Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

Enjeux et usages de l’histoire d’entreprise : le cas de la Source Perrier

Nicolas Marty
p. 83-94

Résumés

L’histoire des entreprises, une discipline qui s’inscrit pleinement au carrefour des différentes sciences sociales, offre un bon point de vue pour revenir sur la question de l’utilité et des usages en sciences sociales. Le présent article revient sur un itinéraire de recherches qui a abouti à des travaux sur l’histoire d’une entreprise et de ses salariés pendant cent ans : la Source Perrier. Il s’agit non seulement d’évoquer les enjeux académiques, mais aussi les relations qui se sont nouées avec les différents acteurs au sein de l’entreprise ainsi que des usages que ces derniers ont pu faire des résultats de la recherche.

Haut de page

Texte intégral

1L’entreprise est clairement une organisation centrale de la société. C’est aussi, souvent, une institution instable qui entretient une relation paradoxale et conflictuelle à sa propre histoire (Caron, 1987). Pourtant, comme toutes les sciences sociales, l’histoire s’est très largement emparée de l’objet historique fondamental pour la compréhension des sociétés que constituent les entreprises. L’invitation faite par les organisateurs de la journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » m’a offert l’occasion de revenir sur l’intérêt de l’histoire de l’entreprise, mais aussi sur la construction concrète d’un travail d’historien, et sur la réception de celui-ci dans le monde de l’entreprise lui-même. Il s’agit donc moins de mettre en avant des enjeux épistémologiques que d’évoquer un itinéraire de recherche, et de montrer quelles sont les relations entre sciences sociales et entreprises. Je reviens, dans ce texte, sur le cas de la Source Perrier, un établissement du groupe Nestlé, situé dans la plaine entre Nîmes et Montpellier, en Languedoc-Roussillon.

Les enjeux de la recherche

De l’histoire de la communauté de travail à l’histoire globale de l’entreprise

  • 1  Commencée à l’Université Paul Valéry de Montpellier III, puis soutenue sous la direction du profes (...)

2La recherche ici présentée a été effectuée dans le cadre d’un DEA (diplôme d’études approfondies), puis d’une thèse de doctorat en histoire1. Il s’agissait d’abord, sur une proposition du Comité d’établissement de la Source Perrier à Vergèze (Gard), de travailler sur l’histoire de la communauté de travail et sur les relations sociales qui avaient pu exister au sein de cette entreprise. À ma grande surprise, sous le vernis brillant d’une ou deux plaquettes d’histoire « maison » et de quelques articles de presse du genre « La saga Perrier », racontée en quelques lignes, je me suis rapidement rendu compte que rien n’avait été fait de sérieux sur l’histoire de l’entreprise elle-même. C’était d’autant plus surprenant qu’il s’agissait – il s’agit toujours d’ailleurs – d’une firme dotée d’une grande notoriété, qui communiquait beaucoup pour sa marque. Pourtant, on ne connaissait pas réellement son histoire. Cette lacune me posait un problème particulier : comment pouvais-je comprendre la formation d’une culture ouvrière, les conflits sociaux, le mode de fonctionnement de l’organisation, dans un ensemble dont l’histoire était en fait inconnue ? Cette « déception » initiale, perçue à ce moment-là comme un grave inconvénient, s’est avérée être une chance. Bien entendu, les deux éléments – l’histoire économique de l’entreprise, l’histoire sociale des salariés – étaient totalement liés, et il fallait donc mener leur étude de front. Pour répondre à toutes les questions qui émergeaient au début du travail, j’ai utilisé un « outillage théorique » largement emprunté aux sciences sociales, mais historisés dans une perspective que je voulais chronologique. Il s’agissait de considérer l’entreprise comme un « système social », composé d’éléments reliés entre eux, et dont la combinaison commande la vie de l’ensemble (Segrestin, 1988).

3Trois sous-ensembles se dégagent. Le premier recouvre les différents processus de production qui se sont succédé dans l’usine. Viennent ensuite les hommes. Qui sont-ils ? Comment s’adaptent-ils aux exigences de la production ? Le groupe est-il fondateur d’une culture, d’une identité ouvrière propre ? Enfin, le troisième élément coordonne les deux premiers : il s’agit des méthodes de gestion. Quels sont les choix effectués par les dirigeants, tant du point de vue technique et commercial que dans le domaine de la gestion des hommes ? Les relations entre la direction et les ouvriers ne reposent pas seulement sur la contrainte ; elles font naître un « système d’échanges », qui favorise le compromis (Hierle, 1995, p. 14-16 ; Griset, 1993). L’analyse historique doit favoriser la compréhension de ce qui permet à cette organisation qu’est l’entreprise de « continuer d’exister alors qu’elle est un équilibre instable » (Fridenson, 1989, p. 1464).

