantes ont alors émergé : lorsque la recherche répond à un commanditaire, comment garantir la liberté, l’indépendance et l’autonomie de celle-ci ? Comment concilier les exigences académiques et la nécessité de répondre à des attentes d’institutionnelles ? Bien que les réponses apportées aient souvent été partielles, ces réflexions avaient le mérite d’interroger notre pratique de la recherche.

7Au début de mon doctorat en 2003, d’autres thèmes auraient pu faire l’objet de travaux de recherche, notamment celui de la question controversée de l’utilisation de la neige de culture. Mais Stephen Jay Gould recommande d’« aborder les grands problèmes d’ordre général, en partant de menus détails », conseil que j’ai suivi (Gould, 1983). La végétalisation des pistes de ski se trouve à l’intersection d’objectifs multiples, et parfois contradictoires, tels que préserver la nature et la biodiversité d’une part, et gérer les déchets d’autre part. Mon travail entendait donc préciser la nature et l’étendue de ces contradictions, afin de contribuer sinon à les lever, du moins à les réduire.

  • 1  Les boues d’épuration sont le résidu de l’assainissement des eaux usées des collectivités. Celles- (...)

8Avec un peu de recul, je peux résumer les conclusions de ma thèse de la façon suivante : l’Agence de l’eau Rhône Méditerranée Corse (RMC), par son mode d’attribution de subventions fondé sur une politique sectorielle, ne tenant pas compte des spécificités territoriales, contribue à la promotion de la filière d’épandage des composts de boue d’épuration sur les pistes de ski1. L’éthique donc guidait ma réflexion :

Le fait que les boues d’épuration soient le résidu final d’un processus industriel visant à la dépollution des eaux usées leur confère un statut particulier et soulève des questions d’ordre éthique. Est-il acceptable que les boues d’épuration soient remises en suspension dans les eaux superficielles ? (Hassid, 2006)

9Cet élément, qui peut être perçu comme un « parasite » pour certains, m’a conduit à ne pas me cantonner dans une approche strictement naturaliste, mais à mener une réflexion interdisciplinaire, celle d’un géographe qui utilise à la fois les sciences de la vie et de la terre et les sciences humaines.

10Du fait de ces enjeux éthiques, la question de mon indépendance s’est posée de manière renouvelée. Était-il envisageable de mener une recherche appliquée, interdisciplinaire en l’absence de commanditaire ? Si les chercheurs d’un jury de thèse valident des travaux de recherche de manière scientifique et académique, l’absence d’interlocuteurs de la société civile ne laisse, en revanche, pas de place à une valorisation directe de cette recherche.

Un essai de valorisation de la recherche : sans succès

11Or, dès la fin de la thèse, un certain nombre de résultats m’ont semblé pouvoir être valorisés. Il s’agissait, pour moi, de transmettre des bonnes pratiques aux exploitants de domaines skiables par l’intermédiaire de financements publics. Dans ma logique, puisque l’Agence de l’eau RMC subventionne l’épandage des composts de boue sur les pistes de ski, elle devait pouvoir confirmer l’intérêt de cette technique et assurer la mise en œuvre de bonnes pratiques.

  • 2  Direction régionale de l’environnement de la région Rhône-Alpes.

12Ma recherche de financeurs, au cours de l’année 2007, a été l’occasion de découvrir le fonctionnement d’institutions publiques (Agence de l’eau, Région Rhône Alpes, DIREN2) et de gravir les échelons jusqu’au décideur. Mais mon isolement de jeune chercheur n’a pas permis une valorisation directe de ma recherche. Celle-ci a néanmoins débouché sur une création d’entreprise.

La création d’Alternimpact (2007)

  • 3  Je suis depuis l’année 2009 sur la liste d’aptitude à la fonction de commissaire enquêteur près du (...)

