Navigation – Plan du site
  • ENS Éditions
  • ENS de Lyon
Sciences sociales et monde de l'entreprise

Entreprise et sciences sociales : production de savoir ou collusion ?

Éric Godelier
p. 55-63

Résumés

La gestion et l’entreprise n’ont pas bonne presse dans notre pays et dans certains milieux académiques. La gestion est souvent perçue comme une vulgate qui ne produit aucune idée noble, aucune théorie, aucun concept. Intéressé par le pragmatisme ou l’utilitaire, elle serait vendue au Grand Capital. Quelle est la légitimité académique et scientifique des sciences de gestion ? Pour saisir le dialogue entre sciences sociales et entreprises, il ne faut pas oublier que les entreprises, certes, produisent des biens et des services, mais sont aussi des organisations techniques et sociales. Les sciences sociales, dès lors qu’elles sont fondées empiriquement et rigoureuses conceptuellement, peuvent apprendre beaucoup aux entreprises et aux managers sur leur monde. En retour, les sciences sociales capitalisent un savoir sur des objets souvent délaissés ou méprisés.

Haut de page

Texte intégral

1Pour comprendre ce qui va suivre, quelques mots de présentations sont nécessaires. Je suis issu de l’École normale supérieure de Cachan, où j’ai fait de l’économie, avec une agrégation à la clé. J’ai ensuite fait une thèse de doctorat en histoire à l’École des hautes études en sciences sociales, mais aussi des sciences sociales. Je suis professeur agrégé de l’enseignement supérieur en gestion, détenteur d’une habilitation à diriger des recherches, et, pour finir, président du département « Humanités et sciences sociales » à l’École polytechnique. Ce département est multidisciplinaire, puisqu’il recouvre la musique, l’art, la culture, la philosophie, l’architecture, la sociologie et la gestion. Cette dernière y est donc considérée comme une science sociale à part entière. Selon les interlocuteurs, cela peut ouvrir le dialogue ou au contraire crisper (en particulier les représentants des sciences sociales classiques).

2La gestion, en effet, n’a pas bonne presse dans notre pays et dans certains milieux académiques. Dans son émission « Apostrophes », Bernard Pivot posait à ses invités la question suivante : « Quel métier n’auriez-vous jamais voulu faire dans votre vie ? » À peu près invariablement, les invités répondaient « comptable » ou « gestionnaire ». En tant que professeur de gestion, je suis donc très vite catalogué comme une sorte de plombier, comme quelqu’un de vulgaire qui ne produit aucune idée noble, aucune théorie, aucun concept, intéressé par le pragmatisme ou l’utilitaire, bref comme faisant partie des gens vendus au Grand Capital.

3La question posée par la revue Tracés du rapport entre les sciences sociales et les entreprises est un problème ancien, voire classique. On la retrouve en épistémologie ou en méthodologie, lorsqu’il s’agit de discuter des rapports entre le chercheur et son terrain ou des liaisons entre les données empiriques et la production de concepts. Je vais démontrer que ces questions reçoivent une réponse particulière quand le chercheur en sciences sociales se penche sur la gestion et les entreprises. Sous le thème général de cette journée d’étude, on retrouve une autre question fondamentale, qui dépasse le strict cadre de l’étude des entreprises, et qui peut être résumée ainsi : les sciences appliquées sont-elles des sciences ? Quelle est la légitimité académique et scientifique des sciences de gestion ? L’excellente thèse de Michel Letté (2004) montre que les premiers penseurs des sciences appliquées sont, dès la fin du xixe siècle, fustigés par les physiciens et les mathématiciens comme étant les représentants de sous-sciences. Ils ne seraient pas capables de produire des savoirs « utiles » ou intéressant la science noble. On retrouve des débats tout aussi virulents sur les questions de brevets et de protection de l’innovation, comme en témoigne Gabriel Galvez-Behar (2008).