4Cet ensemble ne peut être compris sans l’environnement dans lequel il évolue. Dans le domaine économique, l’entreprise, par ses fabrications et ses ventes, modifie le secteur dans lequel elle s’insère. Dans le domaine social, il est évident qu’il existe des interactions complexes entre l’entreprise et la société qui l’environne (Sainsaulieu, 1990 ; Fridenson, 1996). Ce sont ces « allers-retours » qui m’ont paru passionnants à reconstruire et à interpréter.

Contexte scientifique général : un champ dynamique

5De nombreux historiens du champ de l’histoire sociale ou de l’histoire économique s’étaient lancés dans l’analyse de faits généraux et semblaient exclure l’entreprise de leurs champs d’investigation. Les historiens économistes, par exemple, avaient tendance à privilégier les approches macroéconomiques. Pour certains, l’entreprise n’était qu’une institution secondaire, tout juste bonne à devenir le lieu d’un affrontement plus général entre classe ouvrière et patronat : il s’agissait donc d’y repérer les signes d’une exploitation qui dépassait le simple cadre de l’entreprise. Ce type d’histoire a apporté des connaissances importantes sur la formation de la classe ouvrière, sur ses combats, sur sa diversité et sa complexité, même si, souvent, elle prenait trop clairement partie.

  • 2  Voir par exemple l’entreprise Public Histoire, dirigée par Félix Torrès depuis 1983 ([URL : http:/ (...)
  • 3  Ces réserves ne concernent pas tous les ouvrages commandés par les entreprises dans ce domaine. Ce (...)

6D’un autre côté, une école s’était vraiment intéressée aux entreprises, via l’approche gestionnaire, celle qui est l’héritière de la business history de l’école de Harvard, mettant l’accent sur « l’entreprise en tant qu’organisation autonome » (Daviet, 1987, p. 45). Il s’agit davantage d’une histoire de la décision économique, dont la finalité consiste à tirer une théorie de la firme et de l’entrepreneur (Lequin et Vandecasteele, 1990). Ce modèle a apporté des connaissances fondamentales sur la construction des organisations économiques, sur leur efficacité, sur les raisons de leurs transformations au cours du temps, mais il a connu, parfois, quelques dérives, en mettant l’histoire au service des projets de management. Nombre d’entreprises ont en effet tenté de reconstituer leur histoire depuis le milieu des années 1980, dans ce qu’on appelle une « histoire de commande ». Plusieurs historiens ont investi ce marché de la commissionned history, l’histoire sur commande, pour reconquérir une légitimité entrepreneuriale mise en question (Bonin, 2006, p. 157). Les journalistes, les « plumes d’affaires », ou bien des historiens confirmés qui agissent hors du champ académique dans des entreprises créées spécialement pour l’histoire des entreprises, occupent ce marché2. Dans la mesure où l’histoire devient un outil de communication au service des objectifs de la firme, on peut, d’un point de vue académique, émettre quelques réserves à l’égard de ce type de travaux3.

7Les historiens se sont peu à peu libérés de l’emprise des modèles initiaux. Avec les travaux de Rolande Trempé (1971), ou encore d’André Gueslin (1993), il apparaît évident que l’histoire des communautés de travail doit prendre en compte « l’autonomie des comportements des travailleurs de chaque entreprise, selon sa culture particulière » (Caron, 1992, p. 339). De la même manière, la business history à la française, suivant Jean Bouvier et François Caron, ne laisse plus les hommes et les perspectives générales à l’écart.

  • 4  Il faut remarquer que des revues universitaires d’histoire des entreprises existaient depuis longt (...)
  • 5  Les archives bancaires, notamment celles du Crédit lyonnais, dirigées par Roger Nougaret, sont d’u (...)
  • 6  Le prix d’histoire des entreprises, organisé jusqu’en 2002 sous l’égide du Crédit lyonnais, a été (...)