13Avec l’appui annoncé d’institutionnels, j’ai créé en septembre 2007 la société Alternimpact–contraction d’« alternative » et d’« impact » – dont l’objectif est d’offrir une alternative aux études d’impact sur l’environnement telles qu’elles sont proposées actuellement. On privilégie trop souvent la protection d’une espèce, quitte à modifier un projet équilibré, dont le fonctionnement peut par conséquent avoir des effets plus importants sur l’environnement. De plus, la prise en compte des attentes sociales, exprimées souvent par des associations de défense de la nature, n’intervient qu’au cours de l’enquête publique3, après la réalisation de l’étude d’impacts – ce qui, à mon sens, est une erreur.

14Du fait de ma formation hybride, je me présente, sur ma carte de visite, comme « docteur en Sciences de l’environnement », une appellation de l’ENGREF (École nationale du génie rural des eaux et forêts). AgroParisTech, issu du rapprochement de l’ENGREF, l’ENSIA (École nationale supérieure des industries agricoles et alimentaires) et l’Ina P-G (Institut national agronomique Paris-Grignon), précise que « le doctorat est une première expérience professionnelle. Il permet au doctorant d’acquérir non seulement des compétences scientifiques dans des domaines multidisciplinaires mais aussi de développer ses connaissances du monde économique ». En m’appuyant sur ce titre, je tente donc de valoriser mon doctorat comme une première expérience professionnelle, parce qu’il m’a permis de prendre du recul et du temps pour concevoir le projet, et de me diriger progressivement vers un statut d’indépendant. Il convient de préciser que j’ai créé mon entreprise dans des conditions propices, puisque j’évoluais au sein d’une famille de travailleurs indépendants dont je connaissais le mode de fonctionnement.

Des rencontres marquantes : le deuxième forum international d’Avoriaz (janvier 2008)

15Le deuxième forum international d’Avoriaz intitulé « Les stations s’engagent pour la planète » m’a permis d’entrer en contact, d’une part, avec le directeur d’ODIT France (Observation développement ingénierie touristique), et, par son intermédiaire, avec la DEATM (Direction d’études et d’aménagement touristique de la montagne), et d’autre part, de manière indirecte, avec le directeur du SNTF (Syndicat national des téléphériques de France).

16ODIT France est un groupement d’intérêt public qui favorise les activités de développement ou d’intérêt commun dans le domaine du tourisme. Il est né de la fusion de plusieurs organismes, dont le SEATM (Service d’études et d’aménagement touristique de la montagne) devenu la DEATM. Le SEATM a notamment initié le développement des stations intégrées dans les années 1970 (Plan neige), puis assuré l’instruction des dossiers UTN (Unités touristiques nouvelles). Depuis 2009, ODIT France est devenu ATOUT France, opérateur unique concourant à la mise en œuvre des politiques publiques en matière de tourisme.

17Le SNTF est la chambre syndicale des opérateurs de domaines skiables. Il fédère 375 adhérents répartis entre environ 225 membres actifs (opérateurs de domaines skiables), 5 membres actifs holding et 145 membres correspondants (fournisseurs, constructeurs, centres de formation, maîtres d’œuvre…). Les opérateurs de domaine skiable constituent notre clientèle potentielle. Ces derniers se répartissent de la manière suivante : 40 % de régies communales, 40 % de sociétés privées, 20 % de sociétés d’économie mixte (capital public majoritaire).

18Ma rencontre avec le directeur de la DEATM débouchera sur l’élaboration d’un guide de savoir-faire sur l’aménagement des domaines skiables. Quant à l’intervention du directeur du SNTF, qui juge « les effets du réchauffement climatique négligeables à cent ans », elle m’amènera à garder, au moins dans un premier temps, mes distances avec cette institution, bien que la réduction des gaz à effets de serre et la lutte contre le réchauffement climatique ne soient pas parmi mes priorités.

19Les deux années qui ont suivi ma soutenance ont finalement été consacrées à la constitution d’un réseau et à la recherche d’interlocuteurs privilégiés. Le lancement d’une première mission avec la DEATM m’a permis de faire connaître mes travaux de recherche et mes méthodes de travail à d’autres interlocuteurs, notamment le SNTF et la station de sport d’hiver B. Ce réseau est dynamique, dans la mesure où les interlocuteurs qui le composent sont en interaction constante.

Alternimpact : entre la recherche appliquée et l’expertise

Une société tournée vers le développement durable ?