4Pour saisir le dialogue entre sciences sociales et entreprises, il ne faut pas oublier que les entreprises, certes, produisent des biens et des services, mais sont aussi des organisations techniques et sociales. Je pense, en reprenant l’expression du chercheur canadien Henry Mintzberg, que nous sommes dans « un monde d’organisations » (1999). Il faut, selon moi, adopter une posture intellectuelle, et une façon d’aborder ces objets, qui s’inspire des sciences sociales, notamment de l’anthropologie et de l’histoire. Cette posture permet en effet de distinguer les mondes occidentaux, composés d’organisations formelles, et les mondes dits « primitifs », dans lesquels les rapports aux organisations existent bien, mais ne sont probablement pas les mêmes.

5Qui dit « organisation » amène donc à s’interroger sur les sciences qui s’estiment légitimes pour traiter de cet objet et de cette question. Autour de l’objet « organisations », il existe une forte concurrence et des divergences de points de vue entre les sciences sociales, comme l’explique le très beau livre de Susan Wright, dont le titre Anthropology of Organizations (1994) peut surprendre. On pourrait croire, en effet, que l’anthropologie est une science de la synthèse, qui a pour vocation de penser l’« homme », notamment dans les pays dits autrefois « sous-développés ». Rien n’est plus faux. Il est en fait très fécond de s’emparer des concepts qui ont été forgés sur des terrains de « l’ailleurs » ou de « l’autrefois », et de les appliquer à nos organisations. Avec une collègue d’HEC, Ève Chiapello, sociologue de la gestion, et Carlos Ghosn, le PDG du groupe Renault, j’ai créé une chaire d’enseignement et de recherche sur les questions multiculturelles. Il est passionnant de voir, dans ce cadre, des managers et des cadres dirigeants parler d’anthropologie, faire de l’ethnographie, et vouloir en faire bénéficier leurs pratiques et leurs modèles d’action. L’anthropologie et les sciences sociales leur apprennent beaucoup sur leur monde. En retour, les sciences humaines capitalisent des savoirs sur des objets souvent délaissés ou méprisés.

6J’ai essayé de répondre à la problématique de la journée d’étude « Sciences sociales et monde de l’entreprise » en trois points. Dans un premier temps, j’aborde, en les contextualisant, les éléments d’ambiguïté ou d’incompréhension entre le monde académique et celui de l’entreprise. Dans un deuxième temps, je montre qu’il y a des objets transversaux et communs aux sciences sociales et aux entreprises. Enfin, je rappelle, au sujet des rapports entre sciences sociales et entreprises, qu’il s’agit là d’un débat ancien et récurrent. Je coordonne en effet un programme national sur l’histoire de la « pensée managériale ». Lorsque l’on évoque ce terme face à des universitaires orthodoxes, ceux-ci affichent ouvertement leur scepticisme. Pourtant, lorsque l’on prend la peine de s’y intéresser, il existe bien une pensée managériale, dont il convient de faire l’histoire.

Ambiguïtés et incompréhensions entre sciences sociales et entreprises

7Soyons clairs : l’entreprise est évidemment un lieu de domination et d’exploitation. Une fois que l’on a dit cela, que peut-on faire ? Abandonner toute possibilité d’étude au nom d’une posture morale ou d’un manque d’intérêt, très français, pour les objets du concret et de l’utilitaire ? Outre que cette attitude, assez snob, n’est pas scientifiquement fondée, on comprendrait mal, dans ces conditions, pourquoi l’histoire continue de s’intéresser aux dictateurs ou aux régimes totalitaires. Il faut donc souligner que l’entreprise est aussi un lieu d’innovation et de création. Un exemple suffira. L’an dernier, Steve Ballmer, le PDG de Microsoft est venu à Polytechnique. Il a ainsi raconté le début de sa carrière : « Bill Gates m’appelle – j’étais à Stanford – et me dit : “Ne finis pas ton MBA, viens avec moi, nous allons révolutionner le monde.” » De fait, ils ont révolutionné le monde. Lorsque j’étais étudiant, il n’y avait quasi aucun ordinateur, je perforais moi-même des cartes pour faire des programmes informatiques. Aujourd’hui, il est commun d’avoir un ordinateur. Révolutionner le monde, c’est révolutionner des usages, des représentations, des comportements, des systèmes politiques. L’entreprise Microsoft est indéniablement au cœur d’un tel bouleversement.