8Lorsque j’ai commencé mon travail, la discipline avait donc été déjà bien balisée par plusieurs vagues successives de recherches, depuis – sans être exhaustif – celles de Bertrand Gilles, Jean Bouvier, François Caron, Patrick Fridenson, jusqu’à des historiens comme Emmanuel Chadeau, Jean-Claude Daumas, Dominique Barjot (Bouvier, 1968 ; Fridenson, 1972 ; Caron, 1973 ; Gueslin, 1993 ; Daumas, 1999). Tous montrent que l’histoire des entreprises doit être pensée dans un contexte interdisciplinaire, puisqu’il est indispensable de mobiliser les autres sciences sociales – la sociologie, bien entendu, mais aussi les sciences de gestion, la géographie, etc. L’entreprise, objet microéconomique, gagne encore en légitimité comme objet de recherche avec le développement de la microhistoire (Charle, 1993). Celle-ci met en valeur des expériences à partir d’objet de recherches plus restreints, éclaire les logiques sociales et symboliques, de groupes ou de communautés plus larges (Revel, 1996). En 1995, lorsque j’ai commencé ma recherche, la revue Entreprises et histoire en est à sa quatrième année de publication4. Les archives sont de mieux en mieux mises en valeur, qu’il s’agisse des fonds des archives nationales ou des archives d’entreprises privées5. Des prix sont distribués aux meilleures thèses ou travaux originaux6 ; plusieurs dizaines d’historiens sont actifs dans ce champ. Bref, le travail sur l’entreprise dans le domaine historique, mais aussi dans les autres sciences sociales, apparaît comme tout à fait légitime. Un véritable capital de connaissances historiques sur les entreprises françaises est alors en cours de constitution (Fridenson, 1994, p. 2).

  • 7  Des groupes collectifs de recherche et des programmes de laboratoires se consacrent entièrement à (...)

9Depuis quinze ans, ce champ de recherches est très actif, s’ouvre à de nouvelles problématiques, même si l’histoire économique connaît des fortunes diverses en termes institutionnels7. Plusieurs auteurs montrent cette évolution et exposent les questionnements que celle-ci ne manque pas de poser (Barjot, Berneron et Richez, 2001 ; Carré de Malberg et Fridenson éd., 2002 ; Cassis, 2003 ; Mioche et Daviet éd., 2004 ; Daumas, 2008).

  • 8  Néanmoins, le FRAMESPA (France méridionale, Espagne), UMR CNRS Université de Toulouse Le Mirail, d (...)

10À l’échelle régionale et locale, les choses sont moins évidentes. Le colloque « Économie et société en Languedoc-Roussillon de 1789 à nos jours », organisé en 1976, qui devait instaurer une dynamique forte d’histoire économique et sociale dans la région, n’a guère été suivi d’effets dans ce champ précis. À l’Université de Toulouse, Rémy Pech et Rémy Cazals se sont orientés peu à peu vers des études laissant de côté les entreprises à proprement parler8. De même, à Montpellier, le champ de l’histoire religieuse, ou celui de l’histoire militaire, a pris le pas sur le domaine de l’histoire économique et sociale. Enfin, il est normal que dans des unités de recherches d’universités de taille moyenne, comme celles de Perpignan, on ne trouve pas des dizaines de chercheurs travaillant sur un même champ.

11Voilà donc dans quel contexte général a pu être mené ce travail : un contexte national et international très porteur pour le champ, un contexte régional et local qui fait du chercheur en histoire de l’entreprise un chercheur « isolé ».

Les relations avec les acteurs de l’entreprise

12Le deuxième point qu’il convient d’évoquer concerne les acteurs impliqués par cette recherche et les relations qui se sont nouées entre les différents partenaires. D’une part, il y a le chercheur lui-même, qui arrive avec ses problématiques, ses repères et ses propres objectifs. Ceux-ci sont essentiellement académiques (obtenir une thèse de doctorat). La thèse est écrite surtout pour un jury de thèse, elle se doit de suivre les canons de la recherche universitaire. D’autre part, deux groupes sont concernés : le groupe des « institutions », au sens large, de l’entreprise, c’est-à-dire le Comité d’établissement de la Source Perrier, les représentants du personnel, les syndicats ; et enfin, la direction de l’établissement et de l’entreprise en général. Bien sûr, le chercheur doit décrypter les enjeux du « demandeur » au sein de l’entreprise. Il existe toujours un enjeu qui explique pourquoi les acteurs se tournent vers l’histoire.

Le contexte du site

  • 9   Sur l’histoire de Perrier de 1903 à 1990, voir Marty, 2005.

13La Source Perrier est une entreprise qui a été fondée sous une autre raison sociale à la fin du xixe siècle pour l’exploitation d’une source thermale. Puis, à partir de 1903, elle a été développée sous ce nom par un groupe d’investisseurs britanniques dont les fonds provenaient essentiellement d’une grande entreprise de médias, l’Associated Newspaper Limited (Evening News, Daily Mail, et Times, entre autres). Ils en font un site d’embouteillage industriel. Les capitaux restent britanniques jusqu’en 1947. Puis, Gustave Leven, agent de change près la Bourse de Paris, prend les rênes de l’entreprise et en fait un grand groupe agroalimentaire, le premier dans le monde pour les eaux embouteillées. Le site de Vergèze connaît une croissance extraordinaire, et constitue le centre de gravité du groupe, qui n’est d’ailleurs pas confiné aux seules eaux9.