20Alternimpactpropose du conseil et de la recherche prospective en environnement. Bien que ma démarche intègre les aspects environnementaux, sociaux et économiques, je n’utilise pas le terme de « développement durable », largement galvaudé. Le « rapport Brundtland » (1987) en donne la définition suivante : « mode de développement qui répond aux besoins du présent sans compromettre la capacité des générations futures de répondre aux leurs ». Mais ce concept, au départ salvateur, a été repris pour des usages plus ou moins nobles, ce qui m’a amené à m’en détacher.

21Le développement durable et ses trois piliers (économie, société, environnement) constituent avant tout une grille de lecture et de méthodologie. Mais, selon moi, on ne peut opposer l’économique au social ou à l’environnemental ; il convient, au contraire, de fournir une méthode dans laquelle chaque élément sera pondéré en fonction des caractéristiques du territoire considéré. De même, sans remettre en question le réchauffement climatique, il me semble que travailler sur cette thématique conduit à l’inaction. C’est le cas des stations de ski pour lesquelles la gestion de l’eau, la préservation de la biodiversité, les transports ou encore la cohabitation des activités touristiques et agricoles devraient être des priorités. Le transport, largement relié au changement climatique, ne trouvera pas de solutions au niveau local ; une politique nationale d’envergure est nécessaire.

À qui s’adresse Alternimpact ?

22De prime abord, le projet proposé par Alternimpact n’est pas évident à cerner avec précision : à qui s’adresse Alternimpact et quelles sont les prestations proposées à ses clients potentiels?

23Nous avons d’abord proposé nos recherches aux institutions publiques (Région Rhône-Alpes, DIREN, Agence de l’eau…). Mais il est rapidement ressorti qu’il était difficile d’échapper aux procédures d’appel d’offres pour travailler avec le public. Or, répondre à un appel d’offres signifie qu’on ne porte pas seulement un projet, mais que l’on accompagne une institution dans un projet qu’elle a clairement défini. Quelques réponses à des appels d’offres montrent la complexité de la tâche, du fait, notamment, de la mise en concurrence avec d’autres bureaux d’études. L’absence de références pénalise donc fortement un bureau d’études nouvellement créé. Pour cette raison, Alternimpact s’est progressivement ouvert aux opérateurs privés, plus souples et plus réactifs.

Décrocher une mission : dix mois

24La société Alternimpact dispose d’un recul limité, puisque seulement cinq missions ont été réalisées jusqu’à présent, dont trois dans son champ principal (l’environnement dans les stations de ski).

25Mais globalement, je peux dire que dix mois sont nécessaires entre la première prise de contact et la signature du contrat. Généralement, trois à cinq contacts intermédiaires (rendez-vous, échanges divers…) permettent d’ajuster l’offre d’Alternimpact à la demande du commanditaire.

26Deux nouvelles missions, décrochées pendant la rédaction de cet article, montrent que la phase d’amorçage est certainement la plus délicate à franchir pour une entreprise. En absence de références, le commanditaire n’a pas de certitudes sur la qualité de la prestation proposée et se retrouve donc en position de force pour négocier les prix les plus bas.

Quand la demande fait évoluer l’offre vers un projet ambitieux

27Au départ, Alternimpact a proposé au directeur de la DEATM la constitution d’une brochure pour une meilleure valorisation des composts de boue sur les pistes de ski. Un premier rendez-vous avec le directeur de la DEATM nous a permis de redéfinir la proposition d’Alternimpacten intégrant les attentes de cet organisme. Un premier chargé d’étude souhaitait traiter de l’environnement dans les stations de ski (architecture, urbanisme, eau, énergie…), tandis qu’un second préférait s’en tenir au domaine skiable, le centre des réflexions de la DEATM depuis une quarantaine d’années.

28La DEATM voyait également dans cette proposition la possibilité de donner une suite à son guide de savoir-faire L’expertise technique et économique des domaines skiables alpins,qui traitait essentiellement des remontées mécaniques et de la neige de culture, mais très peu de la piste de ski et des considérations environnementales. Cet organisme avait donc la possibilité de s’attacher les services d’un chercheur, même s’il s’est toujours préoccupé de la préservation de l’environnement.