8Si l’on accepte ce double postulat – l’entreprise est à la fois un lieu de domination et d’innovation –, se pose la question de savoir comment l’aborder comme objet d’investigation scientifique. J’ai travaillé sur l’histoire d’Usinor, qui a connu d’importants problèmes de restructuration dans les années 1980 (Godelier, 2006). Une telle recherche imposait de combiner histoire sociale, politique et technologique. À cette occasion, j’ai été surpris de voir que, pour beaucoup d’intellectuels français, l’entreprise est transparente. C’est une coquille vide. Cela résulte d’une convergence paradoxale entre une vulgate marxiste, qui a dominé les sciences sociales, selon laquelle tout est déterminé par des rapports de classe et de production, et une pensée libérale, pour laquelle l’entreprise est réduite à l’entrepreneur et/ou au marché. Cette convergence tenace fut pour beaucoup dans la faiblesse passée des méthodes et des concepts permettant de véritablement penser l’entreprise. Le dialogue avec des praticiens, qui présentent leurs problèmes d’organisation ou soulignent l’absence de solution proposée par la seule régulation du marché, était donc rendu difficile. Il a fallu des progrès du côté académique en termes de concepts et de méthodes, ainsi que des initiatives du côté des praticiens pour qu’ils ouvrent les portes de leurs entreprises et de leurs organisations.

9Autre point d’ambiguïté : le découpage des objets en sciences sociales ne permet pas d’aborder facilement les problèmes, les pratiques ou les modes de représentation des entreprises et de leurs membres. Quand j’ai commencé à travailler sur la culture d’entreprise, beaucoup de gens m’ont dit que l’entreprise n’avait pas de « culture ». Il y avait des « cultures professionnelles », des « cultures de groupe », mais pas de « culture d’entreprise ». Pourtant, tous les membres d’une entreprise ont besoin de comprendre pour agir, et développent ainsi une forme de pensée sur l’environnement, sur les acteurs, sur les pratiques. Dès lors, même si le dialogue n’est pas toujours facile, parce qu’un certain nombre de concepts de la pensée universitaire ne permettent pas d’accéder au terrain de l’entreprise et parce que les entreprises se méfient parfois des sciences sociales (en particulier des sociologues « critiques »), il est possible.

10Michel Crozier, formé à la sociologie américaine, ou Alain Touraine illustrent bien cette possibilité de dialogue. Même Pierre Bourdieu a réussi à entrer dans les entreprises, en précisant qu’il venait faire des enquêtes sur certaines pratiques et certains groupes. L’exemple américain permet de voir comment les vraies sciences sociales sont parvenues à pénétrer dans l’entreprise. En sociologie, l’École de Chicago a été en partie fondée sur la commande d’une grande entreprise de distribution, Sears and Robuck. Celle-ci est allée voir de jeunes sociologues et leur a demandé de l’aider à comprendre comment implanter ses magasins à Chicago. Ces sociologues ont mené une étude, qui a ensuite servi de base au marketing de ladite entreprise (Cochoy, 1996). Ils ont observé la manière dont les gens se promenaient dans la rue, et se sont rendu compte qu’ils le faisaient en fonction de l’éclairage et du degré d’ensoleillement des trottoirs. L’entreprise a finalement décidé de localiser ses magasins aux endroits les plus ensoleillés.

Méthodes et objets transversaux des sciences sociales et de l’entreprise

11On peut faire de la bonne recherche en entreprise et satisfaire les plus hauts critères d’exigence académique. La difficulté est de ne pas chercher à répondre aux questions des praticiens ou des donneurs d’ordre, qui réclament souvent des réponses utilitaires et valables sur le très court terme. Les entreprises ont en effet tendance à demander des prescriptions et à attendre des solutions. Pour cette raison, elles vont plutôt voir des consultants. Cela étant, ces derniers font parfois des sciences sociales sans le dire. Ils accumulent en effet des données de première main sur le fonctionnement réel des organisations.