  • 10  Un laboratoire d’Atlanta a découvert, en février 1990, des traces de benzène dans des bouteilles d (...)
  • 11  Pour une histoire précise du contexte de cette période, voir Favier, 2008.

14Après l’affaire du benzène en 199010, et le départ de Gustave Leven, déjà âgé, Nestlé rachète le groupe. La Source Perrier n’est donc plus le centre du groupe, mais un des sites du département des eaux du géant suisse. De plus, pour éviter une situation de domination par un duopole sur le marché (groupes Danone et Nestlé), la Communauté européenne impose le démantèlement du groupe et la vente d’une partie de la gamme à un troisième opérateur, l’entreprise Neptune (filiale du groupe Castel). En peu de temps donc, les fondements de l’organisation de l’entreprise ont été bouleversés11.

  • 12  Entre 1993 et 2004, ce sont près de 1 000 emplois qui sont perdus sur le site. En 2006, la verreri (...)

15La prise en main de l’établissement par la nouvelle direction et les cadres venant du groupe Nestlé provoque un réel « choc » des cultures d’entreprise. Pour les anciens de Perrier, pour le groupe des ouvriers, mais aussi pour beaucoup d’anciens cadres, Nestlé ne croit pas à son produit phare, le Perrier. De nombreux plans sociaux ont lieu12. Les campagnes de publicité ne mettent plus l’accent sur Perrier. De nouveaux produits sont proposés aux clients. Symbole de cette perte d’intérêt, la division eau minérale du groupe en France est initialement dénommée Perrier Vittel, puis petit à petit, le mot Perrier disparaît pour aboutir à la dénomination Nestlé Waters France.

Les « institutions » de l’entreprise : Comité d’établissement et syndicat

16L’origine du travail de recherches vient de la volonté du Comité d’établissement, des organisations représentatives du personnel, de voir un historien travailler sur l’histoire de la communauté de travail. Sans doute les licenciements et départs à la retraite font-ils naître, non pas la crainte de la disparition de l’entreprise, mais une inquiétude devant l’interruption du processus habituel de transmission de sa mémoire.

17Le Comité d’établissement est composé de dirigeants syndicaux qui ont une grande connaissance du site et de son travail. Ils sont souvent issus de la CGT Source Perrier, un syndicat très particulier. La culture ouvrière de la Source Perrier qui s’est affirmée à partir des années 1960 apparaît comme une synthèse entre travail industriel et culture des ouvriers agricoles dont sont originaires de nombreux nouveaux venus dans l’usine. Cette culture conserve certains caractères hérités du syndicalisme révolutionnaire. L’usine est devenue en quelque sorte un conservatoire de la culture revendicative héritée de la vigne. La CGT Perrier est souvent peu en phase avec l’Union départementale, très longtemps dominée par les mineurs et les métallurgistes du bassin d’Alès – La Grand’Combe.

Les circonstances de la recherche

18La recherche s’est effectuée dans un cadre très simple : celui de la confiance donnée et de l’accord verbal. J’avais gardé des relations avec un de mes anciens professeurs de l’Université de Perpignan, Aline Rousselle, dont le mari était un avocat renommé du barreau de Montpellier, Jean Méloux. Défenseur des salariés en droit social, il était lié à la CFDT, mais avait participé à un procès retentissant opposant les représentants du personnel de la Source Perrier à la direction de Perrier du début des années 1970, et avait ainsi contribué à un renversement de jurisprudence de la Cour de cassation qui a fait date dans l’histoire du droit social (Lyon-Caen et Pélissier, 1979 ; Marty, 2004).

19Comme je cherchais un sujet de thèse et que le Comité d’établissement cherchait un historien, la rencontre s’est faite sous les auspices de celui-ci. Nous nous sommes mis d’accord sur le fait que j’avais accès aux archives et qu’il me laissait entière liberté de les exploiter. Il faut dire que le Comité d’établissement et le syndicat ont conservé des archives remarquablement classées. C’est René Delon, le secrétaire du Comité d’établissement, présent dans les institutions représentatives du personnel de l’entreprise depuis les années 1960, qui a organisé un double système de classement et de copie systématiques de documents : un classement chronologique par année et un classement thématique général.