29Une nouvelle réunion s’est tenue en octobre 2008 et a débouché sur le consensus suivant : établir un « guide de savoir-faire technique sur les aspects environnementaux, économiques et sociaux concernant la conception, la réalisation, l’entretien et l’exploitation d’un domaine skiable », recentré sur la piste de ski.

30Le sujet était très ouvert et correspondait à un travail alliant la recherche appliquée et l’expertise. De nombreuses visites de terrain ont permis de recenser les bonnes pratiques et de s’imprégner de la diversité des territoires des stations de ski. Sur un territoire donné, il s’agissait dans un laps de temps défini de recenser d’une part les principales spécificités du milieu naturel, d’autre part le contexte sociologique. Les spécificités du milieu naturel ont été appréhendées principalement par l’analyse du paysage et l’occupation du territoire par les hommes. Quant à l’étude sociologique, elle a consisté à recenser les acteurs en présence, les interlocuteurs influents, à étudier leurs relations à l’environnement, et à analyser la gouvernance en station.

31Cette collaboration avec les chargés d’étude de la DEATM a été particulièrement enrichissante. Un comité de pilotage a été mis en place, comprenant notamment le SNTF ainsi que le directeur des pistes de la station B., tous deux futurs clients d’Alternimpact. Un des premiers textes que nous avons produits porte en effet sur « la qualité de l’eau utilisée pour la fabrication de la neige de culture », ce qui n’est certainement pas anodin dans l’obtention d’une mission importante avec le SNTF.

La piste de ski B. : d’un projet de recherche à une expertise consultative

32Dans la continuité de ma thèse, il m’a semblé pertinent de monter des projets de recherche appliquée qui portent sur les méthodes alternatives de lutte contre l’érosion sur les pistes de ski et une végétalisation adaptée de ces pistes. Au cours d’un colloque organisé par le CEMAGREF de Grenoble sur le thème de « Tourbières et sports d’hiver », le directeur des pistes de la station B. s’est montré intéressé par les projets de recherche d’Alternimpact, et une chercheuse du CEMAGREF de Grenoble a souhaité participer à ce projet de recherche.

33Le projet a été dès lors affiné pour être proposé à la station B., en tenant compte de ses spécificités territoriales. Il s’avère que cette station est fréquemment soumise à des crises érosives. La thématique de recherche proposée était donc particulièrement adaptée à cette station. Le projet a été soumis au directeur des pistes de la station B. en avril 2009.

34Mais un décalage complet est apparu alors entre les attentes de ce dernier et la proposition d’Alternimpact et du CEMAGREF ! Le directeur des pistes souhaitait du concret, autrement dit des retombées pour la station, car il devait rendre des comptes devant son conseil d’administration. Il a laissé néanmoins la porte ouverte à une étude simplifiée, si bien qu’Alternimpactafait une nouvelle proposition, sans le concours du CEMAGREF cette fois-ci.

35Une visite de terrain a eu lieu en juillet 2009 pour discuter des conditions et des objectifs de la mission. Cette visite a été l’occasion pour le directeur des pistes de me « tester » (quelques questions sur une roche, me faire monter un talus très raide…) et d’estimer mes capacités d’adaptation devant le personnel en charge de la végétalisation. Ce rendez-vous fixé en pleine opération de végétalisation m’a fait également comprendre que, pour lui aussi, l’aménagement du territoire dépend de ses hommes et de leurs sensibilités. Au cours de la réunion, il est ressorti que la réalisation d’une note de communication à destination des élus de la commune était une attente importante du directeur des pistes.

  • 4  Expertise promotionnelle : arguments destinés à justifier « scientifiquement » une décision que le (...)

36Alternimpact s’est donc vu confier une mission hors de son champ de compétence habituelle : la réalisation d’un plan de communication. Nous n’étions pas loin de tomber dans l’expertise promotionnelle4. Les questions d’éthique soulevées précédemment ressurgissaient, concernant, cette fois, les principes et les règles qui devaient guider l’activité d’Alternimpact.