12Quand j’envoie des élèves de Polytechnique et de HEC faire du terrain en Inde et au Japon pendant quatre mois, l’ambiguïté est permanente, parce que les commanditaires attendent des solutions. Mais nous leur répondons que nous souhaitons simplement montrer comment certains mécanismes politiques, culturels, sociaux se mettent en œuvre, pour les aider à avancer sur les problèmes et les questions qu’ils rencontrent dans leur activité quotidienne (poids des représentations dans les diagnostics, différence entre le prescrit et le réel, mécanismes et dynamiques des apprentissages collectifs, processus d’innovation, etc.). Il faut donc définir en permanence des objets qui nous rapprochent, qui permettent le dialogue et la production de savoirs à la fois pratiques et scientifiques.

13Notre objectif est d’amener les entreprises à bien poser les questions ou, pour le dire différemment, à poser les bonnes questions. À l’évidence, selon les acteurs, les objectifs et le contexte, chercheurs et managers n’ont pas la même vision des choses. Mais pourquoi conclure que tout dialogue est impossible ou condamner idéologiquement les uns et les autres ? On y perd un exceptionnel champ de recherches pour les sciences sociales.

14Une liste exhaustive des objets transversaux ne peut évidemment être dressée, mais il est possible d’esquisser quelques pistes intéressantes. L’étude de la décision, à la fois dans ses objectifs et ses modalités, paraît être l’un de ces objets. Bien que nos collègues économistes en revendiquent un peu l’exclusivité, la décision ne relève – ou ne devrait pas relever – de la seule économie. La façon dont les organisations encadrent les comportements collectifs constitue un autre objet commun aux sciences sociales et aux entreprises. En France, il est apparu dans les années 1980 en gestion, mais la sociologie s’en était emparée bien avant (Weber, 1995). Il s’agit d’étudier comment gérer des groupes ou des communautés. Ces derniers temps, cette question a donné lieu aux diverses théories de la gouvernance, mobilisées face à un certain nombre de restructurations et d’évolutions que le politique ne permet plus d’expliquer.

15Un troisième objet serait intéressant : l’influence des organisations sur leur environnement. À la fin des années 1970 par exemple, les politiques, l’opinion publique et les chercheurs se sont interrogés, face à la crise de l’État et de la famille, sur la faillite des institutions « classiques ». La critique conservatrice, alliée à la remise en cause du « politique » comme champ d’analyse et d’action sur la société, explique en partie que la réponse ait été recherchée du côté de l’entreprise. On a alors soutenu que le lieu de l’intégration culturelle, sociale, politique et intellectuelle allait être l’entreprise. On l’aura compris : dans mon esprit comme dans ceux d’un nombre de plus en plus grand de chercheurs, l’entreprise constitue bien un objet légitime de recherche pour les sciences sociales et un lieu de production de savoirs scientifiques et pratiques. Pour autant, il ne faut pas tomber dans une naïveté béate qui consisterait à oublier que c’est aussi un lieu de pouvoir, de conflits et de domination, ce qui reviendrait à n’en faire qu’un lieu d’innovation, de production de richesses ou de relations hiérarchiques pleinement acceptées.

16Dans ces conditions, quelles peuvent être les « bonnes » méthodes pour entrer dans les entreprises ? Il faut être honnête et constater qu’il est souvent difficile d’entrer dans une entreprise quand on se présente en tant que chercheur en sciences sociales traditionnelles (sociologie, histoire, anthropologie par exemple). Un titre de chercheur en gestion ou d’ingénieur en facilite à l’évidence l’accès. En outre, la négociation de l’objet et la présentation de la méthode constituent des éléments qui favorisent l’établissement du dialogue. Au Centre de recherche en gestion de l’École polytechnique (CRG), certaines solutions ont été élaborées à la suite de nombreuses expériences de recherche, dans le cadre de « recherches-actions » notamment. Les méthodes de recherche-action venues de la gestion et de la psychosociologie sont apparues dans les années 1930-1940 aux États-Unis. Elles ont été fixées à partir des questions concrètes, managériales, rencontrées par les praticiens au jour le jour. Elles ressemblent à une sorte d’herméneutique de la pensée, une forme de « psychanalyse » qui consiste à faire réfléchir les chercheurs et les praticiens aux catégories à travers lesquelles ils perçoivent leurs propres problèmes. Le rôle du chercheur s’apparente à celui du thérapeute qui cherche à accoucher le patient. Contrairement aux consultants et aux praticiens, le chercheur dispose du temps nécessaire pour forger des concepts et prendre de la distance par rapport à la pratique.