20Il s’agissait d’un simple accord verbal, qui reposait sur la confiance. Mais jamais aucun des membres du Comité d’établissement, du syndicat ou des autres institutions représentatives ne m’ont demandé de taire tel fait, ou de me concentrer sur tel autre point. Il était évident que, par ailleurs, j’évoquais avec René Delon les documents que je trouvais dans les différents centres d’archives publics ou privés, étant entendu que ce qui se trouvait au Comité d’établissement n’était pas suffisant, et que j’aurais également recours aux archives publiques, à la presse, et à toutes les autres sources qui peuvent donner sur un tel sujet de nombreux renseignements inédits.

La direction de l’établissement

21Sur le site, une politique de tourisme industriel était en cours d’élaboration au moment où je commençais à travailler. Il s’agissait d’un projet global qui ne concernait pas seulement le tourisme industriel, mais qui était en réalité une politique générale visant à améliorer l’image de l’établissement et du produit Perrier, ternie en 1990 par l’affaire du benzène. L’objectif était d’offrir une visite industrielle aux touristes, pour montrer à quel point l’usine de Vergèze était une usine à la pointe de l’activité d’embouteillage et de verrerie. Il s’agissait donc d’insister sur l’excellence de l’exploitation industrielle tout en jouant sur l’image mythique du produit, ce qui passe par la mise en valeur du patrimoine de l’usine et par une visite du très spectaculaire processus de production en fonctionnement.

22Au départ de la visite, une exposition est prévue qui doit retracer l’histoire de l’entreprise. L’établissement a contacté une journaliste pour travailler à la mise au point des panneaux. Cette journaliste sérieuse, rencontrée aux archives départementales et avec qui j’ai rapidement échangé des informations, m’a permis de rencontrer le secrétaire général de l’usine, lequel m’a donné accès à certaines archives de l’entreprise, notamment la correspondance concernant les premières années de la Source Perrier et des photographies. C’est là aussi par un accord informel que j’ai obtenu des informations que je ne pouvais pas trouver ailleurs.

Publics et usages

23Quelques éléments évoqués pendant le travail de thèse sont apparus dans le site de tourisme industriel de la Source Perrier, qui a fonctionné de 1996 à 2004, avec un certain succès d’ailleurs (Marty, 2008). Le travail complet sur l’histoire de la Source Perrier a surtout donné lieu à une publication sous forme de livre paru dans la collection « Le mouvement social » dirigée par Patrick Fridenson, en 2005. Son titre, Perrier, c’est nous ! Histoire de la Source Perrier et de son personnel, repose d’abord sur le détournement d’un slogan publicitaire célèbre de la marque. Il est l’occasion de dire que la réussite extraordinaire de l’entreprise repose aussi sur les hommes et les femmes de Perrier, ceux qui ont travaillé à la fabrication, à la manutention du produit. Comme le rappelle Patrick Fridenson, « les agents subalternes ne sont pas seulement des sujets passifs, mais eux aussi influent sur les décisions et le fonctionnement des organisations » (1989, p. 1464).

  • 13  Voir « Le gouvernement s’immisce dans le plan social de Perrier », Le Monde, 17 septembre 2004.

24L’ouvrage a été construit à partir de la thèse, mais j’ai veillé, comme me l’avait demandé le directeur de la publication, à le rendre accessible pour un lecteur non spécialiste. De nombreux exemplaires ont été distribués par le Comité d’établissement, donnant lieu à une journée mémorable de rencontre avec le personnel et de signature de plusieurs centaines de dédicaces. La manière dont l’ouvrage a été accueilli par les lecteurs et l’usage qu’ils en ont fait sont difficiles à saisir, mais il est certain que le Comité d’établissement y a trouvé un élément de légitimation du groupe, dans la période très complexe de remise en cause du système tel qu’il avait été forgé pendant les longues années de la présidence de Gustave Leven. Il s’agissait, je pense, de montrer que sur une longue durée, la vie de l’entreprise avait été faite de travail, mais aussi de combats, et que les ouvriers avaient gagné une place certaine dans l’organisation du travail. C’était d’autant plus pertinent pour le Comité d’établissement que le livre est paru à un moment où le syndicat était montré du doigt et traité d’« irresponsable » parce qu’il refusait les plans sociaux. Le ministre des Finances d’alors, Nicolas Sarkozy, avait en effet dénoncé vertement les salariés de Nestlé Waters. « Dans l’affaire Nestlé, qu’est-ce qui est détestable dans tout cela ? Outre le problème des salariés – qui, par le jusqu’au-boutisme d’une organisation syndicale, se trouvent aujourd’hui dans l’angoisse – c’est que ça donne une image de notre pays qui décourage un certain nombre d’investisseurs. »13 Les salariés, soutenus par les élus locaux, veulent alors empêcher Nestlé Waters d’utiliser d’autres sources que la source historique pour exploiter la marque Perrier. Une telle hypothèse est pourtant envisagée par la direction du groupe. Peter Brabeck, le PDG du groupe suisse Nestlé, l’affirme à plusieurs reprises. « Je peux produire du Perrier n’importe où dans le monde », dit-il, car contrairement aux eaux de Contrex ou de Vittel, Perrier ne porte pas le nom de la ville dans laquelle elle est embouteillée. La question avait été reprise par plusieurs journaux nationaux (Amalou, 2005). Le livre, paru en avril 2005, arrivait donc à point pour appuyer en quelque sorte cette procédure de rattachement historique de Perrier à Vergèze.