37Par échange de mails, une technique et un financement ont été proposés, et la mission a débuté en août 2009. Elle s’intitulait « Évaluation et comparaison des techniques de remise en état des terrains sur le domaine skiable de B. », et se décomposait en deux parties : « Note technique » et « Présentation des techniques et note de synthèse ».

38Si la mission paraissait relativement simple pour le directeur des pistes, la rédaction de la note technique nécessitait bel et bien un travail de recherche appliquée pour l’évaluation des techniques de végétalisation. Une imprégnation préalable du territoire nous a aussi permis de percevoir les attentes des interlocuteurs. La station B. compte en effet un golf, des retenues d’altitude, etc. Nous étions donc en présence de milieux anthropisés, jardinés, cultivés, bien loin d’une nature « sauvage ».

39La note technique est finalement apparue comme une opportunité de faire passer un message auprès des élus de la commune qui prennent la décision de valoriser les composts de boue sur les pistes de ski. Ainsi, dans sa note, Alternimpact a inséré le point suivant :

Lorsque l’horizon humifère n’a pu être conservé ou fait défaut, l’apport de compost, en plus de la projection hydraulique, permet l’implantation rapide d’une couverture végétale. La prudence reste de mise pour limiter les transferts d’indésirables vers les eaux souterraines et superficielles.

40La création d’une entreprise et l’obtention des premiers contrats passent initialement par la constitution d’un réseau qu’il convient de mettre en mouvement. Ce réseau est constitué à la fois de clients qui définissent la demande directe et aussi de concurrents, qui sont parfois des partenaires, qui définissent l’offre. La phase d’amorçage est certainement la plus difficile dans une création d’entreprise, puisqu’en l’absence de références, le commanditaire est en position de force pour négocier les prix.

41Dans les deux cas précités (DEATM, station B.), Alternimpact a initialement été une force de proposition(s). Dans le cas de la DEATM, la confrontation de l’offre et de la demande a débouché sur un projet plus ambitieux. Dans le cas de la station B., notre travail a davantage relevé de l’expertise consultative.

42Alternimpact oscille donc entre une activité d’expertise en réponse à un commanditaire, et un repli vers de la recherche appliquée. La recherche appliquée vise à anticiper des enjeux futurs de manière à se positionner sur un marché en émergence. Mais cette activité, de loin la plus passionnante d’un point de vue intellectuel, ne peut contribuer que de façon modeste au développement d’une entreprise.

Haut de page

Bibliographie

Gould Stephen Jay, 1983 [1981], La mal-mesure de l’homme, Paris, Ramsay.

Hassid Marc-Jérôme, 2006, Alpage, boue et eau en montagne. Les enjeux de la végétalisation des pistes de ski dans les stations alpines, thèse de doctorat en sciences de l’environnement, ENS LSH (Lyon).

Roqueplo Philippe, 1997, Entre savoir et décision, l’expertise scientifique, Paris, INRA.

Haut de page

Notes

1  Les boues d’épuration sont le résidu de l’assainissement des eaux usées des collectivités. Celles-ci contiennent des éléments fertilisants (azote, phosphore) mais aussi des indésirables (ETM, micro-organismes…). Ces boues, après traitement par compostage, sont valorisées pour favoriser le redémarrage de la végétation semée après le terrassement des pistes de ski. Des interrogations demeurent quant à l’impact de ces pratiques sur l’environnement.

2  Direction régionale de l’environnement de la région Rhône-Alpes.

3  Je suis depuis l’année 2009 sur la liste d’aptitude à la fonction de commissaire enquêteur près du tribunal administratif de Lyon, ce qui me donne une vision renouvelée de l’enquête publique.

4  Expertise promotionnelle : arguments destinés à justifier « scientifiquement » une décision que le politique a déjà prise mais qu’il a du mal à imposer (Roqueplo, 1997).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Marc-Jérôme Hassid, « Du statut de chercheur au statut d’expert », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 20 juillet 2017. URL : http://traces.revues.org/4773 ; DOI : 10.4000/traces.4773

Haut de page

Auteur

Marc-Jérôme Hassid

Docteur en géographie, fondateur de l’entreprise Alternimpact.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page