17L’établissement de relations inscrites dans la répétition et la durée permet l’apprentissage. Par exemple, depuis le début des années 1970, de nombreuses situations de recherche en entreprise ont permis d’établir un cadre méthodologique et épistémologique. Le recours systématique au débat critique entre chercheurs et praticiens, via des comités de pilotage, en est une des manifestations les plus intéressantes. Ces comités de pilotage favorisent la coproduction de savoirs pratiques et de savoirs académiques dans une démarche commune, focalisée sur les questions pratiques que rencontrent les managers et les ingénieurs. La répétition, dans la durée, de ces moments de dialogue critique résout de nombreuses difficultés.

18Cela étant, il est indispensable, au début, de trouver le bon interlocuteur et d’intéresser des personnes dans l’entreprise. Une phase de traduction est donc nécessaire. Certaines questions très intéressantes pour le monde académique ne le sont pas du tout pour les gens de l’entreprise, sauf à les traduire dans le langage et les catégories des praticiens. J’insiste sur ce point : il faut beaucoup de temps et de patience, ce qui n’est pas sans rappeler ce que décrivent les ethnologues confrontés aux cultures éloignées, obligés de se présenter en permanence auprès des « indigènes ». Malheureusement, peu d’universitaires en France osent ou veulent adopter cette démarche. Par conséquent, ce sont plutôt les consultants qui parviennent à forger des outils pour répondre aux questions des praticiens. Le débat actuel sur la place des consultants interroge régulièrement la qualité des « savoirs » conceptuels qu’ils proposent mais aussi le fondement et la légitimité des solutions pratiques qu’ils font souvent payer très cher aux entreprises.

L’utilité de la recherche : un débat très ancien

19En France, la gestion et les questions d’organisation ou de management sont arrivées tardivement à l’Université. Il existe des formations à la gestion dans les premières écoles de commerce ou dans certaines écoles d’ingénieurs. Mais au sein de l’Université, l’Institut d’administration des entreprises d’Aix-en-Provence (IAE), créé en 1955 par Pierre Tabatoni, fut le premier lieu où ces matières furent enseignées. À ce moment-là, notre pays était très en retard par rapport aux autres pays occidentaux. Jusqu’à cette époque, dans le monde académique, l’entreprise n’avait pas été considérée comme un objet très intéressant, ni la gestion comme une discipline légitime. Il y avait certes quelques cours de comptabilité ici ou là, mais rien de vraiment systématique. Des débats avaient pourtant émergé sur les relations entre le monde des affaires et le monde académique dans les écoles de commerce, elles, beaucoup plus anciennes. Pour mémoire, la première école de commerce, qui deviendra l’École supérieure de commerce de Paris, a été créée en 1803. La gestion est aussi présente dans les écoles d’ingénieurs, puisqu’en France, à la différence de la Grande-Bretagne, les managers sont des ingénieurs. Mais la première science sociale enseignée dans les écoles d’ingénieurs fut l’économie, comme en témoigne la chaire de Jean-Baptiste Say créée au Conservatoire national des arts et métiers (CNAM), au xixe siècle.

20Aujourd’hui, le débat porte finalement sur l’utilité de la recherche. D’un côté, se pose un problème de politique éducative ou de pédagogie qui invite à s’interroger sur le contenu et la reconnaissance institutionnelle de la gestion dans le milieu académique, et, de l’autre, une question sociologique de sélection, de formation des élites économiques ou managériales, et, de proche en proche, des élites nationales et de leur insertion dans le capitalisme mondial. La journée d’étude que la revue Tracés a organisée est révélatrice de la réflexion sur la perte de prestige des élites intellectuelles en France. Il y a bel et bien une concurrence des élites, dimension que nous devons prendre en compte pour discuter des rapports entre sciences sociales et entreprises. Non seulement se pose la question des objets d’études, plus ou moins dignes, mais se pose aussi le problème des carrières. Comme le secteur public a de moins en moins d’argent, les élites intellectuelles doivent trouver l’argent ailleurs, donc auprès des entreprises. Dès lors qu’elles ont de bons programmes de recherche et savent les traduire, elles peuvent trouver cet argent. Cela doit pousser les dirigeants d’école mais aussi les responsables politiques et administratifs du système de formation nationale à ouvrir, ou rouvrir, le débat sur la nature et le contenu des formations sur l’entreprise, ou celles de la préparation à la vie professionnelle.