25Ce travail historique a-t-il modifié les regards sur l’histoire de l’entreprise et de la région ? Difficile à dire. Un élément peut faire douter que les principales idées soient vraiment passées. L’histoire de l’entreprise montre bien que la période Leven, souvent mythifiée et présentée dans de nombreux témoignages comme une véritable période d’« âge d’or », n’avait, en réalité, pas été exempte de tensions extrêmes et de difficultés. En effet, entre 1952 et 1975, avec une phase paroxystique entre 1965 et 1975, les conflits ont été nombreux et difficiles. Pourtant, le mythe d’une période Leven quasi idyllique reste toujours d’actualité, comme l’atteste le travail réalisé par Irène Favier (2008).

  • 14  [URL : http://defense-source-perrier.over-blog.com/], consulté le 2 avril 2010.

26Depuis 2006, il existe une association de défense de la Source Perrier qui a pour objet trois points fondamentaux : la défense de la Source Perrier en tant que patrimoine régional et national ; l’opposition à toute forme d’usurpation et de délocalisation de la Source Perrier ; l’opposition au démantèlement en cours de la Source Perrier. Elle rassemble de nombreux élus locaux et régionaux, de tous bords politiques, des salariés de l’entreprise encore en activité, des retraités de Perrier, et tous ceux qui pensent devoir défendre cette entreprise gardoise14. Nous sommes là, à Vergèze, devant ce que Denis Segrestin et Nicole Mercier ont remarquablement décrit il y a trente ans :

La mobilisation de l’identité d’entreprise peut provoquer un transfert symbolique de l’entreprise d’un propriétaire abstrait vers la communauté de travail qui s’élargit du groupe ouvrier à toutes les catégories de salariés, cadres compris, puis à toute la société locale. (1980, p. 202)

27De nombreux interlocuteurs que j’avais rencontrés lors de mon travail sur l’entreprise m’ont demandé d’adhérer. Je dois dire que, même si j’étais favorable aux deux premiers objectifs de cette association (le troisième point me paraît plus contestable), il m’a semblé que, comme chercheur, je n’avais pas à intervenir dans l’espace public par ce biais, mais seulement par mes travaux. Depuis, l’association de défense et le maire de Vergèze ont modifié le nom du cadastre de l’établissement pour l’appeler « Source Perrier », afin que le nom du produit puisse se référer à un nom de lieu situé sur la commune de Vergèze. Nestlé a voulu interdire que l’on utilise un nom dont elle est propriétaire. Mais l’entreprise suisse a été déboutée (Dromard, 2008).

28En somme, la démarche que je pense devoir suivre comme historien est celle d’une relative neutralité que je souhaite maintenir face non pas aux usages qui peuvent être faits de ma recherche, mais face aux enjeux patrimoniaux et touristiques de l’entreprise. Il n’est pas en effet du ressort de l’historien de participer directement à la confection d’une culture et/ou d’une mémoire de l’entreprise.

Haut de page

Bibliographie

Amalou Florence, 2005, « Les “Perrier” affirment que la marque est attachée au site historique jusqu’en 2013 », Le Monde, 31 mai.

Barjot Dominique, Berneron Marie-Françoise et Richez Sébastien, 2001, « Où en est l’histoire des entreprises aujourd’hui ? », Histoire, économie et société, vol. 20, no 4, p. 597-603.

Bouvier Jean, 1968, Naissance d’une banque : le Crédit lyonnais, Paris, Flammarion.

Bonin Hubert, 2006, « L’histoire comme outil de légitimation politique de l’entreprise pendant la Grande Crise de la fin du xixe siècle (1974-1993) », Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, M. Crivello, P. Garcia et N. Offenstadt éd., Aix-en-Provence, Publications de l’Université de Provence, p. 157-168.

Caron François, 1973, Histoire de l’exploitation d’un grand réseau. La Compagnie des chemins de fer du Nord, 1846-1937, Paris, Mouton.

— 1987, « Préface », Mémoire d’avenir. L’histoire dans l’entreprise, M. Hamon et F. Torres éd., Paris, Economica, p. 7-9.

— 1992, « L’entreprise », Les lieux de mémoire, t. 3, vol. 2, Les France. Traditions, P. Nora éd., Paris, Gallimard, p. 323-375.

Carre de Malberg Nathalie et Fridenson Patrick éd., 2002, dossier « Histoires d’entreprises, pourquoi et comment ? », Entreprises et histoire, no 29 bis.

Cassis Youssef, 2003, « Business history in France », Business History around the World, F. Amatori et G. Jones éd., Cambridge, Cambridge University Press, p. 192-214.

Charle Christophe, 1993, « Micro et macro-histoire sociale », Histoire sociale, histoire globale ?, C. Charle éd., Paris, MSH, p. 45-57.

Couturier Gérard, 2000, « L’article L. 122-12 du Code du travail, et les pratiques d’externalisation, Cass. soc. 18 juillet 2000 », Droit social, no 9, p. 845-851.

Daumas Jean-Claude, 1999, L’amour du drap. Blin & Blin, histoire d’une entreprise lainière familiale, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté.

— 2008, « Redynamiser l’histoire économique en France », Entreprises et histoire, no 52, p. 7-17.

Daviet Jean-Pierre, 1987, « L’histoire de l’entreprise en France : un premier bilan », Mémoire d’avenir. L’histoire dans l’entreprise, M. Hamon et F. Torres éd., Paris, Economica, p. 43-48.

Dromard Thiébault, 2008, « Nestlé contraint de rebaptiser la source Perrier », Le Figaro, 14 janvier.

Favier Irène, 2008, Perrier-Nestlé, histoire d’une absorption (1990-2000), Paris, Éditions de l’Atelier.

Fridenson Patrick, 1972, Histoire des usines Renault, t. 1, Naissance de la grande entreprise, 1898-1939, Paris, Le Seuil.

— 1989, « Les organisations, un nouvel objet », Annales ESC, no 6, p. 1461-1477.

— 1994, « L’entreprise face à son histoire : quel enjeu pour le management ? », Les Annales de l’École de Paris, no 1, p. 285-290.

— 1996, « Les liens entre la société et l’entreprise : trois perspectives », Le mouvement social, no 175, p. 3-5.

Griset Pascal, 1993, « Histoire sociale et entreprise », Histoire sociale, histoire globale ?, C. Charle éd., Paris, MSH, p. 196-197.

Gueslin André, 1993, Michelin, les hommes du pneu. Les ouvriers Michelin à Clermont-Ferrand de 1889 à 1940, Paris, Éditions de l’Atelier.

Hierle Jean-Pierre, 1995, Relations sociales et cultures d’entreprise, Paris, L’Harmattan.

Lequin Yves et Vandecasteele Sylvie, 1990, « Pour une histoire sociale de l’entreprise », L’usine et le bureau, itinéraires sociaux et professionnels dans l’entreprise, Y. Lequin et S. Vandecasteele éd., Lyon, PUL, p. 5-17.

Lindner Stephan H., 2010, Au cœur de l’IG Farben. L’usine chimique de Hœchst sous le Troisième Reich, trad. H. Joly, Paris, Les Belles Lettres.

Lyon-Caen Gérard et Pélissier Jean, 1979, Les grands arrêts de droit du travail, Paris, SIREY.

Marty Nicolas, 2004, « Les conditions historiques d’un revirement de jurisprudence majeur dans l’histoire du droit du travail français : les arrêts Perrier de la Cour de cassation (1974) », Le travail et les hommes : le travail à l’époque contemporaine, D. Barjot éd., Paris, CTHS, p. 155-173.

— 2005, Perrier c’est nous. Histoire de la Source Perrier et de son personnel, Paris, Éditions de l’Atelier.

— 2008, « L’entreprise entre ouverture et fermeture : le site de tourisme industriel de la Source Perrier », Histoire et patrimoine de la société industrielle en Languedoc-Roussillon. Les enjeux de la recherche et de la conservation, N. Marty et E. Castaner-Munoz éd., Perpignan, Presses universitaires de Perpignan, p. 123-136.

Mioche Philippe et Daviet Sylvie éd., 2004, dossier « Changements dans les entreprises et SHS », Entreprises et histoire, no 35.