21La question de l’utilité est donc centrale. Mais il faut savoir rester critique face à cette question. D’abord, sous la pression des milieux d’affaires mais aussi sous l’effet d’une évolution idéologique de certains partis politiques, l’utilité s’est vue réduite à une vision à court terme dont les critères sont massivement calqués sur les indicateurs de performances des entreprises. Il faut constater une dérive partisane et idéologique, ou alors une méconnaissance du fonctionnement réel et des limites des critères de mesure de la performance. Peut-on sérieusement définir une formation et une relation de recherche sur des éléments qui sont déjà si souvent contradictoires au sein même des entreprises ? Qu’on pense à l’évaluation financière ou aux échéances qui permettent d’évaluer l’utilité d’un savoir ou d’une pratique. Des aspects apparemment « inutiles » à court terme peuvent se révéler tout à fait cruciaux à long terme ! Par ailleurs, la valorisation des compétences et des savoirs dépend aussi des contextes de leur mise en œuvre (crise, croissance, situations politiques) ou de leurs lieux (entreprise, organisation publique).

22On ne peut comprendre la complexité des relations entre le monde académique et les entreprises sans tenir compte de la méfiance, voire de l’hostilité de certaines élites académiques vis-à-vis de l’entreprise et des savoirs dits « appliqués ». Toutefois, pour faire de la « bonne » science, il convient de développer un regard critique sur le monde de l’entreprise. « Regard critique » ne signifie pas prendre une posture de condamnation systématique, voire idéologique, du monde de l’entreprise et de ses acteurs. Il faut simplement considérer que le savoir scientifique suppose une distanciation vis-à-vis des catégories et des pratiques du quotidien. Cela suppose aussi d’adopter des modèles conceptuels sans doute moins généraux ou systématiques que ceux des années 1960. Est-ce à dire qu’il faut adopter une posture « postmoderne » de révisionnisme brutal des concepts ? Je ne le crois pas. Il suffit d’organiser une importation intelligente des concepts d’une multitude de sciences sociales pour les appliquer à des objets managériaux. Cette démarche de construction d’un savoir théorique et scientifique sur l’entreprise suppose d’accumuler des données empiriques et d’organiser un dialogue avec les acteurs du réel.

Haut de page

Bibliographie

Cochoy Franck, 1996, Une histoire du marketing. Discipliner l’économie de marché, Paris, La Découverte.

Galvez-Behar Gabriel, 2008, La république des inventeurs. Propriété et organisation de l’innovation en France (1791-1922), Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Godelier Éric, 2006, Usinor-Arcelor, du local au global, Paris, Hermès Lavoisier.

Letté Michel, 2004, Henry Le Chatelier (1850-1936) ou la science appliquée à l’industrie, Rennes, Presses universitaires de Rennes.

Mintzberg Henry, 1999 [1989], Le management. Voyage au centre des organisations, trad. J.-M. Béhar et N. Tremblay, Paris, Éditions d’Organisation.

Weber Max, 1995 [1921], Économie et société, t. 1, Les catégories de la sociologie, trad. J. Freund et al., Paris, Plon.

Wright Susan, 1994, Anthropology of Organizations, Londres - New York, Routledge.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence électronique

Éric Godelier, « Entreprise et sciences sociales : production de savoir ou collusion ? », Tracés. Revue de Sciences humaines [En ligne], #10 | 2010, mis en ligne le 30 novembre 2012, consulté le 24 avril 2017. URL : http://traces.revues.org/4684 ; DOI : 10.4000/traces.4684

Haut de page

Auteur

Éric Godelier

Professeur de sciences de gestion à l’École polytechnique, chercheur au PREG-CRG (Pôle de recherche en économie et gestion – Centre de recherche en gestion, CNRS, École polytechnique) et président du département « Humanités et sciences sociales » de l’École polytechnique.

Haut de page

Droits d’auteur

© ENS Éditions

Haut de page