Pech Rémy, 1975, Entreprise viticole et capitalisme en Languedoc-Roussillon : du phylloxera aux crises de mévente,Toulouse, Association des publications de l’Université de Toulouse Le Mirail.

Revel Jacques, 1996, « Présentation », Jeux d’échelle. La micro-analyse à l’expérience, J. Revel éd., Paris, EHESS - Gallimard - Le Seuil, p. 7-14.

Sainsaulieu Renaud, 1990, L’entreprise, une affaire de société, Paris, FNSP.

Segrestin Denis et Mercier Nicole, 1980, « Les communautés pertinentes de l’action collective », Revue française de sociologie, no 21, p. 71-203.

Segrestin Denis, 1988, Sociologie de l’entreprise, Paris, Armand Colin.

Trempé Rolande, 1971, Les mineurs de Carmaux,Paris, Éditions ouvrières.

Haut de page

Notes

1  Commencée à l’Université Paul Valéry de Montpellier III, puis soutenue sous la direction du professeur Jean Sagnes, à l’Université de Perpignan Via Domitia, en décembre 2000, sous le titre : Histoire d’une grande entreprise en Languedoc : la Source Perrier et son personnel (1903-1990).

2  Voir par exemple l’entreprise Public Histoire, dirigée par Félix Torrès depuis 1983 ([URL : http://www.public-histoire.com/], consulté le 2 avril 2010).

3  Ces réserves ne concernent pas tous les ouvrages commandés par les entreprises dans ce domaine. Certains sont excellents, comme les travaux remarquables commandés par les entreprises allemandes à des universitaires pour des études complètes et sans complaisance de leur activité pendant la période nazie. Voir l’ouvrage récemment traduit de l’allemand par Hervé Joly sur l’IG Farben (Lindner, 2010).

4  Il faut remarquer que des revues universitaires d’histoire des entreprises existaient depuis longtemps en Allemagne avec la Zeitschrift für Unternehmergeschichte (créée en 1955), en Italie avec les Annali di storia dell’impresa (depuis 1985), etc.

5  Les archives bancaires, notamment celles du Crédit lyonnais, dirigées par Roger Nougaret, sont d’une richesse extraordinaire.

6  Le prix d’histoire des entreprises, organisé jusqu’en 2002 sous l’égide du Crédit lyonnais, a été rétabli par le Crédit agricole SA ; le prix de l’académie François Bourdon (techniques, entreprises, société industrielle) est remis depuis 1998.

7  Des groupes collectifs de recherche et des programmes de laboratoires se consacrent entièrement à ce champ. Voir les travaux du groupement de recherches (GDR 2539) « Histoire des entreprises françaises sous l’Occupation », sous la direction d’Hervé Joly, [URL : http://gdr2539.ish-lyon.cnrs.fr/Presentation/index_fr.php].

8  Néanmoins, le FRAMESPA (France méridionale, Espagne), UMR CNRS Université de Toulouse Le Mirail, dispose d’un axe sur l’histoire des acteurs de l’industrialisation, sous l’impulsion de Jean-Marc Olivier et de Jean-Michel Minovez.

9   Sur l’histoire de Perrier de 1903 à 1990, voir Marty, 2005.

10  Un laboratoire d’Atlanta a découvert, en février 1990, des traces de benzène dans des bouteilles de Perrier. Gustave Leven réagit immédiatement en retirant toutes les bouteilles de Perrier en circulation dans le monde. L’affaire est difficile sur le plan commercial, mais chacun s’accorde à dire, avec le recul, que Leven a sauvé la mise par une « communication de crise », improvisée, mais pertinente.

11  Pour une histoire précise du contexte de cette période, voir Favier, 2008.

12  Entre 1993 et 2004, ce sont près de 1 000 emplois qui sont perdus sur le site. En 2006, la verrerie du Languedoc, construite à partir de 1972 sur le site d’embouteillage, est vendue à un opérateur régional.

13  Voir « Le gouvernement s’immisce dans le plan social de Perrier », Le Monde, 17 septembre 2004.

14  [URL : http://defense-source-perrier.over-blog.com/], consulté le 2 avril 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Nicolas Marty, « Enjeux et usages de l’histoire d’entreprise : le cas de la Source Perrier », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 21 novembre 2017. URL : http://traces.revues.org/4712 ; DOI : 10.4000/traces.4712

Haut de page

Auteur

Nicolas Marty

Maître de conférences en histoire contemporaine à l’Université de Perpignan Via Domitia, chercheur au CRHiSM (Centre de recherches historiques sur les sociétés méditerranéennes, Université de Perpignan).

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page